Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Les Cités grecques et la guerre : l’exemple de la guerre d’Aristonicos

Patrice Brun

Texte intégral

  • 1 Mon intérêt pour la guerre d’Aristonicos est né de la découverte, lors de nos expéditions cariennes (...)

1Il est évident que la raison même de notre présence à chacun d’entre nous ici réside dans notre jugement commun sur la réalité de l’implication des cités grecques d’Asie Mineure – et sans doute pourrait-on d’ailleurs élargir la perspective géographique – dans la guerre et dans les guerres de l’époque hellénistique. Ce qui revient à dire que nous n’avons nul besoin de nous convaincre les uns les autres. Par contre, je ne crois pas utile d’insister sur le fait que, pour être de plus en plus nombreux dans cet état d’esprit, nous ne sommes pas encore unanimes dans la communauté scientifique. Mais si l’on admet que la cité hellénistique n’est pas une pâle imitation de la cité classique, il va de soi qu’il faut considérer, avec certes les inévitables modifications que le changement d’échelle du monde grec a connu après Alexandre, que les cités grecques n’avaient pas abdiqué leurs revendications et qu’elles étaient capables, quand il le fallait, de les défendre par les armes. Dans ces conditions, l’un de nos objectifs est en quelque sorte d’asséner chez nos collègues et néanmoins détracteurs des exemples historiques qui devraient convaincre les plus sceptiques. C’est à cette tâche que je vais m’atteler en prenant pour centre de mon analyse la guerre dite d’Aristonicos1.

  • 2 STRABON, XIV, 1, 38 : πλῆθος ἀπόρων τε ἀνθρώπών καὶ δούλων.
  • 3 Claros, Gordos, Bargasa et Kassopè. Voir l’annexe épigraphique à la fin de l’article et mes remarqu (...)

2Trop souvent, la guerre d’Aristonicos est considérée comme une guerre opposant des mercenaires soldés par les cités et les rois clients de Rome, puis les légionnaires romains, aux troupes d’Aristonicos formées, selon Strabon, d’esclaves et d’individus sans ressources2 Dans cette optique, les citoyens des cités grecques concernées par la guerre, n’auraient vécu celle-ci que passivement, se contentant de payer les tributs exigés par les puissants du moment et de subir l’epistathmeia, la réquisition de logements, en se désolant des ravages perpétrés par les combattants sur le territoire civique – mais ne pouvant rien faire. Chacun comprend que cette vision de la guerre d’Aristonicos procède d’un a priori mettant seuls en scène partisans mal définis d’Aristonicos et Romains, et laissant les cités grecques en victimes expiatoires d’un conflit de succession ou d’héritage qui les dépassait. En rassemblant de manière exhaustive la documentation directe et indirecte sur cette guerre, sur laquelle plane, on le sait, de vastes zones d’ombre, j’ai le sentiment qu’il n’est plus possible de tenir un tel discours. Par conséquent, mon but ne sera pas de faire à nouveau une étude sur la guerre d’Aristonicos même si j’ai le sentiment, en raison du nombre d’inscriptions nouvelles publiées depuis deux décennies3 qu’un tel travail ne serait pas illégitime, mais il sera de lui donner un éclairage que j’espère original, à savoir l’implication des cités grecques dans un conflit qui, loin de les dépasser, touchait au cœur même de leur existence.

I. La guerre d’Aristonicos : les témoignages

  • 4 Il s’agit de Cnaius Domitius et de Quintus Caepio, mentionnés par le décret de Bargylia (11). A ces (...)
  • 5 Le premier texte de Pergame est antérieur à la révolte proprement dite.
  • 6 J’écarte de la documentation relative à la guerre d’Aristonicos ce que l’on pourrait appeler le « d (...)

3Une vingtaine de textes littéraires évoquent de manière diverse la guerre d’Aristonicos. Aucun n’est contemporain et les plus récents sont d’un siècle environ postérieurs au conflit (Salluste, Diodore, Cicéron, Strabon). Seuls Strabon, Florus, Justin, Orose, Eutrope et Tite-Live, par le biais de résumés de son travail, nous offrent une trame événementielle suivie. En accord pour l’essentiel, ils n’en divergent pas moins sur des points importants. Nous possédons fort peu de renseignements concrets sur la guerre et son déroulement du côté romain, peut-être parce que, treize années auparavant, les Romains avaient définitivement vaincu les Carthaginois et soumis l’Achaïe, opérations bien plus lourdes que ne le furent celles qui aboutirent à la chute de celui que l’on considérait comme un usurpateur. Ce n’est que par des inscriptions grecques que nous connaissons les noms de rares officiers romains4 impliqués dans la mise au pas définitive de l’Asie et peut-être la mémoire officielle romaine voulut-elle moins voir dans la crise de la succession d’Attale III une guerre que des « événements », peu dignes d’intérêt et peu valorisants pour la gloire de l’Urbs. En tout cas, cette discrétion tranche singulièrement avec l’abondance des textes épigraphiques grecs relatifs à l’affaire, dix-huit, dont seize pour la seule Asie Mineure occidentale, qui y font une référence explicite ou une allusion voilée5. Ce sont ces témoignages épigraphiques qu’il convient d’analyser en détail6.

  • 7 Pergame : [ἦ]μος δὲ στρατὸ[ς ἦ]λ[θε]ν Ἀριστόνικου πολὺς ὧδε (3, l. 4) ; Elaia : ἐν τ[ῶι πολέίμωι τῶ (...)
  • 8 Pergame, (3, l. 7) ; Halicarnasse : τοὺς λύοντας τὴν εἰρήνην (13, l. 4-5) ; Priène : κυ[ρι]εύσαντος (...)
  • 9 STRABON, XIV, 1, 38 : πλῆθος ἀπόρων τε ἀνθρώπων καὶ δούλων.
  • 10 Claros : ἐπὶ Δούλων πόλεως (7, II l. 37). Les premiers éditeurs ROBERT (L. et J.), Claros I, p. 37- (...)

4La première chose qui frappe est la rareté des mentions explicites du prétendant lui-même, d’ailleurs désigné sous son nom d’usurpateur, Aristonicos, et non point sous le nom dynastique d’Eumène III qu’il avait pris, ce qui se comprend aisément puisque ces textes furent rédigés après la victoire romaine. Quatre inscriptions mentionnent donc et comme telle la guerre d’Aristonicos, à Pergame même – ce n’est pas une inscription officielle, mais une dédicace privée – à Elaia, à Gordos de Mysie, et en Épire7. On le voit, il n’y a pas de région bien précise dans lesquelles le nom du prétendant a été volontairement banni de la mémoire des hommes. Par contre, l’ostracisme est total sur les hommes qui soutinrent Aristonicos dans sa tentative. La curieuse épigramme découverte à Pergame et dont il faudra reparler, évoque des pillards (ληιστες), l’inscription portant le souvenir de la souscription engagée par les citoyens d’Halicarnasse se contente de les désigner comme « ceux qui ont rompu la paix », alors que le décret de Priène en l’honneur de Moschion évoque la victoire du consul romain « sur les ennemis »8. L’inscription de Pergame fait en quelque sorte écho au passage de Strabon, décrivant les partisans du prétendant à l’image d’« une foule d’hommes sans ressources et d’esclaves »9 et, peut-être, à cette « cité des esclaves » dont l’existence est connue grâce au décret de Colophon pour Polémaios10 découvert à Claros. Sans grand espoir d’en savoir davantage, il faudra se pencher sur l’identité, forcément composite, de l’armée d’Aristonicos.

  • 11 ἐν τῆι Ἀσίᾳ πόλεμος (15, l. 13).
  • 12 Sestos : πρός τε τοὺς στρατηγοὺς τοὺς ἀποστελλομένους ὑπὸ Ῥωμαίων εἰς τὴν Ἀσίαν (5, l. 21-22) ; Cyz (...)
  • 13 τοὺς πεμϕθέντας πρὸς τοὺς τόπους τῆς Ἀσίας (13, l. 4).

5Si l’on hésite à parler nommément d’Aristonicos et de ses troupes, on choisit, comme à Méthymna, de parler de « la guerre en Asie »11, ou bien, comme à Sestos, à Cyzique, à Délos, de rappeler l’arrivée des Romains en Asie12 ou, plus évasivement encore à Halicarnasse, l’on se contente de parler de « ceux qui ont été envoyés en Asie »13. Certains rédacteurs sont plus prudents encore et rapportent simplement l’arrivée de généraux romains – Crassus à Halicarnasse, Perpenna à Kassopè, Manius Aquilius à Bargylia et Bargasa – dans la cité ou dans ses parages. A Colophon, c’est le contexte seul qui permet d’identifier les magistrats romains avec lesquels l’honorandus du décret a noué des contacts. Mais tous ces documents se rejoignent lorsqu’il faut parler des malheurs subis par les cités.

  • 14 Elaia : μεγάλο[υς ὑπέ]στη κινδύ[νους κ]αὶ κατὰ γὴν καὶ κ[ατὰ θ]άλασσαν (4, l. 16-17) ; Sestos : τῆς (...)
  • 15 Sestos (5, l. 17).
  • 16 Bargasa (12, l. 15).
  • 17 Sestos (5, l. 25-26 ; 55) ; Cyzique (6, l. 4) ; Bargasa (12, l. 14).
  • 18 ἁρπαγή :Colophon (7, II, l. 34) ; ληιστεῖς Pergame (3, l . 6).
  • 19 Méthymna (15, l. 6-8).
  • 20 Bargylia (11, B, l. 23-25).

6Ce sont de grands dangers (κίνδυνοι) auxquelles elles durent faire face en raison de la guerre qui était à leur porte14. Le champ sémantique du vocabulaire couvre toute la palette des situations critiques pour une communauté : les inscriptions évoquent la peur (ϕόβος)15, le désordre (ταραχή)16, les difficultés de tous ordres (περίστασις)17, et le cortège habituel de la guerre, les pillages18, les mauvaises récoltes19, les prélèvements de toutes sortes20. On ne s’étonnera pas si les deux seules inscriptions n’évoquant pas de situation de ce genre concernent des régions, Délos et Kassopè d’Épire, qui n’ont pas eu à subir de près ou de loin les conséquences de cette guerre. Il n’est pas douteux alors que la situation décrite par cette série de textes épigraphiques fut grave, et c’est tout l’intérêt des inscriptions de nous présenter un instantané tel qu’il fut vécu par les Grecs d’Asie Mineure entre 133 et 129.

Fig. 1 – L’Asie Mineure dans la guerre d’Aristonicos

  • 21 Cyzique : « la bienveillance des citoyens à l’égard des Romains » (6, l. 17-18) ; Bargasa : « les d (...)
  • 22 Gordos : πρὸς Ῥωμαίους τοὺς κοινοὺς εὐεργέτας ἁπάντων (9, l. 12-13). Cette expression est assez fré (...)
  • 23 IGRR, IV, 293, col. II, l. 23-24. Ces honneurs cultuels à Aquilius montrent surtout que c’est le dr (...)

7Ne peut-on point cependant mettre un bémol à cet arrière-plan historique tout de noirceur et de drames ? Sans vouloir réduire à néant cette vision d’une Asie Mineure mise à feu et à sang, l’on est bien obligé de constater que les témoignages les plus dramatiques sont évoqués par les décrets honorifiques votés par une cité en l’honneur de l’un des citoyens les plus éminents qui a servi d’intermédiaire entre la cité et les magistrats romains. On peut comprendre que, pour rehausser les mérites de celui que le décret honore, les rédacteurs n’aient pas manqué de décrire la situation sous un jour particulièrement difficile, quitte, peut-être, à en exagérer l’aspect tragique. Ménas à Sestos, Machaon à Priène, Polémaios à Colophon, Moschion à Priène, le fils d’A-naximbrotos à Gordos, Poséidonios à Bargylia, Apollonios à Bargasa, tous ont rendu de signalés services à leurs concitoyens qui leur délivrent, une fois la situation redevenue normale, un vibrant hommage et des remerciements sincères. Le peuple d’Elaia se met en scène lui-même et n’a aucun intérêt, aux yeux des Romains puisqu’il s’agit de la ratification de l’alliance avec Rome, à minimiser les difficultés qui furent les siennes et il n’est pas jusqu’aux neoi de Méthymna à ne se lancer dans une sorte d’hybris verbale pour mieux faire ressortir les mérites du peuple. A tout prendre, dès lors que nous ne sommes plus dans un décret honorifique, l’on en revient à un discours moins mélodramatique – c’est ainsi le cas des inscriptions d’Halicarnasse. Soyons clairs : il n’est pas dans mon intention de chercher à montrer que les cités grecques traversèrent la guerre d’Aristonicos sans encombres ni dégâts – cela ferait d’ailleurs un bien mauvais départ pour ma communication. Mais je souhaite attirer l’attention sur la phraséologie des inscriptions, assez répétitive sinon toujours dans les mots, du moins dans les situations qu’elles décrivent, de façon à ce que nous ne soyons pas systématiquement entraînés, sous le prétexte que ces textes sont contemporains des événements, à les suivre dans l’arrière-plan militaire et social qu’elle laissent entrevoir. A l’inverse, le zèle avec lequel les cités auraient soutenu avec enthousiasme le parti de Rome et qui transparaît dans les décrets21 ne laisse pas de nous questionner et nous rend parfois bien dubitatifs. Ne va-t-on pas, dans ces textes jusqu’à considérer les Romains comme « les bienfaiteurs communs de tous »22 quand ce n’est pas jusqu’à instituer, pour Manius Aquilius, le pacificateur – dans tous les sens que notre langue peut aujourd’hui donner à ce mot – et l’organisateur de la province d’Asie, des honneurs cultuels23 ? Critiques sur ce dernier point, allant parfois jusqu’à voir dans ce type de phrase l’illustration de la servilité des Grecs face aux Romains, nous le sommes traditionnellement moins sur l’impression d’une Asie Mineure apeurée, livrée aux dévastations de hordes de bandits. Je proposerai dans la suite de mon intervention une approche également critique de ces différentes attitudes des cités grecques face à ces événements. Sans doute une telle méthodologie de la défiance pourrait et devrait s’étendre à tout autre époque que la guerre d’Aristonicos, mais la concentration d’inscriptions assez similaires sur une période limitée et dans un espace lui-même réduit, rend peut-être plus sensible cette remarque.

II. La guerre : événements et interprétations

  • 24 Entre autres : VAVRINEK (V.), La révolte d’Aristonicos, Prague, 1957 ; ROBERT (L. ET J.), Claros I, (...)

