Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

Europe du Sud-Ouest

Les formes anthroponymiques et leur évolution d'après les Données du cartulaire du chapitre cathédral d'Agde (xe siècle - 1250)

Monique BOURIN

Texte intégral

1Avec ses 400 actes (456 en réalité, mais certains figurent deux fois) le cartulaire du chapitre d'Agde livre près de 3 000 noms, portés entre le Xe siècle et le milieu du XIIIe siècle. Il concerne un peu plus de 25 localités, villae et castra, bien regroupés autour de la cité d'Agde, dans cette région fertile et précocement mise en valeur de la basse vallée de l'Hérault.

Répartition chronologique des chartes

2La répartition chronologique est très inégale d'une tranche chronologique à l'autre. Ce n'est qu'à partir du XIIe siècle que la densité des documents est suffisante et régulièrement répartie. Les 2/3 des formes anthroponymiques connues datent d'entre 1130 et 1220. Il y a là un biais statistique qui influence sensiblement les résultats, rend certaines comparaisons illicites et implique pour chaque tableau un commentaire critique spécifique.

1. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE DES DONNÉES DOCUMENTAIRES

1. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE DES DONNÉES DOCUMENTAIRES

N.B. : Les % se lisent horizontalement.

3En revanche la nature des actes contenus dans le cartulaire ne diffère pas si sensiblement d'une tranche à l'autre que les résultats de l'enquête en pâtissent. Certaines périodes ont leur originalité, comme celle des années 1100-1129, qui comprend de nombreuses restitutions de dîmes. Mais une analyse des formes anthroponymiques en fonction de la nature de l'acte ne donne aucun résultat significatif. A l'exception des censiers, dénombrement de fiefs ou de dépendants qui comportent des listes de noms. Les deux périodes 1160-1189 et 1190-1219 en comptent l'une et l'autre. La première conséquence sans gravité est d'augmenter le rapport nombre de formes anthroponymiques/nombre de documents. Il en est d'autres qu'il faudra analyser en temps utile pour la critique des résultats.

4Le découpage chronologique choisi cache une lacune complète dans le cartulaire : entre 1025-1075, aucun acte. Il faudrait donc écrire ainsi les tranches chronologiques : Xe siècle, 1000-1025 1075-1099, 1100-1129. Et on le verra, une partie, majeure, de l'évolution anthroponymique se situe précisément pendant cette "crise" que révèle l'absence de documents.

Répartition sociale des formes anthroponymiques

5Des hommes de tous niveaux sociaux apparaissent dans le cartulaire. Les uns appartiennent aux classes dominantes, qu'on appellera nobles par commodité. Ils sont majoritaires parmi les acteurs des chartes très nombreux parmi les témoins, plus rares parmi les confronts des parcelles. L'abondance des confronts énoncés et l'existence de liste de tenures permettent cependant d'atteindre l'anthroponymie des non-nobles.

Noms nobles et noms roturiers

6La distinction entre les deux niveaux sociaux est assurément une des difficultés majeures de cette étude. Elle repose sur une série d'indices convergents, que les testaments apprennent à connaître. La nature du patrimoine est l'un des plus sûrs indice à cette époque : la possession de parts d'églises et de dîmes, celle de garrigues et d'espaces incultes, de parcelles anormalement vastes, la participation aux droits banaux, l'intégration aux réseaux de la vassalité, révèlent le "noble Doit-on avouer que l'anthroponymie figure parmi ces indices ? Après une certaine pratique des documents, on sait bien les noms qui sonnent nobles et ceux qui sentent le roturier. Seul, l'indice n'est pas suffisant et invaliderait le travail ; parmi d'autres, il a son poids. Lorsqu'aucun indice ne permettait de trancher, la forme anthroponymique a été classée comme non-noble. Certaines erreurs ou excessives prudences se sont assurément glissées dans ce décompte et la catégorie de non-nobles est gonflée des cas" indécidables

Une proportion de nobles variable avec les tranches chronologiques

7La différence entre formes anthroponymiques nobles et non-nobles est donc nette, mais elle est loin d'être absolue. Tout au contraire, chaque type de forme anthroponymique est porté à la fois par des nobles et des non-nobles, mais dans des proportions variables suivant le type. Il faut donc beaucoup de prudence pour analyser globalement le stock des formes anthroponymiques : par exemple, ne pas prendre une augmentation de la proportion de telle forme pour une évolution générale alors qu'elle traduit seulement une proportion accrue de nobles parmi les personnages mentionnés à cette date dans le cartulaire.

2. PLACE DES FORMES PORTÉES PAR LES "NOBLES" DANS L’EFFECTIF GLOBAL DES FORMES ANTHROPONYMIQUES

2. PLACE DES FORMES PORTÉES PAR LES "NOBLES" DANS L’EFFECTIF GLOBAL DES FORMES ANTHROPONYMIQUES

N.B. : Les % se lisent verticalement.
(1) Cette proportion anormalement forte est due à une transaction de 1236 (no 350) entre le chapitre et l'évéque déterminant quelles sont les hommes propres du chapitre, serfs de corps ou de masade.

Formes anthroponymiques et fonction dans l'acte

8On pourrait penser à première vue que le mode de désignation de l'individu, varie suivant sa fonction dans l'acte : acteur, il fournit une désignation complète ; témoin ou confront, l'énoncé se limiterait à la forme anthroponymique pure. Assurément ce besoin de situer les parties avec la plus grande précision amène quelques notaires à indiquer certaines parentés familiales lors de l'énoncé des acteurs, plus rarement dans la liste des témoins, jamais parmi les confronts et voisins. En revanche, il faut mettre à part les "co-acteurs" : il est excessivement rare que le surnom soit rappelé lorsque plusieurs frères ou un père et ses enfants, des parents en général, agissent ensemble. Le lien familial est la seule précision ajoutée au nom. En revanche cette voie d'analyse se révèle stérile lorsqu'il s'agit de comparer la proportion des diverses formes anthroponymiques : les différences perçues sont seulement dues à la proportion différente de nobles et non-nobles suivant la fonction. Ni globalement, ni par l'étude des cas particuliers, on ne peut déceler des habitudes anthroponymiques sensiblement différentes suivant qu'il s'agit d'acteur, de témoin ou de voisin. Les fluctuations anthroponymiques que l'on rencontre, - il y en a quelques-unes pour le même personnage - ne proviennent pas de sa fonction dans la charte. Le nom du témoin n'est pas plus "spontané" ou "vrai" que celui de l'acteur de la charte : il est le même. Il n'y a pas plus de sobriquet parmi les témoins que parmi les acteurs, à condition de tenir compte de la proportion de nobles et de non-nobles dans chaque catégorie.

