Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

L’anthroponymie des clercs en Bas-Languedoc : le cartulaire du chapitre d’Agde

Monique BOURIN

Texte intégral

  • 1 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours 1989, pp. 180-205.
  • 2 On ne reviendra pas ici sur les difficultés inhérentes au cartulaire lui-même, dont l'original a d (...)
  • 3 Cf. note 1, pp. 208-215.

1Dans le cartulaire du chapitre d'Agde, les clercs constituent une part non négligeable et pourtant beaucoup moins nombreuse des individus nommément cités que les laïcs1 : alors que sur l'ensemble de la période, les laïcs dépassent nettement les 2.500 occurrences, les clercs guère les 4002. Certaines tranches chronologiques, où la documentation est faible, ne livrent donc qu'un nombre infime de noms de clercs. Il eût pu paraître préférable de regrouper certaines tranches afin d'en grossir les effectifs. Malheureusement pour les clercs comme pour les laïcs, c'est aussi au milieu des tranches creuses que se situe une part des évolutions. Tout squelettiques que fussent certaines, il était donc préférable de s’en tenir au découpage chronologique déjà retenu pour les laïcs3.

2Toujours beaucoup moins nombreux que les laïcs, les clercs constituent d'autre part, suivant les périodes, une proportion inégale de l'ensemble de la documentation : de 10 % à 25 % suivant les tranches chronologiques. Cette proportion est globalement décroissante. Il faut entendre ici les clercs comme individus ; ce ne sont évidemment pas les mentions de clercs qui ont été prises en compte, mais les personnes elles-mêmes. La plupart de ces clercs interviennent à de nombreuses reprises ; non seulement les chanoines et les dignitaires du chapitre, non seulement les clercs qui les entourent à Agde même, mais aussi les desservants des paroisses rurales.

3Cette variation chronologique de la part du clergé dans l'ensemble de la documentation est difficile à interpréter. N'est-elle qu'une évolution des archives du chapitre, qui auraient fait de plus en plus de place aux affaires qui l'associent ou l'opposent au monde laïc ? Si l'on admet que le cartulaire est une image à peu près fidèle de ces archives, cette décroissance globale ne serait peut-être que le signe d'une évolution dans les relations sociales du chapitre. Mais il est une autre interprétation qui touche de plus près au problème de la désignation des clercs : cette décroissance révélerait-elle un souci moins systèmatique de signaler explicitement l'appartenance au clergé ? Combien de clercs échapperaient, dans ce cas, à notre connaissance ?

4Pour aussi fondamentale qu'elle soit, cette critique de la documentation ne pourra être conduite que lorsqu'auront été mis en lumière les traits principaux, originaux ou non, des formes écrites de désignation des clercs. Car ce serait à d'autres sources, telles que des enquêtes, qu'il faudrait demander des mentions plus concrètes, moins écrites, des ecclésiastiques.

5Dans un premier temps, nous ne retiendrons donc que les clercs dûment désignés comme tels.

I. Les nomina propria : un nom programmatique pour les clercs ?

  • 4 Un test du coefficient de corrélation des rangs de Spearman donne une valeur de 0,88 (P. Chareille (...)

6A l'échelle de l'ensemble de la période, les différences sont minimes entre la "prénomination" des clercs et celle des laïcs. Et l'on ne peut invoquer ici les quelques clercs cachés parmi les laïcs pour cause de cette analogie. Entre 1050 et 1235, les "premiers choix" se ressemblent étrangement4 :

Tableau 1. Comparaison de la fréquence des noms les plus portés chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire du chapitre d'Agde.

LAICS (2450)

CLERCS (402)

1. Guillelmus : 20 %

1. Guillelmus : 20 %

2. Petrus : 20 %

2. Petrus : 18 %

3. Raimundus : 13 %

3. Bernardus : 11 %

4. Bernardus : 12 %

4. Raimundus : 9 %

5. Pontius : 8 %

5. Pontius : 8 %

6. Berengarius : 3 %

6. Johannes : 5 %

7. Stephanus : 3 %

7. Stephanus : 4 %

8. Johannes : 3 %

8. Berengarius : 2 %

  • 5 Un test du Khi deux dont l'hypothèse nulle serait “le pourcentage des populations pour chaque prén (...)

7Globalement, ce sont les mêmes nomina propria5 qui sont les plus souvent portés par les clercs et les laïcs, et dans un ordre qui pour n'être pas exactement semblable, n'est que peu différent. Quatre nuances :

  • 6 Un test de comparaison des proportions conduit à un rapport critique de -2,23, qui permet d'affirm (...)

8- la plus claire est la place de Johannes, qui accompagne plus nettement l'état ecclésiastique que le laïc6, même s'il n'est porté au total que par 5 % de clercs.

Graphique No 1. Evolution comparée, chez les laics et les clercs de la fréquence du nom JEAN (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 1. Evolution comparée, chez les laics et les clercs de la fréquence du nom JEAN (cartulaire du chapitre d'Agde).
  • 7 Une observation naïve avait conduit à penser que Bernard avait les mêmes caractéristiques que Raim (...)

9- La seconde concerne Raimundus, qui est, à l'inverse, moins porté par les clercs7.

Graphique No 2. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom RAIMOND (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 2. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom RAIMOND (cartulaire du chapitre d'Agde).

10- Raimundus et Pontius sont les deux noms attachés à la famille des comtes de Toulouse. Dans l'économie générale des choix, le premier remplace peu à peu le second, pour les clercs comme pour les laïcs. De manière surprenante et difficile à expliquer la somme des deux est toujours inférieure chez les clercs à ce qu'elle est chez les laïcs. Au début du XIIe siècle, grande époque de la gloire de Raimond de Saint Gilles, la différence est de 6 % : elle est encore de 6 % au seuil du XIIIe siècle et la génération suivante, postérieure à 1220, donc née vers 1200, marque un recul très net des deux noms, sans doute un peu plus affirmé chez les clercs, que l'on ne saurait pourtant attribuer à l'image un peu hérétisante du comte de Toulouse.

