Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

Europe du Sud-Ouest

Bilan de l'enquête : de la Picardie au Portugal, l'apparition du système anthroponymique à deux éléments et ses nuances régionales

Monique BOURIN

Texte intégral

1Dresser le bilan de cette enquête régionale m'apparaît comme une tâche tristement réductrice après avoir pris la mesure de la foisonnante diversité des évolutions régionales. Comment comprendre les caractères généraux communs qui se dégagent dans l'évolution anthroponymique du XIe au XIIIe siècles, de la Picardie au Portugal, sans perdre de vue les nuances régionales, les rythmes différents et les choix différents des divers strates sociales ?

2Il faut d'abord ne pas perdre de vue le caractère partiel de l'enquête. Partiel parce que bien des régions échappent totalement à nos dépouillements. Si la France moyenne est correctement représentée, l'espace méridional, surtout dans sa partie orientale, italienne, l'est beaucoup moins et l'Empire, le monde normand et britannique font presque complètement défaut. Partiel aussi parce que nous avons choisi de déblayer largement le terrain en découpant l'espace chronologique en tranches étanches : il faudra maintenant rétablir les liaisons, c'est-à-dire passer d'une étude horizontale à une recherche verticale reconstituant, autant que faire se peut dans tous les milieux, un grand nombre de généalogies afin d'expliciter les règles, encore tout à fait obscures, de la dévolution des noms.

3La première difficulté de cette entreprise comparatiste tient aux différences entre les documentations. Les chartes-notices du Vendômois ou le cartulaire-chronique d'Hesdin sont plus diserts que la pratique sèche de la plupart des scribes et notaires méridionaux. Mais c'est surtout l'aspect quantitatif qui fait la difficulté de l'enquête. Inégalité des effectifs des diverses tranches chronologiques à l'intérieur d'un même cartulaire, inégale densité documentaire d'un cartulaire à l'autre, inégale profondeur chronologique. Comment comparer les données du cartulaire de Hesdin, denses, comptant plus de 3 000 formes anthroponymiques, mais très resserrées autour de 1150, avec par exemple celles du cartulaire d'Auch qui s'étale à travers toute la période mais ne dépasse guère les 200 formes anthroponymiques par tranche chronologique. Tous les phénomènes de distribution sont fortement affectés par l'importance de l'effectif sur lequel sont faits les décomptes.

4La répartition des actes au sein d'un cartulaire, très différente de la répartition chronologique des formes anthroponymiques, car celle-ci dépend aussi du nombre de formes contenues dans chaque acte, n'est pas sans enseignement. La chute du nombre des actes dans certaines tranches chronologiques est corrélée avec des périodes de crise. A Bayeux, les troubles de la Normandie au début du XIIe siècle et au début du XIIIe se lisent dans le cartulaire avec leur effectif particulièrement bas d'actes. Je distinguerais dans notre documentation deux types de cartulaires parmi ceux qui couvrent toute la période : ceux où la lacune documentaire essentielle se situe au cœur du XIe siècle (Agde, Auch) et les autres, notamment ceux de la France moyenne où au contraire le XIe siècle est la période faste et où la chute du nombre des actes se manifeste plus tôt, dès 1100 en Berry, après 1130 en Bourgogne et Vendômois.

5La deuxième difficulté de ce bilan, et de l'enquête en général tient à la fiabilité des cartulaires pour toute étude anthroponymique. Des décalages sont probables entre la pratique anthroponymique courante et celle que révèlent les cartulaires. Archaïsme de certains scribes : certains décrochements dans l'évolution, perceptibles par exemple dans les cartulaires de Vierzon ou de Nevers, peuvent être liés à une pratique personnelle et retardataire de certains rédacteurs des chartes. Le dépouillement de plusieurs cartulaires dans une même région est une bonne assurance contre les particularismes de certains établissements religieux.

6Il reste que le cartulaire est du domaine de l'écrit et qu'il ne peut pas donner accès à une pratique orale. Mais dans quelle mesure l'écriture contribue-telle à stabiliser une pratique orale ?

7Cette enquête nous a amenés à réfléchir sur des notions proches mais distinctes, la dénomination et la désignation des individus. De laquelle de ces deux réalités le cartulaire est-t-il l'expression ? Quand passe-t-on de l'une à l'autre ?

