Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Un cheminement divergent dans le Centre de la France

Françoise Michaud-Fréjaville

Texte intégral

I - L'ANTHROPONYMIE DES CLERCS EN BERRY-NIVERNAIS

1Le fait que nos sources soient d’origine cléricales est-il un argument suffisant pour penser que les clercs y seraient mieux traités que les autres intervenants ? Que les scribes y furent plus à même de cerner la réalité de la désignation de leurs compagnons de la vie quotidienne ? Il ne faut pas se faire d’illusion, nos documents ne sont pas plus explicites sur ceux qui prient que sur les laïcs.

1. La documentation

Tableau 1. Données générales de la documentation (clercs) 1re ligne : individus, 2e occurrences

Tableau 1. Données générales de la documentation (clercs) 1re ligne : individus, 2e occurrences
  • 1 A l'exception de l’abbé de la Charité-sur-Loire (nos 61, 63)

2Le tableau général A, présenté de manière différente en ce qui concerne les clercs de celui qui est paru dans le premier volume permet de mesurer les poids respectifs de chaque établissement dans la masse documentaire. On remarquera qu'à Vierzon l'abbaye, malgré la petite taille du monastère, fait au XIe siècle bien davantage signer ses moines que ne le font l'évêque et le doyen de Nevers pour leurs chanoines. La différence fondamentale entre les deux établissements vient cependant de ce qu'à Vierzon interviennent des clercs étrangers à la maison bénédictine : chanoines de Bourges, clergé des paroisses environnantes qui viennent confirmer les donations ou attester de la manumission de paroissiens. En revanche à Nevers on ne voit que peu de clercs - hors ceux du chapitre - en tant que témoins1, on ne les rencontre que si ils sont eux-mêmes partie prenante des actes.

3De plus, la documentation n'est pas rigoureusement parallèle entre nos deux cartulaires : la dernière séquence, 1160-1190 ne fournit que des données nivernaises et cela est d'une importance toute particulière : en effet si pour les hommes laïcs l'absence de référence vierzonnaise à la fin du XIIe siècle ne jouait guère dans la mesure où la mutation anthroponymique laïque avait eu lieu trois générations auparavant, en ce qui concerne la chronologie de cette mutation pour les clercs, nous souffrons de la lacune des bords du Cher.

  • 2 Cart. Vier., no 69.
  • 3 Cart. Nev., no 54, (1005), où nous trouvons les signa de Rocleni presulis, Guidoni decani, Floteri (...)

4Nous disposons donc d’une documentation portant sur 466 occurrences et 352 individus ou plutôt formes anthroponymiques, dont près des 3/4 se situent avant 1100. La détermination des clercs a posé relativement peu de problèmes car les formules étaient claires : cum suis monachis, scilicet Rainaldo, Gimone, Girardo, Mainardo2., et surtout pour Nevers où les qualifications sont indiquées avec rigueur3.

2. Les nomina propria entre Cher et Loire

  • 4 "La plupart des actes (de la fin du Xe siècle à Vierzon) sont établis au nom de "l'abbé et de tout (...)

5Dans la mesure où la tradition écclésiastique, surtout monastique, a gardé jusqu'à nos jours l'usage prééminent du nom unique, différent parfois du nom de baptême et cela jusqu'au plus haut niveau de la hiérachie, la question d'une évolution de l'anthroponymie liée à une condensation des noms pouvait paraître un peu vaine. De fait, les religieux sont situés dans une communauté parfaitement localisée dans le temps et l'espace : moine à Vierzon sous le règne de l'abbé X..., chanoine de Saint-Cyr au temps de l'évêque Z... Avec ces coordonnées, le nom simple doit être suffisant pour retrouver l'individu au sein d'une communauté de moins de dix personnes4. Néanmoins, il pouvait arriver que plusieurs clercs portant un nom identique se retrouvent dans un acte, c'est le cas pour les nos 71 et 81 de Vierzon, où il a fallu distinguer entre plusieurs Rainaldus ayant apposé leurs signa, on utilisa alors un " surnom", sans qu'un système ait réussi à l'emporter, nous le verrons. La deuxième hypothèse à vérifier était de voir si la fonction religieuse (prévue par les parents ou survenue à la suite d'un choix délibéré) a amené les individus à adopter des noms qui se différenciaient de l'onomastique laïque ; une supposition séduisante voudrait que les enfants destinés à l'état religieux aient reçu un nom chrétien ou au moins rappellant leur oblation, et que les adultes en dépouillant la peau du vieil homme aient également rejeté leur nom du siècle pour en adopter un plus conforme à leur vie nouvelle. Nous devrions dans ces conditions trouver chez les clercs une christianisation plus précoce et plus dense des nomina propria.