8Il n’est pas nécessaire de reprendre ici dans le détail les événements qui se succédèrent à une cadence plutôt rapide entre la mort d’Attale (été 133) et la formation, par Manius Aquilius et les légats de Rome, de la nouvelle province d’Asie, la bibliographie sur le sujet étant particulièrement vaste24. Il me suffira d’établir une chronologie rapide des épisodes de la guerre.

  • 25 Le décret de Pergame (1, l. 3-6) ne dit rien de cela : « attendu que le roi Attale Philomètor, en q (...)
  • 26 En pleine réforme agraire, Tiberius Gracchus vit évidemment dans les trésors d’Attale une manne pou (...)
  • 27 Ce texte (ici le 2) est généralement daté de 132. Certains ont proposé d’en abaisser la rédaction j (...)
  • 28 Le monnayage d’Eumène III, des cistophores, a été assez largement étudié : cf. infra, note 40.
  • 29 FLORUS, I, 35, parle de la prise de Myndos, Samos et Colophon.
  • 30 STRABON, XIV, 1, 38.
  • 31 Parmi lesquelles Halicarnasse, qui envoya un navire auprès du consul : cf. les inscriptions 13 et 1 (...)
  • 32 La précision géographique est fournie par VALÈRE MAXIME, Faits et Dits mémorables, III. 2, 12. La m (...)
  • 33 La défaite finale du prétendant est bien entendu largement mentionnée par les sources littéraires : (...)
  • 34 I. 35 : « Aquilius en finit avec les dernières secousses de la guerre d’Asie (asiatici belli reliqu (...)
  • 35 C’est surtout grâce aux inscriptions que l’on peut prendre connaissance de cet élargissement du fro (...)

9Attale III mourut sans héritier légitime sans doute durant l’été 133. Tenu caché ou, plus vraisemblablement, à l’instar de Ptolémée VIII vingt-deux années plus tôt, connu des proches du roi, son testament faisait des Romains les légataires universels de tous ses biens, à l’exception de la cité même de Pergame et d’autres places qui lui étaient rattachées. Ce testament est connu, le point mérite d’être souligné, par les seules sources littéraires, les inscriptions étant sur ce point beaucoup plus évasives et ne mentionnant pas stricto sensu un testament quelconque faisant du peuple romain l’héritier du royaume attalide25. Les Pergaméniens ne cherchèrent pas à prolonger la monarchie et préférèrent tenter l’aventure de la liberté que le roi défunt leur accordait. Sollicités, les Romains acceptèrent26 et le senatus-consulte sonne comme une approbation des termes du testament27. Pourtant, sans doute appuyé par une fraction des citoyens de Pergame et plus encore, nous le verrons plus loin, par les populations gréco-macédoniennes du royaume dans son ensemble, Aristonicos, fils bâtard d’Eumène II et demi-frère d’Attale, revendiqua la succession et prit le titre royal sous le nom dynastique d’Eumène (III)28. Nous pouvons passer vite sur la succession des événements : après des succès initiaux qui le virent s’emparer de plusieurs cités littorales29, la résistance des cités s’organisa. Les Éphèsiens armèrent une flotte et défirent Aristonicos devant Kymè, ce qui l’obligea à évacuer les villes des environs, notamment Smyrne30. Pour autant, il n’était pas chassé des régions littorales et, lorsque la première expédition romaine, menée par le consul Publius Crassus, aidée de contingents de cités qui avaient refusé les revendications d’Eumène III – Aristonicos arriva en Asie31, ce dernier parvint à vaincre les troupes romaines et à tuer le consul lui-même entre Elaia et Smyrne, sans doute en 13132. La seconde armée, dirigée par le consul Marcus Perpenna connut quant à elle un succès complet : après des reculs répétés, Eumène III, assiégé dans Stratonicée du Caïque, fut pris par l’armée romaine (130) et emmené à Rome dans les geôles de laquelle il mourut quelques années plus tard33. Pour autant, la guerre ne fut pas terminée : Florus parle de « dernières secousses »34, mais ce fut loin d’être une simple promenade militaire. Perpenna, mort de maladie à Pergame, fut remplacé par Manius Aquilius (129) qui, avant d’organiser la province d’Asie, mata les dernières résistances qui avaient embrasé un territoire bien plus vaste que les seuls alentours de Pergame35. La paix romaine ne s’exerça pas sur ces terres avant 128 ou 127.

  • 36 MOSSÉ (C.), La tyrannie en Grèce ancienne, Paris, 1969, p. 193-201 ; VAVRINEK (V.), La révolte d’Ar (...)
  • 37 PLUTARQUE, Tib. Gracchus, 20, 7. TARN (W.W.), « Alexander the Great and the Unity of Mankind », Pro (...)
  • 38 DIODORE XXXIV-XXXV, 2, 26, rapporte aussi le soutien apporté par des esclaves à Aristonicos, « en r (...)
  • 39 Le plus net de ces commentateurs est DUMONT (J.C.), « A propos d’Aristonicos », Eirene, 6 (1966), p (...)
  • 40 Ce monnayage, identifié il y a peu (ROBINSON E.S.G., « Cistophori in the Name of King Eumenes », NC(...)
  • 41 Les sources romaines ne paraissent pourtant pas douter de l’origine royale d’Eumène III-Aristonicos (...)
  • 42 RUBINSOHN (Z.), « The Bellum Asiaticum. A Reconsideration », Storia Antica, Istituto Lombardo, 107 (...)
  • 43 DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 194.

10Il n’est pas dans mes intentions non plus de spéculer ici sur les mobiles de la révolte. Longtemps a prévalu en Aristonicos l’image d’un « tyran solaire », d’un révolutionnaire appelant à une libération des esclaves qui formaient, disait-on, l’essentiel de ses troupes et meneur d’une révolte servile36. Sans doute n’avons-nous aucune raison de suspecter le propos de Plutarque rapportant la fuite de Rome de Blossios de Cumes, l’un des inspirateurs des Gracques, après la mort de Tibérius, et son arrivée dans les rangs d’Aristonicos37, non plus que la précision apportée par Strabon sur l’origine sociale de certains de ses soutiens, cette « foule d’hommes sans ressources et d’esclaves » évoquée plus haut38 et sur la volonté du prétendant de créer une nouvelle cité dont ils seraient les premiers citoyens, les Héliopolitains. En publiant le décret de Claros pour Polémaios dans lequel était mentionné un lieu-dit Δούλιον πόλις, Louis et Jeanne Robert ont pensé trouver un témoignage supplémentaire de l’aventure sociale d’Aristonicos. Et de fait, même ceux qui ont analysé la démarche d’Aristonicos comme un épisode avant tout dynastique39 dès lors que le prétendant prend, comme on le sait par les monnaies, le nom royal d’Eumène (III)40, avançant ainsi une légitimité que la plupart des sources, même si elles le font du bout des lèvres, ne lui discutent guère41, ne récusent pas le texte de Strabon. Ils se contentent d’y voir une tentative un peu désespérée de rallier à sa cause tous ceux qui pourraient grossir ses troupes vaincues dans les premiers engagements mais l’intègrent, à juste titre, dans une pratique séculaire du monde grec42. Sans remonter à des exemples de l’époque classique, on se contentera de remarquer qu’en 133 déjà, les Pergaméniens se livrent à des libérations (certes sélectives) d’esclaves. Mithridate lui-même, dont personne ne pense à faire un libérateur d’esclaves, proclama l’abolition des dettes et la libération des esclaves43. Il faut remarquer que, pour le thème que je me propose d’étudier, l’affaire est en quelque sorte réglée : les partisans d’Aristonicos étaient, au moins durant les dernières années de sa rébellion, pour l’essentiel des parias de la société, qui n’auraient vu dans ce soutien à Aristonicos qu’un moyen révolutionnaire de renverser les rapports hiérarchiques dans l’ancien royaume de Pergame.

  • 44 Il est d’ailleurs remarquable de constater que Diodore narre, très brièvement, le soulèvement d’Ari (...)
  • 45 Cela au travers d’une anecdote, devenue un topos, montrant le consul Crassus préférant la mort à la (...)
  • 46 « La peur exercée par les Thraces du voisinage » (5, l. 17) ; « alors que nous étions accablés depu (...)

11Il est cependant étrange de constater que seules des sources grecques (Strabon, Diodore) évoquent une composition servile de l’armée d’Aristonicos44. Les sources littéraires d’origine romaine ne sont guère tendres, on s’en convaincra aisément, avec lui. Pourtant, elles ne font jamais allusion à une telle origine sociale de ses partisans. Nombreux sont les auteurs qui parlent de Thraces engagés auprès du prétendant45, ce que l’on peut confirmer par l’inscription de Sestos en l’honneur de Ménas qui rappelle en effet que la cité de Chersonnèse fut menacée par des incursions thraces46. Mais comment expliquer que des sources romaines, par nature défavorables au révolté, n’aient pas mentionné une composition avant tout servile de l’armée ennemie, qui ne pouvait que conforter les Romains dans leur bon droit ? Je sais bien que l’argument a silentio n’est jamais le meilleur que l’on puisse trouver, mais nous ne pouvons que nous interroger sur cette étrange aporie des textes d’origine romaine. Et, à tout prendre, la dédicace à Athèna de Pergame ne parle que de « brigands », de « pillards », termes finalement convenus dès lors que l’on parle de son ennemi, mais bien mal adaptés à des esclaves en révolte.

  • 47 ROBERT (L. et J.), Claros I, p. 37.
  • 48 STRABON, XIV, 1, 38 : « il se réfugia vers l’intérieur » (εἰς δὲ τὴν μεσόγειαν ἀνιὼν ἤθροισε) ; Bar (...)
  • 49 J.-L. Ferrary a, très tôt, émis des réserves sur un lien trop direct et mécanique entre cette Δούλω (...)

12Comment, dans ces conditions, interpréter la mention d’une « cité des esclaves » non loin de Colophon, cette Δούλων πόλις qui, selon les propres termes de L. et J. Robert, « piqua et inquiéta (leur) attention »47. Adoptant en quelque sorte la démarche de Strabon et de son Héliopolis, les éditeurs ont admis l’hypothèse couramment avancée selon laquelle, à la suite de ses premiers revers, Aristonicos réunit des masses de misérables et d’esclaves en se réfugiant vers les contrées intérieures, car telle est la chronologie relative que l’on doit déduire du texte de Strabon. Je me demande, malgré l’autorité des deux éditeurs, s’il faut suivre cette position, car deux choses me gênent. La première est que Colophon, même dans les parties les plus intérieures de son territoire, ne se situe pas précisément dans ces régions du haut-pays, de la mésogée pour reprendre les mots de Strabon, où Aristonicos rassembla ses nouveaux et hétéroclites soutiens et où ses derniers partisans furent réduits48. La seconde réserve que j’émettrai concerne l’utilisation de l’expression « ville (ou cité) des esclaves » pour désigner un lieu-dit qui aurait pu servir de refuge à des esclaves révoltés à ce moment. A nouveau je vais utiliser là des arguments de nature impressionniste, fondés sur ce que l’on croit être de la vraisemblance et dont, par nature donc, je mesure la fragilité. Mais enfin, lorsque l’on voit le soin avec lequel les Colophoniens évitent durant tout ce long décret, de parler de tout ce qui peut rappeler de mauvais souvenirs, on a du mal à imaginer qu’ils n’auraient eu aucun scrupule, en lui donnant ce nom, à rappeler le fait que des esclaves révoltés auraient occupé une partie de ce territoire à un moment difficile de leur histoire récente49. Tout au contraire ai-je l’impression qu’il se serait agi là d’un épisode douloureux dont on n’aurait en aucune manière souhaité garder le souvenir dans la toponymie.

13Reste que ce nom existe, et que l’expression qui la désigne, επί Δούλων πόλεως, n’est pas contestable sur la pierre et que l’on se saurait le comprendre autrement que comme un toponyme. Mais il n’y a pas la moindre assurance qu’il soit de formation récente au moment où les Colophoniens l’utilisent dans un texte officiel et il n’est pas plus illégitime de le considérer d’emploi ancien à la fin du IIe siècle que de l’imaginer décrivant une réalité encore fraîche. Que l’on choisisse une solution plutôt que l’autre, l’on est face à une même difficulté.

14Peut-être trouvera-t-on que je me suis un peu écarté de mon sujet initial en tentant de débrouiller les fils complexes de la nature même du soulèvement d’Aristonicos. Mais l’on comprend aussi ma démarche : s’il n’est pas de mon intention de refuser l’idée que des esclaves et des miséreux aient pu fournir une aide au prétendant dans les derniers mois de son aventure, je ne crois guère à leur prédominance, même à ce moment crucial de la révolte, lorsqu’elle est vaincue par le pouvoir romain. Je ne doute pas que les sources romaines, hostiles au dernier Attalide, aient dans ce cas précis largement évoqué cette participation, qui réduisait la guerre d’Aristonicos à une simple guerre servile, comme les Romains venaient d’en mater une en Sicile très peu d’années auparavant.

III. L’implication des cités dans la guerre

  • 50 I. Smyrna, 1, no 613 a-c, entre les IIIe et IIe siècles. Des inscriptions de ce type ont également (...)
  • 51 Sestos : τοὺς περιστάντας τὴν πόλιν πολέμους (5, l. 55-56) ; Cyzique : τῆς πόλεως περιεχομένης (6, (...)

15Lorsque les cités grecques d’Asie Mineure occidentale entrent, de gré ou de force, dans la guerre d’Aristonicos, elles ne font à aucun moment figures de victimes expiatoires. Si l’archéologie ne nous est pas d’un secours très précieux pour connaître par exemple l’état des fortifications urbaines vers 133, ce que l’on peut en déduire des allusions dans les textes épigraphiques montre que les villes étaient bien défendues. Smyrne, impliquée directement comme on le verra dans la guerre, avait organisé un système de répartition de la ville en secteurs pour la défense de l’enceinte50. Toutes les cités ont pu, qu’elles aient choisi un camp ou l’autre, résister quelque temps à l’ennemi. A Sestos, les guerres cernent la cité, à Cyzique, la ville est assiégée51. Partout, le territoire est traversé par les ennemis. Sans donc avoir la preuve formelle que, dans toutes les cités, les murailles étaient bien entretenues, les résistances que l’on devine tendent à accréditer cette thèse ce qui revient à dire que le souci de la protection, essentiel pour toute communauté constituée, n’a jamais été abandonné dans cette seconde moitié du IIe siècle, ni délégué à une autre forme de pouvoir.