8Le risque est grand de projeter notre perception du système et de ses références sur la réalité mouvante du XIe siècle. D. Barthelemy a montré comment les rédacteurs des chartes de la Trinité de Vendôme ne considèrent d'abord comme dénomination (nomen et cognomen) que le nom et le sobriquet, tous les autres éléments de désignation de l'individu ne faisant pas partie de leur dénomination. Puis, comment l'indication de lieu entre dans la dénomination ; enfin - et c'est là un acquis très important pour l'enquête - comment la distinction entre le nom et le surnom, considérés d'abord comme deux éléments tout à faits distincts, s'éteint. Désormais, au seuil du XIIe siècle, les individus portent "un nom double intégrant non seulement le sobriquet mais aussi des éléments comme le lieu et la filiation qui, originellement, n'appartenaient pas à la dénomination". Ainsi l'évolution de l'anthroponymie se fait par une période intermédiaire où le système se cherche, période caractérisée par l'adjonction d'éléments divers de désignation. En Vendômois cette étape de transition occupe le XIe siècle. Il faut en chercher et en préciser les modalités ailleurs.

9L'Europe connaît en effet, à l'époque étudiée, une révolution anthroponymique avec l'apparition d'une dénomination à deux éléments. Aucune région n'y échappe. Mais les rythmes et l'ampleur de cette transformation ne sont pas identiques d'une région à l'autre.

10Le triomphe du nouveau système est total dans la France méridionale où il représente dans la deuxième moitié du XIIe siècle plus de 90 % des formes anthroponymiques. Il est un peu moins marqué quand on s'éloigne vers le Sud Ouest (80 % au Portugal) ou vers le Nord (75 % en Berry, Vendômois et au Portugal), 70 % en Bourgogne, et 57 % en Picardie.

1. Evolution du système anthroponymique aux Xe-XIIIe siècle

1. Evolution du système anthroponymique aux Xe-XIIIe siècle

11Les représentations graphiques sont éloquentes : le nouveau système s'est répandu à des rythmes divers. La révolution anthroponymique s'accomplit dès avant le milieu du XIe siècle en Vendômois, à peine plus tard en Berry, à Auch ou Agde, un peu après 1100 en Bourgogne et en Normandie, vers 1130 au Portugal. A Auch, Agde et en Normandie, précisement dans la période où la raréfaction des actes conservés dans le cartulaire révèle une crise des établissements religieux ou de la société dans son ensemble.

12Si en l'espace d'un siècle, l'évolution de l'anthroponymie s'est accomplie partout, les modalités de cet accomplissement différencient, autant que les rythmes, les régions entre elles, à tel point qu'il est difficile d'en trouver deux où l'évolution soit exactement de même type. Les caractéristiques principales de cette évolution sont au nombre de deux :

  • la rapidité de l'évolution : en combien de décennies, le nouveau système a-t-il complètement supplanté l'ancien ? Ou bien - c'est une autre manière de formuler le même phénomène - pendant combien de temps l'ancien système, celui de la dénomination à un élément unique, a-t-il survécu en constituant une solution anthroponymique notable, supérieure à 20 % des formes recensées ?
  • le passage d'un système à l'autre s'est-il ou non fait comme en Vendômois, par des situations intermédiaires où une désignation complémentaire, non intégrée à la dénomination, est venue préciser l'identification des porteurs, encore en grand nombre, d'un nom identique ? Si cette étape intermédiaire s'est réalisée, à quel rythme s'est-elle imposée ? Et quels éléments de référence ont été rapportés aux noms ?

