Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Les cités grecques d’Asie Mineure et le mercenariat à l’époque hellénistique

Jean-Christophe Couvenhes

Texte intégral

  • 1 PARKE (H. W.), Greek Mercenary Soldiers from the earliest Times to the Battle of Ipsus, Oxford, 193 (...)
  • 2 MARINOVIC (L.), Le mercenariat grec au IVe siècle avant notre ère et la crise de la polis, Paris, 1 (...)
  • 3 GRIFFITH (G.F.), The Mercenaries of Hellenistic World, Cambridge, 1935 ; LAUNEY (M.), Recherches su (...)
  • 4 Voir la postface de la réimpression de 1987, par Y. Garlan, Ph. Gauthier et Cl. Orrieux.
  • 5 GAUTHIER (Ph.), Livret EPHE - IVe section, Paris, 1982/3, p. 82.

1Pendant longtemps, le mercenaire – c’est-à-dire le soldat, de condition libre, qui loue ses services à une puissance étrangère à la sienne – est apparu dans l’historiographie comme une figure centrale des armées hellénistiques. À ce sujet, on a souligné les continuités d’une évolution amorcée après la guerre du Péloponnèse, durant le IVe siècle1. On a parfois lié développement du mercenariat et crise de la cité2. On a aussi recensé des exemples3. À partir des sources littéraires, épigraphiques et papyrologiques, Marcel Launey a pu ainsi dresser dans ses Recherches sur les armées à l’époque hellénistique le tableau à la fois analytique et synthétique de ces soldats repérés collectivement sur les champs de batailles ou individuellement par la prosopographie. Vieilli sur quelques points, critiquable par certains de ses a priori4, l’ouvrage ne porte pas explicitement sur le mercenariat, mais y revient constamment. Son critère d’étude principal, à savoir le repérage des individus en fonction de l’ethnique, conduit l’auteur à privilégier la place du soldat étranger dans le dispositif militaire des grandes monarchies. Finalement M. Launey s’est intéressé essentiellement aux armées royales, y surestimant le rôle joué par les soldats étrangers et négligeant les armées des cités5.

  • 6 Un excellent point de départ sur ces questions dans CHANIOTIS (A.), « Foreign Soldiers – Native Gir (...)
  • 7 Une vision générale des problèmes dans MA (J.), « Fighting Poleis of the Hellenistic World », dans (...)

2Etudier les relations entre mercenaires et cités grecques d’Asie Mineure nécessite donc un point de vue différent de celui autrefois adopté par Launey. Je me propose aujourd’hui de substituer au point de vue des rois celui des cités. À la lumière des travaux récents, il est possible d’opérer un tel retournement6. Notre propos s’inscrit en effet dans la perspective nouvelle de la persistance des dispositifs de défense des cités grecques. Un certain nombre d’études ont contribué à réévaluer la place des « fighting poleis » dans le contexte politique et militaire hellénistique7. Les mercenaires présents en Asie Mineure à l’époque hellénistique appartenaient donc aux armées royales mais aussi aux armées civiques.

3Les relations entre ces mercenaires et les cités étaient relativement complexes. L’installation de soldats étrangers sur le territoire des cités ou à l’intérieur des murs des villes pouvait prendre la forme d’une garnison, contrôlée par un roi ou par la cité, ou bien la forme d’une troupe auxiliaire coopérant avec les milices de citoyens. Leurs présence au sein des communautés civiques posait divers problèmes de cohabitation. Les cités étaient en retour contraintes de trouver des solutions à même d’assurer leur cohésion.

4À partir des sources, notamment des documents épigraphiques, il conviendra de partir à la recherche des mercenaires affectés à l’occupation, à la protection ou bien à la défense du territoire civique. Cela permettra d’envisager dans un premier temps la complexité de certaines situations ; de considérer dans un deuxième temps la façon dont les mercenaires intervenaient dans le dispositif militaire des cités. On pourra ensuite constater la charge financière considérable que représentait le mercenariat dans les finances des cités. Enfin, nous considèrerons les relations entre citoyens et mercenaires, du « face à face » à l’intégration.

I. À la recherche des mercenaires dans les cités : complexité des situations

5Partir à la recherche des mercenaires dans les cités grecques d’Asie Mineure à l’époque hellénistique participe d’un paradoxe. Bien sûr, les citoyens savaient ce qu’était un mercenaire : on peut même en distinguer deux catégories. La première était constituée par les mercenaires royaux, c’est-à-dire les soldats étrangers payés par un roi ou un dynaste. Alliés ou ennemis des soldats-citoyens sur les champs de batailles, selon les cas, ils pouvaient assez fréquemment devenir des protecteurs ou bien encore des occupants, dans le cadre d’une garnison imposée par un monarque. La deuxième catégorie était composée des mercenaires employés – donc soldés – par la cité elle-même : ils contribuaient à assurer la défense de la cité. Pourtant, et c’est là le paradoxe, aucun mot grec ne traduit la notion de mercenariat, ni ne permet de différencier à coup sûr ces deux catégories de mercenaires des soldats-citoyens.

  • 8 LAUNEY, Armées, I, p. 25-29.
  • 9 Les exemples sont nombreux (cf. ci-après) : cela apparaît notamment dans les inscriptions des garni (...)
  • 10 Comme le souligne BIELMAN (A.), Retour à la liberté. Libération et sauvetage des prisonniers en Grè (...)
  • 11 GAUTHIER (Ph.), « Les XENOI dans les textes athéniens de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. » (...)
  • 12 Comme l’a bien montré FOULON (E.), « Μισθοϕόροι et ξένοι hellénistiques », REG, 108 (1995), p. 211- (...)
  • 13 LAUNEY, Armées, I, p. 29.

6Pour désigner plus particulièrement la condition de mercenaire, nos sources utilisent fréquemment trois termes qui sont xénos, misthophoros et stratiotès. Comme l’a souligné M. Launey8, dans chacun des cas, l’accent est mis sur une réalité particulière : origine étrangère, pour xénos ; solde reçue pour misthophoros et profession des armes, pour stratiotès. Mais aucun des trois termes, pris séparément, ne doit être traduit spécifiquement par « mercenaire » : ainsi, stratiotès peut tout autant désigner des soldats citoyens que des mercenaires ou des alliés9 ; misthophoros peut aussi bien s’appliquer à une troupe civique, soldée, qu’à une troupe de mercenaires10 ; xénos, peut se référer à un contingent allié11. D’ailleurs Polybe, grand connaisseur de la chose militaire, ne s’y trompait pas : lorsqu’il désignait un mercenaire, il procédait très fréquemment par la répétition des deux termes : xenos kai misthophoros12. Le mercenaire est donc désigné soit comme un ‘ soldat’‘ étranger’‘ soldé’, soit alors par l’une seulement de ces trois caractéristiques, qui prise séparément ne s’applique pas seulement à lui. « Cette imprécision gênante du vocabulaire hellénistique appelle, pour chaque document, une critique appropriée »13

  • 14 GAUTHIER (Ph.), « le décret de Colophon l’ancienne en l’honneur du Thessalien Asandros et la sympol (...)
  • 15 JS (2003), p. 62-63, ll. 7-9 : καὶ ϕρουρν ν τι πόλει τος ατο στρατιώτας ετάκ τους παρέχεται.
  • 16 Nous ne pouvons pas suivre Ph. Gauthier qui, en prenant Launey au pieds de la lettre, indique p. 66 (...)
  • 17 Voir la démonstration de Ph. Gauthier, p. 66, qui poursuit : « Il est possible, sans plus, qu’un ce (...)
  • 18 Sur l’eutaxia, voir infra p. 97.
  • 19 ÉTIENNE (R.) et MIGEOTTE (L.), BCH, 122 (1998), p. 143-157.
  • 20 Sur ces honneurs (proxénie, proédrie, accès à tous les magistrats, au Conseil et au peuple après le (...)

7Prenons l’exemple de décrets honorifiques pris par les communautés civiques. Lorsque les honneurs concernent un phrourarque d’origine étrangère, on peut supposer que les hommes placés sous ses ordres sont des étrangers. Mais seul le contexte permet d’indiquer s’ils sont payés par la cité ou établis là par un roi. Ainsi, dans un décret de Colophon l’ancienne en l’honneur du Thessalien Asandros, publié récemment14, il est précisé que ce dernier « étant en garnison dans la ville maintient ses soldats dans la discipline »15. Comme le fait remarquer l’éditeur, on peut déduire du document que le Théssalien Asandros commandait un corps de mercenaires engagé par la cité. Cette conclusion ne saurait toutefois être posée à partir du terme de stratiotai qui désigne les soldats (l. 8) mais ne saurait impliquer à lui seul qu’il s’agit de mercenaires16. Pour parvenir à une telle la conclusion, il faut s’en référer au contexte17. Qu’il s’agisse bien de mercenaires rétribués par les Colophiens se déduit indirectement : 1) des considérants, expliquant qu’« il [Asandros] maintient ses soldats dans la discipline »18 ; 2) de l’absence de mention d’un roi ou d’un représentant de roi, ce qui permet logiquement de conclure qu’Asandros et ses hommes avaient été engagés par les Colophiens ; 3) de l’existence, à la même époque (Première moitié du IIIe s.), d’une milice civique, attestée par un décret relatif aux procès concernant l’affermage de taxes19. Les honneurs20 reçus par ce chef de troupe découlaient donc de son obéissance aux consignes données par le peuple.

  • 21 Il en va ainsi de plusieurs documents de Priène : I. v. Priene, no 19 ; 21 ; 22 ; 37 ; 251 et 252.
  • 22 I. v. Priene, no 19, avec les commentaires de WILHELM (Ad.), Wiener Studien, 29 (1907), p. 7, à pro (...)
  • 23 I. v. Priene, no 19, ll. 18-20 : παρακαλ[ῶ]ν αὐτοὺς [τηρε]ῖν [τὴν ἄκρ]αν ἐπιμελῶς, λογιζομένους ὡς (...)
  • 24 ROBERT (L. et J.), Téos et de Kyrbissos, p. 219 [ = OMS, VII, p. 363].

8En l’absence de contexte suffisant, il apparaît parfois impossible de préciser le statut politique des troupes, de distinguer les mercenaires royaux ou civiques des soldats-citoyens. Dans certains documents, par exemple, les garnisaires sont désignés simplement par oi phrouroi, sans plus de précisions21. À Priène, les garnisaires de Télôneia – l’acropole qui domine la ville – ont honoré le phrourarque Hélikôn, fils de Léomédon22, qui s’est acquitté à la perfection de sa magistrature d’une durée d’un quadrimestre, veillant à ce que les garnisaires soient traités « avec équité » (l. 13), « de façon intègre et juste » (l. 15-16), « les invitant à garder la citadelle avec soin en considérant que rien n’est plus important pour des hommes grecs que la liberté »23. Comment interpréter cette exhortation ?. J. et L. Robert considèrent que « ces hautes pensées rappelaient le devoir des gardes contre les tentatives d’un tyran ou contre l’ennemi extérieur pour le maintien de la liberté de la ville ; il était sans doute nécessaire de maintenir le moral contre l’austère solitude prolongée quatre mois dans l’austère forteresse »24. Il nous semble que la mention des ἀνθρώποις Ἑλλησιν trahit moins la nécessité de raviver le moral des troupes que le besoin pour Hélikôn de trouver un dénominateur commun entraînant l’adhésion de ses soldats. L’expression souligne l’absence d’unité politique du groupe de garnisaires, placés sous le commandement d’un des magistrats militaires de la cité. Les garnisaires ne sont pas uniquement des Priéniens, en tout cas, ce sont des Grecs : donc, soit il s’agit d’un contingent de Priéniens associés à des mercenaires grecs, soit alors il s’agit d’un contingent composé uniquement de mercenaires grecs. Il est difficile de trancher et il est préférable de laisser ouverte les deux interprétations.

  • 25 Sur la guerre d’Aristonicos, outre WILL (Édouard), Histoire politique du monde hellénistique (323-3 (...)
  • 26 Le texte est réédité et bien commenté par PETZL (G.), I. Smyrna, II 1, no 609.
  • 27 I. Smyrna, II 1, no 609, l. 4-7 : οἱ συνστρατευσάμενοι καὶ ταγέντες ὑϕ’ ἕαυτὸν ἐν τῶι χωρίωι καὶ συ (...)
  • 28 Voir PETZL (G.), ZPE, 9 (1972), p. 180-181.
  • 29 Les premiers éditeurs, SEYLAZ (A.) et KEIL (J.), JÖAI, 28 (1933), Beiblatt, p. 121-124 considéraien (...)

9Dans certains cas, la nature des troupes affectées à la garde d’une forteresse n’est même pas déterminable. A Smyrne, probablement au moment de la guerre d’Aristonicos25 (vers 133-129 a.C.), le stratège Démétrios, fils de Métrodôros, surnommé « Gérys », reçut une couronne d’or – ainsi que son frère, son compagnon d’éducation, sa mère et sa femme – de la part de soldats26. Les honneurs furent votés par « ceux qui ont combattu avec lui, qui étaient placés sous ses ordres dans le fortin (chôrion) et qui l’ont gardé avec lui »27. La formule employée par les soldats pour se désigner eux-mêmes ne laisse nullement transparaître leur statut politique. On sait que Gérys est un citoyen de Smyrne, puisqu’il est également repéré comme monétaire sur le droit d’une monnaie28. Mais on ne sait rien de ses hommes, à moins d’échafauder des hypothèses. Dans leur propre désignation, les soldats mettent l’accent sur l’expérience commune d’un fait d’armes29, par des formules apparaissant très circonstanciées mais qui sont en réalité très évasives. Cela découle de cette aptitude proprement grecque à définir l’appartenance à un groupe non pas du point de vue juridique, mais du point de vue d’une vie commune.

  • 30 On pourra se reporter à ROSTOVTZEFF (M.), « Trois inscriptions d’époque hellénistique de Théangéla (...)
  • 31 Comme l’a fait remarquer ROBERT, Collection Froehner, p. 77-79, les premières lignes, très mutilées (...)
  • 32 Cf. ROBERT, Collection Froehner, p. 79, qui écarte la solution gratuite de Rostovtzeff qui faisaien (...)
  • 33 Ll 7-10. : Φιλίππωι δὲ καὶ Δαμαγάθωι καὶριστοδήμωι [καὶ τοῖς π’ ατοὺς τασσο]μένοις στρατιώταις (...)
  • 34 Cf. CAGNAT (R.), DS, III, 1064 b, s.v. « Legio » et plus récemment CAMPBELL (J.B.), The Emperor and (...)
  • 35 ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 14 notait que « le mot δόμα au sens technique d’un donativum m (...)
  • 36 ROBERT, Collection Froehner, p. 76, rappelle qu’Aristodémos et ses mercenaires assurèrent la garde (...)

10Ainsi, l’identité propre d’un mercenaire, au delà de sa situation juridique, est d’être un combattant : de ce point de vue, le mercenariat royal et le mercenariat civique constituent les deux faces d’un même phénomène. La frontière entre l’une et l’autre catégorie pouvait en effet être facilement franchie. Le plus bel exemple nous est donné par le célèbre traité entre Eupolémos et la cité de Théangéla30 (Cf annexe). Vers 315-313 a.C., la cité carienne, assiégée par le chef de guerre Eupolémos se trouve dans l’incapacité d’honorer la solde des mercenaires qui contribuaient à sa défense. Théangéla disposait certes d’autres défenseurs : ses soldats-citoyens, dont le traité, il est vrai fragmentaire31, ne fait aucune mention et un allié, les Erinéens (l. 6), ressortissants d’une petite cité voisine32. Mais la défection des mercenaires renversa le rapport de force entre assiégés et assiégeant. Le document laisse clairement entendre la raison de cette défection : le traité précise « qu’à Philippos, Demagathos et Aristodémos et les soldats sous leur commandement seront payés les quatre mois de solde qui leur est due ainsi qu’un donativum de deux mois de solde pour Aristodémos et tous les soldats [sous son commandement ?] qui décident de rester au service d’Eupolémos »33. Ces stratiotai – le terme ne traduit qu’une réalité militaire – sont identifiés par leurs chefs. Les quatre mois de solde représentent sans doute l’arriéré que la cité carienne n’avait pu leur verser. Le « don » (donativum en latin puisque cela est pratiqué dans les armées romaines34, dovma, en grec, l. 9) est une pratique destinée à s’assurer les services et la fidélité d’une nouvelle troupe : c’est une sorte de prime à l’engagement, dont on ne possède néanmoins pas de parallèle direct35. Les mercenaires d’Aristodémos36 s’engagent donc auprès d’Eupolémos : auparavant mercenaires civiques, ils deviennent donc mercenaires royaux.

