Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Désignation des clercs et des laïcs en Touraine : le cartulaire de Noyers

Étude d'anthroponymie comparative

M.-C. Fieve, M. Bourin et P. Chareille

Note de l’auteur

Cet article a été rédigé par M. Bourin et P. Chareille, à partir d'un mémoire de maîtrise soutenu en 1988 à l'Université de Tours par M. C Fiévé.

Texte intégral

  • 1 L'édition en a été faite d'après une seconde copie, faite par l'abbé Bourassé d'après les copies d (...)

1Le cartulaire de Noyers est une source à la fois superbe et difficile. Superbe parce qu'elle abonde en ces chartes-notices succulentes, qui caractérisent la région ligérienne aux XIe et XIIe siècles. Chartes-notices qui s'enchaînent de la donation aux confirmations en passant par toute une série de contestations et font connaître la parenté proche des donateurs. Difficile, parce que l'original est perdu, copié au XVIIIe siècle par Dom Fonteneau, publié en 1872 par l'abbé C. Chevalier1. Difficile aussi parce que les chartes ne sont pas datées, si ce n'est par les différents abbatiats.

2Les chartes ne sont pas uniformément réparties ; les 5347 formes anthroponymiques recensées datent essentiellement d'entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIe. Pour cette période elles constituent un matériau solide. Les clercs n'y sont pas même 15 % de l'ensemble des dénominations masculines, mais pour les tranches les mieux fournies, leurs effectifs sont compris entre 150 et 250 et suffisent à fonder une analyse statistique fiable.

  • 2 En revanche, les résultats de l'analyse des formes anthroponymiques révèlent souvent un caractère (...)

3Comment connaître qui est clerc ? D'après les recoupements, il semble que dans les dispositifs des chartes, la précision de l'état ecclésiastique, clérical ou monastique, figure toujours. En revanche, dans la liste des souscripteurs ou des témoins, la mention, qui permettrait de choisir entre état laïc ou ecclésiastique, fait souvent défaut. Au total, ce sont la moitié des formes anthroponymiques qui sont inclassables ; parmi lesquelles, il semblerait y avoir, si l'on en juge a posteriori par l'analyse anthroponymique, un certain nombre de clercs. Ainsi, les fréquences des noms de ces "inclassables" se situent en règle générale dans la fourchette ouverte entre la fréquence du nom chez les laïcs et celle de ce nom chez les clercs2. Par prudence n’ont été retenus comme clercs que ceux pour lesquels l'état ecclésiastique était affirmé. Et comme laïcs que ceux qui, par leur titre ou tout autre détail complémentaire, ne sont évidemment pas clercs et ceux qui, hors de la liste des témoins ou souscripteurs, ne sont pas signalés comme clercs.

  • 3 Les résultats sont présentés en trois catégories : les résultats globaux, les laïcs et les clercs. (...)

4Cette manière de compter a l'avantage de construire des listes sûres de clercs et de laïcs. Mais elle offre une image déformée, tronquée, du monde laïc puisqu’elle ne prend en compte que sa frange supérieure, celle qui est impliquée dans les transactions foncières ou seigneuriales avec le monastère. Les "inclassables" appartiennent sans doute à une strate sociale moins élitaire du monde laïc, mais des clercs s'y mêlent, dont il est difficile de préciser le niveau social. Il n'est pas inutile aussi parfois de prendre connaissance de l'ensemble des résultats, clercs, laïcs et "inclassables" confondus. A d'autres reprises, afin d'avoir des résultats abondants concernant de manière majoritaire des laïcs, de regrouper toutes les données à l'exception des clercs attestés3.

5Il eût été utile de préciser les critères d’analyse à l'intérieur du clergé, entre clergé monastique et séculier, entre haut et bas clergé. Pour le haut clergé, trop peu représenté dans ce cartulaire, le traitement statistique séparé ne se justifiait pas. Pour le reste, ce mémoire, qui a ouvert la piste, a été centré sur le système anthroponymique, qui s'est révélé très homogène ; privilégiant l'unité du monde ecclésiastique et l'étude chronologique de l'évolution anthroponymique globale, il n'a pas tenté une analyse sociologique détaillée de la désignation des clercs.

I. Les données générales de l'anthroponymie

6L’abondance des chartes du cartulaire de Noyers commence en pleine transformation de l’anthroponymie laïque. Observons d'abord les résultats d'ensemble. Ils ont l'inconvénient d'englober les clercs et d'atténuer la prise en compte statistique de certaines évolutions propres au monde laïc ; mais ils ont l'avantage de porter sur des effectifs plus abondants, témoins aussi bien que parties principales ou confronts ; c'est bien une image globale qu’ils fournissent.

a. La forme des anthroponymes : l'évolution globale

1. Du nom unique à l'anthroponymie double

7Malgré le très petit nombre de chartes de la première moitié du XIe siècle, il semble bien que l'évolution qui va faire passer le sytème de dénomination d'un nom unique à une anthroponymie double est déjà amorcée : il y a déjà plus du quart de la population qui porte un surnom ; et cette proportion dépasse nettement le tiers (près de 36 %) si l’on exclut du total les clercs désignés comme tels.

8La proportion de dénomination à un seul élément (nom unique) ne cesse de se réduire : dès le milieu du XIe siècle, elle n'atteint plus que 15 % environ de la population totale et enregistre une nouvelle baisse sensible après 1160 : moins de 10 % dans le dernier tiers du XIIe ; autant que permette d'en juger le faible nombre de chartes, le nom unique disparaît peu avant 1220.

9Le système "nom + surnom" enregistre une variation à peu près complémentaire : l'évolution est précoce, nette, mais pas brutale. Dès la deuxième moitié du XIe siècle, les surnoms apparaissent dans plus de la moitié des formes anthroponymiques, atteignent les deux tiers vers 1160-1190 et continuent leur lente progression dans la désignation des laïcs.

10Le surnom complexe, qui associe plusieurs éléments de surnom (un surnom en forme de nomen paternum et un lieu par exemple) est, en Touraine méridionale, d'une extrême rareté, aux environs de 1 % du total des formes.

2. Les désignations complémentaires

11Entre les deux systèmes se manifeste longuement une pratique intermédiaire, bien difficile à cerner et à mesurer, qui ajoute au nom une désignation complémentaire, facilitant son identification, sans constituer à proprement parler un surnom stable.

12Inutile de revenir sur les difficultés de l'appréciation, maintes fois exprimées : entre la désignation professionnelle du charpentier et le surnom de Charpentier, il est souvent impossible de choisir.

13Parmi les témoins, ces désignations complémentaires sont rares. Elles introduisent donc une sorte de déséquilibre entre les résultats "généraux" et les résultats spécifiques concernant les clercs et les laïcs, car la très grande majorité de ces désignations complémentaires provient de personnes dont l'état, laïc ou clerical, est connu, précisément par cette désignation complémentaire. Pour toutes les autres formes anthroponymiques, il en va à l'inverse : laïcs et clercs reconnus et classés comme tels ne constituent en général pas la moitié des données, aussi bien pour les noms uniques que pour les désignations doubles.

  • 4 Ainsi entre 1130 et 1160, 60 % des désignations complémentaires proviennent de clercs alors qu'ils (...)

14Dès la première moitié du XIe siècle, ces désignations complémentaires sont fréquentes, dépassant le tiers des formes anthroponymiques au début du XIe siècle, se stabilisant au quart de 1050 à 1130, puis régressant au cinquième. Mais cette forme de désignation est si caractéristique des clercs4 que son importance est fortement corrélée avec la proportion de clercs dans la population totale. Nous obtiendrons une appréciation corrigée (trop ?) en excluant les clercs réputés tels de la statistique :

Tableau 1. Désignations complémentaires dans les anthroponymes du cartulaire de Noyers.