  • 52 XENOPHON, Helléniques, V. 2, 20.

16Un autre élément majeur tendant à montrer que les cités jouèrent un rôle dans cette guerre fut les levées d’argent auxquelles elles se soumirent d’elles-mêmes ou auxquelles elles furent tenues de répondre. Quand bien même cette dernière position est fréquente, elle ne doit pas être considérée comme révélatrice de cités ayant abdiqué toute velléité d’autonomie. Après tout, c’est par le biais du phoros, auquel les alliés ne pouvaient guère échapper, que les Athéniens contrôlèrent la ligue de Délos, et il ne vient à l’idée de personne d’avancer l’idée que les cités ainsi soumises étaient alors en décadence. Pour l’expédition d’Olynthe en 382, les Lacédémoniens décidèrent de laisser à leurs alliés le choix entre l’apport d’un contingent ou de sa contre-valeur en nature52. Verser de l’argent pour la guerre à l’hegèmon, quel qu’il soit, est donc une situation que l’on retrouve à toutes les périodes de l’histoire grecque après les guerres médiques.

  • 53 Bargasa : διὰ τὸ ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιαν (12, l. 15) ; Méthymna : διὰ τὴν [... (...)
  • 54 ἐπηγγείλαντο δωρεὰν τῇ πόλει (π)λήρω(σ)ιν τῆς νεὼς (13, l. 1-2). La pierre, connue seulement par un (...)
  • 55 Ménas à Sestos : τάς τε πρεσβείας ἐδέχετο προθύμως (5, l. 20-21) ; Machaon à Cyzique : προθύμως ἐπέ (...)
  • 56 Μανίου τε γὰρκυλλίου ὑπάτọ[υ σ]τρατηγοῦ Ῥωμαίων γράψαντος πρὸς ἡμᾶς ἐπιστάθμους προσδέξασ[θ]αι (1 (...)
  • 57 καὶ ἀγωνισάμενος ὑπὲρ τοὲῦ ἀνεπιστ[άθ]μευθον γ]ενέσθαι τὴν πατρίδα, ἔπεισεν [μὴ] άποστεῖλα[ι τοὺς σ (...)

17C’est essentiellement par les inscriptions, qui nous donnent le versant grec des événements, que l’on apprend les levées d’argent imposées aux cités. Et comme, cela est aisé à comprendre, seuls les vainqueurs apparaissent dans ces mêmes inscriptions, nous conservons l’impression que seuls les Romains ont pratiqué ces levées d’argent sur leurs alliés. La cité de Bargasa est ainsi éprouvée « par les dépenses exigées par notre dévouement envers les Romains », celle de Méthymna « a contribué à plusieurs reprises pour des sommes élevées en raison de son dévouement et de son amitié envers les Romains et en raison de l’alliance conclue avec eux et de sa participation à la guerre en Asie »53. A Halicarnasse, impliquée directement dans la guerre, les plus riches des citoyens ont participé à une epidosis pour armer un navire et apporter ainsi un soutien à la flotte romaine54. Autre obligation liée à la guerre, la réquisition des logements, qui dut être systématique, est attestée dans quelques cas. Certes, les inscriptions insistent le plus souvent sur un voyage d’ambassade auprès des officiers romains que le personnage a réalisé, malgré les dangers inhérents à un déplacement en période de guerre55. Mais on se rend bien compte que, de temps à autre, les forces romaines ou dépendantes des Romains sont installées dans la cité, et c’est à cette dernière de les loger et de les entretenir, bref de subir l’epistathmeia. Le cas le plus clair est celui de Bargasa où Manius Aquilius intime l’ordre aux Bargaséniens de loger des soldats56. Apollonios, le citoyen honoré, parvint, au prix d’un discours de toute évidence convaincant, à faire fléchir le consul57.

18De fait, toutes ces choses sont bien connues et plutôt communes aux cités hellénistiques. Il me semble évidemment plus judicieux, pour la thèse que je défends ici, d’insister plus particulièrement sur l’engagement physique des cités et, sur ce thème, les sources sont bien plus loquaces qu’on ne le croit parfois. Mais il s’agit de les manier avec la plus extrême cautèle, marquées qu’elles sont par un certain nombre d’a priori.

  • 58 STRABON, XIV, 1, 38 : ὃ ἀπέστησεν Ἀριστόνικος.
  • 59 « Au voisinage de Leukai » pour STRABON, XIV, 1, 38 ; « entre Elaia et Smyrne » selon VALÈRE MAXIME (...)
  • 60 FLORUS, I, 35 ; JUSTIN, XXXVIII, 1.
  • 61 APPIEN, Guerre de Mithridate, 62 : « vous, de votre côté, lorsqu’Attale Philométor nous laissa par (...)

19D’une certaine manière, parmi les sources littéraires, règne la confusion. Strabon, par exemple, indique que la petite cité ionienne de Leukai, au nord d’Éphèse, « fut entraînée dans la révolte par Aristonicos »58 marquant ainsi qu’elle fut favorable à la rébellion initiale, sans que l’on sache exactement si elle se contenta de lui ouvrir ses portes ou si elle lui apporta aussi des contingents. En tout état de cause, et contrairement à ce que semble sous-entendre Strabon, ce n’est pas de suite après ses premières défaites que l’armée d’Aristonicos abandonna le littoral car le consul Publius Crassus, envoyé en Asie pour régler militairement la question fut tué dans un engagement dans la région59. En précisant qu’Aristonicos « s’empara par la force du peu de cités qui résistaient » et en citant trois cités ioniennes parmi celles qui précisément refusèrent de le suivre (Myndos, Samos, Colophon), Florus, de son côté, sous-entend une adhésion initiale assez massive des cités grecques littorales à Aristonicos. Justin nous en offre une confirmation pour Phocée puisqu’après la capture du révolté, des députés de Marseille « vinrent solliciter à Rome le pardon des Phocéens, leurs fondateurs, dont le Sénat avait ordonné de raser la ville et d’anéantir le nom pour les punir d’avoir, dans cette dernière guerre [...] porté les armes contre le peuple romain »60. En tout cas, l’appui accordé par des Grecs à Aristonicos fut suffisamment marqué pour que Sylla, après avoir vaincu Mithridate et fait réunir à Éphèse les représentants des cités grecques, pût, avec passablement d’exagération d’ailleurs, leur faire grief un demi-siècle après de leur engagement aux côtés de l’ennemi de Rome et tout autant de leur couardise pour avoir rallié cette dernière après sa défaite61.

  • 62 FLORUS, I, 35 ; STRABON, XIV, 1, 38. Ces deux dernières cités (avec Stratonicée du Caïque, l’ultime (...)
  • 63 JUSTIN, XXXVII. 4.
  • 64 1, l. 11-20. Cf. DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 191.
  • 65 I. Smyrna, 1, no 609-610. Crassus fut, après sa défaite en 131, inhumé à Smyrne, ce qui confirme qu (...)
  • 66 STRABON, XIV, 1, 38.
  • 67 Ibidem : ἀλλʼ εὐθὺς τε πόλεις ἔπεμψαν πλῆθος.
  • 68 TACITE, Annales, IV, 55 : « Tibère écouta les ambassadeurs d’Asie disputer entre eux où serait cons (...)

20Confusion, disais-je. C’est que d’autres sources littéraires, parfois les mêmes, montrent des attitudes radicalement opposées à une alliance avec le fils naturel d’Eumène II, et l’on se doute que les sources épigraphiques, discrètes sur un éventuel soutien au banni de Pergame, le sont moins sur un secours adressé aux Romains. Certaines cités ne furent prises qu’après un siège en bonne et due forme : ce fut le cas, sur la côte, de Myndos, Samos et Colophon, dans l’intérieur, de Thyatire et Apollonis62. Il est vrai, selon, Justin, que c’était la crainte de Rome qui, pour certaines de ces cités, expliquait le refus de se donner au prétendant63, argument intenables pour toutes. Car, non contentes de résister, plusieurs cités offrirent une vraie opposition aux troupes d’Aristonicos. Pergame, en premier lieu, par des mesures exceptionnelles telles que l’élargissement du corps civique, se donnait les moyens humains de se défendre par les armes64. Deux inscriptions de Smyrne prouvent que la cité a organisé en personne sa défense65. Les Éphésiens, nous dit Strabon, vainquirent Aristonicos sur mer au large de Kymè – assez loin de leurs bases naturelles, donc66. Le même Strabon ajoute que « les cités envoyèrent contre lui de forts contingents »67 et ce, dès avant l’arrivée des Romains puisque ce n’est qu’après cette défaite face aux Éphésiens et les opérations déclenchées contre lui par « les cités grecques » que Strabon mentionne l’arrivée de cinq légats puis de l’armée menée par le consul Publius Crassus. C’est peut-être ce qui permet à Tacite, longtemps après, d’évoquer avec quelque ironie, la propension des Grecs, un siècle et demi après les événements, à rappeler l’aide qu’ils avaient apportée aux Romains en cette occasion comme en d’autres, tout à rebours donc de l’image que Sylla voulait en conserver68.

  • 69 ἐν τ[ῶι πολέ]μωι τῶι πρ[ὸς Ἀρ]ιστόνικον, μεγάλο[υς ὑπέ]στη κινδύ[νους κ]αὶ κατὰ γὴν καὶ κ[ατὰ θ]άλα (...)
  • 70 Nous possédons deux inscriptions se rapportant à cette aide : la première rappelle les noms (perdus (...)
  • 71 [ὑ]πὸ τοῦ δήμου ἀποσταλέντας κατ συμμαχίαν [στρατίώτας] (11, A l. 18-19). Cette phrase a été inter (...)
  • 72 (11, B l. 26-27).
  • 73 (11, B l. 34-35). La phrase, insistant sur l’économie ainsi réalisée par la cité, laisse supposer q (...)

21L’épigraphie a conservé le souvenir de la participation active de certaines cités à la guerre d’Asie de 133-129. La cité d’Elaia, proche de Pergame, dans un texte ratifiant un traité d’alliance et d’amitié avec Rome, rappelle que le peuple a « durant la guerre contre Aristonicos, supporté avec un zèle entier de grands dangers sur terre comme sur mer »69, à l’instar d’Halicarnasse, qui a fourni un vaisseau à la flotte romaine70. Nous apprenons que, pour l’occasion, cette dernière avait nommé un navarque et un triérarque, noms peut-être pompeux pour une flotte qui ne comportait qu’une seule unité. Mais, même si on ne peut exclure que l’équipage du navire en question était composé pour partie de mercenaires, il n’est pas question de refuser le principe selon lequel une partie au moins de cet équipage était formé d’Halicarnassiens. A Bargylia, le décret en l’honneur de Poséidonios indique clairement que les Bargyliètes ont dû envoyer, de toute évidence contre leur gré, des soldats pour servir sous Manius Aquilius, et ce, à deux reprises. En effet, le texte indique que, dans un premier temps, le consul a emmené avec lui « des soldats envoyés par le peuple en qualité d’auxiliaires »71. Puis, lorsque la guerre a repris, sans doute en 129, « des soldats en grand nombre furent envoyés par le peuple et enrôlés pour la guerre »72, et c’est d’ailleurs parce que Poséidonios est parvenu à convaincre l’officier romain responsable des opérations en ce second temps du conflit de laisser les soldats de Bargylia revenir chez eux qu’il est honoré73.

  • 74 Cyzique : συστρατευόμενος (6, l. 20) ; Gordos : ἐν τι πρς ρισ[τόνικον ν]στάντι πολέμωι πρωταγων (...)

22Parfois, les inscriptions insistent sur la participation à la guerre contre Aristonicos du seul personnage honoré. Machaon de Cyzique, après avoir servi d’ambassadeur de sa cité auprès des Romains, fit campagne à leurs côtés ; à Gordos, l’honorandus dont le nom a disparu « s’est engagé résolument dans la guerre lancée contre Aristonicos »74. Il ne saurait être question de prendre ces descriptions pour argent comptant : plutôt que d’imaginer un soutien personnel et isolé, dont les Romains n’auraient eu que faire, il est bien entendu préférable de voir, dans cette volonté des cités de mettre en exergue les notables locaux, le responsable du contingent adressé par les communautés civiques aux autorités romaines.

  • 75 STRABON, XIV, 1, 38.
  • 76 OROSE, V, 10, 2 ; EUTROPE, IV, 20.
  • 77 Le passage de l’inscription de Pergame, « et, lorsque survint l’armée si nombreuse d’Aristonicos, j (...)
  • 78 ὃv κρατήσαντες δορῬώμην ἄγουσιν (17, l. 9-10). L’expression « qu’ils amenèrent à Rome après l’avo (...)

23On aura compris que mon but n’est pas de laisser croire que les forces qui combattirent Aristonicos et ses partisans étaient seulement composées de citoyens des cités grecques d’Asie Mineure occidentale. Trop d’éléments militent dans le sens inverse. Strabon, par exemple, après avoir placé en premier l’aide fournie par les cités, écrit que les rois de Bithynie et de Cappadoce firent cause commune avec eux – en second rang toutefois75. La plupart des autres auteurs inversent les données : quand les cités grecques apparaissent, ce qui n’est pas toujours le cas, c’est après les armées levées par les rois voisins de l’ancien royaume de Pergame : Orose parle des « très importants contingents militaires » des souverains voisins et Eutrope, après avoir seulement mentionné l’aide des rois, oublie de préciser l’attitude des Grecs76. En tout état de cause, l’attitude des royaumes voisins est aisée à comprendre : lutter contre Eumène III, c’était participer à l’abaissement sinon au démembrement d’un puissant royaume – et en profiter. D’autre part, il est vain de nier l’apport de troupes mercenaires77 : cela a déjà été évoqué à propos d’Halicarnasse et l’inscription découverte à Kassopè d’Épire, rappelant la participation à la victoire de trois hommes78 montre que les Romains, bien avant de passer en Asie, s’étaient attachés les services de mercenaires grecs. Mais toutes ces limites posées, on ne peut échapper à l’idée maîtresse selon laquelle les cités grecques participèrent activement, d’un côté ou de l’autre, à la guerre contre le prétendant attalide.

  • 79 VAVRINEK (V.), Eirene, 13 (1975), p. 123 évoque des esclaves, des pauvres (aporoi), des ruraux indi (...)