Graphique No 3. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence des noms RAIMOND et PONS (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 3. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence des noms RAIMOND et PONS (cartulaire du chapitre d'Agde).

11- Contrairement à l'attente, le nom de Petrus est porté un peu plus, globalement, par les laïcs que par les clercs, sans qu'il soit possible d'affirmer que cette différence n'est pas liée aux fluctuations d'échantillonnage.

Graphique No 4. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom PIERRE (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 4. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom PIERRE (cartulaire du chapitre d'Agde).
  • 8 L'étude statistique confirme cette impression.

12La différence de concentration des choix est faible mais sensible, puisque les sept nomina propria les plus portés désignent 81 % des laïcs et 75 % des clercs. Il ne semble pas que l'on puisse invoquer pour l'expliquer un phénomène statistique dû à l'inégale valeur des deux populations, cléricale et laïque8. Le phénomène est perceptible, surtout à partir du milieu du XIIe siècle, ce qui l'aggrave puisque les trois dernières tranches chronologiques constituent 60 % de l’effectif total, depuis le milieu du XIe siècle.

Graphique No 5. Evolution du pourcentage des individus, clercs et laïcs, portant l’un des cinq noms les plus fréquents (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 5. Evolution du pourcentage des individus, clercs et laïcs, portant l’un des cinq noms les plus fréquents (cartulaire du chapitre d'Agde).

13L'évolution des choix est très voisine : à l'exception de la dernière période où Petrus l’emporte sur Guillelmus chez les laïcs et non chez les clercs, Petrus l'emporte d'abord pour les uns et les autres, dépassé de très peu ensuite par Guillaume.

Graphique No 6. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom GUILLAUME (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 6. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom GUILLAUME (cartulaire du chapitre d'Agde).

14Toutefois, le détail montre quelque différence suffisamment stable dans plusieurs tranches consécutives pour ne pas être le fait du hasard :

  • la première concerne le nom de Bernardus. Son succès - ici comme dans d'autres régions9 - n'est pas dû à la gloire de Bernard de Clairvaux : elle s'amorce pour les clercs comme pour les laïcs dans le courant du XIe siècle et s'affirme dès le début du XIIe, mais paraît un peu plus précoce dans le milieu clérical.
  • Même précocité dans la vogue, très relative d'ailleurs, de Johannes chez les clercs. A chaque génération, le choix de Johannes enregistre quelques points de plus que chez les laïcs.
  • Petrus aussi semble venu un peu plus tôt chez les clercs que chez les laïcs. Pour autant que les effectifs très minces antérieurs à 1100 permettent de l'affirmer, il n'est pas impossible que le nom ait eu au Xe siècle déjà une tonalité nettement cléricale.
  • Les noms les plus originaux sont, en règle générale, portés par les ecclésiastiques, surtout à partir des dernières années du XII e  siècle. On voit alors apparaître, dans le stock, des noms jamais attestés jusqu'alors dans le cartulaire : Baudilius, Germanus, Vincentius. Que des clercs en aient souvent été porteurs, provient peut-être d'un recrutement des dignitaires du chapitre et de leur entourage hors des cercles habituels de l'aristocratie locale, tel cet Armannus, sacriste dans les premières années du XIIIe siècle ; il porte un nom attesté jadis, mais qui ne subsiste plus localement que comme patronyme. Certains de ces noms nouveaux ont un caractère nettement apostolique ou lié aux premiers temps martyrs. Ainsi en va-t-il de Jacobus ou de Thoma, voire de Bartholomeus ou de Severus. Ceux-là sont portés, dans le cartulaire du chapitre, par des ecclésiastiques. Mais la règle n'est pas stricte car Andreas et Matheus, rarement attestés, sont portés par des laïcs. Et les quelques noms voués à Dieu, tels que Déodat sont également portés par les uns et les autres. Comme ce phénomène va de pair avec une moindre concentration des choix chez les ecclésiastiques, pour la période finale, où se marque ce léger renouvellement des nomina propria de clercs, le phénomène n'est pas à ignorer10.

Graphique No 7 Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom BERNARD (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 7 Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom BERNARD (cartulaire du chapitre d'Agde).

15Pour la période antérieure au milieu du XIe siècle, la première impression est trompeuse. Il est vrai que les deux Nazarius sont clercs et que Petrus est attesté sensiblement plus chez les clercs que chez les laïcs. Mais rapportée à l'ensemble des données antérieures à 1050, cette impression s'atténue. Dans l'ensemble, il n'y a pas plus de noms fortement connotés de l'Antiquité chrétienne chez les uns que chez les autres. Pas plus, non plus, de noms d'origine latine. Ni Martin, ni Danihel, ni Sanson, ni Felix, ni Avidadeo ne semblent être des clercs. En somme, de quelque sorte que soient les noms religieux, vétéro-testamentaires, néo-testamentaires, noms de martyrs et confesseurs ou noms descriptifs, les clercs n'en portent pas significativement plus que les autres, sauf peut-être au Xe siècle. Pour eux comme pour les autres, la proportion de ces noms "religieux" croît brutalement au cours du XIe siècle, puis plus lentement dans les années suivantes jusque vers la fin du XIIe siècle. Mais le phénomène est essentiellement dû au succès de Jean et de Pierre (entre 85 et 90 % du total des noms religieux). Les autres noms religieux ne sont présents dans le corpus que sous forme de traces, impossibles à analyser.

Graphique No 8 Evolution de la fréquence des noms religieux (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 8 Evolution de la fréquence des noms religieux (cartulaire du chapitre d'Agde).