  • 37 Ll. 10-12 : ὅσοι δὲ τῶν σ[τρατιωτῶν] παρεγένοντο εἰς τὴν πόλιν ἐκ τῶν Εὐπολέμου ἐν εἰρήνηι ἢ ἐν π[ο (...)
  • 38 Une solution consiste à sous-entendre ἐκ τῶν στρατοπέδων τοῦ Ευπολέμου ; un jugement d’Eupolémos su (...)
  • 39 A la suite de Rostovtzeff, suivi par Louis Robert, on a longtemps considéré qu’Eupolémos était un d (...)
  • 40 On peut renvoyer encore à l’article classique de HOLLEAUX (M.), « Ceux qui sont dans le bagage », E (...)
  • 41 On a considéré que Peukestas, envoyé par Asandros, le satrape de Carie (DIODORE, XIX, 62, 2), était (...)
  • 42 Sur les prisonniers de guerre, on pourra partir de DUCREY (P.) Le traitement des prisonniers de gue (...)
  • 43 Pour des parallèles épigraphiques aux καταπαλταϕέται voir Syll.3502, l. 8 ; 329, ll. 14-15 ; 1249 e (...)
  • 44 Voir ÉNÉE LE TACTICIEN, X, 18-19 : ἐν δ ξενικ στρατοπέδ τοιάδ’. ἀναγγεί’λαντα σιγήν, πάντων ἀκου (...)
  • 45 Cf. DESCAT (R.), REA, 100 (1998), p. 184-185.
  • 46 Sur les deux ἄκραι séparées par une dépression que l’on peut repérer sur le site, cf. la descriptio (...)
  • 47 Voir infra, p. 90.
  • 48 Deux autres serments militaires font intervenir des divinités similaires, notamment la Tauropole, p (...)
  • 49 Le fait que le serment soit unilatéral ne traduit pas forcément, comme le dit ROSTOVTZEFF (M.), REA (...)

11Le passage d’un employeur à un autre ne s’effectuait néanmoins pas sans quelques garanties. Première garantie : aux lignes 1011, le document précise que « pour tous les soldats qui sont venus dans la ville, ἐκ τῶν Ευπολέμου, en temps de paix ou de guerre, il y aura amnistie »37. Certaines troupes recrutées par Théangéla l’étaient donc d’assez fraîche date, le temps de guerre étant celui du siège – siège dont on ne sait rien de la durée, même si l’on peut penser qu’elle équivaut à quatre mois au moins. Eupolémos ne s’enlève donc pas la possibilité de recruter des soldats venus dans la ville ἐκ τῶν Ευπολέμου. L’expression est difficile : elle traduit vraisemblablement les camps militaires d’Eupolémos38, alors que Rostovtzeff, qui lisait à la ligne 10 [λευθέρων] au lieu de σ[τρατιωτῶν], traduisait par « les hommes libres, sujets d’Eupolémos ». À sa suite, les savants ont longtemps fait d’Eupolémos un dynaste indépendant ; il semble maintenant acquis qu’il fut un stratège de Cassandre, dont on peut retracer la carrière39. La deuxième garantie, contenue dans la clause des lignes 12-14, porte sur les esclaves réfugiés à Théangéla, en temps de paix ou en temps de guerre. On peut se demander si cette garantie ne concerne pas en réalité – mais peut-être pas seulement – les goujats, ces valets d’armes présents dans le train des armées40. Il apparaît seulement des traités antérieurs avec Eupolémos et Peukestas41 qu’ils devaient régir le cas des esclaves venus dans la ville en temps de paix. Amnistier les esclaves venus pendant la guerre n’est ni un geste anodin, ni un geste gratuit : en procédant ainsi, Eupolémos se prive d’une source de revenus, puisque ces esclaves auraient pu constituer une part de butin42. La troisième garantie, à la ligne 15, concerne les katapaltaphétai, « tireurs de catapulte » ou « artilleurs » qui toucheront aussi quatre mois de solde, mais dont on ne sait ni qui ils sont, ni s’ils entrent au service d’Eupolémos43. La quatrième garantie, contenue aux lignes 15-17, est relative au départ des mercenaires44 qui, ne souhaitant pas rester au service d’Eupolémos, jouiront de l’exemption de taxe lors de leur passage sur le territoire contrôlé par celui-ci, jusqu’à leur sortie45. Aux lignes 18-20, la cinquième garantie porte sur le paiement des arriérés de solde, préalable à toute entrée dans la ville et dans les citadelles (τὰς ἄκρας)46. Sixième et dernière garantie : l’attribution des Pentachôra à tous ceux qui veulent entrer au service d’Eupolémos. Il s’agit de faire de ces soldats des katoikoi, comme nous le verrons plus tard47. L’ensemble de ces stipulations est justifié par le serment, de caractère militaire48, prêté unilatéralement par Eupolémos49.

12Pour les mercenaires de Théangéla, le changement d’employeur ne semble pas impliquer de changement d’emploi. Les mercenaires continueront à assurer la protection de la cité, non plus au nom des Théangéliens, mais au compte d’Eupolémos. En revanche, pour la cité elle-même, les choses ont changé : certes, sa défense sera pareillement assurée, mais elle n’en possèdera plus le haut commandement et devra, au mieux, composer avec un élément exogène dont elle ne maîtrise plus ni les modalités de recrutement ni la durée d’installation.

II. De l’usage militaire des mercenaires dans la cité : modalités de recrutement et durée d’installation

  • 50 Nous avons conservé plusieurs documents attestant aux IIIe et IIe s. l’existence d’une répartition (...)
  • 51 Sur les affectations de citoyens, le plus souvent sur le territoire, dans le cadre de garnisons, da (...)
  • 52 C’est le cas des mercenaires fraîchement recrutés par Eupolémos, qui occuperont la ville et les deu (...)

13Qu’il soient au service d’un roi ou d’une cité, les mercenaires prennent pleinement leur place dans le système défensif d’un territoire civique, des murs de l’asty aux forteresses de la chôra. Les études récentes ont d’ailleurs montré 1) que ce système défensif était pris en charge par les citoyens eux-mêmes qu’il s’agisse des amphodoi repérables à Smyrne50 ou des garnisons commandées par un magistrat militaire et tenues par des citoyens à Milet ou à Kyrbissos51 ; 2) que les mercenaires – contrairement à ce que l’on a longtemps pensé – n’en étaient pas les seuls dépositaires. Libre et autonome, la cité ne se privait bien sûr pas d’employer des mercenaires mais seulement pour ajuster ses effectifs civiques ou recruter des soldats spécialisés. Sujette ou plus ou moins dominée, la cité devait composer avec les mercenaires imposés par un roi. Les mercenaires royaux investissaient alors la citadelle qui domine le plus souvent la ville ainsi que les forteresses du territoire52 et prenaient rang, à côté, ou bien à la place, des soldats-citoyens.

  • 53 Parmi les attestations, il convient d’écarter un décret d’Eurômos datant de la basse époque helléni (...)
  • 54 WILHELM (A.), Neue Beiträge, VI, p. 58. Krytôn était un hégémôn qui avait certainement défendu avec (...)
  • 55 La caractéristique se retrouve dans les décrets pris dans les garnisons de l’Attique, cf. COUVENHES (...)

14Libre et autonome, les cités d’Asie Mineure n’ont cessé d’employer des mercenaires, en fonction de leurs moyens, selon leurs propres conditions. Même si les occurrences sont parfois sujettes à discussion53, on peut citer un exemple caractéristique : au IIe s., le décret de Milet pour le Crétois Krytôn d’Aptère indique que « affecté à (la défense) de la cité et du sanctuaire, il s’est occupé comme il convenait de la sécurité du territoire avec ceux qui étaient affectés sous ses ordres, et, à chaque fois, il s’est montré utile en toute circonstance, au peuple en général et à chacun des citoyens en particulier, et a fait preuve d’une persévérance sans faille »54. La cité honore, par l’intermédiaire de son chef, une troupe qui s’est comportée conformément au souhait du peuple. La cité contrôle également la durée d’exercice de la troupe. Le principe même d’un tel décret honorifique est d’être voté en fin de mandat55 : c’est le comportement d’un chef étranger et de sa troupe, sur une période révolue, qui est ainsi récompensé.

  • 56 LAUNEY, Armées, I, p. 30-36, explique tout cela.
  • 57 Clara Rhodos, 2, p. 169, ll. 4-6 : Σκυλλνοςπικράτεος συνταγματάρχας ἐπὶ τν ξένων ; à rapprocher (...)

15Pour recruter leurs mercenaires, les cités avaient développé des moyens et des institutions spécifiques56. Un premier moyen consistait dans l’engagement par la cité d’une troupe de mercenaires déjà constituée par l’intermédiaire de son chef, l’hégémôn. Dans ce cas, le condottiere étranger était placé sous la tutelle d’un magistrat civique : le chef des mercenaires était donc intégré dans la chaîne du commandement et ses hommes affectés comme lui dans le dispositif militaire de la cité. On sait qu’à Rhodes, des magistrats étaient chargés de s’occuper des soldats étrangers, y compris des mercenaires57. Deuxième moyen : la cité pouvait recruter directement les soldats étrangers dont elle avait besoin. L’affaire était alors confiée à un xénologue, dont on peut penser, sans en avoir de réelle certitude, qu’il prenait la tête du contingent ainsi constitué.

  • 58 Les Crétois sont-ils des alliés (symmachoi) ou des mercenaires ? Un peu des deux : formellement, le (...)
  • 59 Nous avons conservé les traités suivants : le renouvellement de l’alliance entre Antiochos II et Ly (...)
  • 60 MERKELBACH (R.) et STAUBER (J.), éd., Steinepigramme aus dem griechischen Osten, I : Die Westküste (...)
  • 61 IC, I, Lato, 35, l. 6-8 : ἁγευμένω τῶν στρατιωτᾶν τῶν ἐκ τᾶς Ἑλλάδος ξενολογη θέντων Εὐδάμω τῶ Ἑπαρ (...)
  • 62 SCHMITT, Staatsverträge, III, no 551, ll. 39-45 et ll. 82-84, cf. LAUNEY, Armées, I, p. 31 et, sur (...)
  • 63 Voir BRULÉ (P.), La piraterie crétoise hellénistique, Paris, 1978 et CHANIOTIS (A.), Die Verträge z (...)
  • 64 Les accords conclus par Rhodes avec Hiérapytna et Olonte exigent pour moitié au moins des citoyens (...)

16Il arrivait que le recrutement de mercenaires se fasse dans le cadre de traités d’alliance (symmachia) : c’est le cas notamment pour les soldats crétois58. À la fin du IIIe siècle, ceux-ci n’hésitent pas à partir en Asie Mineure, s’enrôler dans des armées civiques ou royales59. À Milet, l’épigramme funéraire de Lichas rappelle son rôle comme xénologue dans le recrutement de mercenaires crétois60. On peut aussi citer le cas d’une inscription de Lato, en Crète, précisant le rôle joué par un xénologue rhodien dans le recrutement de soldats61. Ces agents recruteurs envoyés par la cité désireuse d’engager des mercenaires bénéficiaient parfois de certaines facilités. Dans le traité entre Rhodes et Hiérapytna, en dehors des clauses symmachiques d’assistance mutuelle, il est précisé que « si les Rhodiens lèvent une troupe de mercenaires (xenologion) depuis la Crète, les Hiérapytniens assureront la sécurité à la troupe de mercenaires dans la cité, l’assureront aussi sur le territoire et dans les navires affrétés par eux-mêmes autant que possible, et coopèreront en toute choses pour que la troupe de mercenaire soit parfaitement levée par les Rhodiens »62. Dans une île réputée pour son instabilité politique et le caractère endémique de sa piraterie63, les recruteurs se trouvaient ainsi à l’abri des embûches et des difficultés. Par ailleurs, d’autres clauses du même traité fixaient, avec un caractère d’exacte réciprocité, la nature des troupes fournies, les frais engagés par les cités crétoises, ceux engagés par Rhodes, à la fois pour le transport et le séjour dans la cité64.

  • 65 BIKERMAN (E.), Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 53.
  • 66 ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie historique avec le recueil des inscriptions ant (...)
  • 67 Voir encore MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, 2e éd. revue et co (...)
  • 68 CHANIOTIS, Foreign Soldiers, p. 106-108, a bien analysé toute l’ambiguïté d’un garnison honnie mais (...)

17Lorsque la cité passait sous la domination d’un roi, les mercenaires employés par celui-ci échappaient au contrôle actif des citoyens. Des garnisons de soldats étrangers permettaient au pouvoir royal d’exercer une tutelle plus ou moins pesante sur la communauté civique, parallèlement à un contrôle administratif ou économique. A la suite d’E. Bikerman65 et de L. Robert66, les modernes se sont plus à distinguer une phroura, garnison installée pour un temps très long, même en temps de paix, d’une phylakè, garnison ou plus exactement détachement placé ponctuellement en temps de guerre pour répondre à une nécessité stratégique de protection contre un ennemi67. Les mercenaires seraient en effet là soit pour occuper une cité, et au besoin confisquer l’usage d’une citadelle, d’une forteresse ou d’un port, soit alors pour défendre la communauté. On perçoit aisément combien la frontière entre les deux usages est ténue, combien la protection peut se transformer en occupation ou l’occupation être justifiée par la nécessité d’une protection68. Dans un cas comme dans l’autre, la durée de présence des soldats étrangers échappait à la cité.

  • 69 Le cas est bien établi pour les soldats installés par Hippomédôn, le phrourarque lagide, dans la Pé (...)
  • 70 Sur la Katoikia, simple « établissement », voir ROBERT (L.), Bull. épigr., 1980, 108 ; Documents d’ (...)
  • 71 qui ne se retrouve en Carie ni dans nos textes littéraires, ni dans les inscriptions
  • 72 ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 18-19 ; voir aussi le commentaire de ROBERT, Collection Froehn (...)
  • 73 OGIS, 229 (Staatsverträge III, no 492, pour le bibliographie). Le commentaire le plus détaillé rest (...)
  • 74 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 171-172.
  • 75 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 205-206.
  • 76 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 201-204.
  • 77 JONNES (L.) et RICL (M.), EA, 29 (1997), p. 2-29 [SEG, 47, 1745] et les commentaires de GAUTHIER (P (...)

18Dans certaines circonstances, une longue implantation de mercenaires royaux avait des conséquences sur l’intégrité territoriale de la cité. Ainsi, il pouvait y avoir confiscation d’une partie du territoire civique au profit de soldats69. Un monarque pouvait en effet installer des soldats comme katoikoi70, terme générique qui traduit simplement l’idée d’un « établissement ». A la fin du IVe siècle, Eupolémos accorde aux mercenaires de Théangéla, entrés à son service, la concession de terres, dans une région désignée sous le nom de Pentachôra71. Comme l’a bien noté Rostovtzeff, le nom Pentachôra, de même formation que Tétrapyrgia ou Trikomia, Tétrakomia ou Pentakomia, indique qu’il existait sur le territoire de la cité, maintenant contrôlé par Eupolémos, des groupements ruraux constitués en χῶραι ou χῶροι ou χωρία72. À Théangéla, ces groupements furent attribués aux mercenaires d’Eupolémos ce qui leur permit de devenir des colons. Il était assez courant que des soldats soient ainsi établis dans « des centres ruraux, villages ou groupe de villages formant un ensemble économique et administratif ». Ultérieurement, un roi pouvait même imposer une politographie à une cité, forçant cette dernière à intégrer les katoikoi d’origine militaire implantés sur son territoire. Différentes catégories de soldats présents sur le territoire de Magnésie du Sipyle et de Palaemagnésie obtinrent, peut-être après que la cité se fut révoltée contre Séleucos II, la citoyenneté par l’intermédiaire d’un accord de sympolitie avec Smyrne73. De même, plusieurs de ces centres ruraux donnés à des soldats par des rois, sont devenus plus tard des cités : dans le domaine attalide, on peut mentionner Philétaireia de l’Ida74, Attaleia75 et Apollonis de Lydie76 et aussi Tyriaion de Phrygie, dont un document récent nous explique le processus de « poliadisation », à partir d’une population locale, les ἐνχωρίοις, composée de soldats retirés (des colons militaires) et des soldats en activité (des garnisaires) d’origine étrangère, notamment galate77.

  • 78 Sur la durée d’emploi des mercenaires, les pratiques étaient sans doute diverses et restent mal doc (...)

19On le voit, si la mission principale des mercenaires – protéger ou défendre la cité – reste semblable, qu’ils aient été recrutés par la cité ou imposé par un roi, en revanche, la durée de leur présence pouvait être soumise à des variations plus importantes. Lorsque la cité les employait, on peut penser que les mercenaires n’étaient recrutés que pour une durée limitée78, à l’inverse des mercenaires royaux pouvaient s’implanter parfois définitivement sur un territoire civique. Mais, en présence des mercenaires, les cités étaient confrontées à bien d’autres préoccupations.

III. Le poids financier du mercenariat : du versement de la solde à la libération de la cité

  • 79 Sur la solde, on pourra se reporter à trois contributions des Entretiens d’Archéologie et d’Histoir (...)
  • 80 Sur la solde, on pourra se reporter à LAUNEY, Armées, II, p. 725-780 ; DUCREY (P.) et VAN EFFENTERR (...)
  • 81 GAUTHIER (Ph.), « Les chlamydes et l’entretien des éphèbes athéniens : remarques sur le décret de 2 (...)
  • 82 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, en particulier p. 206-209, 214-215 et 219-222.
  • 83 MCKECHNIE (P.), Outsiders in the Greek Cities in the Fourth Century B.C, Londres, 1989, p. 85 souti (...)
  • 84 MANGANARO (G.), « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30 (2000), p. 403-414 ; cf. GAUTHIER (Ph (...)

