Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-1 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

A mi-chemin de l'enquête

Monique BOURIN

Texte intégral

1Un peu avant ou un peu après 1100, il est devenu d’usage dans les territoires qui constituent actuellement la France et sans doute assez largement en Europe occidentale de désigner dans les chartes les individus par deux noms, un nomen proprium suivi d’un cognomen, cognomen qui se stabilise peu à peu en un patronyme.

  • 1 Génèse médiévale de l'anthroponymie moderne, ed. M. Bourin, Ire et IIe journées d'Azay le Ferron, (...)

2Ce mouvement de stabilisation du surnom comme marqueur de l’individu et de la famille est un phénomène complexe, dont nous n’avons jusqu'à présent, en analysant globalement les données anthroponymiques des cartulaires, saisi que la manifestation extérieure et non les ressorts profonds1. Il faudra donc par une étude prosopographique, que nous souhaitons aussi quantitative que possible, suivre non plus les seules occurrences anthroponymiques, mais bien les dénominations diverses des individus et leurs variations en fonction des circonstances jusqu'à une approximative fixation. Il faudra de même chercher les surnoms dans leur marche vers le sytème patronymique, avec leurs continuités et leurs interruptions et pour ce faire, reconstituer le plus grand nombre de généalogies, même brèves. Dans cette analyse du fonctionnement anthroponymique au sein des familles et des lignages, la dévolution des nomina propria constitue aussi l'un des points essentiels de l'enquête, assez bien connu pour les derniers siècles du Moyen Age, moins bien pour la période centrale. Ces recherches seront l'objet de la dernière phase de notre enquête. Elle impliquera une collaboration étroite avec des juristes et des anthropologues, avec des linguistes aussi.

***

3Auparavant, en gardant des méthodes voisines de celles que nous avons utilisées pour étudier les transformations de l'anthroponymie des hommes laïcs, il nous est apparu essentiel d'observer les résistances à la diffusion des nouvelles manières de dénommer les individus. Nous espérions y trouver des éléments de réponse aux questions posées, et non résolues, des causes qui avaient entraîné la naissance et la généralisation du nouveau système. En effet plusieurs explications possibles se dégageaient de la première partie de notre enquête. La multiplication des homonymies, l'influence de la seigneurie et la modification des structures sociales étaient, en simplifiant, les trois propositions principales.

L’homonymie

4- le surnom a pu être un moyen de répondre à une modification des choix du nomen proprium, choix qui risquaient de créer des homonymies. Tant de Pierre, de Guillaume ou de Robert, de Bernard ou d'Arnaud : d'où le surnom pour les distinguer. Cette constatation n'explique pas la construction du système patronymique qui caractérise les sociétés occidentales et l'argument, à dire vrai, est réversible : la concentration des choix peut n'être qu'une conséquence de l'apparition du surnom, qui permet les homonymies des nomina propria. Mais, en tout état de cause, il fallait vérifier que l'apparition du surnom était corrélée à la concentration des choix.

5- la situation d'homonymie est d’autant plus fréquente que la population augmente, que les noyaux de peuplement ou les cercles d'interconnaissance grossissent. L'usage initial généralisé du surnom serait-il lié à la constitution de tels groupes sociaux, au sein de l'aristocratie ou en rapport avec le groupement des hommes dans des agglomérations plus nombreuses ? L'exemple des villes du haut Moyen Age n'inclinait guère à considérer cette interprétation comme suffisante, mais du moins fallait-il la vérifier.

6- l’un des aspects de la modification des choix des nomina propria peut être considérée comme une christianisation. Guillaume à cause de saint Guillaume ? Hugues ? L'interprétation est très discutable. Elle l'est moins pour la vogue de Pierre et de certains autres noms patristiques. Doit-on y voir une pression de l'Eglise, que les études sur le rite du baptême ne confirment d'ailleurs pas ?

La modification des structures socio-politiques

7Mieux désigner ou mieux dénommer pour mieux dominer : la production d'état-civil est très généralement liée à l'autorité de l'Etat. Est-ce le cas au XIe siècle, au sens où la seigneurie se saisit de l'autorité politique ? La construction d’un système à partir de pratiques isolées et circonstantielles est-elle le fait de puissances seigneuriales pourtant très compartimentées ?

