Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Le cas de la Bretagne

L'anthroponymie bretonne1

André Chedeville

Texte intégral

  • 1 Cette étude doit beaucoup à Anne-Françoise David qui y a consacré son mémoire de maîtrise et à Mon (...)

1Lorsque les Bretons arrivent en Armorique - qui devient alors la Bretagne - entre le IVe et le VIe siècle, ils portent, à de rares exceptions près, un nom unique comme l'avaient fait les Gaulois qui étaient leurs cousins sinon leurs frères. A la manière aussi des Germains dont l'anthroponymie allait conquérir le reste de la Gaule, mais avec bien sûr des radicaux différents encore que de sens analogue et construits de la même manière. Au Xe siècle, leur système anthroponymique n'a pas changé ; tout au plus peut-on noter une désaffection pour les formes les plus longues : ainsi Conomaglus est-il remplacé par Conmael.

2Il ne faudrait cependant pas confondre l'anthroponymie bretonne et celle de la Bretagne. En effet, la langue bretonne n'a jamais été parlée dans l'ensemble du duché tel que ses limites furent déterminées par le traité d'Angers de 851. La "ligne Loth" qui, en gros, de Savenay au Mont-Saint-Michel, relie les toponymes bretons les plus orientaux, n'a jamais constitué une limite linguistique. En outre, très tôt, le breton recula et fut supplanté par les parlers romans dans les zones où il était le moins bien implanté. Vers 1200, la frontière linguistique se stabilise sur une ligne Saint-Nazaire-Saint-Brieuc qui ne varia plus guère jusqu'à l'époque moderne. Cette notion de frontière doit d'ailleurs être relativisée. D'une part, il subsista encore un moment des îlots de parler breton à l'est de cette ligne. De l'autre, il ne faudrait pas croire que le breton régnait seul à l'ouest. Il subit bien évidemment des influences françaises à partir du XIIe siècle mais il est également possible que des enclaves romanes aient subsisté plus ou moins durablement en milieu breton, particulièrement dans les agglomérations.

3Il ne faut pas non plus confondre la langue et l'anthroponymie. Tous ceux qui portaient des noms bretons ne parlaient pas forcément cette langue et inversement : cela dépend de modes issues de rapports de forces complexes. Dans ce domaine, l'histoire politique n'est pas sans influence. En 1066, la maison de Cornouaille succéda à celle de Rennes à la tête du duché : cela ne dut pas avoir de grosses conséquences puisque Alain Fergent (1084-1112) passe pour être le dernier duc à avoir parlé breton. Plus significative fut dans la seconde moitié du XIIe siècle la mainmise des Plantagenêts qui étaient originaires de l'Anjou et plus encore après 1213, celle des Capétiens qui, par Pierre Mauclerc interposé, exercèrent une prééminence particulièrement marquée. L'Eglise fut aussi un puissant facteur de francisation ; d'abord par l'implantation de prieurés par les monastères des pays de la Loire, à vrai dire surtout localisés en Haute-Bretagne puis et surtout après 1199 quand, l'archevêché de Dol ayant été définitivement supprimé, la Bretagne toute entière releva de la province ecclésiastique de Tours.

4La zone de langue bretonne que l'on peut identifier avec la Basse-Bretagne, possède peu de documents d'archives et encore moins de séries cohérentes et abondantes nécessaires pour une bonne étude quantitative. Ces documents proviennent pour l'essentiel des abbayes de Redon, de Quimperlé et de Beauport ainsi que de l'église cathédrale de Quimper. S'y ajoutent quelques dizaines de pièces provenant d'une vingtaine d'autres abbayes ou prieurés reproduites souvent dans le recueil de dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l'histoire de Bretagne, t. I, Paris, 1742. L'ensemble de la documentation est donc publié, pas toujours de manière satisfaisante, qu'il s'agisse de la transcription ou de la datation.

5De cette documentation émergent trois zones géographiques moins défavorisées que les autres :

  • Le Vannetais couvert par L. Rosenzweig, Cartulaire général du Morbihan, Vannes 1895, qui reprend notamment les actes de Redon.
  • La Cornouaille méridionale avec L. Maître et P. de Berthou, Cartulaire de l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, Paris, 1903 et l'abbé Peyron, Cartulaire de l'Eglise de Quimper, Quimper, 1909.
  • Le Trégor oriental et le Goëllo avec les actes de l'abbaye de Beauport publiés par J. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélemy, Anciens évêchés de Bretagne, t. IV, Saint-Brieuc, 1855.

6On a là trois zones qui présentent chacune une originalité précieuse pour notre enquête. Alors que la Cornouaille peut être considérée comme la zone la plus authentiquement bretonne, le Vannetais, outre l'importance d'un substrat roman qui a été souvent relevée, est déjà plus sensible aux influences françaises alors que le Trégor-Goëllo, sur la frontière linguistique, est en contact direct avec ces influences. Malheureusement, la répartition chronologique des sources est elle aussi inégale, surtout pour le Trégor-Goëllo où il n'y a guère de documents avant la seconde moitié du XIIe siècle. Partout, elle est inexistante pour le Xe siècle, ce qui oblige à commencer l'étude seulement avec le XIe. Bien que, comme nous le verrons, l'évolution soit plus lente que dans les autres régions du royaume, il a fallu aussi interrompre l'enquête systématique en 1280. Au delà, il n'existe pas de séries mais seulement des listes qui ont chacune leur originalité et qui ont été utilisées de manière ponctuelle : liste des tenanciers de Trégunc et de Névez en Cornouaille, mal datée, sans doute du début du XIVe siècle, qui forme les no 7 et 8 du Cartulaire de l'Eglise de Quimper, liste des témoins du procès de canonisation de saint Yves en 1330 (A. de La Borderie et alii, Monuments originaux de l'histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887) qui concernent surtout le Trégor, enfin liste des hommages prêtés en 1392 pour Châteaulin, Rosporden et Fouesnant et en 1396 pour Hennebont, publiés par dom Morice, Preuves, t. II, col. 433-434 et 673-674.

7Cette documentation est entièrement en latin jusqu'au XIIIe siècle où commencent à apparaître quelques actes en français. Aucun acte n'est rédigé en breton ; seul le cartulaire de Quimperlé utilise quelques expressions empruntées à cette langue, dont parfois le mot mab, "fils de", qui nous intéresse directement. Le problème de la traduction n'est pas non plus sans conséquences. Non seulement les noms peuvent être latinisés mais les surnoms peuvent être traduits : An Goff devient Faber. Il peut aussi devenir Le Goff quand le scribe qui écrivait en latin pensait en français. Certains rédacteurs d'actes paraissent même ignorer le breton ou affectent de le mépriser comme une langue barbare : dès la fin du XIe siècle à Quimperlé un scribe renonce à inscrire le nom de nombreux témoins à cause de l'excessive rusticité (rustica imbecillitas, Cartulaire, no 41) de ces noms...