Formes urbaines et rurales de l'anthroponymie

9Une autre voie d'analyse s'est révélée également stérile : la recherche d'une différenciation entre les formes urbaines et rurales de l'anthroponymie. Le cartulaire d'Agde est en effet assez dense pour que les recoupements entre les documents localisés, les mentions de résidence dans tel ou tel lieu, ou de possession d'une maison permettent de savoir pour une partie des non-nobles s'il s'agit d'habitants d'Agde ou d'habitants des castra voisins, voire des villae des environs.

10La proportion des diverses formes anthroponymiques n'est pas du tout influencée par la résidence urbaine ou rurale des hommes qui figurent dans le cartulaire. Sans doute Agde n'est-elle pas une cité d'une taille et d'une activité telles qu'elle constitue un milieu fondamentalement différent de celui des castra proches. Les différences, en tous cas, ne se manifestent pas dans l'anthroponymie.

11Pour les nobles, cette différence n'aurait pas de sens, tant il est clair dans le cartulaire qu'ils habitent les castra et fréquentent assidûment la ville, quand bien même ils n'y résident pas longuement.

L'évolution du stock des noms1

  • 1 Rappelons que nous appelons nom, le nom unique dam le système à 1 élément et le premier élément da (...)

12Le rétrécissement du stock des noms - mesuré par le stock des noms pour 100 individus et par le nombre moyen d'individus par nom - est évident : 78 noms pour 100 individus au Xe siècle, 16,5 au début du XIIIe (cf tableau récapitulatif).

13Ce rétrécissement semble se faire en 3 étapes :

  • l'une, la plus nette, au milieu du XIe siècle ;
  • la seconde un peu avant 1150 ;
  • la troisième à la fin du XIIe siècle.

14Mais cette statistique globale, moyenne, déguise le phénomène et son rythme réel : la répartition des noms est de plus en plus irrégulière. Quelques noms, en général cinq par génération concentrent une masse croissante d'individus. La tendance est précoce ; dès les premières années du XIe siècle, la moitié des individus recensés se partage entre 4 noms. Déjà au Xe siècle l'évolution est perceptible. Dès la fin du XIe siècle, le choix se fait de manière écrasante en faveur de ces quelques noms : de 3/4 à 2/3 des individus recensés portent l'un de ces noms.

15A coté de ces noms dominants persiste un grand nombre de noms peu portés. L'inégalité des échantillons rend difficile l'analyse précise de la répartition des noms "rares". La probabilité est considérable que nous échappe un grand nombre de ces noms pour de petits échantillons : c'est pourquoi les 5 noms dominants constituent 25 % du stock des noms entre 1050 et 1100 et seulement 10 % environ dans les tranches chronologiques postérieures. Il faut pour ce sujet raisonner en ensemble d'individus et non en dénombrement des noms. Je ne pense pas qu'il faille y lire une réouverture des stocks des noms après 1100. Tout travail sur le nombre absolu des noms est d'emblée vicié par les tranches chronologiques trop peu peuplées du XIe siècle. En revanche les raisonnements relatifs, en pourcentage, ont une indiscutable valeur indicative.

16Au XIIe siècle, les noms se répartissent en trois groupes :

  • 5 noms dominants portés par près des 3/4 de la population ;
  • quelques noms rares, environ la moitié de l'effectif des noms, portés par environ 5 % de la population ;
  • et un groupe intermédiaire de noms portés par environ 25 % de la population.

17Les faibles échantillons du XIe siècle, notamment celui de la deuxième moitié du siècle, nous empêchent de mesurer avec précision à quelle date s'instaure cette situation. Il semble que la modification soit acquise à coup sûr, entre 1050 et 1130. Après une lente amorce du phénomène de concentration des noms, l'évolution s'accélère ; peut être même l'évolution devient-elle alors si brutale qu'on pourrait parler d'une véritable révolution dans le choix des noms aux environs de 1050.

Noms germaniques, noms latins, noms chrétiens ?

18L'anthroponymie au Xe siècle dans la région est aux 3/4 germanique. Les autres noms se partagent entre des noms chrétiens, bibliques pour la plupart, et des noms romains (certains tels Bellus Homo ou Avidadeo n'étant en réalité que des sobriquets exprimés en latin, pas des noms de tradition romaine).

  • 2 La nature d'un plaid tenu à Alzonne en 918 (Histoire Générale du Languedoc, t V, col. 137 sq.) énu (...)

19Mais cette anthroponymie est-elle encore perçue comme gothique ? Bernardus, Willelmus ou Guillelmus, Garnerius et Rodulfus sont-ils encore des noms germaniques ou déjà des nom chrétiens2 ? Au seuil du XIIIe siècle les 70 % de noms germaniques sont devenus 57 % : l'évolution est médiocre.

Quels noms dominants ?

20C'est donc l'émergence de quelques noms qui constitue la caractéristique essentielle de l'évolution des noms à partir du XIe siècle. Et là encore passé 1050, la stabilité est la règle, après une courte période où Pons l'a emporté, Guillaume et Pierre rivalisent en tête de classement : Pierre l'emporte d'abord, puis le jeu est égal et Guillaume prend le dessus à partir de 1160. Mais la différence reste courte. Bernard ne dépasse guère les 10 % jusqu'à la dernière période. Quant à Pons et Raimond, ils ont une curieuse particularité : celle d'avoir une somme constante, Raimond gagne ce que perd Pons dès le début du XIIe siècle.

3. Evolution des noms masculins dominants

3. Evolution des noms masculins dominants
  • 3 Jean-Louis Biget, "L'évolution des noms de baptême en Languedoc au Moyen Age (IX-XIVe sièdes)" in (...)

21Le cartulaire d'Agde ne manifeste donc pas d'originalité par rapport à l'évolution globale dessinée par l'étude de J.-L. Biget à partir des documents réunis dans l'histoire générale du Languedoc3. Ce sont bien les mêmes noms dominants que l'on retrouve d'une extrémité à l'autre de la région.

22Comme Jean-Louis Biget l'a remarqué, ce sont les noms de la très haute aristocratie qui l'emportent, ceux de la famille de Toulouse notamment bien que Bernard et Guillaume soient également portés par nombre d'autres hauts lignages. A cette tonalité aristocratique s'ajoute la sainteté : Guilhem est aristocratique et saint. Le grand succès de Raimond remonte aux lendemains de la glorieuse expédition de Raimond de Saint Gilles. Pons allié les vertus du prince et du saint. N'y a-t-il pas là dans cette double caractéristique les raisons d'un succès qui ni Adalbertus, ni Durantus, ni Stéphanus n'ont pu connaître, malgré une diffusion équivalente au Xe siècle.

  • 4 Magnou-Nortier, La société Laïque et l'Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fi (...)

23Reste le cas de Pierre qui n'est porté par aucun grand lignage méridional et pour le succès duquel on ne voit pas vraiment d'autre cause que sa stature de "prince des Apôtres" et peut-être l'influence du courant grégorien sur la moyenne et petite aristocratie qui l'utilise contre la haute aristocratie4.

