Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie des clercs

Introduction, un autre mode de désignation pour les clercs ?

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

1Depuis le très haut Moyen Age, il est habituel de distinguer dans les communautés ecclésiastiques les moines et les clercs homonymes par des surnoms individuels, qui s'éteignent, bien sûr avec l'individu, peut-être même avec la situation d'homonymie. On aurait donc pu penser que l'usage du surnom se serait répandu avec une rapidité et une intensité particulière parmi les hommes d'Eglise. Or il n'en est rien.

2Dès l'origine de notre enquête anthroponymique, il nous est apparu avec évidence, sans avoir besoin du moindre appareil statistique, que l'anthroponymie des clercs et des laïcs suivaient, dans les chartes, des règles partiellement différentes. Alors que les laïcs étaient depuis longtemps désignés, majoritairement par un nom et un surnom, la plupart des clercs ne portait encore, dans les actes écrits, qu'un nomen proprium assorti de la fonction qu'il exerçait au sein du clergé. Lors de la mise en place première du système anthroponymique, clercs et laïcs déclinent leur identité suivant deux systèmes différents. Du moins dans la langue écrite des actes de la pratique, car bien entendu il est possible qu'il en soit allé autrement dans la vie courante et que cette désignation, officielle en quelque sorte, par la fonction ait masqué un surnom. Il n'empêche ; la langue écrite des rédacteurs de charte est là pour témoigner de la différence, exprimée dans l’anthroponymie, entre clercs et laïcs. La question fondamentale est celle du sens à donner à cette différence.

3Pour tenter de répondre à cette question, il importe en premier lieu de suivre par une comparaison, terme à terme, l'évolution anthroponymique des hommes, clercs et laïcs. Une distinction est-elle perceptible avant la mise en place du système de la double dénomination ? La différence des modes de désignation, très manifeste, qui accompagne la multiplication des surnoms chez les laïcs, est-elle durable ?

4Cette problématique se décompose en plusieurs questions :

  • la mention de la fonction ecclésiastique apparaît-elle dans les chartes avant que ne se généralise chez les laïcs l'emploi du surnom ? ou en est-elle contemporaine ? Serait-elle dès lors un autre versant de l’identification plus précise qui prend forme dans les actes écrits un peu avant ou un peu après 1100 ?
  • Parmi les clercs, il en est, - de plus en plus au fur et à mesure que passent les décennies - qui portent aussi un surnom. Dans ce cas, est-ce à la manière des laïcs, suivant une répartition identique de surnoms en forme de sobriquets, de nomina paterna, de noms locatifs et autres ? S’agit-il de surnoms spécifiques ? Si leurs surnoms sont les mêmes que ceux des laïcs, la raison de cette similitude est-elle le port d'un patronyme, désormais commun à tous les fils d'une fratrie, clercs et laïcs ? La multiplication des surnoms chez les clercs est-elle liée à la mise en place du système patronymique ?
  • Parmi les critères de différenciation entre laïcs et ecclésiastiques, en matière d'anthroponymie, doit-on reconnaître l'usage de la langue vulgaire ? La question ne s'applique guère au nomen proprium puisque dans les chartes des périodes étudiées, il est très massivement exprimé en latin. Mais qu'en est-il pour les surnoms ? Une pratique différente dans ce domaine renverrait non seulement à l'hétérogénéité du comportement anthroponymique des clercs et des laïcs, mais sans doute aussi à la puissance de dénomination du scribe, qui inscrirait lui-même, par sa pratique, une différenciation volontaire des clercs et des laïcs.

5Bien entendu, cette différence anthroponymique est l'image, consciente ou inconsciente, d'une séparation entre clercs et laïcs. D'où la nécessité d'en analyser les rythmes et les circonstances et de la corréler, pour en confirmer ou en infirmer le lien, aux mouvements de réforme plus ou moins contemporains des transformations des modes de dénomination. Plus généralement, la plus ou moins grande spécificité de l'anthroponymie des clercs peut-elle être le signe d’une représentation du clergé plus ou moins intégrée à l'ensemble du corps social ?