Tableau 1. Désignations complémentaires dans les anthroponymes du cartulaire de Noyers.

N.B. : * la proportion est calculée par rapport à l'ensemble des désignations complémentaires.

15L'importance des désignations complémentaires est donc clairement acquise dès la première moitié du XIe siècle et recule par paliers pour se stabiliser aux environs de 10 %.

16Parmi ces désignations complémentaires, le lien de famille s'installe à une place essentielle au cours du XIe siècle et s'y maintient avec une certaine décroissance jusque vers la fin du XIIe.

17Cette décroissance s'explique principalement par la réduction de cette forme anthroponymique fondamentale au milieu du XIe siècle : "fils de". La nature des sources, la multiplicité des donations et des contestations par les héritiers privilégient évidemment cette forme de désignation. Mais la courbe de sa fréquence, toujours élevée, passe bien par un sommet dans la deuxième moitié du XIe siècle.

b. Les références des anthroponymes

  • 5 Les nomina propria aussi, mais à défaut de connaître pour chaque personne les nomina propria de se (...)

18Quelle que soit la forme anthroponymique, les surnoms et les désignations complémentaires renvoient à des références communes5. Bien des critères permettent de les analyser. Nous en avons retenu quatre :

  • la relation familiale (lien familial exprimé par une désignation complémentaire ou surnom en forme de nomen proprium, venant, en règle générale, du père ou d'un ancêtre
  • le métier ou la fonction (désignation complémentaire ou surnom "professionnel")
  • surnom locatif
  • sobriquet

19Le nom unique constitue une sorte de cinquième catégorie.

20Toutes ces références sont présentes dès la première moitié du XIe siècle. Dès le milieu du XIe siècle, les grandes lignes de l'équilibre entre les diverses références sont établies.

  • Les sobriquets restent tout au long de la période une forme très minoritaire de désignation, aux environs de 4 % de l'ensemble. Mais nombre de sobriquets ne nous échappent-ils pas, classés comme divers parce qu'incompris de nous ? incompris parce que le mot est absent des dictionnaires d'ancien français, parce que la traduction latine le met à mal, parce que devenu un patronyme, il a été peu à peu modifié par l'usage et méconnaissable,
  • Les références familiales se situent aux environs de 30 %, avec une tendance à décroître due surtout à une réduction des désignations complémentaires de ce type. Les surnoms en forme de nomen proprium oscillent autour de 27 % des surnoms laïcs : plus ou moins 3 %.
  • les références de fonction ou de métier oscillent autour de 10 % de l'ensemble, à peu près à égalité pour les surnoms et les désignations complémentaires, avec l'incertitude déjà soulignée pour le choix entre l'un ou l'autre classement.
  • les références locales sont les grands bénéficiaires de la réduction du nom unique. Leur proportion passe de 15 % au début du XIe siècle à 35 % des références dans la deuxième moitié du siècle ; elle augmente ensuite très lentement pour atteindre les 40 % en fin de période.

Tableau 2. Les diverses références de l'anthroponymie dans le cartulaire de Noyers (clercs exceptés)

Tableau 2. Les diverses références de l'anthroponymie dans le cartulaire de Noyers (clercs exceptés)

N.B. : (les totaux indiqués entre parenthèses présentent d'abord le chiffre des désignations complémentaires, ensuite celui des surnoms. Certaines désignations complémentaires qui indiquent successivement fonction puis localisation sont prises en compte dans les deux catégories).

  • 6 Aucune différence statistiquement discernable n'a pu être mise en évidence.

21La même grille de classement, appliquée aux noms des laïcs attestés, donne des résultats à peine différents. Les surnoms de lieu y atteignent, dès la deuxième moitié du XIe siècle, 43 % de l'ensemble des surnoms et s'y maintiennent (contre 46 % pour l'ensemble de la population, exceptés les clercs attestés) ; l'ensemble des références locales est également un peu inférieur pour les "laïcs" à ce qu’il est pour l’ensemble de la population, déduction faite des clercs attestés6. Le nom de lieu n'est donc pas, tout au long de la période, nettement attaché aux plus hautes strates de la société. La proportion des surnoms locatifs n'est pas un bon critère social, du moins à l'intérieur de la population que les cartulaires permettent de dénombrer.

22En revanche, l'expression littérale d'un lien de famille, telle que Mathaeus, filius Gaufridi de Uxello, est d'un usage plus spécifique des hautes strates du monde laïc ; ou du moins cette forme est-elle suscitée, pour ces milieux, par les formes de notre documentation. Cette expression régresse de génération en génération, de 12,25 % du total des formes entre 1050 et 1100 à 6 % entre 1130 et 1160 ; mais elle est sensiblement supérieure chez les "laïcs" : 18 %, puis 12 %. Elle ne retrouve le niveau général aux environs de 6 % qu'au milieu du XIIe siècle.

c. Touraine méridionale et Vendômois : l'anthroponymie des laïcs

  • 7 Cf. D. Barthélémy, "Vendômois, le système anthroponymique (Xe-milieu XIIIe siècles)", dans Genèse (...)

23Les similitudes sont grandes entre certains phénomènes anthroponymiques du Vendômois7 et de Touraine méridionale.

24C'est à peu près à la même date, entre 1000 et 1050 que le surnom l'a emporté sur le nom unique, assorti ou non d'un complément. Les évolutions sont étrangement semblables ; tout au plus le changement de pente de la courbe des noms doubles est-il plus marqué en Vendômois aux lendemains de 1100 ; la courbe plus douce en Touraine méridionale. L'une et l'autre connaissent un palier, de quelques années plus précoce en Vendômois.

25Dans l'évolution des formes, encore : le "x, filius y", est connu ici et là, et c’est à la même période, entre 1030 et 1100 qu'il connaît son apogée. Mais il n'a pas connu une vogue comparable en Touraine à ce qu’il a été en Vendômois. Son pic ne dépasse pas les 11 % du total des formes, au lieu des 18 % vendômois.

26Là ne s’arrêtent pas les similitudes. Les références du surnom ou de la désignation complémentaire semblent correspondre à des choix voisins.

Tableau 3. Références anthroponymiques : Vendômois et Touraine méridionale

Tableau 3. Références anthroponymiques : Vendômois et Touraine méridionale

27La nuance principale tient aux noms de lieux. Leur ascension se poursuit en Vendômois encore après 1100 ; elle est plus ancienne en Touraine. Ce type de nom est "aristocratique" en Vendômois (pour la période 1130-1160, les noms de lieu constituent 40 % des surnoms de nobles et environ 25 % des surnoms de roturiers ; cet écart était encore plus marqué dans la deuxième moitié du XIe siècle) ; beaucoup moins connoté en Touraine.

28A cette exception près, les choix sont stables en Touraine et en Vendômois à partir de 1050.

II. Un autre mode de désignation pour les clercs

29Entre l'anthroponymie laïque en Vendômois et Touraine, les différences sont minimes, sans aucune comparaison avec l'abîme qui sépare les formes de l'anthroponymie laïque et les modes de désignation des clercs.

a. La rareté des surnoms

30Pas de net passage au nom double pour les clercs : la trace de l’évolution est encore très ténue au seuil du XIIIe siècle. Jusqu'alors, le système de désignation qui associe un nom et un surnom ne désigne jamais 20 % de la population ecclésiastique. Sur l'ensemble du cartulaire : 12 % des clercs portent un surnom associé à un nom, sur le même modèle que les laïcs.

Graphique No 1. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans le cartulaire de Noyers.

Graphique No 1. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans le cartulaire de Noyers.