24La comparaison dans chaque tranche chronologique du rythme de diffusion de Raimond est éclairante entre l'ensemble du Languedoc et la région d'Agde. La vogue de Raimond est plus tardive, ne s'affirmant qu'après 1130 à Agde où la maison de Toulouse est sans doute moins présente qu'aux deux extrémités de la région.

25Quelle est la place des noms de la moyenne aristocratie dans la nouvelle "mode" ? Autant les cinq noms dominants sont identiques à travers tout le Languedoc, autant d'originalités se dessinent à l'échelon des succès inférieurs. Hugues n'atteint pas les 1 % en Agadès, alors qu'il dépasse les 3,50 % dans la deuxième moitié du XIe siècle pour l'ensemble de la région. Arnaud aussi a un succès inférieur en Agadès, où Guiraud demeure plus longtemps en revanche à une place de choix. Faut-il voir dans ces nuances le tracé d'une influence plus "locale" de petits lignages ?

26Les Trencavels n'ont guère influencé l'anthroponymie agathoise ni Atton, ni Roger. Si Bernard remonte sensiblement au XIIIe siècle, on peut attribuer ce choix à un signe d'attachement aux Trencavels qui l'ont beaucoup porté et à une manière de protestation contre la domination des Français dans la région. Néanmoins Bernard a des connotations tellement plus vastes que la famille vicomtale de Carcassonne et Béziers que le succès du prénom dans son ensemble renvoie aux mêmes processus de choix que celui de Guilhem.

27Peut-être une analyse plus fine y réussirait-elle : à première vue, cependant, les tentatives pour retrouver une influence locale aux lignages vicomtaux et assimilés dans l'anthroponymie postérieure à l'an mil se heurte à des résultat non significatifs.

4. Importance relative des divers noms dans chaque tranche chronologique

4. Importance relative des divers noms dans chaque tranche chronologique

Noms et classes sociales

28Puisque ces noms dominants sont ceux des comtes de Toulouse et des plus grands lignages de la région, on pourrait penser qu'il se sont répandus en descendant progressivement les diverses strates sociales. Peut-être est-ce en effet leur mode de cheminement à une époque trop ancienne pour être analysée précisément, c'est-à-dire avant 1050.

29A cette date déjà la concentration des noms dominants est plus forte dans les autres milieux que dans la haute aristocratie : elle croît au fur et à mesure que l'on descend l'échelle sociale.

30Ainsi l'étude de Jean-Louis Biget qui, fondée sur les documents réunis par Devic et Vaissette à l'échelle de la région languedocienne entière, fait connaître surtout l'anthroponymie des strates sociales les plus élevées, révèle des pourcentages de concentration très inférieurs aux résultats globaux du cartulaire d'Agde. Au moment où Pierre réunit dans l'ensemble de la région 12 % des occurrences, il en réunit plus de 20 % dans le cartulaire d'Agde.

  • 5 Les statistiques précédentes étaient bâties sur 5 noms dominants et non 4 car 5 était un chiffre p (...)

31A l'intérieur du cartulaire, le même phénomène de moindre concentration des noms dans les plus hautes strates sociales atteintes est perceptible. Dès la période 1050-1100, les 4 noms dominants regroupent 65 % des noms laïcs, mais seulement 57 % des nobles. A l'autre extrémité de l'étude, la proportion n'a pas sensiblement changé : les 4 noms dominants recoupent toujours 65 % du total des noms laïcs5. Dans les deux cas, la "concentration" est plus forte chez les non-nobles.

32Cependant les noms dominants évoluent quelque peu ; notamment Raimond semble prendre la place de Pons. Or Pons était, semble-t-il, dès le Xe siècle un nom porté par tous les milieux, tandis que Raimond, d'abord noble, se vulgarise peu à peu et se glisse alors dans les noms dominants, à partir de 1130.

33L'analyse du choix des noms selon la tranche sociale n'est pas facile sur des échantillons tels que le cartulaire d'Agde les fournit. Elle a un sens pour les noms les plus portés, elle devient très aléatoire pour les noms qui n'apparaissent qu'un petit nombre de fois.

  1. Certains noms ne sont pas portés par des membres de la noblesse : Jean, encore peu répandu, en est l'exemple même, mais aussi Ricardus ou Andréas etc.
  2. D'autres se partagent et sont portés dans toutes les strates de la société comme Armandus, Berengarius, Giraldus et naturellement les noms dominants.
  3. D'autres enfin sont nettement aristocratiques et ne pénètrent qu'exceptionnellement ou pas du tout dans les strates non-nobles. Ils sont assez nombreux car globalement les aristocrates manifestent une plus grande variété de noms que les non-nobles. Parmi ces noms, certains sont étroitement attachés à un lignage et ne s'en écartent pas : Fulcrand n'existe presque pas, en dehors de la famille de Mèze, alors que le nom est porté par l'évêque de Lodève, l'évêque de l'an mil, qui devient l'un des héros sacrés de la région. De même Droc ou Platonerius ne sortent pas des lignages dont ils sont spécifiques. Aussi s'explique au moins en partie la moindre concentration des noms dans les milieux nobles. Entre 1190 et 1220, il y a en moyenne 1 nom pour 6 non-nobles et 1 nom pour 3 nobles. La tradition familiale y entrave l'effet de mode et donne à l'anthroponymie noble un caractère partiellement désuet.

34D'autres se vulgarisent comme Hugo, très aristocratique entre 1130 et 1160, et porté par 9 non-nobles et un noble entre 1190 et 1220. Cette vulgarisation s'accélère au seuil du XIIIe siècle : Déodat est largement porté désormais par les roturiers, Ermengaud aussi etc. Les chemins de cette vulgarisation sont obscurs. Ni le parrainage n'en montre l'exemple : dans les testaments conservés, le filleul ne porte pas le même nom que son parrain. Ni la résidence : la pénétration des noms aristocratiques dans les strates "roturières" ne semble pas se faire spécifiquement par l'imitation du nom du seigneur du lieu.

Le renouvellement des noms

  • 6 Les formes de ce renouvellement ne sont pas claires. La mode des noms "littéraires" comme Olivariu (...)

35Pour autant que nos sources justifient de telles études malgré le caractère incomplet des échantillons qu'elles procurent, de nouveaux noms apparaissent sans cesse, un peu dans les milieux aristocratiques6 mais surtout dans les strates non-nobles que n'adoptent pas les milieux aristocratiques : Genesius, Laurentius, Michael par exemple entre 1130 et 1160.

36Pour les milieux aristocratiques, ce renouvellement se lit dans nos sources essentiellement entre 1050 et 1100. Alors apparaissent Alquerius, Adernarus, Aimericus, Berengarius, Bremundus, Ermengaudus, Gaucelinus, Gausbertus, Siguerius, Uzalguerius qui, du XII* et XIIIe siècle, sont les noms de la noblesse châtelaine, portés de génération en génération, transmis avec la fonction, mais présents aussi dans des branches cadettes. Renouvellement de l'anthroponymie ou apparition sur la scène politique et dans le cartulaire de familles nouvelles, peut être extérieures à I'Agadès ? L'étroitesse régionale du champ d'observation et la faiblesse des sources aux périodes précédentes complique considérablement l'étude de phénomène.