A - Les noms individuels

8L'étude des noms individuels répond à une double préoccupation. Elle peut d'abord être utile à la compréhension de la genèse du système anthroponymique moderne dans la mesure où il existe un rapport entre l'évolution des noms et l'apparition des surnoms. D'autre part, elle permet de rendre compte, au-delà des habitudes familiales et sociales, des influences qui pénétraient alors la Bretagne.

9Les femmes étant peu représentées dans les sources, les tableaux qui suivent concernent seulement les noms masculins. Les noms féminins sont traités globalement à la fin de l’étude.

1 - L'évolution du stock de noms

a) La répartition des noms

Tableau 1. La répartition chronologique des noms en Bretagne

Tableau 1. La répartition chronologique des noms en Bretagne

10Ce tableau montre le volume relativement peu important de la documentation disponible avec un fléchissement marqué pour la période 1130-1190. Il indique aussi un phénomène très net de condensation qui ressort mieux de l’histogramme ci-dessous :

Graphique No 1. La condensation des noms en Bretagne

Graphique No 1. La condensation des noms en Bretagne

11La condensation est très nette puisque le nombre de noms pour 100 personnes passe, au cours de la période considérée de 71 à 21. Elle est particulièrement marquée au cours du XIe siècle. Toutefois, les tests de comparaison des proportions mettent en évidence un recul temporaire de la condensation entre 1130 et 1190 qui ne peut être imputé aux effectifs plus faibles de la période.

12Cette concentration ne concerne pas également chacun des noms disponibles. Certains deviennent en effet dominants : on les considère comme tels lorsqu'ils représentent au moins 2 % des individus d'une période donnée ; pour mieux faire ressortir les plus dominants, il a paru utile de marquer également les pourcentages de 3 et de 6 %.

Graphique No 2. La concentration des noms en Bretagne

Graphique No 2. La concentration des noms en Bretagne

13La concentration sur quelques noms dominants s'effectue de manière rapide et constante puisque les noms dominants passent de 2 à 3 et enfin à plus de 6 % des individus. Au XIIIe siècle, la concentration est telle que les noms portés par plus de 6 % des individus rassemblent la majorité des porteurs de noms dominants et quatre noms représentent à eux seuls 42,6 % des individus de la période 1250-1280.

14L'évolution des noms rares est également digne d'intérêt.

b) Noms anciens et noms nouveaux

15Les Bretons ont introduit en Bretagne des noms d'origine celtique mais ils ont utilisé aussi volontiers des noms d’origine biblique qui furent toujours employés, de saint Samson au roi Salomon en passant par l'ermite Aaron que rencontra saint Malo. Ils le sont encore pendant la période qui nous occupe mais le nombre de ceux qui les portent diminue à partir de la fin du XIIe siècle, suivant en cela l'évolution des noms bretons comme on le verra plus loin. Le plus utilisé est Daniel qui figure pendant plusieurs périodes parmi les noms dominants. Abraham, Jacob et Salomon sont aussi régulièrement mentionnés.

Graphique No 3. Les noms bibliques en Bretagne

Graphique No 3. Les noms bibliques en Bretagne

16A côté de ces noms celtiques et bibliques que l'on peut considérer comme propres aux Bretons, il y a des noms chrétiens qui furent introduits par la liturgie assez tardivement et des noms germaniques qui peuvent avoir été précoces puisque l'un des premiers princes de Cornouaille s'appelait Thierry au témoignage de Grégoire de Tours. Nous considérerons toutefois que ces noms sont, en Basse-Bretagne, un indice certain du poids des influences françaises et nous les regroupons sous la dénomination de "noms romans". Cependant, Eudo qui correspond à une forme celtique, Alanus et Yvo, qui ont connu un essor autochtone, sont comptabilisés parmi les noms bretons.

Graphique No 4. Proportion de noms bretons et de noms romans en Bretagne

Graphique No 4. Proportion de noms bretons et de noms romans en Bretagne

N.B. : Les noms bibliques ne sont pas pris en considération.

17Nous assistons ici à un recul des noms bretons devant les noms d'origine romane jusqu'à la fin du XIIe siècle. A partir de cette date, les noms bretons résistent beaucoup mieux et l'avantage des noms romans est moins sensible. Cette situation perdure ensuite puisque le procès de canonisation de saint Yves fournit 27 noms romans pour 28 bretons. A la fin du XIVe siècle en revanche, dans le milieu aristocratique des listes d'hommages, il y a moitié moins de noms bretons que de noms romans.

18Toutefois, le succès des noms romans apparaît mieux si l'on considère le nombre d'individus qui les portent.

Graphique No 5. Proportion d’individus porteurs de noms bretons et de noms romans en Bretagne

Graphique No 5. Proportion d’individus porteurs de noms bretons et de noms romans en Bretagne

19Ceci ressort aussi des listes de Trégunc et de Névez au début du XIVe siècle : s'il y a alors 12 noms d’origine bretonne pour 18 d'origine romane, ces derniers réunissent 108 individus alors que les noms bretons n'en concernent que 39. Mais là encore, le XIVe siècle amène un nivellement puisque, dans le procès de saint Yves comme dans les listes d'hommages, noms bretons et noms romans sont portés par un nombre égal d'individus comme si la différence entre les uns et les autres n'était plus aussi sensible. Encore que figurent nettement en tête des premiers, Alanus et Yvo qui sont davantage des noms propres à la Bretagne que des noms véritablement bretons.

Graphique No 6. Evolution de la fréquence des noms rares bretons ou romans en Bretagne

Graphique No 6. Evolution de la fréquence des noms rares bretons ou romans en Bretagne

20Alors que le nombre des noms bretons rares décroît régulièrement à partir d'un stock initial qui n'est plus alimenté, celui des noms romans rares commence par s'accroître nettement puis n'augmente ensuite que légèrement. L'accroissement sensible entre 1050 et 1150 s'explique par l'arrivée en Bretagne de noms romans nouveaux, encore peu diffusés, donc rares. L'apparition d'un nom rare roman signifie son entrée dans le stock en attendant un éventuel succès futur. Ce sont ces succès futurs qui expliquent le faible accroissement ultérieur des noms romans rares. En effet, les noms romans, à partir du milieu du XIIe siècle, ont tendance à devenir dominants car ils sont de plus en plus choisis pour répondre à l'attrait de la mode alors que les noms bretons deviennent plutôt rares car ils sont choisis par attachement à la tradition bretonne, locale ou familiale. Cette situation n'est plus sensible au XIVe siècle car elle est occultée par l'essor de plus en plus marqué des noms dominants.

