Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Anthroponymie et désignation des clercs en Bourgogne (xe-xive siècles)

Patrice Beck

Texte intégral

Splendeur et misères d'un corpus

  • 1 Les références exactes sont données dans P. Beck, "Evolution des formes anthroponymiques en Bourgo (...)

1Paradoxalement, dans les cartulaires bourguignons dépouillés, les hommes d'église ne sont pas pléthore. A Ainay, Autun, Chalon, Dijon ou Molesmes1, souvent les mêmes individus reviennent d'un document à l'autre. Il s'agit de l'abbé, du prieur, du curé, de l'archidiacre ou de l'évêque en poste, auxquels s’ajoutent, ponctuellement, quelques chanoines ou frères souscrivant aux actes, témoignant d'une transaction. Les textes ne mettent en scène que les délégués, les individus en charge de représenter le monastère ou le chapitre.

2Rien n'est moins sûr, d'autre part, que tous ces personnages officiels aient des racines régionales et le caractère exclusivement bourguignon de l'échantillon ne peut être pleinement attesté. Les transferts ne sont-ils pas monnaie courante au sein de "l'internationale cléricale" ?

3Que penser en outre de ces personnages présentés comme decanus, capellanus ou clericus qui peuplent l'entourage de tel évêque ou de tel seigneur ? Assurément tous ne sont pas hommes d'église, tel ce Durandus decanus de Sampeigne dont le cartulaire d'Autun, en 1247, cite aussi la femme, Elisabeth uxor dicti Durandi ; tels ces clericis multis de Molesmes dont, en 1189-1190 on dresse la liste, à savoir Magistro Petro et Magistro Jacobo notariis nostris, Lamberto cameriaro nostro, Petro major de Castellione.. Quant à la condition sociale du milieu d'origine, rien ne vient généralement l'indiquer pour ces individus qui sont d'abord situés par leur fonction.

4Pouvions-nous au reste conserver dans notre échantillon ceux qui n'étaient pas explicitement désignés comme religieux ?

5D'hésitations en rejets, le nombre des occurrences jugées fiables s'est amoindri, les possiblités d'analyse se sont restreintes. La grille d'étude des modes de dénomination s'est vue réduite à l'alternative absence (I+II) ou présence (III+IV) du surnom, les dénominations retenues comportant toujours la mention du titre ou de la fonction, la référence familale étant toujours ou presque absente.

6Enfin, la séparation des moines et des chanoines, des évêques et des prêtres, un temps conservée, n'a rien donné : tous subissent la même évolution anthroponymique, à l'image de ces trois personnages mis en lumière en 1268 dans le cartulaire d'Autun : Robertus de Malicastro, presbiter, Bertrandus de Moes, canonicus eduensis, Frater Petrus Li Traux, gardianus fratrum minorum nivernensium.. Et rien ne permet de conclure que les Benedictus ou les Bernardus peuplent davantage les couvents bénédictins tant le nombre des occurrences utilisables est dérisoirement bas.

Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences de clercs en Bourgogne

Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences de clercs en Bourgogne

7Le corpus ainsi réuni -1005 unités réparties sur cinq siècles inégalement divisés et fournis - nous a seulement autorisé à tracer les grandes lignes de l'évolution du mode de désignation et du stock des noms utilisés, à explorer quelque peu pour la Bourgogne, l'hypothèse de l'existence de comportements anthroponymiques particuliers aux gens d'église.

Le développement du surnom : un certain retard

  • 2 P. Beck, "Anthroponymie et désignation des femmes en Bourgogne au Moyen Age (Xe-XIVe siècles)”, à (...)
  • 3 P. Beck, "Evolution des formes anthroponymiques en Bourgogne", op. cit.

8Pour les clercs le surnom ne se développe vraiment qu'à partir de la seconde moitié du XIIe siècle (8 % d'occurrences). La précocité est notable par rapport aux femmes qui ne sont encore que 9 % entre 1251 et 1280 à porter un surnom2 ; le retard est non négligeable vis-à-vis des laïcs masculins qui, dès 1051-1100, en sont déjà affublés à 44 %3.