37L'impression de ce renouvellement n'est-elle pas due à la conjonction de plusieurs phénomènes qui le majorent considérablement :

  • l'étroitesse des échantillons précédents qui laissaient dans l'obscurité un grand nombre de noms, dans la situation d'éparpillement qui est celle de l'anthroponymie avant le XIe siècle ;
  • l'arrivée au pouvoir, soit à titre personnel, soit dans une sorte d'indivision lignagère, de nombreux cadets ;
  • l'apparition ou la transmission héréditaire du nom dans des lignages qui ne le pratiquaient pas comme si cette hérédité allait de pair avec la transmission d'un pouvoir de commandement. Désormais ces noms se retrouvent avec un caractère systématique à chaque génération et ce phénomène conjugué avec l'élargissement des sources supprime l'effet stroboscopique des documents dans les périodes antérieures : cette nouvelle pratique situe l'ancêtre éponyme au milieu du XIe siècle.

38Dans les strates des potentes et de leurs branches cadettes, le renouvellement anthroponymique du milieu du XIe siècle est sans doute bien moindre que nos sources et l'évolution de la pratique anthroponymique ne le laissent penser.

39Apparition peut-être partiellement factice de noms nouveaux, mais surtout concentration rapide sur quelques noms dominants, tels sont les caractères de la grande transformation des noms que connaît le XIe siècle. A une période proche le système anthroponymique connaît une autre transformation majeure, l'apparition d'un surnom à côté du nom. Il faut essayer de serrer au maximum le décalage chronologique ou la simultanéité des deux phénomènes. Toute la perspective de l'évolution des noms en dépend.

Le système anthroponymique masculin

  • 7 Parmi les 3 personnes qui sont encore dénommées par un seul nom, l'un d'entre eux porte un sobriqu (...)

40Le système anthroponymique à deux éléments se subsistue dans la région d'Agde au système du nom unique avec une brutalité extrême au milieu du XIe siècle, exactement pendant la lacune documentaire. Cette évolution participe à la crise sociale que traverse la région et que manifeste en premier lieu l'absence d'archives. Ce système double n'était adopté que pour 10 % des gens du début du XIe siècle, et l'est par plus de 90 % à la fin du siècle7.

41Le phénomène paraît, à première vue, exactement contemporain de la concentration des noms. Mais les premiers signes du succès de quelques noms qui s'imposent comme noms dominants sont perceptibles plus tôt, et témoignent d'une modification plus précoce de la signification du choix anthroponymique, comme si la référence à un personnage nanti d'une aura princière et sacrée l'avait emportée au cours du Xe siècle sur une fidélité au stock de noms traditionnels de la famille.

42A partir du moment où le système à deux éléments l'emporte, le nom unique ne dépasse pratiquement plus jamais les 10 % et disparaît presque dans la dernière génération de l'étude.

5. Evolution chronologique du système anthroponymique dans le cartulaire du chapitre d'Agde

5. Evolution chronologique du système anthroponymique dans le cartulaire du chapitre d'Agde

Désignations complémentaires

  • 8 Dans cette catégorie sont comptées des indications de relations familiales ; pas de sobriquet car (...)

43Sans participer d'une véritable anthroponymie, des désignations complémentaires juxtaposées à son nom précisent l'identité d'un personnage8. Dans la région d'Agde, elles sont toujours demeurées rares. On ne s'étonnera pas de les trouver à leur maximum au Xe siècle avant que naisse l'anthroponymie à deux éléments, quant l'homonymie pose déjà quelques problèmes d'identification. La plupart du temps, il s'agit alors de différencier des personnages proches de l'évêque d'Agde et l'expression "laïcus" est la plus courante, qui, faute de mieux, a été regroupée avec les indications de fonctions.

  • 9 Acte 220. Dans d'autres documents, la mention de miles permet de distinguer l'un des homonymes.

44Par la suite, elles demeurent limitées à un petit nombre de corps de métier, tels que medicus ou physicus ou tabemarius, et surtout entre 1130 et 1160 à la fonction d'écuyer. L'armiger ne porte qu'un nom unique et sa fonction est toujours précisée : Guillelmus armiger, Pons armiger9. La relation familiale adjointe à un nom unique ne dépasse guère les 2,5 % de l'ensemble des désignations. Et la mention de "junior" est encore rare : 3 seulement dans l'ensemble de la documentation.

Des noms complexes

45Les noms mixtes, composés d'un surnom double, ne sont pas non plus devenus un mode anthroponymique normal. Ils apparaissent au maximum à la période de formation du système anthroponymique à deux éléments et ne sont donc pas dus à la necessité de multiplier les critères de désignation devant un éventuel encombrement du système à deux éléments simples. Ils révèlent au contraire une anthroponymie souple, une désignation qui se cherche et combine divers éléments pour être plus précise. C'est là l'une des voies d'explication de la proportion des noms complexes, toujours faible, mais sensiblement plus élevée entre 1050 et 1150 : à cette époque on passe d'un mode de désignation des individus à une véritable anthroponymie.

La souplesse de l'anthroponymie

46De cette souplesse, le cartulaire montre de nombreux indices, qui posent des problèmes de dépouillement des documents et de classement.

47Les uns proviennent tout simplement de l'incertitude orthographique : Elias ou Helias, Ugo et Hugo, Lombardi et Lumbardi, Roca ou Rocha, Boneti ou Bonneti. Ils sont sans doute fort intéressants pour le phonéticien, irritants pour l'historien qui ne sait si la différence d'orthographe correspond à deux surnoms différents et en cas d'identité du nom à un ou à plusieurs individus. A peine plus lointains les uns des autres les Ermengaudi et Ermengauvi, Vediani et Veziani, Sassoira et Salsoira. Quand les formes sont-elles assez distinctes pour correspondre à des patronymes différents ?

48La traduction en latin complique naturellement le problème. Le chanoine R. de Portu et R. de Portubus est bien le même homme : le même scribe se permet des variations sur le thème ! R. de Agathe et R. Agadesani, G. Beviaquas et G. Bibensaquam offrent la même souplesse à l'imagination traductrice du notaire.

49La stabilité de l'anthroponymie est encore beaucoup plus profondément mise en cause dans un exemple de ce type : le même homme s'appelle lui-même dans son testament Bordellus de Conas. Dans les actes de la pratique, le notaire le désigne comme Guillaume Bordellus de Conas et les témoins de la publication du testament G. Bordellus. Lorsque le surnom est un sobriquet, il s'utilise souvent comme nom et on le comptabilise alors comme une anthroponymie à un nom unique.