6Les listes nominatives nous amènent à abandonner très nettement ces hypothèses.

7- Jusque dans les années 1150 il n'y a guère de problème pour identifier les individus entrés en religion par leur seul nom : le stock pour 100 noms est largement suffisant et en gros il ne devrait pas se trouver deux noms semblables sur le même acte.

Tableau 2. Les noms de clercs

Tableau 2. Les noms de clercs
  • 5 Cf. les réflexions de B. Cursente dans Anthroponymie, t. I, p.146.

8- La christianisation est pour le moins peu visible ! Ou plutôt nos clercs n'ont pas été dotés de noms dissemblables de ceux des autres enfants mâles et ne paraissent pas le moins du monde avoir reçu un patronyme néo - ou vétéro-testamentaire à un moment de leur vie. Les noms " germaniques" semblables à ceux de leurs frères ou cousins représentent plus de 80 % des cas tout au long de la période, et la part de chrétienté dans les noms nouveaux n'est aucunement plus remarquable que celles que l'on pouvait encore difficilement discerner chez les laïcs. Nous ne sommes pas davantage ici à l'ère des Pierre, Etienne, Jean, Guillaume. Les saints locaux (comme Sylvain pour le Berry) n'ont pas influencé les parrainages. L'expression en latin d'ailleurs a sans doute contribué à fossiliser dans nos sources les formes "germaniques" qui devaient être fort adoucies en langue vulgaire : Gozlebertus ou Ragimbaldus ont une allure plus archaïque et païenne que le Gilbert ou le brave Raimbaud des formes véhiculaires5, que dire alors de Valerius devenu Wallerius bien germanique sous la plume du scribe nivernais du Xe siècle.

9Y a-t-il vraiment des noms dominants ? Les clercs ne présentent pas un autre palmarès que celui des laïcs, tout au plus pourra-t-on noter que Rotbertus est moins présent chez les clercs, qu'on n'y trouve pas de Fulco. Les noms champions Hugo, Odo, Rainaldus se retrouvent plus souvent à Nevers ; on apprendra sans surprise qu'Hutnbaldus se trouve à Vierzon, terre d'influence blésoise, que Bernardus précède les Cicterciens sans les accompagner, que Stephanus est le nom chrétien alors dominant, sans répercussion sur la qualité cléricale de la personne ainsi nommée. Les autres noms " chrétiens" ne sont présents qu'une ou deux fois parmis nos clercs, et si Jean est de tradition puisqu'on le trouve à chaque génération aussi bien à Nevers qu'à Vierzon Pierre ne fait son apparition qu’au début du XIIe siècle, est-ce une preuve de la victoire de la Réforme pontificale ?

10Les choses semblent évoluer, en ce qui concerne la concentration des noms à partir de 1160, mais l'appauvrissement de nos sources doit inciter à ne pas tenter de généralisation. Il faut cependant faire remarquer que 50 % des chanoines de Nevers ont alors un (pré)nom semblable à celui d'un confrère (donc la moitié a un prénom dit "rare" c'est-à-dire attesté une fois dans la tranche chronologique).

3. Le système anthroponymique des clercs

11La documentation est peu différenciée, surtout à Vierzon, et réduit le champ d’étude, mais une évolution assez nette peut-être relevée dans le cas de Nevers.

Tableau 3. Les systèmes de désignation des clercs (en pourcentages)

Tableau 3. Les systèmes de désignation des clercs (en pourcentages)

Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Vierzon et Nevers

Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Vierzon et Nevers
  • 6 Cart. Vier., no 78, (v. 1090), p. 208.
  • 7 Id., no 112, p. 237.

