Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

L’entraînement militaire des éphèbes dans les cités grecques d’Asie Mineure à l’époque hellénistique : nécessité pratique ou tradition atrophée ?1

Andrzej S. Chankowski

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette communication reprend les conclusions de l’un des chapitres de mon travail, L’éphébie helléni (...)
  • 1 Ce sujet, qui n’a pas été abordé – malgré le titre – dans la synthèse de LAUNEY (M.), Recherches su (...)

1Il est aujourd’hui reconnu que les cités grecques à l’époque hellénistiques, dont celles de l’Asie Mineure, disposaient de forces armées et étaient parfois impliquées dans des guerres locales et que ces forces armées étaient au moins en partie composées de citoyens1. Nous ne pouvons donc pas esquiver, dans le cadre de notre réunion, la question de la préparation des effectifs pour ces petites armées. Manier des armes d’hoplite, tirer à l’arc, lancer des balles de fronde, voire parcourir un territoire montagneux pour y exercer des fonctions de police, présupposent des aptitudes qu’on ne saurait acquérir d’un jour à l’autre. Si l’on songe à un établissement et à un cadre institutionnel dans lesquels pouvait se dérouler cet entraînement préalable, on se tourne naturellement vers le gymnase et l’éphébie.

  • 2 MARROU (H.-I.), Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 7e éd, Paris, du Seuil, 1975, p. 167. À p (...)
  • 3 Je songe à la loi éphébarchique d’Amphipolis. Voir, à propos de ce document inédit, HATZOPOULOS (M. (...)

2Longtemps éclipsée par la vision de la cité décadente à l’époque des grandes monarchies et considérée, par conséquent, comme « plus sportive et aristocratique que militaire »2, l’éphébie hellénistique se présente à mon avis au contraire comme une institution par excellence civique. Le réexamen de son rôle militaire me paraît indispensable au moins pour deux raisons. Premièrement, comme je m’efforce de le prouver dans mon étude sur l’éphébie hellénistique, cette institution se diffuse dans le monde grec sous l’influence du modèle athénien dont le caractère militaire est nettement prononcé. Si mon interprétation est juste, il faudrait admettre qu’en instaurant l’éphébie dans une cité, ses citoyens devaient prendre en compte son aspect militaire dans leur décision. Deuxièmement, la publication de la loi gymnasiarchique de Béroia et les études qui l’ont suivie ont montré de façon précise ce que pouvait être l’entraînement militaire des jeunes gens dans une cité hellénistique. Rappelons que parmi les habitués du gymnase (paides, éphèbes, neoi appelés également neaniskoi), la loi de Béroia distingue un groupe bien défini, astreint à un entraînement particulier : les éphèbes (probablement de jeunes gens entre dix-huit et vingt ans) et ceux des neoi qui n’ont pas atteint vingt-deux ans. Les jeunes gens appartenant à ces deux catégories s’exerçaient tous les jour au tir à l’arc et au lancer de javelot. Certes, ce texte reste muet au sujet des exercices en combat de formation serrée. Toutefois, à la lumière d’un autre document important, qui n’a pas encore été publié mais dont le contenu est déjà partiellement connu3, il ne peut y avoir de doute que les éphèbes et une partie définie des neoi de Béroia pratiquaient, hors du gymnase, d’autres exercices, passés sous silence par le législateur préoccupé uniquement du bon fonctionnement de cet établissement. Ainsi, à la lumière de ces documents, la période de l’éphébie et les deux années qui la suivaient se présentent comme une préparation, intensive et diversifiée, de jeunes Macédoniens au rôle de soldats.

  • 4 Il n’y pas lieu ici d’entrer dans la controverse au sujet de la réalité historique dissimulée derri (...)
  • 5 HATZOPOULOS (M.B.), L’organisation de l’armée macédonienne sous les Antigonides : problèmes anciens (...)

3Bien entendu, il ne faut pas oublier que Béroia et Amphipolis étaient des cités macédoniennes, dont le statut par rapport au pouvoir royal et le rôle au sein du royaume étaient fort différents de ceux des cités plus ou moins autonomes situées sur les territoires contrôlés par les Séleucides, les Attalides ou les Lagides dans l’Asie Mineure4. Si les jeunes gens de Béroia pratiquaient des exercices militaires, ce n’était pas tant pour devenir des défenseurs de leur cité que pour devenir des soldats d’armée royale. L’ouvrage récent de M. B. Hatzopoulos a éclairé de façon détaillée le fonctionnement du système de mobilisation de l’armée macédonienne dans lequel les cités avaient une place importante5. Néanmoins, si nous retrouvons, à la même époque, le même type d’entraînement dans des cités d’Asie Mineure, qui n’étaient certainement pas des cellules de mobilisation des armées royales, nous devons nous poser la question des raisons qui les incitaient à l’adopter. Cet entraînement, répondait-il à des besoins d’ordre pratique ou d’ordre idéologique ? Les aptitudes acquises par de jeunes citoyens au cours de leur service éphébique trouvaient-elles ensuite une application dans les affaires courantes de la cité ou avons-nous affaire à une tradition continuée pour des raisons purement idéologiques ?

4C’est en essayant de répondre à ces questions que j’aborderai le thème proposé. Je présenterai, premièrement, les informations que nous avons au sujet de l’entraînement pratiqué dans les gymnases hellénistiques. Deuxièmement, je m’interrogerai sur les domaines d’application des aptitudes militaires des éphèbes ou des anciens éphèbes. Troisièmement, je réfléchirai sur la portée idéologique de l’éducation militaire dispensée dans le gymnase.

5Quant à la zone géographique concernée, en étudiant les cités de l’Asie Mineure, on inclut d’habitude, dans le champ d’observation, les cités de la Mer Égée. Cette pratique résulte en premier lieu de l’état de nos sources : nous essayons de combler les lacunes au sujet d’une région par des informations provenant d’une autre, dans laquelle la situation des cités grecques paraît, au moins à certains moments, semblable à celle des cités de l’Asie Mineure. L’histoire des îles proches de la côte asiatique, en tout cas, ne saurait être dissociée de celle du continent. Je suivrai donc cette pratique dans ma présentation.

I. L’entraînement militaire dans le gymnase

  • 6 À propos de la date de cette réforme (vers la fin de 335 ou au début de 334, et non pas en 336/5), (...)
  • 7 Constitution des Athéniens XLII 3 (ὁ δῆμος) χειροτ[ο]νεῖ δὲ καὶ παιδοτρίβας αὐτοῖς δύο καὶ διδασκάλ (...)
  • 8 Constitution des Athéniens XLII 4 ἐκκλησίας ἐν τῶι θεάτρῳ γενομένης άποδειξάμενοι τῶι δήμωι τὰ περὶ (...)

6D’après les informations transmises par la Constitution des Athéniens, à Athènes, dans le système du service éphébique postérieure à la réforme d’Épicrate6, l’Assemblée élisait, chaque année, à main levée, outre un sophroniste et un cosmète, « deux paidotribai et des instructeurs pour le manienement des armes hoplitiques, le tir à l’arc, le lancer du javelot et les manœuvres de la catapulte »7. Grâce à cet encadrement, au cours de leur première année de service, lorsque les éphèbes stationnaient dans deux forteresses du Pirée, Mounichie et l’Actè, ils recevaient une instruction développée dans l’art de guerre. Cette période d’instruction était clôturée par « une revue des manœuvres en troupes » (περὶ τὰς τάξεις), passée au début de la deuxième année du service devant l’Assemblée réunie en théâtre8, après quoi les éphèbes commençaient leur stage pratique, en assurant le rôle de patrouilleurs sur le territoire et celui de gardiens dans des forts d’Attique.

7En dépit des constants éloges que l’historien de l’époque hellénistique tient à formuler à propos des sources épigraphiques, il devrait reconnaître, face à la richesse de cette description, la supériorité de bonnes sources littéraires. Aucune inscription provenant d’une cité d’Asie Mineure ou d’île de la Mer Égée ne nous informe aussi complètement de l’instruction reçue par les éphèbes, de la façon dont la cité l’organise et la contrôle et du domaine où elle trouve ensuite son application. Néanmoins, des inscriptions relatives à la vie des gymnases permettent de dresser un tableau relativement détaillé de l’entraînement militaire dispensé dans ces établissements, à condition que nous complétions les informations d’une cité par celles d’une autre. Ce procédé semble justifié, car, malgré des divergences locales, cet entraînement frappe par son caractère uniforme. Cette observation est déjà digne d’attention.

  • 9 Cf. LAUNEY, Armées, II, p. 817-834.
  • 10 Les deux disciplines sont attestées dans les cités suivantes : Samos (IG XII 6, 1, 179,181-183), Co (...)
  • 11πλομαχία est attestée à Samos (IG XII 6, 1, 179-183), Érétrie (Syll.3, 714), Érythrai (I. Erythrai (...)
  • 12 Καταπαλταϕεσία est attestée à Samos, à Corésia, à Cos sans doute à Kyaneai. Les documents afférents (...)

