Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Introduction

Pierre Ducrey

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de VERNANT (J.-P.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, 1 vol., Paris, Mout (...)

1Les colloques consacrés à divers aspects de la sociologie de la guerre en Grèce ancienne semblent être une spécialité française depuis quarante ans. En effet, c’est en 1964-1965 qu’eut lieu une série de conférences très novatrices à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, VIe Section, sous la direction de Jean-Pierre Vernant et Marcel Detienne. Réunies en un volume, ces conférences ont relancé les études sur la guerre dans le monde grec, non seulement en France, mais dans plusieurs autres pays1. Le grand maître français des études sociologiques sur la guerre en Grèce, André Aymard, ne put y participer, car il est décédé peu avant le début des conférences, le 11 août 1964. Mais plusieurs de ses élèves ou anciens élèves y prirent la parole : Yvon Garlan, Claude Mossé, Pierre Vidal-Naquet et le soussigné.

  • 2 Sous la direction de BRISSON (J.-P.), 1 vol., Paris, Mouton, 1969, 195 p.
  • 3 Colloques nationaux du CNRS, Paris, 14-16 octobre 1976, 1 vol., Paris, Editions du CNRS, 1977, 478 (...)
  • 4 Colloques internationaux du CNRS, Valbonne, décembre 1982, 1 vol., Paris, Editions du CNRS, 1986, 6 (...)
  • 5 Colloque de la SOPHAU, Dijon, 26-28 mars 1999, 1 vol., Toulouse, Pallas, 1999, 319 p.
  • 6 Entretiens d’archéologie et d’histoire de Saint-Bertrand-de-Comminges, 6-8 mai 1999, ANDREAU (J.), (...)
  • 7 Colloque organisé par SAUZEAU (P.) et VAN COMPERNOLLE (Th.), Université Paul-Valéry - Montpellier I (...)

2Ce recueil fondateur fut suivi d’un second, intitulé : « Problèmes de la guerre à Rome »2, et de nombreux autres. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous mentionnerons les colloques « Armées et fiscalité dans le monde antique »3, « La fortification dans l’histoire du monde grec »4, « Guerres et sociétés dans les mondes grecs à l’époque classique »5, « La guerre dans les économies antiques »6, « Les armes dans l’Antiquité : de la technique à l’imaginaire », qui tous furent organisés en France et suivis de la publication des actes7. Le programme de l’agrégation d’histoire 2000-2002 prévoyant un sujet consacré à la guerre à l’époque classique, on a compté 17 ouvrages originaux, recueils, réimpressions et autres publications parues en France en 1999-2000 sur ce thème ou sur des thèmes apparentés. Il ne saurait être question de mentionner toutes ces parutions ici.

  • 8 HANSON (V. D.), éd., 1 vol., Londres-New York, Routledge, 1991, 286 p.
  • 9 RICH (J.) et SHIPLEY (Gr.), éd., 1 vol., Londres-New York, Routledge, 1993, 263 p.
  • 10 LLOYD (A. B.), éd., 1 vol., Londres, Duckworth, 1996, 277 p.
  • 11 VAN WEES (H.), éd., 1 vol., Londres, Duckworth, 2000, 289 p.
  • 12 CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Actes de la Table ronde du 9 août 2000 à Oslo, 19e Congrès inte (...)

3Bien que moins nombreux, des ouvrages collectifs comparables ont vu le jour dans le monde anglo-saxon. Citons « Hoplites. The Classical Greek Battle experience »8, « War and Society in the Ancient Greek World »9, « Battle in Antiquity »10, ou « War and Violence in Ancient Greece »11. Mentionnons aussi « Army and Power in the Ancient World », actes d’un colloque international parus en Allemagne12.

  • 13 Etat des questions dans DUCREY (P.), Guerre et guerriers dans la Grèce antique, nouv. édition, 1 vo (...)
  • 14 SNODGRASS (A.M.), Early Greek Armour and Weapons, from the End of the Bronze Age to 600 B.C., 1 vol (...)

