Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

Europe du Sud-Ouest

Étude sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du Chapitre métropolitain de Sainte Marie d'Auch (xie-xiiie siècles)

Benoît Cursente

Texte intégral

Les données globales de la documentation

La source utilisée

1Après avoir expérimenté cette recherche sur divers cartulaires gascons (Saint-Mont, Sorde), mon analyse s'est concentrée sur les cartulaires du chapitre métropolitain d'Auch, les seuls à couvrir de façon à peu près continue la période soumise à l'enquête collective.

2J'ai utilisé la publication qu'en a fait C. LACAVE LAPLAGNE BARRIS, Cartulaires de l'église métropolitaine de Sainte-Marie d'Auch, Archives historiques de la Gascogne ; Cartulaire Noir (fascicule 3) ; Cartulaire Blanc (fascicule 4), Paris-Auch, 1899. Ces deux cartulaires seront désormais abrégés respectivement en CN et CB.

  • 1 Le fait est justement souligné par R. MUSSOT-GOULARD, dans les princes de Gascogne (768-1070), Mar (...)

3Une vérification effectuée sur les manuscrits conservés aux archives départementales du Gers (cotes G 16, G 17, et G 18), a permis de redresser un certain nombre d'erreurs de lecture. La plupart sont purement formelles, mais plusieurs dénaturent le nom, et pèsent (de façon à vrai dire marginale) sur le résultat des dépouillements. En voici quelques exemples : lecture de Montesquiu pour Montesquivi (CN 58), de Primam pour Priano (CN 78), d'artisanz pour arsisans (CN 83), de Dragalag pour d’Arragalag (CN 108), de R. pour (R)aimundus (108), de W.Garsias pour W.G. (CN 118), de Gaudon pedi nudi pour Gaudion Pedi Nudi (CN 95), de Bernardus pour Bertrandus (CN 103,118...), etc. A noter la transcription particulièrement fautive de la charte 471.

  • 2 Je renvoie simplement aux analyses et aux datations divergentes de R. MUSSOTGOULARD, op. cit., et (...)

4Le Cartulaire Noir, qui contient les pièces les plus anciennes, pose des problèmes codicologiques sérieux, qui font actuellement l'objet d'un débat érudit, dans lequel il a été impossible d'entrer ici2. Par contre, il importe d'analyser les difficultés spécifiques auxquelles s'est heurtée la mise en œuvre de la documentation.

L'identification des formes et des individus

5Il s'est avéré impossible de décider à tout coup dans quelle mesure des formes identiques correspondaient à des individus différents (surtout pour les noms les plus courants), ou, à l'inverse, des formes différentes correspondaient à un même individu. La difficulté majeure vient du fait que, surtout au XIIIe siècle, les actes sont truffés d'un sabir latino-occitan inextricable, avec une multitude de variantes et d'interpretationes. A titre d'exemple, j'ai considéré que Raimundus Faber (CB 4), Ramon de Lafaurge (CB 13), et Raimundus de Fabrica (CB 55), qui sont exactement contemporains, étaient un seul et même personnage ; mais en va t-il de même pour Petrus Baseus et Peir Dambads ?

6Autre problème notable, celui des noms indiqués par une simple initiale, pratique extrêmement fréquente. Les A.,P.,R.,W., se résolvent à coup sûr respectivement en A(rnaldus, P(etrus), R(aimundus), et W(illelmus). Il en va autrement pour le G., qui se résout tantôt en G(arsia), et tantôt en G(eraldus). Dès lors, le comptage de ces deux noms reste entaché d'un coefficient d'incertitude qui devient au XIIIe siècle assez considérable.

La ventilation des formes dans les groupes sociaux

L'identification des membres de l'aristocratie laïque

7– D'abord par rapport aux clercs. L'incertitude est plus fréquente pour les Xe et XIe siècles ; par la suite, chanoines, moines et prêtres sont plus volontiers désignés comme tels. Lorsqu'il est dit que Untel, ou bien X, fils de Untel, sont admis dans le chapitre, X et Untel ont été comptés avec les laïcs.

8– Par rapport aux "roturiers". Ont été retenus comme nobles les membres des lignages comtaux et de leurs alliés (cf. les souscriptions), les personnages qualifiés de nobilis, miles, domicellus, ainsi que ceux qu'on voit posséder dans les villages dîmes, églises, biens allodiaux.

Le problème des "indéterminés"

9Leur présence est liée à deux causes qui se conjuguent. D'abord, l'imprécision du vocabulaire ou du contexte, qui rend aléatoire une ventilation déterminée. Ensuite, une réalité sociale floue et mouvante. Telle famille du XIe siècle vit en symbiose totale avec le chapitre sans être apparentée aux lignages aristocratiques (CN 108) ; telle autre, au XIIIe siècle, voit coexister un miles rural et un civis urbain (CB 14), etc.