8Si nous additionnons les informations relatives à l’entraînement militaire des éphèbes ou des neoi dans la région concernée, nous obtenons l’image suivante9. Les disciplines les plus souvent attestées sont celles du tir à l’arc (toxikè) et du lancer de javelot (akontismos)10. On pourrait remarquer qu’il s’agit de disciplines utiles davantage pour les futurs soldats légèrement armés et non pas ceux de ligne, mais, comme nous l’avons déjà vu à propos de Béroia, notre image peut être faussée par le fait que les exercices de combat hoplitique pouvaient se dérouler en dehors du gymnase. Quoi qu’il en soit, les témoignages sur les exercices des futurs combattants en ligne ne font pas défaut : à côté des exercices d’hoplomachia, lutte avec un bouclier rond (hoplon) et une lance d’hoplite (dory), nous trouvons des exercices de thyreamachia, lutte avec un bouclier oblong (thyreos) et une épée (machaira) de type celtiqueb11. Enfin, nous trouvons des exercices de manœuvres de catapulte12.

  • 13 La différence entre l’art de la guerre propre à la « grande guerre » des rois et l’art de la guerre (...)

9Sommes-nous en présence d’un modèle culturel qui remonte sans doute à son archétype athénien et que telle ou telle cité adopte, car d’autres l’ont déjà fait ? Ou plutôt cette uniformité résulte-t-elle de la conviction des citoyens que ce type d’entraînement répond le mieux aux besoins de leurs cités dans le domaine militaire ? Il est difficile de trancher et ces deux hypothèses ne sont pas d’ailleurs exclusives. Remarquons, en tout état de cause, que, comme le montre le cas de l’éphébie athénienne dont le lien avec les besoins militaires de la cité est évident, ce type d’entraînement ne semble pas obsolète par rapport à l’art de la guerre hellénistique, au moins tel que la pratiquaient les cités13. Celles-ci avaient des moyens financiers limités qui ne leur permettaient pas toujours d’acquérir les armements les plus modernes dont pouvaient, au contraire, disposer les rois. Aussi, personne ne leur reprochera de ne pas prévoir pour leurs éphèbes un entraînement au maniement des éléphants, quand la catapulte était dans leurs moyens. De surcroît, le fait que, dans le programme d’entraînement dans les gymnases, à côté de l’hoplomachia apparaisse la thyreamachia, type de combat qui se diffusa dans le monde grec seulement avec les invasions des Galates, suggère, me semble-t-il, que ce programme ne reposait pas uniquement sur une continuation de la tradition, mais était susceptible d’accueillir des innovations.

  • 14 Syll.3, 578, l. 25-27 Διδόσθω δὲ μισθὸς τώι μὲν τοξεύειν καὶ ἀκοντίζειν διδάσκοντι δραχμαὶ διακόσια (...)

10Évidemment, l’image des cités militaristes ne se préparant qu’à la guerre serait caricaturale. La documentation rend également compte des limites de l’entraînement des jeunes gens notamment pour des raisons budgétaires. Le texte de la fondation de Polythrous de Téos du IIe s., par exemple, prévoit certes l’embauche d’un maître de combat hoplitique (hoplomachos), mais, étant donné le montant de son salaire (le plus élevé parmi les enseignants), on se contentera d’un contrat de deux mois14.

  • 15 IG XII Suppl. 122, l. 17-22 δαπανάσαις ἐκ τῶν [ἰ]δίων καὶ πλέονα εἴς τε ὅπλα καὶ διαδρόμαις καὶ κ[ρ (...)
  • 16 IG XII 5, 647 (Syll.3, 958), l. 21-25.

11Le manque de sources littéraires plus détaillées que des décrets honorifiques pour des gymnasiarques généreux nous empêche de reconstituer la réalité quotidienne des exercices des éphèbes : on voudrait en savoir davantage sur leur intensité et sur leur organisation. Seules des bribes d’informations peuvent être glanées çà et là. Nous apprenons, par exemple, qu’à Érésos de Lesbos, vers la fin du IIIe s., le gymnasiarque Aglanôr amena les neoi hors de la ville, « aux confins de la chôra » où des instructeurs militaires, dont le salaire fut pris en charge par le gymnasiarque, organisèrent des démonstrations de maniement d’armes15. Soit, mais combien de fois ? Tous les jours ? Trois fois au cours de l’année de service entière ? Une loi de Corésia de Kéos, datant peut-être déjà du début du IIIe s., nous informe que le gymnasiarque élu par l’Assemblée devra sortir avec les neôteroi pour des exercices de lancer de javelot, de tir de l’arc et de tir de catapulte trois fois par mois16. Ce n’est pas intensif et le contraste avec les exercices quotidiens de la jeunesse macédonienne à Béroia est frappant.

  • 17 L. 38-39 μ ξεναι δ ποδόσθαι τ ἆθλα ἃ ἂν λάβηι, τοὺς δὲ στρατηγοὺς ἐν τῆι ἐξοπλασίαι ἐξετάζειν(...)
  • 18 REHM (A.), Didyma II : Die Inschriften, Berlin, 1958, no488, l. 10-15 (προνοῆσαι ὅπως) καὶ ἡ θυσία (...)

12La même loi de Corésia apporte en outre un témoignage énigmatique sur une revue en armes que doivent passer les jeunes gens (neôteroi) du gymnase devant les stratèges17. Étant à la fois une parade honorifique et une épreuve de manœuvres collectives, une telle revue présupposait un entraînement préalable en groupe. À Milet, parmi les cérémonies organisées pour célébrer l’anniversaire d’Eumène II, un décret du Conseil prévoit une parade (kathoplismos) des éphèbes en armes. Le texte précise que cette parade appartient à une série de cérémonies prévues dans la loi relative à la magistrature de stéphanéphore (magistrat-éponyme de Milet) (ho stephanèrikos nomos), et dans les dispositions (diagraphè) relatives à la prêtrise d’Apollon, dieu-protecteur de Milet18. Il en résulte que l’anniversaire du roi n’était pas la seule occasion à laquelle les éphèbes milésiens devaient défiler en armes : à d’autres moments aussi, ils faisaient preuve de leur capacité à marcher en groupe et, en même temps, montraient symboliquement leur disposition à combattre pour la cité.

II. Rôle militaire des jeunes gens

A) Une question de vocabulaire

13Nous pouvons constater avec assurance que l’entraînement des éphèbes et des neoi dans les gymnases avait un caractère militaire prononcé. Mais ces jeunes gens avaient-ils jamais dans leur vie l’occasion d’utiliser les aptitudes ainsi acquises ? Naturellement, les armées civiques impliquées dans des conflits locaux étaient composées d’anciens assidus du gymnase, mais je laisse ce problème de côté d’abord comme trop évident, ensuite et surtout comme conjectural : nous ne connaissons, en effet, aucune carrière de soldat-citoyen dans laquelle l’éphébie aurait été mentionnée comme une période de préparation. Toutefois, j’essayerai d’aborder cette question par un autre angle : avons-nous des renseignements sur des tâches militaires ou policières assumées par des jeunes gens qui s’entraînent encore dans le gymnase ? Disons d’emblée que la réponse semble très difficile pour une raison de vocabulaire.

  • 19 Voir à ce propos SACCO (G.), « Sui νεανίσκος dell’età ellenistica », Rivista di filologia e di istr (...)

14En effet, le gymnase hellénistique accueille des catégories de gens aux statuts différents. Lorsque la documentation mentionne les éphèbes, il s’agit certainement de jeunes gens qui accomplissent, pendant une période déterminée, un service d’initiation civique et d’entraînement militaire. En revanche, l’équivoque règne concernant les neoi ou neaniskoi, car ces termes peuvent désigner soit les éphèbes, soit l’ensemble des assidus du gymnase, c’est-à-dire les éphèbes et ceux qui après avoir accompli l’éphébie continuent à s’entraîner dans le gymnase, soit encore la classe d’âge supérieure aux éphèbes seule, soit enfin – et cette acception des termes pose le plus de problèmes d’interprétation – des soldats qui ne sont pas forcément jeunes19. Or, je ne connais aucun texte où soit attesté, de façon explicite, un rôle militaire des éphèbes. En revanche, nous avons quelques témoignages hypothétiques sur un tel rôle militaire rempli par le groupe des neoi ou des neaniskoi. De qui s’agit-il ? La participation aux actions militaires ou policières des membres de la classe d’âge supérieure aux éphèbes n’aurait rien de surprenant, étant donné qu’ils devaient être déjà considérés comme citoyens de plein droit et, par conséquent, mobilisables.

  • 20 Voir IG XII 3, 337 et 331. Cf. LAUNEY, Armées, II, p. 847-849 et BAGNALL (R. S.), The Administratio (...)

15En outre, la pratique d’utiliser le gymnase comme lieu d’exercices pour des soldats de service est attestée déjà dans l’Athènes classique. Dans le royaume lagide, les neaniskoi sont de jeunes soldats, qui font déjà partie de l’armée royale et qui fréquentent des gymnases pour s’y entraîner. À en juger par les informations concernant la garnison ptolémaïque de Théra au IIe s., les soldats qui y stationnent disposent d’un gymnase et leurs activités dans cet établissement ne diffèrent point de celles des habitués des gymnases dans les cités. Les documents conservés les désignent par les termes neoi et aleiphomenoi (« ceux qui s’oignent »). Il ne peut y avoir de doute qu’il s’agit de soldats jeunes, disons entre vingt et trente ans20.