13Si l'on observe ces critères dans les régions de la France moyenne, occidentale ou septentrionale, on constate que :

  1. l'évolution n'est pas vraiment brutale : encore dans le dernier tiers du XIIe siècle, l'ancien système de dénomination unique survit dans de nombreuses régions, alors qu'il a à peu près disparu de la région d'Agde.
  2. Le passage s'est en effet accompli par une étape intermédiaire plus ou moins longue, plus ou moins intense. A Vierzon et Nevers, peu à peu des désignations diverses complètent le nom unique ; à partir de 1100 cette désignation complémentaire l'emporte sur le vrai nom unique et cette inversion est encore une peu plus précoce dans le cartulaire de la Chapelaude, mais elle se fait de toutes manières à un moment où le nom unique est devenu minoritaire dans le mode de dénomination. En Bourgogne aussi cette désignation complémentaire reste longtemps importante, résistant à la double dénomination. Mais d'une région à l'autre elle est différente : en Berry elle reste presque exclusivement l'affirmation d'un lien familial, en Bourgogne d'une fonction sociale, tandis que le Vendômois passe de l'un à l'autre, fonction d'abord, relation familiale ensuite. Ces régions contrastent toutes violemment avec la région d'Agde où ces désignations complémentaires n'ont jamais vraiment été représentées, sauf au Xe siècle où elles ne dépassent pas les 10 % des formes anthroponymiques.

14Est-ce à dire que la région d'Agde est passée directement d'une dénomination unique stricte à une double dénomination ? Certainement pas, elle a connu, comme la Normandie, une étape intermédiaire, plus nettement encore que les régions précédentes. En Normandie, cette étape intermédiaire est le célèbre X fils Y, qui a compté jusqu'à 70 % des formes anthroponymiques et que, sur les marges de ce monde normand, le Vendômois ou la Picardie ont connu dans une moindre mesure. Dans la région d'Agde, la forme est différente, parce qu'elle se rattache à la double dénomination. C'est le nonem paternum où le nom du père est utilisé comme surnom pour le fils : à cette même époque, la deuxième moitié du XIe siècle, il regroupe près des 2/3 des formes anthroponymiques. Mais cette étape intermédiaire, en Normandie comme à Agde a duré peu de temps. Le vrai nomen paternum s'éteint plus vite encore que le X fils Y qui, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, ne représente même plus 1/5e des formes anthroponymiques.

15De cette même phase incertaine datent aussi les dénominations complexes, que l'on retrouve en Vendômois, en Agadès, en Bourgogne, jamais nombreuses, n'atteignant un pourcentage perceptible qu'entre 1050 et 1100. Elles témoignent de cette phase où se cherche le mode d'identification de l'individu.

16De nombreux indices révèlent qu'au seuil du XIIe siècle l'anthroponymie est stabilisée. En Vendômois comme dans la région d'Agde, il est clair que le nom a tendance à s'hériter comme un patronyme, du moins dans la partie de la population que les cartulaires atteignent, celle qui a l'usage d'un patrimoine familial.

17Par rapport à ce schéma aux multiples variantes, mais qui fait passer partout en l'espace d'un siècle d'un nom unique à une double dénomination, l'espace ibérique offre une très grande originalité. Espace ibérique ? La Catalogne ne semble pas en faire partie. Espace wasco-euskarien ? Il faut y rattacher le Portugal. Ici le nomen paternum est très précoce ; dès le Xe siècle, il se partage à égalité avec la dénomination unique l'identification des individus. Dans la région d'Auch, les solutions anthroponymiques sont plus diversifiées, mais dès le Xe siècle, le nomen paternum regroupe près de 40 % des formes anthroponymiques. Toutefois le nom double dans son ensemble est le système de 70 % des formes anthroponymiques : la dénomination unique est déjà fortement minoritaire.

18Alors, dans le courant du XIe siècle, les évolutions divergent. Le Portugal continue de suivre sa voie ; à la fin du XIIe siècle, les nomina paterna, dont on peut suivre dans les généalogies la régulière alternance, groupent encore 60 % des formes anthroponymiques. La région d'Auch, en revanche, a rejoint le reste de l'Europe.

2. Une différenciation croissante de l'anthroponymie aux XIIe et XIIIe siècles

2. Une différenciation croissante de l'anthroponymie aux XIIe et XIIIe siècles

19Désormais, dans toutes les régions étudiées, sauf le Portugal, c'est la référence locale qui l'emporte. Certes, dans les milieux non-nobles, surtout urbains, sobriquets et noms de métier constituent au XIIIe siècle une solution croissante et originale. Cette évolution est sensible partout.