50Les noms complexes sont souvent raccourcis, R. Laureti de Servian se désigne lui-même seulement comme R. Laureti ; et dans un même acte Bernard Raimond de Servian n'apparaît plus que comme Bernard Raimond, P. Bisdocti de Nézignan comme Pierre Bisdocti.

51Petrus Guillelmus est-il un nom double ou un nom suivi d'un surnom ?

  • 10 En revanche (v. supra) la mention de miles accompagne une anthroponymie complète et normale, mais (...)

52Tous ces cas sont particulièrement nombreux dans les premières périodes de cette étude, lorsque la volonté de désigner l'individu de manière univoque l'emporte. Plus tard, lorsque l'anthroponymie se fige, un notaire, en 1210, n'hésite pas à mentionner l'auteur d'une charte Petrus de Tezano et sans autre précision, pas même "alter" comme au Xe siècle, un Petrus de Tezano parmi les témoins9. Mais les variations orthographiques demeurent évidemment pendant toute la période et les nuances entre la traduction latine et le maintien en langue vulgaire, dont nous traiterons plus loin compliquent encore la tâche. Néanmoins, tous ces cas sont assez peu nombreux pour ne pas plonger l'interprète des documents dans les affres du choix si souvent qu'un mauvais choix dusse modifier profondément les résultats statistiques10.

Comment se désigner ?

53Les difficultés rencontrées individuellement devant telle ou telle forme anthroponymique ne mettent pas en cause les buts essentiels de l'étude qui sont d'élucider les pôles de référence de l'individu lorsque d'abord il se désigne et est désigné par la société qui l'entoure, puis lorsque l'anthroponymie se fige plus ou moins héréditairement.

54Pour cette recherche, on regroupera, quelle qu'en soit leur forme, toutes les références à la famille (a) ; à leur fonction, à un métier ou un titre (b) ; à un sobriquet (c), à un lieu-dit ou à un détail topographique (d). Les noms mixtes sont comptabilisés deux fois d'après les éléments qu'ils combinent.

55Fonction et sobriquet restent une référence d'un emploi toujours limité. Leur augmentation après 1190 tient en partie à la répartition sociale des renseignements, comme on le verra plus loin. Il n'y a donc dans la région que deux systèmes majeurs de référence : la localisation ou la famille. Sous toutes ses formes, la référence familiale renvoie majoritairement au père, elle s'exprime sans doute dans le nomen patemum par l'utilisation du nom du père comme surnom. Elle est rarement facile à repérer dans les documents, car les documents où figurent père et fils sont rares.

56Lorsqu'est née la désignation à deux éléments, les 3/4 des références sont de ce type familial et les surnoms en forme de nom, à eux seuls, constituent 80 % de ce mode de désignation. La proportion redescend ensuite en deux étapes et se stabilise au milieu du XIIe siècle à environ 40 % des formes anthroponymiques.

57La référence locale progresse plus lentement et atteint les 40 % au même moment. Localisation et surnom en forme de nom se partagent alors, à égalité, les 80 % des formes anthroponymiques.

Quels noms ?

58Dans les références locales, le castrum a une suprématie écrasante : de 80 à 70 % des formes. Parmi les formes topographiques, la référence à des variétés spécifiques de lieux habités (villar, portanova, ecclesia, etc.) et la référence à des particularités hydrographiques sont l'essentiel. Ni les détails orographiques ni la végétation naturelle ou domestiquée n'ont beaucoup inspiré l'anthroponymie.

59Les notations de métier se révèlent irrégulières et difficiles à interpréter. Entre 1160 et 1190, le textile fait une envolée remarquée. La métallurgie reste toujours modeste, même si elle correspond à des familles bien établies. Le plus surprenant est l'importance du secteur tertiaire, qu'il soit réel ou à fonction de sobriquet, il retient l'attention et caractérise fortement l'individu.

60Quant aux sobriquets, ils surprennent par leur gentillesse. D'autres régions connaissent une imagination féroce. Telle n'est pas la région d'Agde où les surnoms à connotation positive l'emportent sur les ridicules, les infirmités ou les laideurs morales. Néanmoins le sens exact de nombreux sobriquets reste obscur malgré le secours des dictionnaires et glossaires de langue d'oc et réduisent la portée des remarques : il en est beaucoup plus d'obscurs que d'élucidés !

61Le caractère systématique du nomen patemum est fortement affaibli par la constatation que les surnoms en forme de nom se forment dans une proportion très anormale à partir de noms rares, preuve même que dans cette forme de désignation la recherche d'une originalité, d'une spécificité de la part de l'individu ou de la société englobante, l'emporte sur l'affirmation automatique de la filiation.

6. Evolution du système anthroponymique d'après le cartulaire du chapitre d'Agde

6. Evolution du système anthroponymique d'après le cartulaire du chapitre d'Agde

Système anthroponymique et milieu social

62L'évolution comparée du système anthroponymique des nobles et nonnobles, (il est évident que cette ségrégation manichéenne colle mal à la réalité du XIIe siècle, mais elle est commode et non dépouvue d'une certaine signification) montre en premier lieu un extraordinaire parallélisme global : même chute du système du nom unique, au même moment, dans des proportions voisines.

7. Etude comparée de l'évolution du système anthroponymique des nobles et non-nobles dans le cartulaire du chapitre d'Agde

7. Etude comparée de l'évolution du système anthroponymique des nobles et non-nobles dans le cartulaire du chapitre d'Agde
  • en corollaire, même montée du système à deux éléments ;
  • et plus surprenant encore même proportion (un peu supérieure à 10 % des formes anthroponymiques de 1050 à 1150 et navigant autour de 5 % ensuite) des noms complexes.

8. Système anthroponymique et milieu social dans le cartulaire du chapitre d'Agde

8. Système anthroponymique et milieu social dans le cartulaire du chapitre d'Agde

63Les différences sont donc minimes. Elles portent en premier lieu sur le maintien du nom unique, d'abord un peu plus marqué chez les non-nobles par une sorte de retard à l'évolution ; puis un peu plus marqué chez les nobles pour qui certains noms, exclusivement portés par eux ou par leur seul lignage limitent le recours au surnom.

9. Surnoms en forme de nom et surnoms de lieu dans le cartulaire du chapitre d'Agde

9. Surnoms en forme de nom et surnoms de lieu dans le cartulaire du chapitre d'Agde

64Une autre différence porte sur l'utilisation d'une désignation complémentaire, notamment un titre, accompagnant un nom unique, plus fréquente chez les nobles, notamment à cause de l'habitude de désigner les écuyers (classés avec les nobles) par leur nom suivi d'armiger. Corrélativement le système anthroponymique à deux éléments, nom et surnom, est encore plus absolu chez les roturiers où il se maintient à partir de 1160 à 90 % des formes anthroponymiques que chez les nobles où il retombe aux environs de 75-80 % à la fin du XIIe siècle.