16Pour aborder le problème évoqué, il faut, je pense, établir la distinction non pas tant entre les éphèbes et les neoi ou neaniskoi, mais entre les jeunes gens qui suivent encore un programme d’entraînement militaire organisé par la cité et ceux qui l’ont déjà accompli et sont considérés comme soldats faits. À Béroia, en tout cas (mais on se gardera de considérer ce cas comme universellement valable !), les deux premières classes des neoi (c’est-à-dire les jeunes gens entre vingt et vingt-deux ans), sont encore astreints au même programme d’exercice que les éphèbes. La question que je pose est donc celle d’un lien hypothétique entre le gymnase comme institution éducative (et non pas seulement comme lieu d’exercices) et l’armée civique. Y a-t-il des jeunes gens pour qui un service militaire ou de police fait partie du programme d’entraînement ? Pour répondre à cette question, regardons la situation non plus du côté du gymnase, mais du côté du champ de bataille.

B) Jeunes gens sur le champ de bataille ?

  • 21 MA, Fighting poleis, p. 343 : « Can we sharpen our perception of these armies, apart from speaking (...)
  • 22 XVIII, 46, 3 ἔτι δὲ τῶν πρεσβυτέρων συμβουλευόντων ἐκδοῦναι συστραϕέντες οἱ νεώ τεροι πρὸς γονεῖς δ (...)
  • 23 POUILLOUX (J.), dir., Choix d’inscriptions grecques, 2e éd., Paris, Les Belles Lettres, 2003, no4, (...)
  • 24 Cf. ci-dessus, note 20.
  • 25 Cf. le décret d’Ilion en l’honneur de Nicandros de Poimanenon (OGIS, 443 ; I. Ilion, no 73), voté e (...)

17Dans un article récent sur les cités hellénistiques et la guerre, J. Ma a mentionné la présence de jeunes gens parmi les soldats comme une des rares choses connues sur ces armées21. Pour ma part, je dirais que, si nous songeons aux jeunes gens dans le sens que je viens de définir, aucun texte ne permet de l’affirmer avec certitude, au moins pour la zone géographique qui nous concerne ici. Certes, Diodore de Sicile relate une histoire de stasis dans la cité pisidienne de Termessos (XVIII 46-47) qui, à ses dires, se divisa, en 319, en un parti des anciens (presbyteroi) et en un parti des jeunes (neoi), et précise que ces neoi combattaient dans une guerre régulière contre Antigone le Borgne. Mais étant donné que ces jeunes participent également aux débats de l’Assemblée22, il s’agit de jeunes déjà intégrés dans la communauté des citoyens. Le célèbre décret en l’honneur d’Orthagoras d’Araxa en Lycie, adopté vers 130-120, énumère les mérites de ce personnage dans des guerres locales, dont celle contre deux tyrans de Xanthos où il commandait une troupe composée de neaniskoi, et on serait tenté de voir dans ces neaniskoi les jeunes gens du gymnase23. Toutefois, la difficulté de l’interprétation réside dans l’ambiguïté du terme neaniskoi qui est usité dans la prose hellénistique également pour désigner tout simplement des soldats, pas forcément jeunes24. Nous devons donc conclure que la participation d’une troupe de jeunes gens d’Araxa à la guerre contre les tyrans de Xanthos reste une hypothèse séduisante, mais non assurée25.

C) Jeunes gens comme patrouilleurs ?

  • 26 Voir notamment ce beau passage de ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie, t. I, Paris, De Bo (...)

18Les mêmes incertitudes affectent l’hypothèse sur la présence des jeunes gens du gymnase dans des troupes de police et de patrouilleurs, bien que les opinions exprimées à ce propos soient souvent assez affirmatives26.

  • 27 Notre connaissance de ce problème a été récemment enrichie grâce à la publication d’une importante (...)

19Le fait que les cités de l’Asie Mineure (et sans doute aussi les cités insulaires) dussent organiser des troupes de police locales paraît assuré. Une telle nécessité est facile à déduire de la situation de ces cités dont le territoire était en partie peuplé par une population non grecque et économiquement exploitée. Dans ces circonstances, la possibilité d’un conflit ou d’une violence était permanente. C’est sans doute en vue de disposer des forces armées indispensables dans ce type de conflits davantage que dans une guerre régulière que les cités ressentaient le besoin d’assurer un entraînement militaire à leurs jeunes gens. Quant aux cités insulaires, on songera en premier lieu au danger d’attaques de pirates27.

  • 28 Cf. ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, De Boccard, 1937, p. 103 : « Le plus grand nombre des (...)

20Concernant ces troupes de police nos informations, pour la période hellénistique, sont maigres. Nous pouvons les suppléer partiellement par celles qui concernent l’Asie Mineure impériale. Des dizaines d’inscriptions honorifiques montrent l’importance de la magistrature de paraphylax ou celle d’eirènarchos dans des carrières municipales28. Quoique le caractère succinct de ces textes ne permette pas de dire grand-chose de la composition, l’organisation et l’activité des troupes commandées par ces magistrats, le principe même semble certain : il revenait aux cités grecques de cette région d’assurer la police du territoire. Cela n’étonne pas, étant donné la réticence du pouvoir romain à assumer le devoir de police des territoires sous son contrôle. Il est improbable que les rois hellénistiques aient été davantage disposés à s’engager dans ce domaine.

  • 29 Constitution des Athéniens, XLII, 4 : περιπολοῦσι τὴν χώραν καὶ διατρίβουσι ἐν τοῖς [ϕ]υλακτηρίοις.
  • 30 ARISTOTE, Politique, VI, 1322 a 19-29 διὸ δεῖ μὴ μίαν ἀποτεταγμένην ἀρχὴν εἶναι πρὸς αὐτοῖς, μηδὲ σ (...)
  • 31 Voir en particulier VIDAL-NAQUET (P.), « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne » da (...)

21Si polices locales il y avait, de qui étaient-elles composées ? La tentation serait grande de voir parmi les patrouilleurs de jeunes gens et, encore plus, d’y voir non seulement des anciens éphèbes, qui feraient ainsi preuve des aptitudes déjà acquises au cours de l’éphébie, mais aussi, sinon surtout, les éphèbes eux-mêmes, pour qui le service de patrouilleurs et de policier serait un élément même de leur entraînement. Cette tentation a deux sources : un fait antique et une interprétation moderne. Pour le fait qui sous-tend cette interprétation, on pensera à la deuxième année de l’éphébie à Athènes qui consistait en un service de patrouilleurs et de gardiens29. Qui plus est, dans un passage de la Politique, Aristote nous informe que l’institution des gardiens (phrouroi), qui sont distincts des éphèbes, mais qui, comme ceux-ci, font partie de la jeunesse (neoi), était répandue dans le monde grec de son époque30. Pour l’interprétation moderne, on pensera en particulier à celle de P. Vidal-Naquet, formulée dans une perspective d’anthropologie structuraliste, selon laquelle le service de patrouilleurs (peripoloi) des éphèbes athéniens aurait été non seulement une période d’entraînement militaire pratique, mais aussi, au niveau de l’imaginaire, c’est-à-dire au niveau des représentations symboliques plus ou moins consciemment associées à cette institution, une période d’exclusion rituelle, semblable à celles connues par des rites d’initiation des jeunes dans d’autres sociétés31. Si l’on pouvait prouver que les cités grecques de l’Asie Mineure hellénistique composaient leurs troupes de patrouilleurs avec des éphèbes, on dirait qu’elles adoptaient et développaient, en outre des modèles d’institutions, certaines représentations symboliques, dont celle de l’éphébie comme une période probatoire des « jeunes ».

  • 32 CABANES (P.), « Recherches épigraphiques en Albanie : péripolarques et peripoloi en Grèce du Nord-O (...)

22Plusieurs savants ont essayé de suivre la voie ouverte par P. Vidal-Naquet. On citera notamment l’étude de P. Cabanes sur les peripoloi dans la Grèce de l’Ouest et du Nord-Ouest et les confins Nord du monde grec (Phocide, Acarnanie, Épire, Illyrie)32. Ayant rassemblé les témoignages sur les troupes des peripoloi, P. Cabanes a avancé l’hypothèse selon laquelle elles auraient été composées de jeunes gens et qu’il se serait agi d’une institution analogue à celle de l’éphébie athénienne, c’est-à-dire d’une institution d’initiation civique dont le but aurait consisté à préparer les jeunes gens à leur rôle de citoyens-soldats par une période d’entraînement à la fois pratique et ritualisé.

  • 33 L’inscription no 7, dans l’article de P. Cabanes, p. 220-221, rend compte des honneurs accordés par (...)
  • 34 GRENFELL (B.P.) et HUNT (A.S.), P. Ox. XI (1915), 1365 ( = JACOBY (F.), FGrHist. 105 F 2).
  • 35 Ci-dessus, note 30.
  • 36 Cf. SCHULER (Ch.), Ländliche Siedlungen und Gemeinden im hellenistischen und römischen Kleinasien, (...)