16A rassembler tous ces indices, se dégage d'abord l’impression de nomina propria très proches chez les clercs et les laïcs, tout au long de la période. C'est le fait essentiel. La différence n'est pas plus marquée aux lendemains de la Réforme du XIe siècle qu'auparavant ou beaucoup plus tard. Cependant, pour une petite marge, Petrus à l’origine (c'est-à-dire avant son grand triomphe qui date de la fin du XIe siècle) et Johannes ensuite signalent un choix partiellement programmatique. Ils ne sont pas absents des milieux laïques, mais plus fréquents chez les clercs. D'autre part, il semble que les ecclésiastiques précédent légèrement des évolutions qui se manifestent ensuite dans l'ensemble de la société : ainsi pour le succès de Pierre, puis de Jean ou pour certaines originalités. Comment interpréter ce phénomène ? Changement de nom à l'entrée dans le clergé ? Influence de parrains choisis dans le clergé ? Puissance idéologique du clergé, de même type, mais bien moindre que celle des familles de la haute aristocratie, dont les noms se diffusent très vite dans les couches inférieures ? Pour le clergé séculier au moins, il ne s'agit là que de phénomènes minimes.

II. La résistance du nom unique

a. Une évolution tardive

  • 11 Cf. tableau III.

17Les clercs commencent à porter un surnom à côté de leur nomen proprium beaucoup plus tard que l'ensemble des laïcs masculins11 :

  • l'évolution commence une génération plus tard
  • et elle est plus lente. Il faut attendre la fin du XIIe siècle pour que près de 80 % des clercs soient désignés par un nom et un surnom. Ce taux était déjà dépassé un siècle auparavant pour les laïcs.

Graphique No 9. Evolution du système de désignation des clercs (cartulaire du chapitre d'Agde).

Graphique No 9. Evolution du système de désignation des clercs (cartulaire du chapitre d'Agde).

b. des surnoms analogues à ceux des laïcs

  • 12 Cart. chap. Agde no 434, 1228.

18Lorsqu'à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, les clercs sont assez nombreux à porter des surnoms, la répartition de ces surnoms n'est pas fondamentalement différente de celle des surnoms portés par les laïcs. Il est donc très probable que pour la majeure part ces surnoms sont patronymiques, du moins familiaux. Des exemples particuliers montrent d'ailleurs de nombreux cas de clercs portant le même surnom que leurs frères et soeurs. Le fait est d'évidence pour les chanoines issus des familles seigneuriales de la région : vers 1200 dans les chapitres d'Agde, Béziers ou Maguelonne siègent des membres des familles Carbonnel d'Aumes, des Deux Vierges, de Marseillan, de Mèze, de Rochefixe et bien d'autres. A des niveaux sociaux plus modeste aussi : ainsi Guillaume Eusebii, chapelain de Pinet, est frère d'Aladaicia Eusebia12.

19Le port du surnom par les clercs serait donc un indice, à vérifier, que le surnom est déjà en grande partie hérité.

c. Les différences

20Pourtant entre la proportion des divers types de surnoms, chez les clercs et les laïcs, il est quelques différences.

  • 39 % de surnoms en forme de nomen proprium pour l'ensemble de la période 1190-1240, alors que chez les laïcs, ce type de surnom atteint 41 % du stock total entre 1190 et 1220 et 36 % entre 1220 et 1240. Le résultats sont, ici, très proches.
  • 44 % de noms de lieu contre 28 % chez les laïcs, l'écart s'accentuant entre la fin du XIIe siècle et les années 1220-30.
  • 6 % de sobriquets contre 12 % chez les laïcs.
  • moins de 5 % de noms de métiers.
  • 13 Cf. tests de conformité de proportions.

21Les différences tiennent peut-être à la qualité moindre de l'échantillonnage pour la population cléricale13.

  • 14 Il n'est pas impossible que la part des surnoms de métier ait été un peu surévaluée pour les laïcs (...)

22Elles peuvent s'expliquer aussi par un double phénomène : les clercs héritent du surnom familial, du patronyme. Et le surnom, même patronymique étant encore très fortement pourvu de sens, certains sont peut-être inadaptés aux clercs : sobriquets irréverencieux que le texte écrit censure plus ou moins consciemment. Nom de métier, qui même s'il se décline en latin au génitif, doit mal s'adapter dans la vie courante au clerc ou au chapelain14

d. Le cas particulier des noms de lieu

  • 15 Désignés comme "incertains", cf. tableau p. 215, in "Génèse médiévale de l'anthroponymie moderne".

23En matière de noms de lieu, la différence pourrait paraître considérable. Elle tient en partie au nombre des chanoines cités par le cartulaire. Plus de la moitié des noms de lieu sont en fait ceux des chanoines qui appartiennent à l'aristocratie locale. Entre 1160 et 1190, plus des 2/3 de chanoines portent un nom de lieu. Or dans ces générations, 80 % des membres laïcs de cette aristocratie portent aussi des noms de lieu (pas exclusivement des noms de seigneurie), ceux-là même que portent leurs frères ecclésiastiques lorsqu'ils mentionnent leur surnom. Si l'on exclut les chanoines, la proportion de noms de lieu ne dépasse guère 20 % chez les clercs, soit exactement le même pourcentage que chez les laïcs dont la naissance noble n'est pas attestée15.

e. Le haut clergé et les maîtres

24Il est pourtant des catégories d'ecclésiastiques qui continuent, jusqu'aux dernières chartes du cartulaire, à porter plus rarement leur surnom. Ce sont d'abord les dignitaires du chapitre. Il faut attendre les environs de 1200 pour voir le sacriste de Béziers porter le surnom familial de Carbonnel, l'archidiacre d'Agde celui de Murviel et bien d'autres. A peine plus tôt l’archidiacre hésitait entre Pierre et Pierre de Corneilhan. C'est alors seulement, vers la fin du XIIe siècle, qu'il y a parmi les dignitaires du chapitre d'Agde autant de surnoms que de noms uniques.