8La situation d'homonymie peut aussi s'expliquer par la généralisation en profondeur, jusque dans les couches paysannes du féodalisme. Les choix de la prénomination reflètent avec beaucoup de précision les aires d'autorité des rois de France (Hugues et Robert), des ducs de Normandie et des comtes d'Anjou (Guillaume et Geoffroy), des ducs d'Aquitaine et des comtes de Toulouse (Guillaume et Raimond) - on peut multiplier les exemples à des échelles plus restreintes - ne révèlent-ils pas concrètement l'ossature "féodale" de l'ensemble de la société ?

Les structures familiales

9Il est communément admis que le patronyme renvoie à une perception nouvelle des structures familiales, verticale, étalée dans le temps, et bien trop connue des historiens pour s'y appesantir.

***

10Nous avons cherché à travers l'étude des résistances à la double dénomination à faire varier ces divers paramètres. Lesquels étaient absents des régions qui ne l'avaient pas adopté au même rythme que les autres ? Lesquels manquaient aux catégories sociales que les textes nous montraient sans surnom ?

11Pour être tout à fait complet, il aurait fallu sans doute étudier de près aussi les hommes laïcs qui conservèrent un seul nom et en faire une sorte de prosopographie ; mais nous avons réservé ce travail pour la suite de l'enquête. Dans ce volume nous avons choisi de conserver l'approche statistique mise en place pour l'étude de l'apparition de surnom chez les laïcs et de l'appliquer aux clercs et aux femmes.

12Ces résistances à la double dénomination, nous les avons cherchées dans le cadre régional. Les régions où subsiste la dénomination simple des individus sont-elles caractérisées par une moindre concentration des hommes, une moindre présence spirituelle de l'Eglise, une seigneurie moins forte, différente, ou des structures familiales plus larges et horizontales ? A dire vrai, au point où en est notre enquête, seule la Bretagne semble avoir longtemps ignoré, sous la plume des clercs, la pratique systématique du surnom. Ni les Alpes dauphinoises, ni, semble-t-il, les montagnes auvergnates, ne semblent avoir échappé au modèle dominant. Peut-être eût-il fallu réserver le cas breton pour le traiter dans un ensemble régional incluant d'autres pays de tradition celtique, de part et d'autre de la Manche. L'occasion était trop belle de découvrir l'exception.

13Ni les clercs ni les femmes ne connaissent non plus, du moins pendant l'essentiel de la période envisagée, la double dénomination. Pour eux, d'autres moyens d’identification ont été utilisés, qui masquent peut-être une pratique orale différente et comportant un surnom. Du moins le formalisme des clercs ne leur accorde-t-il, par écrit, que rarement un surnom. Cette expression différente de l'identité écrite est nouvelle. Auparavant la différence se limitait à l'utilisation de noms différents pour les garçons et pour les filles. La nouvelle pratique est-elle le signe d'une différenciation croissante des états, ou du moins de la conscience qu'en a la société et de sa volonté de l'expliciter ?

14Il arrive pourtant que clerc ou femme soit désigné par un nom et un surnom. Dans quel cas ? Surnom du mari ou surnom du père pour la femme mariée ? Celui des frères ou un surnom spécifique pour les clercs ? La femme célibataire porte-t-elle un surnom ? Les études de cas sont importantes.

15La situation d'ensemble également. La "prénomination" des filles a-t-elle évolué comme celle des garçons ? L'homonymie y est-elle aussi la norme ? Quel type de noms a la faveur des parents ? Ou des parents spirituels, s'il s'avérait que d'eux vient en régie générale le choix des noms ?

16Clercs et femmes ont peut-être en commun de n'être ni au cœur du fonctionnement du féodalisme ni totalement intégrés à la dévolution du patrimoine. Du moins dans le cours du XIIe siècle. Lorsque les modalités de l'anthroponymie des uns et des autres seront clairement établies, il faudra en comparer les rythmes à ceux des pratiques familiales coutumières. Le surnom, inscrit dans la mémoire des chartes, est-il tout simplement l'expression d'un droit masculin au patrimoine familial ?

17Nos études sont loin de répondre à toutes les questions qui les ont motivées. D'abord parce que les membres de l'équipe ont jugé l'anthroponymie des femmes plus intéressante que celle des clercs.

18Ensuite parce que nous avons observé plus qu’expliqué les phénomènes anthroponymiques. Pour la population féminine, la faute ne nous en incombe pas complètement. Leur faible nombre dans les chartes en est une des causes : Si peu de femmes et si rarement en position de partie principale dans la charte. Mais dans une proportion inégale d'une région à l'autre, ce qui est en soi un indice à retenir.