Le problème des "roturiers"

10En fait de roturiers, c'est surtout une sorte de patriciat urbain, dont une fraction vit en symbiose avec l'aristocratie rurale, que notre source met en évidence. Pratiquement pas de paysans, même si plusieurs personnages ont des tenures dans la zone péri-urbaine (un seul est qualifié de villicus, contre 18 cives ou burgenses).

La ventilation dans les tranches chronologiques

11Une des particularités du cartulaire Noir est l'importance prise par les chartes-notices (no 64, 77, 96, 108, 134, 135...), et par les généalogies (no 2, 3, 4, 5, 160). Les chartes-notices, qui relatent des événements remontant à deux générations ou davantage, sont souvent riches en formes anthroponymiques, mais difficiles à fixer dans le temps. En fait, un minutieux travail de recoupements et de recherche de synchronismes permet d'attribuer la plupart des formes à telle ou telle tranche, avec un risque d'erreur minime. Dès lors, elles ont été prises en compte. Après mûres réflexions (et non sans états d'âmes !), j'ai agi de même pour les généalogies, dans la mesure où les personnages cités sont donnés à l'identique par des sources indépendantes (cartulaires de Pessan, de Simorre...). Il m'a semblé que le parti-pris inverse aurait abusivement transformé la période antérieure à 1050 en terra incognita. Les personnages apparaissant sur plusieurs tranches ont été comptés autant de fois.

Les disparités numériques (tableau récapitulatif I)

  • 3 Ont été notamment exclus les personnages cités dans les bulles pontificales et dans les actes rela (...)

12Le tableau statistique prend en compte l'ensemble des choix qui ont été faits lors du travail de dépouillement3. Tableau et graphique mettent en évidence les disparités qui ont lourdement pesé sur le travail d'analyse.

13L'effectif des tranches chronologiques

1. Nombre de formes anthroponymiques par tranche chronologique

1. Nombre de formes anthroponymiques par tranche chronologique

14Il varie dans une fourchette de 1 à 18. Celui de la tranche 1000-1049 constitue un échantillon statistiquement insuffisant ; pour certaines opérations, il a été regroupé avec la tranche du Xe siècle. Les huit tranches gagnent ainsi en homogénéité en se distribuant en trois classes d'effectifs : de l'ordre de 100 formes anthroponymiques (Xe-1049,1100-1129,1160-1189,1190-1219) ; de l'ordre de 200 (1050-1099,1130-1159,1220-1249) ; de l'ordre de 400 (1250-1280). Il faut le souligner d'emblée : la faiblesse principale de notre source réside dans la carence des données relatives au demi-siècle décisif qui chevauche l'an Mille.

L'effectif des groupes sociaux

15Les tranches plus anciennes mettent essentiellement en lumière les grandes familles de l'aristocratie laïque. Les plus récentes font la part belle aux clercs, tandis que se gonfle le groupe des "indéterminés", et que s'individualise, pour finir, un fort noyau de population "roturière". Statistiquement, une analyse de l'anthroponymie roturière n'est donc envisageable que pour la dernière tranche. Antérieurement, il faut se résigner à la regrouper avec les "indéterminés", ce qui affecte les résultats d'un coefficient d'incertitude que je me suis efforcé de circonscrire au maximum.

L'évolution des noms de baptêmes masculins

16Il n'existe pas, en matière de noms de baptême, une onomastique propre aux clercs. C'est ce qui ressort de mes pointages, et de l'absence de tout indice attestant la pratique de l'adoption d'un nouveau nom lors de l'admission dans l’ordo. Cela m'a autorisé à utiliser, dans un premier temps, l'ensemble du stock des noms, ce qui a permis d'atténuer la faiblesse statistique de certaines tranches.

La condensation des choix autour de noms dominants

Des pondérations indispensables

17Les résultats du tableau récapitulatif II sont en partie biaisés par l'hétérogénéité quantitative et qualitative de la documentation. Le fait qu'une grande majorité des personnages cités avant l'an Mille appartiennent à une poignée de familles princières a accentué l'effet de concentration. L'adjonction des noms de la tranche suivante, un peu plus diversifiés socialement, suffit, malgré leur faible nombre, à pondérer partiellement cet effet grossissant.

18A l'inverse, l'accroissement du stock a manifestement un effet multiplicateur sur la dispersion des formes. Ainsi, dans toutes les tranches "faibles", la proportion de noms portés une seule fois est de l'ordre de 45 % à 50 %. Pour les tranches à 200 formes, elle s'élève à environ 60 %. Symétriquement, le pourcentage rassemblé sur les noms dominants est de 25 à 30 % pour les tranches faibles, et d'environ 15 % pour les tranches plus étoffées. Enfin, la faiblesse de certaines tranches m'a obligé à porter de 2 à 4 % le seuil au-delà duquel un nom peut être considéré comme fréquent.