20La principale préoccupation d’une cité qui employait des mercenaires était d’ordre financier : la cité devait prendre soin en effet de leur verser régulièrement une solde79. On l’a vu, la reddition de Théangéla obtenue par Eupolémos s’explique par l’incapacité de la cité carienne d’honorer ses engagements. Or la solde versée aux mercenaires représentait une charge pécuniaire très importante, que cette solde prenne la forme d’un opsonion (payé en argent) et/ou d’un sitonion ou sitérésion (ration alimentaire ou somme équivalente permettant au mercenaire de faire lui-même l’achat de sa ration quotidienne)80. On connaît la lourdeur de la solde versée aux éphèbes athéniens avant, comme après 32381. Au IIIe siècle, lors de l’annexion de la localité de Kyrbissos par la cité de Téos, le phrourarque de la garnison devait toucher quotidiennement 4 drachmes et les 20 citoyens au minimum qui devaient s’occuper avec lui de la garde du fort, une drachme82. A cela s’ajoutait peut-être la nécessité pour l’employeur d’équiper lui-même ses mercenaires. En fait, ce point reste très débattu83 et semble fort peu probable dans le cas des cités d’Asie Mineure : on sait que Kymè, incapable d’assurer une telle distribution à ses propres soldats-citoyens, dut recourir à la générosité de Philétairos de Pergame84. Le versement de la solde nécessitait donc aussi de faire appel au dévouement financier des magistrats militaires en fonction ou bien de riches concitoyens.

  • 85 Cf. le règlement de Chalcis, retrouvé aussi en partie à Kynos, HATZOPOULOS (M.), Macedonian Institu (...)
  • 86 Le tribut versé par une cité sujette servait d’une manière ou d’une autre à entretenir la garnison (...)
  • 87 I. Erythrai, I, no 24, 11. 10-20 : πο[λλῶν δὲ ϕό]βων καὶ κινδύνων περιστάτων καὶ. δαπ[άνης οὔσης πρ (...)
  • 88 Le terminus post quem est 278/7 a.C. (passage des Galates en Asie) ; le terminus ante quem est 269/ (...)
  • 89 I. Erythrai, I, no 30 et I. Erythrai, I, no 31 (WELLES, Royal Correspondence, no 15) ; cf. ORTH (W. (...)
  • 90 Il semble qu’on ne puisse pas exclure un règlement d’arriéré de solde à des mercenaires royaux.

21Une contrainte financière toute aussi lourde pesait sur les cités confrontées aux troupes royales. Les sources ne disent jamais explicitement qui soldait les mercenaires royaux affectés en garnison dans une cité. Il est évident que la cassette royale était mise à contribution. Les Antigonides procèdent ainsi en Grèce propre85. Néanmoins, on ne peut exclure l’hypothèse d’une participation des cités elles-mêmes, même si les mécanismes financiers restent obscurs86. Ainsi, un décret du peuple d’Erythrées pour son collège de neufs stratèges, indique, entre autres bienfaits, « (attendu que), alors que de grandes peurs et de grands dangers nous entouraient et que l’on devait faire en tous domaines de grandes dépenses pour le maintien de la paix, ils (i.e. les stratèges) ont conservé en toute circonstance la cité et le territoire intacts, en veillant d’une part à la collecte et à l’envoi de l’argent, que la cité avait convenu avec les Barbares commandés par Léonnarios, d’autre part en prenant soin du versement des sommes réclamées par Athé[naios ?] pour les soldats postés auprès d’Hermokratès et de celui pour la solde due [aux gens de ?...] maïkos ; ils ont payé aux mercenaires leur solde qui faisait défaut depuis longtemps en avançant les sommes de leur fonds propre »87. Les honneurs ont été pris entre 277/5 et 269/8 a.C.88, consécutivement à la menace du Galate Léonnarios, chef de l’une des trois tribus qui déferlèrent sur l’Asie Mineure. En réalité, au moins trois troupes doivent être distinguées : 1) les hommes postés auprès d’Hermokratès, inconnu par ailleurs, pour lesquels Athénaios, vraisemblablement l’officier séleucide attesté dans d’autres sources, exige que les Erythréens versent des sommes d’argent (chrémata) ; 2) les (soldats) (des gens de ?...) maïkos auxquels les stratèges versent un sitérésion ; 3) les misthophoroi à qui les stratèges ont versé l’opsonion, qui faisait défaut depuis longtemps. Les modes de paiement diffèrent donc d’une troupe à l’autre. On sait par deux autres documents89 qu’Erythrées, comme les autres cités de la côte, devait verser au roi séleucide un impôt spécial en contrepartie de la protection qu’Antiochos Ier assurait contre les Galates. Or les deux premiers types de versements mentionnés dans notre document, réclamés par un officier royal, semblent constituer cet impôt. Le dernier versement – à savoir l’arriéré de solde aux misthophoroi – peut laisser supposer que les stratèges d’Erythrées régularisent la situation financière de la cité avec ses propres mercenaires90. En tous cas, en plus de verser des fonds et de payer un sitérésion aux troupes royales, la cité d’Erythrées assure sa propre défense en prenant à son compte le versement de l’opsonion aux mercenaires.

  • 91 I. Erythrai, I, no 28 [BIELMAN, Retour à la Liberté, no 21, qui date le décret de après 270, avec t (...)
  • 92 Pour cette interprétation, cf. I. Erythrai, I, no 28 et MIGEOTTE, L’emprunt public, p. 277, note 64(...)

22Un document contemporain, émanant de la même cité, mérite également d’être reconsidéré dans cette perspective. Les considérants du décret pris en l’honneur de Polykritos, datent des mêmes années91. Ils rappellent que ce citoyen bienfaiteur prêta de l’argent au peuple pour ravitailler les équipages de quelques navires envoyés en ambassade au roi Antiochos Ier : « comme le navarque escortait, sur les navires sans fargue, l’ambassade au roi Antiochos, que la nourriture faisait défaut aux équipages parce qu’ils étaient retenus plusieurs jours près du pays par le mauvais temps, que le peuple et les magistrats, à cause de la pénurie des fonds publics, invitaient chacun à prêter pour la nourriture, seul, il a promis de l’argent au peuple... ». Il nous semble que le navarque désigné à la ligne 42 n’est pas un magistrat de la cité – donc que l’ambassade n’est pas envoyée par la cité – mais bel et bien le personnage mentionné à la ligne 3 du décret, à savoir Alkippos, un officier royal d’Antiochos Ier92. Dès lors, plutôt que de voir en Polykritos un citoyen assurant la bonne marche d’une ambassade civique, il est préférable d’y voir un citoyen sollicité par sa cité pour payer l’opsonion – c’est-à-dire la solde – des soldats royaux. Il est sûr que le fait de voir des soldats étrangers à proximité de leur territoire ne devait pas rassurer les Erythréens. Peut-être ce paiement était-il aussi une exigence des autorités séleucides. Le dossier d’Erythrées montre, en tous cas, que dans certaines circonstances, les cités d’Asie Mineure restaient soumises au paiement des troupes royales.

  • 93 Sur cet épisode, voir GAUTHIER, Bienfaiteurs, p. 63-66 et MIGEOTTE (L.), « L’aide béotienne à la li (...)
  • 94 I. Erythrai, I, no 21 [MIGEOTTE, L’emprunt public, no 84].
  • 95 ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 588 et note 10, p. 597.
  • 96 Sur la valeur de la couronne d’or, qui est un élément de datation, cf. VARINLIOĞLU (E.), BRESSON (A (...)
  • 97 MEMNON apud PHOTIUS, Bibliothèque 225 b (trad. R. Henry, C.U.F., un peu modifiée) et le commentaire (...)
  • 98 Le retrait de la garnison est toujours fêtée ; cf. CHANIOTIS (A.), « Gedenktage der Griechen : Ihre (...)

23Enfin les cités étaient financièrement fortement mises à contribution à une dernière occasion : lors de leur libération. Se défaire de la présence indésirable des mercenaires royaux nécessitait à la fois la liberté politique de le faire et des moyens financiers importants. On sait que les Athéniens, libérés de la tutelle des Antigonides à partir du milieu des années 230, parvinrent à racheter le départ de Diogénès, chef de la garnison du Pirée93. À Erythrées, Phanès contribua entre 323 et 315 au renvoi des soldats et à la démolition de l’acropole, en avançant de l’argent sans intérêts94. Les commentateurs ont vu dans ce geste le rachat de la liberté de la ville, par le versement d’une indemnité, à une garnison établie dans ses murs ; le démantèlement de l’acropole était également une sage précaution pour éviter toute nouvelle occupation ou l’installation d’une tyrannie95. Phanès a dû avancer une somme très importante car il reçut en retour une couronne d’or de cinquante statères de Philippe96, la nourriture au prytanée et deux stèles. Un épisode relaté par Memnon d’Héraclée témoigne d’une pratique similaire dans sa cité d’origine97. Les autorités d’Héraclée du Pont, soumis à la présence d’une garnison installée par Lysimaque, espérèrent en secouer le joug au lendemain de la bataille de Kouroupédion (février 281) ; ils « allèrent trouver le gouverneur Hérakleidès et ses hommes pour le persuader de quitter l’acropole, comblé de cadeaux ». À coup d’argent, les Héracléotes pensaient pouvoir libérer leur cité, en devenant l’employeur des mercenaires qui occupaient auparavant leur cité au nom de Lysimaque... Là où il avait eu lieu, le retrait d’une garnison royale était fêté et commémoré annuellement par des sacrifices et même parfois par des concours98.

24Très souvent, les cités ne pouvaient cependant pas se débarrasser de cette présence étrangère : l’heure était à la cohabitation, voire à la collaboration. Les interactions entre les mercenaires et les citoyens étaient nombreuses, mais on peut se demander jusqu’à quel point les groupes parvenaient à réellement se lier. Juridiquement, le mercenaire restait un non-citoyen, même si sa qualité d’homme libre et de Grec lui permettait de fréquenter les sanctuaires ou les gymnases de la cité.

IV. Les relations entre mercenaires et citoyens : du « face à face » à l’intégration

  • 99 Pour une réévaluation du discours isocratique, pris au pied de la lettre par L. Marinovic, BURCKHAR (...)
  • 100 Hormis l’étude menée par LAUNEY, Armées, II, p. 794-809, il faut encore se reporter au vieil ouvrag (...)
  • 101 De nombreuses pièces de Plaute (Bacchides, Curculio, Epidicus, Pseudolus et Truculentus) et de Tere (...)

25À l’époque hellénistiques, les mercenaires ont constitué face aux citoyens un groupe à l’identité fortement marqué, comme en témoignent les sources littéraires. Depuis l’antiquité, on leur prête un comportement que les soldat-citoyen ne sauraient avoir. La figure du mercenaire est, au moins depuis Isocrate, un sujet idéologique, où la fiction dépasse parfois la réalité99. Au IVe s., le mercenaire isocratique est sans foi ni loi, apatride, âpre au gain. À l’époque hellénistique, l’alazôn de la Comédie Nouvelle, dont certains traits remontent à Aristophane, constitue jusqu’à la caricature l’image d’un soldat fanfaron, roublard, lâche et hâbleur100. Cette figure trouve l’un de ses avatars chez Plaute qui nous en a transmis le type au IIe siècle a. C101. Dans l’antiquité, le soldat de métier était un type littéraire et artistique que les habitants d’une cité, fréquentant le théâtre, ne pouvaient ignorer.

  • 102 Sur cette expression et les parallèles donnés par les Roberts, cf. ROBERT (L.), RPhil. (1927), p. 1 (...)
  • 103 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 126-127 ; cf. aussi ibid., p. 198 et n. 1, où le lecteur est renvoyé (...)
  • 104 Sur l’eutaxia au gymnase, cf. GAUTHIER (Ph.) et HATZOPOULOS (M.), La loi gymnasiarchique de Béroia,(...)
  • 105 REINMUTH (O.W.), The Ephebic Inscriptions of the Fourth Century BC, Leiden, 1971, no 2, ll. 38-39.
  • 106 Sur le rôle coercitif du chef militaire, cf. FERNANDEZ-NIETO (F.J.), « La competencia penal de los (...)

26Dans les sources épigraphiques, le comportement des mercenaires à l’égard des citoyens apparaît rarement aussi circonstancié. Une préoccupation récurrente transparaît néanmoins dans de nombreux considérants : la discipline de la troupe. Le Théssalien Asandros est récompensé pour avoir maintenu sa troupe dans l’eutaxia, « le bon ordre disciplinaire » ; dans leur cohabitation avec une troupe étrangère, les communautés civiques n’oublient jamais de savoir gré au chef de parichein tous stratiotais eutaktous102. L. Robert considère même que « cette formule fréquente s’applique essentiellement à une troupe étrangère installée dans une ville au cours d’une action de défense »103. En fait, la question de la discipline n’est pas propre aux mercenaires et concerne autant les soldats-citoyens, soumis également au pouvoir coercitif d’un chef militaire, que les habitués du gymnase104. À Athènes, les éphèbes tenant garnison dans les forteresses du territoire à l’époque lycurgéenne y sont soumis105. Il est probable que des règlements militaires, dont nous n’avons gardé trace que pour la Macédoine, étaient destinés à fixer des limites aux agissements des soldats et, le cas échéant, à punir les contrevenants106. Une bonne discipline garantissait une bonne cohabitation avec les populations civiles.

  • 107 I. Iasos, no 2, l. 21-24. Le texte a été revu et corrigé par GARLAN (Y.), ZPE, 18 (1975), p. 193-19 (...)
  • 108 WELLES, Royal Correspondence, no 38, l. 9-10 (ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 132-136, no 9 ; MA, Ant (...)
  • 109 IG XII 6, 1, 169 ; cf. NENCI (G.), « Gli ‘indesirabili’ nell’Heraion di Samo : (SEG, 27, 545) : παρ(...)
  • 110 CRAMPA (J.), Labraunda, II, p. 61-63, no 46 (ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 139-140 ; cf. Bull. épig (...)

27Plus que tout autre militaire, le mercenaire était perçu comme un élément potentiel de désordre et d’insécurité. Vers 309, le traité entre la cité carienne de Iasos, Ptolémée Ier et le commandant de sa garnison à Iasos, inclut un principe d’amnistie pour les litiges entre la troupe étrangère et les Iasiens107. En mai 203, une lettre de Zeuxis aux Amyzoniens les exhorte à rester sans crainte, sous sa protection, leur rappelant que « nous [Zeuxis] avons écrit [i.e. aux autorités militaires] pour qu’ils s’occupent de vous avec zèle et ne permettent à personne de vous tourmenter »108. Un problème similaire se posait aux sanctuaires. Vers 245, le règlement sur les marchands (kapéloi) de l’Héraion de Samos se réfère constamment aux fauteurs de troubles que sont les stratiotai (vraisemblablement les soldats de la garnison de Ptolémée), les apergoi (vraisemblablement des mercenaires sans emploi), les hikétia (suppliants professionnels) les oi kathizontes oiketès (esclaves routards)109. Vers 203, une lettre d’un haut personnage délégué par le roi Antiochos – il s’agit probablement de Zeuxis – enjoint aux soldats de ne pas installer leurs tentes à Labraunda110.

  • 111 En 201/0, l’armée de Philippe V, composée de mercenaires, hiverna dans la cité carienne de Bargylia (...)
  • 112 WELLES, Royal Correspondence, no 30.
  • 113 TITE-LIVE, XXXIII, 38, 1.
  • 114 POLYBE, XXI, 6, 1.
  • 115 TITE-LIVE, XXXVII, 9, 1-4.

28L’insécurité engendrée par la présence d’une troupe étrangère dépendait beaucoup de la manière dont cette troupe était logée. Les choses étaient assez différentes selon que la troupe était cantonnée sur le territoire ou à l’intérieur des murs de la ville. Une garnison royale pouvait trouver à se loger dans la citadelle qui le plus souvent dominait la ville. Mais le cantonnement des mercenaires n’était pas toujours aussi éloigné des populations civiles. Une pratique usuelle à la guerre, dans les déplacements d’armées ou lors des hivernages111, est la réquisition du logement chez l’habitant, le stathmos. Bien que par nature provisoire – l’Asie Mineure n’ayant vraisemblablement pas connu un phénomène similaire à celui des clérouquies de l’Égypte lagide – le logement chez l’habitant était fort mal vécu. A la fin du IIIe siècle, une lettre de Ptolémée IV au gouverneur de Soloi, en Cilicie, retranscrit la plainte des citoyens de la ville, soumis à des soldats « campant en désordre, qui occupaient non seulement l’extérieur de la cité mais aussi l’intérieur ». La cité insiste particulièrement sur « les personnes qui accompagnent l’armée, qui sont ceux qui occupent la plus grande part des maisons »112. En 197/6, Antiochos III fit hiverner ses troupes à Éphèse et Abydos113. Au printemps 190, l’ ἐπισταθμία des soldats romains114 à Phocée finit par provoquer une émeute, fomentée par les partisans d’Antiochos III115.

  • 116 Sardis VII. 1 2, [SEG, 37, 1003], l. 19-21 : εἶν[αι] δὲ αὑτοὺς ἀ[ϕ]ρουρήτ[ους καθὼς καὶ τὸ πρ]ότερο (...)
  • 117 BRIANT (P.), BRUN (P) et VARINLIOĞLU (E.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristo (...)
  • 118 HEPDING (H.), MDAI (A), 32 (1907), p. 243-256, no 4 [IGRR 292], l. 8.

29Dès lors, les communautés sont particulièrement reconnaissantes des exemptions de logements promulguées par telle ou telle puissance. A Sardes, nous disposons d’un dossier de deux lettres d’Antiochos III, l’une restituant le gymnase à l’usage de la communauté civique – il avait servi auparavant à cantonner des troupes – l’autre de l’été 213, accordant que « sur les maisons que vous avez, [les soldats] n’en disposent plus de la moitié mais du tiers ». Toujours à Sardes, une inscription difficile où sont mentionnés Antiochos III et son fils règle le sort d’une communauté après une guerre et confirme des privilèges déjà octroyés : exemption fiscale pour 7 ans, exemption de garnison et de cantonnement116. Dans l’inscription carienne de Bargasa ( ?), au moment de la révolte d’Aristonicos, vers 129-127 a.C., des honneurs ont été pris pour Apollônios car ce dernier, parti en ambassade auprès du consul Manius Aquilius, est parvenu « à exempter sa patrie du cantonnement des troupes »117 ; vers 80-70 a.C., Diodôros Pasparos se rendit à Rome pour obtenir la dispense de cantonnement des légions romaines de Fimbria118. Il est probable qu’une dispense de logement ou de cantonnement s’obtenait à coût d’argent.