20Mais dépassant toujours le tiers des références dans le second élément de la double dénomination (le surnom), atteignant même 60 % dans la région d'Auch, le nom de lieu l'emporte désormais sur les autres formes de dénomination. Au milieu du XIIe siècle, dans cette anthroponymie stabilisée, l'individu et la famille sont situés essentiellement par une référence locale. Dans certaines régions, elle s'est substituée à une référence familiale, c'est-à-dire à un surnom issu d'un nom porté dans la famille, tandis que dans d'autres elle se contente de faire jeu égal. Dans d'autres enfin, comme le Berry, la stabilisation est précoce, les références se modifient peu et l'importance du nom de lieu ne croît plus après les années 1130.

21Cette affirmation fondamentale du lieu comme élément de situation de l'individu parmi les autres, est partout la forme quasi-exclusive de l'anthroponymie des nobles. En somme, la particule est déjà un marqueur nobiliaire, comme le remarque D. Barthélemy.

22L'étude comparée de l'anthroponymie des nobles et des non-nobles est très difficile à mener au Xe siècle. Il est alors presque impossible de préciser à quelle strate sociale appartiennent les individus mentionnés dans la plupart des actes. La détermination sociale des individus progresse au fur et à mesure que passent les décennies. Même si la prudence invite à regrouper dans une catégorie indéterminée tous ceux dont l'appartenance sociale est incertaine, l'étude devient possible. Les résultats, cohérents, la montrent fiable. Mais sauf en Picardie où deux niveaux, seigneurial et chevaleresque, sont assez différents pour que la distinction soit possible dans l'anthroponymie, dans les autres régions il a fallu se résigner à traiter en un seul bloc les divers niveaux de la noblesse.

23On affirme classiquement que l'évolution de l'anthroponymie s'est manifestée d'abord dans les classes dominantes et s'est ensuite répandue chez les non-nobles. C'est loin d'être une règle universelle. S'il est vrai qu'en Bourgogne, la mutation structurelle de la dénomination s'est faite avec un retard certain chez les non-nobles, le phénomène est beaucoup moins clair en Berry : les nobles y adoptent plus vite l'usage de la désignation complémentaire, mais la mutation en une dénomination à deux éléments est contemporaine dans les diverses strates sociales. En Vendômois et dans la région d'Agde, l'évolution est d'un stupéfiant synchronisme.

3. La "révolution anthroponymique" n'est pas seulement aristocratique

3. La "révolution anthroponymique" n'est pas seulement aristocratique

24Toutefois, il est vrai que souvent, mais pas partout, les nobles se déterminent d'emblée, plus tôt et plus que les autres par une référence de lieu. Et globalement, sauf peut-être dans la région d'Auch, où la différence est peu marquée, cette référence locale reste beaucoup plus nette chez les nobles.

25Pour eux cette référence locale, c'est la localité qui est le cadre de leur puissance. Dans la région d'Agde, c'est le castrum, tandis que d'autres références topographiques constituent chez les non-nobles de la moitié au quart des noms de lieu suivant les époques.

26De manière plus affirmée chez les nobles, mais dans les autres strates sociales aussi, la référence de lieu l'emporte sur l'autre système qui accouple un autre nom au nomen proprium. Traditionnellement on considère ce second système comme un nomen paternum, où le nom du père, invariablement employé au génitif, sert de surnom au fils. La réalité est plus complexe ; un nom double peut être formé suivant d'autres règles.

27D'abord et tout simplement, le nom double peut servir à éviter les homonymies du nomen proprium. Voire à signaler son ascendance paternelle et maternelle en puisant dans les deux branches. Ce nom double, où les deux éléments se déclinent ensemble est rare dans la région d'Agde : jamais plus du tiers des formes anthroponymiques de ce type.

28Lorsque le surnom est invariable au génitif, la dénomination faite de deux noms accolés peut être un nomen paternum. Il faut l'associer, nous l'avons remarqué, à une forme différente dans son expression, mais analogue dans son principe, au X fils Y des Normands. Il semble bien que dans un premier temps de l'évolution onomastique, cette référence au père ait été fondamentale ; précocement et intensément, dans l'espace ibérique et méridional, sous la forme de ce nomen patemum ; un peu plus tard sous la forme du X fils Y en Normandie, avec la même force ; sous les deux formes et d'une manière moins affirmée en Vendômois. Seule la Bourgogne ne semble jamais avoir adopté cette référence explicite au père, ni dans la dénomination elle-même, ni comme une désignation complémentaire.