9La mention de la charge a-t-elle longtemps suffi à identifier les clercs ? En tout cas la courbe se traine longuement, décolle seulement dans la seconde moitié du XIIe siècle et la "révolution" anthroponymique -le dépassement des 50 % d'occurrences - n’est réalisée qu'après 1250.

10Le retard est d'un siècle et demi vis-à-vis des aristocrates masculins, d'une génération par rapport aux roturiers. Mais beaucoup plus rapidement que les femmes, les clercs adoptent la double dénomination : à 74 % entre 1281 et 1310.

11Leur comportement anthroponymique n'apparaît donc pas différent de celui des laïcs masculins : le modèle, bien qu'à retardement, est appliqué.

Tableau 2. Apparition et développement du surnom chez les clercs en Bourgogne

Tableau 2. Apparition et développement du surnom chez les clercs en Bourgogne

Graphique No 1 Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs en Bourgogne

Graphique No 1 Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs en Bourgogne

Une anthroponymie aux normes

12Comme les laïcs masculins, et plus tard les femmes, les clercs bourguignons sont surtout affublés de surnoms faisant référence à un lieu, puis, très loin derrière, à une particularité physique ou de caractère.

Tableau 3. Référents du surnom

A - NOM

8

3 %

B - FONCTION

5

2 %

C - SOBRIQUET

69

22 %

D - LIEU

227

73 %

TOTAL

309

100 %

13Comme les laïcs, les clercs finiront par privilégier les mêmes noms : Jean, Pierre et Guillaume.

Tableau 4. Les 23 noms les plus usités chez les clercs en Bourgogne

Tableau 4. Les 23 noms les plus usités chez les clercs en Bourgogne

14Rien dans ce stock ne permet de distinguer laïcs et clercs : aucun prénom emblématique ou programmatique n'apparaît, aucune ferveur particulière pour tel apôtre ou tel saint ne paraît dénoncer une particularité régionale.

15Une seule entorse au modèle : nos chiffres n’enregistrent pas la même concentration des choix sur les noms de tête.

Tableau 5. Evolution de la condensation des noms de clercs en Bourgogne

Tableau 5. Evolution de la condensation des noms de clercs en Bourgogne

16Alors qu'entre le Xe siècle et la fin du XIIIe le nombre moyen d'individus par nom triple presque pour les laïcs masculins, il ne double pas même pour les clercs ; alors que pour les premiers le stock des noms utilisés pour 100 individus tombe à 18 en 1251-1280, il s’élève encore au double en 1400 pour les seconds.

  • 4 P. Beck, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen Age", Bull. (...)

17L'éventail des choix reste largement ouvert en 1400 : Jehan ne domine pas le stock des clercs comme il écrase celui des laïcs. Plus tard cependant, ce prénom finira par imposer sa loi. En 1475 c'est chose faite : parmi les prêtres recensés dans la région de Beaune et de Nuits, Jehan regroupe alors 35 % des choix4.

18Désormais, le modèle fonctionne pour tous.

Notes

1 Les références exactes sont données dans P. Beck, "Evolution des formes anthroponymiques en Bourgogne (900-1280)", Génèse Médiévale de l'Anthroponymie Moderne, Tours, 1989, pp. 61-85.

2 P. Beck, "Anthroponymie et désignation des femmes en Bourgogne au Moyen Age (Xe-XIVe siècles)”, à paraître.

3 P. Beck, "Evolution des formes anthroponymiques en Bourgogne", op. cit.

4 P. Beck, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen Age", Bull. Phil. et Hist., 1980, p. 262.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences de clercs en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 2. Apparition et développement du surnom chez les clercs en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Graphique No 1 Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4. Les 23 noms les plus usités chez les clercs en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 5. Evolution de la condensation des noms de clercs en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search