65En revanche les références anthroponymiques manifestent des évolutions nettement diférenciées entre les nobles et les non-nobles. La référence au père, que l'on donne à travers l'utilisation d'un surnom en forme de nom atteint pour l'ensemble des individus recensés dans le cartulaire du chapitre d'Agde, son apogée dans la deuxième moitié du XIe siècle ; par la suite, elle ne cesse de retomber chez les nobles pour qui elle se stabilise aux environs de 25 % à partir du milieu du XIIe siècle. Pour les non-nobles, la retombée est moins rapide et la stabilisation aux environs de 45 %.

10. ETUDE COMPAREE DES DIVERSES FORMES DE SURNOMS DE UEU CHEZ LES NOBLES ET LES NON-NOBLES DANS LE CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE

10. ETUDE COMPAREE DES DIVERSES FORMES DE SURNOMS DE UEU CHEZ LES NOBLES ET LES NON-NOBLES DANS LE CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE

66La référence locale n'atteint jamais chez les non-nobles les mêmes proportions que chez les nobles et après une ascension modérée elle se stabilise aux environs de 20 %. Jamais elle ne dépasse, par conséquent, le surnom en forme de nom, après l'avoir seulement égalé dans les années 1130-1160. En revanche chez les nobles, cette référence locale relaye d'une manière écrasante à partir du début du XIIe siècle le surnom en forme de nom qui diminue rapidement.

67Cette référence locale a d'ailleurs une forme sensiblement différente chez les nobles et les non-nobles. Dans la catégorie des nobles, la référence locale est un castrum ou le castrum (ex : R. de Castro) dans 90 à 100 % des cas. Chez les nonnobles, cette proportion évolue entre 70 et 50 % des cas, plus forte à l'origine de l'étude que par la suite, comme si la résidence dans le castrum était ressentie avec plus de rigueur au seuil du XIIe siècle. Le castrum grossissant, d'autres éléments (des détails du castrum) prennent plus de part dans l'anthroponymie.

68Il se rajoute à ces différences majeures une individualisation de l'anthroponymie des non-nobles à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle : elle ajoute alors aux axes majeurs de référence, le père et le lieu, deux autres axes, celui du métier et le sobriquet, qui n'apparaissent que dans des proportions infimes chez les nobles.

Nominatif ou génitif pour le surnom ?

69Il est habituel de considérer le surnom en forme de nom comme un nomen paternum.

70Il faut en fait vérifier en premier lieu qu'il ne s'agit pas d'un second nom unique accolé au premier et permettant une identification plus précise de l'individu, d'autant plus indispensable que la condensation des noms en un choix restreint multiplie les homonymies de ce premier élément. La différence théorique entre les deux pratiques, se repère, dans un texte latin, au cas du surnom. En dehors de tous les cas indécidables parce que le nom lui-même est au génitif (si fréquent dans l'énumération des voisins de parcelle et des témoins des actes que leur nombre dépasse celui des autres), il apparaît que le surnom en forme de nom décliné au même cas que le nom lui-même est rare dans l'ensemble.

  • 11 Il y a ainsi 6 cas "aberrants" à la génération des années 1130-1160.

71Sans doute faut-il utiliser ces indications avec prudence, car elles n'ont pas toujours la rigueur d'emploi que l'on souhaiterait. Pour un même individu, on retrouve d'inquiétantes variations : tantôt ce surnom en forme de nom s'accorde avec le nom lui-même, tantôt il reste invariable au génitif11. Cependant ces cas opportunistes sont peu nombreux par rapport à tous ceux qui révèlent un usage fixe du cas.

  • 12 Ne sont comptabilisées ici que les formes latines.

72Or la proportion des surnoms en forme de nom accordés au nom semble diminuer au cours de la période. Les chiffres portent sur un petit nombre et comportent donc une grande fourchette d'incertitude. L'irrégularité des résultats avec une remontée brutale entre 1190 et 1220 montre la confiance limitée qu'il faut leur accorder. Nul doute que dans ce domaine, la pratique de chaque notaire influence considérablement les résultats12. Faut-il ajouter foi à cette troublante alternance de génération où les nominatifs sont nombreux et de génération où leur proportion décroît ?

73La comparaison entre la proportion des formes génitives et de formes accordées dans les différents types de surnom est sensible. Assurément la forme accordée au nom est plus fréquente lorsque le surnom a une signification de métier ou de sobriquet, comme s'il était plus souvent la caractéristique de l'individu dénommé plutôt qu'un nom hérité. Dans ces derniers types de surnom, en particulier pour les sobriquets, les formes invariables au génitif l'emportent tardivement, révélant que ces formes de surnom s'héritent plus tard que les autres.

11. FORMES ACCORDÉES ET FORMES INVARIABLES AU GÉNÉTIF DANS LES SURNOMS DU CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE

11. FORMES ACCORDÉES ET FORMES INVARIABLES AU GÉNÉTIF DANS LES SURNOMS DU CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE

74De cette analyse des cas auxquels les surnoms sont employés il ressort :

  1. Que tous les surnoms en forme de nom ne sont pas des nomina paterna. Dans 1/3 à 1/6'des cas, il s'agit tout simplement de deux noms accolés. La documentation ne permet pas de situer ce deuxième nom ; est-il choisi dans un stock familial qu'il rappelle au moment où se banalise le premier nom ? C'est peu probable tant leur répartition entre les divers noms est identique à celle du premier nom. Rien de particulièrement archaïque en eux.
  2. Qu'une proportion particulièrement élevée de surnoms en forme de nom reste invariablement exprimée au génitif, et manifeste que les clercs qui rédigent les actes les perçoivent bien comme indicateur d'une ascendance.
  3. Cette tendance qu'exprime assez précocement, sinon exclusivement le surnom en forme de nom, se révèle aussi dès le milieu du XIIe siècle pour les autres formes de surnom et indiquent qu'une anthroponymie héritée se renforce au détriment d'un mode de désignation de l'individu. Il faut dès lors considérer les surnoms indiquant un métier ou une fonction et les surnoms en forme de sobriquets comme des reliques qui révèlent l'attention des générations précédentes à ces repères plus que celles des générations pour lesquelles ces noms sont attestées. Les noms renvoient alors aussi, d'une manière moins directe peut-être que les surnoms en forme de noms, aux ascendants et à une filiation linéaire.

Un vrai nomen patemum ?

75A quel ascendant ? Au père, ce qui est le cas d'un vrai nomen paternum où le nom du père devient le surnom du fils ? Ou à un ancêtre éponyme, plus ou moins lointain ? Le nomen paternum correspond à une segmentation de la famille par paire de générations, l'ancêtre éponyme à une organisation plus profonde de la structure familiale. D'où la nécessité d'observer séparément quand les chiffres et les documents le permettent, nobles ou non-nobles.