29Ce système du nomen patemum ne se poursuit, dans sa parfaite pureté qu'au Portugal parmi les régions envisagées dans cette enquête. Ailleurs, et ceci dès l'origine, il n'est pas sûr que son adoption ait été systématique : les noms rares sont surreprésentés parmi les surnoms des nomina paterna et ce surnom ne donne pas une image fidèle des noms en usage à la génération précédente.

30Puis, le système se fige, se fossilise, dit D. Barthélemy. La référence onomastique du surnom devient celle d'un ancêtre éponyme, pas celle du père. C'est à la fin du XIe siècle que se fait cette transformation. Il n'y a donc guère plus de deux générations en Vendômois ou dans la région d'Agde, pendant lesquelles le fils est désigné par le nom de son père, traduisant dans l'anthroponymie la segmentation père-fils. Pas beaucoup plus en Normandie. Mais en Gascogne, la pratique en a été plus précoce et plus longue.

31Seule une analyse systématique de la dévolution des noms pourra confirmer cette hypothèse : l'enquête, telle qu'elle a été menée, souligne au XIe siècle une période de mutation dans la perception des structures familiales : la perception lignagère s'installe, non pas seulement dans la noblesse, mais dans toutes les strates sociales. Dans certaines régions, à partir d'une succession de segments père-fils ; dans d'autres, la mutation semble plus brutale, mais plus tardive, soit que la profondeur lignagère s'installe d'emblée à partir d'un ancêtre éponyme, soit qu'elle se cristallise autour d'une notation de lieu.

32Le système du nom double, sous toutes ses formes, prénoms composés, nomen paternum ou surnom de l'éponyme, recelait un considérable potentiel de différentiation des individus. La restriction progressive de son usage, relayée par l'adoption du nom de lieu, ne répond pas à une incapacité d'identification des individus par ce système, mais au choix positif d'une référence de lieu.

33Ce lieu, pour l'aristocratie, c'est la motte, le château, le village. Le succès définitif de l'onomastique géographique ne traduit-elle pas l'avènement de la seigneurie de village et la multiplication des "détroits" seigneuriaux ? La référence à cette potestas est sans doute plus prestigieuse pour beaucoup que le rappel d'une parenté.

34Pour les roturiers, elle semble avoir un autre sens. Non pas l'origine d'un migrant : c'est seulement lorsque l'anthroponymie s'est peu à peu figée et que les grands réajustements de l'habitat sont achevés, que le nom de lieu prend cette signification. Aux XIe et XIIe siècles, il est principalement l'indication d'une résidence, voire d'une possession. C'est ainsi que l'organisme seigneurial assujettit le villain.

35La nouvelle anthroponymie appartient à ce processus de normalisation. B. Cursente, à partir de l'étude d'un autre cartulaire dont il n'a pas indiqué ici les données chiffrées, celui de Saint-Mont, a remarqué dans les ajouts en interligne d'un censier, la volonté d'une détermination parfaite de l'individu dans les coordonnées de temps (filiation) et de lieu. Mieux nommer pour mieux dominer. Sans doute cette anthroponymie autoritaire s'ajoute-t-elle à l'onomastique vécue en interférant avec elle. Le triomphe du nom de lieu n'est-il pas l'indice de la stabilisation de la seigneurie et de ses sujets ?

36Le triomphe du nom de lieu ne traduit-il pas aussi l'insertion de l'individu dans un réseau de liens horizontaux de solidarité, fondés sur le voisinage, relayant des repères personnels ? En somme, sinon la fusion des statuts, du moins l'enracinement villageois succédant à des déracinements.

37Il faudrait vérifier si dans les régions où la concentration de l'habitat est lente, voire inexistante, la domination de la référence locale sur les autres se fait au même rythme que dans les régions de précoce regroupement des hommes.

38L'évolution de l'anthroponymie au XIe siècle n'est-elle pas l'image de l'encellulement, sous ses deux modalités, la seigneurie et le village.