  • 119 Voir les chapitres XV « Les armées et la vie religieuse », XVI « Les associations de soldats », et (...)

30Le plus souvent, les communautés civiques acceptaient bon gré, mal gré les mercenaires présents sur leur territoire. Certains lieux d’échange pouvaient exister, tel le gymnase ou les sanctuaires. Mais il reste difficile d’évaluer la portée de ces contacts. Historiographiquement, M. Launey a contribué à cristalliser le caractère identitaire des mercenaires autour de la notion de koinon. À ses yeux, ces « associations de soldats » constituaient de petites entités politiques, parfois unifiées par des liens ethniques. La cité aurait alors eu en face d’elle un interlocuteur à part entière, aux formes de sociabilités militaires et aux pratiques religieuses et politiques bien définies119.

  • 120 L’ensemble du dossier est à reprendre et nous nous contenterons de quelques pistes, notamment à la (...)
  • 121 Ainsi, un garnisaire de Myndos fit une dédicace pour la santé de Ptolémée IV et de la reine Arsinoé(...)
  • 122 A Théra, le sanctuaire d’Isis et Sarapis a été restauré par Artémidoros de Pergé, un chef de garnis (...)
  • 123 Le concept de « culte professionnel » (LAUNEY, Armées, II, p. 930) est difficile à saisir. Certes, (...)
  • 124 BAGNALL, Administration, p. 65-66.
  • 125 Dans quelle mesure « le gymnase prospère en dehors du cadre civique » (GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr. (...)
  • 126 Il s’agit à la fois de la première lettre d’Eumène II qui répond favorablement à la demande des gen (...)
  • 127 Il ne semble pas avoir existé en Asie Mineure de politeuma, « association politique de soldats », c (...)

31En réalité, les mercenaires n’ont jamais constitué des groupes aux pratiques si caractérisées120. En matière de religion, par exemple, les mercenaires ont certainement contribué à la diffusion à la fois du culte royal121 et de certaines divinités de leur pays d’origine122. Mais, à l’exception de groupes d’origine barbare, il semble difficile d’établir que les mercenaires n’honoraient que leurs propres dieux ou bien encore que des divinités proprement militaires123. Au contraire, si les garnisaires étrangers participent fréquemment à des associations religieuses, c’est aux cotés d’autres habitants du lieu. De même, lorsque les autorités religieuses de Delphes décident de faire de plusieurs commandants de garnisons lagides à Chypre des théorodoques, plutôt que les citoyens des cités où ils sont en poste, il ne faut pas y voir une autonomie religieuse prise par la garnison mais simplement la fait que garnison et cité sont à ce point interdépendantes que c’est au chef de la garnison, véritable autorité religieuse de la cité, que revient l’honneur de recevoir la théorie delphique124. Dans le cadre du gymnase de la cité, les mercenaires n’affirment pas leur identité propre : au contraire, ils côtoient le reste de la communauté civique125. À Tyriaion, où les soldats ont joué un rôle essentiel dans la définition de la communauté civique, l’un des sujets importants est la fourniture d’huile126. Quant aux formes prises par certains décrets émanant de soldats étrangers en l’honneur de leur chef, ils témoignent en réalité du fort ancrage de l’idéal poliade dans l’esprit de soldats dont il ne faut jamais oublier qu’ils sont aussi des citoyens dans leur cité d’origine, même s’ils n’y sont pas retourné depuis des années127.

  • 128 LAUNEY, Armées, II, p. 652-670, qu’il faut compléter avec d’autres exemples cités dans la postface (...)
  • 129 Ce que les savants appellent la « citoyenneté virtuelle » et « la citoyenneté réelle ».
  • 130 GAUTHIER, Bienfaiteurs, p. 203-206.
  • 131 SEG, 17, 639, qui reprend l’édition première de PARIBENI et ROMANELLI, Mon. Ant., 22 (1915), p. 116 (...)
  • 132 Devant le courroux d’Hérakleidès, les Héracléotes « passèrent avec les autres phrourarques une conv (...)

32Si l’identité des soldats étrangers, surtout d’origine grecque, est plus proche qu’on ne le croît de celle des populations civiles qu’ils côtoient, leur intégration n’en est pas pour le moins difficile. Une raison essentielle l’explique : l’intégration à une cité passe par l’octroi d’un statut politique repérable aux yeux de tous les concitoyens. Dans les sources épigraphiques, on dispose ainsi de quelques exemples d’octroi de citoyenneté à des mercenaires, qui ont fait l’objet d’une étude systématique de M. Launey128. Mais là encore il convient de bien distinguer entre possibilité offerte et octroi de citoyenneté réellement concrétisé129. Plusieurs exemples en effet donnent en même temps la politeia et d’autres privilèges, traditionnellement accordés à des étrangers de passage, tels que la proxénie. Ph. Gauthier a montré combien cette association suffit à montrer le caractère « potentiel » de la citoyenneté octroyée. Bien souvent, les communautés civiques n’étaient pas foncièrement désireuses d’intégrer des soldats étrangers130. Au sujet de l’inscription relative à la garnison attalide de Lilaia, on peut penser que les mercenaires, auxquels pourtant la petite communauté des Lilaieis venait d’accorder la citoyenneté, étaient en instance de départ. Le décret des Aspendiens en l’honneur des mercenaires placés sous les ordres de [-]moklès ou [-]lokès et de Léonidès, stratèges de Ptolémée131 relève certainement du même cas d’espèce132. Le plus souvent, les décrets de politeia sont pris à titre individuel et ne concernent que des chefs de mercenaires : ils ne débouchent pas sur une intégration des mercenaires à la cité.

  • 133 Sur les mariages mixtes en Égypte, on se reportera à MÉLÈZE MODRZEJEWSKI (J.), « Dryton le Crétois (...)
  • 134 CHANIOTIS, Foreign Soldiers, p. 110-113 qui étudie OGIS, 134 (à Kition, Aristo, la fille d’un offic (...)
  • 135 Voir les pièces de Plaute ou Térence, citées ci-dessus.
  • 136 MA, Response to Chaniotis, p. 121, fait remarquer que dans une note de ROSTOVTZEFF (M.), Social and (...)

33La frontière entre les mercenaires et le reste des citoyens demeure d’autant plus étanche que les populations se mélangent peu. Hormis en Égypte, les mariages mixtes sont très rares133. Dans le monde des cités grecques, la citoyenneté des deux époux était exigée pour que le mariage fût reconnu et cette obligation légale ne semble pas avoir faibli à l’époque hellénistique. A. Chaniotis, qui est revenu récemment sur la question, a bien rappelé que les mercenaires crétois émigrent avec armes et bagages, y compris femmes et enfants, que lorsque des Crétoises se marient avec des garnisaires, c’est avec des officiers originaires d’Étolie, ligue liée aux cités crétoises par des accords d’isopolitie134. Quand les mercenaires faisaient souche avec des filles du cru, c’était donc avec les prostituées du bordel de la garnison135 ou bien avec des esclaves qu’ils pouvaient sans doute affranchir136. Dans tous les cas, ces soldats étrangers étaient condamnés à rester non-citoyen.

  • 137 LONIS (R.), « L’anaplérôsis ou la reconstitution du corps civique avec des étrangers à l’époque hel (...)
  • 138 LONIS, L’Anaplérôsis, p. 264, note 69, souligne ce fait. Néanmoins, qu’il puisse s’agir « d’auxilia (...)
  • 139 REHM, Milet, I. 3, no 33-35 (1er groupe) et no 36-38 (2ème groupe). Documents repris par HERRMANN ( (...)
  • 140 WÖRRLE (M.), Chiron 18 (1988), p. 428-448 a montré que la chronologie des stéphanéphores milésiens (...)
  • 141 Sur ces événements, cf. MASTROCINQUE (A.), La Caria e la Ionia meridionale in epoca ellenistica (32 (...)
  • 142 REHM, Milet, I. 3, no 37 c, l. 82-88.
  • 143 REHM, Milet, I. 3, no 37 d, l. 65-66. Sur le devenir de ce groupe de Crétois, cf. BRULÉ (P.), La pi (...)

34Dans certains cas, néanmoins, les communautés civiques se trouvaient dans la nécessité d’intégrer des communautés de soldats. Les cités procédaient alors par anaplérôsis : elles accordaient massivement à un groupe d’individus la citoyenneté pour reconstituer leurs corps civiques137. À Milet, une série d’inscriptions célèbres mentionne ainsi la politeia accordée à d’importants groupes de militaires, notamment des Crétois. La qualité de mercenaire n’est pas expressément signalée dans les documents138. Formellement, on ne peut exclure que ces Crétois soient venus comme troupes auxiliaires, ce qui à vrai dire ne change pas grand chose, comme on l’a vu. Rehm, comme Launey, faisaient de ces Crétois des mercenaires, ce qui s’accorde assez bien avec le fait que certains vinrent en Ionie avec leur famille et que probablement tous furent amenés à rester sur place. L’octroi de citoyenneté s’est effectué, en deux temps, d’abord en 234/3 (1er groupe), puis en 229/8 (2ème groupe)139, si l’on tient compte des dates hautes proposées par M. Wörrle140. Le contexte troublé de l’époque explique les deux vagues, la première correspondant à la menace conjointe des Galates et d’Antiochos Hiérax sur l’Asie Mineure, la seconde à l’expédition d’Antigone Dosôn en Carie141. Les Crétois intégrés dans le corps civique doivent jurer « d’aider à la sauvegarde de la cité et des fortins, de respecter les décrets et de se tenir prêts à se battre pour la cité »142. L’assimilation de ces nouveaux citoyens comme défenseurs de la cité est pleine et entière, la seule restriction étant qu’il ne pourront devenir phrourarque que 20 ans plus tard, soit au terme d’une génération143.

  • 144 L’hypothèse est avancée par SARTRE (M.), L’Anatolie hellénistique, de l’Egée au Caucase (334-31 av. (...)

35Les deux parties pouvaient tirer bénéfice de cette situation. La cité bénéficiait de son côté de la possibilité d’intégrer en son sein des populations qui étaient déjà présentes sur son territoire, et avec lesquelles elle entretenait des relations. Surtout, l’anaplérôsis était le moyen pour la cité de compléter son potentiel de défense tout en diminuant la charge financière que représentait le paiement de la solde des mercenaires, non pas que l’armée civique ne représentât pas un coût (on verse aussi une solde aux citoyens en armes), mais on peut penser que le coût est moindre144. Quant aux mercenaires, l’anaplérôsis constitue pour eux, mais pas seulement eux, un moyen de devenir citoyen.

Conclusion

  • 145 Seul le domaine égyptien a donné lieu à une étude prosopographique poussée ; voir VAN’T DACK (E.), (...)

36Y-a-til eu, à l’époque hellénistique, des évolutions dans les relations entre mercenaires et citoyens ? D’emblée, il convient de souligner que les cités d’Asie Mineure sont restées une source d’approvisionnement en mercenaires tout au long de la période, comme l’on peut s’en rendre compte à la lecture de la prosopographie rassemblée par M. Launey. Quant à savoir si le IIe siècle a marqué un tournant, traduisant un affaiblissement des flux grecs au profit des flux orientaux, il faut rester très prudent145.

  • 146 POLYBE, XXI, 43, 15 dit seulement : μὴ ἐξέστω Ἀντιόχῳ μηδὲ ξενολογεῖν ἐκ τῆς
    ὑπὸ Ῥωμαίους ταττομένης (...)
  • 147 Sur la présence de mercenaires « mysiens », ciliciens, thraces et galates dans les rangs de l’armée (...)

37Pour le reste, il faut différencier, autant que possible, l’évolution du mercenariat royal et celle du mercenariat civique. Lors de la conquête d’Alexandre, des rivalités entre diadoques, de la main-mise lagide sur une partie des cités côtières de l’Anatolie, des guerres entre rois séleucides et usurpateurs au IIIe siècle, de la reconquête des cités d’Asie Mineure par Antiochos III, jusqu’à sa défaite face aux Romains, les communautés civiques ont eu à maintes reprises l’occasion de voir sur leur territoire des mercenaires à la solde des rois hellénistiques. A partir du traité d’Apamée de 188 qui proclame au moins formellement la liberté des cités, l’Asie Mineure entra dans un processus progressif de tutelle puis, à partir de 129, de provincialisation par le pouvoir romain. L’exclusion des Séleucides de l’Asie Mineure eut pour effet le retrait des mercenaires royaux au-delà du Taurus. De plus, le traité d’Apamée interdisait à Antiochos III de recruter des mercenaires dans la sphère d’influence de Rome et même d’accueillir des volontaires venus d’Asie Mineure146, interdiction dont on mesure l’inefficacité une génération plus tard à Daphnè147.

  • 148 SION-JENKINS (K.), « La disparition du mercenariat en Asie Mineure occidentale au IIe siècle a.C. : (...)
  • 149 Sur l’occupation militaire des attalides dans ces régions, par l’intermédiaire de garnisons, et sel (...)
  • 150 Sur l’occupation militaire de Rhodes dans ces régions, on pourra partir de BRESSON (A.), « Les inté (...)

38En effet, on peut douter que la liberté romaine fût synonyme de réelle disparition du mercenariat au IIe siècle, comme on l’a récemment soutenu148. Deux raisons à cela : d’une part, pour plusieurs décennies encore, Pergame comme Rhodes, qui avaient obtenu de Rome les dépouilles de l’Asie Mineure séleucide continuèrent d’exercer leur tutelle sur un grand nombre de cités grecques. L’une et l’autre des deux puissances continuèrent à employer des mercenaires selon des modalités proches de celles des séleucides au siècle précédant, occupant les cités de Lydie, Carie, Ionie (pour Pergame)149, et celles de Lycie et de Carie (pour Rhodes)150.

  • 151 On pourra se reporter à BAKER (P.), « La vallée du Méandre au IIe siècle : relations entre les cité (...)
  • 152 Il est impossible de repérer le dernier des mercenaires employés par les cités grecques. Les crises (...)
  • 153 I. v. Pergamon, no 268, fr. D-E, l. 12 et 16 (OGIS, 437, III, l. 67 et 71).

39D’autre part, les cités grecques ne cessèrent jamais de recruter des mercenaires. La brusque entrée en scène de Rome en Asie Mineure en 196 n’a en effet pas signifié que les cités aient arrêté de mener leur politique et de régler leurs conflits. Bien au contraire, il a été montré récemment combien les cités continuaient à assurer leur propre défense et à régler leurs conflits locaux151. Sans doute fallut-il attendre les bouleversements entraînés par la crise mithridatique pour voir le mercenariat se tarir152. Vers 98 av. J.-C. encore, l’une des clauses du traité entre les Ephésiens et les Sardiens prévoit que ni l’un ni l’autre des deux cités ne fournira de mercenaires contre sa partenaire153, preuve qu’au début du Ier siècle les cités utilisaient encore des mercenaires pour se protéger de leurs voisines.

Bibliographie

Bibliographie

BAR-KOCHVA (B.), The Seleucid Army. Organization and Tactics in the Great Campaigns, Cambridge, 1976.

BAGNALL (R.S.), The Administration of Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde, 1976.

BAKER (P.), « Les mercenaires », dans PROST (Fr.), éd., Armées et sociétés de la Grèce classique. Aspects sociaux et politiques de la guerre aux Ve et IVe s. av. J.-C., Paris, 1999, p. 240-255.

BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), La guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000, p. 177-196.

BAKER (P.), « La vallée du Méandre au IIe siècle : relations entre les cités et institutions militaires », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 61-76.

BIELMAN (A.), Retour à la liberté. Libération et sauvetage des prisonniers en Grèce ancienne. Recueil d’inscriptions honorant des sauveteurs et analyse critique, Athènes-Lausanne, 1994.

BIKERMAN (E.), Institutions des Séleucides, Paris, 1938.

BRULÉ (P.), La piraterie crétoise hellénistique, Paris, 1978.

CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Army and Power in the Ancient World, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2002.

CHANIOTIS (A.), « Foreign soldiers – Native girls ? Constructing and Crossing Boundaries in Hellenistic Cities with Foreign Garrisons », dans CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Army and Power in the Ancient World, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2002, p. 99-113.

COHEN (G. M.), The Seleucid Colonies. Studies in founding, administration and organization, Wiesbaden, 1978.

COHEN (G. M.), The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands ans Asia Minor, Berkeley (Hellenistic Culture and Society, 17), 1995.

COHEN (G. M.), « Katoikia, Katoikoi and Macédonians in Asia Minor », Ancient Society, 22 (1991), p. 41-50.

COUVENHES (J.-Chr.), « L’approche prosopographique des aires géographiques de recrutement des garnisaires de l’Attique à l’époque hellénistique : enjeux et limites du traitement statistique », Actes du colloque d’Arras sur la Guerre et la démographie dans le Monde Antique (14-15 décembre 2001) (à paraître).