24En publiant l’inscription de Bargasa, P. Briant et moi-même soulignions qu’il était fort difficile de connaître ceux qui avaient suivi, non pas Aristonicos jusqu’à sa capture en 130 par le consul Marcus Perpenna, mais ceux qui poursuivirent la guerre, alors qu’ils n’avaient plus personne à placer sur l’ancien trône de Pergame. Sans doute, les « hommes sans ressources et les esclaves » dont parlent Strabon et Diodore reviennent-ils à notre esprit79 mais, encore une fois, il y a lieu de croire que si tel avait été le cas de manière systématique, les sources favorables à Rome en auraient parlé bien plus volontiers. Demeurent alors les cités grecques et les installations militaires (katoikiai) du royaume attalide.

25L’attitude des Grecs face à Aristonicos ne s’est pas seulement déterminé en fonction de la position géographique. Les cités maritimes de Leukai et de Phocée ont suivi la révolte avec, semble-t-il, un certain enthousiasme, alors qu’Éphèse, bien avant l’arrivée des Romains, sans doute dès 132, envoie une flotte combattre et vaincre celle d’Aristonicos, comme Halicarnasse l’année suivante. Qu’est-ce que a donc pu justifier des positions aussi contradictoires ?

  • 80 τήν τε πάτριον αὐτονομ[ίαν διέσωσε καὶ εἰς τὴν ἐξ ἀρχῆς] παρεγενήθη κατάστασιν (10, l. 3-5).
  • 81 σὺ δὲ τὸγ Κε[ϕ]ά[λωνος καὶ πάλιν ἐκσώιζοις κ]αὶ χ҆ ἅμ[α τὴμ πατρίδα] (3, l. 6-7). La très belle res (...)

26Disons dès l’abord qu’il n’y a guère lieu de s’en étonner : quiconque apprend un peu d’histoire grecque sait que des prises de position opposées sont fréquentes dans le monde des cités, surtout quand celles-ci sont voisines. Mais, lorsque l’on cherche à aller un peu plus loin dans l’explication que la simple jalousie entre communautés, on se heurte à un mur en raison de notre méconnaissance à peu près totale de la situation intérieure des cités et de leurs rapports précis avec le royaume attalide ou Rome au moment de la mort d’Attale III. Il me semble toutefois que, pour expliquer l’attitude des différentes cités, il faut privilégier l’idée politique de l’autonomie. Ce n’est pas un hasard si à Bargylia, l’on affirme haut et fort que la déesse, par une apparition opportune au cours de la guerre « a sauvé son autonomie ancestrale et rétabli l’ordre antérieur »80 ; si, à Pergame même, un dédicant veut donner l’impression qu’Athèna a sauvé la cité des hordes de pillards d’Aristonicos81. Les dieux viennent, dans l’imaginaire civique, en personne défendre les institutions ancestrales dans les grandes occasions et nul doute que c’est ainsi que les cités, ou les éléments les plus représentatifs de ces dernières, l’ont compris.

  • 82 (1, l. 5-6).

27Ce qui revient à dire que, pour comprendre les raisons qui ont poussé les cités dans un camp ou dans l’autre, nous sommes obligés d’interpréter leurs attitudes face aux pouvoirs face auxquels elles devaient se situer, les Attalides et les Romains, et de connaître leur statut juridique, ce qu’il ne nous est pas toujours possible de faire. Et, plus difficile, de mesurer dont la manière fut perçu, dans les tout premiers moments de sa revendication du trône, Eumène III – Aristonicos. Fut-il reconnu comme le successeur légitime ? Ce que nous savons de l’attitude des Pergaméniens, grâce au décret voté juste après la mort du roi, livre une réponse claire. Le testament d’Attale III fut accepté par les principaux magistrats de la cité et, on peut légitimement le supposer, par la classe dirigeante de la cité pour des raisons qui, il faut bien le dire, nous échappent un peu. Aucun texte contemporain, aucun commentateur moderne n’a émis l’idée qu’Aristonicos avait, dès le début, voulu soulever les classes les plus basses du royaume attalide contre le nouveau pouvoir. La liberté qu’Attale, par testament, léguait à sa ville, a sans nul doute été l’élément moteur de la décision des Pergaméniens, au même titre que « les cités et un territoire que le roi avait déterminés »82 dans son testament, comme cela a été reconnu très tôt. Il est parfaitement légitime de penser que d’autres cités ont espéré bénéficier des mêmes conditions et profiter de la disparition du pouvoir royal pour maintenir ou étendre leur liberté : dans cet esprit, Aristonicos, qui s’opposait à la liberté des cités, était naturellement l’ennemi. Et les Grecs ont pensé alors que les Romains étaient les seuls capables de les soutenir dans cette quête. Il est bien entendu commode pour nous, de taxer ces cités grecques de naïveté, de les accuser de ne pas avoir compris le sens que, treize années avant la mort d’Attale III, à Corinthe, les Romains avaient donné aux mots « alliance », « liberté » et « autonomie » en Grèce propre, un demi-siècle seulement après avoir proclamé, sur les mêmes lieux, la liberté de la Grèce par la voix de Flamininus. Mais pour les Grecs d’Asie Mineure, les Romains n’avaient pas encore la méchante figure du rapace publicain : ils étaient auréolés d’une victoire encore récente sur les Macédoniens dont, avec l’expédition de Philippe V, les cités asiatiques avaient eu un bien triste éclairage. Et elles devaient espérer qu’un allié lointain, (les Romains, avant 129, ne s’étaient jamais installés en Asie) si puissant soit-il, serait toujours plus accommodant qu’une couronne attalide que l’historiographie a trop tendance à peindre de couleurs les plus roses.

  • 83 (1, l. 11-26).
  • 84 C’est la thèse défendue par COLLINS (F.), « The Macedonians and the Revolt of Aristonicos », Ancien (...)

28Si la position hostile à Aristonicos paraît assez simple à expliquer, il n’en va pas de même des cités et communautés qui le soutinrent dans ses opérations. On peut penser que les colonies militaires ont eu un attachement sincère à la monarchie attalide. C’est la raison pour laquelle, le fait a été souligné depuis longtemps, que les Pergaméniens accordent le droit de cité à toute une série de communautés susceptibles de tendre une oreille attentive au prétendant83, parmi lesquelles les katoikiai figurent en bonne place. Ces dernières étaient en effet peuplées de Macédoniens dont on peut admettre, au moins pour certains, qu’ils étaient venus de Macédoine peu après 16684. Plus que les cohortes d’esclaves, ils formèrent sans doute l’essentiel de ces ennemis invisibles pour notre documentation épigraphique, que Manius Aquilius mit tant de temps à réduire.

  • 85 En 190, les Romains avaient pillé Phocée, bien qu’elle eût ouvert ses portes à l’armée romaine (TIT (...)
  • 86 « en lui ajoutant des cités et un territoire qu’il (le roi) a déterminés » (προσορίσας ατῆι καὶ πό (...)
  • 87 Il est possible par ailleurs que la tradition d’un Aristonicos défenseur des idéaux grecs ait été c (...)

29Mais que dire des cités littorales qui, à l’instar de Leukai ou de Phocée prirent le parti d’Aristonicos ? Il faut avouer notre ignorance, singulièrement pour une ville comme Phocée, qui n’était pas, en 133, sous la domination de Pergame. Sans doute l’attitude romaine lors de la guerre antiochique n’avait-elle pas laissé de bons souvenirs85, mais la prise de position phocéenne est sans doute antérieure à l’entrée de Rome dans le conflit. Non seulement il n’y a pas, dans le testament d’Attale tel que nous l’a conservé la tradition, la trace d’une libération de toutes les cités sujettes, mais une clause, en ajoutant au territoire de Pergame d’autres cités86 (sujettes, évidemment), prononçait la disparition pure et simple de celles-ci. Je serais assez tenté de penser que ces cités ne pouvaient voir d’un œil serein l’exécution du testament d’Attale. En quelque sorte, sa négation, et donc la permanence du royaume de Pergame dans ses frontières antérieures et son fonctionnement, était pour les cités en question la condition même de leur survie87.

  • 88 Théorie, on le sait, développée par ROSTOVTZEFF (M.), Social and Economic History of the Hellenisti (...)

30On aura remarqué que, s’agissant de la révolte d’Aristonicos, je ne privilégie pas le moins du monde l’explication socio-économique. Non point par idéologie, mais tout simplement parce que je ne la devine pas dans les sources à notre disposition. Je ne lis pas dans ces dernières de « crise » de la société pergaménienne88 et j’ai personnellement assez eu de difficultés à sortir d’une hypothétique « crise du IVe siècle » dans le monde grec pour me plonger avec plus ou moins de délectation dans une autre. Il est possible que les élites civiques aient préféré les Romains à une aventure révolutionnaire.

  • 89 DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 192-193.

31Mais un tel choix n’aurait pu être fait qu’au bout d’un certain laps de temps, après qu’Aristonicos eut subi ses premiers revers et que, si nous suivons Strabon, il eut décidé d’élargir son assise sociale. Le décret de Pergame, en promettant l’atimie et la confiscation des biens de ceux qui quitteraient la cité (et donc refuseraient les conditions du testament royal), sous-entend qu’il n’y avait pas que des hommes sans ressources et des esclaves dans les soutiens possibles d’Aristonicos en 13389 et l’on ne saurait donc faire d’Aristonicos le promoteur, dès le début, d’une révolution sociale.

  • 90 La période de la guerre d’Aristonicos, je l’ai montré par plusieurs exemples, met en lumière le rôl (...)

32Je suis donc amené à privilégier une piste politique et c’est le sillon que me paraît tracer l’ensemble de la documentation sur l’épisode. Ce sont des comportements politiques qui furent à l’origine des choix des cités à la mort d’Attale III ; tout le temps, durant ces quatre années de guerre, ce sont des intérêts politiques qui ont été à la base de leur attitude. La guerre d’Aristonicos fut donc largement menée par les communautés grecques en propre, cités ou katoikiai, chose qui paraissait manifestement naturelle aux Grecs du temps. Les choix contradictoires faits alors furent ceux de communautés responsables et furent dictés par les impératifs politiques du moment. Il peut bien sûr nous sembler étrange, incongru et anormal que la plupart des cités aient vu dans les Romains leurs alliés et même leurs sauveurs. Mais cela ne nous semble étrange que parce que nous connaissons la suite. En 131, lorsque la plupart des cités suivent Crassus, puis Perpenna et enfin Manius Aquilius dans leur guerre contre le prétendant et ses soutiens, elles ignorent qu’elles seront soumises à un joug bien plus sévère que celui des Attalides. En cela, dans les décisions prises alors, se retrouve une attitude séculaire des cités grecques, qui ne devait pas mourir avec l’arrivée définitive de Rome90.

  • 91 I. v. Pergamon, no 268, l. 11-18.

33Lorsque, peu de temps après la création de la province d’Asie, Pergame arbitre un conflit entre Éphèse et Sardes, les deux cités s’engagent à ce qu’aucun de leurs concitoyens ne prenne les armes contre l’autre cité, ne livre le passage à des forces ennemies ni ne favorise la levée de mercenaires91. Il n’y a aucune raison de croire, comme le voulait P. Foucart, que les cités concernées se donnaient par là même l’illusion de leur liberté. Libres elles étaient, libres elles voulaient le rester, ce qui les amenait à prendre les mesures adéquates. La guerre de Mithridate prouve assez qu’elles n’avaient pas encore abdiqué leurs ambitions et l’invasion parthe sous la conduite du transfuge Labienus ne put être repoussée que par la résistance efficace des cités qui ne purent à aucun moment compter sur l’aide de Rome dans cette guerre.

34L’implication des cités dans la guerre d’Aristonicos montre que, sur le plan de la guerre, il peut y avoir, entre la cité classique et la cité hellénistique, une différence d’échelle ou de degré, mais certainement pas une différence de nature.

Inscriptions relatives à la guerre d’Aristonicos

1. Pergame. Décret voté à la mort d’Attale III (133)

I. v. Pergamon, no 249 ; OGIS, 338 ; MICHEL, Recueil, no 518 ; FOUCART (P.), La formation de la province d’Asie, Paris, 1904, p. 321 ; DELPLACE (Chr.), Athenaeum, 56 (1978), p. 21-23 (trad. fr.) ; AUSTIN (M.), The Hellenistic World from Alexander to the Roman Conquest, Oxford, 1981, no 211 (trad. ang. seule)

35Sous la prêtrise de Ménestratos fils d’Apollodôros, le 19 du mois d’Eumeneios, il a plu au peuple, proposition des stratèges. Attendu que le roi Attale Philomètor, en quittant le monde des hommes, a laissé notre patrie libre en lui ajoutant des cités et un territoire qu’il a déterminés et qu’il faut à présent que ces dispositions soient confirmées par les Romains et qu’il est nécessaire, pour la sécurité commune, que les peuples (γένη) soumis participent à la citoyenneté en raison de la bienveillance absolue dont il ont fait preuve envers le peuple, à la bonne fortune. Plaise au peuple d’accorder la citoyenneté aux gens suivants. A ceux qui sont mentionnés dans les registres des résidents (έν ταῖς των παρ[οίκων άπο]γραϕαῖς) et des soldats installés dans la ville et sur le territoire ; de même, aux Macédoniens et aux Mysiens et à ceux qui sont mentionnés comme installés dans la forteresse et dans la vieille ville ; aux Masdyèniens et..., aux membres de la garde et aux mercenaires (auxiliaires ? ἐ[πικού]ροις) installés ou propriétaires dans la ville ou dans le territoire, ainsi qu’à leurs épouses et à leurs enfants. Que les enfants des affranchis, des esclaves royaux, les adultes comme les plus jeunes, soient inscrits parmi les résidents, ainsi que les femmes, sauf ceux qui ont été achetés sous les rois Philadelphe et Philomètor et ceux qui ont été retirés de biens privés pour devenir esclaves royaux et, dans les mêmes conditions, les esclaves publics. Ceux ou celles qui, parmi les habitants (ὃσοι δ[ὲ] τῶν κατοικούτων) ont ou auront quitté la ville ou le territoire à l’occasion de la mort du roi, qu’ils et elles subissent l’atimie et que les biens de chacun reviennent à la cité.

36Le 24 (du même mois), il a plu au peuple, proposition des stratèges. Attendu que le décret précédent à propos de l’octroi de la citoyenneté à ceux qui sont mentionnés dans les registres des résidents et aux autres catégories précisées dans le décret et à propos de l’inscription parmi les résidents des enfants d’affranchis et des esclaves royaux et publics...