  • 16 Dominus Guillelmus agathensis episcopus, parmi les témoins de la charte no 206 de 1167.

25Même absence de surnom, traditionnelle, pour l'evêque. Il n'est même qualifié qu'exceptionnellement de "Dominus"16. Seul l'évêque Petrus Raymundi, porte très systématiquement ces deux noms, dès avant sa désignation (1173, cart. chap. no 91) et ensuite pendant son épiscopat.

26Plus tard encore le surnom gagne les maîtres. Le premier "maître" apparaît dans le cartulaire au milieu du XIIe siècle, bien que l'école y fût ancienne ; quatre à la génération suivante, tous quatre ne portant encore que leur nom après leur titre ; des onze suivants aucun non plus n'a de surnom ; il faut attendre les années 1220 pour voir apparaître les surnoms chez les maîtres aussi. Jusqu'alors les surnoms de leurs familles étaient-il moins glorieux que leur titre ? Certes ils n'apparaissent pas dans le cartulaire par le biais d'un patrimoine qu'ils donneraient au chapitre et dont il importerait de justifier la possession par le port du surnom. Mais la plupart des chanoines non plus dans les chartes conservées par le cartulaire. Quels qu'aient été les ressorts de ces pratiques, elles sont suffisamment nettes pour n'être en aucun cas le fait du hasard.

Tableau 2. Un surnom tardif pour les maîtres

Tableau 2. Un surnom tardif pour les maîtres

III. Les désignations complémentaires

27Longtemps sans surnom, les clercs portent en revanche, à côté de leur nom une désignation qui précise leur identité.

28a. Cette désignation n'est pas l'expression d'une parenté. L'une des différences majeures entre les dénominations des clercs et celles des laïcs réside surtout dans la rareté des indications directes de filiation. Sous la forme de "filius talis", ces indications sont rares dans l'ensemble de la population. En revanche sous la forme du nomen paternum, la première génération des laïcs à porter surnom, celle de la fin du XIe siècle, en a fait la forme dominante des surnoms (environ 80 %) ; et ils étaient encore près de 50 % à porter de tels surnoms dans la première génération du XIIe siècle. C'est lorsque le nomen paternum s'est en grande partie fossilisé en surnom dérivé d'un ancêtre éponyme (et non plus du père) que les clercs adoptent aussi ce type de surnom. Peut-on en conclure que le clerc exprime à travers son mode de désignation la rupture qu'il est censé avoir consommé d'avec ses géniteurs ?

29b. Rarement désigné par son nom de famille, le clerc l'est en revanche par son état. Non seulement les chanoines et les dignitaires du chapitre, mais les autres clercs aussi que je désignerai sous le terme simplificateur de bas-clergé.

  • 17 Cf. tableau II.

30La tradition n'est pas neuve. Dans les chartes du Xe siècle, les clercs sont dits normalement "presbiter", après l’énoncé de leur nom17.

31Désignation dominante au Xe siècle, le "presbiter" ne disparaît pas des chartes : vers 1200, il constitue encore le cinquième des termes qui précisent le niveau d'ordination et la fonction au sein du bas clergé, tandis que le "sacerdos" se fait plus rare et que l'"ebdomadarius" apparaît seulement dans ces années-là.

32Il est difficile de dire si la multiplication des "clercs" et "diacres" dans les chartes à partir des toutes dernières années du XIIIe siècle correspond à une augmentation d'un peuple de petits clercs gravitant autour du chapitre ou à une affirmation plus systématique de ce titre. Il peut aussi être de plus en plus avantageux, en matière de justice et peut-être de fiscalité, que soit affirmée l'appartenance au clergé, mais l'impression d'ensemble ne va pas dans ce sens, du moins pour l'ensemble du clergé. J’y reviendrai.

33Le fait le plus nouveau - il est contemporain de la mutation anthroponymique des laïcs - est l'apparition du chapelain. Aucun autre terme n’est utilisé pour désigner le recteur de la paroisse jusqu'au delà de 1220. Sans doute l'apparition du chapelain est-elle à mettre en liaison avec l'inscription de la paroisse dans un territoire, signe parmi d'autres de l’encellulement.

  • 18 Le choix de l'une ou l'autre expression est assez peu significatif. Il semblerait que l'usage s'ac (...)

34c. Des fonctions de plus en plus "localisées". Jusque vers le milieu du XIe siècle, il n'est pas d'usage d'assortir d'une précision de lieu l'indication de l'état clérical, à l'exception de l'abbé de Saint-Sever et de trois chanoines. Cet usage se maintient pour la masse des petits clercs. Mais pour les chapelains, l'énoncé de la fonction ne se conçoit plus guère dès les années 1130 sans l'indication du lieu où s'exerce cette fonction. Elle s'exprime tantôt avec la précision de l'église (et de son vocable) dont il a la responsabilité ou, par une sorte de raccourci, par le simple nom du castrum que dessert la paroisse. Guillelmus Eusebii, qui vit aux environs de 1200, est tantôt capellanus Sancti Symeonis de Pineto (4 fois), tantôt capellanus de Pineto (4 fois)18.

35Ces précisions nouvelles vont de pair avec l'effort d'identification plus précise qui s'élabore et avec l'importance croissante de la détermination des territoires. A additionner toutes les mentions locales dans les désignations et dénominations de laïcs et de clercs, on s'aperçoit que, même si elle apparaît un peu plus tard, l'exigence de "localisation" est bien plus grande encore pour les clercs que pour les laïcs.

Graphique No 10. Le poids de la référence locale dans la désignation des laïcs et des clercs.

Graphique No 10. Le poids de la référence locale dans la désignation des laïcs et des clercs.

IV. Un clerc est-il toujours signalé par son état ?

36L'utilisation de la désignation d'état, chanoine, chapelain, prêtre ou diacre est-elle systématique ?