Les faits qui paraissent avérés

19– Même en prenant en compte les réserves que je viens d'exprimer, il semble que les pays gersois aient connu une cristallisation précoce des choix autour de quelques grands noms dominants. La pauvreté des données relatives au Xe siècle ne permet pas de fixer le moment précis où s'est opérée cette mutation.

20– L'affaiblissement du stock des noms est à peu près régulier ; le nombre d'individus par nom passe de 2,4 à 6,8.

21– Pendant toute la période considérée, le nombre des noms portés une seule fois continue de correspondre environ à la moitié du stock, tandis que la proportion des individus portant ces noms a diminué de moitié (18 à 9 %).

Permanence et renouvellement des noms dominants

22Du graphique, se dégage une première impression de stabilité. Cette impression est due à la permanence de quatre noms majeurs tout au long de la période considérée : Arnaud, Bernard/Raimond (avec une moyenne de près de 10 %), et surtout Guillaume (avec près de 14 %). A un niveau subalterne, Garsie, Sanche ou Otton témoignent de la même continuité.

2. Les noms dominants dans les cartulaires d'Auch

2. Les noms dominants dans les cartulaires d'Auch

23Une seule période de rupture : le XIe siècle. Avec la disparition d'Auriol et l'avènement de trois nouveaux noms dominants, la seconde moitié du XIe siècle semble inaugurer une ère nouvelle. Parmi ces noms, Pierre va désormais occuper une place majeure. Un seul autre nom dominant apparaît ultérieurement, Jean, dont l'émergence est à la fois tardive et progressive.

24De par sa particularité, la documentation du Xe siècle a pu accentuer l'effet de rupture, mais non le créer de toutes pièces. Il se peut d'autre part que du fait de l'étiage documentaire du début du XIe siècle, on ne découvre cette rupture qu'avec un temps de retard.

L'origine des noms de baptême

25L'examen des noms les plus fréquents atteste la large domination des formes germaniques, tandis que l'avènement de Pierre, puis de Jean, témoignent d'un processus de christianisation encore timide. Pour aller plus loin, il est nécessaire de prendre en compte l'ensemble du stock, ce que le graphique 3 tente de faire.

  • 4 Il est à noter que je n'ai recensé qu'un faible nombre de formes hypocoristiques (Raimundet, Arnau (...)

26Ici encore, on observe une rupture précoce suivie d'un palier en pente douce. La rupture intervient entre les données qui précèdent et suivent le milieu du XIe siècle. Avant, large domination des formes germaniques (près de 75 %), complétées par un contingent limité de noms latins (Lupus, Centullus, Sanctius), et de noms euskariens (Arsi, Garsia). A partir de 1050, l'importance relative des noms germaniques décroît en deux étapes (50 %, puis 40 %), tandis que le stock des noms ayant une autre origine se diversifie considérablement, avec la multiplication de nouveaux noms latins (Vitalis... mais aussi Cicero et Scipio), la première diffusion de noms scripturaires, et l'émergence de noms romans (Perdigon, Camparol, Carbonel...)4. A quelques nuances près, cette structure anthroponymique reste stable jusqu'au milieu du XIIIe siècle, où on voit les noms de formation occitane faire un bond en avant. Globalement donc, la christianisation massive des noms de baptême reste à faire à la fin du XIIIe siècle.

Le renouvellement des noms rares

27Une étude statistique complète du renouvellement des noms autres que les noms dominants s'est avérée impossible à mener à bien à partir des cartulaires d'Auch.

3. Origine des noms de baptême dans les cartulaires d'Auch

3. Origine des noms de baptême dans les cartulaires d'Auch

28En effet, si l'hétérogénéité numérique des stocks est sans effet majeur sur la représentation des noms dominants, elle a des conséquences décisives sur la proportion des noms rares : l'accroissement du stock multiplie l'effet de dispersion. C'est ainsi que, dans mes pointages de travail, il est apparu qu'une tranche "riche" succédant à une tranche "pauvre" avait un renouvellement des noms rares de l'ordre de 90 % (1050-1099 ; 1130-1159), tandis que dans le cas inverse, le taux de renouvellement se réduisait à 45-55 % (1100-1129 ; 1160-1189).