2. Pergame. Senatus-consulte acceptant le legs d’Attale III (132)92

  • 92 La datation de ce texte a parfois été abaissée jusqu’en 127/6 : cf. FERRARY (J.-L.), dans BRESSON e (...)

OGIS, 435 ; SHERK, RDGE, no 11 (trad. ang.) ; DELPLACE (Chr.), Athenaeum, 56, 1978, p. 28-29 ; AUSTIN (M.), The Hellenistic World from Alexander to the Roman Conquest, Oxford, 1981, no 214 (trad. ang. seule) ; BERTRAND, IHG, no 136 (trad. fr. seule)

37Décision du Sénat. Gaïus Popillius, fils de Gaïus, préteur, a donné son avis, le...ème jour avant... Septembre (ou Novembre, ou Décembre). A propos des affaires de Pergame, dont on a discuté les instructions données aux préteurs partant pour l’Asie, afin que les règlements, les donations, les affranchissements, les amendes décidées en Asie par les rois jusqu’à la mort d’Attale aient force de loi, il a été là-dessus ainsi décidé par le Sénat. A propos de l’exposé fait par le préteur Gaïus Popillius fils de Gaïus, il a été décidé ainsi : afin que tous les règlements, les amendes, les affranchissements et les donations décidés par le roi Attale et par les autres rois, que toutes ces choses décidées jusqu’au jour de la mort d’Attale aient force de loi ; que les préteurs partant pour l’Asie ne changent rien sans raison et qu’ils aient soin à les maintenir souveraines, selon ce que le Sénat a décidé.

3. Pergame. Dédicace en l’honneur d’Athèna (133-129)

HILLER VON GAERTRINGEN (F.), Historische griechische Epigramme, Bonn, 1926, no 111

[ - 8 - Κεϕάλωνο]ςʼ Αθ[ην]αίηι,
[
το]ίη μοι παρστᾶσα, Διός θύγατερ μεγάλοιο
Παλλάς, ἀνέμνησας τῶμ πρότερομ παθέων.
[
]μος δὲ στρατὸ[ς ]λθε]ν Aριστόνικου πολὺς ὧδε,
[σῷος ὑπεξέδ]ρα[μον] σαῖς ὑποθημοσύναις
[το][ς] ληις[τ]α[ῖς μις]θὸν καταθείς̇ σὺ δὲ τὸγ Κε[ϕ]ά[λωνος]
[καὶ πάλιν ἐκσώιζοις κ]αὶ χ᾽ ἅμ[α τὴμ πατρίδα]
.
l. 7 : (χἄμ[α]?)

38« X..., le fils de Képhalôn, à Athèna. En m’apportant un tel concours, Pallas, fille du grand Zeus, tu m’as remis en mémoire mes précédentes épreuves. Et, lorsque survint l’armée si nombreuse d’Aristonicos, je m’en suis tiré sauf, grâce à tes enseignements, en versant un salaire aux brigands. Et toi, une fois encore, puisses-tu faire une fois encore le salut du fils de Képhalôn et, en même temps, celui de la patrie ».

4. Elaia. Décret de la cité à la fin de la guerre (c. 129)

IGRR, IV, 1692 ; Syll.3, 694 ; AUSTIN (M.), The Hellenistic World from Alexander to the Roman Conquest, Oxford, 1981, no 213 (trad. ang. seule. Décret assigné à Pergame) ; BERTRAND, IHG, no 135 (trad. fr. seule) ; CANALI DI ROSSI (F.), Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997, no 299 (Pergame, Elaia ou Pitanè) ; LE GUEN (B.), Les associations de Technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy, 2001, no 54 (trad. fr.) ; ISE, III, no 186 (trad. it.)

39(l. 11-22) Attendu que notre peuple, conservant depuis l’origine sa bienveillance et son amitié à l’égard des Romains, a montré, dans les occasions les plus critiques, de nombreux et grands témoignages de ses intentions ; et, de la même manière, durant la guerre contre Aristonicos (έν τῶι πολέ]μωι τώι πρ[ὸς ᾽Αρ]ιστόνικον), il a supporté avec un zèle entier de grands dangers sur terre comme sur mer (μεγάλο[υς ὑπέ]στη κινδύ[νους κ]αὶ κατὰ γὴν καὶ κ[ατὰ θ]άλασσαν) ; en contrepartie de quoi le peuple romain, comprenant les intentions de notre peuple et acceptant notre bienveillance, a reçu notre peuple dans son amitié et son alliance...

5. Sestos. Décret en l’honneur de Ménas (ap. 127)

OGIS, 339 ; FOUCART (P.), La formation de la province d’Asie, Paris, 1904, p. 318-319 ; MICHEL, Recueil, no 327 ; GIBM, 1000 ; AUSTIN (M.), The Hellenistic World from Alexander to the Roman Conquest, Oxford, 1981, no 215 (trad. ang. seule) ; I. Sestos, no 1 (trad. all.)

40(l. 16-26) Les rois ayant rejoint les dieux et la cité se trouvant dans une situation dangereuse (τῆς πόλεως ἐν ἐπικινδύνωι καιρῶι γενομένης) en raison de la peur exercée par les Thraces du voisinage et par d’autres difficultés survenues du fait d’infortunes soudaines, Ménas n’a cessé de parler et d’agir de la plus belle et de la meilleure des manières, donnant sans détour de lui-même en vue d’être utile à la cité ; il s’est chargé avec zèle d’ambassades auprès des consuls envoyés par les Romains vers l’Asie (πρός τε τοὺς στρατηγοὺς τοὺς άποστελλομένους ὑπὸ Ῥωμαίων εἰς τὴν Ἀσίαν) ainsi que des légats, ambassades dans lesquelles le peuple n’eut à souffrir de rien mais au contraire fut bénéficiaire en tout grâce à la peine endurée par les ambassadeurs. Et, quand il fut envoyé chez d’autres peuples en des circonstances critiques (ἐν καιρος ἀναγκαίοις) avec ses collègues, il assura de avantages à la patrie et, dans ce contexte de guerre (ἔν τε τας πολεμικας περιστάσεσιν), il ne cessa de se montrer comme un homme généreux envers le peuple. [...]

41(l. 53-59) Appelé une seconde fois pour exercer la gymnasiarchie, en des circonstances difficiles et alors que nous étions accablés depuis de longues années en raison des incursions des Thraces et des guerres qui cernaient la cité (καὶ τοὺς περιστάντας τὴν πόλιν πολέμους), à cause desquelles tout avait disparu des champs et la majeure partie du territoire n’était plus ensemencée, ce qui déclencha une disette de blé amenant un appauvrissement pour le peuple dans son ensemble et pour chacun des citoyens en particulier, ce dont Ménas fut l’un des plus affligés.

6. Cyzique. Décret en l’honneur de Machaon (ap. 129)

IGRR, IV, 134 ; FOUCART (P.), La formation de la province d’Asie, p. 323-324 ; CANALI DI ROSSI (F.), Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997, no 296 ; Il ruolo dei patroni nelle relazioni politiche di Roma, Leipzig, 2001, no 143, p. 194 ; ISE, III, no 184 (trad. it.)

42(l. 4-24) Alors qu’une guerre affligeait les citoyens (περις[τάν]τος πολέμου τοὺς πολίτας), [Machaon], voulant se montrer égal à lui-même, conserva la bienveillance qu’il manifestait déjà devant le peuple et, alors que la cité était assiégée (τῆς πόλεως περιεχομένης), sans tenir compte des dangers, il se dévoua de son plein gré aux nécessités communes. Envoyé auprès du consul Marcus Cosconius en Macédoine, il négocia toutes choses avantageuses pour la cité. Le peuple ayant compris la nécessité d’envoyer des ambassadeurs devant le Sénat des Romains, en raison des dangers ambiants (([διὰ] τοὺς περιεστῶτας κινδύνους), négligeant de la même manière peine et dangers, et sans tenir compte d’une perte de ses ressources, il se proposa lui-même avec zèle pour l’ambassade et, ayant montré la situation de la cité, il reçut une réponse pleine d’humanité et conforme à la bienveillance des citoyens à l’égard des Romains et à son dévouement pour les affaires publiques. Et lorsque les Romains débarquèrent en Asie (διαβά[ντ]ων δ τῶν Ῥωμαίων εἰς τὴν Ἀσίαν), il n’eut de cesse, en tant qu’ambassadeur, d’exposer auprès de tous les droits de la cité et il ne manqua pas de faire campagne avec eux (συστρατευόμενος) en leur ayant signifié la bienveillance du peuple et, par ses relations et ses actes, il a accepté de patronner la cité de façon authentique. Ensuite, désigné stratège du territoire public, il lutta contre ceux qui faisaient des incursions ([πρὸ]ς ἐπιτροχαζόντων διηγώνισ[ε]), détournant ainsi des citoyens le malheur et la peine.

7. Claros. Décret en l’honneur de Polemaios (après 129)

ROBERT (L. et J.), Claros I, no 1 (trad. fr.) ; SARTRE (M.), L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003, p. 213 (trad. fr. seule) ; ISE, III, no 179 (trad. it. Daté de c. 75)

43(col. II, l. 24-51 ; trad. J.-L. R. p. 35-36) [Polémaios] obtint audience des chefs romains et, s’étant montré digne de leur amitié, il a procuré le fruit de celle-ci à ses concitoyens, ayant établi des liens de patronat pour sa patrie avec les plus éminents des hommes. Ayant reçu du Sénat un témoignage conforme à sa fermeté, pillage et attaque à main armée se produisant avec des dommages sur le territoire qui nous appartient, à la cité des esclaves (ἐπὶ Δούλων πόλεως), non seulement étant parti en voyage avec son collègue d’ambassade, il a trouvé pour ces faits un arrangement conforme aux circonstances difficiles mais, par une décision du Sénat, il a empêché les pillages des semences et les déprédations, le Sénat ayant donné l’ordre à ceux qui agissaient ainsi de ne causer aucun tort au peuple, et aux gouverneurs (στρατηγοί ) qui viennent dans la province s’occuper de ces choses.

8. Priène. Décret en l’honneur de Moschion

I. v. Priene, no 108

44(l. 223-230) Par la suite, quand le consul des Romains, Marcus Perpenna, fils de Marcus, vint en Asie (παραγενηθέντος εἰς τὴν’ Ασίαν) avec des forces de cavalerie et d’infanterie contre ceux qui avaient entrepris de s’opposer au Sénat, il l’emporta glorieusement et vainquit les ennemis (κυ[ρι]εύσαντος τῶν πολεμίων) ; quand il rendit des actions de grâces (άποδιδόντος δ χαριστήρια) dans la ville de Pergame et écrivit au peuple à propos des jeux et des sacrifices qu’il convenait d’organiser, [Moschion] fut désigné ambassadeur et théore...

9. Gordos. Décret en l’honneur de X, fils d’Anaximbrotos (ap. 129)

MALAY (H.) et PETZL (G.), EA, 3, 1984 ; SEG, 34, 1198 ; Bull. épigr., 1984, 384 ; CANALI DI ROSSI (F.), Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997, no 297 ; ISE, III, no 187 (trad. it.)

45(l. 5-13) Il a plu aux Mysiens de l’Abbaïtide à Gordos. Attendu que... fils d’Anaximbrotos, homme bon et généreux, recherché par les rois, s’est engagé résolument dans la guerre lancée contre Aristonicos (ἐν τῶι πρὸς Ἀρισ[τόνικον ἐν]στάντι πολέμωι) et, envoyé en ambassade dans l’intérêt commun, il a conservé le peuple dans l’amitié des Romains, les bienfaiteurs communs de tous...

10. Bargylia. Décret sur le culte d’Artémis Kyndia après une épiphanie (ap. 129)

ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, 1937, p. 459-465 ; I. Iasos, no 613

46(l. 1-5) Sous la stéphanéphorie de ..., Poséidonios fils de Ménandros a proposé. Attendu que durant la guerre, quand de nombreux et grands dangers ont menacé notre cité et son territoire (ἐ[πειδὴ ἐν τῶι πολέμωι πολλῶν καὶ μεγάλων] περιστάτων κινδύνων τήν τε πόλιν μῶν [καὶ τὴν χώραν]), le peuple, grâce à l’épiphanie d’Artémis, a sauvé son autonomie ancestrale (τήν τε πάτριον αὐτονομ[ίαν διέσωσε]) et rétabli l’ordre antérieur ([καὶ εἰς τὴν έξ ἀρχῆς] παρεγενήθη κατάστασιν)

11. Bargylia. Décret en l’honneur de Poséidonios (ap. 129)

FOUCART (P.), La formation de la province d’Asie, Paris, 1904, p. 327-330 ; HOLLEAUX, Études, II, p. 179-198 ; I. Iasos, no 612 ; BLÜMEL (W.), « Kopien A. Biliottis von Inschriften aus Halikarnassos, Bargylia, Keramos und Cos », Arkeoloji Dergisi, 2 (1994), p. 99-117

47(frag. A l. 13-20). Lorsque Manius Aquillius, consul des Romains, partit en Mysie appelée Abbaïtide dans les régions du haut-pays (εἰς τοὺς ἄνω τόπους), laissant sur le territoire le légat Gnaius Domitius, fils de Gnaius, et avec lui une partie de son armée et la plupart des alliés, en amenant avec lui les soldats envoyés par le peuple en qualité d’auxiliaires (ou : en vertu de l’alliance) ([ὑ]πὸ τοῦ δήμου ἀποσταλέντας κατὰ συμμαχίαν [στρατιώτας]), remportant de nombreux et grands succès et prenant par la force toutes les forteresses considérées comme difficiles à prendre...

48(frag. B l. 23-35). La guerre s’étant rallumée, il arriva que notre cité fut gravement épuisée en raison des réquisitions ordonnées par Quintus Caepio immédiatement après notre engagement militaire auprès des Romains et que des soldats en grand nombre fussent envoyés par le peuple et enrôlés pour la guerre, amenant alors un appauvrissement ( ?). Pensant dans ces conditions que Poséidonios était l’homme adéquat, le peuple le convia à renouveler les demandes précédentes à propos des soldats, afin que les réquisitions imposées à la cité par Quintus Caepio ne fussent plus exigées, conformément au choix précédent du consul Manius Aquillius. Il répondit avec empressement à l’invitation et, partant avec ses collègues d’ambassade, il eut une entrevue avec Gnaius et, trouvant pour sa patrie les discours adaptés, il ramena les soldats (τούς τε στρατίώτας ἐκομίσατο) et délivra la cité de la dépense qu’elle engageait pour eux.