31Lorsque le modèle de la désignation double commence à s’imposer aux clercs, c'est par la "base" que se manifeste l'évolution : prêtres et moines, au même moment, et non pas les membres de la hiérarchie régulière ou séculière.

b. Des types de surnoms spécifiques

  • 8 Les effectifs trop faibles de clercs ne permettent pas de dégager des conclusions certaines.

32Il est bien difficile de juger des surnoms des clercs, qui à chaque génération sont une vingtaine à en porter un. Ils sont de même type que ceux portés par les laïcs. Mais avec une répartition entre les divers types qui semble très différente de celle des laïcs8 :

  • il n'y a pour ainsi dire pas de sobriquet pour désigner un clerc (6 % des surnoms de laïcs, et peut-être 16 % si l'on y ajoute les "divers").
  • le surnom en forme d'activité professionnelle, tel que Carpentarius ou Faber n’existe pas pour désigner un clerc (6 % des surnoms de laïcs).
  • le nom de lieu, qui est le plus courant pour les laïcs, puisqu'il constitue 43 % des surnoms, est un peu moins représenté pour les clercs (36 %).
  • chez les clercs, les nomina paterna, qu'il serait plus sûr d'appeler surnom en forme de nomen proprium en l'absence d'indication sur leur origine et leur formation, ont une fréquence analogue chez les laïcs et les clercs (26,5 % pour les laïcs ; 28,6 % pour les clercs).

c. La forme normale de l'anthroponymie des clercs est celle de la désignation complémentaire

33Non pas le lien familial, qui est extrêment rare chez les clercs : 1,3 % contre 12,6 % chez les laïcs.

Graphique No 2. Pourcentage des formes de désignation complémentaire chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de Noyers. (en % des formes anthroponymiques) (1000-1250)

Graphique No 2. Pourcentage des formes de désignation complémentaire chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de Noyers. (en % des formes anthroponymiques) (1000-1250)

34Un clerc se désigne par son nom et sa fonction dans les chartes les plus anciennes du cartulaire. Puis cette fonction se localise, elle est associée à une précision de lieu : le rapport de la pure indication de fonction à la fonction localisée évolue comme suit :

Tableau 4. Taux de fonctions “non-localisées” dans la désignation des clercs (cartulaire de Noyers)

Tableau 4. Taux de fonctions “non-localisées” dans la désignation des clercs (cartulaire de Noyers)

N.B. : Le taux est le rapport des fonctions non localisées aux fonctions localisées.

35Une première fois vers le milieu du XIe siècle, une deuxième fois vers 1130, un changement se manifeste dans la désignation des clercs, qui affirme avec de plus en plus de netteté le lieu où s'exerce la fonction ecclésiastique. La première évolution se produit au moment où l'usage du surnom devient majoritaire chez les laïcs. La seconde ne correspond à aucune évolution spécifique chez les laïcs, du moins dans la région. C'est le moment où le surnom de lieu s'impose aux autres surnoms en Vendômois, mais en Touraine méridionale, il semble bien que depuis près d’un siècle, le surnom de lieu soit déjà une forme prépondérante de surnom.

36Bien évidemment, nos documents privilégient de manière écrasante cette forme anthroponymique qu'est le nom unique suivi d'une désignation complémentaire de fonction, car comment reconnaître le clerc sans cette précision ? La recherche prosopographique confirme cependant que ce résultat n'est pas un simple effet artificiel de la documentation, mais que la désignation complémentaire de fonction est bien la norme pour les clercs : il n’est pas tant d'individus, désignés ici comme clercs, que l'on puisse retrouver là, sûrement ou probablement, sans cette désignation. Malheureusement, parmi les clercs, il n'en est pas qui porte un nom assez singulier pour qu'on puisse le rechercher avec une certaine probablilité dans la masse de ceux qui ne sont qualifiés d'aucune fonction. En revanche, certains clercs reparaissent dans les documents fréquemment, qualifiés de la même fonction cléricale.

37Minoritaires, mais sans cesse plus nombreux, il est des clercs, moines ou prêtres, qui portent un surnom. Dans certains cas, ce sont des laïcs qui entrent au couvent sur le tard. Ainsi Alexander de Coime, Gaufridus Lepus ou Guillelmus Aculeus, pour prendre divers types de surnom. D'autres semblent abandonner ce surnom qu'ils portaient, à leur entrée au monastère. Rien n'indique que le maintien du surnom soit lié à une situation d'homonymie au monastère, ou dans les rangs du proche clergé séculier, en ce qui concerne les prêtres. D'ailleurs, il existait au même moment deux Ulricus Presbiter, qu'on n'a pas éprouvé le besoin de distinguer par un surnom ou une autre précision.

38Certains moines, entrés comme oblats au monatère de Noyers portent cependant un surnom : ainsi Matheaus, fils de Gaufredus de Uxello est devenu prieur ou sacriste sous le nom de Matheus de Uxello. Or ici, tout concourait à rendre peu probable l'usage du surnom : l'entrée précoce au monastère et l'office exercé.

39La fréquence accrue du surnom pour désigner un clerc relève probablement d'une norme anthroponymique qui s'accentue. Il devient normal que tout individu soit désigné dans un acte écrit par un nom et un surnom, auquel s'ajoute, pour un clerc, sa fonction.

III. Le stock des noms : clercs et laïcs

40Dans les chartes de Noyers, le mode de désignation des clercs est, sans conteste, différent de celui des laïcs. En revanche la première impression que donnent leurs nomina propria est leur grande analogie avec ceux des laïcs.

41Analogie des choix : une analyse rapide montre que ce sont les mêmes noms qui sont les plus fréquemment portés par les uns et les autres.

42Analogie des phénomènes évolutifs : la concentration de ces choix est, pour les uns et les autres, sensible sans être spectaculaire. Il faut encore, entre 1130 et 1160, au minimum, 7 à 8 noms pour désigner un tiers de la population masculine dans son ensemble, comme pour désigner le tiers des laïcs attestés ou des clercs attestés.

43L'interprétation des chiffres aboutit, dans le domaine des nomina propria à des résultats statistiques souvent différents de l'impression donnée par une lecture "naïve". En effet, dans la région ligérienne, la concentration des choix est faible : les noms les plus portés le sont par un faible pourcentage de la population. Ces petits chiffres, induisant de très petits écarts entre les fréquences, sont donc fragiles, très sensibles aux variations d'effectif.

a. Quels noms ?

44Le tableau suivant, établi sur l'ensemble de la période étudiée, de l'an 1000 au milieu du XIIIe siècle donne, pour les noms des clercs, les résultats suivants :

Tableau 5. Différence de fréquence des noms les plus portés par les laïcs et les clercs dans l’ensemble du cartulaire de Noyers

LAICS

CLERCS

GENERAL

Geoffroy

6,8 % (1)

3,9 % (3)

5,9 % (1)

Aimeri

5,1 % (2)

3,8 % (4)

4,1 % (3)

Hugues

4,6 % (3)

2,5 % (8)

3,7 % (6)

Renaud

4,3 % (4)

5,8 % (1)

5 % (2)

Pierre

4,1 % (5)

4,7 % (2)

3,9 % (4)

Guillaume

3,8 % (6)

3,7 % (5)

3,8 % (5)

Jean

2,8 % (7)

3 % (7)

2,9 % (7)

Gautier

2,6 % (8)

2 % (12)

2,1 % (10)

Raoul

2,2 % (9)

2 % (12)

2,1 % (9)

Etienne

2 % (10)

2,1 % (9)

2 % (11)

Arnaud

1,9 % (11)

2,1 % (9)

1,8 % (12)

Géraud

1,8 % (12)

2 % (12)

2,5 % (8)

N.B. : La liste est établie d'après les chiffres absolus. Comme les effectifs sont inégaux suivant les tranches chronologiques, elle donne un poids abusif aux années 1050-1130. L'objectif est ici de comparer les nomina propria des clercs et des laïcs et la proportion de chacune des deux populations reste semblable de1050 à 1200 (ce sont les tranches où les effectifs sont les plus nombreux) : la comparaison est donc légitime.