2 - Le choix des noms

a) Les noms dominants

Tableau 2. Les noms dominants en Bretagne

Tableau 2. Les noms dominants en Bretagne

21Ces listes traduisent les deux mouvements qui affectent l'anthroponymie bretonne : la concentration du stock des noms et l'arrivée des noms romans. En effet, les noms dominants (portés par plus de 2 % des individus) n'apparaissent vraiment qu'à partir de 1100 où ils sont au nombre de 8 alors que les deux périodes précédentes n'en connaissaient que 3 et 4, tous bretons. C'est entre 1100 et 1130 qu’apparaît le premier nom roman dominant : Robertus. Guillelmus passe en tête en 1160-1190. Noms romans et noms bretons sont à égalité en 1220-1250 et les premiers ont un léger avantage lors de la dernière période considérée. La situation n'évolue ensuite pratiquement plus au cours du XIVe siècle puisque le procès de 1330 sur un échantillon représentatif donne la liste suivante : Yvo, Guillelmus, Johannes, Alanus, Gaufridus, Hamo, Herveus, Oliverius.

22Parmi ces noms, un seul nom biblique est durablement dominant : Daniel. Certains noms dominants ne font que passer, tels Robertus, Guihomar, Gradlon ou même Ivo ; d'autres sont l'objet d'une popularité constante : Herveus ou Rivallon pendant que d'autres encore s'installent pour durer : Guillaume, puis Geoffroy, puis Jean.

23Toutefois, au XIIIe siècle, l'anthroponymie est dominée par quatre noms. Deux font partie du stock originel breton sans être des noms bretons stricto sensu : Eudo et Alanus ; deux sont d'origine romane : Gaufridus et Guillelmus qui sont nettement dominants aussi ailleurs dans l'ouest de la France. Ils connaissent un succès tel qu'à la fin du XIIIe siècle, ils regroupent près de 45 % de l'ensemble des individus et 70 % de ceux qui portent un nom dominant. Au XIVe siècle, Jean et Guillaume confortent leur position dans toute la Bretagne pendant qu'Alain est suivi tantôt par Yves ou Yvon, tantôt par Eon.

24On peut étudier l'émergence des noms dominants à partir des noms romans puisque ceux-ci étaient quasi-inexistants dans le stock initial. Le tableau suivant permet de chiffrer leur apparition progressive, d'apprécier leur maintien, ainsi que le temps nécessaire pour qu'il deviennent dominants.

Tableau 3. Rythme d'apparition des noms romans en Bretagne

Tableau 3. Rythme d'apparition des noms romans en Bretagne

N.B : Ce tableau représente le nombre de noms romans apparaissant pour la première fois par période et le nombre de ces noms encore présents aux périodes suivantes.

25Il en ressort que la période essentielle se situe entre 1050 et 1130 : c'est alors que les Bretons ont adopté les noms qui ont été ensuite utilisés le plus durablement et le plus massivement. Certains sont devenus vite dominants mais ont été délaissés aussi rapidement, tels Radulfus et Robertus. Les autres ont attendu deux ou trois générations pour connaître alors un succès croissant : c'est le cas de Guillelmus, Johannes et surtout Gaufridus.

26L'examen de ces noms dominants permet un certain nombre de remarques d'ordre plus général. Gaufridus, Guillelmus et Johannes sont toujours en tête, dans cet ordre ou dans un ordre différent, dans tous les autres pays de l'Ouest. Toutefois, une certaine originalité - nom bretons mis à part - n'est pas absente. D'abord, pendant tout le XIIIe siècle et au-delà, Oliverius figure parmi les noms dominants. Renommée de la chanson de geste ? On ne voit pas alors pourquoi Rolandus n'aurait pas connu une faveur au moins analogue. Seule parmi les grandes familles, la maison de Dinan, en Haute-Bretagne, compta dans ses rangs dès la fin du XIème siècle à la fois des Roland et des Olivier. Signalons aussi la rareté croissante des Robert et l'absence des Hugues qui se maintiennent ailleurs. L’essor des Petrus à partir de 1250, n'est pas à mettre au compte de la renommée de Pierre Mauclerc : c'est aussi un phénomène commun à tout l'Ouest, avec ici un certain retard. Notons enfin, à la fin du XIIIe siècle, le succès - modeste - de Henricus qu'on ne saurait attribuer au souvenir du grand Plantagenêt. On peut donc dire que dans le domaine anthroponymique, la Bretagne se met progressivement au diapason des autres régions de l'Ouest puisqu'elle adopte les mêmes noms dominants favoris ; en revanche, elle dédaigne ceux qui pourraient avoir une connotation politique.

b) La diffusion des noms

27La dernière remarque ci-dessus pose le problème de la diffusion des noms, en particulier des noms romans dont on peut estimer avec quelque logique qu'ils ont été introduits par l'aristocratie plus sensible aux influences françaises. On peut donc tenter de comparer l'évolution du choix des noms au sein de l'aristocratie et dans les classes populaires. L'enquête est difficile car la documentation privilégie par nature la catégorie aristocratique et en Bretagne, il est plus difficile qu'ailleurs de distinguer les roturiers, d'où une forte proportion d'indéterminés. Si l'on prend les éléments fournis par le cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé qui sont les plus abondants et les plus explicites, on remarque que, pour la période 1000-1050, les aristocrates sont au nombre de 24 et portent 19 noms alors que les roturiers sont 28 qui portent tous des noms différents. A cette époque, tous les noms sont bretons ; tout au plus peut-on noter le début d'un phénomène de concentration des noms au sein de l'aristocratie. Si maintenant nous considérons la période 1130-1160, 37 nobles portent 29 noms, 32 roturiers portent 30 noms. La concentration atteint donc les roturiers mais à un niveau moindre que les aristocrates. Surtout, alors que les premiers portent encore exclusivement des noms bretons souvent d'allure archaïque tels Guielderc ou Haelgorett, quatre noms romans apparaissent chez les nobles : Robertus, Guillelmus, Matheus et Radulfus : l'aristocratie est donc bien la première à adopter les noms nouveaux.

28On peut aussi prendre le cas d'Alanus, nom ethnique, celui du peuple d'origine iranienne, les Alains. Il est connu en Bretagne au moins depuis le Xe siècle puisqu'il est porté par Alain le Grand puis par son petit-fils Alain Barbetorte. Sans doute est-il spécifique à ce lignage car on le retrouve chez Alain Canhiart, comte de Cornouaille, ou dans toute famille aspirant à la primauté, ainsi le duc Alain III (1008-1040), issu de la maison de Rennes. Le premier personnage d'un rang inférieur à oser porter ce nom est Alain, l’ancêtre des Rohan, dans la seconde moitié du XIe siècle puisqu'il meurt en 1120. A cette date, on en connaît deux autres : un chapelain de Saint-Martin de Josselin et un petit chevalier de Cornouaille. En 1130-1160 : ils sont quatre, sept en 1160-1190, 20 en 1199-1220 et 59 en 1250-1280 : le nom est alors répandu dans toute la société et figure au premier rang des noms dominants.