12. Bargasa. Décret en l’honneur d’Apollonios (ap. 129)

BRIANT (P.) et BRUN (P.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 241-259 (trad. fr.)

49(l. 12-21). Quand Manius Aquillius, consul des Romains, nous adressa l’ordre de loger des soldats, que le peuple était éprouvé par les difficultés que connaissaient le territoire et la ville et par les dépenses exigées par notre dévouement envers les Romains, que le désordre et une grande crainte s’étaient emparés de la ville et du territoire ([κ]αὶ τοῦ δήμου θλιβομένου διά τε τὴν περίστασιν τῆς χώρας καὶ τῆς πόλε[ως καὶ διὰ τὸ ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιαν καὶ ταραχῆς [καὶ προ]σδοκίας μεγάλης οὔσης κατά τε τὴν [π]όλιν καὶ τὴν [χώραν]), alors, négligeant son propre intérêt et un péril plus grand pour celui qui séjourne loin de chez lui, envoyé en ambassade auprès du consul, il se présenta devant lui et, ayant lutté pour exempter sa patrie du cantonnement des troupes, il persuada de ne pas envoyer les soldats ( ?)…

13. Halicarnasse. Souscription pour l’équipement d’un vaisseau lors de la guerre d’Aristonicos (ap. 131)

WILHELM (A.), JÖAI, 11 (1908), no 6 p. 69 [ = Kleine Schriften, II-1, p. 301-302] ; ROBERT (L. et J.), Claros I, p. 30 ; MIGEOTTE (L.), Les souscriptions publiques en Grèce ancienne, Paris, 1992, no 78 (trad. fr.)

50Sous la prêtrise de Basileidès, au mois d’Eleutherion. Ceux qui y avaient été conviés ont promis en don à la cité l’équipement (ou les frais de l’équipage) (ἐπηγγείλαντο δωρεὰν τῇ πόλει (π)λήρω(σ)ιν) du navire envoyé auprès du consul Publius Valerius Crassus et de ceux qui avaient été envoyés dans les régions de l’Asie (πρὸς τοὺς τόπους τῆς Ἀσίας) contre ceux qui avaient rompu la paix (κατὰ τοὺς λύοντας τὴν εἰρήνην).

14. Halicarnasse. Dédicace des commandants du vaisseau qui a combattu la flotte d’Aristonicos

LE BAS et WADDINGTON, II, 504 ; WILHELM (A.), JÖAI, 11, (1908), p. 70 [ = Kleine Schriften, II-1, p. 302]

51Les Halicarnassiens qui ont combattu sur la tétrère, alors que Philagros, fils de Démétrios, était navarque et Androsthénès, fils d’Andron, était triérarque, à Apollon Archegète et à Asclépios.

15. Méthymna. Décret des neoi (c. 129)

IG XII Suppl. 116 ; LABARRE (G.), Les cités de Lesbos, Paris, 1996, no 65 (trad. fr.)

52(l. 6-13) Attendu que les neoi voient que peuple est accablé en raison de mauvaises récoltes successives de céréales et des impôts pour l’achat de blé (τὸν δῆμον διὰ τὰς ψσεχεῖς ἀϕορίας ἐν τοῖς σίττοις καὶ τὰς εἰσϕορὰς τῶν χρημάτων εἰς τὰς σιτωνία[ς] θλειβομένον) et parce qu’il a contribué à plusieurs reprises pour des sommes élevées en raison de son dévouement et de son amitié envers les Romains et en raison de l’alliance conclue avec eux et de sa participation à la guerre en Asie... (διὰ τὴν [···] πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιάν τε καί ϕιλίαν καὶ διὰ τὴν ὑπάρχουσαν πρὸς αυτούς συμμαχίαν κοινωνοῦντος τοῦ συνεστῶτος αὐτοῖς ἐν τῆι Ἀσίᾳ πολέμου).

16. Délos. Décret pour un ambassadeur évoquant des légats romains passés en Asie

IG XI 4, 713 ; ISE III, no 157 (trad. it.)

53Décret très mutilé, d’où émergent quelques phrases [τοῦ στρα]τοπέδου Ῥωμαίων, « de l’armée des Romains » (l. 8-9), [καὶ τοὺς δέκα] πρεσβευτὰς τοὺς ἐκ [τῆς Ῥώμης ἀποστελλομένους περὶ] τῶν ἐν τεῖ Ἀσίαι πρασγμάτων], « les dix légats envoyés depuis Rome pour s’occuper des affaires de l’Asie » (l. 14-16)

17. Kassopè (Épire). Dédicace de trois Épirotes revenus de la guerre contre Aristonicos (c. 130)

SEG, 36, 555 ; ZPE, 87 (1991), p. 132 ; ISE, III, no 147 (trad. it.)

54Philotas, fils de Phrynon, Hipparchos, fils de Philoxénos, Kylisos, fils de Polyxénos, à Héraclès Sôter. Ils l’ont salué, Héraclès, le rejeton de Zeus eux qui, partis en Asie en chars équestres lorsque le consul Marcos (Perpenna) menait l’armée contre Aristonicos (ὅτε στρατηγὸς ἦγε Μάαρκος στρατὸν ἐπʼ Ἀριστόνικον), qu’ils amenèrent à Rome après l’avoir vaincu par la lance (ὃv κρατήσαντες δορὶ Ῥώμην ἄγουσιν), ceux de Bouchetion, rejetons d’Oxylos l’indigène. Revenus saufs dans leur patrie, ils ont fait un sacrifice et l’ont consacré à Héraclès, toujours à leurs côtés dans les combats guerriers.

55Remarque de dernière minute : au moment où il convient de donner cette communication aux éditeurs, je prends connaissance d’une inscription de Métropolis d’Ionie, publiée avec un long commentaire dans les IK (I. Metropolis, Bonn, 2003) par H. Engelmann et B. Dreyer, qui apporte de nouveaux et importants éléments pour la compréhension de la guerre d’Aristonicos. Pour des raisons de temps, il ne m’a pas été possible de reprendre tous les aspects novateurs que présente cette longue inscription, mais elle ne remet pas en question les conclusions auxquelles je suis parvenu. Elle atteste une fois de plus l’intensité de la guerre dans l’intérieur de la Mysie puisque le citoyen honoré, Apollonios, fils d’Attale, a organisé la levée de troupes pour combattre aux côtés des Romains contre Aristonicos (dont le nom est cité) et menant son armée vers Thyatire. Le contingent commandé par Apollonios était formé de neaniskoi. Les noms d’au moins treize jeunes soldats de Métropolis, tombés dans la guerre en même temps qu’Apollonios, terminent l’inscription, que l’éditeur date de l’année 131-130.

Bibliographie

ADAMS (J.-P.), « Aristonicos and the cistophoroi », Historia, 29 (1980), p. 302-314.

AFRICA (T.W.), « Aristonicus, Blossius and the City of Sun », International Review of Social History, 6 (1961), p. 110-124.

AUSTIN (M.), The Hellenistic World from Alexander to the Roman Conquest, Oxford, 1981.

BASILE (M.), « Le città greche ed Aristonico », Seia, 2, 1985, p. 104-116.

BERNHARDT (R.), Polis und römische Herrschaft in der späten Republik (149-31 v. Chr.), Berlin, 1985.

BÖMER (F.), Untersuchungen über die Religion der Sklaven in Griechenland und Rom. T. III : Die wichtigsten Kulte der griechischen Welt, Mayence, 1961.

BRIANT (P.) et BRUN (P.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », dans BRESSON (A.) et DESCAT (R.), éd., Les Cités d’Asie Mineure au IIe siècle a.C., Bordeaux, 2001, p. 241-259.

BUSSI (S.), « La monetazione di Aristonico », RIN, 98 (1997), p. 109-122.

CANALI DI ROSSI (F.), Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome, 1997.

CARRATA THOMES (F.), La rivolta di Aristonico e le origini della provincia romana d’Asia, Turin, 1968.

COLLINS (F.), « The Macedonians and the Revolt of Aristonicos », Ancient World, 3 (1980), p. 83-87.

DELPLACE (Chr.), « Le contenu social et économique du soulèvement d’Aristonicos : opposition entre riches et pauvres ? », Athenaeum, 56 (1978), p. 20-53.

DUMONT (J.-C.), « A propos d’Aristonicos », Eirene, 6 (1966), p. 189-196.

FERRARY (J.-L.), « Le statut des cités libres dans l’empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI (1991), p. 557-577.

FERRARY (J.-L.), « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle », dans BRESSON et DESCAT, Les Cités d’Asie Mineure au IIe siècle a.C., Bordeaux, 2001, p. 93-106.

FOUCART (P.), « La formation de la province romaine d’Asie », Mémoires de l’Institut National de France, 37-1, Paris, 1904, p. 297-339.

GRUEN (E.S.), The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley, 1984

HILLER VON GAERTRINGEN (F.), Historische griechische Epigramme, Bonn, 1926.

HOLLEAUX (M.), « Le décret de Bargylia en l’honneur de Poséidonios », Études d’épigraphie et d’histoire grecques, II, Paris, 1938, p. 179-198.

KALLET-MARX (R.), Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B.C., Berkeley, 1995.

MAC SHANE (R.), The Foreign Policy of the Attalids of Pergamum, Urbana, 1964.

MAGIE (D.), Roman Rule in Asia Minor to the End of third Century after Christ, Princeton, 1950.

ROBERT (L.), Études anatoliennes, Paris, 1937.

ROBERT (L.), Villes d’Asie Mineure2, Paris, 1962.

ROBERT (L. et J.), Claros I, Paris, 1989.

ROBINSON (E.S.G.), « Cistophori in the Name of King Eumenes », NC 6th ser., 14 (1954), p. 1-8.

ROSTOVTZEFF (M.), Social and Economic History of the Hellenistic World, Cambridge, 1941.

RUBINSOHN (Z.), « The Bellum Asiaticum. A Reconsideration », Storia Antica, Istituto Lombardo, 107 (1973), p. 546-570.

SARTRE (M.), L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003.

TARN (W.W.), « Alexander the Great and the Unity of Mankind », Proceedings of the British Academy, 19 (1933), p. 123-166.

VAVRINEK (V.), La révolte d’Aristonicos, Prague, 1957.

VAVRINEK (V.), « Aristonicus of Pergamon : Pretender to the throne or Leader of a Slave revolt ? » Eirene, 13 (1975), p. 109-129.

VOGT (J.), Sklaverei und Humanität, Stuttgart, 1965.

Notes

1 Mon intérêt pour la guerre d’Aristonicos est né de la découverte, lors de nos expéditions cariennes avec A. Bresson, P. Briant, P. Debord, R. Descat et E. Varinlioğlu, d’une inscription qui a permis d’en renouveler l’étude. Cette inscription a été publiée par les soins de P. Briant et de moi-même et une bonne partie des réflexions sur les événements et implications de cette guerre est née des échanges fructueux que j’ai eus alors avec P. Briant, que je tiens à associer à ce travail-ci.

2 STRABON, XIV, 1, 38 : πλῆθος ἀπόρων τε ἀνθρώπών καὶ δούλων.

3 Claros, Gordos, Bargasa et Kassopè. Voir l’annexe épigraphique à la fin de l’article et mes remarques ultimes.

4 Il s’agit de Cnaius Domitius et de Quintus Caepio, mentionnés par le décret de Bargylia (11). A ces deux noms, il est possible d’ajouter celui de Cnaius Octavius, consul en 128, et honoré à Délos par les Poséidoniastes de Berytos (ID 1782). E. Badian, qui a proposé ce rapprochement, émet l’hypothèse de voir en Cn. Octavius le préteur de 131, commandant de la flotte romaine envoyée contre Aristonicos : BADIAN (E.), « The Consuls 179-49 B.C. », Chiron, 20 (1990), p. 371-413, not. p. 407. L’hypothèse est d’autant plus séduisante qu’il est confirmé, par deux inscriptions d’Halicarnasse (13, 14), que l’armée romaine avait envoyé une flotte de guerre.

5 Le premier texte de Pergame est antérieur à la révolte proprement dite.

6 J’écarte de la documentation relative à la guerre d’Aristonicos ce que l’on pourrait appeler le « dossier Diodoros Pasparos ». Il semble désormais acquis que les faits rapportés datent des années c. 69 et non des années immédiatement postérieures à la guerre de 133-129 et, faute de documents nouveaux, il n’est peut-être pas indispensable de réouvrir des discussions supposées closes. Voir en dernier lieu la ferme mise au point de GAUTHIER (Ph.), Bull. épigr., 2002, 351.

7 Pergame : [ἦ]μος δὲ στρατὸ[ς ἦ]λ[θε]ν Ἀριστόνικου πολὺς ὧδε (3, l. 4) ; Elaia : ἐν τ[ῶι πολέίμωι τῶι πρ[ὸς Ἀρ]ιστόνικον (4) ; Gordos : ἐν τῶι πρὸς Ἀρισ[τόνικον ἐν]στάντι πολέμωι (9) ; Kassopè d’Épire : ὅτε στρατηγὸς ἦγε Μάαρκος στρατὸν επʼἈριστόνικον (17).

8 Pergame, (3, l. 7) ; Halicarnasse : τοὺς λύοντας τὴν εἰρήνην (13, l. 4-5) ; Priène : κυ[ρι]εύσαντος τῶν πολεμίων (8, l. 227). Sur Moschion de Priène et ses honneurs, cf. GAUTHIER (Ph.), Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, Paris, 1985, p. 58-59 ; 73.

9 STRABON, XIV, 1, 38 : πλῆθος ἀπόρων τε ἀνθρώπων καὶ δούλων.

10 Claros : ἐπὶ Δούλων πόλεως (7, II l. 37). Les premiers éditeurs ROBERT (L. et J.), Claros I, p. 37-38, ont naturellement fait le rapprochement avec le passage de Strabon. Cf. infra.

11 ἐν τῆι Ἀσίᾳ πόλεμος (15, l. 13).

12 Sestos : πρός τε τοὺς στρατηγοὺς τοὺς ἀποστελλομένους ὑπὸ Ῥωμαίων εἰς τὴν Ἀσίαν (5, l. 21-22) ; Cyzique : διαβά[ντ]ων δὲ τῶν Ῥωμαίων εἰς τὴν Ἀσίαν (6, l. 18-19) ; Délos : [καὶ τοὺς δέκα] πρεσβευτὰς τοὺς ἐκ [τῆς Ῥώμης άποστελλομένους περὶ] τῶν ἐν τεῖ Ἀσίαι πρα[γμάτων] (16, l. 14-16).