37Les chartes très sèches du Xe siècle nous permettraient-elles de repérer un membre du clergé s'il n'était pas ainsi désigné ? Ils sont fort nombreux parmi la population citée pour cette époque dans les chartes du cartulaire. L'argument n'est pas suffisant pour affirmer qu'il n'en échappe pas que les chartes ne signalent pas comme tels. L'inverse est même fort probable.

38Par la suite encore, il est difficile de mesurer combien de clercs échappent complétement à notre connaissance ; et même parfois si tel, qui n'est pas qualifié par son état clérical, homonyme d'un clerc connu par d'autres chartes, est ce clerc lui-même. On peut essayer de faire quelques bilans individuels pour lesquels le chapitre apporte une série suffisante de documents.

  • 19 Cart. chap. Agde, no 20, 298, 340, 446.,

39- Guillelmus, capellanus de Conacio, apparaît 4 fois19 dans les chartes du milieu du XIIe siècle et il ne semble pas être jamais mentionné sous une autre forme. Il existe au même moment un noble, nommé Guillaume de Conas, mentionné parfois dans le même document que le chapelain. L'homonymie peut expliquer ici la précision, systématique, semble-t-il, de la fonction.

  • 20 Ib. no 30, 258, 261.
  • 21 No 243 Geraldus Parierii et uxor mea Boneta... vendimus tibi Stephano, capellano de Mezua... ; 114 (...)

40- Mais la règle n'est pas seulement liée au risque d'homonymie. Stephanus, capellanus de Mezoa est son contemporain, sans homonyme. Il n'y a pas de laïc portant le nom de Stephanus de Mezoa. Dans trois chartes, il est mentionné, entre 1139 et 114920, soit comme partie principale, soit au cours de la charte21 comme Stephanus capellanus de Mezoa lorsque l'énonciation est tout à fait compléte et comme Stephanus capellanus lorsqu'il a déjà été mentionné.

  • 22 Ib. no 262, XIII petias terrae quas Stephanus Maurandi capellanus de Mezoa et Pontius nepos illius (...)
  • 23 Dans le même cartulaire, il y a bien, tout à fait con temporain de la fin de la vie du chapelain u (...)

41Mais lorsqu'en 1209, les chanoines réunissent plusieurs ensembles de biens, dont les pièces de terre venues de la donation dudit chapelain, pour en faire un fief en faveur de Pierre de Mèze, l'acte fait allusion à Stephanus Maurandi capellanus de Mezoa22 et son neveu Pons. Entre temps l'usage s'est généralisé d'user de surnom aussi pour les clercs. L’oncle chapelain, premier donateur, le porte ici, pour lui-même et son neveu23.

  • 24 Charte no 243, "pro libero allode tradimus Guillelmo Eusebio et vestris...praedictum pratum...Item (...)
  • 25 Ib. no 305.

42- A la même époque, dans les premières années du XIIIe Guillelmus Eusebii apparaît dans 12 chartes différentes, alternativement sous le nom de Guillelmus Eusebii ou de Guillelmus Eusebius, mais toujours avec son surnom. Nulle part ne figure une mention d'un Guillelmus, capellanus de Pineto, qui pourrait lui correspondre. Si, en général, son nom est accompagné de la mention capellanus de Pineto ou de celle de capellanus ecclesie sancti Symeonis de Pineto, et une fois à la cour de l'évêque de Béziers comme simple presbiter (9 fois au total), il arrive que l'état ecclésiastique ne figure pas : en 121224, lorsqu'il achète un pré ; la même année quelques mois plus tard, lorsqu'il achète encore. Or dès 1208, on le connaît comme chapelain de Pinet25. Affaire patrimoniale où son statut de clerc n'a pas à intervenir ? La nature de l'acte n'est pas rigoureusement en cause, car au moment de partir en pélerinage à Saint Jacques il avait fait son testament : Ego Guillelmus Eusebii capellanus Sancti Symeonis de Pineto, proponens visitare limina Sancti Jacobi.... En 1231, de retour de son pélerinage, il modifie légèrement son testament : "Ego Guillelmus Eusebii jamdictus testamentum...quod feci, quando visitavi limina Beati Jacobi, volo et mando servari, excepto quod de honore..." Il est vrai que ce codicille n'a pas été écrit par un notaire, mais devant témoins et qu'il faut qu'ensuite, à la demande de l'héritière, ou plutôt de son mari, l'évêque lui donne force.

43L'usage n'est donc pas toujours de mentionner la fonction ecclésiastique :

  • plus un acte est privé et moins il la précise. Sans doute d'autant plus que les décennies passent. Dès lors, en effet, que l'usage a imposé aux clercs de porter aussi un surnom - et dans ces cas, il paraît patronymique - il est moins nécessaire de les identifier par la précision de leur état.
  • il est donc vraisemblable que, surtout en fin de la période envisagée, aux environs de 1200, des clercs échappent comme tels à notre connaissance parmi certains qui font aumône au chapitre. Ceux-là portent un surnom et leur absence peut réduire l'effectif de cette catégorie lorsqu'on en fait le décompte chez le clercs ; elle peut accentuer lègèrement la différence de comportement anthroponymique entre clercs et laïcs, en aggravant le retard ecclésiastique.

V. Scribes et notaires

44Parmi les clercs, un groupe se distingue : le groupe de tous ceux qui, au bas de l'acte, indiquent qu'ils l'ont écrit.

4520 avant 1050

4610 entre 1050 et 1130

4720 entre 1130 et 1160

4814 entre 1160 et 1190

4918 entre 1190 et 1220

505 entre 1220 et 1235.

  • 26 Cette évolution n'est pas factice. On pourrait penser qu'elle tient au fait que les grands affront (...)

