Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Pour les clercs : les mêmes noms mais un système de désignation différent

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

1Cette étude repose essentiellement sur cinq monographies régionales. Il y a sans doute un peu de présomption à vouloir trouver des règles anthroponymiques à partir de ces cinq exemples. Toutefois ces régions sont éloignées les unes des autres (région ligérienne et Berry, Bourgogne, Dauphiné et Midi méditerranéen) et pour nommer les laïcs, leurs pratiques anthroponymiques aussi bien que les choix des nomina propria les différencient nettement. Or toutes les cinq, avec de faibles nuances, révèlent des principes analogues pour désigner les clercs.

2La comparaison entre les cinq études est compliquée par les dissemblances des sources.

3Dissemblances dans leur répartition chronologique. Les cartulaires de l'Eglise de Grenoble sont très ramassés dans le temps et éclairent surtout les premières décennies du XIe siècle, au lendemain de l'épiscopat de Saint Hugues. Les données tourangelles sont plus étalées et leur richesse dure un bon siècle, de 1050 à 1150, celle du Berry sont un peu antérieures, celles d'Orléans postérieures. Le cartulaire d'Agde éclaire principalement le XIIe siècle. La constitution du corpus bourguignon, regroupant les données de divers cartulaires, permet inversement une étude qui s'étend du Xème au début du XIVe siècle. Il faut être attentif à ce décalage dans le temps, puisque le système de désignation se transforme au fil des années et que la condensation des nomina paterna ne cesse de s'accentuer.

4A cette disparité chronologique, s'ajoute celle de l'établissement ecclésiastique concerné : mense épiscopale, chapitre cathédral ou établissement monastique. On aurait pu penser à une rupture plus complète du monde monastique d'avec les habitudes laïques. Elle n'est pas vraiment confirmée : ni dans les cartulaires de Saint Hugues à Grenoble, ni dans celui de Noyers ne sont apparues de différences flagrantes entre les principes de la désignation des clercs séculiers et celle des moines. Pourtant, elle n'est pas non plus infirmée : la maison bénédictine de Vierzon, après une courte introduction de quelques doubles désignations, nom et surnom, les abandonne, tandis que les chanoines de Nevers ou d'Orléans les adoptent de plus en plus. La pratique anthroponymique sépare donc deux établissements bénédictins et non pas moines et clercs séculiers.

5Il faudrait prolonger l’enquête à d'autres établissements pour vérifier si ces habitudes différentes renvoient à des ruptures plus ou moins grandes de certains établissements monastiques avec le monde séculier et si le port d'un surnom est dès lors ressenti comme une forme d'intégration au monde des laïcs. Il faudrait notamment le conduire systématiquement auprès d'établissements cisterciens, où l'on n'entre pas enfant. Ainsi dans le monastère cistercien de Valmagne, tout proche d'Agde, il n'y a pas de nom unique pour désigner les moines à une époque où l'évolution n'est pas terminée chez les clercs séculiers désignés dans le cartulaire du chapitre d'Agde.

I. Les mêmes noms propres que les laïcs

6La caractéristique dominante de la documentation est la grande identité entre les nomina propria des clercs et des laïcs.

7A aucun moment, dans aucune des diverses régions il n’a été possible de distinguer des noms qui seraient réservés aux clercs. Le fait est tout à fait manifeste pour les noms les plus fréquents. La liste qu’on peut en dresser à partir des noms de clercs, à chaque génération, est dans ses grandes lignes, identiques à celles que procurent les noms des laïcs. Or celles-ci présentent des particularités régionales très marquées : on les retrouve, tout aussi nettes, dans les noms que les clercs portent avec la plus grande fréquence.

  • 1 Pour faciliter les comparaisons et éviter que le poids des noms dont l’usage s'introduit en masse (...)

8Pour autant que les statistiques dressées sur l’ensemble de la période aient un sens, puisque l’usage des noms ne cesse de se modifier, elles montrent que le particularisme régional, commun aux clercs et aux laïcs, est le phénomène dominant1.