19Les clercs ne sont pas non plus simples à analyser : ils sont plus souvent témoins qu'ils n'agissent eux-mêmes.

20Trop rares dans les chartes, dans les censiers. Il nous restait à exploiter d'autres sources, plus narratives. L'utilisation d'autres sources est d'ailleurs une nécessité pour toutes les catégories de l'enquête anthroponymique. Elle est commencée avec le procès de canonisation de Louis d'Anjou. Il faut la poursuivre.

***

  • 2 Je tiens à remercier ici Alain Guerreau qui nous a efficacement guidés à la recherche des instrume (...)

21Les méthodes quantitatives que nous avons choisies nous ont causé initialement de gros soucis. Nous y tenions, tant nous paraissait grand dans ce domaine le risque de prendre l’exception étonnante pour la règle, mais nous nous inquiétions de leur validité2. Depuis lors, un statisticien P. Chareille a rejoint notre équipe d'historiens et sa participation est vite devenue fondamentale.

22Un logiciel de traitement des données anthroponymiques NOMEN a été élaboré par N. Huron. Les études publiées ici ne l'ont pas utilisé ; elles ont servi à le mettre au point. Il devrait à l'avenir beaucoup faciliter une tâche, qui, entièrement manuelle, a des aspects bien fastidieux. Et permettre aussi une évaluation plus rigoureuse du degré d'incertitude de certains choix et des résultats qui en découlent. Il est prévu que les données gérées par chaque chercheur sur microordinateur soient rassemblées et consultables à l'Université de Duisburg.

23Le champ géographique de l'enquête semble s'être réduit, du moins pour cette publication. En fait, il s'est élargi. Des collègues italiens, espagnols, portugais, anglais, belges, allemands, autrichiens et canadiens se sont joints à l'étude. Nous sommes tous attachés à sa dimension européenne mais pour simplifier les conditions de travail et l'analyse, nous avons choisi de partager l'Europe en plusieurs "espaces" : l'Italie centro-septentrionale, l'Italie du Sud et la Sicile, la péninsule ibérique, l’espace "germanique", l'espace anglo-normand. Les raisons en sont linguistiques et politiques ; leurs limites sont souples et les marches scrutées avec un soin particulier. Dans ce volume, seules des études consacrées au territoire de la France actuelle ont été réunies. Peut-être faudra-t-il ultérieurement le démembrer !

***

24Je continue à admirer la fidélité des amis qui ont participé à l'enquête depuis les premiers jours. Nos réunions dans le cadre superbe mais peu confortable d'Azay le Ferron sont encore des moments de travail intense, libre et chaleureux. D'autres nous ont rejoints, notamment des collègues étrangers, dont la découverte n'a pas été le moindre profit de cette recherche.

25Tous savent que l'organisation de notre groupe repose sur la vigilance attentive et efficace de Madeleine Sauzet. A ces remerciements je voudrais associer l'Université de Tours, Mme Neveu et le service de la Vie Universitaire ; l'imprimerie avec qui il est toujours aussi agréable de fabriquer un livre. Merci aussi à Anne qui s'est chargée de nombreux graphiques et tableaux. Les étudiants ont accepté d’être les cobayes de notre logiciel ; leurs remarques nous ont aidés. Pour certains, leurs résultats participent déjà à cette publication.

26A fortiori s’il s'agit d'ouvrir une enquête à l'échelle de l’Europe, mais même pour notre groupe de travail "français", une recherche collective ne se fait pas sans quelques moyens financiers. La création d'un GDR au CNRS a été un moment décisif. L’université de Tours a toujours apporté un soutien auquel nous avons été très sensibles. Rien n’aurait pu se faire sans les accords bilatéraux avec l'Espagne ou l'Allemagne, et sans l'appui du Ministère de la Recherche et de la Technologie, jusques et y compris cette publication qui propose des exemples à critiquer pour la suite de l'enquête.

Notes

1 Génèse médiévale de l'anthroponymie moderne, ed. M. Bourin, Ire et IIe journées d'Azay le Ferron, Publication de l'Université de Tours, Tours 1989.

2 Je tiens à remercier ici Alain Guerreau qui nous a efficacement guidés à la recherche des instruments statistiques appropriés.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search