29La diffusion des noms est aussi commandée par les traditions familiales. Certains sont adoptés et conservés par certains lignages, soit de père en fils comme chez les vicomtes de Rohan, soit - cas mainte fois relevé ailleurs - avec alternance de deux noms, de génération en génération comme Tanguy et Bernard chez les vicomtes de Poher. Il peut alors y avoir "immobilisation", comme disent les numismates, de ces noms par ailleurs passés de mode : ainsi, les seigneurs de Malestroit apparaissent en 1126 avec le nom de Payen alors fréquent dans les autres régions romanes ; ils le gardent ensuite alors qu'ils sont les seuls à l'utiliser.

30Les noms de saints communs à toute l'Eglise ne se répandent que lentement. Jean est le premier au milieu du XIIe siècle avec d’ailleurs une éclipse à la période suivante : il faut attendre 1250-1280 pour qu’il soit rejoint par Pierre : ils sont alors les seuls de ce type parmi les dix noms dominants. En 1330, dans le procès de canonisation de saint Yves, il y a 10 noms chrétiens sur 55 noms romans ou bretons qui concernent 72 individus (dont 36 Johannes) sur 385 personnes citées : la christianisation de l'anthroponymie ne faisait donc que commencer.

3 - Les diversités régionales

31En dépit de la disproportion des chiffres disponibles pour les trois régions étudiées : Vannetais, Cornouaille et Trégor-Goëllo, on peut essayer de voir comment l'anthroponymie y a évolué.

32La concentration se fait partout de manière identique. Il n’en va pas de même en ce qui concerne la pénétration des noms romans.

33Alors qu'au départ, le Vannetais dispose déjà d'un stock appréciable de noms romans qui s'accroît précocement pour atteindre 50 % à la fin du XIIe siècle (chiffre identique pour le Trégor-Goëllo pour lequel on n'a pas de chiffres avant 1160), la Cornouaille n'adopte ces noms que lentement pour dépasser la barre des 50 % seulement en 1250-1280 et rattraper alors les deux régions précédentes.

Tableau 4. Pénétration régionale des noms romans en Bretagne (en pourcentage)

Tableau 4. Pénétration régionale des noms romans en Bretagne (en pourcentage)

34Quant au choix des noms, la disproportion entre les chiffres fournis par la documentation ne permet une comparaison légitime que pour 1190-1220 où ils sont équilibrés entre les trois régions : on a alors 48 noms bretons et 39 noms romans.

35Parmi les noms romans, certains ne sont attestés que dans une seule région. Trois sont représentés partout : ce sont les noms dominants Guillelmus et Gaufridus ainsi que, sans doute par hasard, Silvester. Sept noms sont communs au Vannetais et au Trégor-Goëllo alors que la Cornouaille partage seulement Petrus avec le Vannetais.

36Des noms bretons ne sont attestés que dans une seule zone, le plus en Cornouaille (13), le moins dans le Vannetais (9), 11 dans le Trégor. Sept noms se retrouvent partout avec, en tête, Alanus, Eudo, Morvan et Rivallon. Trois sont communs à la Cornouaille et au Trégor : Ivo, Judicael et Herveus, ce dernier étant absent du Vannetais de 1160 à 1250. On retrouve dans le Vannetais et en Cornouaille quatre noms : Aufredus, Guidomar, Jestin et Tengui. Un seul, Inisan, est commun au Trégor et au Vannetais.

37Le Vannetais se rapproche ainsi de la Cornouaille en ce qui concerne les noms bretons et du Trégor-Goëllo pour les noms romans. Cela s'explique par la structure de cette région, la plus vaste des trois, qui juxtapose des zones intérieures peu accessibles aux influences extérieures et des zones côtières ou frontalières beaucoup plus ouvertes à ces influences, surtout les influences romanes favorisées par l'importance du substrat roman qui influença, par exemple, la prononciation du breton vannetais. Ces différences ne remettent cependant pas en cause la communauté de culture attestée par les mêmes noms dominants.

38La spécificité du Vannetais (région d'Hennebont) et de la Cornouaille (région de Châteaulin) ressort encore un siècle plus tard de l'examen des listes d’hommages de 1393 et de 1396 publiées par dom Morice, qui contiennent il est vrai un certain nombre d'allogènes. Le pourcentage de noms bretons est identique dans les deux régions où il se maintient encore autour de 30 %. Mais dans le Vannetais, la concentration s'est poursuivie pour les noms romans (6,35 individus/nom) comme pour les noms bretons (6,21) : les Jean et les Guillaume regroupent plus de la moitié des porteurs de noms romans pendant qu'Alain et Eon en font autant pour les noms bretons. Par contre, en Cornouaille, si l'on retrouve en tête Jean et Guillaume d'un côté et de l'autre Alain et Yvon bien avant Eon, leur domination est moins nettement affirmée : chaque nom roman ne regroupe que 3,9 individus et chaque nom breton seulement 3,25. Il est donc évident qu'en Cornouaille à la fin du XIVe siècle, on n’est pas ignorant des modes mais que l'on tient encore beaucoup à la tradition.

39Dans le Trégor, près de la frontière linguistique, dès 1330, la concentration est identique pour les noms romans et les noms bretons et tout aussi poussée (7 individus/nom). Guillaume et Jean dominent devant Geoffroy puis Olivier mais il y a là des Raymond et des Thibaud inconnus ailleurs ; parmi les noms bretons, Yves est très en tête devant Alain puis Hamon et Hervé.

B - Le système anthroponymique et son évolution

40Afin d'éviter toute confusion, rappelons tout de suite que l'on appelle nom le nom de baptème (l'actuel prénom) et que l'on appelle surnom ce qui est devenu notre nom de famille. De même, nous avons utilisé la typologie employée d'ordinaire dans ce genre d'étude, à savoir :

41I- NOM SEUL

42II - NOM + DESIGNATION COMPLEMENTAIRE

43IIa - Indication d'une relation familiale

44IIa1 - "Fils de"

45IIa2 - Autre relation

46IIb - Indication de fonction

47III - FORMES A DEUX ELEMENTS

48IIIa - Le surnom est un nom (nomen paternum)

49IIIb - Surnoms "professionnels"

50IIIc - Sobriquets IIId - Divers

51IV - FORMES COMPLEXES

52IV - (Nomina paterna) + lieu

53IVb - Surnoms professionnels" + lieu

54IVc - Sobriquets + lieu

55IVd - Autres possibilités

56La répartition des effectifs est la suivante :

Tableau 5 Répartition chronologique des formes anthroponymiques dans le corpus breton

Tableau 5 Répartition chronologique des formes anthroponymiques dans le corpus breton

57Précisons que les individus désignés par référence à d'autres qui possèdent une dénomination complète n'ont pas été pris en compte. Remarquons aussi que ces chiffres sont peu élevés et peuvent ne fournir pour certaines périodes - notamment 1130-1190 - que des résultats peu significatifs.