6Il faudrait aussi corréler cette spécificité anthroponymique des clercs aux régies de division patrimoniale et à leur évolution : la particularité des clercs qui ne portent pas de surnom doit-elle être reliée à leur exclusion du patrimoine familial. Le port du surnom, non pas individuel mais lignager, principalement patronymique, apparaîtrait alors, suivant une hypothèse qui n’est pas nouvelle, comme associé à un droit au patrimoine.

7Cette analyse de la différence ne repose pas exclusivement sur l'étude des surnoms, de leur absence ou de leur présence et de leur typologie. Les nomina propria y ont aussi leur place. La comparaison avec ceux que portent les laïcs est fondamentale, car la différence est souvent admise et la concentration des noms portés par les clercs sur certains choix est parfois considérée comme le signe d'une dévotion des hommes d'Eglise à ce saint, sans une vérification préalable dans le monde laïc. Pour procéder à cette comparaison, nous avons bâti des listes parallèles des noms les plus portés par les clercs et les laïcs, génération par génération. Nous avons également comparé les rythmes de concentration de choix des noms.

8Les différences sont-elles significatives ? Si oui, faut-il interpréter cette différence comme un choix "au berceau", fait par les parents, qui sauraient dès la naissance de leurs enfants ou même avant, lesquels seraient destinés à l'état ecclésiastique, notamment par le biais de l'oblature ? Comme un nom "programmatique" du clerc ? Ou bien, comme le signe d'un changement de nom lors de l'entrée dans un établissement religieux ? On imagine aisément que le port d'un nom tel que Pierre ou Jean ou quelque autre nom patristique pourrait être l'expression d'un choix désignant l'enfant voué à l'état ecclésiatique. D'où la nécessité d'être particulièrement attentif à la diffusion de ces noms. De même qu'à l'absence éventuelle, parmi les clercs, de ces noms archaïques, qui s'attachent, presque à chaque génération, à un enfant de certains lignages aristocratiques.

9L'anthroponymie des clercs n'est pas seulement l'image de leurs différences avec les laïcs. Elle est aussi celle des représentations au sein du clergé.

10L'anthroponymie suit-elle les mêmes règles dans l’ensemble du clergé ou bien les modes de dénomination et de désignation des clercs sont-ils hétérogènes ? entre haut et bas clergé, entre clergé séculier et régulier, entre ordres monastiques différents ? Cette question essentielle peut-être abordée par bien des méthodes.

11L'analyse des titres et des fonctions est en elle-même riche d’enseignements. En dehors d'une stricte utilité pour l'étude de l'anthroponymie, relever systématiquement la désignation des clercs peut apporter quelques éléments à l'histoire du clergé : la mention plus ou moins fréquente du diaconat, l'évolution de la désignation des curés (capellanus, rector etc...). Le titre de maître attire tout particulièrement l’attention : combien de temps s'est-il opposé à toute expression complémentaire d'une fonction ? à l’usage d'un surnom ?

12De nombreuses questions permettent d'évoquer les segmentations du clergé. Le haut clergé a-t-il le premier été envahi par l'usage du surnom ? A quel niveau social ? A quel niveau dans la hiérarchie ecclésiastique ?

13La fréquence du surnom est-elle plus grande dans les ordres religieux, qui, tels les cisterciens, ne recrutent pas les moines parmi les enfants élevés au monastère ?

14Quelle est l'influence de cette anthroponymie ecclésiastique sur les milieux proches du clergé ? Certains cartulaires, notamment monastiques, révèlent une familia nombreuse. Laïque certes, mais vivant au contact des clercs. D'où l'intérêt de suivre avec précision et leur nom et l'ensemble de leur désignation. Originalité du choix des noms ? Analogie avec ceux portés par les clercs ? La question mérite d'être posée, surtout si l'analyse fait ressortir de substantielles différences entre les noms portés par les clercs et ceux de l'ensemble des laïcs. L'ensemble de la désignation aussi mérite examen : la désignation complémentaire, qui y est fréquente, suit-elle les façons de l'anthroponymie des clercs, associée longtemps au seul nomen proprium et sans surnom ? La comparaison doit être conduite avec la familia des puissants, notamment des comtes, que les mêmes chartes permettent aussi d'entrevoir.