13 τοὺς πεμϕθέντας πρὸς τοὺς τόπους τῆς Ἀσίας (13, l. 4).

14 Elaia : μεγάλο[υς ὑπέ]στη κινδύ[νους κ]αὶ κατὰ γὴν καὶ κ[ατὰ θ]άλασσαν (4, l. 16-17) ; Sestos : τῆς πόλεως ἐν ἐπικινδύνωι καιρῶι γενομένης (5, l. 15-16) ; Cyzique : [διὰ] τοὺς περιεστῶτας κινδύνους (6, l. 13) ; Bargylia : ἐ[πειδὴ ἐν τῶι πολέμωι πολλῶν καὶ μεγάλων] περιστάτων κινδύνων τήν τε πόλιν ἡμῶν [καὶ τὴν χώραν] (10, l. 2-3).

15 Sestos (5, l. 17).

16 Bargasa (12, l. 15).

17 Sestos (5, l. 25-26 ; 55) ; Cyzique (6, l. 4) ; Bargasa (12, l. 14).

18 ἁρπαγή :Colophon (7, II, l. 34) ; ληιστεῖς Pergame (3, l . 6).

19 Méthymna (15, l. 6-8).

20 Bargylia (11, B, l. 23-25).

21 Cyzique : « la bienveillance des citoyens à l’égard des Romains » (6, l. 17-18) ; Bargasa : « les dépenses exigées par notre dévouement envers les Romains » (τό ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιαν) (12, l. 15) ; Méthymna : « en raison de son [i.e. le peuple] dévouement et de son amitié envers les Romains et en raison de l’alliance conclue avec eux » (διὰ τήν [...] πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιάν τε καὶ ϕιλίαν καὶ διὰ τὴν ὑπάρχουσαν πρὸς αὐτοὺς συμμαχίαν (15, l. 9-11).

22 Gordos : πρὸς Ῥωμαίους τοὺς κοινοὺς εὐεργέτας ἁπάντων (9, l. 12-13). Cette expression est assez fréquente dans des contextes différents. Ainsi, le recueil de F. Canali di Rossi, ISE, III, fournit d’autres attestations d’expressions identiques ou voisines : ISE, III, 133, l. 11-12 (décret des clérouques athéniens de Lemnos) ; ISE, III, 144 l. 2 (décret pour Archénoos de Chalcis) ; ISE, III, 158, l. 13-14 (décret d’Érésos pour un médecin) ; ISE, III, 159 l. 3 (décret de Mytilène pour Théophane).

23 IGRR, IV, 293, col. II, l. 23-24. Ces honneurs cultuels à Aquilius montrent surtout que c’est le droit du conquérant (et de son représentant sur place) qui l’emporte plus que celui de l’héritier.

24 Entre autres : VAVRINEK (V.), La révolte d’Aristonicos, Prague, 1957 ; ROBERT (L. ET J.), Claros I, p. 29-35 ; BRIANT (P.) et BRUN (P.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 241-259 ; FERRARY (J.-L.), « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 93-106.

25 Le décret de Pergame (1, l. 3-6) ne dit rien de cela : « attendu que le roi Attale Philomètor, en quittant le monde des hommes, a laissé notre patrie libre en lui ajoutant des cités et un territoire qu’il a déterminés et qu’il faut à présent que ces dispositions soient confirmées par les Romains ». Le senatus-consulte qui lui répond (2, l. 5-10) n’est pas plus explicite sur ce point : « A propos des affaires de Pergame, dont on a discuté les instructions données aux préteurs partant pour l’Asie, afin que les règlements, les donations, les affranchissements, les amendes décidées en Asie par les rois jusqu’à la mort d’Attale aient force de loi, il a été là-dessus ainsi décidé par le Sénat ». Les textes littéraires (d’obédience romaine, on ne l’oubliera pas) évoquent explicitement un testament : APPIEN, Guerre de Mithridate, 62 (discours de Sylla devant les représentants des cités grecques réunies à Éphèse après la défaite de Mithridate en 84) ; TITE LIVE, Periochae, 58-59 ; FLORUS, I, 35 ; VELLEIUS PATERCULUS, Histoire romaine, II, 4 ; JUSTIN, Histoire universelle, XXXVII, 4. Les auteurs chronologiquement proches des événements – des Grecs – n’en font pas mention : (STRABON, XIV, 1, 38 : « Leukai, une petite ville qui, après la mort d’Attale Philomètor, fut entraînée dans la révolte par Aristonicos (ὃ ἀπέστηεν ʼAριστόνικoς), réputé appartenir à la famille royale et qui tenta d’usurper le royaume » ; DIODORE, XXXIV-XXXV, 2, 26 : « Des événements similaires [D. vient de raconter la révolte servile de Sicile en 135] eurent lieu en Asie à la même période, après qu’Aristonicos eut revendiqué une royauté qui ne lui revenait pas »). On ajoutera qu’une tradition, transmise par Salluste et venant de Mithridate, faisait de ce testament un faux : « [Les Romains] firent d’Eumène, à force d’exactions et d’outrages, le plus misérable des esclaves. De plus, à la faveur d’un faux testament sacrilège, ils s’emparèrent de son fils Aristonicus et, parce qu’il avait réclamé le trône paternel, il le firent défiler dans un triomphe comme un ennemi. L’Asie a été occupée par eux » : SALLUSTE, Histoires. Lettre de Mithridate, 8-9. Il n’est pas exclu que la situation testamentaire ait été moins claire qu’on le dit généralement.

26 En pleine réforme agraire, Tiberius Gracchus vit évidemment dans les trésors d’Attale une manne pour le financement de ses projets.

27 Ce texte (ici le 2) est généralement daté de 132. Certains ont proposé d’en abaisser la rédaction jusqu’en 127, sans doute parce qu’il ne mentionne pas explicitement le testament et qu’il peut être interprété moins comme une acceptation de ce dernier que comme les bases de l’organisation de la province d’Asie : cf. FERRARY (J.-L.) dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, n. 42 p. 100 pour un point historiographique.

28 Le monnayage d’Eumène III, des cistophores, a été assez largement étudié : cf. infra, note 40.

29 FLORUS, I, 35, parle de la prise de Myndos, Samos et Colophon.

30 STRABON, XIV, 1, 38.

31 Parmi lesquelles Halicarnasse, qui envoya un navire auprès du consul : cf. les inscriptions 13 et 14.

32 La précision géographique est fournie par VALÈRE MAXIME, Faits et Dits mémorables, III. 2, 12. La mort d’un consul au combat explique le nombre élevé de relations de la défaite de Crassus : TITE LIVE, Periochae, 58-59 ; FLORUS, I, 35 ; OROSE, Histoires, V, 10, 1-3 ; FRONTIN, Stratagèmes, I,. 6, 16 ; JUSTIN, Histoire universelle, XXXVII, 4 ; EUTROPE, Abrégé d’Histoire romaine, IV, 20.

33 La défaite finale du prétendant est bien entendu largement mentionnée par les sources littéraires : TITE LIVE, Periochae, 58-59 ; STRABON, XIV, 1, 38 ; SALLUSTE, Histoires. Lettre de Mithridate, 8-9 ; FLORUS, I, 35 ; VELLEIUS PATERCULUS, Histoire romaine, II, 4 ; JUSTIN, Histoire universelle, XXXVII, 4 ; EUTROPE, Abrégé d’Histoire romaine, IV, 20. L’inscription de Kassopè d’Épire rappelle la participation de mercenaires épirotes au transfert à Rome du prisonnier (17). La mort du prétendant laisse place à quelques interprétations divergentes : mort en prison pour Strabon, traîné au triomphe pour Salluste, étranglé dans son cachot de Rome pour Orose et Eutrope, autant de conclusions pas nécessairement contradictoires.

34 I. 35 : « Aquilius en finit avec les dernières secousses de la guerre d’Asie (asiatici belli reliquias confecit) ».

35 C’est surtout grâce aux inscriptions que l’on peut prendre connaissance de cet élargissement du front, que taisent les sources littéraires. Les régions de l’Hellespont (5 et 6), de Mysie (9) et de Carie, tant littorale (10 et 11) qu’intérieure (12), furent touchées.

36 MOSSÉ (C.), La tyrannie en Grèce ancienne, Paris, 1969, p. 193-201 ; VAVRINEK (V.), La révolte d’Aristonicos, p. 1-69.

37 PLUTARQUE, Tib. Gracchus, 20, 7. TARN (W.W.), « Alexander the Great and the Unity of Mankind », Proceedings of the British Academy, 19 (1933), p. 123, voyait dans Héliopolis une utopie stoïcienne et VAVRINEK (V.), « Aristonicus of Pergamon : Pretender to the throne or Leader of a Slave revolt ? », Eirene, 13 (1975), p. 123-127, fait de ses partisans des adorateurs du culte du Soleil, ce que dénie tout à fait BÖMER (F.), Untersuchungen über die religion der Sklaven in Griechenland und Rom. T. III : Die wichtigsten Kulte der griechischen Welt, Mayence, 1961, p. 397, pour qui ce nom d’Héliopolitains vient d’Aristonicos lui-même et non des esclaves.

38 DIODORE XXXIV-XXXV, 2, 26, rapporte aussi le soutien apporté par des esclaves à Aristonicos, « en raison des mauvais traitements qu’ils subissaient de leurs maîtres ».

39 Le plus net de ces commentateurs est DUMONT (J.C.), « A propos d’Aristonicos », Eirene, 6 (1966), p. 189-196. AFRICA (T.W.), « Aristonicus, Blossius and the City of Sun », International Review of Social History, 6 (1961), p. 110-124, fait un rapprochement direct entre Aristonicos et le Pseudo-Persée. En 1975, V. Vavrinek, évoluant sur ses positions précédentes, admettait qu’Eumène III – Aristonicos fut prétendant au trône et leader d’une révolte servile (Eirene, 13 (1975), p. 109-129). DELPLACE (Chr.), « Le contenu social et économique du soulèvement d’Aristonicos : opposition entre riches et pauvres ? », Athenaeum, 56 (1978), p. 40-51, admet un contenu social au programme d’Aristonicos et estime qu’il emprunte tant à la monarchie attalide qu’à un programme social. Elle fait, de son côté, le rapprochement avec le soulèvement servile de Sicile où le meneur, Eunous, se proclame roi sous le nom d’Antiochos.

40 Ce monnayage, identifié il y a peu (ROBINSON E.S.G., « Cistophori in the Name of King Eumenes », NC 6th ser., 14 (1954), p. 1-8), est daté des deuxième, troisième et quatrième années du règne d’Eumène III, et concerne trois ateliers monétaires, ceux de Thyatire, Apollonis et Stratonicée du Caïque. C’est cet atelier qui a permis à E.S.G. Robinson de montrer que la Stratonicée où avait été capturé le roi vaincu était celle du Caïque et non celle de Carie, comme on le croyait jusque-là. Cf. aussi, ADAMS (J.-P.), « Aristonicos and the cistophoroi », Historia, 29 (1980), p. 302-314 ; BUSSI (S.), « La monetazione di Aristonico », RIN, 98 (1997), p. 109-122.

41 Les sources romaines ne paraissent pourtant pas douter de l’origine royale d’Eumène III-Aristonicos : Florus (I, 35) le décrit comme un homme de « sang royal ». Orose (Histoires, V, 10, 1) en fait directement le frère d’Attale, Tite Live (Periochae, 59) se contente de préciser qu’il était le fils d’Eumène II. Eutrope (Abrégé d’histoire romaine, IV, 20) en fait le fils bâtard d’Eumène et d’une concubine, une courtisane d’Éphèse fille d’un joueur de harpe, précise Justin (XXXVII, 4). Salluste, qui reprend une lettre de Mithridate (Histoires, 8-9), parle aussi de son ascendance royale. Strabon est dubitatif tandis que Plutarque lui refuse toute légitimité familiale, le présentant comme le fils non d’Eumène, mais d’un chanteur et joueur de cithare (Flamininus, 21, 10), de même que Velleius Paterculus qui le décrit comme un total usurpateur (Histoire romaine, II, 4 : mentitus regiae stirpis originem). Diodore (XXXIV-XXXV, 2, 26), plus évasif, considère qu’il revendiquait une royauté qui ne lui revenait pas (par illégitimité de naissance ? par sa caducité en raison du testament d’Attale III ?).

42 RUBINSOHN (Z.), « The Bellum Asiaticum. A Reconsideration », Storia Antica, Istituto Lombardo, 107 (1973), p. 546.

43 DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 194.

44 Il est d’ailleurs remarquable de constater que Diodore narre, très brièvement, le soulèvement d’Aristonicos, jusque après avoir parlé de la fin du soulèvement servile de Sicile en 135.

45 Cela au travers d’une anecdote, devenue un topos, montrant le consul Crassus préférant la mort à la capture : OROSE, Histoires, V, 10, 3, VALÈRE MAXIME, III, 2, 12 ; FRONTIN, Stratagèmes, IV, 6, 16.

46 « La peur exercée par les Thraces du voisinage » (5, l. 17) ; « alors que nous étions accablés depuis de longues années en raison des incursions des Thraces » (l. 54-55). Rappelons que, loin de n’être que des supplétifs exceptionnels levés par Aristonicos, les Thraces servaient régulièrement dans l’armée pergaménienne depuis l’annexion de la Chersonnèse de Thrace par Eumène II après Apamée (TITE LIVE, XXXVII, 39, 10 ; XXXVIII, 21, 2).

47 ROBERT (L. et J.), Claros I, p. 37.

48 STRABON, XIV, 1, 38 : « il se réfugia vers l’intérieur » (εἰς δὲ τὴν μεσόγειαν ἀνιὼν ἤθροισε) ; Bargylia : « lorsque Manius Aquillius, consul des Romains, partit en Mysie appelée Abbaïtide dans les régions du haut-pays » (εἰς τοὺς ἄνω τόπους) (11, A, l. 13-15).

49 J.-L. Ferrary a, très tôt, émis des réserves sur un lien trop direct et mécanique entre cette Δούλων πόλις et la révolte d’Aristonicos : FERRARY (J.-L.), « Le statut des cités libres dans l’empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI (1991), p. 558-559 et plus nettement encore dans « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle » dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, n. 33 p. 99.