COUVENHES (J.-Chr.), « De disciplina graecorum : les relations de violence entre les chefs militaires grecs et leurs soldats », Actes du colloque de Paris sur La violence dans les mondes grec et romain (2, 3 et 4 mai 2002), (à paraître).

COUVENHES (J.-Chr.), « La fourniture d’armes aux citoyens athéniens du IVe au IIIe s. av. J.-C. », Actes du colloque de Montpellier sur les Armes dans l’Antiquité (20-22 mars 2003), (à paraître).

DEBORD (P.) et VARINLIOGLU (E.), éd., Les Hautes Terres de Carie, Bordeaux, Ausonius, 2001.

DESCAT (R.), « La carrière d’Eupolémos, stratège macédonien en Asie Mineure », REA, 100 (1998), p. 167-186.

DUCREY (P.) et VAN EFFENTERRE (H.), « Traités attalides avec les cités crétoises », Kretika Chronika, 21 (1969), p. 277-300.

DUCREY (P.), « Traités attalides avec les cités crétoises », BCH, 94 (1970), p. 637-659.

DUCREY (P.), « Remarques sur les causes du mercenariat dans la Grèce ancienne et la Suisse moderne », Mélanges J.R. Von Salis, Zürich, 1971, p. 115-123.

DUCREY (P.), « Les aspects économiques de l’usage de mercenaires dans la guerre en Grèce ancienne : avantages et inconvénients du recours à une main d’œuvre militaire rémunérée », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), La guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000, p. 197-209.

FERNANDEZ-NIETO (F.J.), « La competencia penal de los estragos », dans Symposion 1988. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Köln-Wien, 1990, p. 111-122 ;

FERNANDEZ NIETO (F.J.), « Los reglamentos militaires griegos y la justicia castrense en época helenistíca », Symposion 1995 Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Köln-Wien-Bölhau, 1997, p. 221-244.

FOULON (E.), « Μισθοϕόροι et ξένοι hellénistiques », REG, 108 (1995), p. 211-218.

GAUTHIER (Ph.), « Les XENOI dans les textes athéniens de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. », REG, 84 (1971), p. 44-79.

GAUTHIER (Ph.), Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, IVe-Ier siècle avant J.-C., (BCH Suppl. XII), Athènes-Paris, 1985.

GAUTHIER (Ph.), « le décret de Colophon l’ancienne en l’honneur du Thessalien Asandros et la sympolitie entre les deux Colophon », JS (2003), p. 61-88.

GAUTHIER (Ph.) et HATZOPOULOS (M.), La loi gymnasiarchique de Béroia, Athènes, (Μελετήματα 16), 1993.

GRIFFITH (G.F.), The Mercenaries of Hellenistic World, Cambridge, 1935.

GROTE (K.), Das griechische Söldnerwesen der hellenistischen Zeit, Diss., 1913.

HATZOPOULOS (M.), L’organisation de l’armée macédonienne sous les Antigonides. Problèmes anciens et documents nouveaux, Athènes, (Μελετήματα 30), 2001.

HOLLEAUX (M.), « Ceux qui sont dans le bagage », Études d’Epigraphie et d’Histoire grecques, III, Paris, 1968, p. 15-26.

JACCOTTET (A.-F.), « Le lierre de la liberté », ZPE, 80 (1990), p. 150-156.

KREUTER (S.), Aussenbeziehungen kretischer Gemeinden zu den hellenistischen Staaten im 3. und 2. Jh. V. Chr., München, 1992.

LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., Paris, 1949-1950 (Réimpression, Paris, 1987).

LESQUIER (J.), Les institutions militaires sous les Lagides, Paris, 1911.

LONIS (R.), « L’anaplérôsis ou la reconstitution du corps civique avec des étrangers à l’époque hellénistique », dans LONIS (R.), éd., L’Étranger dans le monde grec, II, Nancy, 1992, p. 245-270.

MA (J.), « Fighting Poleis of the Hellenistic World », dans VAN WEES (H.), éd., War and Violence in Ancient Greece, Londres, 2000, p. 337-376.

MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, 2ème éd. revue et corrigée, 2001

MA (J.), « ‘Oversexed, Overpaid and Over Here’ : A Response to Angelos Chaniotis », dans CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Army and Power in the Ancient World, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2002, p. 114-122.

MCKECHNIE (P.), Outsiders in the Greek Cities in the Fourth Century B.C, Londres, 1989.

MCKECHNIE (P.), « Greek Mercenary troops and their Equipment », Historia, 43 (1994), p. 297-298.

MÉLÈZE MODRZEJEWSKI (J.), « Dryton le Crétois et sa famille ou les mariages mixtes dans l’Égypte hellénistique », dans Aux origines de l’hellénisme : La Crète et la Grèce. Hommage à Henri van Effenterre, Paris, 1984, p. 354-377.

ORTH (W.), Königlicher Machtanspruch und Städtische Freiheit. Untersuchungen zu den politischen Beziehungen zwischen den ersten Seleukidenherrschern (Seleukos I, Antiochos I, Antiochos II) und den Städten des westlichen Kleinasien, München, 1977.

PARKE (H.W.), Greek Mercenary Soldiers from the earliest Times to the Battle of Ipsus, Oxford, 1933.

ROBERT (L.), Collection Froehner I, Inscriptions grecques, Paris, 1936.

ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie historique avec le recueil des inscriptions antiques, II, Le plateau de Tabai, Paris, 1954.

ROBERT (L. et J.), « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS (1976), p. 154-235.

ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie. I. Exploration, histoire, monnaies et inscriptions, Paris, 1983.

ROSTOVTZEFF (M.), « Trois Inscriptions d’époque hellénistique de Théangéla en Carie », REA, 33 (1931), p. 7-21.

SARTRE (M.), L’Anatolie hellénistique, de l’Egée au Caucase (334-31 av. J.-C.), Paris, 2003.

SAVALLI (I.), « I neoccitadini nella città ellenistiche », Historia, 34 (1985), p. 387-431.

SION-JENKINS (K.), « La disparition du mercenariat en Asie Mineure occidentale au IIe siècle a.C. : éléments de réflexion », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 19-35.

VAN’T DACK (E.), Ptolemaica selecta. Études sur l’armée et l’administration lagide, Louvain, 1988.

WHITEHEAD (D.), « Who Equipped Mercenary Troops in Classical Greece ? », Historia, 40 (1991), p. 105-113.

Annexes

Annexe : Traité entre eupolémos et théangéla

Partie inférieure d’une stèle de marbre blanc découverte à Théangéla (Kenier) en 1887. Ayant appartenue à la collection de W. Froehner, la pierre est actuellement au Cabinet des Médailles à Paris.

Dimensions : 0,54 x 0,61 x 0,065 cm. hauteur des lettres : 0,9 à 1 cm.

Ed. Pr. : HICKS (E. L.), The Classical Review, 3 (1889), p. 235 d’après la copie d’un agent de Th. Bent, pour les lignes 11-14 et 25-30 seulement, avec des erreurs de lecture et une mauvaise coupe des lignes ; ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 5-25 et pl. I ; ROBERT (L.), Collection Froehner I, Inscriptions grecques, Paris, 1936, p. 69-86, no 52 et pl. XXIII.

Cf. ROBERT (L.), L’Antiquité Classique, 4 (1935), p. 159-173 (repris dans Collection Froehner, p. 69-86, no 52)

α
στεϕ
ρου τοῦ δέ
[4] τῶν στρατευομέ[νων τῶν]
δὲ ζμηνῶν τελεῖν ἑκαστ[ ]
εἶναι δὲ ἄδειαν καὶ Ἐρειναιεύσιṿ
Φιλίππωι δὲ καὶ Δαμαγάθωι καὶ Ἀριστοδήμωι [καὶ τοῖς ὑπ̕ αὐτοὺς τασσο-]
[8] μένοις στρατιώταις ἀποδοθῆναι τὰ ἐνοϕειλόμεν[α αὐτοις ὀψώνια μηνῶν]
τεσσάρων καὶ δόμα μηνῶν δύο Ἀριστοδήμωι καὶ τοῖς [ὑπ̕ αὐτὸν οὖσιν]
στρατιώταις ὅσοι ἄν μένωσιν παρ' Εὐπολέμωι·ὅσοι δὲ τῶν σ[τρατιωτῶν]
παρεγένοντο εῖς τὴν πόλιν ἐκ τῶν Εὐπολέμου ἐν εἰρήνηι ἢ ἐν π[ολέμωι]
[12] εἶναι αὐτοις ἄδειαν τῶν δὲ δούλων ὅσοι μὲν ἐν εἰρήνηι παρεγένοντο
εἶναι αὐτοῖς κατὰ τὰς συνθήκας τὰς Εὐπολέμωι καὶ τὰς Πευκέσται γε-
γενημένας· τοῖς δὲ ἐμ πολέμιοι ἐλθοῦσιν ἄδειαν εἶναι ἀποδοθῆναι δὲ
καὶ τοῖς καταπαλταϕέταις ὀψώνια μηνῶν τεσσάρων τῶν δὲ στρατιω-
[16] [τ]ῶν τοῖς βουλομένοις ἀπίναι ἐξεῖναι ἔχουσιν τὰ αὑτῶν, καὶ εἶναι
[α]ὐτοῖς ἀτέλειαν τῶν ὑπαρχόντων ἄγουσιν διὰ τῆς Εὑπολέμ[ου]
ὅταν δὲ ὀμόσηι Εὐ[πόλ]εμος Θεαγγελεῦσιν καὶ τοῖς στρατιώταις
ἐμμενεῖν ἐν τοῖς ὠμολογημένοις καὶ τὰ ὀψώνια ἀποδῶι τοῖς στρατιώταις,
[20] παραλαμβανέτω τὴμ πόλιν καὶ τὰς ἄκρας· τοῖς δὲ στρατιώταις τοῖς ἐκ Θεαγ-
γέλων, ἐάν τινες στρατεύιονται παῤ Εὐπολέμοη ὐπάρχειν αὐτοῖς τὰ Πεντάχωρα·
ὅρκος ὅν ὠμώμοκεν Εὐπόλεμος· ὀμνύω Δία Γῆν Ἥλιον Ἄρη Ἀθηνᾶν
Ἀρείαν καὶ τὴν Ταυροπόλον καὶ τοὺς ἄλλους θεοὺς πάντας καὶ
[24] πάσας· ἐμμενῶ οἶς ὡμολόγηκα πρός τὴν πόλιν τὴν Θεαγγελέων
καὶ τοὺς στρατιώτας τοὺς ἐν Θεαγγέλοις καὶ σημανοῦμαι τὰς
συνθήκας ἃς πεποίημαι πρὸς Θεαγγελεῖς καὶ ἀποδώσω ἐσϕραγισ-
μένας Θεαγγελεῦσι καὶ οὐ κωλύσω τὴν πόλιν ἀναγράψαι τὰς
[28] συνθήκας καὶ τὸν ὅρκον ὃν ὠμώμοκα ἐν στήληι καὶ στῆσαι ἐν ἰερῶι
ὧι ἄν βούλωνται ἐν Θεαγγέλοις· εὐορκο(ῦ)ντι μέμ μοι εὖ εἶναι αὐτῶι καὶ
γένει, ἐπιορκοῦντι δὲ τἀναντία τούτων

Apparat crit. : L. 4-5 : rest. Robert ; - - - - τῶν]| δὲ ζ’ μηνῶν τελεῖν ἑκάστ[ωι - - Rostovtzeff ; L. 10 : τῶν σ[τρατιωτῶν] Froehner, suivi par Robert qui a lu sur la pierre un Σ ; τῶν ἐ[λευθέρων]. Hicks suivi par Rostovtzeff ; L. 16 : on lit ΑΠΙΝΑΙ sur la pierre, « je ne pense pas que nous ayons ici une faute du graveur, que nous devrions corriger, mais une forme vulgaire qu’il ne faut pas faire disparaître », Robert ; ἀπι(έ)ναι Rostovtzeff ; L. 29 : on lit EϒOPKONTI sur la pierre.

Traduction

(début mutilé)

[...] des soldats [... que] chacun (?) paie (l’impôt) sur les ruches [...]

[...] et il y aura aussi une amnistie pour les Ereinaieis [...] à Philippos, Demagathos et Aristodémos et les soldats sous leurs commandements seront payés les quatre mois de solde qui leur est due ainsi qu’un don de deux mois de solde pour Aristodémos et tous les soldats [sous son commandement ?] qui décident de rester au service d’Eupolémos ; pour tous les soldats qui sont venus dans la ville depuis les camps d’Eupolémos en temps de paix ou en temps de guerre il y aura amnistie ; pour tous les esclaves qui sont venus en temps de paix les conditions seront comme ainsi stipulé dans les accords d’Eupolémos et de Peukestas ; pour ceux qui sont venus en temps de guerre, il y aura une amnistie ; aux artilleurs seront aussi payés quatre mois de solde ; tous les soldats qui voudraient partir seront autorisés à emmener leurs biens avec eux et seront exemptés des taxes coutumières pour leur passage à travers le (territoire) d’Eupolémos ; et quand Eupolémos aura prêté serment au peuple de Théangéla et aux soldats promettant de se conformer à ce à ce qui a été convenu entre eux, et quand il aura payé la solde aux soldats, il prendra possession de la ville et des (deux) citadelles ; que les soldats (venant) de Théangéla qui veulent entrer au service d’Eupolémos jouissent de la possession des Pentachôra. Serment prêté par Eupolémos : je jure par Zeus, la terre, le Soleil, Arès, Athéna Areia et la Tauropole, ainsi que par tous les autres dieux et déesses que je me conformerai à ce qui a été convenu avec la cité de Théangéla et les soldats qui sont à Théangéla, que je marquerai d’un sceau les accords que j’ai passé avec les Théangéliens et le remettrai cacheté aux Théangéliens, et que je n’empêcherai pas la cité de transcrire les accords et le serment que j’ai prêté sur une stèle et de la placer dans un des sanctuaires de leur choix à Théangéla ; si je tiens mon serment que tout soit bien pour moi et ma famille, si j’y manque, le contraire.

Notes

1 PARKE (H. W.), Greek Mercenary Soldiers from the earliest Times to the Battle of Ipsus, Oxford, 1933. Sur le mercenariat à l’époque classique, les questions principales sont rappelées par BAKER (P.), « Les mercenaires », dans PROST (Fr.), éd., Armées et sociétés de la Grèce classique. Aspects sociaux et politiques de la guerre aux Ve et IVe s. av. J.-C., Paris, 1999, p. 240-255. L’ouvrage de YALLICHEV (S.), Mercenaries of the Ancient World, Oxford, 1997, propose une vision diachronique de l’ensemble de l’Antiquité, ne présente aucune note et est trop général.

2 MARINOVIC (L.), Le mercenariat grec au IVe siècle avant notre ère et la crise de la polis, Paris, 1988.

3 GRIFFITH (G.F.), The Mercenaries of Hellenistic World, Cambridge, 1935 ; LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., Paris, 1949-1950 (réimpression, Paris, 1987, avec addenda et suppléments bibliographique dans la postface de Y. Garlan, Ph. Gauthier et Cl. Orrieux).

4 Voir la postface de la réimpression de 1987, par Y. Garlan, Ph. Gauthier et Cl. Orrieux.

5 GAUTHIER (Ph.), Livret EPHE - IVe section, Paris, 1982/3, p. 82.

6 Un excellent point de départ sur ces questions dans CHANIOTIS (A.), « Foreign Soldiers – Native Girls ? Constructing and Crossing Boundaries in Hellenistic Cities with Foreign Garrisons », dans CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Army and Power in the Ancient World, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2002, p. 99-113 (cité CHANIOTIS, Foreign Soldiers) ; on lira également avec profit, dans le même ouvrage, la réponse de MA (J.), « ‘Oversexed, Overpaid and Over Here’ : A Response to Angelos Chaniotis », p. 114-122 (cité MA, Response to Chaniotis).

7 Une vision générale des problèmes dans MA (J.), « Fighting Poleis of the Hellenistic World », dans VAN WEES (H.), éd., War and Violence in Ancient Greece, Londres, 2000, p. 337-376 ; sur un point particulier : BAKER (P.), Cos et Calymna, 205-200 a.C. : esprit civique et défense nationale, Québec, Éd. du Sphinx, 1991 ; « Remarques sur la défense à Cos à l’époque hellénistique », dans BRUN (P.), éd., Les îles de l’Égée dans l’Antiquité, Revue des Études Anciennes, 103 (2001), p. 183-195.

8 LAUNEY, Armées, I, p. 25-29.

9 Les exemples sont nombreux (cf. ci-après) : cela apparaît notamment dans les inscriptions des garnisons de l’Attique, comme LAUNEY, Armées, I, p. 29-30 l’a lui-même relevé ; dans certains cas, chez POLYBE, IV, 36, 4 ; V, 3, 1, stratiotès est précisé par l’adjectif politikos.

10 Comme le souligne BIELMAN (A.), Retour à la liberté. Libération et sauvetage des prisonniers en Grèce ancienne. Recueil d’inscriptions honorant des sauveteurs et analyse critique, Athènes-Lausanne, 1994, p. 89 et note 9, à la suite de Launey, « le terme s’applique plus généralement à tout homme qui perçoit un salaire pour son travail ». Pour μισθοϕόρος appliqué à des soldats-citoyens, voir par exemple DIODORE, XVIII, 10, 1 ; le décret de Priène en l’honneur de Sôtas (OGIS, 765, l. 18) ; le décret de Priène en l’honneur de Moschiôn (I. v. Priene, no 108, l. 150-153).