39L'adoption du système anthroponymique à deux éléments est parfois interprétée comme une réponse à une évolution du nomen proprium, mais ces tranformations sont probablement plus dialectiques qu'on ne le pense classiquement. En effet, il est admis habituellement que le stock des noms évolue par concentration sur quelques noms dominants, par réduction de l'ensemble et par renouvellement du stock onomastique. Globalement cette évolution multiplierait les homonymies et nécessiterait l'intervention d'un deuxième terme dans la dénomination. L'enquête que nous avons menée à travers ces quelques régions ne confirme pas nettement cette théorie.

40La notion de renouvellement onomastique est particulièrement discutable. Du moins n'est-elle pas plus caractéristique du strict moment de la mutation anthroponymique que des périodes qui l'entourent. Le renouvellement se perpétue aux générations suivantes : chacune semble apporter, avant et après le XIe siècle son stock de noms nouveaux. Les renouvellements se font sans rupture avec les générations précédentes. Les noms germaniques perdent régulièrement du terrain, mais il n'y a pas de mutation brutale dans ce domaine.

41La réduction du stock des noms n'est pas non plus vraiment assurée. Le phénomène est attesté en Bourgogne. En Gascogne, il est précoce mais peu marqué. En Vendômois ou en Berry, il n'est pas net.

42La concentration sur quelques noms dominants est en revanche beaucoup plus générale, à des rythmes différents suivant les régions. Elle est très marquée et précoce dans la région d'Agde : l'inégalité des échantillons brouille les cartes, et il faut corriger les résultats statistiques des bas effectifs par des corrélations logarithmiques : dès l'an mil, le phénomène de concentration est acquis et il ne s'accentue que légèrement au cours du XIIe siècle. Mais ce phénomène, on ne peut le lire ni en Berry, ni surtout en Gascogne. En tous cas, l'antériorité de la concentration des noms sur l'apparition du système à deux éléments n'est pas partout claire, si elle est attestée sans nul doute en Bourgogne ou dans la région d'Agde. Il n'est nullement prouvé que c'est principalement dans la transformation du nomen proprium et sa concentration sur quelques noms dominants qu'il faille chercher le moteur de la tranformation anthroponymique.

43Quels noms dominants ? Apparemment deux vagues successives et qui interfèrent. Dans un premier temps, quelques noms aristocratiques locaux, principalement ceux des lignages comtaux et parmi eux, ceux qui portent une connotation de sainteté. Des aires politico-culturelles se dessinent dans ce premier groupe de noms dominants. Il y a d'abord la zone où les noms royaux sont fortement représentés : en Picardie, en Bourgogne, en Vendômois, en Berry, Robert, Hugues et Eudes à côté de Geoffroi dans la mouvance angevine, Baudoin dans celle de la Flandre etc. Dans le Midi de la France, aucun de ces noms royaux. En Gascogne et dans la région d'Agde qui appartiennent - c'est un des intérêts de cette enquête que de dresser cette géographie - à la même aire politico-culturelle, on s'appelle Bernard, Raimond et Guillaume.

44Puis vient une seconde vague, celle des noms scripturaires. Pierre est le premier de cette vague à s'imposer et il est presque universel : Auch, Agde, la Chapelaude, le Berry, la Trinité de Vendôme, la Bourgogne le connaissent. Il s'impose dès le XIe siècle à Agde, un peu plus tard au Portugal, surtout au XIIe siècle ailleurs. Quel lien faut-il faire entre l'influence de la papauté et les prémices de la réforme grégorienne d'une part, la diffusion du nom de Pierre d'autre part ? Jean prend le relais, mais alors qu'il s'impose aussi bien dans la France moyenne qu'au Portugal, le Midi de la France tarde à l'adopter. La Picardie est sensiblement en retard sur cette évolution, comme d'ailleurs dans les autres critères de l'évolution anthroponymique : alors que Pierre est le nom le plus porté dès la première moitié du XIe siècle dans la région d'Agde, un siècle plus tard il n'est encore en Picardie qu'à la 24e place. Cette seconde vague n'a pas encore atteint la Picardie alors qu'elle se mêle à la précèdente dans les autres régions.

45L'étude de l'anthroponymie suggère donc au XIIe siècle, couvrant les particularismes, la naissance d'une société commune. D'où le souhait de vérifier les conclusions de l'enquête en l'élargissant à d'autres régions.