  • 9 Il y a en outre une très bonne cohérence des rangs. Le coefficient de corrélation des rangs de Spe (...)
  • 10 Malgré les apparences, Robert n'est pas en Touraine un nom spécifiquement clérical.

45Dans le tableau ci-dessus, l'ordre de présentation des noms est établi en suivant la fréquence décroissante des noms des laïcs attestés. La ressemblance est évidente : les douze noms les plus fréquents chez les laïcs font partie des quinze noms les plus fréquents chez les clercs9. Et les deux noms10 dont la fréquence apparait sur cette liste comme spécifique des clercs, Eude et Barthélémy, qui sont plus rares chez les laïcs, y apparaissent cependant à la seizième et à la vingt-deuxième place. Autant dire qu'aucun prénom porté par les laïcs ne paraît tabou chez les clercs et aucun nom ne paraît exclusivement réservé à la dénomination des clercs, du moins parmi les plus fréquents.

  • 11 On aurait pu croire qu'il en allait de même pour Aymeri mais les tests statistiques ont infirmé ce (...)

46Il y a cependant, à l'intérieur du cartulaire de Noyers, des nuances sensibles, entre la fréquence des noms portés par les clercs et par les laïcs. Notamment pour les premiers de la liste. Geoffroi et Hugues11 sont portés de manière significativement plus élevée par les laïcs. Geoffroi, le plus porté chez les laïcs n'arrive qu'en troisième place chez les clercs. Inversement Renaud et Pierre sont un peu plus fréquents chez les clercs, sans qu’il soit possible d'établir une différence statistiquement discernable au niveau des proportions. Cette différence se manifeste surtout quant au rang de ces deux noms, puisque ce sont les deux noms les plus portés par les clercs dans l'ensemble de la période.

47Si la comparaison est menée entre les données d'ensemble du cartulaire et celles qui concernent les seuls clercs attestés, la différence est encore atténuée. Les trois seuls cas pour lesquels la fréquence du nom dans l'ensemble de la population ne se situe pas entre celles observées chez les laïcs et chez les clercs, Pierre, Arnaud et Géraud, ne sont pas statistiquement significatifs.

b. L'évolution chronologique comparée

48Les différences, minimes dans l'ensemble du cartulaire, entre les noms portés par les clercs et les laïcs sont-elles précoces ? (faute de données fiables, le calcul ne peut pas être mené avant 1050). Se renforcent-elles ou s'estompent-elles avec les générations ?

  • 12 Cet écart moyen est obtenu à partir de la valeur absolue des écarts.
  • 13 Cf. tests de coefficient des rangs : pour 1050-1100, le coefficient est pratiquement nul (0,003) ; (...)

49Pour les dix noms les plus portés par les laïcs, l’écart moyen entre leur fréquence chez les "laïcs" et leur fréquence chez les "clercs" est passé de 1,6 à l12. Cette différence n'est pas statistiquement discernable. En revanche, en ce qui concerne l'ordre, l'évolution est très nette, même sans tenir compte des trois noms au comportement le moins cohérent Aimeri, Gautier et Jean : les choix se sont nettement rapprochés au cours de la période. Entre clercs et laïcs, ils étaient beaucoup moins cohérents au XIe siècle qu'ils ne le sont au XIIe13.

Tableau 6. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers

Tableau 6. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers

N.B. : Ce tableau est établi, pour le XIIe siècle, à partir des pourcentages des trois tranches chronologiques (1100-1130, 1130-1160, 1160-1190).

Graphique No 3. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers

Graphique No 3. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers
  • 14 Tests de comparaison des proportions.
  • 15 Gosselin ne fait pas partie de cette catégorie, quoiqu'on puisse en penser de prime abord.
  • 16 Il est évidemment bien difficile d'interpréter des résultats qui ne portent que sur un petit nombr (...)

50Avant 1100 : en tête, la différence de fréquence était patente pour Geoffroy et Aimeri, mais non significative pour les suivants14. Certains noms couramment attestés pour des clercs, comme Eudes ou Durand15 ne semblaient guère portés par des laïcs. Inversement, les "vieux" noms, tels Archambaud, Boson, Bouchard et Foulque, qui s'attachent ensuite à certains lignages (bien que ceux-ci n'en aient pas l'exclusivité) et semblent alors désuets, sont peu portés au XIe siècle par les clercs. Et par la suite non plus, d'ailleurs. Hugues est aussi beaucoup plus “laïcs”, surtout au XIIe siècle. En revanche Adelelme, Adhémar, Alquier et Herbert ne figurent guère chez les laïcs16.

51Le deuxième quart du XIIe siècle introduit des changements assez notables : en tête des choix, chez les laïcs, Hugues a supplanté Geoffroy et est lui-même supplanté par Guillaume à la génération suivante.

52Chez les clercs eux-mêmes, l'ordre est quelque peu bouleversé.

Tableau 7. Evolution chronologique comparée des fréquences des noms de clercs dans le cartulaire de Noyers

Tableau 7. Evolution chronologique comparée des fréquences des noms de clercs dans le cartulaire de Noyers

53Si l’on compare les rangs des noms les plus portés chez les clercs et les laïcs, tranche par tranche, il apparaît que :

  • la globalisation du calcul, mené sur l'ensemble du XIIe siècle, accentue la cohérence des rangs. Pour aucune tranche chronologique, elle n'est aussi bonne que pour tout le XIIe siècle.
  • Le fait dominant est l'uniformisation des rangs qui s'est opérée, rapidement, aux environs de 110017.
  • 18 Cf. P. Chareille, "éléments pour un traitement statistique des données anthroponymiques" t.2.

54La condensation des choix est claire pour toutes les catégories. Elle ne doit guère à la variation des effectifs d'une tranche chronologique à l'autre18. Tout d'abord, au cours du XI e  siècle : la condensation est générale. Elle se manifeste par la réduction du nombre de noms pour 100 individus. Toutefois, elle semble moins marquée pour les clercs, que pour les laïcs et moins encore que pour l'ensemble de la population, quel que soit son état. Mais la tranche de référence 1000-1050, pauvre en effectifs, limite la portée de l’analyse, tout spécialement pour les clercs qui ne sont que 27 à figurer dans le cartulaire de Noyers.

55A partir de 1100, l'importance du stock des noms se stabilise, voire même s'accroît légérement. Mais, au même moment, la fréquence des noms les plus portés augmente de génération en génération, révélant une seconde phase de l'évolution, qui est une véritable concentration : la répartition des noms se fait entre un petit nombre de noms de plus en plus fréquents et un grand nombre de noms rares. Les douze noms les plus fréquents désignent chez les clercs : 33 % des individus entre 1050 et 1100, 35 % entre 1100 et 1130, 40 % entre 1130 et 1160, 66 % entre 1160 et 1190.

Tableau 8. Evolution comparée du pourcentage de la population dénommée par les douze noms les plus fréquents

1050-1100

1100-1130

1130-1160

1160-1190

Laïcs

39 %

41,5 %

48 %

60 %

Clercs

33 %

35 %

40 %

66 %

Global

34 %

40,5 %

43 %

53 %

N.B. : Les douze noms sont les plus fréquents, dans chaque catégorie.

56La concentration est de plus en plus grande, sur les choix majeurs, tout au long de la période.

  • 19 Un ajustement linéaire par catégorie de la proportion d'individus désignés par l'un des douze noms (...)

57Si le sens de l'évolution est voisin pour tous les "états", sa courbe est un peu plus rapide chez les clercs que chez les laïcs et dans l'ensemble de la population : alors que la concentration était moindre chez les clercs au début de la période étudiée, après 1160 la situation se retourne : la concentration maximale est alors celle des clercs et la minimale celle de l'ensemble de la population19.