51Dans cette dernière génération, ils portent tous et toujours le titre de notaire public, d'un seigneur ou d'un lieu. Tous sont dénommés d’un nom et d'un surnom ; aucun ne signale plus une autre fonction que celle de notaire : le temps des chapelains prenant la plume est révolu. Même si les scribes ont trop rarement eu l'usage de mentionner le lieu où l'acte est rédigé, pour que le fait soit probant, il est devenu bien rare que ce soit dans l'église ou à sa porte26. La laïcisation de la fonction est très proche, si elle n'est pas déjà accomplie.

  • 27 Le cartulaire de l'évêché d'Agde, où l'on retrouve exactement les mêmes noms des principaux scribe (...)
  • 28 No 222.

52A la génération précédente s'était déjà manifesté un changement majeur. Dans l'ampleur des affaires que certains traitaient : Jacobus, celui qui a écrit le plus grand nombre d'actes du cartulaire (51)27, a désormais des scribes à sa disposition. Le premier en date a travaillé pour lui, souvent sous sa dictée, pendant près de trente ans à partir de 1290 ; un second lui est adjoint vers 1210, qui devient son successeur lorsque Jacobus cesse son activité vers 1220. Parmi eux, le premier à porter le titre de notarius publiais en 1206, Radulfus, notaire public de Florensac. Dès lors, le terme se répand. Mais dès 1184, Raimond Pastoris se disait notaire de l'évêque. Parmi eux, il en est encore quelques uns, peu nombreux, pour énoncer leur fonction ou leur titre ecclésiastique : Raimundus surnommé aussi Raimundus de Sala, se dit parfois aussi diacre puis prêtre, mais il n'a pas seul la responsabilité de l’acte authentique. Après une carrière d'une remarquable longévité, il entre au chapitre. Une seule fois, un chapelain prend la plume, pour un acte bien particulier, une cession de dîmes28. Mais Bernard de Mourèze, chanoine et plus tard précenteur, lui aussi d'une grande longévité, s'acquitte encore souvent jusque vers 1200 de la tâche d'écriture.

  • 29 No 158, vers 1156.
  • 30 No 107 ; au même moment, il porte aussi ce titre dans le cartulaire de l'abbaye de Valmagne.
  • 31 Cart. ev. Agde no 109 et cart. chap. Agde no 54 et 154 ; ce sont d'ailleurs les derniers actes d'u (...)
  • 32 No 83, à Bessan sans doute.

53A la génération encore précédente, 1160-1190, appartiennent les premiers tabellions publics. Non pas Adam, qui apprit sans doute son métier sous la dictée de Me Robert29, mais ne mentionne jamais ni qu'il est prêtre ni aucun autre titre, au bas des actes. Mais Déodat qui instrumente à Montagnac dès 1170 et signale en 1195 "in presentia Guillemi de Montaniaco et Petri capellani de Montaniaco...et Deodati publici tabellionis qui hanc cartam scripsit"30. Vicentius, plus tôt, dès 1175, travaille principalement à Agde, et signale parfois que l'acte a été fait dans son operatorium31. Seul Guillelmus Berengarii se dit en même temps "sacerdos et publicus tabellio" en 118732. L'activité d'Adam et de Vincentius est intense, rapportée au nombre d’actes conservés pour cette période.

  • 33 On peut supposer qu'il y a au moins Petrus de Beciano, Petrus Guillelmi le capiscole, Petrus Jocun (...)

54Des années 1130-1160 émergent deux maîtres, dont Me Rodbertus, qui fut même docteur, et écrivit quatre actes. Et surtout deux clercs, Severus et Petrus de Pomairolis. Quant aux décennies précédentes, elles montrent une activité sensiblement moins "concentrée" des scribes. Il n'y a guère moins d'actes réunis dans le cartulaire du chapitre que pour les années 1160-90, mais seul Petrus, s'il est aussi Petrus levita, en signe un nombre important. Le capiscole participe au travail de rédaction des actes. Mais il est difficile d’identifier avec certitude les divers notaires, bousculés que nous sommes par le nombre de Petrus et de Bernardus33.

55Il n’est pas possible de comparer exactement la répartition des noms des scribes et des autres clercs. Les premiers ont l’usage du nom unique, plus semble-t-il, que les seconds. De ce fait, ils paraissent plutôt suivre l'évolution que la précéder : sur 20 scribes de la génération 1130-60, il en est encore 9 à porter un nom unique. L'égalité entre le nom unique et le nom suivi d'un surnom ne s'établit qu’après 1160.

56Est-ce un hasard si les scribes portent souvent des noms rares ? Les plus actifs, Severus, Vincentius, Adam ou Jacobus n'ont pas d'homonyme. En outre, leur fonction d'écrivain les désigne. Ils n'usent guère de la désignation complémentaire, jusqu'au jour où elle se mue en un titre qui justifie leur activité, tabellion puis notaire. Même vers 1100, seul un petit nombre précise être prêtre. C'est là une différence complète avec les années qui précédent 1050 : alors chaque scribe signalait soigneusement "presbiter" après son nom. Faut-il en conclure qu'ensuite leur identification est facile et qu'il est encore moins nécessaire pour eux que pour les autres clercs de la préciser ? Ou qu'en eux, le scribe ne se confond pas tout à fait avec le prêtre ou le diacre ?

CONCLUSION

57Contrairement à une opinion assez fréquente, ce n'est pas le nomen proprium qui différencie le clerc du laïc. Les choix et leur évolution sont tout à fait analogues dans les deux parties de la population masculine. S'il y a dans les familles aristocratiques une "programmation" à faire entrer certains enfants dans le clergé, elle ne se manifeste pas ou fort peu dans les choix du nomen proprium. Peut-être se fait-elle plus tard dans la vie de l’enfant, en tenant compte des talents et des possibilités individuels. Ou bien, tout simplement, les parents ou parrains ne tiennent-ils pas compte de ce projet lors de la dénomination de l'enfant. Il est possible que certains clercs toutefois changent de nom, volontairement ou renommés par leur entourage, car leurs nomina propria sont, surtout en fin de période, plus renouvelés, plus originaux que ceux des laïcs, tout particulièrement ceux des scribes.