46D'abord l'Europe chrétienne des noms. Même le lointain Portugal appelle ses fils Pierre et Jean, comme la Bourgogne ou le Vendômois. Et nul saint local ne s'impose parmi ces noms : la référence est à l'église apostolique et universelle.

47L'Europe de l'encellulement aussi, dont l'anthroponymie illustre les principaux aspects. D'abord la domination progressive des coordonnées de l'espace et du temps : l'espace dans les références anthroponymiques, le temps dans leur expression lignagère. Ensuite, les réajustements sociaux et une perception accrue des différences qui sont le corollaire de l'encellulement. Loin de montrer un mimétisme social, par lequel les non-nobles adopteraient les principes de la dénomination nobiliaire, l'enquête révèle une différenciation croissante, par-delà la pratique commune de la référence de lieu. L'anthroponymie des non-nobles est plus homogène, on y décèle plus facilement une évolution uniforme, tandis que les strates aristocratiques comptent à la fois des pratiques modernes et des conservatismes invétérés. Une anthroponymie roturière, peut-être surtout urbaine, se dégage tardivement d'un moule commun ; elle est fondée sur l'importance du sobriquet, pas toujours compris des contemporains quand il est déformé par l'usage, fonctionnant comme patronyme, pas comme surnom individuel, et du surnom issu d'une activité professionnelle, d'un métier.

48Soulignant la nouvelle unité européenne, l'enquête met en lumière les disparités primitives et notamment l'originalité de l'espace ibérique dont les pratiques anthroponymiques permettent de cerner les limites. On souhaiterait remonter en amont du Xe siècle à la recherche des origines de cette précoce dénomination double et du nomen paternum.

49Analyser la mutation anthroponymique à partir des cartulaires pour tenter de l'expliquer revient à combiner trois éléments pour dresser leur chronologie relative : les crises régionales révélées par les lacunes documentaires de certaines générations, l'évolution des nomina propria et celle du système anthroponymique.

50Que signifie le fait de choisir, dans certaines régions surtout, pour son enfant, le nom d'un comte ou d'un roi ? Une rupture de la tradition familiale ? La volonté plus ou moins magique, de donner à cet enfant la puissance, le charisme de l'éponyme. En somme une sorte de concentration de l'intérêt sur l'individu, que confirme la fréquence des sobriquets dans la pratique anthroponymique commune : l'individu est alors désigné à la fois par ses parents (le nom) et la société (le surnom).

51Cette "libération" du choix permet la christianisation, mais celle-ci semble ne caractériser qu'une seconde phase de l'évolution générale.

52Il faut alors réinserer l'individu dans un cadre, dans des repères. Celui de la filiation au sens strict, avec l'indication du père de l'individu à désigner, dans certaines régions. Mais cette solution est porteuse d'un sens limité. La solution qui s'élabore peu à peu est plus complète et plus équilibrée :

  • la notation de lieu confère les coordonnées spatiales et seigneuriales ;
  • la transformation du surnom individuel en un patronyme recupère les données de temps et de filiation. Déterminer le moment auquel le surnom commence à s'hériter devrait être un des nouveaux pôles de la suite de l'enquête. Il s'y greffe un élément essentiel, à relier aux études d'anthroponymie féminine, pourquoi cette anthroponymie patrilinéaire ? Par le biais du nomen patemum ou de ses équivalents, cette voie patrilinéaire plonge, dans certaines régions, dans un lointain passé ; dans d'autres, elle semble une évolution plus récente.

53Le système anthroponymique à deux éléments, tel qu'il s'élabore à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, semble donc l'image d'un nouvel équilibre de l'individu, de la famille et de la société englobante. On comprend mieux ainsi les difficultés actuelles de ce système. Avec sa concentration sur un petit nombre de patronymes toujours plus fréquents, il répond de moins en moins bien aux besoins d'identification de l'individu. Il ne correspond plus non plus, par sa patrilinéarité, aux structures économiques et sociales des pays développés où les femmes travaillent fréquemment et où le mariage se fait plus rare.

Table des illustrations

Titre 1. Evolution du système anthroponymique aux Xe-XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 2. Une différenciation croissante de l'anthroponymie aux XIIe et XIIIe siècles
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre 3. La "révolution anthroponymique" n'est pas seulement aristocratique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search