Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

L'anthroponymie des clercs dans la région de Grenoble vers 1100

Norbert Pascaud

Texte intégral

  • 1 Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de Saint Hugues, publiés par Jule (...)

1Les cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble1 ont livré 375 formes anthroponymiques différentes désignant des ecclésiastiques. Ces formes sont assez mal réparties dans le temps car 75 % d'entre elles se concentrent entre 1071 et 1160. Et tous ces clercs sont presque exclusivement des membres du clergé séculier.

Noms de baptême des clercs

2La liste alphabétique complète des noms de baptême des clercs a été dressée et fait apparaître le nombre d'occurrences pour chaque nom selon les tranches chronologiques.

Evolution du stock des noms de baptême des clercs

3D'après le tableau du même nom, il n'y a pas la moindre réduction du stock des noms avant le dernier tiers du XIe siècle. Auparavant, il n'y a jamais eu moins de 88 noms différents pour 100 clercs. Ce n'est qu'après 1070 que ce pourcentage tombe aux environs de 70 %.

4Le stock des noms de baptême utilisés reste donc plus importants pour les clercs que pour les laïcs. Le stock relatif à ces derniers est tombé sous le seuil des 80 noms pour 100 individus avant 1070.

5Cette remarque est valable pour toute la période étudiée puisque la réduction maximale du stock s'effectue entre 1101 et 1132 avec 44,6 noms différents pour 100 clercs. Si cet apogée de la réduction est contemporain de celui constaté pour le stock des noms laïcs, il est malgré tout inférieur à ce dernier de plus de 12 %.

6Cette faible réduction du stock entraîne évidemment moins de risques d'homonymies car avant le XIIe siècle, le nombre de clercs par nom est inférieur à 1,5. Ce taux n'est dépassé que dans les dernières tranches chronologiques représentatives mais n'est jamais supérieur à 2,2 clercs pour un même nom.

7Même si elle reste très faible la réduction du stock des noms de baptême des clercs existe donc. Par conséquent l'usage préférentiel de quelques-uns de ces noms doit apparaître dans l'étude du dépouillement. Quels sont ces noms dominants portés par les clercs ? Sont-ils identiques à ceux portés par les laïcs ?

Les nomina propria des clercs

8La faiblesse des effectifs jusqu'en 1070 est telle que c'est seulement à partir de la fin de XIe siècle que les résultats ont quelque signification et que peut se comparer la répartition et le choix des nomina propria portés par les clercs et les laïcs.

a) une concentration particulièrement marquée

9Le phénomène est déjà perceptible dans le dernier quart du XIe siècle : 41 % des clercs et 36 % des laïcs portent un nom "dominant" (porté par plus de 2 % de la population)

10A la période suivante : 12 noms suffisent à désigner la moitié des clercs, tandis qu'il en faut 17 pour les laïcs.

11Après 1133,6 noms pour le clergé et 11 pour les laïcs.

b) Les noms les plus portés sont globalement les mêmes chez les clercs et les laïcs, avec cependant des nuances importantes

12Dans la tranche la mieux fournie, les trois premières décennies du XIIe siècle, les deux noms les plus fréquents sont les mêmes chez les clercs et les laïcs = Pierre et Guillaume, avec une affirmation plus marquée encore chez les clercs (Pierre 8 % chez les laïcs 11 % chez les clercs ; Guillaume 7 % chez les laïcs, et 10 % chez les clercs).

13Enfin le système anthroponymique des laïcs avec l'adjonction d'un surnom au nomen propriaum s'étend aux clercs, avec un retard d'environ deux générations.

14On serait tenté de trouver normal ce succès accentué de Pierre parmi les clercs et d'y voir peut être le signe d'un changement de nom ou d'un programme familial désignant par le nom de Pierre le fils destiné à la vie ecclésiastique. Le parallélisme entre Guillaume et Pierre, surreprésentés l'un et l'autre chez les clercs, doit faire rechercher une autre explication. D'autant que, malgré la faiblesse de l'effectif, le succès de Guillaume parmi les clercs semble attesté dans les décennies précédentes (6 sur 34).

15Les 6 noms les plus portés chez les clercs et les laïcs manifestent à la fois une grande similitude d’ensemble et des différences trop fortes pour être tout à fait fortuites. Non pas le rang différent de Guigo ou de Giraldus ; les variations sont en fait trop faibles pour être significatives. Mais Nantelmus est peu porté par les clercs et Ado est au contraire, semble-t-il, un nom plus particulièrement attaché aux clercs.