12Dans ce siège épiscopal le mouvement va dans le sens de l'anthroponymie laïque à deux éléments, mais avec une sage lenteur, et nous ne pouvons que déplorer que le cartulaire s'arrêtant avant le XIIIe siècle, ne permette pas de donner la date du basculement total dans le nouveau système. La comparaison avec Vierzon pendant la génération où cela est possible amène à se poser la question d'une évolution différente entre moines et chanoines. En effet, dans nos deux communautés les premiers frémissements du passage d’un mode à l'autre de désignation apparaissent au moment où la mutation est déjà accomplie chez les laïcs, soit dans la seconde moitié du XIe siècle, mais fort discrètement : 6 cas à Vierzon et 3 à Nevers. On peut donc remarquer qu'au départ les moines n'avaient pas une démarche différente de celle des chanoines quand il s'agissait, soit de bien individualiser deux personnages portant un nom semblable au sein d'un même acte, soit de distinguer entre eux témoins homonymes. Nous trouvons d'ailleurs dans ce petit échantillon presque tout l'éventail possible : recours aux nomina paterna (Giradus Legerii, Rainaldus filii Stephani à Vierzon, et même le nomen maternum : Rainaldus Rainaldina déjà évoqué ; Hugo Olivierii et Radulfus Salomonis à Nevers), appel à une précision de métier, Rainaldus Dapifer (Vierzon) ; utilisation des sobriquets : Rotbertus Rufus (Nevers), Rainaldus Aguenuns (Vierzon), enfin référence à une localisation : Durandus de Firmitate (Nevers), Mainardus de Dovero (Vierzon). Mais la génération suivante voit l'abandon dans notre aire berrichonne du double nom, alors qu'il se maintient sous la seule forme du surnom de lieu à Nevers : Etto de Solengis, Dodo de Cosna. Enfin au moment où nous n'avons plus rien - faute de documents - pour le Berry le modernisme s'impose aux chanoines de Nevers. Ceux-ci qui jouissent de grandes libertés d'action puisqu'il peuvent disposer d'argent, vendre, acheter, tester et faire des études ont été amenés à calquer avec quelque retard le mode de désignation désormais en usage chez les laïcs. Or, dans la mesure où très régulièrement le scribe continue à les flanquer de la mention de leur grade écclésiastique ou de leur fonction, ce qui les rend de toute façon uniques dans le cadre de leur chapitre, il est net que nous avons affaire désormais non plus à un simple moyen de distinction au sein d'un groupe, mais d'une véritable marque anthroponymique. Il est tout à fait révélateur de consulter le tableau I (hors texte) qui présente l'utilisation des titres, j'ai choisi de présenter les occurences car cela rend encore plus remarquable le phénomène : les nomina propria sont pratiquement toujours suivis de la mention du titre, soit individuelle (dominus Humbaldus abbas et Rodulfus clericus ejus6,) soit collective (hoc vidunt Ghumbaudus et Aimo monachi7) et cette mention accompagne également les noms à deux éléments.

  • 8 Cart. Vier., no 78.
  • 9 Cart. Nev., no 109 (1163).
  • 10 Id., no 110 (1170).

13D'où provient à la fin du XIIe siècle le second élément du nom ? La médiocrité de l’échantillon ne permet guère de répondre de façon absolue. Il faudrait une prosopographie fine des chanoines nivernais pour essayer de déceler ce qui est à l'origine des désignations : en effet les trois-quarts des chanoines portent en second terme un nom de lieu. Mais que représente ce dernier ? Les déterminations géographiques sont en général régionales : Nivernensis, Autissiodorensis, Biturencis, Donzione (de Donzy), Dicesio (Decizes), de Cosna (Cosne), de Solengis (Soulangy en Berry), Aurelianensis, de Firmitate... Sont-elles celles du lieu de naissance, celle d'un bénéfice, sont-elles communes avec les membres laïcs de la famille ? Sont-elles vraiment un nom ? Peut-on les mettre sur le même plan que les sobriquets de Gaufridus Succentor, de Hugo Vaslin,, de Willelmus Piscis, voire du chantre Parvus Clericus (sic), ou sont-ils une simple mention géographique comme pour Stephanus Vartiliacus de Cosna ? De fait les mentions des fonctions caractérisées par les noms de lieux sont très rares et se situent à la période finale de nos cartulaires. Pour Vierzon, on peut relever quatre mentions : Garnerius Sancti Georgii presbyter, (1090), Aimarus, prior de Vestenniaco (Vatan), Arnaldus archidiaconus de Briola (Bruère) et Rodulfus prior de Solduno (Issoudun) ; ces trois derniers figurant dans le même acte8, on peut supposer un traitement un peu particulier des identifications des témoins d'une restitution d'église. A Nevers ces mentions sont plus tardives, vers 1160-1173, et concernent Siricus capellenus de Pariniaco Arnulfus curatus de Varennis9, et Stephanus capellanus de Germigné, presbyter10.