76Une première constatation est surprenante, même si elle est fragile parce que reposant sur un tout petit nombre de cas. Dans la deuxième moitié du XIe siècle, cette période où apparaît le système à deux éléments, les scribes accordent au nom les surnoms en forme de nom portés par les nobles ; pour les non-nobles les scribes utilisent les deux solutions l'accord ou le génitif invariable. L'usage se renverse ensuite et globalement le surnom en forme de nom au nominatif devient beaucoup plus rare pour les nobles que pour les non-nobles à partir du milieu du XIIe siècle. Il faudra compléter cette étude statistique en reconstituant des arbres généalogiques pour interpréter cette constatation, et préciser à quelle date et comment les lignages nobles se raccrochent à un ou des ancêtres éponymes ; à quel moment le nomen paternum est remplacé par une anthroponymie de lignage.

77Dans cette région la mention de X fils de Y est rare. La désignation complémentaire est en elle-même peu fréquente, partagée entre des indications de fonction et des indications de relation familiale. Cette relation familiale à son tour partagée entre une relation de fils à père et d'autres formes de relation : la relation de fils à père est naturellement majoritaire, mais seulement 2,5 fois plus que les autres relations familiales. C'est dire combien cette notation, X filius Y n'est pas le mode de désignation normal dans la région d'Agde. Est-ce parce qu'elle s'indique autrement ? Ou parce qu'elle est faible ? Le surnom en forme de nom, invariable au génitif renvoie t-il toujours au père ? A partir du moment où le surnom est le même pour le père et le fils, sûrement non. La filiation est toujours difficile à établir, car le cartulaire est avare de telles mentions jusque dans un douzième siècle avancé. On peut y voir l'indice d'une certaine indifférence à la justification des filiations. Cependant dès la fin du XIe siècle sont attestés quelques cas, encore rarissimes, d'un surnom identique dans deux générations qui se suivent. Au même moment, si la notion d'un nom de lignage est rarement attestée (et pour cause : les surnoms sont encore très récents) celle du nom de famille semble exister à l'intérieur d'une génération. Dans trois cas, les frères portent le même surnom, c'est une proportion déjà considérable, car d'ordinaire les chartes n'indiquent le surnom que pour le premier désigné et nos occasions d'observation sont exceptionnelles. Mais ce surnom étant un nom au génitif, l'indice est d'une faible portée.

78Il existe aussi des contre-exemples : aussi Guillaume de Fabricolis précise qu'il est le fils de Bernard Sicardi. N'est-ce pas aussi parce que, dès ces premières année du XIIe siècle, cette différence de surnom est anormale ? Un individu désigné dans un acte par un nom et un surnom ne précise généralement pas sa filiation, sauf si elle justifie son bon droit à posséder un bien.

De quand datent les noms utilisés comme surnoms ?

79Une autre voie permet d'approcher le moment où les surnoms en forme de noms ne sont sûrement plus des rumina patenta, c'est la qualité de ces noms. Si le surnom renvoie au père, il doit être un nom porté à la génération du père et non un nom disparu. Le terrain d'une telle étude est glissant, car les noms peu portés ont de fortes probabilités d'échapper à notre connaissance et de biaiser les résultats.

8024 noms sont attestés en très petit nombre à chaque génération mais sans disparaître durablement : ceux-ci ont tous donné naissance à des surnoms. Cette constatation confirme l'idée que l'anthroponymie ne perd pas sa fonction de désignation des individus. Les noms fréquemment attestés donnent aussi naissance à des surnoms bien qu'en nombre limité par rapport à leur usage comme nom.

81Sur près de 80 noms perdus par la réduction du stock des noms qui se produit au milieu du XIe siècle, 16 % seulement ont donné naissance à des surnoms. Compte tenu de l'échantillon encore faible de la deuxième moitié du XIe siècle, pour laquelle des noms "rares" nous échappent en assez grand nombre, il apparait clairement que ni le système du nomen paternum ni l'ancêtre éponyme ne sont antérieurs à 1025.

82En revanche les noms qui apparaissent dans les documents après 1160 sont rarement utilisés comme surnoms. Le système du nomen paternum est donc d'un emploi beaucoup moins systématique qu'il n'y paraît : l'époque où le nomen paternum a fonctionné est sans doute assez brève. A la fin du XIIe siècle la segmentation de la lignée se fait déjà assez souvent sur plus de deux générations, dans tous les milieux. La grande époque de nomen paternum ne peut pas s'étendre au-delà des années 1130. Il n'est pas impossible qu'elle exprime surtout la singularité de la génération des années 1070-1100, où le surnom en forme de nom, invariable au génitif regroupe plus de la moitié du total des formes anthroponymiques.

La langue des anthroponymes : latin ou langue vulgaire

83Les scribes du cartulaire s'expriment pour la plupart en bon latin et l'anthroponymie est peu marquée par la langue vulgaire. Au total du cartulaire les formes que le scribe ne latinise pas dépassent de peu les 11 % des formes anthroponymiques à plusieurs éléments. Les noms sont exprimés en latin, ce sont les surnoms qui parfois gardent leur forme vulgaire.

84Mais cette proportion varie suivant la nature du surnom : elle ne dépasse guère les 7 % pour les divers types de surnom à l'exception des sobriquets. Pour ceux-ci auxquels on doit joindre les surnoms qu'un recours à un glossaire de langue d'oc ne permet pas d'expliciter, les formes en langue vulgaire dépassent la moitié.

85La proportion globale reste stable jusqu'aux début du XIIIe siècle, c'est alors, qu'elle s'accroît tout d'un coup. Les censiers et autres listes l'augmentent car ils comportent une proportion supérieure à la normale contemporaine de formes vulgaires. Notamment la liste des hommes du chapitre d'Agde pour cette dernière période. Mais un nouveau notaire, Pierre Fabre, est aussi responsable de cette augmentation : dans un document qui comporte 92 formes anthroponymiques, il en indique 17 en langue vulgaire.

86Pour rendre compte de cette évolution, on ne peut certainement pas invoquer une aisance moindre en latin ; les actes de cette période ne sont pas en moins bon latin, bien au contraire ; ni l'habitude d'utiliser la langue vulgaire dans la rédaction des actes de la pratique : ce n'est pas le cas dans cette région. C'est donc à une évolution de l'anthroponymie que renvoie cette transformation. Sans doute révèle-t-elle une tendance des surnoms à se figer dans la forme acquise. N'est-ce pas encore un indice d'une tendance précoce de l'anthroponymie à se consolider et à s'hériter sur des séquences de génération assez longues ? Un seul exemple d'une hésitation : Ugo de Torolla Vel de Nan. A elle seule cette hésitation exprimée sous cette forme indique bien une anthroponymie comportant déjà des règles de stabilité.