23Il faut dire qu’aucun texte épigraphique allégué par P. Cabanes ne permet d’être aussi affirmatif sur la composition des troupes des peripoloi. Au contraire, les peripoloi mentionnés au moins dans un texte sont sans aucun doute des mercenaires33. Seul un historien, probablement Éphore, dont un fragment relate l’arrivée au pouvoir du tyran Orthagoras de Sicyone au VIIe s., identifie les peripoloi dans cette cité avec des jeunes gens au moment de passage entre l’enfance et l’âge adulte34. Mais il est difficile de se fier à des détails institutionnels d’un historien du IVe s. traitant des événements qui remontent à un passé éloigné de plusieurs siècles. Il faut prendre ce texte pour un témoignage sur Sicyone du IVe s. plutôt que du VIIe s., donc à une époque où l’éphébie existe déjà à Athènes. S’il en était ainsi, l’institution des peripoloi sicyoniens serait une institution proche de celle des phrouroi, mentionnée par Aristote dans le passage de la Politique précité35. Quoi qu’il en soit, l’institution des peripoloi semble, à l’étape actuelle de nos connaissances, limitée à une zone géographique assez homogène. Pour la région qui nous intéresse ici nous n’en avons à présent aucune attestation36.

  • 37 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 101-109, où l’on trouvera les renvois aux travaux précédents.
  • 38 Je renvoie, pour une démonstration détaillée, à mon étude, annoncée dans la note introductive. Cf. (...)
  • 39 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 101-109 ; Robert (L.), OMS, II, p. 820-821.
  • 40 Outre l’article de D. Rousset, cité ci-dessus, note 38, voir GIANGIULIO (M.), « L’eschatia : prospe (...)

24Dans l’Asie Mineure, il existe en revanche une institution dans laquelle on pourrait voir un parallèle aux peripoloi, connus ailleurs. Je songe à l’institution des horophylakes, « gardiens de frontières ». C’est à bon escient que je mets sur la première lettre de ce mot l’esprit rude. En dépit de ce qu’a écrit L. Robert, qui a rassemblé et commenté de façon approfondie les attestations de cette institution37, mais qui était convaincu qu’il s’agissait non pas de ὀροϕύλακες, « gardiens de frontières », mais de ὀροϕύλακες, « gardiens de montagnes », je pense que ce dernier point demande une rectification38. S’il défendait vigoureusement l’esprit doux sur la première lettre du mot ΟΡΟΦϒΛΑΚΕΣ, c’est non pas en tant que philologue, mais en tant qu’historien-géographe. Il avait, en effet, une vision particulière de la frontière entre les cités grecques qui, pour lui, était dans la plupart des cas, sinon dans tous, constituée par des chaînes de montagne39. Toutefois, cette vision, fondée certes sur sa grande expérience de géographe-voyageur, n’avait qu’un caractère préliminaire et servait à annoncer une étude détaillée sur la frontière que ce savant n’a jamais eu le loisir d’achever. À la lumière de recherches plus récentes40, la vision de L. Robert appelle des modifications. Il n’en reste pas moins que dans de nombreuses parties d’Asie Mineure, les « gardes de frontières » étaient effectivement gardes de montagnes, car la zone frontalière entre des cités était très souvent constituée par des chaînes de montagnes.

  • 41 ROBERT (L.), Études anatoliennes, p. 106-107 ; ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie (...)
  • 42 Voir les exemples réunis par ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1962, 218, auxquels il faut ajouter u (...)

25Bien entendu, la question la plus importante pour notre propos est celle de savoir s’il existe des textes permettant de conclure que les troupes d’horophylakes étaient composées de jeunes gens. J’en connais un cas très probable et un autre hypothétique. Le cas probable provient d’Apollonia de la Salbakè en Carie41. Il s’agit d’une dédicace faite à la « déesse qui exauce des prières, Mère des dieux Montagnarde » (Μητρὶ θεν Ὀρείᾳ ἐπηκόῳ θεᾷ) faite par le paraphylax Stephaniôn et par ses neaniskoi. Les neaniskoi avec leur chef (neaniskarchès) sont énumérés nommément sous l’intitulé commun : « voici ceux qui ont exercé la fonction d’horophylakes » (οἱ δ ὁροϕυλακήσαντες ἦσαν) ; ils sont accompagnés de six palefreniers esclaves (ἱπποκόμο[ι]), ce qui prouve que cette troupe était montée. Le témoignage est très (seconde moitié du IIe ou le début IIIe s. après J.-C., selon la gravure), mais univoque ou presque : un groupe de neaniskoi remplit le rôle de gardiens de frontière sous les ordres de leur propre magistrat (sans doute élu parmi eux) et du magistrat de la cité responsable de la police du territoire. Certes, on pourrait, à la limite, évoquer la même difficulté de vocabulaire que nous nous avons déjà discutée : le terme neaniskoi peut, en effet, désigner parfois des soldats. Mais la présence d’un neaniskarchès, magistrat attesté dans le contexte du gymnase42, invite à penser qu’il s’agit plutôt de jeunes gens en cours d’entraînement.

  • 43 Publiée par BEAN (G.E.) et MITFORD (T.B.), Journeys in Rough Cilicia in 1962-63, Denkschriften der (...)

26Un deuxième témoignage, beaucoup plus hypothétique, provient de la région de Ayasofya moderne en Cilicie43. Un irénarque, qui est en même temps prêtre d’Héraclès, et un jeune homme (neos) qui l’accompagne, érigent une statue de cette divinité. La nature de la divinité honorée, protectrice du gymnase, n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle le jeune homme en question fréquentait cet établissement, tout en acquérant de l’expérience en patrouille sous les ordres d’un irénarque.

  • 44 Syll. 3, 633 avec le commentaire détaillé de cette clause par WÖRRLE (M.), « Epigraphische Forschun (...)

27Ces bribes d’information nous autorisent-elles à peindre une image de jeunes gens éloignés du centre politique de la cité, mis à l’épreuve au cours de patrouilles dangereuses sur les confins boisés et montagneux de la cité, et passant de la sorte une période d’exclusion probatoire qui les mènent vers la citoyenneté ? J’aurais tendance à dire que cette image peut être vraie, mais elle n’est certainement ni la vérité complète, ni la vérité seule. Il existe, en effet, des cités où le service d’horophylakia n’était pas confié à de jeunes gens, mais à d’autres catégories de personnes. Dans le traité entre Héraclée-du-Latmos et Milet44, une clause concerne l’échange entre les deux parties d’esclaves fugitifs, capturés sur le territoire opposé (l. 87-99). Dans chacune des deux cités, la chasse de ces esclaves sera à la charge des horophylakes. Le document permet de constater que l’horophylakia dans ces cités était un service confié par la cité au plus offrant, c’est-à-dire à celui qui s’engageait à l’assurer pour la rémunération la moins élevée. Une clause révèle ce qui pouvait attirer les candidats : si, pendant quatre mois, le propriétaire d’un esclave capturé ne se présentait pas, l’esclave devenait la propriété des horophylakes. On voit bien que l’horophylakia à Milet et à Héraclée n’est pas un service assuré par des groupes de jeunes citoyens, mais par un groupe privé qui s’en charge en vue de profits.

28Pour récapituler, il faut dire que l’hypothèse selon laquelle les cités de l’Asie Mineure, à l’époque hellénistique, auraient confié le service de patrouilleurs à de jeunes gens n’est pas inacceptable, mais son fondement est ténu. Toutefois, par rapport à une interprétation anthropologique de ce phénomène il convient de formuler deux réserves.

  • 45 Rappelons que pour P. Vidal-Naquet le service de patrouilleur s’oppose au devoir de l’hoplite en ce (...)

29D’abord, quel que soit le rôle probatoire que l’expérience d’un tel service, sous les ordres de magistrats civiques, dans des zones frontalières, pouvait jouer dans la vie d’un jeune homme, on ne saurait opposer (dans le sens structuraliste du mot) ce service de patrouilleur au service d’hoplite exercé par les soldats adultes45. Au contraire, en raison des conditions géographiques et politiques dans lesquelles vivaient les cités de l’Asie Mineure (petites guerres locales, lutte contre le brigandage), ce service était parfaitement conforme à celui qu’un jeune homme était censé assumer comme citoyen adulte. Il faut donc dire qu’il était orienté vers les besoins pratiques des cités.

30Ensuite, la solution de confier le service de patrouilleurs aux jeunes gens n’était certainement pas la seule : il existait différentes solutions, conformes sans doute à la tradition et au développement institutionnel de chaque cité, mais aussi à sa situation matérielle.

31Il nous faut alors revenir sur la portée idéologique de l’entraînement des éphèbes.

III. La portée idéologique de l’entraînement des éphèbes

  • 46 Thasos : Nouveau choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres, 1971, no 19. Rhodes : DI (...)
  • 47 Cf. ci-dessus, note 8.

32C’est une banalité que de constater que toute éducation est porteuse d’un message idéologique, ce message reprenant les valeurs que la société en question prétend perpétuer. Nonobstant l’importance pratique de l’entraînement militaire dispensé aux éphèbes et aux neoi ou neaniskoi, il nous faut déceler son aspect idéologique. Or, on peut facilement se convaincre que l’accent continue à être mis sur le devoir de porter les armes pour la cité. Nombreux sont, en effet, des témoignages sur le rite de la remise des armes aux jeunes gens du gymnase. La signification de ce rite n’a point besoin d’être expliquée : la société indique au jeune homme, au moment où il passe du groupe des mineurs à celui des adultes, une place parmi ses défenseurs. Dans le monde grec, ce rite est certainement plus ancien que l’éphébie. À Athènes, nous le trouvons dans le cadre de l’institution des « pupilles de la cité », institution qui remonte au moins au Ve s. Au IVe s., la remise solennelle des armes aux fils des morts pour la patrie est pratiquée à Thasos, avant que l’éphébie ne soit connue dans cette cité, et à Rhodes où l’éphébie semble ne jamais avoir été instaurée46. Mais le cas athénien, où, au moins à partir de la réforme de l’éphébie à l’époque de Lycurgue, la cité remet un bouclier et une lance aux éphèbes, au début de la deuxième année de leur service, après l’examen de leurs manœuvres par l’Assemblée réunie au théâtre47, montre comment ce rite fut, très naturellement, inclus dans l’ensemble des rites structurant ce service d’initiation civique.