14Finalement, l'évolution anthroponymique des clercs de ces cartulaires est divergente et inachevée. Si nous nous reportons au graphique IIIb, nous pouvons constater le conservatisme qui règne chez les moines, après une brève tentation de se couler dans le moule laïc, mais il faudrait pouvoir pousser les dépouillements plus avant dans le temps et vérifier également si le phénomène se retrouve ailleurs. Les chanoines, eux, n'ont pas encore totalement franchi le pas mais l'accélération est nette à partir de 1160.

Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans les cartulaires de Vierzon et de Nevers

Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans les cartulaires de Vierzon et de Nevers

Tableau I. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans les cartulaires de Nevers et de Vierzon

Tableau I. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans les cartulaires de Nevers et de Vierzon

II - NOMS ET DESIGNATIONS DES CLERCS DANS LE CARTULAIRE DE SAINTE CROIX D'ORLEANS

  • 11 M. Thillier, E. Jarry, Cartulaire de Sainte-Croix d'Orléans, dans Mémoires de la Société Archéolog (...)

15Relativement peu satisfaite des limites chronologiques des cartulaires étudiés (Vierzon et Nevers), qui ne permettaient pas de poursuivre l'enquête au delà du troisième quart du XIIe siècle, j'ai rapidement dépouillé le Cartulaire du chapitre cathédral de Saint-Croix d'Orléans11 espérant trouver dans une ville importante des éléments plus riches que ceux d'une modeste seigneurie monastique ou d'un évêché de taille moyenne. Le travail, opéré selon les mêmes méthodes que pour les précédents dépouillements mais avec plus de rapidité et de facilité, s'avère de fait assez décevant.

16L'importance du siège épiscopal fait que le cartulaire contient beaucoup de ces actes pontificaux et royaux que nous avions éliminés de notre enquête, j'ai cependant gardé un acte royal de 1114 (no LXV, p. 92) parce qu'il énumérait une famille de serfs, comportait une trentaine de témoins et ne revêtait pas la forme solennelle traditionnelle. Ensuite ces textes sont de plus en pauvres en onomastique au fur et à mesure que le temps avance, non seulement par la disparition des souscripteurs mais aussi par l'usage de ne porter que l'initiale des personnages cités. Bien sûr les éditeurs ont pu compléter le nom, placé alors entre crochets, mais les formes onomastiques "W., O., L. ne pouvaient être prise en compte (peut-on imaginer Eudes de Sully, évêque de Paris, interpellé par O... [do], comme un vulgaire J.R. de série télévisée ?). Ensuite la sélection qui avait été faite pour le manuscrit de référence (Chartularium vetus, B.N. Coll Baluze 78) quoique complétée par les éditeurs dans le fonds aujourd'hui en majeure partie anéanti des Archives départementales du Loiret, était déjà un tri opéré à la fin du XIIe siècle selon des critères essentiellement "honorifiques" qui ne favorisaient guère les actes courants et l’onomastique vulgaire. Enfin, à la raréfaction des laïcs s'ajoute la répétition des témoins et signataires du chapitre qui réduit beaucoup la richesse onomastique.

Tableau 1. La répartition des occurrences anthroponymiques dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans : laïcs - femmes - clercs

Tableau 1. La répartition des occurrences anthroponymiques dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans : laïcs - femmes - clercs
  • 12 No XVII, p. 33, 1154.

17L'élément le plus frappant dans cette documentation orléanaise est la constante dans le maintien par les chanoines non seulement des noms uniques mais aussi des titres tout au long de la période. Les abbés sont bien sûr accompagnés du nom de leur établissement et les évêques de leur siège, mais le prêtre est toujours aussi presbyter, le chapitre étale ses fonctions : cantor, archidiaconus, decanus, subdecanus, archipresbyter, capicerius, praecentor, cancellarius, diaconus, clericus, scolarus, qui classe le témoin ou le souscripteur, voire le donateur et dispense même de donner parfois autre chose que l'initiale de son nom, peut-être y eut-il chez un scribe du milieu du XIIe siècle une tentative pour faire entrer les clercs dans le moule de l'anthroponymie laïque, un acte "original" nous fournit en effet deux clercs qualifiés de "maître", dont le chancelier, deux dotés d'un deuxième terme en forme de sobriquet Willelmus Malagramina, Adam Brouins12, mais cette charte est unique en son genre. Par la suite rares sont les surnoms : Stephanus, qui Boellus cognomine dicebatur (CXLI, 1204) Galterius, cognominatus Pice (CLXXI, 1217).