4Nous ne citerons pas ici toutes les monographies parues sur ce sujet13. D’autres sont en voie de préparation. Nous y revenons ci-dessous. Cette grande activité de recherche et d’édition illustre l’intérêt apporté aux études sur la guerre dans la Grèce ancienne et tous les sujets périphériques au cours des quarante année écoulées. Simultanément, on peut relever que l’attention s’est concentrée sur une gamme limitée de thèmes et surtout d’époques. Un point de départ a été donné par les deux livres d’Anthony Snodgrass, qui portaient principalement sur l’armement des combattants à l’époque géométrique, archaïque et classique, en Grèce continentale14. La question de la genèse de l’hoplite, avec les témoignages sur l’existence de combats en formation que l’on a su découvrir dans l’Iliade, et celle de ses prolongements tactiques, stratégiques et idéologiques, ont occupé jusqu’à tout récemment une position centrale dans les recherches sur la guerre en Grèce ancienne. On ne peut contester que nos connaissances sur ce problème aient progressé et se soient affinées.

5Une autre approche de la sociologie de la guerre a pour centre les aspects économiques, que l’on a abordés sous divers angles : le coût de la guerre et de l’armement, le prix de la défense, les profits tirés de la victoire, le sort des vaincus, l’apparition et la multiplication des combattants rémunérés. Le développement de diverses catégories de formations (cavalerie, infanterie lourde, soldats légèrement armés) découle elle aussi de considérations économiques, même si les composantes tactiques et techniques jouent un rôle essentiel dans la conduite de la bataille.

6Le développement des flottes, de la flotte athénienne principalement, à l’époque classique, implique lui aussi une forme de professionnalisation. Professionnalisation toujours dans l’art de la construction des murailles qui suppose un gigantesque effort collectif des cités, en Grèce continentale et en Asie Mineure. Des centaines de kilomètres de murs de courtine, de tours, de portes et de nombreux dispositifs plus ou moins sophistiqués parsèment les régions riveraines de la mer Egée et de la Grande Grèce, Sicile incluse. Toutes ces constructions témoignent d’un savoir-faire développé dans l’exploitation des carrières, dans l’étude des tracés et dans la construction des ouvrages défensifs.

7A l’arrière-plan de tout cela se profile une volonté opiniâtre de lutte pour l’autonomie et l’indépendance de chaque cité, ce que les Grecs regroupent sous le nom de « liberté », eleutheria. Les présupposés politiques et religieux de cette attitude constituent des éléments déterminants de la conduite de la guerre des cités entre elles et des cités contre le monde extérieur.

8Ce sont ces éléments qui dominent la plupart des études publiées sur la guerre jusqu’ici. On peut dire en résumé que le centre de gravité des réflexions se situe à l’époque classique et au cœur de la Grèce des cités. Or on s’avise petit à petit que des régions occupées par les Grecs dès la plus haute antiquité et dont l’hellénisation a été approfondie par la conquête d’A-lexandre pourraient servir elles aussi de terrain d’études sur la conduite de la guerre et ses aspects politiques, économiques et sociaux.

9Le présent recueil de textes prend cette orientation. Il présente plusieurs caractéristiques originales. On note tout d’abord l’âge des participants et auteurs. Les organisateurs ont parié sur le renouvellement des générations, ce qui est réjouissant. On constate une évolution intéressante dans les sources utilisées et dans la manière de les exploiter. Certes, le cadre choisi, l’A-sie Mineure à l’époque hellénistique, découle à nouveau d’une contrainte extérieure, le programme de l’agrégation. Mais c’était une occasion à saisir pour amorcer une évolution (ou une révolution ?) dans la manière de traiter un thème qui appelait un certain renouveau.

10L’Asie Mineure offre de nombreux documents encore peu connus et surtout peu exploités. Le recours à ces sources a permis à quelques-uns des auteurs de se lancer dans des études sur les institutions militaires, comme l’entraînement des éphèbes, le service d’ordre, le mercenariat, les garnisons en des lieux excentrés, ou encore l’assistance entre cités. Encore fallait-il réunir les textes existants et les étudier de près, ce qui n’est pas toujours aisé.