58Cette concentration de plus en plus grande des noms de clercs sur les choix principaux va de pair avec un stock de noms pour 100 individus (condensation) qui reste plus élevé que celui observé chez les laïcs. Un grand nombre de clercs porte donc probablement un nom rare.

Graphique No 4. Evolution de la concentration des noms dans le cartulaire de Noyers : pourcentage cumulé des douze noms les plus portés.

  • 20 On ne peut exclure en particulier des erreurs induites par l'homonymie ; un même individu compté p (...)

59Ces chiffres sont sans doute quelque peu sujets à caution car les effectifs de clercs attestés ne peuvent fournir des résultats aussi solides que ceux qui concernent l'ensemble de la population connue par les chartes. L'analyse de détail, nom par nom, est toujours plus fragile, pour cette raison, que celle des phénomènes généraux20.

60Ainsi, certains noms semblent avoir une fréquence élevée éphémère ; ou du moins exagérée par un hasard qui ne doit pas avoir valeur générale pour la région. Barthelémy, qui certes a, tout au long de la période, une fréquence particulière chez les clercs, est propulsé à un deuxième rang entre 1130 et 1160. Il est peu probable que ce résultat soit confirmé par d'autres cartulaires.

Graphique No 5. Evolution de la condensation des noms dans le cartulaire de Noyers

61Si l'on observe le sort individuel des noms de clercs et qu'on le compare à celui qui est le sien chez les laïcs, on a l'impression d'une sorte de mouvement brownien, impliquant des modifications constantes de l'ordre des fréquences, à l'intérieur d'un choix global qui manifeste une certaine permanence. Cette relative permanence n'exclut pas non plus l'émergence de noms ; non pas parmi les plus fréquents, mais dans le groupe des fréquences moyennes.

c. Des choix régionaux ou sociaux ?

62Avant de chercher les raisons de ces "ressemblances dissemblables", il faut reprendre la comparaison avec la proche région du Vendômois. Y retrouvons-nous, à l'échelle globale, une parenté plus grande avec la Touraine méridionale de Noyers, qu’à l'intérieur de cette Touraine entre clercs et laïcs ?

63Globalement, les caractéristiques de la Touraine méridionale sont très voisines de celles du Vendômois. La répartition des choix se ressemble : une vingtaine de noms portés chacun par plus de 1 % de la population au XIème siècle. Les noms les plus fréquents sont portés, de génération en génération, par un nombre croissant d'individus. Et ces noms sont à peu près les mêmes.

  • 21 Dans les deux régions, Gautier, Guillaume et Eudes font aussi partie des noms assez fréquents, ave (...)

64Au XIe siècle, il existe incontestablement un faciès régional de l'anthroponymie. Les noms dominants sont des choix régionaux. Bien que l'ordre des fréquences ne soit pas exactement identique, ce sont les mêmes en Vendômois et dans la Touraine méridionale. En Vendômois : Hugues, Geoffroi et Renaud ; autour de Noyers, Geoffroy, Renaud et Hugues21. Plus rare, Païen, qui est un nom bien ligérien, est porté en Touraine comme en Vendômois.

65Mais il y a des nuances importantes : Aymeri n'est attesté fréquemment que dans le Sud de la Touraine, pas en Vendômois.

66Le XIIe siècle confirme ces nuances. Aymeri demeure un choix typiquement tourangeau. Géraud aussi. Guillaume ne progresse pas en Touraine, comme il le fait en Vendômois. Hugues et Robert dont la progression est moins nette en Vendômois, ne parviennent pas à combler leur retard en Touraine. Quant à Pierre, il a déjà atteint dans la Touraine méridionale un poids qu’il ne trouve pas en Vendômois avant la fin du XIIIe siècle, tandis que la fréquence de Jean s'accroît ici et là à un rythme parallèle.

Tableau 9. Fréquence des noms les plus courants dans l'ensemble de la population masculine du XIIe siècle

NOYERS :
sur 3235

VENDOMOIS :
sur 1232

1. Geoffroi : 5,6 %

6,4 % (3)

2. Renaud : 5 %

5,2 % (4)

3. Pierre : 4,9 %

3 % (7)

4. Aimery : 4,4 %

5. Guillaume : 4,3 %

7,5 % (1)

6. Hugues : 3,8 %

6,9 % (2)

7. Jean : 3 %

3,3 % (6)

8. Géraud : 2,8 %

9. Païen : 2,3 %

3 % (7)

10. Robert : 2,1 %

3,4 % (5)

67Légère différence aussi dans la concentration des choix. Non pas tant dans sa globalité, puisque les huit noms les plus portés représentent 38 % des choix en Vendômois et presque 36 % dans le cartulaire de Noyers. Mais les choix sont plus homogènes à Noyers puisque qu'entre le nom le plus porté au XIIe siècle Geoffroi et le cinquième, il y a à peine 1 % de différence, alors qu'il y a presque 4 % en Vendômois. Cette homogénéité des fréquences n'est pas due exclusivement à Noyers à un calcul moyen qui écrète les résultats de chaque génération en la mélangeant aux choix différents des autres tranches chronologiques : c'est un caractère commun à la distribution des choix à chaque génération.

68La cohérence est plus grande entre les dix noms les plus portés par les laïcs et par les clercs en Touraine méridionale qu’entre les dix noms les plus portés dans l’ensemble du cartulaire de Noyers et en Vendômois. L’écart absolu moyen est de 0,72 % contre 1,87. La comparaison de la cohérence des rangs va dans le même sens : le coefficient des rangs s'établit à 0,72 contre 0,26. Autrement dit la nuance régionale l'emporte sur la différence d'état.

69Il est toutefois un secteur où la comparaison révèle une plus grande disparité sociale qu'interrégionale : les rythmes de la concentration des choix.

70Globalement, ils sont légèrement différents en Touraine méridionale et en Vendômois ; le phénomène semble s'être lancé plus vite en Touraine, mais dès le début du XIIe siècle, elle est au même niveau dans les deux régions. Le mouvement de concentration semble s'être effectué sur un modèle linéaire en Vendômois (baisse moyenne de 3,7 % par dix ans).

Tableau 10. Nombre de noms pour cent individus : résultats comparés en Vendômois et Touraine méridionale

Tableau 10. Nombre de noms pour cent individus : résultats comparés en Vendômois et Touraine méridionale

N.B. : 1. nombre de formes anthroponymiques par tranche chronologique.
2. nombre de noms pour 100 formes anthroponymiques dans l'ensemble de la population.
3. id. pour les clercs.

71A cet égard, l'évolution du stock de noms pour 100 individus, qui mesure la condensation des choix, est plus proche en Touraine et en Vendômois qu’à l'intérieur de la Touraine entre les noms portés par les clercs et ceux portés par l'ensemble de la population.

IV. Des choix spécifiques pour les clercs ?

72Même si les noms de clercs sont plus proches de ceux que portent les "laïcs" dans la Touraine méridionale, que ne le sont les noms tourangeaux et vendômois, les deux distributions ne se recouvrent pas parfaitement. Serait-ce que les clercs portent des noms plus "chrétiens" ?

a. Des noms religieux pour les clercs ?

  • 22 Cf. sur ce concept les travaux fondamentaux de Michael Mitterauer, par exemple “Namengebung”, Beit (...)

73Bien évidemment ce concept de nom chrétien n'a pas grand sens, tant il est vrai que les noms les plus "germaniques" sont au cours du Haut Moyen Age devenus à leur tour des noms portés par des chrétiens et même des saints. On peut remplacer ce concept par celui de "religieux"22. La qualité d'un nom n'en reste pas moins parfois difficile à établir, notamment pour certains issus de l'antiquité romaine. S’il n'est pas difficile de comprendre quelle inspiration pousse à choisir pour un enfant Hieronymus ou Nicolaus, le doute demeure pour Patricius ou Polinus.

