Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Une enquête a poursuivre : l'anthroponymie des famuli de monastères au xie siècle

Dominique Barthélemy

Texte intégral

  • 1 Ce corpus est le même que celui indiqué dans notre contribution à Genèse médiévale de l'anthropony (...)

1L'étude de l'anthroponymie des clercs nous a déçu, dans le corpus vendômois1. Des mentions trop isolées, peu de spécificité dans le stock des noms, enfin le titre ou la fonction masquant presque constamment le surnom : autant de difficultés. A tout prendre, l'étude des famuli des grands monastères a paru plus intéressante à esquisser. Ce qualificatif social et statutaire n'est pas si flou qu'on le dit parfois : il désigne, parmi les dépendants de Marmoutier et de la Trinité de Vendôme, les ministériaux chargés de tâches spécifiques et justiciables de la cour qui siège à l'abbaye même, et non dans les villages. Il s'agit d'artisans, agents indispensables de la seigneurie. Certains sont réputés libres, d'autres serfs : c'est un de ces termes du XIe siècle par lesquels l'opposition est, sinon annulée, du moins transcendée. Au demeurant, ces deux abbayes s'efforcent d'imposer le statut servile au plus grand nombre de leurs ministériaux ; une bonne moitié des actes recueillis dans le célèbre cartulaire des serfs de Marmoutier relate des auto-déditions par l'hommage servile.

2Les famuli sont alors "acteurs principaux" - et nous y viendrons en second lieu. Mais, dans le corpus vendômois, c'est au bas des actes qu'ils apparaissent : ils forment, en face des milites, un groupe de souscripteurs et de témoins assez compact et cohérent. Voici donc, pour le XIe siècle, 447 famuli, soit un échantillon limité, mais sur lequel on peut faire quelques constatations initiales.

I - Les noms

3Parmi les noms "chrétiens" du XIe siècle, le clivage réel n'est pas celui qui s'établit entre les clercs et l'ensemble des laïcs, mais entre les clercs et famuli d'une part, les autres laïcs d'autre part :

Tableau 1. Proportion des noms chrétiens entre clercs-famuli et autres laïcs

clercs et famuli

13 % de porteurs de noms “chrétiens”

autres laïcs

7,5 %

4La christianisation des noms serait-elle étroitement liée aux sanctuaires ? En fait, le différentiel entre 13 % et 7,5 % n'est pas si grand ! Surtout, l'interprétation des marques distinctives des famuli n'est pas aisée : en effet, les "autres laïcs" sont majoritairement des chevaliers, c'est-à-dire pratiquement des nobles ; les famuli représentent, au contraire, la population la moins honorable et l'on peine à discerner ce qui, chez eux, pue la roture, de ce qui fleure bon l’assainteurement.

  • 2 Ils ont l'apparent monopole de trois autres noms : Arnoul, Duran et Gautier.

5Contentons-nous donc de signaler qu'ils ont le monopole apparent, parmi les laïcs, de certains noms, dont cinq sont "chrétiens" : Adam, Constant, Constantin, Etienne, et Martin2. Ce dernier, pas davantage que Benoit, ne se rencontre parmi les moines de Saint Martin vivant sous la règle bénédictine...

6Dans les cartulaires et les fonds d'archives des abbayes ligériennes, qui sont d’une grande richesse au XIe siècle, une étude beaucoup plus vaste est possible ; il faudra la mener de pair avec la prosopographie des ministériaux : de quoi écrire un chapitre suggestif de l'histoire sociale.

II - Les formes anthroponymiques

  • 3 Identification bien démontrée par la comparaison des deux listes successives de témoins dans : A.d (...)

7Les listes de témoins ne permettent pas de mesurer l'importance du surnom : il apparait parfois (ainsi, aux années 1060, pour Giraud Muciolus ou Murzels, dans la familia de Marmoutier) ; mais il est souvent masqué par la fonction, effective ou conventionnelle (Giraud sartor ou "de sartrino"3). Le problème est donc le même que pour les clercs et pour les femmes, dont les titres et les liens de parenté dissimulent les cognomina.

  • 4 D. Barthélemy, Les auto-déditions en servage à Marmoutier (Touraine) au XIe siècle, à paraître en  (...)
  • 5 Cf. Genèse médiévale... (cité supra note 1) p. 37, pour cette distinction.

8Mais qu'en est-il, lorsque le famulus est acteur principal ? Nous proposons, d'après des critères formels qui n'ont rien à voir avec les usages anthroponymiques, de distinguer au moins quatre étapes dans la rédaction par les moines de Marmoutier des notices relatant les auto-déditions en servage4. Dans les deux premières (1032 - vers 1050 et vers 1050-1060), le formulaire est assez contraignant, quoique pas entièrement figé : dans les deux dernières (1060-1070 et 1080-1100), le récit se fait plus libre et circonstancié, même si les "figures" (de style) "imposées" ne manquent pas. Le tableau suivant a été dressé en distinguant entre la dénomination et la désignation5 des "acteurs principaux" :

Tableau 2. Dénominations et désignations des famuli

EPOQUE

1050
1032

1050
1060

1070
1060

1100
1080

Nombre d’hommes

30

14

17

17

Dénomination :

nom simple

29

7

13

12

nom double

1

7

4

5

Désignations ajoutées :

au nom simple

7

7

11

12

au nom double

-

-

2

2

9Les désignations ne sont ni vraiment incorporées à la dénomination, ni sans rapport avec elle. Il s'agit du métier (ars), du lieu d'origine ou de résidence, de liens familiaux (moins avec le père qu'avec un oncle ou un frère déjà au service des moines). Le surnom (cognomen, parfois prenomen) est, au contraire, clairement un élément de dénomination... mais sa présence dissuade souvent d'ajouter un autre élément de désignation !

