Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Pour une étude des discours sur le nom

Patrice Beck

Texte intégral

1Les travaux antérieurs menés au travers des actes de la pratique sur la Genèse médiévale de l'Anthroponymie moderne, ont montré la puissance des mutations animant entre le Xe et le XIIIe siècle le système de dénomination des personnes en Occident.

2Bien des régions ou aires culturelles restent à mieux étudier, notamment la France du Nord et de l'Est, les Flandres, les pays anglo-saxons, nordiques et germaniques. Mais là où les enquêtes présentent quelque notable densité, en France centrale et méridionale, dans les péninsules ibérique et italienne, les résultats révèlent une évolution très sensible des modes de désignation.

3Le système à deux éléments, associant au nom personnel un surnom individuel ou collectif, s'impose dans les milieux aristocratiques en l'espace de trois ou quatre générations, devient majoritaire au plus tard vers 1130. Le mouvement est plus inégal pour les roturiers et les clercs, traînant ici ou là en longueur sur les XIIe et XIIIe siècles, plus longtemps encore pour les femmes. Mais partout ou presque, progressivement mais sûrement, s'affirment un resserrement du stock des prénoms utilisés, une concentration des choix sur quelques noms essentiellement issus du panthéon de l'Église de Rome, une préférence agnatique, une sélection anthroponymique du choix des parrains.

4Ces faits démontrent que les usages administratifs — le nom qui s'écrit — ne sont pas seuls concernés, que le mouvement touche aux pratiques culturelles, sociales et familiales : au nom qui se donne et se dit. Et même s'il s'agit d'une évolution plutôt que d'une révolution, les transformations enregistrées n'ayant pas toutes et partout la rapidité et donc la brutalité qu'implique le second terme, il reste qu'en deux siècles et demi tout change, profondément.

5Les choix touchaient chacun, à l'occasion des grandes étapes de la vie : naissance et baptême, mariage et établissement, rapport à l'autorité et au divin. Et les modifications de comportement étaient, sinon perceptibles au quotidien, du moins inscrites dans l'air du temps. Comment imaginer alors qu'elles n'aient pas suscité des sentiments, des réactions implicites et donc cachées dans les pratiques, ou bien des réflexions maîtrisées et explicitées dans des discours ?

6Les administrateurs ne passaient-ils pas leur temps à tenter d'identifier au mieux vassaux, tenanciers et serfs ? Les choix opérés par les chancelleries pour traiter l'information anthroponymique — les surnoms placés en interlignes dans les chartes du XIe siècle, l'usage du français plus précoce au XIIe siècle pour les surnoms que pour les noms, les classements par ordre alphabétique toujours basés sur les noms de baptême aux XIV et XVe siècles — ne sont-ils pas significatifs des tensions vécues entre tradition et innovation ?

7Les philosophes, sémanticiens, grammairiens et théologiens, n'étaient-ils pas tous pénétrés des réflexions platoniciennes sur « le nom et la chose », nourris de la pensée étymologique d'Isidore de Séville ? Comment auraient-ils pu ne pas participer du débat nominaliste ?

8Les hommes d'Église n'avaient-ils pas pour tâche, par le sacrement du baptême, de faire renaître chaque homme en lui donnant un nom de chrétien ?

9Les chefs de famille, aristocrates ou bourgeois, dans les chroniques qu'ils faisaient rédiger ou dans les livres de raison qu'ils écrivaient, ne cultivaient-ils pas l'art de la généalogie pour mieux asseoir la renommée de leur nom ?

10Il s'agissait donc de rassembler et d'analyser des textes tant conceptuels et normatifs que narratifs, évoquant ou commentant l'action de nommer les individus, afin de confronter les discours aux réalités de la pratique déjà enregistrées.

11D'Isidore de Séville à Michel de Montaigne, les enquêtes présentées dans ce recueil ont interrogé quelques traités savants et certains recueils d'exempla, questionné des catalogues d'inscriptions, des corpus d'images et des armoriaux, ouvert des fenêtres d'observation sur le monde foisonnant des chroniques et des romans, consulté des minutes de procès et des livres de raison.

12Elles ne prétendent pas exploiter l'ensemble du corpus disponible ; elles n'ont d'autres ambitions que de sonder la richesse des sources et de susciter quelque vocation à en poursuivre l'exploration.

13novembre 1996

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search