AGDE

BOURGOGNE

TOURAINE

DAUPHINE

Guillaume : 20 %

Hugues : 5,9 %

Renaud : 5,8 %

Pierre : 15 %

Pierre : 18 %

Géraud : 4 %

Pierre : 4,7 %

Guillaume : 10 %

Bernard : 11 %

Gui : 3,4 %

Geoffroy : 3,9 %

Gui : 5 %

Raimond : 9 %

Gautier : 3,3 %

Aimeri : 3,8 %

Géraud : 4 %

Pons : 8 %

Jean : 3 %

Guillaume : 3,7 %

Odo : 3 %

Jean : 5 %

Etienne : 3 %

Guillaume : 2,9 %

9Aussi bien pour le degré de concentration des choix que pour ces choix eux-mêmes, ces listes révèlent beaucoup moins de proximité entre elles qu'elles n'en ont chacune avec les noms portés par les laïcs dans le même cadre géographique. Les noms portés par les clercs ont d'abord une répartition conforme aux choix régionaux.

Graphique No 1. Le pourcentage comparé du nom le plus porté par les clercs dans les diverses régions étudiées

Graphique No 1. Le pourcentage comparé du nom le plus porté par les clercs dans les diverses régions étudiées
  • 2 La différence du rythme d'introduction de Pierre est, en revanche, patente. Pierre est bien instal (...)

10Comme pour les laïcs, la concentration sur quelques noms très fréquents est d'autant plus forte qu'on s'approche des rivages de la Méditerranée. Partout on s'appelle Pierre ou Guillaume au XIIe siècle. Mais les autres noms individualisent les régions. Les choix apparentent Bourgogne et Dauphiné, comme l’étude des noms des laïcs révélait la tradition onomastique d'un grand ensemble rhodanien2.

  • 3 Cf. pour ce concept de dénomination référente (Nachbenennung) M. MITTERAUER, "Namengebung", Beiträ (...)

11Pierre et dans une moindre mesure, à cette époque, Jean sont bien des choix communs aux quatre régions, même si la diffusion de Pierre est notablement en retard en Bourgogne. Mais rien de particulier aux clercs en ce domaine, puisque la fréquence de ces deux noms apostoliques est également très forte chez les laïcs. Les clercs portent donc désormais, à partir du XIe siècle, comme leurs frères laïcs, un nom pour lequel la référence dominante est, soit un nom emblématique de la haute aristocratie locale, soit un nom de signification religieuse, principalement celui d'un apôtre3.

12Rien ne permet de penser, ni dans la statistique générale, ni dans les rares cas connus d'entrées au monastère d’adultes ou de jeunes oblats, ni chez les prêtres du clergé séculier, à un changement de nom sanctionnant le nouvel état ecclésiastique et la rupture avec la famille. Si la réforme grégorienne induit un changement de comportement onomastique et promeut les choix religieux pour dénommer les individus, il n'est pas spécifique aux clercs et révèle un phénomène général de spiritualité.

13Il n'est pas impossible que les moines portent à l'intérieur du monastère un nom de religion, mais les actes écrits, même lorsque les moines y sont mentionnés dans le cadre de leur fonction monastique, ne le laisse à aucun moment soupçonner.

II. Avec quelques très faibles nuances

14A y regarder de près, cependant, la distribution des noms n'est pas tout à fait identique entre clercs et laïcs. L'étude est délicate car les clercs sont moins nombreux et les différences de pourcentage apparentes ne sont pas toujours confirmées par les tests statistiques. Beaucoup ne sont nullement probantes.

15Non seulement ces nuances sont très peu marquées, mais elles sont rarement cohérentes et ne dessinent guère un profil convergent des dénominations de clercs.

16Pour les clercs comme pour les laïcs, parmi les noms qui concentrent peu à peu les choix, il y a deux catégories : certains étaient jadis la propriété de grands lignages régionaux ou locaux, d’autres avaient été portés par les apôtres.

17Dans chaque région, la première catégorie comporte des noms qui sont portés dans une proportion identique par les clercs et les laïcs, comme Guillaume en Languedoc ou en Dauphiné, Renaud en Touraine ou Géraud en Bourgogne. Leur fréquence varie avec les générations, la période à laquelle ils s'imposent aussi, mais on les trouve dans tous les milieux et pour tous les états.

18D'autres sont sensiblement plus fréquents parmi les laïcs : ainsi les noms des comtes de Toulouse dans le cartulaire d'Agde et tout particulièrement Raimond ; Nantelme en Dauphiné, Hugues ou Geoffroy en Touraine, Robert ou Foulque en Berry.