58Avec un peu de retard et moins complètement que les laïcs, les clercs se fondent aussi dans le système anthroponymique général. Vers 1200, ils portent très majoritairement un surnom. Mais il est vrai que cette évolution tardive, leur fait manquer le tournant du milieu du XIe siècle si affirmé chez les laïcs.

59N'a-t-on pas éprouvé alors le besoin de désigner les clercs plus précisément ? Ce n'est pas en tous cas par l'adjonction nouvelle d'une précision apportée par l'indication de leur fonction au sein du clergé. En effet, dès le Xe siècle, la règle semble assez rigoureuse de l'indiquer déjà. Les scribes notent, sans exception, leur rang de prêtre, au bas de l'acte. Loin de se rigidifier, cette règle s'atténue. Pour les scribes très nettement dès le milieu du XIe siècle ; pour les autres clercs aussi, surtout dans les actes privés, qui concernent leur patrimoine personnel et dans les écritures les moins formelles. Seuls les notaires, précisément au moment où leur fonction se laïcise, portent désormais de manière systématique, à partir des premières années du XIIIe siècle, leur titre, signe de leur puissance d'authentification des actes.

60Une évolution se manifeste pourtant au moment même où apparaît chez les laïcs la pratique courante du surnom. Elle ne touche pas l'ensemble des clercs, mais principalement ceux qui ont la curaanimarum dans les églises paroissiales. On les désigne désormais par le titre de chapelain et de plus en plus, de manière systématique dès 1130, on précise le lieu ou l'église où ils exercent leur ministère. Sans doute faut-il voir là une traduction des nouvelles conceptions de la vie paroissiale et plus généralement cette tendance profonde à situer les individus par le lieu de leur résidence ou de leur fonction. En revanche, rien d'équivalent ne se produit pour les diacres et les prêtres : c'est bien leur statut personnel, et lui seulement, qui est indiqué.

61Faut-il en conclure que les clercs portaient, dans les faits, un surnom, masqué par l’écrit ? Les choses ne sont sans doute pas aussi nettes. Lorsqu'apparaissent dans les actes écrits les premiers surnoms d'une manière systématique, c'est-à-dire vers 1060, ce sont surtout des nomina paterna. Or les clercs n'ont pas l'habitude de mentionner leur parenté : même dans les cessions de biens patrimoniaux, ils ne font pas référence à leur père et ne justifient pas ainsi leurs droits. Puis, et sans doute assez rapidement - il faudra le vérifier - ces nomina paterna se fossilisent et se transforment en un surnom patronymique, fondé sans doute sur le nom de l'aïeul. D'autres formes de surnom viennent enrichir la manière de dénommer. Le surnom garde son sens, d'où des choix, des disparitions, des censures. Mais il devient aussi producteur d’état-civil, d'identification dans le cadre familial et lignager. Alors, peu à peu, vers le milieu du XIIe siècle, les clercs entrent dans le système général, sans perdre dans la majorité des cas, la désignation complémentaire, qui les désigne comme membre du clergé, investi d'une fonction, placé dans une hiérarchie.

***

TABLEAU I. Le système de désignation des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU I. Le système de désignation des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde

N.B. : Les % s'entendent par tranche chronologique.
Légende : I - Nom unique - II - Nom unique + désignation complémentaire - III - Nom unique + surnom
A= Référence familiale - B= Référence de fonction - C= Référence sobriquet - D= Référence de lieu - E= Référence divers

TABLEAU II. Noms portés par les laïcs et les clercs : comparaison des noms les plus fréquents (cart. chap. d'Agde)

TABLEAU II. Noms portés par les laïcs et les clercs : comparaison des noms les plus fréquents (cart. chap. d'Agde)

TABLEAU II (suite)

TABLEAU II (suite)

TABLEAU III. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU III. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde

(1) Simple indication de fonction
(2) Indication de fonction localisée
N.B Non compris le haut clergé et les notaires

Notes

1 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours 1989, pp. 180-205.

2 On ne reviendra pas ici sur les difficultés inhérentes au cartulaire lui-même, dont l'original a disparu. Toutefois, la densité de documents qu'il offre permet une connaissance en profondeur de la société de la région d'Agde et en justifie l'étude malgré les limites que lui impose l'impossibilité de la fonder sur l'original.

3 Cf. note 1, pp. 208-215.

4 Un test du coefficient de corrélation des rangs de Spearman donne une valeur de 0,88 (P. Chareille).

5 Un test du Khi deux dont l'hypothèse nulle serait “le pourcentage des populations pour chaque prénom est indépendant de l'état de clerc ou de laïc” conduit à un indicateur d'écart de 11,45 qui valide l'hypothèse au risque 5 %.

6 Un test de comparaison des proportions conduit à un rapport critique de -2,23, qui permet d'affirmer que la différence est statistiquement discernable.

7 Une observation naïve avait conduit à penser que Bernard avait les mêmes caractéristiques que Raimond et était moins porté par les clercs que par les laïcs. Mais un test analogue aux précédents nous a conduit à rejeter cette hypothèse, qui est peut être imputée aux seules fluctuations d'échantillonnage (P. Chareille).

8 L'étude statistique confirme cette impression.

9 Cf. note 1.

10 Le phénomène se manifeste notamment dans les noms religieux où la proportion de l'ensemble Petrus + Johannes tombe de près de 90 % à 75 %.

11 Cf. tableau III.

12 Cart. chap. Agde no 434, 1228.

13 Cf. tests de conformité de proportions.

14 Il n'est pas impossible que la part des surnoms de métier ait été un peu surévaluée pour les laïcs, tant il est difficile de savoir si une mention de métier est déjà un surnom individuel ou encore seulement un complément aidant à identifier l'individu.