11 GAUTHIER (Ph.), « Les XENOI dans les textes athéniens de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. », REG, 84 (1971), p. 44-79.

12 Comme l’a bien montré FOULON (E.), « Μισθοϕόροι et ξένοι hellénistiques », REG, 108 (1995), p. 211-218, qui étudie les occurrences de ces termes chez Polybe. La deuxième partie de l’article, sur l’armement, est plus discutable.

13 LAUNEY, Armées, I, p. 29.

14 GAUTHIER (Ph.), « le décret de Colophon l’ancienne en l’honneur du Thessalien Asandros et la sympolitie entre les deux Colophon », JS (2003), p. 61-88.

15 JS (2003), p. 62-63, ll. 7-9 : καὶ ϕρουρν ν τι πόλει τος ατο στρατιώτας ετάκ τους παρέχεται.

16 Nous ne pouvons pas suivre Ph. Gauthier qui, en prenant Launey au pieds de la lettre, indique p. 66 que « [le] terme [de stratiotès] s’applique par excellence, à la période hellénistique, aux soldats de métiers, aux mercenaires ».

17 Voir la démonstration de Ph. Gauthier, p. 66, qui poursuit : « Il est possible, sans plus, qu’un certain nombre de ces « soldats » aient été, comme leur chef, d’origine thessalienne ». On ne peut que souscrire à ces propos et rappeler l’impossibilité de connaître l’origine ethnique des soldats. Certaines listes de mercenaires reproduites par LAUNEY, Armées, I, p. 63-103, montrent l’hétérogénéité de la composition des troupes (listes des de garnisaires de Lilaia, de l’Attique, de Chypre)

18 Sur l’eutaxia, voir infra p. 97.

19 ÉTIENNE (R.) et MIGEOTTE (L.), BCH, 122 (1998), p. 143-157.

20 Sur ces honneurs (proxénie, proédrie, accès à tous les magistrats, au Conseil et au peuple après les affaires sacrées, droit de débarquer et de se rembarquer sans craindre les saisies, en dehors des trêves, en temps de guerre et en temps de paix, « participation à tout ce à quoi ont part les Colophiens en général »), voir le commentaire de Ph. Gauthier.

21 Il en va ainsi de plusieurs documents de Priène : I. v. Priene, no 19 ; 21 ; 22 ; 37 ; 251 et 252.

22 I. v. Priene, no 19, avec les commentaires de WILHELM (Ad.), Wiener Studien, 29 (1907), p. 7, à propos des l. 24-29 et ROBERT (L. et J.), « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS (1976), p. 198, 205, 218-219 [ = OMS, VII, p. 342, 349, 362-363].

23 I. v. Priene, no 19, ll. 18-20 : παρακαλ[ῶ]ν αὐτοὺς [τηρε]ῖν [τὴν ἄκρ]αν ἐπιμελῶς, λογιζομένους ὡς οὐθὲ[ν με]ῖζόν ἐστιν ἀνθρώποις Ἕλλησιν τῆς ἐ[λε]υθερίας.

24 ROBERT (L. et J.), Téos et de Kyrbissos, p. 219 [ = OMS, VII, p. 363].

25 Sur la guerre d’Aristonicos, outre WILL (Édouard), Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), Nancy, 1982, II, p. 416-425, on pourra se reporter aussi à ROBERT (J. et L.), Claros I, Décrets hellénistiques, Paris, 1989, p. 29-35 et aussi à BRUN (P.), dans ce volume, p. 21-54

26 Le texte est réédité et bien commenté par PETZL (G.), I. Smyrna, II 1, no 609.

27 I. Smyrna, II 1, no 609, l. 4-7 : οἱ συνστρατευσάμενοι καὶ ταγέντες ὑϕ’ ἕαυτὸν ἐν τῶι χωρίωι καὶ συνδιατηρήσαντες.

28 Voir PETZL (G.), ZPE, 9 (1972), p. 180-181.

29 Les premiers éditeurs, SEYLAZ (A.) et KEIL (J.), JÖAI, 28 (1933), Beiblatt, p. 121-124 considéraient que l’expression ο συνστρατευσμενοι signifiait que les soldats placés sous les ordres de Gérys avaient eu à se battre sur le champ de bataille et non pas seulement à garder le chôrion.

30 On pourra se reporter à ROSTOVTZEFF (M.), « Trois inscriptions d’époque hellénistique de Théangéla en Carie », REA, 33 (1931), p. 7-21 (pl. 1), « qui a toute la valeur d’une editio princeps » pour ROBERT (L.), Collection Froehner I, Inscriptions grecques, Paris, 1936, p. 69-86, no 52 (pl. XXIII), qui republie l’inscription.

31 Comme l’a fait remarquer ROBERT, Collection Froehner, p. 77-79, les premières lignes, très mutilées, n’indiquent pas « qu’on paiera la solde de sept mois » (Rostovtzeff) mais prévoient, selon toute vraisemblance, un impôt sur les ruches (ζμηνν).

32 Cf. ROBERT, Collection Froehner, p. 79, qui écarte la solution gratuite de Rostovtzeff qui faisaient des Erinéens « un détachement envoyé par la ville de Rhodes ».

33 Ll 7-10. : Φιλίππωι δὲ καὶ Δαμαγάθωι καὶριστοδήμωι [καὶ τοῖς π’ ατοὺς τασσο]μένοις στρατιώταις ἀποδοθῆναι τ ἐνοϕειλόμεν[α αὐτοῖς ὀψώνια μηνὀῶν] τεσσάρων καὶ δόμα μηνῶν δύοριστοδήμωι καὶ τοῖς [ὑπ̓ αὐτὸν οὖσιν] στρατιώταις ὅσοι ἂν μένωσιν παρ’ Εὐπολέμωι

34 Cf. CAGNAT (R.), DS, III, 1064 b, s.v. « Legio » et plus récemment CAMPBELL (J.B.), The Emperor and the Roman Army, 31 BC – AD 235, Oxford, 1984, p. 165-171.

35 ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 14 notait que « le mot δόμα au sens technique d’un donativum militaire, apparaît dans notre inscription pour la première fois ». À notre connaissance, aucun parallèle n’est apparu à ce jour dans une nouvelle inscription. La pratique, en revanche, est éclairée par les sources littéraires. Alexandre avait l’habitude de faire des cadeaux (δωρεαί) pour récompenser des soldats d’un fait extraordinaire : DIODORE, XVII, 74, 3 (cf. ARRIEN, III, 19 ; PLUTARQUE, Alexandre, 42, 3) ; les rois payaient parfois leurs soldats par avance, avant une confrontation ou une campagne : DIODORE, XIX, 15 (Eumène, trois mois de solde versés par avance) ; XX, 108 (Antigone Le Borgne, six mois de solde versés par avance) ; Maccabées I, 3, 27 (Antiochos IV, un an de solde versé par avance).

36 ROBERT, Collection Froehner, p. 76, rappelle qu’Aristodémos et ses mercenaires assurèrent la garde de la ville et du territoire de Iasos, sans que l’on puisse établir de rapport chronologique avec notre document ni même le rôle joué alors par ces mercenaires à Iasos.

37 Ll. 10-12 : ὅσοι δὲ τῶν σ[τρατιωτῶν] παρεγένοντο εἰς τὴν πόλιν ἐκ τῶν Εὐπολέμου ἐν εἰρήνηι ἢ ἐν π[ολέμωι] εἶναι αὐτοῖς ἂδειαν.

38 Une solution consiste à sous-entendre ἐκ τῶν στρατοπέδων τοῦ Ευπολέμου ; un jugement d’Eupolémos suivi d’un décret de la cité carienne de Pladasa, republié par DEBORD (P.) et VARINL᷇IOĞLU (E.), éd., Les Hautes Terres de Carie, Bordeaux, Ausonius, 2001, no 48, l. 1, indique : [ἔκρ]ινενΕὐπόλεμος στρατοπεδεύων ἐν Κωράνζοις, « Eupolémos a prononcé ce jugement en son camp de Koranza » ; sur l’emploi de στρατόπεδον au sens de « camp militaire », cf. ÉNÉE LE TACTICIEN, X, 19 ; Syll.3, 312, l. 10 ; 709, l. 5.

39 A la suite de Rostovtzeff, suivi par Louis Robert, on a longtemps considéré qu’Eupolémos était un dynaste, une sorte de roitelet local. Récemment, DESCAT (R.), « La carrière d’Eupolémos, stratège macédonien en Asie Mineure », REA, 100 (1998), p. 167-186, a démontré de manière convaincante qu’il s’agissait d’un stratège de Cassandre, en charge des affaires du diadoque en carie et en Lydie.

40 On peut renvoyer encore à l’article classique de HOLLEAUX (M.), « Ceux qui sont dans le bagage », Etudes d’Epigraphie et d’Histoire grecques, III, Paris, 1968, p. 15-26.

41 On a considéré que Peukestas, envoyé par Asandros, le satrape de Carie (DIODORE, XIX, 62, 2), était identifiable au satrape perse destitué par Antigone Monophtalmos en 315 : MOMIGLIANO (A.), « Peucesta », RFIC, 59 (1931), p. 245 et suiv. et BILLOWS (R.A.), Antigonos the One-Eyed and the Creation of the Hellenistic Sate, Berkeley-Los Angeles, 1990, p. 789-792 ; contra : MA (J.T.), DEROW (P.S.) et MEADOWS (A.R.), « RC 38 (Amyzon) Reconsidered », ZPE, 109 (1995), p. 79, note 18.

42 Sur les prisonniers de guerre, on pourra partir de DUCREY (P.) Le traitement des prisonniers de guerre dans la Grèce antique, Paris, 2ème éd., 1999, qui donne la bibliographie.

43 Pour des parallèles épigraphiques aux καταπαλταϕέται voir Syll.3502, l. 8 ; 329, ll. 14-15 ; 1249 et BUCKLER (H.), JHS (1935), p. 75 ; dans le cadre de l’éphébie : Syll.3 385 ; 958. BAKER (P.) « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), éd., La guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000, p. 192, note 21, émet l’hypothèse que ces artilleurs « avaient été engagés pour pallier l’incompétence de la milice locale en ce domaine ».

44 Voir ÉNÉE LE TACTICIEN, X, 18-19 : ἐν δ ξενικ στρατοπέδ τοιάδ’. ἀναγγεί’λαντα σιγήν, πάντων ἀκουόντων κηρξαι. Εἴ τις βούλεται ἀπιέναι, μὴ ἀρεσκόμενοι τοῖς παροῦσιν, ἐξεῖναι ἀπαλλάττεσθαι, « dans un camp de mercenaire, le héraut, après avoir demandé le silence, annoncera ceci quand tout le monde écoutera : quiconque veut s’en aller parce qu’il est mécontent de sa situation peut partir... » ; I. Iasos, no 2, l. 19-21.

45 Cf. DESCAT (R.), REA, 100 (1998), p. 184-185.

46 Sur les deux ἄκραι séparées par une dépression que l’on peut repérer sur le site, cf. la description détaillée de ROBERT, Collection Froehner, p. 81-85.

47 Voir infra, p. 90.

48 Deux autres serments militaires font intervenir des divinités similaires, notamment la Tauropole, proprement macédonienne (cf. ROBERT, Collection Froehner, p. 80-81) : celui du traité conclu vers 260 entre Eumènes Ier et ses mercenaires révoltés (OGIS, 266) et celui du traité entre les Smyrniens et les katoikoi de Magnésie du Sipyle (OGIS, 229) ; auxquels on pourrait ajouter le serment des éphèbes athéniens conservé sur une stèle d’Acharnes, dans la seconde moitié du IVe siècle, (ROBERT (L.), Études philologiques et épigraphiques, Paris, 1938, p. 296-307) qui présente des similitudes. Les divinités invoquées sont des divinités de la guerre, mais pas « des mercenaires », cf. infra, p. 100.

49 Le fait que le serment soit unilatéral ne traduit pas forcément, comme le dit ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 20, qu’il est composé « d’une série d’obligations que les Théangéliens imposent à Eupolémos avant de leur livrer leur ville ». Certes, le traité est qualifié de συνθήκαι et d’ὁμολογία, mais l’on sent bien qu’Eupolémos est le maître de la situation. La capitulation de la cité, entraînée par la défection des mercenaires de Théangéla, a donné lieu à des négociations, de nature fiscale et militaire, aux termes desquelles la cité sauve son intégrité physique et accepte l’assujettissement.

50 Nous avons conservé plusieurs documents attestant aux IIIe et IIe s. l’existence d’une répartition de la ville de Smyrne en secteurs de défenses, cf. I. Smyrna, II 1, no 613 a-c.

51 Sur les affectations de citoyens, le plus souvent sur le territoire, dans le cadre de garnisons, dans des chôrion : ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 579-603 et BAKER (P.), Cos et Calymna, 205-200 a.C. : esprit civique et défense nationale, Québec, 1991 ; BAKER, Coût des garnisons..., p. 177-196 (qui, malgré le titre, porte plus sur l’organisation civique de la défense). Sur l’organisation de la défense à Milet, qui contrôle plusieurs forts dans l’Hybandis (sur le territoire de Myous) et dans les îles de Patmos, Léros et Lepsia, cf. PIMOUGUET (I.), DHA, 21.1 (1995), p. 89-109 ; sur la garnison de Téos envoyée à Kyrbissos, cf. ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos.

52 C’est le cas des mercenaires fraîchement recrutés par Eupolémos, qui occuperont la ville et les deux acropoles. Un décret des Xanthiens (ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie. I. Exploration, histoire, monnaies et inscriptions, Paris, 1983, p. 124-127, no 4) en l’honneur du phrourarque lagide Pandaros, pris sous le règne de Ptolémée Philadelphe, montre que l’autorité de ce dernier, et donc la présence de ses soldats, s’étendait ἐπ τν ν Ξάνθωι ϕρουρίων, c’est-à-dire non pas sur la ville mais sur plusieurs forteresses du territoire.

53 Parmi les attestations, il convient d’écarter un décret d’Eurômos datant de la basse époque hellénistique (fin du IIe siècle) en l’honneur de d’Amyntès, fils d’Ainéas. Ce personnage, cité par MA, Fighting Poleis, p. 364 note 28, n’est pas un « mercenaire phrourarque », contrairement à ce que pensait le premier éditeur, ERRINGTON (R.M.), EA, 21 (1993), p. 28-29, no 7, mais, comme l’a montré GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr. 1995, 527, p. 527-528, un citoyen de Mylasa, cité unie en sympolitie avec Eurômos : « Nommé ‘par le peuple’ au commandement du fort de Pétra, il avait eu parmi ses subordonnés des Eurôméens et avait su se rendre utile envers eux, tout en exerçant ses fonctions aux mieux des intérêts du ‘ peuple tout entier’. Les Eurôméens ne lui accordèrent donc pas un droit de cité potentiel qu’il possédait déjà, mais un privilège qui l’associait plus étroitement à la communauté locale des Eurômeis... »

54 WILHELM (A.), Neue Beiträge, VI, p. 58. Krytôn était un hégémôn qui avait certainement défendu avec sa troupe le territoire milésien dans la guerre avec Magnésie, comme le souligne LAUNEY, Armées, I, p. 262 qui date néanmoins le document de vers 200 ; sur la guerre de Milet avec Magnésie, cf. BAKER (P.), « La vallée du Méandre au IIe siècle : relations entre les cités et institutions militaires », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 61-76.

55 La caractéristique se retrouve dans les décrets pris dans les garnisons de l’Attique, cf. COUVENHES (J.-Chr.), Les garnisons de l’Attique du IVe au Ier s. av. J.-C. par les inscriptions, Université Paris IV-Sorbonne, 2000 ; GAUTHIER (Ph.), Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, IVe-Ier siècle avant J.-C. (BCH Suppl. XII), Athènes-Paris, 1985, p. 83 et suiv., revient sur le fait que les honneurs votés à de grands bienfaiteurs n’ont pas de rapport direct avec telle ou telle action d’éclat.

56 LAUNEY, Armées, I, p. 30-36, explique tout cela.

57 Clara Rhodos, 2, p. 169, ll. 4-6 : Σκυλλνοςπικράτεος συνταγματάρχας ἐπὶ τν ξένων ; à rapprocher des magistratures équivalentes à Athènes, notamment le στρατηγὸς ἐπί τοὺς ξένους, attesté dans IG II2 682, l. 25 ; II2 379, ll. 11-13 ; en revanche, selon CRISCUOLO (L.), Epigraphica, 44 (1982), p. 137-144, les ἐπιμεληταὶ τν ξέ[νων] (attestés dans IG XII 1, 49, l.50) ne sont pas des « épimélètes des mercenaires » (LAUNEY, Armées, I, p. 27, note 7), mais des magistrats s’occupant des étrangers.

58 Les Crétois sont-ils des alliés (symmachoi) ou des mercenaires ? Un peu des deux : formellement, leur recrutement est prévu par la clause d’un traité d’alliance bilatéral, ce qui en fait des symmachoi ; en réalité, leur condition – spécialisation au combat, butin et origine étrangère – les apparente aux mercenaires. On s’est d’ailleurs plu à voir des similitudes entre l’exode militaire crétois et celui des régiments dit « capitulés » qui furent mis à la disposition des puissances alliées, en vertu de traités bilatéraux, par les cantons de la Suisse moderne. Voir BIKERMAN (E.), Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 70 : « On sait par exemple que les cités de la Crète, tout comme les cantons suisses dans l’Europe moderne, envoyaient des corps de mercenaires aux puissances étrangères » ; puis DUCREY (P.), « Remarques sur les causes du mercenariat dans la Grèce ancienne et la Suisse moderne », Mélanges J.R. Von Salis, Zürich, 1971, p. 115-123.