  • 48 Milet I. 7, 203, A, l. 1-5 τιθεὶς καὶ εἰς ἀνάθεσιν ἆθλα ὅπλα πολεμιστήρια μὴ
    έλάσσω τριῶν, ἔχοντα κα (...)
  • 49 OGIS, 339, l. 79-82 τιθεὶς ἆθλα πάντων τῶν ἀθλημάτων τοῖς τε νέοις καὶ τοῖς έϕήβοις ὅπλα ἐπίσημα ἐν (...)
  • 50 JACOBSTAHL (P.), Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Athenische Abteilung, 33 (19 (...)

33Cependant, ce qui est frappant, c’est que, à l’époque hellénistique, nous le trouvons dans un contexte agonistique. En effet, dans les concours organisés à l’intérieur du gymnase, les prix accordés aux vainqueurs sont dans la plupart des cas, sinon dans tous, des armes. À Milet, vers 130, on précise que l’acquéreur de la prêtrise du Peuple Romain et de Rome devra organiser un concours en l’honneur de ces divinités et « en vue de la consécration, proposer comme prix des armes de guerre (hopla polemistèria), au moins au nombre de trois, portant une inscription avec le nom de l’épreuve »48. À Sestos, dans une cité située certes géographiquement en dehors de l’Asie Mineure, mais appartenant au IIe s. au royaume des Attalides, Ménas, à l’occasion du concours en l’honneur d’Hermès et d’Héraclès qui clôturait l’année, « proposa aux neoi et aux éphèbes, comme prix dans toutes les épreuves, des armes gravées, fixées dans des cadres (ou des supports ?) pour armes ; y ayant fait inscrire les noms des vainqueurs, il fit procéder aussitôt à leur consécration »49. Sans doute le témoignage le plus évocateur vient de Pergame. Dans un décret du temps d’Attale III pour un gymnasiarque on rappelle qu’« il avait pris soin de l’éducation et de la discipline des éphèbes et des neoi, en proposant des prix d’éducation, avait prêté une grande attention aux exercices concernant tous les enseignements, et s’était occupé sans cesse de la fourniture d’armes diverses »50. L’« approvisionnement » du gymnase en armes est présenté comme une des activités principales d’un gymnasiarque généreux, comme un moyen d’atteindre les buts de l’éducation des éphèbes et des neoi : distribuées comme prix à l’occasion de différents concours, ces armes étaient censées susciter l’ambition des jeunes gens qui, en rivalisant entre eux, apprenaient l’aretè des bons citoyens.

  • 51 DEROW (P.S.) et FORREST (W.G.), Annual of the Britisch School at Athens, 77 (1982), p. 79-92 (SEG, (...)

34Bien entendu, ces témoignages pourraient être allégués à l’appui d’une thèse inverse par rapport à celle que nous sommes réunis pour défendre ici. Un historien convaincu de la décadence de l’esprit civique à l’époque hellénistique pourrait, en effet, remarquer que la fière appellation hopla polemistèria (« armes de guerre ») dissimule en réalité des boucliers à caractère décoratif et qui étaient ensuite offerts à des divinités comme offrandes (anathèmata). Dans la pratique de remettre ces boucliers aux éphèbes il verra un rite atrophié, coupé de son sens originel et continué à contre-courant de la réalité historique. Il trouvera la meilleure illustration de sa thèse dans un célèbre décret de Chios, adopté peu de temps après la paix d’Apamée, dans lequel un agonothète « avait pris soin de la confection des boucliers proposés par le peuple aux vainqueurs des concours gymniques et avait veillé à ce qu’on grave sur eux des mythes servant à la gloire des Romains »51. Les boucliers accordés comme prix de concours aux jeunes gens avaient ici un caractère de souvenir et servaient à leur transmettre la connaissance d’un passé mythique : le sens militaire de la remise de ces armes semble être totalement perdu.

  • 52 B 67-71.

35Il est indéniable que la remise d’un bouclier décoratif au vainqueur du concours à Chios au IIe s. n’a pas le même sens que la remise d’une panoplie aux fils des morts pour la cité à Thasos au IVe s. Toutefois, la documentation épigraphique nous empêche, là encore, de conclure trop rapidement sur la décadence de l’esprit civique. La loi gymnasiarchique de Béroia nous renseigne, en effet, sur la même cérémonie de la consécration des armes accordées comme prix aux vainqueurs dans un concours organisé à la fin de l’année officielle dans le gymnase de cette cité52. Or, le caractère militaire de l’entraînement qui y était dispensé et, avant tout, le lien entre cet entraînement et le fonctionnement de l’armée macédonienne, est hors de doute. Il en résulte que le changement de contexte du rite de la remise des armes ne diminue pas forcément la portée de son message idéologique. Le fait que les cités pratiquent ce rite, même dans un contexte modifié, prouve qu’elles tiennent à perpétuer des valeurs transmises par ce rite.

Conclusion

36Le caractère militaire de l’entraînement dispensé dans les gymnases hellénistiques est un fait avéré. Il serait donc erroné de parler d’une décadence de cet aspect de la paideia hellénistique. Nombreuses cités insulaires et d’Asie Mineure adoptent et pratiquent un modèle d’éducation ayant un caractère militaire prononcé. Reste à expliquer ce phénomène.

37Les conditions dans lesquelles fonctionnaient les cités de l’Asie Mineure expliquent suffisamment bien les raisons qui pouvaient inciter leurs citoyens à obliger au moins une partie de leur jeunesse à se préparer au rôle de soldats. L’existence de forces armées civiques, utilisées dans des conflits locaux ou, au quotidien, pour assurer la police du territoire, présuppose l’existence d’effectifs préparés à ce genre de tâches. Cet entraînement aurait donc bien une portée pragmatique.

38Cependant, comme le suggèrent des rites pratiqués dans le gymnase, pour expliquer l’orientation militaire de l’éducation des éphèbes, il faut également tenir compte des valeurs traditionnelles attachées au service militaire des citoyens. Si les éphèbes devaient pratiquer des disciplines militaires, c’est parce qu’un bon citoyen doit être un bon soldat. Je ne saurais dire lequel des deux aspects (pratique ou idéologique) était le plus important pour les cités : il serait vain et inutile d’essayer de trancher.

39Naturellement, le lien entre l’armée et l’identité civique, et par conséquent, entre l’éducation civique et le service militaire est un phénomène historique banal, connu à d’autres époques et dans d’autres sociétés. Ce qui n’est pas banal, en revanche, c’est que nous retrouvons ce lien dans des communautés politiques considérées parfois comme sujettes et dépendantes. Quel est le sens de cette insistance sur le fait miliaire dans des communautés qui n’ont même pas les moyens de s’assurer une véritable autonomie sur la scène politique ? Lorsque nous défendons, à juste titre, la permanence de la cité hellénistique, il ne faut pas oublier pour autant le caractère disproportionné des forces en présence. Ces petites cités qui ont toujours l’air d’être sur le pied de guerre n’étaient pas de taille à défendre leur destinée face aux rois. Tout au plus pouvaient-elles le faire face aux cités ou aux peuples voisins. Leur existence prend une forme essentiellement institutionnelle et culturelle. Aussi, je pense qu’au lieu de voir dans l’éducation militaire des éphèbes une tradition atrophiée, qui confine au ridicule dans monde de grandes puissances monarchiques, nous devrions la considérer comme une expression efficace de la volonté de ces cités de se réaffirmer comme des communautés civiques et de préserver leur identité culturelle. Cela nous conduit en même temps à mettre l’accent sur une autre caractéristique de la vie politique et culturelle des cités hellénistiques : leur conservatisme.

Bibliographie

Bibliographie

BAKER (P.), Cos et Calymna : esprit civique et défense nationale, Québec, Les Éditions du Sphinx, 1991.

BUGH (G. R.), « The Theseia in late hellenistic Athens », ZPE, 83 (1990), p. 20-37.

CABANES (P.), « Recherches épigraphiques en Albanie : péripolarques et peripoloi en Grèce du Nord-Ouest et en Illyrie à la période hellénistique », Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1991, p. 197-221.

CHANKOWSKI (A. S.), L’éphébie hellénistique : étude d’une institution civique dans les cités grecques des îles de la Mer Égée et de l’Asie Mineure (IVe–Ier siècles avant J.-C.), (à paraître dans la série Culture et cité, dirigée par D. Viviers, Paris, De Boccard, en 2004).

CHANKOWSKI (A. S.), « Cités sujettes, cités sans autonomie, cités tributaires : remarques sur les relations entre les cités et les rois à l’époque hellénistique », Przeglad Historyczny (Revue historique), 87 (1996), p. 207– 225 (en polonais).

CHANKOWSKI (A. S.), « Date et circonstances de l’institution de l’éphébie à Érétrie », Dialogues d’histoire ancienne, 19. 2, 1993, p. 17-44.