15S'il s'avérait que les pratiques des clercs, notamment en matière de nomina propria, influençaient celles de leur familia, sans doute aurions-nous là, non pas un cas exceptionnel, mais un modèle plus général expliquant la diffusion rapide des choix anthroponymiques dans l'ensemble de la société. Sans pour autant éclaircir les chemins de cette influence, combinant choix imposé d'en haut, consenti ou recherché d’en bas. La réponse à cette question ne se trouvera pas dans la statistique d'ensemble, mais par quelques notations, plus fréquentes dans les notices ou les documents narratifs que dans les chartes. Et encore sera-t-il difficile de juger de leur exemplarité.

***

16Pour étayer ces analyses et la comparaison des clercs et des laïcs avec autant d'homogénéité que nous le permettent des cartulaires d'origine variée, de chronologie différente, d'objectifs divers, nous avons repris une grille de questionnement et une typologie voisine de celle que nous utilisons pour les laïcs. Nous avons donc conservé la classification à deux entrées :

17- celle des chiffres romains qui tient compte de la forme du nom

18I : nom unique

19II : nom + désignation complémentaire

20III : nom + surnom

21IV : désignation par trois éléments au moins

22- et celle des exposants en lettres qui exprime le sens général du surnom ou de la désignation, c'est-à-dire la nature de la référence ainsi exprimée :

23a : référence familiale

24b : référence à une fonction

25c : sobriquet

26d : surnom locatif

27e : autre référence

28Il a toutefois fallu l'adapter aux désignations des clercs. Tenir compte en particulier du nombre important d'avant-titres tels que Maitre ou Dominus chez les clercs ; la présence de cet avant-titre est signalée dans la typologie par l'exposant °. Ainsi Petrus capellanus sera classé IIb ; Maître Petrus II b°.

29De la même manière, il a été préférable d'analyser de manière spécifique le type IV, qui permettait de distinguer entre les diverses formes de noms complexes pour les laïcs. Tous ces noms complexes sont regroupés en IVa (par exemple Petrus Rotundus de Ecclesia). Et IVb sert à formaliser les noms du type : nom + surnom + fonction ecclésiastique (exemple Petrus Barberii capellanus).

30Comme nous avions remarqué chez les laïcs l'importance croissante des noms de lieu, nous y avons été aussi attentifs pour les clercs. Pour l'étude de l'anthroponymie elle-même la différence n'est pas grande entre Petrus capellanus et Petrus capellanus de Nasignano. Dans les deux cas, ce chapelain ne porte qu'un nomen proprium complété par sa fonction. Mais le deuxième cas apporte une précision locative, qui appartient à la nécessité ressentie de plus en plus nettement d'identifier les individus par un lieu, généralement celui de la résidence.

***

31L'analyse de l'anthroponymie des clercs présente une difficulté spécifique et fondamentale, presque un cercle vicieux. Ne comptons nous pas comme clercs ceux-là seulement qui déclinent leur fonction ecclésiastique ? Ne sommes-nous pas conduits à surestimer la proportion des clercs qui sont désignés par leur fonction dans l'Eglise ? On ne peut faire l'économie d'une enquête prosopographique. Pour tout clerc qui est désigné comme tel, il faut reprendre l’ensemble des anthroponymes masculins, vérifier s'il a parmi eux un ou des homonymes, vivant à la même période et si ces homonymes pourraient n'être en fait que ce clerc lui-même dont la charte n'indiquerait pas la fonction ecclésiastique. C'est là un préalable indispensable à l'appréciation que nous portons sur la singularité de la désignation des ecclésiastiques. Si la grande majorité des clercs n'apparaît jamais dans les chartes sans la précision de sa fonction, non seulement nos statistiques seront solides, mais l'idée de la spécificité du mode de dénomination des clercs sera renforcée. L'enquête prosopographique est difficile en ces temps où les nomina propria sont si peu variés, mais nullement impossible dès lors que l'usage du surnom est suffisamment répandu. Un individu, nommé Petrus, sans surnom, est alors assez rare pour attirer l'attention et permettre son éventuelle identification avec un Petrus capellanus. Reste le clerc dont jamais l’état clérical ne serait mentionné. Il nous échapperait totalement comme clerc. J'ose espérer, au sortir de cette enquête, qu'une telle situation est peu vraisemblable.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search