16Pour la période suivante : 1133-1160, les résultats sont beaucoup plus fragiles. Le recul de Guillelmus est général. L'absence de Johannes parmi les clercs est sensible. Le fait marquant est surtout l'écrasante supériorité de Petrus : plus du quart de l'effectif des clercs porte ce nom. C'est deux fois plus que chez les laïcs.

17La faiblesse des effectifs en dehors de la tranche 1100-1130 limite la portée de toute remarque concernant l'évolution des nomina propria et le renouvellement du stock. Cependant, il ne semble pas y avoir un stock de noms spécifiques du clergé. C’est l'analogie entre clercs et laïcs qui est le trait dominant. Toutefois on souhaiterait pouvoir expliquer les différences que le seul hasard de la documentation ne peut expliquer : le succès précoce de Guillelmus parmi les clercs, celui durable et de plus en plus affirmé de Petrus. Faut-il invoquer les usages de dévolution des noms qui laisseraient à l'aîné des noms traditionnels de lignage et donneraient au cadet des noms plus influencés par l'esprit du temps, un cadet plus souvent destiné au clergé ? ou bien un recrutement social un peu différent chez les clercs, issus de milieux plus sensibles aux nouvelles modes ?

18L'évolution du stock des nomina propria étant analogue dans les deux populations, laïque et ecclésiastique, ici et là on constate une réduction des noms d’origine germanique, au profit des noms issus de l'antiquité latine et surtout de l'antiquité scripturaire. A dire vrai ces résultats n'ont guère de signification. C'est le succès de Petrus, ou plus généralement de quelques noms qui modifie l'équilibre. Pour les noms peu fréquents, l'évolution est assez peu marquée.

Le système anthroponymique des clercs

19Aucune forme anthroponymique à deux éléments ne désigne un clerc avant la fin du XIe siècle. En effet jusqu'en 1070, l'ancien système anthropoymique reste exclusif dans le mode de désignation des clercs.

Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Grenoble

Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Grenoble

20En comparant avec l'évolution du système anthroponymique des laïcs on constate que l'évolution a touché les clercs avec 60 ans de retard.

Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans les cartulaires de Grenoble

Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans les cartulaires de Grenoble

21Entre 1071 et 1100, un clerc sur quatre est désigné par un surnom alors qu'à la même période ce rapport est déjà de deux laïcs sur trois. Et ce retard de l'évolution n'a pas été comblé au XIIe siècle puisque le nombre des clercs désignés par une forme anthroponymique à deux éléments ne dépasse pas 40 % de l'effectif du clergé.

22Si la part du nouveau système est toujours en forte croissance en 1160, contrairement à la situation chez les laïcs, l'évolution est loin d'avoir été accomplie. Celle-ci fut donc à la fois plus tardive et moins rapide chez les clercs que chez les laïcs. Comment expliquer cette spécificité de l'évolution de l'anthroponymie des clercs ?

23La réponse se trouve dans la répartition typologique des différentes formes anthroponymiques des clercs (cf. tableau clerc IV)

24On constate la domination de l'usage des désignations complémentaires d'ordre fonctionnel. Jusqu'en 1070, toutes les occurrences anthroponymiques des clercs, sauf quatre, sont du type II (nom + désignation de fonction) et aucun surnom n'a été relevé dans cette population car ces quatre formes anthroponymiques se présentent sous la forme d'un unique nom de baptême. Après 1071, le pourcentage des formes anthroponymiques du type IIb oscille entre 49 et 58 % de la totalité des occurrences de chaque tranche chronologique.

25Cette indication de la fonction ecclésiastique est utilisée à tous les rangs de la hiérarchie. Toutefois c'est d'abord, jusqu'au milieu du XIe siècle, une indication du rang dans les ordres mineurs et majeurs. Puis à la fin de ce siècle l'apparition des fonctions canoniales.

26Cette indication de la fonction ecclésiastique est si importante qu'elle ne cesse pas dans les désignations lorsque, peu à peu, l'usage du surnom gagne les clercs. Elle s'ajoute au surnom, prouvant bien qu'elle est beaucoup plus qu'un simple moyen d'éviter un risque d'homonymie. Se multiplient alors ces longues et malcommodes anthroponymies ecclésiastiques de type "Petrus de Morrenco "clericus Gratianopolitane ecclesie" (cart.C, no 125)

27L'expression de la fonction se modifie d'ailleurs à partir du milieu du XIe siècle. Au moment où, chez les laïcs, le surnom de lieu prend une importance croissante pour atteindre au seuil du XIIe siècle près de la moitié du nombre des surnoms et le quart de toutes les formes anthroponymiques, les clercs introduisent à leur manière la précision locale en indiquant le lieu où s'exerce la fonction ecclésiastique : près de la moitié des fonctions ecclésiastiques sont ainsi "localisées" au milieu du XIIe siècle.