1- Du nom au surnom

58Dans la plupart des régions, le moment où commence d'émerger le système anthroponymique moderne peut se situer quand la courbe descendante de la désignation unique (nom seul et nom plus désignation complémentaire) est coupée par la courbe ascendante des dénominations double et complexe. En Bretagne, ce moment se situe fort tard, pas avant 1260.

Graphique No 7. Evolution du système anthroponymique en Bretagne

Graphique No 7. Evolution du système anthroponymique en Bretagne

59On pourrait aussi considérer l'intersection de la courbe descendante des noms seuls avec celle qui regroupe toutes les autres formes (à l'exception de IIa2, très rare, et de IIb, peu significative). Dans ce cas, le nom seul, héritier de la tradition celtique, est victorieusement concurrencé dès 1040.

60On peut enfin faire abstraction de la forme II et ne comparer que le nom seul avec la dénomination double ou complexe : la forme nouvelle croise alors la forme primitive vers 1160.

61Le déroulement de toutes ces courbes présente une anomalie pour la période 1130-1160 : elle est due en partie à la faiblesse numérique du stock, donc peu fiable, mais aussi à la présence d'une proportion élevée de roturiers qui, comme nous le verrons, ont porté plus longtemps un nom seul.

a) - Nom seul et nom complété

62Le nom seul décline très vite puisqu'au XIe siècle il passe de 73 à 23 % ; après 1190, il n’y a plus que des exemples isolés : 6 cas en 1250-1280 pour 343 formes recensées. Un peu plus tard, les listes de Trégunc et de Névez, en milieu rural, donnent encore 15 exemples sur 235 individus ; en 1330, le procès de canonisation de saint Yves en fournit deux, l'un et l'autre paysans ; à la fin du XIVe siècle, les listes d’hommages de 1393 et de 1396 n'en contiennent pas un seul.

63En fait, très tôt, le nom a été précisé par une indication complémentaire. Comme dans les autres régions, ce peut être une indication de fonction qui, à la limite, peut dériver en surnom professionnel. Ce cas est relativement fréquent dans la première moitié du XIe siècle mais il est vite supplanté par la mention d'une relation familiale. A deux exceptions près sur toute la période, il s'agit toujours d'une relation de type X filius ϒ dans laquelle la référence de filiation se rapporte au père. La matrilinéarité n'est indiquée que pour 13 individus sur les 697 ainsi désignés.

64L'importance quantitative de ce type de dénomination est tout-à-fait frappante. Elle n'était pas d’usage courant aux siècles antérieurs à en juger par le cartulaire de Redon : elle paraît commencer à être utilisée dans la première moitié du XIe siècle où elle dépasse tout juste 10 % ; elle est alors largement distancée par le nom seul utilisé par 70 % des individus. Puis, dès 1050-1100, la forme filius de atteint 50 % de l'ensemble ; niveau auquel elle se maintient jusqu'en 1250 avec une baisse en 1130-1160 due à une remontée éphémère des noms seuls. Elle commence seulement à décliner lors de la dernière période : elle fournit cependant encore plus de 30 % des occurrences. Il est intéressant mais pas facile de suivre l'évolution au-delà de la fin du XIIIe siècle. Les listes de Trégunc et de Névez, un peu postérieures, ne fournissent sur 235 individus que quatre exemples explicites, plus 29 autres sous la forme filius ϒ non précédée d'un nom, forme qui s'explique par le rôle de censier de ces listes.

Graphique No 8. Pourcentage de “fils de” dans les formes anthroponymiques en Bretagne

Graphique No 8. Pourcentage de “fils de” dans les formes anthroponymiques en Bretagne

65Le procès de canonisation de saint Yves en 1330 donne une proportion analogue avec 14 cas sur 113 témoins recensés. A la fin du XIVe siècle, les listes d'hommages citées plus haut, sur environ 400 noms, donnent 4 exemples (3 pour la Cornouaille sur environ 150, 1 seul pour le Vannetais sur plus de 250).

66Ainsi, la fréquence de la forme "fils de" du XIe à la fin du XIIIe siècle peut être considérée comme l'originalité majeure du système anthroponymique breton médiéval. Elle en complique aussi l'étude dans la mesure où elle a également contribué à la genèse du système moderne.

b) Vers la forme double

67Peu à peu, les dénominations doubles qui ajoutent au nom (de baptême) un surnom deviennent plus nombreuses alors que les formes complexes ne s'accroissent guère :

Tableau 6. Evolution de la forme des surnoms en Bretagne

Tableau 6. Evolution de la forme des surnoms en Bretagne

68Il faut cependant attendre 1160-1190 pour que la dénomination double atteigne une proportion supérieure à 20 %. C'est seulement lors de la dernière période, 1250-1280, qu’elle dépasse la moitié du total des formes comptabilisées.

69Toutefois, cette impression de lenteur dans l'évolution doit être nuancée par le fait que la forme "fils de" a constitué aussi l'une des étapes vers la double dénomination.

70On remarque en effet que, progressivement, le nom du père n'apparaît pas seul mais qu'il est suivi à son tour d'un élément de différenciation. Plusieurs cas de figure sont possibles : le nom du père peut être suivi de son surnom, sous la forme, le plus souvent, d'un nomen paternum, ex. : Aufredus filius Conani Roberti ; mais ce surnom peut être noté seul, ex. : Guillermus filius An Goffet ou encore suivi d'un deuxième surnom. Dans certains cas, l'évolution n'est perceptible que lors du recours à la troisième génération, le nom du grand-père ou son surnom pouvant également être accompagné d'un autre surnom.

Tableau 7. La double dénomination dans les formes “fils de” (nombre de mentions)

Tableau 7. La double dénomination dans les formes “fils de” (nombre de mentions)

71Il est d’autre part significatif de considérer l'évolution des nomina paterna représentée sur le graphique 9. Ceux-ci parviennent tout juste à concerner 1 % de l'ensemble des individus jusqu’au milieu du XIIe siècle. Mais alors que dans les autres régions, cette catégorie stagne ou décroît, en Bretagne elle continue d'augmenter pour arriver à 12,5 % à la fin du XIIIe siècle : visiblement, elle prend en partie la place de la forme filius de qui décline alors. D'ailleurs, dans la liste de Trégunc, peu après, si les formes filius de sont, comme nous l'avons dit, peu nombreuses, il y a une majorité de nomina paterna au génitif ou dans une moindre mesure, au nominatif. L'évolution est encore plus nette en 1330 puisque parmi les 113 témoins du procès de canonisation de saint Yves il y a seulement 14 "fils de" pour 42 nomina paterna.