CHANKOWSKI (A. S.), « L’éphébie à l’époque hellénistique : une institution d’éducation civique », dans Relire « Le Marrou ». « L’histoire de l’éducation dans l’Antiquité » après un demi siècle, Actes du colloque international, 18-20 novembre 1999 (à paraître à Toulouse, Presses Universitaires du Mirail).

GAUTHIER (PH.) et HATZOPOULOS (M. B.), La loi gymnasiarchique de Beroia, Athènes, (Μελετήματα 16), 1993.

GAUTHIER (PH.), « Trois décrets honorant des citoyens bienfaiteurs III. Ménas, l’euandria et les xénoi, OGI 339 », Revue de philologie, de litterature et d’histoire anciennes, 56, 1982, p. 226-231.

GIANGIULIO (M.), « L’eschatia : prospettive critiche su rappresentazioni antiche e modelli moderni », dans Problemi della « Chora » coloniale dell’Occidente al Mar Nero. Atti del quarantesimo convegno di studi sulla Magna Gracia. Taranto, 29 septembre – 3 ottobre 2000, Taranto, 2001, p. 333-361.

HATZOPOULOS (M. B.), Macedonian Institutions under the Kings, Athènes (Μελετήματα 22), 1996.

HOPWOOD (K.), « Bandits, elites and rural order », dans WALLACE-HARILL A. (éd.), Patronage in Ancient Society, London – New York, 1990, p. 171-187.

HOPWOOD (K.), « Policing the hinterland : Rough Cilicia and Isauria » dans Mitchell S. (éd.), Armies and Frontiers in Roman and Byzantin Anatolia : Proceedings of the Colloquium Held at University College, Swansea, in April 1981, BAR International Series, 156, 1983, p. 173-187.

KNŒPFLER (D.), Décrets érétriens de proxénie et de citoyenneté, Lausanne, Payot (Eretria. Fouilles et recherches XI), 2001.

LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, Paris, 1949-1950 (réimpression avec postface de GARLAN Y., GAUTHIER Ph. et Orrieux C., Paris, 1987).

MA (J.), « Fighting poleis of the hellenistic world », dans VAN WEES H. (éd.), War and Violence in Ancient Greece, London 2000, p. 337-376.

MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, OUP, 1999.

MARROU (H.-I.), Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 7e éd, Paris, du Seuil, 1975.

PÉLÉKIDIS (Ch.), Histoire de l’éphébie attique, Paris, De Boccard, 1962.

ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, De Boccard, 1937.

ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie historique avec le recueil des inscriptions antiques. II. Le plateau de Tabai et ses environs, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1954.

ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie, t. I, Paris, De Boccard, 1983.

ROUSSET (D.), « Les frontières des cités grecques : premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 5 (1994), p. 97-126.

SACCO (G.), « Sui νεανίσκοι dell’età ellenistica », Rivista di filologia e di istruzione clasica, 107 (1979), p. 39-49.

SAHIN (S.), « Piratenüberfall auf Teos. Volksbeschluß über die Finanzierung der Erpressungsgelder », Epigraphica Anatolica, 23 (1994), p. 1-36.

SARTRE (M.), « Aspects économiques et aspects religieux de la frontière dans les cités grecques », Ktèma, 4 (1979), p. 213-224.

SCHULER (Ch.), Ländliche Siedlungen und Gemeinden im hellenistischen und römischen Kleinasien, München (Vestigia 50), 1998.

VIDAL-NAQUET (P.), « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne », dans VIDAL-NAQUET (P.), Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La Découverte, 19913, p. 151-175.

VIDAL-NAQUET (P.), « Retour au chasseur noir », dans VERNANT J.-P. et VIDAL-NAQUET (P.), La Grèce ancienne III. Rites de passage et transgressions, Paris, Du Seuil, 1992, p. 215-251.

WÖRRLE (M.), « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens III : ein hellenistischer Königsbrief aus Telmessos », Chiron, 9 (1979), p. 83-111.

Notes

1 Ce sujet, qui n’a pas été abordé – malgré le titre – dans la synthèse de LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, Paris, 1949, (réimp. avec postface de GARLAN (Y.), GAUTHIER (PH.) et ORRIEUX (C.), Paris, 1987) (dorénavant cité LAUNEY, Armées), a été étudié par Ph. Gauthier dans ses cours de l’École Pratique des Hautes Études (IVe Section) et par BAKER (P.), dans sa thèse inédite (non vidi) dont on attend la publication ; voir, pour l’instant, son étude sur Cos et Calymna : esprit civique et défense nationale, Québec, 1991. Cf. également l’article utile de MA (J.), « Fighting poleis of the hellenistic world », dans VAN WEES H. éd., War and Violence in Ancient Greece, London 2000, p. 337-376 (dorénavant cité MA, Fighting poleis).

2 MARROU (H.-I.), Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 7e éd, Paris, du Seuil, 1975, p. 167. À propos du chapitre toujours utile que ce savant a consacré à l’éphébie hellénistique, voir ma contribution « L’éphébie à l’époque hellénistique : une institution d’éducation civique » au colloque Relire « Le Marrou ». « L’histoire de l’éducation dans l’Antiquité après un demi siècle, Actes du colloque international, 18-20 novembre 1999 (à paraître à Toulouse, Presses Universitaires du Mirail).

3 Je songe à la loi éphébarchique d’Amphipolis. Voir, à propos de ce document inédit, HATZOPOULOS (M.B.), Bulletin épigraphique, 1987, 704, et GAUTHIER (PH.) et HAT-ZOPOULOS (M.B.), La loi gymnasiarchique de Beroia, Athènes, 1993 (Μελετήματα XVI), p. 161-162. Cf. HATZOPOULOS (M.B.), Macedonian Institutions under the Kings, II, Epigraphic Appendix, Athènes (Μελετήματα XXII), 1996, p. 61.

4 Il n’y pas lieu ici d’entrer dans la controverse au sujet de la réalité historique dissimulée derrière ce terme à l’époque hellénistique, problème que j’ai traité ailleurs (« Cités sujettes, cités sans autonomie, cités tributaires : remarques sur les relations entre les cités et les rois à l’époque hellénistique », Przeglad Historyczny (Revue historique), 87 (1996), p. 207-225 (en polonais). On trouve désormais une bonne présentation du problème dans le livre de MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, OUP, 1999, p. 150-174.

5 HATZOPOULOS (M.B.), L’organisation de l’armée macédonienne sous les Antigonides : problèmes anciens et documents nouveaux, Athènes (Μελετήματα 30) 2001.

6 À propos de la date de cette réforme (vers la fin de 335 ou au début de 334, et non pas en 336/5), voir KNŒPFLER (D.), Décrets érétriens de proxénie et de citoyenneté, Lausanne, Payot (Eretria. Fouilles et recherches XI), 2001, p. 367-389.

7 Constitution des Athéniens XLII 3 (ὁ δῆμος) χειροτ[ο]νεῖ δὲ καὶ παιδοτρίβας αὐτοῖς δύο καὶ διδασκάλους οἵτινες ὁπλομαχεῖν καὶ τοξεύειν καὶ ἀκοντίζειν κα[ὶ] καταπάλτην ἀϕιέναι διδάσκουσιν.

8 Constitution des Athéniens XLII 4 ἐκκλησίας ἐν τῶι θεάτρῳ γενομένης άποδειξάμενοι τῶι δήμωι τὰ περὶ τὰς τάξεις καὶ λαβόντες ἀσπίδα καὶ δόρυ παρὰ τῆς πόλεως περιπολοῦσι τὴν χώραν. Cf. PÉLÉKIDIS (Ch.), Histoire de l’éphébie attique, Paris, De Boccard, 1962, p. 114-115 et p. 111 note 6. Le lieu de cette revue a été récemment remis en cause par DILLERY (J.), « Ephebes in the stadium (not the theatre) : Ath. Pol. 42.4 and IG II2.351 », Classical Quarterly, 52, (2002), p. 462-470, mais sa démonstration ne me paraît pas convaincante.

9 Cf. LAUNEY, Armées, II, p. 817-834.

10 Les deux disciplines sont attestées dans les cités suivantes : Samos (IG XII 6, 1, 179,181-183), Corésia (IG XII 5, 647), Cos (Iscrizioni di Cos, ED 145 et 32), Sestos (OGIS, 339), Érythrai (I. Erythrai und Klazomenai, no 81), Téos (Syll.3, 578), Tralles (I. Tralleis, no 107), Kyaneai (HEBERDEY (R.) et KALINKA (E.), « Bericht über zwei Reisen in südwestlichen Kleinasien », Denkschriften der Österreichischen Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 45 [1897], p. 28-29, no 28, avec les corrections de ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, De Boccard, 1937, p. 399-405).

11πλομαχία est attestée à Samos (IG XII 6, 1, 179-183), Érétrie (Syll.3, 714), Érythrai (I. Erythrai und Klazomenai, no 81), Téos (Syll.3, 578) ; θυρεαμαχία est attestée à Samos (IG XII 6, 1, 179-183). À propos de cette dernière disciplines, voir les remarques de SEKUNDA (N. V.), citées par BUGH (G.R.), « The Theseia in late hellenistic Athens », ZPE, 83 (1990), p. 29 note 42 (cf. p. 23 note 16), qui considère que la lutte avec θυρεός et μάχαιρα était d’origine celtique et que ce type de combat se diffusa en Grèce après l’invasion des Galates en 279. « Thus when, in inscriptions concerning military-style combat competitions, we see hoplomachia contrasted to thureamachia, we are to understand the contrast as being between Greek-style fighting with shield and spear and Celtic-style fighting with thureos and machaira ».