50 I. Smyrna, 1, no 613 a-c, entre les IIIe et IIe siècles. Des inscriptions de ce type ont également été mises au jour à Stratonicée de Carie : I. Stratonikeia, 1, no 1003-1004 ; VARINLIĞLU (E.), « La fortification hellénistique de Stratonicée », REA, 96 (1994), p. 189-191.

51 Sestos : τοὺς περιστάντας τὴν πόλιν πολέμους (5, l. 55-56) ; Cyzique : τῆς πόλεως περιεχομένης (6, l. 7).

52 XENOPHON, Helléniques, V. 2, 20.

53 Bargasa : διὰ τὸ ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιαν (12, l. 15) ; Méthymna : διὰ τὴν [...] πρὸς Ῥωμαίους εὔνοιάν τε καὶ ϕιλίαν καὶ διὰ τὴν ὑπάρχουσαν πρὸς αὐτοὺς συμμαχίαν κοινωνοῦντος τοῦ συνεστώ'τος αὐτοῖς ἐν τῆι Ἀσία πολέμου) (15, l. 11-13). L’alliance entre Méthymna et Rome est corroborée par un traité entre les deux cités (IG XII 2, 510 ; IGRR, IV, 2 ; Syll.3 693), traité dont la datation est discutée : parfois attaché à 155/4, lorsque les Romains forcent Prusias de Bithynie à verser une forte indemnité à Méthymna comme à d’autres cités, d’ailleurs (POLYBE, XXXIII, 13, 8), parfois, et ce sont les plus nombreux, à la guerre d’Aristonicos, dont l’inscription IG XII Suppl. 116 montre la réalité de l’alliance. Il est assez difficile de trancher sur les seuls critères paléographiques ou stylistiques, qui suggèrent une période identique. Mais on se saurait en dire plus. Demeure une troisième hypothèse, celle que cette alliance entre Rome et Méthymna ne corresponde à aucune des deux dates précitées. Une inscription de même nature, liant Rome et la cité cycladienne d’Astypalaia (IG XII 3, 173), ne trouve traditionnellement, parmi les commentateurs, pas de date précise entre c. 150 et c. 80.

54 ἐπηγγείλαντο δωρεὰν τῇ πόλει (π)λήρω(σ)ιν τῆς νεὼς (13, l. 1-2). La pierre, connue seulement par une copie, laisse entrevoir des erreurs possibles de transcription. Voir la discussion dans MIGEOTTE (L.), Les souscriptions publiques en Grèce ancienne, Paris 1992, no 78, p. 249-250. Le terme πλήρωσις, contrairement à πλήρωμα, s’entend rarement d’un équipage. Cette acception peut se comprendre (l’epidosis aurait permis la solde de l’équipage), mais on peut admettre également celle qui évoquerait les frais, plus globaux, de l’équipement du navire.

55 Ménas à Sestos : τάς τε πρεσβείας ἐδέχετο προθύμως (5, l. 20-21) ; Machaon à Cyzique : προθύμως ἐπέδωκεν ἐπὶ. τὴν πρεσβείαν ἑαυ[τόν] (6, l. 15) ; Polémaios à Colophon (7, col. II, l. 24-26) ; Moschion à Priène (8, l. 230) ; le fils d’Anaximbrotos à Gordos (9, l. 10-11) ; Poséidonios à Bargylia (11, B l. 32-33) ; Apollonios à Bargasa (12, l. 18-19).

56 Μανίου τε γὰρκυλλίου ὑπάτọ[υ σ]τρατηγοῦ Ῥωμαίων γράψαντος πρὸς ἡμᾶς ἐπιστάθμους προσδέξασ[θ]αι (12, l. 12-13).

57 καὶ ἀγωνισάμενος ὑπὲρ τοὲῦ ἀνεπιστ[άθ]μευθον γ]ενέσθαι τὴν πατρίδα, ἔπεισεν [μὴ] άποστεῖλα[ι τοὺς στρατιώτας] (12, l. 19-21). Sur l’incertitude du sens exact de la dernière ligne, cf. BRIANT (P.) et BRUN (P.), « Une inscription inédite de Carie et la guerre d’Aristonicos », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 249.

58 STRABON, XIV, 1, 38 : ὃ ἀπέστησεν Ἀριστόνικος.

59 « Au voisinage de Leukai » pour STRABON, XIV, 1, 38 ; « entre Elaia et Smyrne » selon VALÈRE MAXIME, III. 2, 12 ; « entre Elaia et Myrina » d’après FRONTIN, Stratagèmes, IV. 6, 16.

60 FLORUS, I, 35 ; JUSTIN, XXXVIII, 1.

61 APPIEN, Guerre de Mithridate, 62 : « vous, de votre côté, lorsqu’Attale Philométor nous laissa par testament son royaume, vous avez combattu (συνεμαχεῖτε) avec Aristonicos contre nous, durant quatre années jusqu’à ce qu’il fût capturé et la plupart d’entre vous, sous l’effet de la nécessité et de la crainte (ἐς ἀνάγκην καὶ ϕόβον), avez fait marche arrière (περιήλθε) ».

62 FLORUS, I, 35 ; STRABON, XIV, 1, 38. Ces deux dernières cités (avec Stratonicée du Caïque, l’ultime refuge d’Eumène III - Aristonicos) furent d’ailleurs les ateliers monétaires du roi auto-proclamé : cf. supra, n. 29.

63 JUSTIN, XXXVII. 4.

64 1, l. 11-20. Cf. DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 191.

65 I. Smyrna, 1, no 609-610. Crassus fut, après sa défaite en 131, inhumé à Smyrne, ce qui confirme que la cité était du côté des Romains dès avant les premiers échecs d’Aristonicos (EUTROPE, IV, 20). Cf. aussi AELIUS ARISTIDE, XIX, 11

66 STRABON, XIV, 1, 38.

67 Ibidem : ἀλλʼ εὐθὺς τε πόλεις ἔπεμψαν πλῆθος.

68 TACITE, Annales, IV, 55 : « Tibère écouta les ambassadeurs d’Asie disputer entre eux où serait construit le temple [du culte impérial]. Onze villes étaient en concurrence. [...] Toutes rappelaient, en des termes identiques, l’ancienneté de leur origine, leur zèle pour le peuple romain (studio in populum Romanum) dans la guerre de Persée, d’Aristonicos et des autres rois » ; Annales, XII, 62 : « Les Byzantins, autorisés à prendre la parole pour obtenir du Sénat la remise de charges trop lourdes, n’omirent aucune preuve. Ils commencèrent par le traité qu’ils avaient conclu avec nous à l’époque de notre guerre contre le roi des Macédoniens qui, comme imposteur, reçut de surnom de Pseudo-Philippe. Ils parlèrent ensuite des troupes qu’ils nous avaient envoyées contre Antiochus, Persée, Aristonicus ». Aelius Aristide, dans sa « Lettre de Smyrne aux empereurs » (XIX, 11) rappelle aux empereurs Marc-Aurèle et Commode que la cité de Smyrne avait, dans la guerre contre Antiochos, puis dans celle contre Aristonicos, subi des sièges et participé à d’importantes batailles.

69 ἐν τ[ῶι πολέ]μωι τῶι πρ[ὸς Ἀρ]ιστόνικον, μεγάλο[υς ὑπέ]στη κινδύ[νους κ]αὶ κατὰ γὴν καὶ κ[ατὰ θ]άλασσαν (4, l. 16-17).

70 Nous possédons deux inscriptions se rapportant à cette aide : la première rappelle les noms (perdus) des notables qui avaient participé à une epidosis pour armer un navire (ἐπηγγείλαντο δωρεὰν τῇ πόλει (π)λήρω(σ)ιν τῆς νεὼς (13, l. 1-2), la seconde est une dédicace à Apollon Archégète et à Asclépios du navarque et du triérarque de la tétrère (14).

71 [ὑ]πὸ τοῦ δήμου ἀποσταλέντας κατ συμμαχίαν [στρατίώτας] (11, A l. 18-19). Cette phrase a été interprétée différemment par les éditeurs et commentateurs. Le premier éditeur, P. Foucart, traduisait κατ συμμαχίαν par « au titre de l’alliance » (FOUCART (P.), La formation de la province d’Asie, Paris, 1904, p. 327-330), interprétation dénoncée par M. Holleaux, qui, arguant de l’absence de l’article devant συμμαχίαν, préférait comprendre « en qualité d’auxiliaire » (HOLLEAUX, Études, II, p. 183).

72 (11, B l. 26-27).

73 (11, B l. 34-35). La phrase, insistant sur l’économie ainsi réalisée par la cité, laisse supposer que cette fois, c’étaient des mercenaires qui avaient été envoyés par Bargylia.

74 Cyzique : συστρατευόμενος (6, l. 20) ; Gordos : ἐν τι πρς ρισ[τόνικον ν]στάντι πολέμωι πρωταγωνιστν (9, l. 8-10).

75 STRABON, XIV, 1, 38.

76 OROSE, V, 10, 2 ; EUTROPE, IV, 20.

77 Le passage de l’inscription de Pergame, « et, lorsque survint l’armée si nombreuse d’Aristonicos, je m’en suis tiré sauf, grâce à tes enseignements, en versant un salaire aux brigands » (3, l. 4-6) pose un réel problème d’interprétation. Non point dans la première partie de la phrase : les ὑποθημοσύναι, que je traduis par « enseignements », « conseils », conviennent bien à Athèna, la déesse de la ruse, à qui cette dédicace est gravée. Mais comment comprendre [το][ς1 ληισ[τ]α[ς μισ]θὸν καταθείς, que je rends par « en versant un salaire aux brigands » ? Ces brigands sont bien entendu les troupes d’Aristonicos, qui paraissent, dans ces conditions, s’être approchées de Pergame. Quant au μισθός, on peut l’imaginer comme une rançon que l’auteur de la dédicace a versée à ceux qui l’auraient fait prisonnier. Mais le mot est curieux pour signifier la notion de rançon, que l’on rend de préférence par λύτρον ou mieux, par le pluriel neutre λύτρα. Peut-on alors imaginer que l’expression [μισ]θὸν καταθείς suggèrerait que le fils de Képhalon, qui signe la dédicace, aurait, en leur offrant un salaire, pris les soldats d’Aristonicos à son compte, et les ait, en quelque sorte, « retournés » ? L’hypothèse est hasardeuse, mais dans un contexte de guerre, le mot μισθός désigne en règle générale le salaire remis au mercenaire.

78 ὃv κρατήσαντες δορῬώμην ἄγουσιν (17, l. 9-10). L’expression « qu’ils amenèrent à Rome après l’avoir vaincu par la lance » suggère que ces trois Épirotes firent partie de la garde qui ramena Aristonicos à Rome où, selon la tradition, il fut exécuté après un temps indéterminé d’emprisonnement.

79 VAVRINEK (V.), Eirene, 13 (1975), p. 123 évoque des esclaves, des pauvres (aporoi), des ruraux indigènes et des populations reculées (wild tribes) de Mysie Abbaïtide, qui avaient refusé la domination attalide.

80 τήν τε πάτριον αὐτονομ[ίαν διέσωσε καὶ εἰς τὴν ἐξ ἀρχῆς] παρεγενήθη κατάστασιν (10, l. 3-5).

81 σὺ δὲ τὸγ Κε[ϕ]ά[λωνος καὶ πάλιν ἐκσώιζοις κ]αὶ χ҆ ἅμ[α τὴμ πατρίδα] (3, l. 6-7). La très belle restitution de Hiller von Gaertringen doit cependant demeurer une hypothèse.

82 (1, l. 5-6).

83 (1, l. 11-26).

84 C’est la thèse défendue par COLLINS (F.), « The Macedonians and the Revolt of Aristonicos », Ancient World, 3 (1980), p. 83-87, avec comme appui essentiel la présence, autour de Thyatire, Apollonis et Stratonicée du Caïque, d’inscriptions, de peu postérieures à 166, mentionnant la présence de « Macédoniens ». Sur ces inscriptions, voir aussi ROBERT (L.), Villes d’Asie Mineure2, Paris, 1962, p. 261-270. FERRARY (J.-L.), dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 94, a adopté l’hypothèse de F. Collins.

85 En 190, les Romains avaient pillé Phocée, bien qu’elle eût ouvert ses portes à l’armée romaine (TITE LIVE, XXXII, 1-14).

86 « en lui ajoutant des cités et un territoire qu’il (le roi) a déterminés » (προσορίσας ατῆι καὶ πόλε[ις καὶ] χώραν ἣν ἔκρινε[ν] :1, l. 6).

87 Il est possible par ailleurs que la tradition d’un Aristonicos défenseur des idéaux grecs ait été conservée par Saint Augustin (Cité de Dieu, III, 11) : la statue d’Apollon de Cumes se serait mise à pleurer, prodige que les haruspices interprétèrent comme « l’annonce du deuil et de la défaite du pays d’où on l’avait fait venir, c’est-à-dire la Grèce [...]. Cette défaite, Apollon ne la voulait évidemment pas et il indiquait sa désolation par les larmes de sa statue de pierre ».

88 Théorie, on le sait, développée par ROSTOVTZEFF (M.), Social and Economic History of the Hellenistic World, Cambridge, 1941, p. 807 sqq., mais aussi par VOGT (J.), Sklaverei und Humanität, Stuttgart, 1965, p. 70-71, selon lequel le travail servile était à la base de l’économie pergaménienne. La thèse d’une insurrection d’origine sociale est encore admise par BASILE (M.), « Le città greche ed Aristonico », Seia, 2 (1985), p. 104-116, qui voit en la révolte d’Aristonicos les prémices d’un mécontentement dont la guerre de Mithridate aurait été l’ultime manifestation. L’idée d’une « crise sociale » à Pergame, antérieure à 133, sur des thèmes identiques (mécontentement général, hausse du nombre d’esclaves dans les ergasteria royaux), a été avancée aussi par VAVRINEK (V.), Eirene, 13 (1975), p. 122, sans preuve concrète, comme il l’avoue lui-même.

89 DUMONT (J.-C.), Eirene, 6 (1966), p. 192-193.

90 La période de la guerre d’Aristonicos, je l’ai montré par plusieurs exemples, met en lumière le rôle essentiel des notables dans les cités. Elle ne l’a pas créé ; sans doute, en Asie Mineure tout au moins, l’a-t-elle amplifié.

91 I. v. Pergamon, no 268, l. 11-18.

92 La datation de ce texte a parfois été abaissée jusqu’en 127/6 : cf. FERRARY (J.-L.), dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 100, note 42

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’Asie Mineure dans la guerre d’Aristonicos
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search