2 - Surnoms et sobriquets

72Le graphique suivant regroupe l'ensemble des formes doubles ou complexes ainsi que les cas où le surnom est noté seul, d'où des totaux par période parfois supérieurs à 100 %.

73On voit ainsi l'importance des sobriquets et, parmi les surnoms, le rôle croissant des surnoms de lieu. L'essor modéré des nomina paterna a été envisagé ci-dessus.

74La majorité des surnoms et des sobriquets apparaissent dans les documents sous leur forme bretonne. Les autres d'abord traduits en latin sont progressivement transcrits en français. Ce pourrait être là un indice de la progression du français dans la population bretonne si l'on pouvait être sûr que les scribes, certainement plus francisés que la population ambiante, voire francophones, ne traduisaient pas au XIIIe siècle les surnoms bretons en français comme ils le faisaient auparavant en latin.

75Les surnoms professionnels peu nombreux (23) croissent jusqu'en 1200 avant de diminuer. Rares sont ceux qui ont plusieurs représentants : Floch ("le page") en a 5, Le Goff ou Faber, An Querre ou Sutor, Le Saune ou Salnerius en ont 2. Le nombre des sobriquets aurait aussi tendance à décroître même si ceux-ci sont plus nombreux que les surnoms professionnels. Ils se rapportent à des caractéristiques physiques ou morales (51) ou à une ressemblance avec un animal (10). Seul, Le Ros ou Rufus compte 6 représentants, Cam ou Cham ("le boiteux"), An Guenn, Guennuc ou Albus en ont 3.

Graphique No 9. Typologie des surnoms en Bretagne

Graphique No 9. Typologie des surnoms en Bretagne

76Finalement, c'est l’indication de lieu qui est le plus souvent utilisée : au XIIIe siècle, elle représente plus de 50 % des formes complémentaires ; en 1250-1280, elle arrive même à concurrencer le forme filius de (83 et 106 occurrences).

77Sur 334 surnoms de lieu, 279 revêtent la forme X de Y. Il y a quelques indications de terrain ou de paysage et 21 qui font référence à une origine nationale ou régionale dont 13 An Gall, Gal ou Le Gall ("qui ne parle pas breton"). Dans 17 cas, le toponyme est directement accolé au nom : ainsi Lucas de Trévazec (1259) devient en 1267 Lucas Trevassec. Cette dernière forme se retrouve dans le procès de 1330 où les surnoms de lieu ne sont pas plus nombreux que l'ensemble des autres surnoms ou sobriquets portés par des témoins, il est vrai en grande majorité roturiers.

3 - Du surnom au nom de famille

78Il y a un rapport certain entre la concentration du stock des noms disponibles, qui aboutissait à multiplier les homonymies, et l'essor des différentes formes complémentaires. Ceci est particulièrement net au XIe siècle où la concentration s'accompagne du développement de la forme avec mention du père. Toutefois, cette formule devint insuffisante à mesure que la concentration s'accentuait, d'où la nécessité d'indiquer en plus le nom du grand-père, voire du bisaïeul. Ainsi, en 1270, est mentionné Alanus filius Eudonis, filii Johannis filii Oliverii, or à cette date, les quatre noms appartiennent au groupe des noms dominants... Le surnom dut alors apparaître comme un moyen d’accroître les éléments de différenciation.

  • 2 B. Le Brun et Gw. Le Menn, "La répartition géographique des noms de famille dans le Finistère en 1 (...)

79Il n’est pas facile de voir à partir de quand les diverses formes complémentaires sont devenues héréditaires, puis des noms de famille. Comme nous l'avons déjà indiqué, la forme filius de a donné des nomina paterna : ainsi, en 1268, Gaufridus filius Adgan a pour fils Guillelmus filius Gaufridi Adgan ; processus facilité ici par le fait qu'Adgan est un nom rare. Toutefois, dans une partie du diocèse de Léon, exactement dans l’archidiaconé de Kmenet-Iii, pour laquelle nous n'avons pas la moindre information, la forme bretonne mab (ici ab), "fils de", a été utilisée suffisamment longtemps pour être intégrée dans le surnom, devenu nom de famillle : lors du recensement de 1836, un nombre important de familles domiciliées uniquement dans cette zone portaient des noms tels qu’Abaléa, Abgrall ou Abiven2.

80A un second stade, le nom du père disparaît, seul est cité son surnom, preuve qu'il devient héréditaire : Alanus filius Gaufridi dicti Luziel en 1258 est appelé en 1268 simplement Alanus filius Luziet. Plus caractéristique est le cas de Rollandus filius Gaufridi Legal qui, la même année, en 1251, apparaît aussi sous la forme Rollandus Le Gal. On pourrait alors se demander si la forme X filius ϒ n'est pas devenue dans le cours du XIIIe siècle, une formule "administrative" sans véritable rapport avec un usage courant : le cas du Léon cité ci-dessus infirme cette hypothèse ainsi que la procédure de canonisation de 1330 qui n'utilise cette forme que pour 14 des 113 témoins laïques.

81En 1250-1280, l'évolution n'est pas achevée ; elle ne l'est pas non plus une génération plus tard à Trégunc et à Nevez. Elle se poursuit encore en 1330 au moment de l'enquête de canonisation de saint Yves. Elle est apparemment terminée dans les listes d'hommages de 1393 et 1396 dans un milieu, il est vrai, à forte connotation aristocratique. Le XIVe siècle a donc connu l’étape décisive, accélérée sans doute par la crise et les troubles que connaît le duché après 1341.

82Toutefois, cette évolution n'a pas affecté à un même rythme toutes les composantes de la société bretonne : à plusieurs reprises, nous avons tenu compte du milieu social d’où provenait la documentation. Après avoir vu l'évolution chronologique de l'anthroponymie, il est temps de l'envisager selon ses composantes sociales.

C - Anthroponymie et société

83Comme il est d'usage dans ce type d'enquête, on distinguera les nobles - qu'il vaudrait mieux appeler "aristocrates" jusqu'au XIIIe siècle - des roturiers puis l'on indiquera le peu que l'on sait des clercs et des femmes.

1 - Nobles et roturiers

84Redisons ici que la nature de la documentation rend souvent en Bretagne plus difficile qu'ailleurs la distinction entre nobles et roturiers, d'où le nombre des "indéterminés" indiqués ci-dessous ; elle privilégie aussi l'aristocratie, d'où parfois des effectifs roturiers trop peu nombreux et donc peu significatifs.