CONCLUSION

87Un certain nombre d'incertitudes dans l'interprétation de ces résultats statistiques devrait être levé par la suite de l'enquête, c'est-à-dire par l'étude systématique de la dévolution des noms à l'intérieur des familles. Les résultats actuels peuvent se résumer ainsi :

881. Le phénomène de réduction du stock des noms dominé par quelques noms commence au Xe siècle et révèle que les principes de l'anthroponymie germanique, celle de plus des 3/4 de la population, ne sont plus compris ou ne correspondent plus aux aspirations de la population.

892. Le choix se porte désormais sur quelques noms qui associent la puissance séculière, car ils sont portés depuis longtemps par la très haute aristocratie et notamment les comtes de Toulouse et le poids de la sainteté ou de l'aura sacrée.

903. A coté de ces grands succès, des noms moins usités qui donnent l'impression d'un grand renouvellement onomastique. S'il est vrai que beaucoup de noms du Xe siècle tombent en désuétude, le renouvellement onomastique n'est pas assuré, tant la documentation et la répartition éparpillée des noms du Xe siècle rendent difficile l'appréciation de ce phénomène.

91La plupart de ces "nouveaux" noms sont portés par des familles chatelaines (qui portent également les noms dominants, mais moins que les laïcs). On a donc l'impression que la plus ou moins grande diffusion d'un nom dans la région dépend de la puissance des lignages qui le portent mais les documents n'attestent pas l'existence d'aires anthroponymiques strictement circonscrites aux "détroits" de telle ou telle famille.

924. Tous les noms portés après 1050 ne sont sans doute plus perçus comme germaniques. Les plus germaniques ont d'ailleurs disparu. Plus d'Aldegaudus, d'Ansimundus ni de Dodbertus. Mais Galterius, ou Amaldus. Et Willelmus se mue en Guillelmus.

935. Très brutalement ces noms sont complétés par un surnom. En une génération, entre 1030 et 1070, l'évolution est acquise, mais elle nous échappe car elle se situe dans une lacune documentaire. Dans cette première période, tous ou presque tous portent un surnom en forme de nom, certains accordés au nom, d'autres, plus nombreux, invariablement au génitif. La fin du XIe siècle est vouée à ce système.

94A partir du début du XIIe siècle, le nom de lieu se fait plus fréquent, remplace complètement le surnom en forme de nom chez les nobles, tandis que les deux systèmes se partagent l'essentiel de l'anthroponymie des non-nobles.

95Dès la deuxième moitié du XIIe siècle se multiplient les signes d'une conception lignagère du nom. De la désignation de l'individu on est passé à une patronymie qui s'hérite. Alors s'ébauche une anthroponymie nouvelle, encore minoritaire, strictement réservée aux non-nobles, faites de sobriquets et de surnoms de métier, invariablement utilisés au génitif eux aussi et hérités. Petrus Fabri est notaire !

96Reste à interpréter le sens de ces références, nom du père, nom de lieu, sobriquet, qui se succèdent à partir du moment où s'impose le système à deux noms. Le phénomène est trop général pour trouver une explication strictement languedocienne. L'éclairage comparatif des autres régions permet mieux de tenter des interprétations globales sur la signification du système et de ses variations.

II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Cartulaire du chapitre d'Adge)

II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Cartulaire du chapitre d'Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

* Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)

(*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Cartulaire du chapitre d'Adge)

V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Cartulaire du chapitre d'Adge)

Notes

1 Rappelons que nous appelons nom, le nom unique dam le système à 1 élément et le premier élément dans le système à deux éléments, en réservant le terme de surnom au deuxième élément, suivent en cela une pratique anglaise mieux adaptée à la réalité de la période étudiée.

2 La nature d'un plaid tenu à Alzonne en 918 (Histoire Générale du Languedoc, t V, col. 137 sq.) énumère les noms des juges romains, gothiques et saliques. Parmi les juges des Romains au nombre de 8, figurent Adalbertus et Rumaldus, parmi les 8 juges saliques, Oliba et Johannes. La pureté ethnique du choix des noms est donc loin d'être respectée.

3 Jean-Louis Biget, "L'évolution des noms de baptême en Languedoc au Moyen Age (IX-XIVe sièdes)" in Liturgie et musique, Cahiers de Franjeaux no 17, Toulouse 1982 pp. 297-341.

4 Magnou-Nortier, La société Laïque et l'Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIe siècle, Paris 1974.

5 Les statistiques précédentes étaient bâties sur 5 noms dominants et non 4 car 5 était un chiffre plus pertinent pour l'ensemble de l'étude, mais 4 convient mieux pour analyser la période 1050-1100.

6 Les formes de ce renouvellement ne sont pas claires. La mode des noms "littéraires" comme Olivarius est rarement attestée.

7 Parmi les 3 personnes qui sont encore dénommées par un seul nom, l'un d'entre eux porte un sobriquet : Blanquitus.

8 Dans cette catégorie sont comptées des indications de relations familiales ; pas de sobriquet car il s'agit alors d'un surnom. La fonction ou le métier peuvent être surnom ou désignation complémentaire, c'est une affaire d'appréciation, difficile à exprimer avec rigueur.

9 Acte 220. Dans d'autres documents, la mention de miles permet de distinguer l'un des homonymes.

10 En revanche (v. supra) la mention de miles accompagne une anthroponymie complète et normale, mais qui permet la confusion avec un non-noble.

11 Il y a ainsi 6 cas "aberrants" à la génération des années 1130-1160.

12 Ne sont comptabilisées ici que les formes latines.

Table des illustrations

Titre 1. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE DES DONNÉES DOCUMENTAIRES
Légende N.B. : Les % se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 2. PLACE DES FORMES PORTÉES PAR LES "NOBLES" DANS L’EFFECTIF GLOBAL DES FORMES ANTHROPONYMIQUES
Légende N.B. : Les % se lisent verticalement.(1) Cette proportion anormalement forte est due à une transaction de 1236 (no 350) entre le chapitre et l'évéque déterminant quelles sont les hommes propres du chapitre, serfs de corps ou de masade.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 3. Evolution des noms masculins dominants
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 4. Importance relative des divers noms dans chaque tranche chronologique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 5. Evolution chronologique du système anthroponymique dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre 6. Evolution du système anthroponymique d'après le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre 7. Etude comparée de l'évolution du système anthroponymique des nobles et non-nobles dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre 8. Système anthroponymique et milieu social dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre 9. Surnoms en forme de nom et surnoms de lieu dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 10. ETUDE COMPAREE DES DIVERSES FORMES DE SURNOMS DE UEU CHEZ LES NOBLES ET LES NON-NOBLES DANS LE CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre 11. FORMES ACCORDÉES ET FORMES INVARIABLES AU GÉNÉTIF DANS LES SURNOMS DU CARTULAIRE DU CHAPITRE D’AGDE
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Cartulaire du chapitre d'Adge)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Cartulaire du chapitre d’Adge)
Légende * Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d'Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Cartulaire du chapitre d’Adge)
Légende (*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Cartulaire du chapitre d'Adge)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16312/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search