15 Désignés comme "incertains", cf. tableau p. 215, in "Génèse médiévale de l'anthroponymie moderne".

16 Dominus Guillelmus agathensis episcopus, parmi les témoins de la charte no 206 de 1167.

17 Cf. tableau II.

18 Le choix de l'une ou l'autre expression est assez peu significatif. Il semblerait que l'usage s'accentue plutôt de préciser le vocable de l'église paroissiale. Souci, chez le scribe, d'allonger la copie ? On eût plus volontiers imaginer l'inverse, une mention de l'église plus fréquente dans les chartes les plus anciennes, compte tenu des réajustements paroissiaux qui se produisent entre 1050 et 1150.

19 Cart. chap. Agde, no 20, 298, 340, 446.,

20 Ib. no 30, 258, 261.

21 No 243 Geraldus Parierii et uxor mea Boneta... vendimus tibi Stephano, capellano de Mezua... ; 1147, no 258 Ego Stephanus capellanus de Mezoa iturus ad sanctum Sepulchrum ita facio meum testamentum... ; 1149, no 261 "Haec est carta diffinitionis et concordiae quae fuit facta inter canonicos... et Pontium de Mezoa... de honore quem Stephanus capellanus de Mezoa et nepos ejus relinquerunt in suis testamentis... Ego igitur praedictus Pontius de Mezoa confessus sum in judicio praestito jurejurando...quod praedictus Stephanus capellanus reliquit XI petiolas terrae...".

22 Ib. no 262, XIII petias terrae quas Stephanus Maurandi capellanus de Mezoa et Pontius nepos illius reliquerunt in suis testamentis...".

23 Dans le même cartulaire, il y a bien, tout à fait con temporain de la fin de la vie du chapelain un Pontius Maurani de Mezoa ; il apparaît dans un acte assez mystérieux (no 97) où le vicomte Raymond Trencavel fait hommage à l'évêque Ermengaud, devant un groupe de six témoins dont ce Pons Maurani, témoins qui ne peuvent paraître représenter la noblesse locale, comme il est d'usage dans ce type d'acte. Le testament du neveu ne figure pas dans le cartulaire du chapitre.

24 Charte no 243, "pro libero allode tradimus Guillelmo Eusebio et vestris...praedictum pratum...Item ego Guillelmus de Sancto Michael praefatus promitto tibi Guillelmo Eusebio et fuis".

25 Ib. no 305.

26 Cette évolution n'est pas factice. On pourrait penser qu'elle tient au fait que les grands affrontements sur le terrain des dîmes sont révolus et les restitutions solennelles sur le lieu du "crime" ; en fait, il ne semble pas que les restitutions de dîmes ou de droits ecclésiastiques aient donné lieu plus que d'autres occasions à rédaction "in situ". Ce sont parfois des actes privés qui sont passés à la porte de l'église et les restitutions se font plus souvent, soit dans les demeures seigneuriales, soit dans la camera de l'évêque et en tous cas dans la cité d'Agde. En outre, si de telles mentions sont rares dans le cartulaire du chapitre d'Agde, elles sont beaucoup plus fréquentes dans celui de l'abbaye cistercienne de Valmagne, où instrumentent les mêmes notaires. Les actes passés dans les demeures privées y sont plus nombreux que ceux passés dans l'église ou à proximité. Une telle divergence dans le mode de rédaction aggrave les inquiétudes concernant la valeur des copies du cartulaire, du temps de son élaboration première.

27 Le cartulaire de l'évêché d'Agde, où l'on retrouve exactement les mêmes noms des principaux scribes révèle également sa belle activité.

28 No 222.

29 No 158, vers 1156.

30 No 107 ; au même moment, il porte aussi ce titre dans le cartulaire de l'abbaye de Valmagne.

31 Cart. ev. Agde no 109 et cart. chap. Agde no 54 et 154 ; ce sont d'ailleurs les derniers actes d'une son activité commencée peu avant 1160 ; en 1168 (No 58) "in operatorio Vincentii clerici".

32 No 83, à Bessan sans doute.

33 On peut supposer qu'il y a au moins Petrus de Beciano, Petrus Guillelmi le capiscole, Petrus Jocundus, un peu antérieur ; reste à identifier Petrus levita et Petrus, peut-être parmi les autres.

Table des illustrations

Titre Graphique No 1. Evolution comparée, chez les laics et les clercs de la fréquence du nom JEAN (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique No 2. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom RAIMOND (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique No 3. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence des noms RAIMOND et PONS (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique No 4. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom PIERRE (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Graphique No 5. Evolution du pourcentage des individus, clercs et laïcs, portant l’un des cinq noms les plus fréquents (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique No 6. Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom GUILLAUME (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique No 7 Evolution comparée, chez les laïcs et les clercs de la fréquence du nom BERNARD (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique No 8 Evolution de la fréquence des noms religieux (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique No 9. Evolution du système de désignation des clercs (cartulaire du chapitre d'Agde).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 2. Un surnom tardif pour les maîtres
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Graphique No 10. Le poids de la référence locale dans la désignation des laïcs et des clercs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre TABLEAU I. Le système de désignation des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde
Légende N.B. : Les % s'entendent par tranche chronologique.Légende : I - Nom unique - II - Nom unique + désignation complémentaire - III - Nom unique + surnomA= Référence familiale - B= Référence de fonction - C= Référence sobriquet - D= Référence de lieu - E= Référence divers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre TABLEAU II. Noms portés par les laïcs et les clercs : comparaison des noms les plus fréquents (cart. chap. d'Agde)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre TABLEAU II (suite)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre TABLEAU III. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans le cartulaire du chapitre d’Agde
Légende (1) Simple indication de fonction(2) Indication de fonction localiséeN.B Non compris le haut clergé et les notaires
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16401/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search