Tableau 8. Effectif des nobles et des roturiers dans le corpus breton

Tableau 8. Effectif des nobles et des roturiers dans le corpus breton

85En ce qui concerne l'évolution du nom seul, la diversité de l'évolution entre les deux catégories est flagrante :

Graphique No 10. Evolution du nom seul pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 10. Evolution du nom seul pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

86Alors que l’usage du nom seul devient rare chez les nobles dès 1100-1130, puis exceptionnel après 1160-1190, il ne décline chez les roturiers qu'après 1130-1160 pour devenir rare mais pas exceptionnel au XIIIe siècle. Les roturiers étaient-ils moins sensibles aux modes, ou bien, vivant dans un cadre étroit, avaient-ils moins besoin de se différencier, d'autant que chez eux la condensation du stock des noms fut plus tardive ?

87En ce qui concerne la forme Ha : X filius ϒ, les nobles l'adoptent très vite et la conservent durablement alors que les roturiers, fidèles au nom seul, longtemps réticents (aucun exemple sûr pour 1050-1100) ne l'utilisent qu’avec un siècle de retard mais au point de dépasser le pourcentage aristocratique, puis l'abandonnent presque aussi vite dès 1220-1250. La prédilection marquée de la noblesse pour ce système s'explique par le fait qu'il permettait de situer d'emblée un individu dans un lignage. Il y a eu ensuite imitation par les roturiers mais de façon peu durable en raison de l'essor de la forme double à la même époque.

Graphique No 11. Evolution des désignations complémentaires (type lia) pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 11. Evolution des désignations complémentaires (type lia) pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 12. Evolution des dénominations double et complexe pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 12. Evolution des dénominations double et complexe pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 13. Proportion des différents surnoms pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

Graphique No 13. Proportion des différents surnoms pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne

88Les différences d'évolution des formes double ou complexe sont moins nettement perceptibles car les deux catégories semblent les adopter au même rythme ; les distorsions proviennent surtout de la faiblesse des effectifs roturiers.

89En revanche, des différences notables apparaissent dans le choix des surnoms selon la catégorie à laquelle appartiennent les individus.

90Notons d'abord l'absence de surnoms professionnels chez les aristocrates, ce qui ne saurait surprendre. En revanche, après avoir hésité entre le sobriquet et le surnom de lieu, ils privilégient nettement ce dernier qui devient majoritaire à partir de la fin du XIIe siècle mais sans dépasser de beaucoup les 60 %. Chez les roturiers on recense d'abord surtout des sobriquets plus spontanés mais moins prestigieux. Quant aux nomina paterna constants au XIIe siècle, ils doivent correspondre à des formes IIa "évoluées". La faiblesse de l'effectif ne permet guère d'en dire plus.

91Dans ce domaine, le procès de canonisation de saint Yves de 1330 présente un grand intérêt car il fournit avec une relative précision le statut social des témoins. Dix seulement sont des nobles : 9 portent un surnom de lieu ; un seul, Guillaume Tournemine, sire de La Hunaudaye, un sobriquet suivi d'un nom de lieu (alors qu'il n'y a que 16 roturiers sur 103 à porter un surnom de lieu). Ce procès est aussi le premier document qui permette de distinguer entre une anthroponymie rurale et une anthroponymie urbaine puisque la paroisse des témoins est indiquée. Les ruraux y sont de loin les plus nombreux (70 pour 32) : ils ont le monopole des noms seuls, il en va presque de même pour les "fils de", désormais archaïques ; ils sont aussi plus nombreux à porter des nomma paterna au génitif. Il est plus surprenant de constater qu'ils sont deux fois plus nombreux à avoir des surnoms de lieu. Mais il est révélateur que les habitants de Tréguier, de Lannion ou de Morlaix sont désignés trois fois plus souvent que les ruraux par des nomina paterna au nominatif, des surnoms non-topographiques ou des sobriquets. Ce sont là les formes de l'avenir pour les roturiers ; au modèle aristocratique est en train de se substituer pour eux le modèle urbain :

Tableau 9. Ruraux et urbains en Bretagne : répartition typologique des formes anthroponymiques

TEMOINS

RURAUX

URBAINS

nom seul

2

0

fils de

13

1

nomina paterna au génitif

27

8

surnoms de lieu

13

3

autres surnoms et sobriquets

15

21

2 - Les clercs

92Comme il est normal vu les sources utilisées, les clercs représentent un pourcentage important de la documentation.

Tableau 10. Pourcentage des clercs dans la documentation bretonne

Tableau 10. Pourcentage des clercs dans la documentation bretonne

93Leur étude toutefois apporte peu. Les noms seuls sont rares, la référence au père n'a pas non plus de raison d'être. En fait, c'est l'indication de fonction qui l'emporte massivement. A partir de 1190-1220, elle peut être accompagnée de la mention du lieu où celle-ci est exercée, ex. : Riocus, presbyter de Prisiac ; en même temps, des clercs portent des surnoms à la manière des laïques comme en 1285 Guillelmus Henrici archidiaconus Cornubie. Ils sont 30 % dans ce cas à partir de 1220. Si les surnoms de lieu l'emportent en 1220-1250 (20 % de l’effectif), il y a davantage de sobriquets en 1250-1280, ce que l'on peut interpréter comme l'indice d'un recrutement plus populaire. Plus sûrement, l'usage de la double dénomination chez les clercs atteste que celle-ci commence à prendre valeur de norme. En effet, dans le procès de canonisation de saint Yves, tous les séculiers ont adopté les formes de l'anthroponymie laïque (deux chapelains ruraux ont un nom seul) ainsi que les moines mendiants. Seuls les abbés de Bégard conservent un nom seul, suivi de leur titre.

94Il n'a pas paru utile de mesurer la progression des noms chrétiens au sein du clergé dans la mesure où bon nombre de dignitaires étaient d’une origine extérieure à la Basse-Bretagne ; l'exemple extrême étant fourni par Petrus de Roma, chanoine de Quimper entre 1270 et 1279.

3 - Les femmes

95Pour trois siècles, 158 femmes ont été recensées : elles sont donc trois fois moins nombreuses que les clercs et elles figurent surtout au XIIIe siècle.

Tableau 11. La condensation des noms féminins en Bretagne

Tableau 11. La condensation des noms féminins en Bretagne

96La concentration du stock de noms est sensible : elles sont 8 en 1000-1050 qui portent chacune un nom différent ; elles sont 81 en 1250-1280 pour 37 noms. Elle est toutefois, avec un taux de 2,18 noms/individu, inférieure à celle des hommes (4,65). En revanche, l'usage des noms romans y progresse plus vite que chez les hommes : toujours au cours de cette dernière période, il atteint 69 % alors qu'il ne dépasse pas 58 % dans l'élément masculin. Aurait-on été plus sensible à la mode - ou moins fidèle aux traditions - pour les filles que pour les garçons ? Cela s'explique plus sûrement par le fait qu'ont été comptabilisées des femmes de zone romane venues épouser des nobles de Basse-Bretagne. Ce sont d'ailleurs surtout des femmes nobles que nous révèle la documentation. Signalons deux noms féminins bibliques : Juzet (forme bretonne de Judith) en 1172 et en 1245 et Rabaca en 1248.