19Certains sont plus un peu plus fréquents chez les clercs. Ainsi Eudes en Touraine au XIe siècle et sans doute en Berry au siècle suivant ; en Dauphiné aussi.

20D'autres se repèrent d'abord chez des clercs avant de se généraliser. Ainsi Bernard en Languedoc, bien avant la gloire de Bernard de Clairvaux.

21D'une région à l'autre, même proche, ces choix changent : Hugues qui est un nom "laïc" en Touraine, est au contraire assez clérical en Berry.

22De la seconde catégorie, celle des noms "religieux", émergent Pierre et Jean. Parmi les noms apostoliques, ces deux-là sont partout les plus portés, par les clercs et par les laïcs :

  • avec une précocité plus ou moins grande : Pierre s'impose d'autant plus précocément que la région est proche de la Méditerranée.
  • dans un rapport qui, aux XIe et XIIe siècles, varie d'une région à l’autre : ici Pierre l'emporte de manière écrasante, là il est à égalité avec Jean.

23Moins porté, mais suivant des caractéristiques analogues, Etienne.

24Il est des régions où Pierre, comme en Dauphiné après 1130, semble beaucoup plus fortement représenté dans le clergé que chez les laïcs. D'autres où c'est Jean qui y est un peu surreprésenté, comme en Languedoc tandis que Pierre occupe la même proportion des occurrences chez les laïcs et les clercs. En Touraine, rien de significatif ni pour l'un ni pour l'autre, si ce n'est que chez les clercs comme chez les laïcs, après avoir été à peu près au même niveau au XIème siècle, Pierre connaît une ascension très rapide que Jean ne trouve que plusieurs générations après. Il serait trop simple de penser qu'est plus nettement clérical, celui des deux noms qui est le moins fréquent dans la région : le Dauphiné et la Touraine semblent infirmer cette hypothèse.

  • 4 Si on lui ajoute Jean et Etienne, ces trois noms constituent 93 % du répertoire "chrétien". Le seu (...)

25Les noms "religieux" sont-ils plus fréquents chez les clercs ? Non, dans le Berry et le Nivernais du XIe siècle. Oui, après le milieu du XIIe siècle, en Touraine. Rien de net en Dauphiné pour les alentours de 1100 ; par la suite, c'est la proportion apparemment très forte de clercs nommés Pierre qui fait la différence. Dans le cartulaire d'Agde, Pierre a aussi une position totalement dominante, par rapport aux autres noms "religieux", puisqu'à lui seul il en représente les trois quarts4. Mais il n'est pas plus porté par les clercs que par les laïcs ; la situation légèrement plus "cléricale" de Jean est de peu de poids dans l'ensemble. Il n'y a pas plus de noms "religieux" chez les clercs que chez les laïcs.

  • 5 Benoît et Martin qui sont d'une fréquence moyenne sont en fait très peu portés par les hautes couc (...)

26Parmi ces noms "religieux", il semblerait d'après l'exemple de la Touraine, que les clercs sont, plus souvent que les laïcs, porteurs de noms rares.. Aux laïcs : Pierre ou Etienne. Ou même Benoît et Martin5 ; aux clercs, Barthelémy ou Nicolas ou plus original encore. Les noms religieux autres que Pierre, Jean et Etienne sont trop peu nombreux dans la région d’Agde pour qu'on puisse en juger.

27Mais dans cette région aussi, les clercs semblent porter plus souvent que les laïcs les noms qui renouvèlent le répertoire, surtout à partir des dernières années du XIIe siècle.

  • 6 Nous avons désigné par condensation la réduction du nombre moyen d'individus par nom ou ce qui rev (...)

28Il n'est pas plus facile de trouver des résultats convergents dans la répartition des noms que dans les choix. Partout, il semble bien que la condensation des noms soit moins forte6 pour les clercs mais il est vrai que les effectifs y sont moins nombreux. Se retrouve là sous sa forme générale la caractéristique déjà remarquée pour les noms de saints : la tendance des clercs à porter plus de noms originaux.