12 Καταπαλταϕεσία est attestée à Samos, à Corésia, à Cos sans doute à Kyaneai. Les documents afférents sont cités dans la note 10.

13 La différence entre l’art de la guerre propre à la « grande guerre » des rois et l’art de la guerre propre à la « petite guerre » des cités a été bien soulignée par MA, Fighting poleis.

14 Syll.3, 578, l. 25-27 Διδόσθω δὲ μισθὸς τώι μὲν τοξεύειν καὶ ἀκοντίζειν διδάσκοντι δραχμαὶ διακόσιαι καὶ πεντήκοντα, τῶι δὲ ὁπλομάχωι δραχμαὶ τρακόσιαι. Ὁ δὲ οπλο μάχος διδάξειν χρόνον οὐκ ἐλάσσονα μηνῶν δύο, « que soit alloué un salaire de deux cent cinquante drachmes au maître de tir à l’arc et de lancer de javelot, et un salaire de trois cents drachmes au maître de combat hoplitique. Le maître de combat hoplitique enseignera pendant au moins deux mois ».

15 IG XII Suppl. 122, l. 17-22 δαπανάσαις ἐκ τῶν [ἰ]δίων καὶ πλέονα εἴς τε ὅπλα καὶ διαδρόμαις καὶ κ[ρε]ανομίαις καὶ τὰν ἄλλαν χοραγίαν, ἐξαγάγ[ων1 δὲ τοὶς νέοις καὶ τῶν ἄλλων τοὶς θέλοντας ἐπὶ τ[ὰ ὅρι]α τᾶς χώρας καὶ ἐπιδείξαις ἐκ τῶν ἰδίων δ[απα1 ναμάτων, « (il) avait dépensé sur ses biens des sommes considérables pour les armes, pour les concours, pour la distribution de viande et, en général, pour lesfournitures ; (en outre) amenant les neoi et, parmi les autres, ceux qui le souhaitaient, aux confins de la chôra, il avait fait des démonstrations à ses propres frais ». Cf., à propos de ce texte, GAUTHIER (PH)., Topoi, 7 (1997), p. 354, à qui j’emprunte cette traduction.

16 IG XII 5, 647 (Syll.3, 958), l. 21-25.

17 L. 38-39 μ ξεναι δ ποδόσθαι τ ἆθλα ἃ ἂν λάβηι, τοὺς δὲ στρατηγοὺς ἐν τῆι ἐξοπλασίαι ἐξετάζειν, « il ne sera pas permis de revendre les prix reçus ( = les armes obtenues comme prix dans un concours) et les stratèges effectueront l’examen lors de la revue d’armes ». Le mot ἐξοπλασία est attesté également dans un décret de la première moitié du IIIe s. en l’honneur des stratèges (Syll.3, 410 ; I. Erythrai, I, no 24, l. 10), où il désigne manifestement une revue d’armes.

18 REHM (A.), Didyma II : Die Inschriften, Berlin, 1958, no488, l. 10-15 (προνοῆσαι ὅπως) καὶ ἡ θυσία καί ἡ ἐστίασις συντελε[σθῆι δ]ιευκ[ρ]ινουμένων τν τε κατὰ τὰς πομπὰς κ[αὶ] τὰς θυσίας καὶ τὸν καθοπλισμὸν τν ἐϕήβων [κ]αὶ τν ἄλλων τν διατεταγ μένων κατά [τ]ε τὸν στεανηϕορικὸν νόμον καὶ τὴν περὶ τῆς ερεωσύνης διαγραϕήν, « (prendre soin) que le sacrifice et le banquet soient accomplis (ce jour-là) et qu’on organise bien ce qui concerne les processions, les sacrifices et la parade militaire des éphèbes, ainsi que les autres cérémonies établies aussi bien par la loi relative à la magistrature de stephanèphoros que par la diagraphè sur la prêtrise ».

19 Voir à ce propos SACCO (G.), « Sui νεανίσκος dell’età ellenistica », Rivista di filologia e di istruzione clasica, 107 (1979), p. 39-49, qui s’appuie notamment sur l’emploi de ce mot par Polybe, commenté par MAUERSBERGER (A.), Polybios-Lexikon, Berlin, Akademie Verlag, 1956 –, s.v. νεανίσκος. Des passages réunis par ce savant, voir en particulier V 30, 1, où les πολιτικοὶ νεανίσκοι sont opposés aux μισθοϕόροι de l’armée achaïenne ; il s’agit manifestement de ses deux composantes : des troupes civiques et des troupes de mercenaires. Cf. XXI 3b 2 où au terme νεανίσκοι du texte de Polybe transmis par un excerptum correspond l’expression veterani omnes et periti belli chez Tite-Live (XXXVII 20, 2). Une importante inscription de Métropolis en Ionie, dont la publication (ENGELMANN (H.) et DREYER (B.), Die Inschriften von Metropolis, I, Bonn, 2003) m’a été accessible trop tard pour que je l’intègre à la présente communication, fait connaître une troupe de neaniskoi, envoyée par cette cité pour assister les Romains dans la guerre contre Aristonikos. Voir le commentaire de Boris Dreyer (p. 35) qui interprête ces neaniskoi comme des soldats âgés de moins de trente ans.

20 Voir IG XII 3, 337 et 331. Cf. LAUNEY, Armées, II, p. 847-849 et BAGNALL (R. S.), The Administration of the Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde, Brill, 1976, p. 128-129.

21 MA, Fighting poleis, p. 343 : « Can we sharpen our perception of these armies, apart from speaking of their existence, or noticing the presence of young fighting men (neoi, neôtatoi) in the cities ? »

22 XVIII, 46, 3 ἔτι δὲ τῶν πρεσβυτέρων συμβουλευόντων ἐκδοῦναι συστραϕέντες οἱ νεώ τεροι πρὸς γονεῖς διαστάντες ἐψηϕίσαντο πᾶν ὑπομένειν δεινὸν ἕνεκα τῆς τούτου σωτηρίας.

23 POUILLOUX (J.), dir., Choix d’inscriptions grecques, 2e éd., Paris, Les Belles Lettres, 2003, no4, l. 36-40 Λυσανίου τε καὶ Εὐδήμου καταλαβομένων τὴν Ξανθίων πόλιν καὶ σϕαγὰς ποιησαμένων καὶ ἐπὶ τυρρανίδα ἐπαναστ[άν]των, ἀποτέλειος ὢν καὶ ἀποσταλεὶς ἐπὶ τῶν νεανίσκω[ν] συνεστράτευσεν μετὰ Λυκίων κατὰ τῆς τῶν τυρ[άν]νων ἀναιρέσεως, « quand Lysanias et Eudémos s’emparèrent de la cité des Xanthos, y firent des massacres et, par un coup de force, y établirent une tyrannie, lui, étant commandant en second et ayant été envoyé à la tête du corps des neaniskoi, fit campagne avec les Lyciens contre le soulèvement des tyrans ». À propos de la datation de ce document, voir MATTINGLY (H.B.), Classical Quarterly, 36 (1986), p. 494-495, et BRESSON (A.), REA, 99 (1997), p. 504-505, note 7.

24 Cf. ci-dessus, note 20.

25 Cf. le décret d’Ilion en l’honneur de Nicandros de Poimanenon (OGIS, 443 ; I. Ilion, no 73), voté en 80/79, où il est question des troupes commandées par ce personnage, appelées dans le texte tantôt stratiôtai, tantôt neaniskoi.

26 Voir notamment ce beau passage de ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie, t. I, Paris, De Boccard, 1983 (dorénavant cité ROBERT (J. et L.), Amyzon), p. 104 : « L’éloignement des έσχατιαί v, l’isolement de ces régions frontières, bois et forêts, avec leur population très clairsemée et fruste, en faisaient un terrain idéal pour des esclaves en fuite, pour des brigands isolés ou en troupes. La cité réprimait la violence ou les abus, mettait un certain ordre, par des patrouilles de jeunes soldats, des éphèbes ou autres περίπολοι, ou par des gendarmes, les νεανίσκοι d’Apollonia sous les ordres du paraphylaque qui gardent les montagnes όροϕυλακοσιν, les orophylaques de Milet et d’Héraclée, ceux des villes du Sultan Dag en Pisidie, ceux d’Amyzon ». Quoique formulée de façon prudente, l’opinion de M. SARTRE va dans le même sens ; voir son article « Aspects économiques et aspects religieux de la frontière dans les cités grecques », Ktèma, 4 (1979), p. 213-224, en particulier p. 221 : « Je me garderai d’affirmer que seuls les éphèbes et les étrangers sont de garde de frontières mais je suis persuadé qu’ils y tiennent, les premiers du moins, une place prépondérante ».

27 Notre connaissance de ce problème a été récemment enrichie grâce à la publication d’une importante inscription de Téos par ÞAHIN (S.), « Piratenüberfall auf Teos. Volksbeschluß über die Finanzierung der Erpressungsgelder », EA, 23 (1994), p. 1-36.