59 Nous avons conservé les traités suivants : le renouvellement de l’alliance entre Antiochos II et Lyttos (SCHMITT, Staatsverträge, III, no 486), de 249) ; l’alliance de Rhodes avec Hiérapytna (SCHMITT, Staatsverträge, III, no 551) et Olonte (SCHMITT, Staatsverträge, III, no 552), vers 200 ; entre Attale Ier et Aptère (OGIS, 270 ; IC, II, Aptera, 4C), Lato et Malla (DUCREY (P.) et VAN EFFENTERRE (H.), Kretika Chronika, 21 (1969), p. 277-300 et DUCREY (P.), « Traités attalides avec les cités crétoises », BCH, 94 (1970), p. 637-659) ; entre Eumène II et 31 cités crétoises (IC, IV, 179), en 183 ; voir en dernier lieu KREUTER (S.), Aussenbeziehungen kretischer Gemeinden zu den hellenistischen Staaten im 3. und 2. Jh. V. Chr., München, 1992.

60 MERKELBACH (R.) et STAUBER (J.), éd., Steinepigramme aus dem griechischen Osten, I : Die Westküste Kleinasiens von Knidos bis Ilion, Stuttgart, 1998, p. 154-155, no 33 (01/20/33), l. 3 : ξυνὰ δὲ Νηλείδαισιν ὁμαίχμια πρῶτος ᾿ Ιώνων ἤσας Κρητῶν ϕῦλα ἀνα λεξάμενος où ξυνὰ...ὁμαίχμια correspondent à summacikovn selon WILAMOWITZ (U.), Kleine Schriften, V, 1, p. 447, note 1.

61 IC, I, Lato, 35, l. 6-8 : ἁγευμένω τῶν στρατιωτᾶν τῶν ἐκ τᾶς Ἑλλάδος ξενολογη θέντων Εὐδάμω τῶ Ἑπαρμόστω.

62 SCHMITT, Staatsverträge, III, no 551, ll. 39-45 et ll. 82-84, cf. LAUNEY, Armées, I, p. 31 et, sur le xénologion en Crète, SPYRIDAKIS (S.), CJ, 72 (1976/77), p. 299-307. Les Rhodiens s’engagent à adopter une attitude identique vis à vis de l’agent recruteur hiérapytnien.

63 Voir BRULÉ (P.), La piraterie crétoise hellénistique, Paris, 1978 et CHANIOTIS (A.), Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Stuttgart, 1996.

64 Les accords conclus par Rhodes avec Hiérapytna et Olonte exigent pour moitié au moins des citoyens Hiérapytniens et des Olontins (SCHMITT, Staatsverträge, III, no 551, ll. 19-20 ; no 552, ll. 33-35). Le second traité précise en outre que les combattants doivent être de condition libre, clause qui apparaît également dans les traités conclus par Antigone Doson avec les citoyens d’Eleuthernes et, sans doute, de Hiérapytna (SCHMITT, Staatsverträge III, no 501, l. 30 ; no 502, l. 28). Notons que dans les quatre traités, il est question de soldats en armes. Pour les questions de solde et de frais de route, cf. DUCREY (P.) et VAN EFFENTERRE (H.), Kretika Chronika, 21 (1969), p. 294-298 et DUCREY (P.), BCH, 94 (1970), p. 647-655

65 BIKERMAN (E.), Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 53.

66 ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie historique avec le recueil des inscriptions antiques, II, Le plateau de Tabai, Paris, 1954, p. 301, note 3.

67 Voir encore MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, 2e éd. revue et corrigée, 2001, p. 117-119.

68 CHANIOTIS, Foreign Soldiers, p. 106-108, a bien analysé toute l’ambiguïté d’un garnison honnie mais nécessaire à travers la réponse, transmise par POLYBE, XVIII, 4, 5, de Philippe V à l’Etolien Alexandros qui lui demandait pourquoi il conservait une garnison à Lysimachia (196).

69 Le cas est bien établi pour les soldats installés par Hippomédôn, le phrourarque lagide, dans la Pérée de Samothrace, cf. BAGNALL (R.S.), The Administration of Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde, 1976, p. 166 que l’on pourra compléter par GAUTHIER (Ph.), « ΕΞΑΓΩΦΗ ΣΙΤΟϒ : Samothrace, Hippomédon et les Lagides », Historia 28 (1979), p. 76-89. Pour le cas athénien, on pourra partir de GAUTHIER (Ph.), « La réunification d’Athènes en 281 et les deux archontes Nicias », REG, 92 (1979), p. 348-399.

70 Sur la Katoikia, simple « établissement », voir ROBERT (L.), Bull. épigr., 1980, 108 ; Documents d’Asie Mineure, Athènes-Paris, 1987, p. 535-538 et COHEN (G. M.), « Katoikia, Katoikoi and Macédonians in Asia Minor », Ancient Sociéty, 22 (1991), p. 41-50 ; plus généralement COHEN (G. M.), The Seleucid Colonies. Studies in founding, administration and organization, Wiesbaden, 1978 et The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands ans Asia Minor, Berkeley (Hellenistic Culture and Society, 17), 1995.

71 qui ne se retrouve en Carie ni dans nos textes littéraires, ni dans les inscriptions

72 ROSTOVTZEFF (M.), REA, 33 (1931), p. 18-19 ; voir aussi le commentaire de ROBERT, Collection Froehner, p. 80. Sur χωρίον voir ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 588 et note 10 et COHEN, Seleucid Colonies, p. 75-76.

73 OGIS, 229 (Staatsverträge III, no 492, pour le bibliographie). Le commentaire le plus détaillé reste celui de LAUNEY, Armées, II, p. 669-675, qui renvoie à la bibliographie antérieure, p. 669, note 4, qu’on pourra compléter par ATKINSON (K.M.T.), « The Seleucids and the Greek Cities of Western Asia Minor », Antichton, 2 (1968), p. 51-52 ; COHEN, Seleucid Colonies, p. 77 ; SAVALLI (I.), « I neoccitadini nella città ellenistiche », Historia, 34 (1985), p. 387-431.

74 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 171-172.

75 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 205-206.

76 COHEN, Hellenistics Settlements, p. 201-204.

77 JONNES (L.) et RICL (M.), EA, 29 (1997), p. 2-29 [SEG, 47, 1745] et les commentaires de GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr., 1999, 509 et SCHULER (Chr.), « Kolonisten und Einheimischen in einer attalidischen Polisgründung », ZPE, 128 (1999), p. 124-132. La rectification de ἐν χωρίοις en ἐνχωρίοις proposée conjointement par Gauhtier et Schuler ne change rien à l’affaire. Les soldats en activité eurent une part active dans les négociations : les deux ambassades envoyées à Eumène II furent conduites pour la première par Brennos, que l’on peut considérer avec les éditeurs comme un mercenaire galate ; pour la seconde par Antigénès et Orestes, qui n’appartiennent pas à l’onomastique phrygienne.

78 Sur la durée d’emploi des mercenaires, les pratiques étaient sans doute diverses et restent mal documentées. On peut penser que la durée légale des magistratures militaires (de quatre mois à un ans selon les cités) pouvait servir d’étalons. On sait par ailleurs que les mercenaires étaient payés par mois : OGIS, 266, l. 13 ; Syll.3, 581 (SCHMITT, Staatsverträge, III, no 551), l. 31 et suiv. ; cf. GROTE (K.), Das griechische Söldnerwesen der hellenistischen Zeit, 1913, p. 85, qui a réuni les témoignages littéraires.

79 Sur la solde, on pourra se reporter à trois contributions des Entretiens d’Archéologie et d’Histoire de Saint-Bertrand-de-Comminges sur La guerre dans les économies antiques, publiés en 2000, par ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.) : cf. MIGEOTTE (L.), « Les dépenses militaires des cités grecques : essai de typologie », p. 145-176, notamment p. 150-152 ; BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », p. 177-196, notamment p. 185 ; DUCREY (P.), « Les aspects économiques de l’usage de mercenaires dans la guerre en Grèce ancienne : avantages et inconvénients du recours à une main d’œuvre militaire rémunérée », p. 197-209.

80 Sur la solde, on pourra se reporter à LAUNEY, Armées, II, p. 725-780 ; DUCREY (P.) et VAN EFFENTERRE (H.), « Traités attalides avec des cités crétoises », Kretika Chronika, 21 (1969), p. 277-300 ; PRITCHETT (W.K.), « Military Pay », Ancient Greek Military Practices I [ =The Greek State at War I], Berkeley, 1971, p. 3-29.

81 GAUTHIER (Ph.), « Les chlamydes et l’entretien des éphèbes athéniens : remarques sur le décret de 204/03 », Chiron 15 (1985), p. 161 a calculé que dans les années 334-323, pour les deux années, sur un contingent de 1 000 éphèbes environ, la dépense annuelle était de 40 talents. Elle n’était plus que de 12 talents au IIIe siècle, compte tenu de la baisse des effectifs, dans le cadre de l’éphébie annuelle.

82 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, en particulier p. 206-209, 214-215 et 219-222.

83 MCKECHNIE (P.), Outsiders in the Greek Cities in the Fourth Century B.C, Londres, 1989, p. 85 soutient que habituellement l’employeur équipait lui-même ses mercenaires ; point de vue réfuté par WHITEHEAD (D.), « Who Equipped Mercenary Troops in Classical Greece ? », Historia, 40 (1991), p. 105-113 ; mais réaffirmé par MCKECHNIE (P.), « Greek Mercenary troops and their Equipment », Historia, 43 (1994), p. 297-298. En réalité, les cité étaient tenues à la distribution d’armes pour leurs propres soldats-citoyens cf. COUVENHES (J.-Chr.), « La fourniture d’armes aux citoyens athéniens du IVe au IIIe s. av. J.-C. », Actes du colloque de Montpellier sur les Armes dans l’Antiquité (20-22 mars 2003), (à paraître) ; pour le reste (c’est-à-dire la distribution aux mercenaires), tout était sans doute question de moyen.

84 MANGANARO (G.), « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30 (2000), p. 403-414 ; cf. GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr., 2001, 373.

85 Cf. le règlement de Chalcis, retrouvé aussi en partie à Kynos, HATZOPOULOS (M.), Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, (Μελετήματα 22), 1996, II, p. 36-39, no 13 et L’organisation de l’armée macédonienne sous les Antigonides. Problèmes anciens et documents nouveaux, Athènes, (Μελετήματα 30), 2001, no 1 I.

86 Le tribut versé par une cité sujette servait d’une manière ou d’une autre à entretenir la garnison qui l’occupait.

87 I. Erythrai, I, no 24, 11. 10-20 : πο[λλῶν δὲ ϕό]βων καὶ κινδύνων περιστάτων καὶ. δαπ[άνης οὔσης πρὸς] εἰρήνην οὐκ ὀλίγης ἐν ἇπασιν διετ[ήρησαν τὴν πό]λιν καὶ τὴν χώραν ἀκέραιον, ἐπιμεληθέν[τες μὲν τῆς τῶν χρη]μάτων συναγωγῆς τε καὶ ἀποστ[ολῆς τοῖς περὶ Λεον]νόριον βαρβάροις ἃ συνετάξατο ἡ π[όλις, ϕροντίσαντες] δὲ τῶν τοῖς παρ᾿ Ἑρμοκράτει τατ[τομένοις - - - δια]γραϕέντν χρημάτων ὑπ᾿ Ἀθη[ναίου καὶ τῶν τοῖς - - - ]μαικοῖς προσοϕειλομένων ε[ἰς σιτηρέσιον, τοῖς δὲ μισθο]ϕόροις τῶν ὀψωνίων ἐκ πλεί[ονος λειπόντων προεισε]νείκαντες ἐκ τῶν ἰδίων [ἔδωκαν˙.

88 Le terminus post quem est 278/7 a.C. (passage des Galates en Asie) ; le terminus ante quem est 269/8 a.C., date proposée par WÖRRLE (M.), Chiron, 5 (1975), p. 59-87, pour la victoire d’Antiochos Ier sur les Galates.

89 I. Erythrai, I, no 30 et I. Erythrai, I, no 31 (WELLES, Royal Correspondence, no 15) ; cf. ORTH (W.), Königlicher Machtanspruch und Städtische Freiheit. Untersuchungen zu den politischen Beziehungen zwischen den ersten Seleukidenherrschern (Seleukos I, Antiochos I, Antiochos II) und den Städten des westlichen Kleinasien, München, 1977, p. 79-80 et PIEJKO (F.), APF, 37 (1991) et Belleten, 55 (1991) (cf. SEG, 41, 983)

90 Il semble qu’on ne puisse pas exclure un règlement d’arriéré de solde à des mercenaires royaux.

91 I. Erythrai, I, no 28 [BIELMAN, Retour à la Liberté, no 21, qui date le décret de après 270, avec traduction française]. Le texte est reproduit partiellement dans MIGEOTTE (L.), L’emprunt public dans les cités grecques. Recueil de documents et analyse critique, Paris-Québec, 1984, no 85 (pour les lignes 19-29 et 35-48),

92 Pour cette interprétation, cf. I. Erythrai, I, no 28 et MIGEOTTE, L’emprunt public, p. 277, note 64 contra BIELMAN, Retour à la liberté, p. 80-85, no 21, notamment p. 84, qui suit ORTH, Machtanspruch, p. 83.

93 Sur cet épisode, voir GAUTHIER, Bienfaiteurs, p. 63-66 et MIGEOTTE (L.), « L’aide béotienne à la libération d’Athènes en 229 a.C. », in BEISTER (H.) et BUCKLER (J.), éd., Boiotika, Vorträge vom 5. internationalen Böotien-Kolloquium zu Ehren von Professor Dr. Siegfried Lauffer, Munich, 1989, p. 193-201

94 I. Erythrai, I, no 21 [MIGEOTTE, L’emprunt public, no 84].

95 ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 588 et note 10, p. 597.

96 Sur la valeur de la couronne d’or, qui est un élément de datation, cf. VARINLIOĞLU (E.), BRESSON (A.), BRUN (P.), DEBORD (P.) et DESCAT (R.), « Une inscription de Pladasa en Carie », REA, 92 (1990), p. 77-78.

97 MEMNON apud PHOTIUS, Bibliothèque 225 b (trad. R. Henry, C.U.F., un peu modifiée) et le commentaire GAUTHIER, Bienfaiteurs, p. 205-206.

98 Le retrait de la garnison est toujours fêtée ; cf. CHANIOTIS (A.), « Gedenktage der Griechen : Ihre Bedeutung für das Geschichtsbewusstsein greichischer Poleis », dans ASSMANN (J.), éd., Das fest und das Heilige. Religiöse Kontrapunkte zur Alltagswelt, Gütersloh, 1991, p. 125 ; à Erétrie, le retrait d’une garnison (macédonienne ou lagide ?) (en 313, 308 ou 196-4 ?) durant la célébration de Dionysies contribue à la réorganisation de la fête comme célébration commémorative : cf. IG XII 9, 192 [SEG, 40, 758 et LSCG 46] et JACCOTTET (A.-F.), « Le lierre de la liberté », ZPE, 80 (1990), p. 150-156 ; LEWIS (N.), « The ‘Ivy of Liberation’ Inscription », GRBS, 31 (1990), 197-202 ; IG II2 834 et Syll.3 361 pour des cas similaires.

99 Pour une réévaluation du discours isocratique, pris au pied de la lettre par L. Marinovic, BURCKHARDT (L.), Bürger und Soldaten : Aspekte der politischen und militarischen Rolle athenischer Bürger im Kriegswesen des 4. Jahrhunderts v. Chr., Stuttgart, 1996.

100 Hormis l’étude menée par LAUNEY, Armées, II, p. 794-809, il faut encore se reporter au vieil ouvrage de LEGRAND (Ph. E.), Daos, tableau de la Comédie pendant la période dite nouvelle, Paris, 1910.

101 De nombreuses pièces de Plaute (Bacchides, Curculio, Epidicus, Pseudolus et Truculentus) et de Terence (Eunuchus) mettent en scène des soldats professionnels et leurs relations avec des prostituées. La pièce la plus intéressante est le Miles Gloriosus qui décrit les aventures, notamment matrimoniales, de Pyrgopolinices.

102 Sur cette expression et les parallèles donnés par les Roberts, cf. ROBERT (L.), RPhil. (1927), p. 121 [ =OMS II, p. 1076] ; ROBERT, La Carie, II, p. 289 ; Les stèles funéraires de Byzance, p. 160 et ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 216 note 255

103 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 126-127 ; cf. aussi ibid., p. 198 et n. 1, où le lecteur est renvoyé à de précédentes études, citées dans la note précédente.

104 Sur l’eutaxia au gymnase, cf. GAUTHIER (Ph.) et HATZOPOULOS (M.), La loi gymnasiarchique de Béroia, (Μελετήματα 16), Athènes, 1993, p. 104-105.

105 REINMUTH (O.W.), The Ephebic Inscriptions of the Fourth Century BC, Leiden, 1971, no 2, ll. 38-39.

106 Sur le rôle coercitif du chef militaire, cf. FERNANDEZ-NIETO (F.J.), « La competencia penal de los estragos », dans Symposion 1988. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Köln-Wien, 1990, p. 111-122 ; « Los reglamentos militaires griegos y la justicia castrense en época helenistíca », Symposion 1995 Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Köln-Wien-Bölhau, 1997, p. 221-244 et COUVENHES (J.-Chr.), « De disciplina graecorum : les relations de violence entre les chefs militaires grecs et leurs soldats », Actes du colloque de Paris sur la violence dans les mondes grec et romain (2, 3 et 4 mai 2002), (à paraître).