97En raison de la faiblesse du stock, on ne peut guère parler de noms dominants. En 1190-1220, un seul nom est commun à deux femmes : Aliénor ; la période suivante livre 3 Aaliz et 3 Mahaut. En 1250-1280, il y a 10 Adelicia, 6 Adenor, forme bretonne d'Aliénor, et 6 Hazevitia, forme bretonne d'Havoise.

98Il est rare que les femmes apparaissent seules dans les textes. Ne sont prises en compte que celles dont le nom est cité : il arrive en effet qu'il ne soit pas même mentionné. D'abord seulement citées ou témoins, elles deviennent plus souvent donatrices (1 en 1130-1160 à 25 en 1250-1280), associées (3 en 1160-1190 à 23 en 1250-1280) ou bien elles ne font que donner leur accord (4 en 1160-1190 à 14 en 1250-1280).

99Les formes anthroponymiques complètes, lorsque les femmes existent par elles-mêmes sont peu nombreuses. Elles sont en général désignées par référence à un homme, leur père ou leur mari :

Tableau 12. Les formes des désignations féminines en Bretagne

Tableau 12. Les formes des désignations féminines en Bretagne

100La désignation par référence au père utilisée depuis longtemps par les hommes, ne prend son essor qu'à la dernière période. On peut voir là une valorisation du rôle de la femme reconnue comme héritière : elles apparaissent d’ailleurs sous cette forme lorsqu'elles sont l'auteur ou l’associée de l'auteur d'une donation. Les formes uxor ϒ ou relicta ϒ sont moitié moins nombreuses : une veuve ne peut léguer que ce qu'elle tient de ses parents. Au XIIIe siècle, dans ces formes, il arrive souvent que le nom du père ou du mari soit suivi d'une désignation ou d'un surnom. En revanche, cinq femmes seulement sont dotées d'une dénomination double : il s'agit de femmes nobles qui, devenues veuves, ont conservé le surnom de lieu que portait leur mari, ex. : Catharina de Rohan, veuve du vicomte Alain. Les noms seuls ne sont guère plus nombreux : ils concernent presque toujours des tenancières mentionnées dans l'acte.

101Les listes de Trégunc et de Névez livrent surtout des noms de veuves puisqu'il s'agit d'un censier : il y en a 16 ; il est tout aussi normal d'y trouver une seule uxor Y. Il y a 7 "filles de" ; 5 femmes sont qualifiées par un surnom au génitif, qui peut se rattacher à l'une de ces trois catégories. On ne relève qu'un nom seul et deux noms doubles. Dans un cas, l'on est sûr que le surnom est transmis par le mari : il s'agit d'Azenora dicta Maucuff notée plus loin relicta Maucuff.

102Par conséquent, il y a un retard certain dans l'évolution de l'anthroponymie féminine par rapport aux hommes même si, apparemment, on leur donne plus volontiers des noms romans.

CONCLUSION

103L'anthroponymie bretonne présente donc une originalité certaine. Elle dispose d'abord d'un stock de noms spécifiques d'origine celtique, auxquels s'ajoutent des noms bibliques qui connaissent toujours une certaine faveur. En même temps que s'accentue la condensation du stock total des noms, les noms romans se répandent mais leur succès stagne à partir de 1300 bien qu'ils soient moins concurrencés par des noms purement celtiques de plus en plus rares, que par des noms, Alain et Yves, prépondérants en Bretagne sans être inconnus ailleurs. Ce sont ces noms-là qui maintiennent au XIVe siècle l’originalité anthroponymique car les noms romans dominants sont les mêmes que dans les régions voisines.

104Quant au système anthroponymique proprement dit, il est marqué par l'usage très important de la forme "fils de". Celle-ci n'était pas traditionnelle : elle se développe à partir de 1050 pour ne décroître qu'au milieu du XIIIe siècle. Comme telle, elle apparaît comme une étape vers la dénomination double de type moderne qui ne devient majoritaire qu'à la fin du XIIIe siècle. Il y a toutefois lieu de distinguer les catégories populaires fidèles au nom seul jusqu'au milieu du XIIe siècle où elles adoptent la forme "fils de" au moment où les aristocrates la délaissent pour adopter le surnom de lieu sans que celui-ci soit d'un usage général. C'est seulement au cours du XIVème siècle que le système anthroponymique breton s'aligne - avec ici et là quelques archaïsmes- sur celui des autres pays de l'Ouest.

Notes

1 Cette étude doit beaucoup à Anne-Françoise David qui y a consacré son mémoire de maîtrise et à Monique Le Guigo-Denis qui a réalisé l'essentiel de la représentation graphique.

2 B. Le Brun et Gw. Le Menn, "La répartition géographique des noms de famille dans le Finistère en 1836", Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LXIV, 1987, pp. 365-388, p. 386.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La répartition chronologique des noms en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique No 1. La condensation des noms en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Graphique No 2. La concentration des noms en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Graphique No 3. Les noms bibliques en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Graphique No 4. Proportion de noms bretons et de noms romans en Bretagne
Légende N.B. : Les noms bibliques ne sont pas pris en considération.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Graphique No 5. Proportion d’individus porteurs de noms bretons et de noms romans en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Graphique No 6. Evolution de la fréquence des noms rares bretons ou romans en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 2. Les noms dominants en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau 3. Rythme d'apparition des noms romans en Bretagne
Légende N.B : Ce tableau représente le nombre de noms romans apparaissant pour la première fois par période et le nombre de ces noms encore présents aux périodes suivantes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 4. Pénétration régionale des noms romans en Bretagne (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 5 Répartition chronologique des formes anthroponymiques dans le corpus breton
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique No 7. Evolution du système anthroponymique en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Graphique No 8. Pourcentage de “fils de” dans les formes anthroponymiques en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Tableau 6. Evolution de la forme des surnoms en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 7. La double dénomination dans les formes “fils de” (nombre de mentions)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Graphique No 9. Typologie des surnoms en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Tableau 8. Effectif des nobles et des roturiers dans le corpus breton
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Graphique No 10. Evolution du nom seul pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Graphique No 11. Evolution des désignations complémentaires (type lia) pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique No 12. Evolution des dénominations double et complexe pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique No 13. Proportion des différents surnoms pour les nobles et pour les roturiers en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Tableau 10. Pourcentage des clercs dans la documentation bretonne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 11. La condensation des noms féminins en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 12. Les formes des désignations féminines en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16362/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Université de Rennes II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search