28Dans les cartulaires de l'Eglise de Grenoble, les modes de désignation des clercs font apparaitre une assez nette spécificité, par rapport au système anthroponymique des laïcs. Si le phénomène ne tient pas à des effectifs plus étroits que ceux des laïcs, le stock des nomina propria y paraît plus concentré : les noms les plus fréquents chez les laïcs sont portés à une fréquence encore plus grande chez les clercs. Faut-il lier cette situation à une place moyenne dans l’ordre de la naissance, ni aîné, ni benjamin, auxquels tradition rigoureuse ou innovation originale seraient réservées ?

29D'emblée le nomen proprium ne suffit pas à désigner l'ecclésiastique : l'usage de lui accorder sa fonction dans l'Eglise est manifeste. Il n'est pas issu de la réforme grégorienne. Tout au plus est-ce l'apparition de la mention canoniale à la fin du XIème siècle qu'il faudrait lier au mouvement de réforme de l'église.

30Cependant la désignation d'ecclésiastiques introduit peu à peu une précision locale, qui inspire aussi l'anthroponymie laïque dans cette région dont les caractéristiques anthroponymiques, voisines de celles de la région de Dijon, semblent évoquer un sytème homogène dans un royaume de Bourgogne pris au sens large.

Tableau I. Evolution du stock des noms de baptême dans le cartulaire de Grenoble (laïcs - clercs)

Tableau I. Evolution du stock des noms de baptême dans le cartulaire de Grenoble (laïcs - clercs)

TABLEAU ll-1a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1101 à 1130

TABLEAU ll-1a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1101 à 1130

* Les noms suivis d'un astérisque sont les noms dominants de cette tranche chronologique.

TABLEAU II-1b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1101 à 1130

TABLEAU II-1b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1101 à 1130

N.B. : Tous ces nomss désignent au moins 2 % des effectifs de cette tranche chronologique et font donc partie de la catégorie des noms dominants.

TABLEAU ll-2a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1133 à 1160

TABLEAU ll-2a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1133 à 1160

* Les noms suivis d'un astérisque sont les noms dominants de cette tranche chronologique.

TABLEAU ll-2b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1133 à 1160

TABLEAU ll-2b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1133 à 1160

N.B. :Tous ces noms désignent au moins 2 % des effectifs de cette tranche chronologique et font donc partie de la catégorie des noms dominants.

31COMPARAISON :

Tableau III-1. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

Tableau III-1. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-1. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-1. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-2. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-2. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-2. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-2. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-3 Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-3 Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-3. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

TABLEAU III-3. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

Tableau IV. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

Tableau IV. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble

Les % s'entendent par tranche chronologique.

Tableau V. Fonctions et désignations complémentaires des clercs en Dauphiné

Tableau V. Fonctions et désignations complémentaires des clercs en Dauphiné

Notes

1 Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de Saint Hugues, publiés par Jules Marion, Paris, 1869, Collection des Documents inédits sur l'histoire de France.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans les cartulaires de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau I. Evolution du stock des noms de baptême dans le cartulaire de Grenoble (laïcs - clercs)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre TABLEAU ll-1a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1101 à 1130
Légende * Les noms suivis d'un astérisque sont les noms dominants de cette tranche chronologique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre TABLEAU II-1b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1101 à 1130
Légende N.B. : Tous ces nomss désignent au moins 2 % des effectifs de cette tranche chronologique et font donc partie de la catégorie des noms dominants.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre TABLEAU ll-2a. Palmarès des noms de baptême des laïcs de 1133 à 1160
Légende * Les noms suivis d'un astérisque sont les noms dominants de cette tranche chronologique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre TABLEAU ll-2b. Palmarès des noms de baptême des clercs de 1133 à 1160
Légende N.B. :Tous ces noms désignent au moins 2 % des effectifs de cette tranche chronologique et font donc partie de la catégorie des noms dominants.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau III-1. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU III-1. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre TABLEAU III-2. Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU III-2. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre TABLEAU III-3 Système de désignation des laïcs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre TABLEAU III-3. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Tableau IV. Système de désignation des clercs dans le cartulaire de Grenoble
Légende Les % s'entendent par tranche chronologique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Tableau V. Fonctions et désignations complémentaires des clercs en Dauphiné
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16395/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search