29Peut-être cette originalité tient-elle en partie au caractère ouvert, interrégional, sinon international, du milieu clérical : les clercs venus d'ailleurs portent les noms de leur région originelle. Mais la migration ecclésiatique touche surtout le haut clergé qui ne représente pas une part importante de la population cléricale connue par les cartulaires. Elle ne suffit pas à expliquer la variété plus grande du répertoire des noms de clercs.

30En revanche la concentration des choix sur quelques noms majeurs n'est pas partout plus grande chez les clercs que chez les laïcs. S'il est vrai qu'en Touraine, elle s'accentue dans la deuxième moitié du XIIe siècle, elle n'est pas attestée pour les environs d'Agde, ni pour le Dauphiné.

31Comment expliquer ces nuances minimes et inconstantes, qui distinguent les noms de clercs de ceux des laïcs, si elles ne viennent pas d'une renomination à l'entrée dans les ordres ?

32On ne peut oublier le rôle du parrain ecclésiastique dans la filiation des noms. Nul doute, qu'il faudra nourrir l'explication des phénomènes onomastiques propres au clergé d’une recherche dans le domaine de la parenté spirituelle.

33Les quelques nuances, difficilement repérées, ne peuvent-elles pas surtout provenir d'habitudes familiales ? Il est rare que l'aîné se fasse ou soit fait clerc : l'exemple d'Abélard en atteste l’anormalité. Du moins en va-t-il ainsi dans les familles de la noblesse. L'une des hypothèses d'explication de ces nuances renvoie aux pratiques de la dénomination. Nous devrons nous contenter de verser ces données au dossier futur des modes de dévolution des noms dans les familles.

34Sans doute, la régularité des processus de dénomination n'est-elle pas générale, plus pratiquée par la haute aristocratie que par les familles roturières. Aussi bien ne touchent-ils qu'une partie, parfois assez faible, des individus désignés dans les cartulaires. Ainsi s'expliquerait la (très relative) rareté des noms de princes parmi les clercs : ceux-là iraient aux aînés plus qu'aux cadets qui sont voués à la vie religieuse. Par exemple Eudes ou Renaud pour le cadet en Touraine, Hugues ou Geoffroy pour l'aîné.

35Ainsi s'expliquerait la fréquence un peu plus grande de noms religieux, auxquels s'attache moins la tradition familiale ; à l'aîné la protection des ancêtres, aux cadets celle des saints personnages. La liberté un plus grande aussi du répertoire des noms portés par les clercs.

36Peut-on dès lors imaginer les différences régionales ? Que dans telle région, Pierre devienne un nom d'aîné ; que dans d'autres, il demeure un nom de puîné. Pourrait-on même corréler des analogies particulièrement fortes entre les distributions des noms chez les clercs et les laïcs à des régions où la hiérarchie dans la fratrie est faible ?

37Ces hypothèses de travail, il faut les confronter à une étude systématique de tous les renseignements plus ou moins épars que nous avons sur la dévolution des noms dans les familles et verser au dossier à la fois l'identité des répertoires, les ressemblances très fortes des distributions et les nuances qu'il nous a fallu aller chercher dans les détails de la documentation et de l'analyse statistique.

III. Le primat de la fonction et la rareté des surnoms

38Si rien dans son nom ne désigne le clerc, en revanche son anthroponymie le distingue d'emblée du laïc. Partout, il conserve un nom unique.

39En Touraine, où, dans les chartes, plus de la moitié des laïcs portent un surnom, dès le milieu du XIe siècle, il faut attendre deux siècles pour trouver la même proportion chez les clercs. Dans le cartulaire de sainte Croix d'Orléans, l'évolution est plus tardive, mais le décalage est net : vers 1150, plus de la moité des laïcs sont désignés par un nom et un surnom ; au même moment 90 % des clercs ne portent encore qu'un nom dans les chartes. Tant qu'en Touraine, l'anthroponymie double, nom et surnom, n'est pas devenue une régie s'appliquant à 90 % de la population, les surnoms sont très rares pour désigner les clercs. Ce n'est pas un hasard si la même évolution brutale et contemporaine fait passer la proportion de surnoms chez les laïcs de 70 à 90 % vers 1225 et de 15 à 60 % chez les clercs.