28 Cf. ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, De Boccard, 1937, p. 103 : « Le plus grand nombre des mentions d’irénarques et de paraphylaques sont très sèches et peu intéressantes, un titre parmi d’autres dans une inscription honorifique ». Ibidem, p. 99 : « chaque cité a eu sa police et, là où des documents ne la font pas encore connaître, il faut la postuler ».

29 Constitution des Athéniens, XLII, 4 : περιπολοῦσι τὴν χώραν καὶ διατρίβουσι ἐν τοῖς [ϕ]υλακτηρίοις.

30 ARISTOTE, Politique, VI, 1322 a 19-29 διὸ δεῖ μὴ μίαν ἀποτεταγμένην ἀρχὴν εἶναι πρὸς αὐτοῖς, μηδὲ συνεχῶς τὴν αὐτὴν, ἀλλὰ τῶν τε νέων, ὅπου τις ἐϕήβων ἢ ϕρουρῶν ἔστι τάξις, καὶ τῶν ἀρχῶν δεῖ κατὰ μέρη ποιεῖσθαι τὴν ἐπιμέλειαν ἑτέρους, « qu’il ne faut pas qu’il y ait une magistrature unique assignée à ce service, non plus que ce soit continuellement une même magistrature, mais il faut que ce service soit assuré à tour de rôle à la fois par des jeunes (là où il existe un groupe d’éphèbes ou de gardiens) et par des magistrats ». Trad. AUBONNET (J.), CUF 1986, légèrement modifiée.

31 Voir en particulier VIDAL-NAQUET (P.), « Le chasseur noir et l’origine de l’éphébie athénienne » dans idem, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La Découverte, 19913. Cf., sur l’histoire de cet article, VIDAL-NAQUET (P.), « Retour au chasseur noir », dans VERNANT (J.-P.) et VIDAL-NAQUET (P.), La Grèce ancienne III. Rites de passage et transgressions, Paris, Du Seuil, 1992, p. 215-251.

32 CABANES (P.), « Recherches épigraphiques en Albanie : péripolarques et peripoloi en Grèce du Nord-Ouest et en Illyrie à la période hellénistique », Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1991, p. 197-221.

33 L’inscription no 7, dans l’article de P. Cabanes, p. 220-221, rend compte des honneurs accordés par le koinon tôn Balaieitân au péripolarque Aristèn qui reçoit, entre autres, le droit de « participer aux affaires communes » (μετέχειν τν κοινν). Il en résulte qu’il ne pouvait pas le faire auparavant et, par conséquent, qu’il était un étranger ne faisant pas partie de cette communauté. La situation de ses peripoloi devait être identique. À propos de l’expression μετέχειν τν κοινν, voir GAUTHIER (PH.), « Trois décrets honorant des citoyens bienfaiteurs III. Ménas, l’euandria et les xénoi, O. G. I. 339 », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 56 (1982), p. 226-231, et mon article « Date et circonstances de l’institution de l’éphébie à Érétrie », Dialogues d’histoire ancienne, 19. 2 (1993), p. 17-44, en particulier p. 23-25, où toutefois à la p. 23 (l. 8 en haut de la page) l’interprétation est obscurcie par une coquille : il faut introduire les mots « furent conviés », entre les mots « s’y exerçaient » et « le »).

34 GRENFELL (B.P.) et HUNT (A.S.), P. Ox. XI (1915), 1365 ( = JACOBY (F.), FGrHist. 105 F 2).

35 Ci-dessus, note 30.

36 Cf. SCHULER (Ch.), Ländliche Siedlungen und Gemeinden im hellenistischen und römischen Kleinasien, München (Vestigia L), 1998, p. 45.

37 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 101-109, où l’on trouvera les renvois aux travaux précédents.

38 Je renvoie, pour une démonstration détaillée, à mon étude, annoncée dans la note introductive. Cf. déjà ROUSSET (D.), « Les frontières des cités grecques : premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 5 (1994), p. 97-126.

39 ROBERT (J. et L.), Amyzon, p. 101-109 ; Robert (L.), OMS, II, p. 820-821.

40 Outre l’article de D. Rousset, cité ci-dessus, note 38, voir GIANGIULIO (M.), « L’eschatia : prospettive critiche su rappresentazioni antiche e modelli moderni », dans Problemi della « Chora » coloniale dell’Occidente al Mar Nero. Atti del quarantesimo convegno di studi sulla Magna Gracia. Taranto, 29 septembre – 3 ottobre 2000, Taranto, 2001, p. 333-361.

41 ROBERT (L.), Études anatoliennes, p. 106-107 ; ROBERT (J. et L.), La Carie. Histoire et géographie historique avec le recueil des inscriptions antiques. II. Le plateau de Tabai et ses environs, Paris, 1954, p. 281-283, no 162.

42 Voir les exemples réunis par ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1962, 218, auxquels il faut ajouter une inscription milésienne d’époque impériale, éditée par HERRMANN (P.), Milet, VI 2, Inschriften von Milet, Berlin – New York, 1998, no 647.

43 Publiée par BEAN (G.E.) et MITFORD (T.B.), Journeys in Rough Cilicia in 1962-63, Denkschriften der Österreichischen Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 85 (1964), p. 14, no 14. Cf. HOPWOOD (K.), « Policing the hinterland : Rough Cilicia and Isauria », dans MITCHELL (S.), éd. Armies and frontiers in Roman and Byzantin Anatolia : Proceedings of the Colloquium Held at University College, Swansea, in April 1981, BAR International Series 156, 1983, p. 173-187, en particulier, p. 178. et MITCHELL (S.), « Bandits, elites and rural order », dans WALLACE-HARILL (A.), éd., Patronage in Ancient Society, London – New York, 1990, p. 171-187

44 Syll. 3, 633 avec le commentaire détaillé de cette clause par WÖRRLE (M.), « Epigraphische Forschungen zur Geschichte Lykiens III : ein hellenistischer Königsbrief aus Telmessos », Chiron, 9 (1979), p. 83-111, en particulier p. 98-102.

45 Rappelons que pour P. Vidal-Naquet le service de patrouilleur s’oppose au devoir de l’hoplite en ce qu’il constitue une inversion par rapport aux tâches hoplitiques.

46 Thasos : Nouveau choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres, 1971, no 19. Rhodes : DIODORE, XX, 84, 2-3, qui mentionne les mesures prises par Rhodiens en 305, à la veille du siège de Démétrios Poliorcète.

47 Cf. ci-dessus, note 8.

48 Milet I. 7, 203, A, l. 1-5 τιθεὶς καὶ εἰς ἀνάθεσιν ἆθλα ὅπλα πολεμιστήρια μὴ
έλάσ<σ>ω τριῶν, ἔχοντα καὶ τὴν ἐπιγραϕὴν τοῦ ἀθλήματος.

49 OGIS, 339, l. 79-82 τιθεὶς ἆθλα πάντων τῶν ἀθλημάτων τοῖς τε νέοις καὶ τοῖς έϕήβοις ὅπλα ἐπίσημα ἐνδεδημένα ἐν ὁπλοθήκαις, ἐϕ’ ἅ ἐπιγράψας τοὺς νικήσαντας τὴν ἀνάθεσιν αὐτῶν παραχρῆμα ἐν τῶι γυμνασίωι ἐποιήσατο. Sur le mot ὁπλοθήκη, voir les remarques de GAUTHIER (PH.) et HATZOPOULOS (M.B.), La loi gymnasiarchique de Beroia, Athènes, 1993, p. 114-115, auxquels j’emprunte cette traduction.

50 JACOBSTAHL (P.), Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Athenische Abteilung, 33 (1908), p. 375-379, no1, l. 12-15 ἐπεμηλήθη τῆς τῶν ἐϕήβίον καὶ νέω[ν ἀγωῆγς καὶ] κοσμιότητος ἔπα[θλα θεὶς παι]δείας καὶ τῆς περὶ πάντα, τὰ μαθήματα ἀσκήσεως π[λείστην] πρόνοιαν ἐποήσατο ὅπλων τε παντοδαπῶν χορηγίαν ἐ[πειση]νέγκατο.

51 DEROW (P.S.) et FORREST (W.G.), Annual of the Britisch School at Athens, 77 (1982), p. 79-92 (SEG, 30, 1073), l. 29-31 ἐπεμελήθη δὲ καὶ τῆς τῶν ὅπλωγ [κατασκευῆς τῶν τεθέντων ὑπὸ τοῦ] δήμου τοῖς νικήσασι τοὺς γυμνικοὺς ἀγ[ῶνας καὶ ἐϕρόντισεν ὅπως ἐγχαρα]χθῶσιν εἰς αὐτὰ μῦθοι πρὸς δόξαν Ῥωμαί[ων]).

52 B 67-71.

Notes de fin

1 Cette communication reprend les conclusions de l’un des chapitres de mon travail, L’éphébie hellénistique : étude d’une institution civique dans les cités grecques des îles de la Mer Égée et de l’Asie Mineure (IVe–Ier siècles avant J.-C.), qui paraîtra dans la série Culture et cité, dirigée par VIVIERS (D.), chez De Boccard (Paris) en 2004. Les textes allégués ici sont commentés plus amplement dans cet ouvrage qui traite également d’autres problèmes relatifs à la vie du gymnase, laissés délibérément de côté dans la présente communication.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search