  • 23 Cet accroissement est très régulier, passant de 15 % à 17 % (1100-1130), 23,3 % (1130-1160) et 28, (...)

74Il est incontestable qu'ici, comme ailleurs, les noms religieux sont en proportion croissante dans le stock des noms et surtout, que leur succès augmente très notablement la proportion d'individus ainsi désignés : de 15 % dans la deuxième moitié du XIe siècle, on arrive à près de 30 % à la fin du XIIe siècle23

  • 24 L. Perouas et alii, Léonard, Marie, Jean et les autres, ed. du CNRS, Paris 1984, p. 49 et M. Mitte (...)

75La composition de ce répertoire évolue peu à peu, la part des noms vétérotestamentaires et pieux se réduisant au profit des noms d'apôtres ou des noms de saints martyrs et de confesseurs. Ici comme ailleurs, un très petit nombre de saints locaux ont donné leurs noms aux chrétiens des XIe et XIIe siècles24. Martin, beaucoup plus rarement Ursus.

76Mais les clercs sont-ils plus nombreux que les autres à les porter ? La différence paraît significative avant 1050, mais les tests ne permettent pas de le confirmer. Entre 1050 et 1130, la proportion de noms religieux est tout à fait proche chez les clercs et les laïcs. Toutefois à partir de 1130 (au-delà de 1190, les résultats ne sont de nouveau plus significatifs) elle est plus élevée chez les "clercs" (30 % de 1130 à 60 et 35,5 % de 1160 à 90) que dans le reste de la population (22 % et 27,6 %).

77Sur 5347 individus, 1015 portent un nom religieux (soit 19 % de la population), qui se répartissent ainsi :

7861 noms vetero-testamentaires (soit 6 % des noms religieux) ; 13, soit 13,1 % sont portés par des clercs.

  • 25 Etienne a été compté parmi les martyrs et confesseurs ;'intégrer aux noms néo-testamentaires accro (...)

79595 noms d'apôtre ou néo-testamentaires (soit 58,6 %) ; 98, soit 16,5 %, sont portés par des clercs25

80dont 317 porteurs de noms de saints martyrs et confesseurs (soit 31,2 %) ; 58 soit 18,3 % sont portés par des clercs.

  • 26 On s'attendait que Païen soit absent du répertoire des noms portés par les clercs : il est plus fr (...)

81dont 42 porteurs de noms pieux (soit 4,1 %) ; 6 soit 14,3 % sont portés par des clercs26.

82Dans l'ensemble, les noms religieux les plus portés sont :

83Les comparaisons qui suivent précisent les répartitions entre les clercs attestés et les autres à l'intérieur du groupe des porteurs de noms religieux :

84Les clercs portent dans les mêmes proportions les 5 noms religieux les plus fréquents, qui à eux seuls représentent 60,5 % des choix de noms religieux dans l'ensemble de la population (56,5 % chez eux et 61,1 % chez ceux qui ne sont pas attestés comme clercs).

  • 27 Cette constatation est encore plus nette si l'on compare, quant aux noms vétéro-testamentaires, la (...)

85Les noms vétéro-testamentaires ne sont pas plus courants chez les clercs que dans le reste de la population27.

  • 28 21,2 % chez les clercs porteurs de noms religieux contre 20,5 % pour le reste de la population.
  • 29 13,5 % contre 15,6 %.

86Les noms d'apôtre ne sont pas davantage surreprésentée chez les clercs (57,5 % des clercs porteurs d'un nom religieux ont un nom apostolique) ; ce pourcentage s'élève à 59 % pour le reste de la population. Ni Pierre28, ni, moins encore, Jean29 ne sont des choix spécifiquement cléricaux parmi les noms religieux.

87Mais les noms de saints martyrs et confesseurs sont plus portés par les clercs que par le reste de la population (34 % contre 30,5 %). Certains d'entre eux surtout.

88Parmi ces noms de saints, plusieurs catégories :

  • le plus fréquent, Etienne, qui représente environ un tiers des noms de cette catégorie ;
  • certains moins fréquents, comme Hervé ou Benoît qui ne représentent que 3,5 % des noms religieux ou 11 % des noms de saints. On pourrait leur adjoindre Martin, environ 7 % des noms de saints.
  • puis environ 25 autres noms attestés à quelques unités.

89La surreprésentation des clercs est inégalement attestée dans les diverses catégories :

  • elle est claire pour les noms de saints rares, surtout après 113030.
  • en revanche elle n'est pas nette pour les autres prénoms des glorieux confesseurs31

Graphiques Nos 6 et 7. Typologie des noms religieux chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de Noyers
Graphique No 6

Graphiques Nos 6 et 7. Typologie des noms religieux chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de NoyersGraphique No 6

b. Changer de nom ?

90Le cartulaire de Noyers permet de connaître 24 individus entrés au monastère.

91Dix sont réapparus dans les chartes : huit avaient un nom "profane" : ils l'ont gardé. Deux avaient un nom religieux. Ils l'ont aussi gardé.

92Qu'est-il arrivé aux autres ? Un abandon de leur surnom qui les rend méconnaissables ? C'est possible. Un changement de nom ? Cette hypothèse n'est jamais mentionnée dans les chartes qui rappellent, à propos d'une contestation par exemple, le changement d'état du donateur. La plupart entre au monastère sur le tard ; il n'est pas impossible que leur survie soit brève.

93Ajoutons que certains noms dont la liaison avec l'antiquité profane ne peut être oubliée ne sont pas bannis pour les clercs : Alexandre est porté par sept d'entre eux entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIe. Mais il est vrai qu'Achille et César, attestés une fois chacun, appartiennent à des laïcs.

c. Les oblats

94Douze oblats : quatre portent un nom religieux. Ce n'est pas plus que le reste de la population.

95Sans doute les différences entre l'onomastique des clercs et celle des laïcs est-elle de l'ordre du détail, mais elles existent. Elles ne semblent relever ni d'un changement de nom à l'entrée au monastère, ni d'un choix délibéré d'un nom religieux pour les oblats.

CONCLUSION

96L'analyse de l'anthroponymie des clercs à travers le cartulaire de Noyers montre deux faits majeurs :

  • l'identité remarquable de leurs nomina propria avec ceux des laïcs
  • et la divergence du système de désignation : très peu de surnoms chez les clercs dont le nom est en revanche souvent accompagné de la précision de leur état ecclésiastique.

97Quelques clercs portent cependant des surnoms. Il semble qu'ils soient patronymiques, car leur répartition ressemble fort à celle des surnoms laïcs, mais un tri s'opère pour les clercs : jamais ils ne portent de sobriquet ni de surnom en forme de profession. Cette pratique révèle le principe de fonctionnement du système anthroponymique écrit : le surnom est sur le chemin de la transformation en patronyme héréditaire, mais il ne s'impose pas s'il n'est pas cohérent avec la situation de l'individu.

98S'ils sont rares à porter des surnoms, est-ce parce qu'ils entrent enfants comme oblats du monastère ? Est-ce parce que, abandonnant sur le tard le monde laïc, ils quittent leur surnom en entrant dans le clergé ? Le cartulaire de Noyers ne donne pas de réponse bien nette à ces questions. Il y a des moines entrés oblats portant par la suite le surnom familial et des moines d'un âge avancé qui ont gardé leur surnom de laïc.

99Dès que commencent les chartes du cartulaire, les clercs sont normalement désignés par un nom assorti de la mention de leur appartenance au clergé. Cette pratique se conserve à travers toute la période couverte par le cartulaire.