  • 6 Il n'y a pas d'originaux conservés pour les auto-déditions, mais leur formulaire offre certaines a (...)

10Les rédacteurs de notices suivent, avant 1050, un formulaire assez strict6. L'auto-donataire est toujours un famulus né de parents libres et mu par l'amour ou la crainte de Dieu. Il n'y a place que pour son nomen, mais celui-ci est double, dans l’un des 30 cas.

  • 7 Livre des serfs.... no 26.

11Vers 1050, ils entreprennent d'adapter le formulaire. Le rituel de l'hommage servile est décrit de manière plus concrète, et la grille de dénomination fait une place au cognomen, introduit comme tel, une fois sur deux ("famulus quidam Rotbertus cognomine Animalia"7) ; le reste du temps, le nomen ne demeure jamais seul.

  • 8 A ce moment, où le changement de style concerne tous les actes de Marmoutier, les originaux (si la (...)

12En 1060, par un renversement stratégique, on semble renoncer à l'idée même de formulaire et se contenter d'actes très circonstanciés, mais plus informels : des brouillons8, adaptés à la vraie fonction de l'écrit en ce temps (qui est d'aider la mémoire), et pleins de vie. Dès lors, le nom double n'est plus si présent, tandis que les désignations se multiplient, et même les éléments de biographie (ancienne résidence, service antérieur). Le nom simple ne demeure seul qu'exceptionnellement. On le voit : les formes anthroponymiques attestées n’évoluent pas indépendamment du style des sources.

  • 9 Livre des serfs... no 17.
  • 10 Genèse médiévale... (cité supra note 1) p. 42.
  • 11 Livre des serfs.... no 54.
  • 12 Ib. no 10.

13On est un peu en peine de dire quelle était la "dénomination usuelle" (ou "la plus usuelle") de l'intéressé. Les rubriques du cartulaire des serfs introduisent des variantes : ainsi Granet tout court, pour Guibert Granet9. Le nom "simple" est donc en fait, parfois, le surnom, comme nous l'avions remarqué dans les premières Etudes10. Dès 1007-10, le cartulaire des serfs évoque un "Durandum vel Guarinum"11, qui est aussi "Durandus Guarinus"12 : binomie, ou nom double ?

  • 13 Par exemple, au VIIe siècle, dans la Vita Eligii, dont l'auteur pourrait bien être précisément sai (...)

14L'apparente "révolution anthroponymique" du XIe siècle doit peut-être sa brusquerie à la transformation des habitudes de rédaction. En effet, la binomie (comme la surnomination) a existé bien avant l'an 105013. Plus d’une fois, les rédacteurs du second XIe siècle ne distinguent le nom du surnom qu'au prix d'une interprétation en cognomen de l'un des deux noms !

15Bien entendu, cette préoccupation nouvelle n'apparait pas par hasard, juste à ce moment-là. Elle suppose, au contraire, une évolution des usages. Mais les rythmes véritables de cette évolution, aussi bien que les usages anthroponymiques courants, ne sont pour nous discernables qu'à demi. Et cette remarque ne concerne pas le seul groupe des famuli !

Notes

1 Ce corpus est le même que celui indiqué dans notre contribution à Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne...1, Tours, 1989, p. 45 (le "corpus plus large").

2 Ils ont l'apparent monopole de trois autres noms : Arnoul, Duran et Gautier.

3 Identification bien démontrée par la comparaison des deux listes successives de témoins dans : A.de Trémault, Cartulaire vendômois de Marmoutier, Vendôme, 1893, no 27 ; le no 38 prouve qu’il y a deux Giraud, mais que le sartor diffère du cocus ; A. Salmon, Le livre des serfs de Marmoutier, Tours, 1864 (Publications de la société archéologique de Touraine.16), no 97, prouve que Giraud Muciolus n'est pas le même que Giraud, cocus.

4 D. Barthélemy, Les auto-déditions en servage à Marmoutier (Touraine) au XIe siècle, à paraître en 1992 dans les Mélanges Henri Dubois ; d'après le Livre des serfs.... (cité supra note 3). On sort ici du "corpus vendômois" (à quelques recoupements près).

5 Cf. Genèse médiévale... (cité supra note 1) p. 37, pour cette distinction.

6 Il n'y a pas d'originaux conservés pour les auto-déditions, mais leur formulaire offre certaines analogies avec ceux d'autres actes de l'époque, dont les originaux sont très rigidement conçus, très soigneusement "justifiés".

7 Livre des serfs.... no 26.

8 A ce moment, où le changement de style concerne tous les actes de Marmoutier, les originaux (si la notion a encore un sens) ont l'air d'authentiques brouillons ; on n’a cependant toujours pas d'auto-déditions hors-cartulaire.

9 Livre des serfs... no 17.

10 Genèse médiévale... (cité supra note 1) p. 42.

11 Livre des serfs.... no 54.

12 Ib. no 10.

13 Par exemple, au VIIe siècle, dans la Vita Eligii, dont l'auteur pourrait bien être précisément saint Ouen : "sodali suo Audoino nomine, cognomento Dadone" (éd. B. Krusch, dans MGH Scriptores Rerum Merovingicarum IV. Passiones Vitaeque sanctorum, 1902, p. 675). Déjà l'interprétation en cognomen.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540