40Rythme voisin en Bourgogne. Il faut y attendre le milieu du XIIIe siècle pour que la moitié des clercs portent un surnom.

41En Dauphiné, d'après les cartulaires de l'église de Grenoble, le décalage est moins grand : une génération environ et près de 20 % en moins. L'évolution commence pour les laïcs dès le milieu du XIe siècle, à l'extrême fin pour les clercs. Vers 1100, plus d'un laïc sur deux porte un surnom ; vers 1160, un peu plus d'un clerc sur trois.

42Dans la région d'Agde, les courbes d’évolution sont proches de celles du Dauphiné : une génération d'écart et 20 % en moins, mais ici le surnom est si rapidement devenu la norme de l'anthroponymie de laïcs, que dès la première génération du XIe siècle, les clercs sont plus de la moitié à porter un surnom.

43Fragile en ne reposant que sur quelques exemples, une impression se forme : celle de deux pratiques. L'une méridionale où le décalage entre laïcs et clercs est sensible mais bref et arithmétiquement limité ; ici le surnom s’est imposé massivement à l'ensemble de la société et il n'a pas épargné les clercs. L'autre, dans la France moyenne, où la "révolution anthroponymique" a été un processus plus lent et moins puissant, que les clercs ont plus longtemps ignoré.

44Faut-il aller plus loin ? Remarquer que la région d'Agde est celle où à la fois la concentration des noms est la plus forte, les choix des noms sont les plus proches entre laïcs et ecclésiastiques et la pratique du surnom la plus fréquente pour les clercs ? Faut-il y voir une intégration plus puissante des clercs au lignage ? Ce sont là des pièces à verser au dossier de l'expression des structures familiales.

45On aurait pu penser que plus forte est la conscience lignagère du milieu d'origine et plus vite le clerc va ajouter à son nom le surnom que portèrent ses pères et que font vivre ses frères. Aucune régie bien claire ne se repère dans le clergé régulier. En revanche, à Grenoble comme à Agde, les chanoines sont les derniers à porter leur surnom. Sans doute la force de la dignité canoniale l'emporte-t-elle alors sur la gloire du lignage. On peut s'en étonner.

46Pour un gradué de l'université, un maître, le surnom est plus rare et plus tardif encore.

  • 7 L'exemple du Nivernais et du Berry n'est pourtant pas tout à fait conforme à ces résultats. On a v (...)

47L'analyse des surnoms portés par les clercs apporte beaucoup à la connaissance du fonctionnement général de l'anthroponymie. Lorsque les clercs portent un surnom, il s'agit rarement d'un surnom individuel7. Les sobriquets n'existent pas pour les clercs, du moins dans la pratique écrite (il en était sans doute tout autrement dans la vie quotidienne) ; ni pendant longtemps les surnoms à caractère professionnel. Ainsi se révèle une période intermédiaire, sans doute fort longue, qu'il faut dater et mesurer dans chaque région, où le surnom commence à s'hériter, à se transformer en patronyme ; mais il doit toujours être compatible avec la réalité, en fonction de laquelle il est filtré. Il n'est pas un héritage absolu. Le patronyme doit être vraisemblable ; il doit aussi jouer son rôle de différenciation des individus et des familles. D'où l'impression de fluidité, partiellement exacte, partiellement fausse.

Graphique No 2. Evolution comparée des systèmes de désignation des clercs dans les diverses régions étudiées

Graphique No 2. Evolution comparée des systèmes de désignation des clercs dans les diverses régions étudiées

48Qu'il porte ou non le surnom de son père et de ses frères, le clerc est aussi désigné par sa fonction. Pas de lien familial : le surnom est l'expression discrète et d'ailleurs tardive dans bien des régions de l'origine familiale du clerc, mais l'indication explicite ne convient pas pour lui.

49En revanche, dans toutes les régions, est précisée sa fonction ecclésiastique. Il n'y a là rien de neuf. Aussi haut que remontent les cartulaires, la pratique en est attestée. Elle n'est en rien une concrétisation des principes de ségrégation des clercs propre à la Réforme grégorienne.