100Mais elle se modifie dans son application lorsque, à partir du milieu du XIe siècle, apparaît l'usage d'ajouter à la fonction cléricale le nom du lieu où elle s'exerce. De 20 % des cas alors, ce système se renforce jusqu'à en représenter environ 40 % Chez les laïcs, l'équivalent, c'est-à-dire l'usage d'un surnom locatif, s'était implantée comme la forme la plus courante du surnom dès 1050 (35 % des surnoms et désignations complémentaires). Au terme d'une évolution qui est chez les clercs plus lente et régulière, le poids de la précision d'un lieu dans la désignation de l'individu a atteint à peu près le même niveau.

101L'usage de la désignation complémentaire est donc très différent dans le monde laïc et chez les clercs : le lien familial, essentiellement filial, définit le laïc, surtout au XIe siècle. Le clerc n'appartient plus à son lignage.

102Cet usage est fréquent, mais sans doute pas absolu. L'étude des résultats statistiques des individus dont on ne peut affirmer clairement qu'ils sont clercs ou laïcs est peu probante. Ils se situent souvent entre ceux des clercs et des laïcs, beaucoup plus proches des laïcs (les laïcs attestés sont principalement des membres de l'aristocratie, avec sans doute une surreprésentation de ceux qui, dans les lignages nobles, ont eu la plus grosse part du patrimoine familial). Mais il est difficile de savoir si ce comportement anthroponymique des "incertains" est dû à la présence parmi eux de clercs non attestés ou à celle de roturiers ou de cadets de la noblesse, qui auraient des modes de désignation, spécifiques, différents de ceux des grands laïcs.

103Autant les modes de désignation globaux définissent le clerc différemment du laïc, autant leurs nomina propria les en rapprochent. Globalement clercs et laïcs portent les mêmes. Ni parmi les noms les plus fréquents, ni parmi le répertoire des noms rares ne s'affirment des noms exclusifs pour l'une ou l'autre catégorie. La différence est beaucoup plus grande entre Vendômois et Touraine méridionale, qu'entre clercs et laïcs à l'intérieur de la Touraine, malgré l'existence évidente d'une aire macrorégionale dans le choix des noms.

104Il y a pourtant quelques singularités dans le répertoire et la distribution des noms chez les clercs du cartulaire de Noyers.

105Les noms de clercs et de laïcs subissent le même processus de concentration des choix sur quelques noms. Moins nette en début de période chez les clercs, elle y rattrape et dépasse son niveau laïc après 1160.

106Aussi bien chez les clercs que chez les laïcs, chaque génération voit se modifier légèrement l'ordre de tête. Comportant des différences entre clercs et laïcs au XIe siècle, cet ordre des noms les plus fréquents se rapproche vivement aux environs de 1100.

107Sur l'ensemble de la période, certains noms ont une connotation plus nettement laïque, comme Hugues et Geoffroy. D'autres plus cléricale : Eudes et, moins fréquent, Barthélémy. Malgré le rapprochement des choix, Hugues demeure un nom plus laïc, et Guillaume le devient dans une moindre mesure, en même temps qu'il devient le premier choix des laïcs. Quelques noms rares sont également de connotation laïque, de ceux qui marquent certains lignages nobles, comme Archambaud ou Bouchard.

108Eudes, qui est très fortement représenté parmi les clercs entre 1050 et 1100 ne bénéficie pas ensuite du processus de concentration que connaissent les autres noms en tête des choix. Bien entendu, il est tentant de corréler cette place d'Eudes avec la défaite des comtes de Blois en 1044 : tandis que Geoffroy semble lié à l'état laïc et au pouvoir, Eudes se fait clérical. Il faudrait vérifier dans des études généalogiques si les mêmes familles engendrent des Geoffroy et des Eudes et dans quel ordre, ou si les choix s'excluent et si les Eudes du clergé sont les rejetons des familles battues avec leur seigneur.

109On s'attendrait que la différence entre clercs et laïcs tienne surtout à une proportion plus grande chez les clercs de noms religieux. Il n'en est rien jusque vers 1130. Mais la différence s'établit ensuite de manière significative.

110Dans ce domaine, les "préférences" des clercs ne vont clairement que vers les noms des saints martyrs et confesseurs. Les noms d'apôtre et ceux de l'Ancien testament sont représentés chez eux comme chez les laïcs. Ici et là les noms vétéro-testamentaires sont très rares. Parmi les noms néo-testamentaires, les clercs suivent en l'amplifiant le mouvement qui porte Pierre aux premiers rangs des choix ; pour Jean, ils se contentent de le porter dans la même proportion que les laïcs.

111Plus nette est l'importance parmi les clercs de noms de saints peu fréquents. Cette pratique se traduit par une moindre condensation des noms chez les clercs. Devancent-ils ainsi l'évolution anthroponymique qui va répandre les noms de saints surtout à la fin du Moyen Age ? On peut en douter car le répertoire des noms de saints locaux est aussi faible chez les clercs que chez les laïcs.

112Aucun de ces éléments ne permet de penser que les clercs changent de nom quand ils entrent dans le clergé monastique ou séculier. S'ils portent peu le surnom de leur famille, ils demeurent, par leur nom, ancrés dans leur famille et en tous cas dans l'ensemble de la société. Il reste à vérifier dans des études généalogiques si les singularités des noms de clercs viennent du rang dans la fratrie de ceux qui entrent dans le clergé : s'il existe un ordre de dénomination des enfants, notamment dans certaines familles de l'aristocratie, si la liberté de dénomination est plus grande pour les cadets et si les aînés n'entrent pas dans le clergé, on aurait là les éléments d'explication des minimes singularités des noms de clercs.

Tableau I. Données globales de la documentation dans le cartulaire de Noyers

Tableau I. Données globales de la documentation dans le cartulaire de Noyers

* Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

Tableau II. Evolution de la condensation des noms

Tableau II. Evolution de la condensation des noms

Tableau III. 1. Le répertoire des noms religieux dans le cartulaire de Noyers

Tableau III. 1. Le répertoire des noms religieux dans le cartulaire de Noyers

Légende  : L : laïc attesté - C : clerc attesté - Gal : total (attestés + incertains)

Tableau III. (suite). 2.

Tableau III. (suite). 2.

Légende : L : Laïcs - C : Clercs

*

4. Tableau III. (suite)

4. Tableau III. (suite)

Notes

1 L'édition en a été faite d'après une seconde copie, faite par l'abbé Bourassé d'après les copies de Dom Fonteneau et les analyses de Dom Housseau ; Abbé C. Chevalier, Cartulaire de l'abbaye de Noyers, Mémoires de la société archéologique de Touraine, XXII, 1872.

2 En revanche, les résultats de l'analyse des formes anthroponymiques révèlent souvent un caractère plus "avancé" pour cette catégorie que pour les données des laïcs attestés.

3 Les résultats sont présentés en trois catégories : les résultats globaux, les laïcs et les clercs. L'étude n'a pas été faite en distinguant de manière systématique les formes anthroponymiques d'après la fonction des personnes dans l'acte. Elle recoupe cependant en partie cette perspective, puisque les listes de clercs et de laïcs sont alimentées essentiellement par les acteurs des chartes. Les "inclassables" sont essentiellement des témoins, mais pas tous les témoins.

4 Ainsi entre 1130 et 1160, 60 % des désignations complémentaires proviennent de clercs alors qu'ils ne représentent que 15 % du millier de noms relevés dans le cartulaire de Noyers pour cette période.

5 Les nomina propria aussi, mais à défaut de connaître pour chaque personne les nomina propria de ses ancêtres, il est impossible de dire si tel nomen proprium était vécu comme un patrimoine familial commun ou non. Il en allait de même pour les contemporains, à moins de bien connaître l'individu.