Tableau 2. Graphique 1. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans (en %)

Tableau 2. Graphique 1. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans (en %)
  • 13 Hugo de Sancto Pantaleone, Gualterius de Milliaco (no III, p. 4, 1092). Paganus de Vitriaco (no XL (...)

18Il faut donc bien souligner le poids de la "tradition" qui sépare les clercs dans leur ensemble du reste des hommes encore au début du XIIIe siècle à Orléans encore plus qu'à Nevers. Nous ne trouvons pas ou peu de trace de la distinction entre les chanoines et les moines qui est visible dans les registres des XIVe et XVe siècles quand les listes des prébendiers offrent une anthroponymie à deux termes, tout comme dans les actes de la pratique notariale. Ici les quelques exemples de système à deux composantes sont le plus souvent des indications de lieu13, dont nous ne savons pas si elles sont le lieu d'origine ou de fonction, problème qui se pose avec un demi-siècle de retard par rapport aux milites castri désignés dans les années 1130 soit par le lieu de leur origine familiale, soit par leur affectation proprement de service : Guido de Castelione, canonicus (CXXXVIII, 1203). Même le titre de "maître" qui est fréquent plus tard ne fait ici qu'une timide apparition.

  • 14 NO LXII, p. 121, 978 : Affranchissement par l'archevêque de Bourges, des devoirs de synode et de g (...)

19On ne note guère de différence avec les laïcs dans le type de nom : pas plus qu'à Nevers ou Vierzon n'apparaît de christianisation particulière : un acte de 978 nous offre trente-deux souscriptions dont une reproduction nous apprend qu'elles étaient autographes (de plus il y en une en grec...), toutes suivies de la fonction du témoin14 ce qui garantit la qualité cléricale des noms.

Notes

1 A l'exception de l’abbé de la Charité-sur-Loire (nos 61, 63)

2 Cart. Vier., no 69.

3 Cart. Nev., no 54, (1005), où nous trouvons les signa de Rocleni presulis, Guidoni decani, Floterii presbyteri, Gozfridi archiclavi, Hugonis levite.

4 "La plupart des actes (de la fin du Xe siècle à Vierzon) sont établis au nom de "l'abbé et de toute la congégation". Or on ne voit jamais plus de six, sept ou huit moines souscrire les actes." (G. Devailly, Cart. Vier., p. 42.).

5 Cf. les réflexions de B. Cursente dans Anthroponymie, t. I, p.146.

6 Cart. Vier., no 78, (v. 1090), p. 208.

7 Id., no 112, p. 237.

8 Cart. Vier., no 78.

9 Cart. Nev., no 109 (1163).

10 Id., no 110 (1170).

11 M. Thillier, E. Jarry, Cartulaire de Sainte-Croix d'Orléans, dans Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, t. XXX, Orléans, 1905.

12 No XVII, p. 33, 1154.

13 Hugo de Sancto Pantaleone, Gualterius de Milliaco (no III, p. 4, 1092). Paganus de Vitriaco (no XLV, p. 92,1114).

14 NO LXII, p. 121, 978 : Affranchissement par l'archevêque de Bourges, des devoirs de synode et de gîte de l'église de Maray.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Données générales de la documentation (clercs) 1re ligne : individus, 2e occurrences
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 2. Les noms de clercs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 3. Les systèmes de désignation des clercs (en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Graphique 1. Evolution du système de désignation des clercs dans les cartulaires de Vierzon et Nevers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique 2. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans les cartulaires de Vierzon et de Nevers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau I. Fonctions et désignations complémentaires des clercs dans les cartulaires de Nevers et de Vierzon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Tableau 1. La répartition des occurrences anthroponymiques dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans : laïcs - femmes - clercs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 2. Graphique 1. Evolution des systèmes de désignation des laïcs et des clercs dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans (en %)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search