50Cette pratique enlève beaucoup de poids à l'hypothèse selon laquelle les surnoms se seraient enfin répandus parmi les clercs en réponse à une situation d'homonymie. S'il est vrai qu'il faut attendre les années 1160 pour voir de nombreuses situations d'homonymie dans le chapitre de Nevers (la moitié des chanoines sont alors homonymes deux à deux) et s'il est exact que les surnoms se répandent parmi les chanoines à ce moment, l'habitude de les désigner depuis longtemps par leur fonction empêchait tout risque réel de confusion.

51Mais en même temps que se répand la pratique du surnom pour les laïcs, s'installe dans la plupart des cartulaires celle de préciser le lieu où s'exerce la fonction du clerc. Les cartulaires berrichons semblent seuls, on ne sait pourquoi, souffrir d'un retard très net à la diffusion de cette habitude.

52Elle progresse à peu près parallèlement au triomphe des surnoms de lieu chez les laïcs. Cette nouvelle habitude s'exerce surtout pour le clergé paroissial. N'est-elle pas un signe de plus de la modification du système paroissial, de son inscription sur le terrain, dans un territoire. Bref une forme de cet encellulement qui est la nouvelle manière de penser l'espace et la société et à laquelle le clergé lui-même, tout en marquant sa différence, n'échappe pas.

53Même lorsque le surnom s'impose aux clercs, ils ne cessent pas de mentionner leur fonction. La preuve est faite que dans cette indication d'une fonction ecclésiatique assortie du lieu où elle s'exerce, l'objectif n'est pas seulement la différenciation d'avec un éventuel homonyme.

54"Ego, Stephanus, capellanus de Mezoa" : ainsi commence le testament d'Etienne Maurandi. Au milieu du XIIe siècle, de lui on parle en disant Stephanus Maurandi ; à la première personne, il se dit normalement "Stephanus", sans omettre sa fonction de "chapelain de Mèze". Bien évidemment, les chartes ne nous révèlent qu'une pratique écrite. Un système particulièrement cohérent et homogène pour désigner les détenteurs de l'écriture. Parallèle et sans doute beaucoup plus différent de la pratique orale que celui qui désigne les laïcs.

Notes

1 Pour faciliter les comparaisons et éviter que le poids des noms dont l’usage s'introduit en masse au XIIIe siècle n'en déforme l'image et n'invalide la comparaison, les statistiques bourguignonnes ont été arrêtées ici en 1250.

2 La différence du rythme d'introduction de Pierre est, en revanche, patente. Pierre est bien installé au deuxième rang des fréquences en Dauphiné à un moment où il est encore pratiquement absent de Bourgogne. La parenté onomastique est donc peut-être antérieure à la première expansion de Pierre.

3 Cf. pour ce concept de dénomination référente (Nachbenennung) M. MITTERAUER, "Namengebung", Beiträge zur historischen Sozialkunde, 1988, 2, pp. 38 et 46-49.

4 Si on lui ajoute Jean et Etienne, ces trois noms constituent 93 % du répertoire "chrétien". Le seul autre nom fréquent est Déodat, mais il fonctionne en fait comme les noms de souche aristocratique, comme Guillaume ou Bérenger.

5 Benoît et Martin qui sont d'une fréquence moyenne sont en fait très peu portés par les hautes couches de la société, mais caractérisent plutôt les laïcs de vilaine naissance.

6 Nous avons désigné par condensation la réduction du nombre moyen d'individus par nom ou ce qui revient au même le stock des noms pour 100 individus ; et par concentration, l'accroissement du pourcentage des individus qui portent les noms les plus fréquents. Le calcul est, suivant la meilleure efficacité ou les besoins des comparaisons, conduit pour 5, 6, 10 ou 12 noms, parfois pour tous ceux qui regroupent plus de 2 % des individus.

7 L'exemple du Nivernais et du Berry n'est pourtant pas tout à fait conforme à ces résultats. On a vu en effet que les premiers surnoms adoptés pour les clercs étaient d'abord de tous genres, mais que peu à peu les surnoms de lieu l'emportaient très nettement, sans qu'on puisse, de prime abord, en préciser la nature : origine, patronyme familial, lieu d'exercice de la fonction.

Table des illustrations

Titre Graphique No 1. Le pourcentage comparé du nom le plus porté par les clercs dans les diverses régions étudiées
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique No 2. Evolution comparée des systèmes de désignation des clercs dans les diverses régions étudiées
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search