6 Aucune différence statistiquement discernable n'a pu être mise en évidence.

7 Cf. D. Barthélémy, "Vendômois, le système anthroponymique (Xe-milieu XIIIe siècles)", dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, publications de l'Université de Tours, Tours 1989, pp. 35-60.

8 Les effectifs trop faibles de clercs ne permettent pas de dégager des conclusions certaines.

9 Il y a en outre une très bonne cohérence des rangs. Le coefficient de corrélation des rangs de Spearman entre les “laïcs attestés” et l'ensemble de la population est de 0,87 ; entre clercs attestés et ensemble de la population il est de 0,84 ; entre laïcs et clercs, il est de 0,77. Ils sont tous statistiquement significatifs.

10 Malgré les apparences, Robert n'est pas en Touraine un nom spécifiquement clérical.

11 On aurait pu croire qu'il en allait de même pour Aymeri mais les tests statistiques ont infirmé cette impression.

12 Cet écart moyen est obtenu à partir de la valeur absolue des écarts.

13 Cf. tests de coefficient des rangs : pour 1050-1100, le coefficient est pratiquement nul (0,003) ; pour le XIIe siècle, il s'établit à 0,72.

14 Tests de comparaison des proportions.

15 Gosselin ne fait pas partie de cette catégorie, quoiqu'on puisse en penser de prime abord.

16 Il est évidemment bien difficile d'interpréter des résultats qui ne portent que sur un petit nombre d'occurrences.

17 Le coefficient de corrélation des rangs, calculés sur les dix noms les plus fréquents chez les laïcs, est de 0,003 entre 1050 et 1100 ; de 0,6 entre 1100 et 1130 ; de 0,68 entre 1130 et 1160 ; de 0,42 entre 1160 et 1190. Cette dernière valeur, portant sur des effectifs faibles ne remet pas en cause le sens général de l'évolution.

18 Cf. P. Chareille, "éléments pour un traitement statistique des données anthroponymiques" t.2.

19 Un ajustement linéaire par catégorie de la proportion d'individus désignés par l'un des douze noms les plus fréquents, révèle que sa croissance est la plus régulière pour l'ensemble de la population (r = 0,968) et la plus forte pour les clercs (a = 0,304, ce qui correspond à une augmentation moyenne de 3 % tous les dix ans). Pour les laïcs, r = 0,934 et a = 0,205 ; pour l'ensemble de la population a = 0,179. Pour les clercs r = 0,850.

20 On ne peut exclure en particulier des erreurs induites par l'homonymie ; un même individu compté plusieurs fois ; des homonymes confondus.

21 Dans les deux régions, Gautier, Guillaume et Eudes font aussi partie des noms assez fréquents, avec des poids assez différents de l'une à l'autre.

22 Cf. sur ce concept les travaux fondamentaux de Michael Mitterauer, par exemple “Namengebung”, Beiträge zur Historischen Sozialkunde, 1988, 2, pp. 35-70. Sur la typologie des noms religieux, cf. supra l'introduction au chapitre concernant l'anthroponymie des clercs.

23 Cet accroissement est très régulier, passant de 15 % à 17 % (1100-1130), 23,3 % (1130-1160) et 28,8 % (1360-1390).

24 L. Perouas et alii, Léonard, Marie, Jean et les autres, ed. du CNRS, Paris 1984, p. 49 et M. Mitterauer, "Abdallah und Godelive. Zum Status von Frauen und Männern im Spiegel heiliger Namen", à paraître dans Schriften zu l'Homme, Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft et Ahnen und Heilige, à paraître Beck-Verlag, Munich 1992.

25 Etienne a été compté parmi les martyrs et confesseurs ;'intégrer aux noms néo-testamentaires accroîtrait leur part de 1 %, mais ne changerait pas la proportion entre les clercs et le reste de la population dans cette catégorie.

26 On s'attendait que Païen soit absent du répertoire des noms portés par les clercs : il est plus fréquent que pour les laïcs au XIe siècle. Il est vrai qu'il cesse de figurer dans la liste des noms fréquemment portés par les clercs à partir de 1130, tandis qu'il demeure courant dans l'ensemble de la population (2 %), mais pas dans le groupe des laïcs attestés. En ce sens, les clercs précèdent l'évolution générale. Sur ce nom, voir D. Barthélemy, Le Vendômois du Xe au XIVe siècle, thèse soutenue devant l'Université de Paris I,1991, pp. 1472-73. Ici, le nom reste porté, au-delà de 1150, exclusivement dans la militia.

27 Cette constatation est encore plus nette si l'on compare, quant aux noms vétéro-testamentaires, la part des clercs à celle du reste de la population parmi les porteurs de noms religieux : 4,7 % des clercs porteurs d'un nom religieux, ont un nom vétéro-testamentaire : le pourcentage s'élève à 6,3 % dans le reste de la population.

28 21,2 % chez les clercs porteurs de noms religieux contre 20,5 % pour le reste de la population.

29 13,5 % contre 15,6 %.

30 Les clercs qui constituent 14,3 % de la population forment les 25 % des porteurs de noms de saints rares sur l’ensemble de la période et plus de 28 % entre 1130 et 1190.

31 Parmi les porteurs de noms religieux, les clercs représentent 16,75 %, parmi les porteurs du nom d'Etienne 18,2 % et parmi ceux porteurs de Benoît, Hervé et Martin 13,4 %.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Désignations complémentaires dans les anthroponymes du cartulaire de Noyers.
Légende N.B. : * la proportion est calculée par rapport à l'ensemble des désignations complémentaires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2. Les diverses références de l'anthroponymie dans le cartulaire de Noyers (clercs exceptés)
Légende N.B. : (les totaux indiqués entre parenthèses présentent d'abord le chiffre des désignations complémentaires, ensuite celui des surnoms. Certaines désignations complémentaires qui indiquent successivement fonction puis localisation sont prises en compte dans les deux catégories).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 3. Références anthroponymiques : Vendômois et Touraine méridionale
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique No 1. Evolution des systèmes de désignation des clercs et des laïcs dans le cartulaire de Noyers.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Graphique No 2. Pourcentage des formes de désignation complémentaire chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de Noyers. (en % des formes anthroponymiques) (1000-1250)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 4. Taux de fonctions “non-localisées” dans la désignation des clercs (cartulaire de Noyers)
Légende N.B. : Le taux est le rapport des fonctions non localisées aux fonctions localisées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 6. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers
Légende N.B. : Ce tableau est établi, pour le XIIe siècle, à partir des pourcentages des trois tranches chronologiques (1100-1130, 1130-1160, 1160-1190).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Graphique No 3. Evolution comparée de la fréquence des noms de laïcs et de clercs dans le cartulaire de Noyers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 7. Evolution chronologique comparée des fréquences des noms de clercs dans le cartulaire de Noyers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 10. Nombre de noms pour cent individus : résultats comparés en Vendômois et Touraine méridionale
Légende N.B. : 1. nombre de formes anthroponymiques par tranche chronologique.2. nombre de noms pour 100 formes anthroponymiques dans l'ensemble de la population.3. id. pour les clercs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Graphiques Nos 6 et 7. Typologie des noms religieux chez les laïcs et les clercs dans le cartulaire de NoyersGraphique No 6
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique No 7
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Tableau I. Données globales de la documentation dans le cartulaire de Noyers
Légende * Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Tableau II. Evolution de la condensation des noms
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau III. 1. Le répertoire des noms religieux dans le cartulaire de Noyers
Légende Légende  : L : laïc attesté - C : clerc attesté - Gal : total (attestés + incertains)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau III. (suite). 2.
Légende Légende : L : Laïcs - C : Clercs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre 4. Tableau III. (suite)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16377/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search