107 I. Iasos, no 2, l. 21-24. Le texte a été revu et corrigé par GARLAN (Y.), ZPE, 18 (1975), p. 193-198. On se reportera avec profit au commentaire de ROBERT (L.), Bull. épigr., 1971, 620 de l’édition première de Pugliese-Carratelli.

108 WELLES, Royal Correspondence, no 38, l. 9-10 (ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 132-136, no 9 ; MA, Antiochos III, p. 292-294, no 5).

109 IG XII 6, 1, 169 ; cf. NENCI (G.), « Gli ‘indesirabili’ nell’Heraion di Samo : (SEG, 27, 545) : παρ στρατιται, περγοι, κέται, δολοι », Messana, 1 (1990), p. 9-15 ; SOVERINI (L.), « Il ‘comerco nel tempio’ : osservazioni sul regolamento dei κάπελοι a Samo », Opus 9-10, 1991, p. 59-121.

110 CRAMPA (J.), Labraunda, II, p. 61-63, no 46 (ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 139-140 ; cf. Bull. épigr. 1970, 553). C’est le pendant de l’inscription d’Amyzon garantissant l’asylie du sanctuaire d’Artémis et adressée par Antiochos στρατηγος, ππάρχαις. πεζν, γεμόσι, στρατιώταις κα τος λλοις. (WELLES, Royal Correspondence, no 39).

111 En 201/0, l’armée de Philippe V, composée de mercenaires, hiverna dans la cité carienne de Bargylia (POLYBE, XVI, 24, 1-6), cf. HOLLEAUX (M.), « L’expédition de Philippe V en Asie », Études, IV, p. 211-335 ; lors de la guerre antiochique, Sardes servit de base-arrière aux armées d’Antiochos III (POLYBE, XXI, 13, 1-4).

112 WELLES, Royal Correspondence, no 30.

113 TITE-LIVE, XXXIII, 38, 1.

114 POLYBE, XXI, 6, 1.

115 TITE-LIVE, XXXVII, 9, 1-4.

116 Sardis VII. 1 2, [SEG, 37, 1003], l. 19-21 : εἶν[αι] δὲ αὑτοὺς ἀ[ϕ]ρουρήτ[ους καθὼς καὶ τὸ πρ]ότερον ἦσαν, εἶν[α]ι δὲ αὐτοὺς καὶ ἀν[επισταθμεύ]τους καὶ ἀλητου[ρ]γήτους ; cf. GAUTHIER (Ph.), Nouvelles inscriptions de Sardes. II, Genève, 1989, p. 171-178, qui revient sur cette inscription difficile, qui a d’ailleurs disparue et reste mystérieuse : s’agit-il de la lettre d’un roi ? d’un haut fonctionnaire royal ? du décret d’une cité ? Selon Gauthier, p. 172, il s’agirait en fait d’un document émanant d’un fonctionnaire royal haut placé, lequel invoquait des concessions déjà octroyées par d’autres à la communauté intéressée et communiquait ses propres décision à tel de ses subordonnés. Daté par L. Robert entre 209 et 193. Les spéculations de PIEJKO (Fr.), AJPh. 108 (1987), p. 707-728, qui ferait de la cité Sardes elle-même et concerneraient la chute d’Achaios en 213 ne tiennent pas.

117 BRIANT (P.), BRUN (P) et VARINLIOĞLU (E.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 241-259.

118 HEPDING (H.), MDAI (A), 32 (1907), p. 243-256, no 4 [IGRR 292], l. 8.

119 Voir les chapitres XV « Les armées et la vie religieuse », XVI « Les associations de soldats », et XVII « Les armées et les formes politiques » de LAUNEY, Armées, II, p. 875-1000, p. 1001-1036 et p. 1037-1085.

120 L’ensemble du dossier est à reprendre et nous nous contenterons de quelques pistes, notamment à la lumière de nos recherches sur les garnisaires de l’Attique.

121 Ainsi, un garnisaire de Myndos fit une dédicace pour la santé de Ptolémée IV et de la reine Arsinoé IG XII 3, 1389. De même, à Chypre, le culte royal a été sinon établi, du moins promu par les garnisaires, cf. BAGNALL, Administration, p. 68-73.

122 A Théra, le sanctuaire d’Isis et Sarapis a été restauré par Artémidoros de Pergé, un chef de garnison, qui a placé dans le téménos les ancètres divinisés de Ptolémée III et qui a reçu la politeia des Théréens (IG XII 3, 463) ; sur l’introduction à Itanos du culte de Tyche Protogeneia, vraisemblablement par des garnisaires, dans la seconde moitié du IIe siècle, cf. SPYRIDAKIS (S.V.), « The Itanian Cult of Tyche Protogeneia », Historia, 18 (1969), p. 42-48.

123 Le concept de « culte professionnel » (LAUNEY, Armées, II, p. 930) est difficile à saisir. Certes, par des épiclèses telles que sôter, areia, hégémonè, hoplosmios, stratios, etc... certaines divinités prenaient une forme guerrière, mais leur culte n’était jusqu’à preuve du contraire pas le seul apanage des mercenaires. À Lindos, un décret atteste l’existence d’un oikos à Enyalios (SEG, 4, 171) ; quiconque quittera Lindos pour une expédition militaire versera à Enyalios le 60ème de sa solde au prêtre, par l’intermédiaire des stratèges ; en Artamition, on sacrifiera au dieu et la Boulè organisera une procession d’hoplites ; contrairement à ce que pense LAUNEY, Armées, II, p. 930, il ne s’agit pas d’un « culte corporatiste » concernant des « mercenaires », mais d’un culte civique relatif au peuple en armes.

124 BAGNALL, Administration, p. 65-66.

125 Dans quelle mesure « le gymnase prospère en dehors du cadre civique » (GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr., 1999, 509, p. 682 qui pense que oui et s’appuie sur IG XII 3, 327 et 331) reste une question difficile. Il ne semble pas possible, comme le faisait LAUNEY, Armées, II, p. 846-849, de conclure à de nombreuses fondations de gymnase par des soldats. Certes, « un établissement au moins, celui de Samareia, est fondé par un colon militaire » (p. 646), mais c’est le seul exemple. A Théra, l’inscription IG XII 3, 327 ne témoigne pas de la « fondation » d’un gymnase, mais de l’acquisition par des soldats de trois terrains dont les revenus serviront à couvrir (une partie ?) des dépenses causées par les sacrifices et l’achat de l’huile. Ces sommes peuvent en effet être affectées à l’un des gymnases de la cité. Il peut en aller de même des autres exemples cités par Launey.

126 Il s’agit à la fois de la première lettre d’Eumène II qui répond favorablement à la demande des gens de Tyriaion « d’envoyer les hommes capables de mettre en place à la fois le conseil et les magistrats, de répartir le peuple en tribus, de faire construire un gymnase et de fournir l’huile pour les néoi », EA, 29 (1997), p. 3, ll. 30-34. La deuxième lettre indique la manière dont sera financée l’onction d’huile. La présence d’un gymnase contribue à définir une cité, cf. PAUSANIAS, X, 4, 1.

127 Il ne semble pas avoir existé en Asie Mineure de politeuma, « association politique de soldats », comme cela fut le cas en Egypte ; sur ce dernier point, voir maintenant HONIGMAN (S.), « Politeuma and Ethnicity in Ptolemaic and Roman Egypt », Ancient Society, 33 (2003), p. 61-102.

128 LAUNEY, Armées, II, p. 652-670, qu’il faut compléter avec d’autres exemples cités dans la postface de la deuxième édition de 1987, p. XV-XVI.

129 Ce que les savants appellent la « citoyenneté virtuelle » et « la citoyenneté réelle ».

130 GAUTHIER, Bienfaiteurs, p. 203-206.

131 SEG, 17, 639, qui reprend l’édition première de PARIBENI et ROMANELLI, Mon. Ant., 22 (1915), p. 116 et les corrections de WILHELM (A.), Neue Beiträge, 4 (1915), p. 60-62 et de SEGRE (M.), Aegyptus, 14 (1934), p. 253-268. Les soldats ont montré leur dévouement envers le « roi et la cité » et obtenu la citoyenneté, et le titre d’évergète ; cf. LAUNEY, Armées, II, p. 656-657 qui fait le point, mais adopte la restitution Philoklès (et la date de Segré, p. 301-298), alors que BAGNALL, Administration, p. 111-113 reste plus prudent : « In sum, the date of the inscription does not appear certainly determinable ; nor does it appear to me that a certain identification of Philokles can be made. We know yet too little of the history of Pamphylia in this period to assign this incident to its place ». Les dernières lignes du texte, mutilées, portaient néanmoins la clause prévoyant les modalités d’incorporation dans une tribu de la cité.

132 Devant le courroux d’Hérakleidès, les Héracléotes « passèrent avec les autres phrourarques une convention qui leur accordait le droit de cité (isopoliteia) et leur donnait l’assurance de percevoir les salaires dont ils avaient été frustrés », ce qui permit de s’emparer d’Hérakleidès et de raser les murailles de l’acropole. L’octroi de l’isopolitie ne préjuge en rien du destin de ces soldats : il est peu probable qu’ils se soient installés à Héraclée. On ne sait rien de plus de l’épisode d’Héraclée

133 Sur les mariages mixtes en Égypte, on se reportera à MÉLÈZE MODRZEJEWSKI (J.), « Dryton le Crétois et sa famille ou les mariages mixtes dans l’Égypte hellénistique », dans Aux origines de l’hellénisme : La Crète et la Grèce. Hommage à Henri van Effenterre, Paris, 1984, p. 354-377.

134 CHANIOTIS, Foreign Soldiers, p. 110-113 qui étudie OGIS, 134 (à Kition, Aristo, la fille d’un officier crétois de rang supérieur épouse un Étolien) et SEG, 8, 269 (dans une épigramme funéraire de Palestine, la fille de Charmadas, qui a rejoint l’armée lagide, épouse un soldat étolien).

135 Voir les pièces de Plaute ou Térence, citées ci-dessus.

136 MA, Response to Chaniotis, p. 121, fait remarquer que dans une note de ROSTOVTZEFF (M.), Social and Economic History of the Hellenistic World, Oxford, 1941, p. 1197, note 260, C.B. Welles émet l’hypothèse que les soldats grecs de Suse (ROBERT (L.), Hellenica, XI-XII, p. 86 et suiv.) affranchissaient leurs concubines et se mariaient avec.

137 LONIS (R.), « L’anaplérôsis ou la reconstitution du corps civique avec des étrangers à l’époque hellénistique », dans LONIS (R.), éd., L’Étranger dans le monde grec, II, Nancy, 1992, p. 245-270.

138 LONIS, L’Anaplérôsis, p. 264, note 69, souligne ce fait. Néanmoins, qu’il puisse s’agir « d’auxiliaires envoyés par des cités crétoises alliées plutôt que de mercenaires engagés directement par Milet » ne change pas grand chose aux données du problèmes, tant les « auxiliaires » apparaissent en réalité être des « mercenaires ».

139 REHM, Milet, I. 3, no 33-35 (1er groupe) et no 36-38 (2ème groupe). Documents repris par HERRMANN (P.), Milet, VI. 1. Inschriften von Milet, Berlin-New-York, 1997, no 33-39, p. 160-164, qui donne la bibliographie. On retiendra de celle-ci : BRULÉ (P.), La piraterie crétoise hellénistique, Paris, 1978, p. 165-169 ; PETROPOULOU (A.), Beiträge zur Wirtschafts-und Gesellschaftsgeschichte Kretas in hellenistischer Zeit, Diss. Heidelberg, 1985, p. 128-130 et p. 177-199 et BRULÉ (P.), REA, 92 (1990), p. 233-255 (étude sur les groupes humains).

140 WÖRRLE (M.), Chiron 18 (1988), p. 428-448 a montré que la chronologie des stéphanéphores milésiens doit être remontée de six ans, ce qui modifie la date des deux listes d’autant ; la chronologie est acceptée par les savants : cf. GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr., 1989, 255 et 277 et 1991, 161.

141 Sur ces événements, cf. MASTROCINQUE (A.), La Caria e la Ionia meridionale in epoca ellenistica (323-188 a.C.), Rome, 1979, p. 170-239 et WILL, Histoire politique, I, p. 294-301.

142 REHM, Milet, I. 3, no 37 c, l. 82-88.

143 REHM, Milet, I. 3, no 37 d, l. 65-66. Sur le devenir de ce groupe de Crétois, cf. BRULÉ (P.), La piraterie crétoise hellénistique, Paris, 1978, p. 169-170.

144 L’hypothèse est avancée par SARTRE (M.), L’Anatolie hellénistique, de l’Egée au Caucase (334-31 av. J.-C.), Paris, 2003, p. 133 qui la justifie note 223 : « on verse éventuellement une solde aux soldats-citoyens pendant les campagnes alors qu’il faut entretenir les mercenaires à longueur d’année ». En fait, on peut se demander dans quelle mesure le coût est moindre. Les garnisaires envoyés à Kyrbissos sont des citoyens et touchent la solde que la cité aurait pu verser à des mercenaires, cf. supra p. 92 et note 82.

145 Seul le domaine égyptien a donné lieu à une étude prosopographique poussée ; voir VAN’T DACK (E.), Ptolemaica selecta. Études sur l’armée et l’administration lagide, Louvain, 1988. Pour le reste, « l’essor des Sémites » dans le rangs des armées hellénistique au Ier siècle ne s’explique que par le hasard des sources, dont le caractère partiel doit inciter à la plus extrême prudence en matière de statistique ; voir les critiques méthodologiques de la postface de la réédition de 1987 de LAUNEY, Armées, I et II et sur un point particulier COUVENHES (J.-Chr.), « L’approche prosopographique des aires géographiques de recrutement des garnisaires de l’Attique à l’époque hellénistique : enjeux et limites du traitement statistique », Actes du colloque d’Arras sur la Guerre et la démographie dans le Monde Antique (14-15 décembre 2001) (à paraître).

146 POLYBE, XXI, 43, 15 dit seulement : μὴ ἐξέστω Ἀντιόχῳ μηδὲ ξενολογεῖν ἐκ τῆς
ὑπὸ Ῥωμαίους ταττομένης, μηδ’ ὕποδέχεσθαι τοὺς ϕεύγοντας, ce que, comme le fait remarque LAUNEY, Armées, I, p. 35, note 11, TITE-LIVE, XXXVIII, 38, 10 interprète correctement par : mercede conducendi ex iis gentibus quae sub dicione populi romani sunt Antiocho regi ius ne esto, ne voluntarios quidem recipiendi.

147 Sur la présence de mercenaires « mysiens », ciliciens, thraces et galates dans les rangs de l’armée d’Antiochos IV Daphnè, en 166, les opinions sont contrastées. GRIFFITH, Mercenaries, p. 147, BIKERMAN, Institutions, p. 70 et BAR-KOCHVA (B.), The Seleucid Army. Organization and Tactics in the Great Campaigns, Cambridge, 1976, p. 52. en font des mercenaires. C’est le cas des Mysiens originaires de Mysie, composant à l’époque du royaume attalide ; LAUNEY, Armées, I, p. 443 se demandait « si l’on ne devait pas plutôt admettre que les Mysiens d’Antiochos IV étaient recrutés dans les garnisons urbaines ou des colonies militaires installées précédemment [à Apamée] en Syrie, soit par Antiochos III avant sa défaite, soit antérieurement à lui » ; WALBANK (F.W.), A Historical Commentary on Polybius, III : Commentary on Books XIX-XL, Oxford, 1979, p. 449-450 considère les Mysiens comme un pseudo-ethnique de soldats « armés à la Mysienne » (cf. aussi MASSON (O.), REG, 106 (1993), p. 163-167).

148 SION-JENKINS (K.), « La disparition du mercenariat en Asie Mineure occidentale au IIe siècle a.C. : éléments de réflexion », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 19-35.

149 Sur l’occupation militaire des attalides dans ces régions, par l’intermédiaire de garnisons, et selon une organisation par stratégies régionales, cf. SAVALLI-LESTRADE (I.), « Les Attalides et les cités grecques en Asie Mineure au IIe siècle », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 77-91.

150 Sur l’occupation militaire de Rhodes dans ces régions, on pourra partir de BRESSON (A.), « Les intérêts rhodiens en Carie à l’époque hellénistique », dans PROST (F.), éd., L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée, Rennes-Toulouse, 2003, p. 169-192 et BRESSON (A.), « Rhodes and Lycia in Hellenistic Times », dans GABRIELSEN et alii, éd., Hellenistic Rhodes : Politics, Culture, and Society, Aarhus, 1999, p. 98-131.

151 On pourra se reporter à BAKER (P.), « La vallée du Méandre au IIe siècle : relations entre les cités et institutions militaires », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 61-76.

152 Il est impossible de repérer le dernier des mercenaires employés par les cités grecques. Les crises du Ier siècle, qu’il s’agisse de l’épisode des Parthes de Labienus ou des guerres civiles étaient sans doute propices à ce que les cités continuent d’employer des mercenaires. On sait, en revanche, par APPIEN, Guerres civiles, II, 71, qu’à Pharsale, Pompée disposait d’auxiliaires provenant de d’Asie Mineure.

153 I. v. Pergamon, no 268, fr. D-E, l. 12 et 16 (OGIS, 437, III, l. 67 et 71).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search