11Au-delà des institutions, c’est une recherche sur les mentalités à laquelle s’est attaché John Ma, en tentant d’entrer dans l’état d’esprit, « la culture militaire » pour citer son expression, qui domine dans les cités hellénistiques d’Asie Mineure. Des stèles funéraires ornées de reliefs, des épigrammes, de brèves épitaphes nous invitent à la découverte du subconscient collectif. Cette enquête est particulièrement originale et créative.

12Il découle de ces études que la guerre reste omniprésente dans l’Asie-Mineure hellénistique. Tout en partageant le sort des royaumes auxquels elles appartiennent, les cités peuvent être impliquées dans des conflits locaux ou régionaux et en subir les conséquences. C’est la raison pour laquelle elles entretiennent des forces armées et qu’elles construisent de coûteux systèmes défensifs. Dans le monde hellénistique comme dans la Grèce dite classique, la cité reste l’organisme socio-politique fondamental, la cellule de base qui doit être préservée à tout prix.

13Nous concluons cette brève introduction en attirant l’attention sur un volume consacré à la sociologie de la guerre à l’époque hellénistique à paraître en 2004 et dû à Angelos Chaniotis. La documentation, au sein de laquelle l’épigraphie domine, est récoltée en bonne partie en Asie Mineure. Les questions posées reprennent le plus souvent dans une perspective renouvelée et originale des problématiques en apparence traditionnelles, mais transposées et élargies au monde nouveau qui naît de la conquête d’Alexandre.

14On dit souvent que les recherches en histoire ancienne sont limitées par le fait que, les sources étant rares et ne se renouvelant guère, seules les modifications périodiques des points de vue ou des problématiques permettent une évolution de la discipline. On oublie un peu vite que des sources très importantes sont encore souvent négligées, voire inconnues, notamment parce qu’elles proviennent d’Asie Mineure. Les réflexions de la journée d’études sur la guerre antique de Lyon montrent qu’une évolution est possible. Le nouveau livre d’Angelos Chaniotis en fait la démonstration.

Notes

1 Sous la direction de VERNANT (J.-P.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, 1 vol., Paris, Mouton, 1968, 319 p. Rééd. 1985, 1999.

2 Sous la direction de BRISSON (J.-P.), 1 vol., Paris, Mouton, 1969, 195 p.

3 Colloques nationaux du CNRS, Paris, 14-16 octobre 1976, 1 vol., Paris, Editions du CNRS, 1977, 478 p.

4 Colloques internationaux du CNRS, Valbonne, décembre 1982, 1 vol., Paris, Editions du CNRS, 1986, 651 p.

5 Colloque de la SOPHAU, Dijon, 26-28 mars 1999, 1 vol., Toulouse, Pallas, 1999, 319 p.

6 Entretiens d’archéologie et d’histoire de Saint-Bertrand-de-Comminges, 6-8 mai 1999, ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), éd., 1 vol., Saint-Bertrand-de-Comminges, 2000, 431 p.

7 Colloque organisé par SAUZEAU (P.) et VAN COMPERNOLLE (Th.), Université Paul-Valéry - Montpellier III, 20-22 mars 2003. Les actes sont sous presse.

8 HANSON (V. D.), éd., 1 vol., Londres-New York, Routledge, 1991, 286 p.

9 RICH (J.) et SHIPLEY (Gr.), éd., 1 vol., Londres-New York, Routledge, 1993, 263 p.

10 LLOYD (A. B.), éd., 1 vol., Londres, Duckworth, 1996, 277 p.

11 VAN WEES (H.), éd., 1 vol., Londres, Duckworth, 2000, 289 p.

12 CHANIOTIS (A.) et DUCREY (P.), éd., Actes de la Table ronde du 9 août 2000 à Oslo, 19e Congrès international des sciences historiques, 1 vol., Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2002, 204 p.

13 Etat des questions dans DUCREY (P.), Guerre et guerriers dans la Grèce antique, nouv. édition, 1 vol., Paris, Hachette, 1999, p. 274-290.

14 SNODGRASS (A.M.), Early Greek Armour and Weapons, from the End of the Bronze Age to 600 B.C., 1 vol., Edinbourg, Univ. Press, 1964, XI, 280 p. ; id., Arms and Armour of the Greeks, 1 vol., Londres, Thames and Hudson, 1967, 151 p., ill.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search