4. LE RENOUVELLEMENT DES NOMS RARES (Sainte Marie d’auch)

4. LE RENOUVELLEMENT DES NOMS RARES (Sainte Marie d’auch)

29Le tableau ci-joint constitue un palliatif médiocre, qui consiste à réduire l'analyse aux tranches d'effectif comparable, distantes d'une ou deux générations. Le taux de renouvellement ainsi mis en évidence est donc supérieur à celui qui intervient entre deux générations successives, et qu'on ne peut ici saisir. De l'observation de ce tableau se dégage néanmoins un enseignement non négligeable : contrastant avec la stabilité des noms dominants, s'est poursuivi en permanence un processus de brassage et de renouvellement des noms rares.

Choix des noms et milieux sociaux

Précautions et limites

30– Pour le Xe siècle, l'analyse sociale des noms tourne court en raison du quasi monopole des nobiles dans les actes. La tranche qui suit est nettement insuffisante pour se prêter à une étude statistique.

31– Jusqu'au milieu du XIIIe siècle, on l'a dit, le nombre de "roturiers" avérés reste dérisoire, mais leur présence au sein des "indéterminés" est une quasi certitude. La constitution d'un agrégat "roturiers" + "indéterminés" est donc apparue comme un palliatif obligé. Conséquence : les pointages qui font apparaître le caractère aristocratique d'un nom donné sont fiables, et ceux qui montrent l'inverse sont entachés d'un coefficient d'incertitude (puisqu'il y a un certain nombre de nobles parmi les incertains). Pour en limiter l'ampleur, j'ai relevé d'un tiers (proportion plausible des nobles), le seuil à partir duquel on considère qu'un nom a une dominante roturière.

32– La tranche 1250-1280 est la seule qui se prête à l'étude de la dimension sociale du choix des noms sans nécessiter de précaution particulière.

33– Afin que les résultats, déjà fragiles, ne soient pas de surcroît biaisés par la faiblesse de l'effectif mis en œuvre, j'ai regroupé deux par deux les tranches chronologiques de 1050 à 1250. Au sein de chaque tranche, un minimum de 5 attestations m'a paru constituer un seuil minimum pour raisonner en termes de fréquence, ce qui a eu pour effet de limiter sensiblement le nombre des noms pris en considération.

Présomptions et évidences

34Il semble possible de discerner trois phases successives :

  • Dans un premier temps, les noms à dominante aristocratique regroupent une majorité d'individus. C'est parce que trois des quatre noms majeurs, Arnaud, Bernard et Guillaume, ont gardé une forte connotation nobiliaire (connotation que semble également avoir eu au départ Pierre.)
  • A partir du début du XIIe siècle, les noms dominants paraissent se "populariser", et une tendance à l'indifférenciation semblerait se dessiner.
  • Dans le courant du XIIIe siècle, s'affirme un nouveau processus de spécialisation sociale de certains noms.

5. Choix des noms et société dans les cartulaires d'Auch

5. Choix des noms et société dans les cartulaires d'Auch

35Otton et Bertrand voient au XIIIe siècle s'accentuer leur rôle de marqueurs sociaux. Si on prenait seulement en compte les personnages qualifiés de miles et de domicellus, la proportion des Otton et des Bertrand s'élèverait à 34 %. A l'inverse, les cives et les burgenses auscitains se singularisent par un recours plus massif et plus diversifié aux nom scripturaires (Pierre, Jean, Jacques, Philippe), et cette option chrétienne gagne encore en netteté si on comptabilise les Benet, Dominic, Pons... Il est à noter que le recours à des noms plus typés est allé de pair avec une prise de conscience sociale, qui se marque par la spécification de plus en plus systématique de la qualité de "citoyen", "bourgeois", "sire", "chevalier", "damoiseau". Face à une aristocratie rurale conservatrice, le patriciat auscitain semble s'être largement ouvert à l'influence des ordres mendiants implantés dans la cité.

Le système anthroponymique masculin

Précautions de méthode

36Exception faite de l'évolution des surnoms cette étude a été conduite à partir d'un effectif de formes sensiblement inférieur à celui qui a été utilisé jusqu'ici. En effet, ont été écartés les noms des clercs, et les énumérations abrégées de frères ou d'enfants qui suivent le nom complet d'un personnage. De ce fait, les pointages effectués à partir des tranches plus faibles peuvent donner des résultats plus aléatoires (d'où le brusque crochet que décrit le graphique à la hauteur de 1160-1049, qui se réduit à 19 formes anthroponymiques.).

37Les nomina paterna ont posé d'épineux problèmes de ventilation. En effet, à la fonction, essentielle, d'affirmation d'une référence familiale, s'est de bonne heure ajoutée une fonction secondaire de création de formes nouvelles, à partir des noms les plus propices à l'agglutination. C'est ainsi que Fortaner, Fortassi, Garsianer, Bernadat ont assez tôt cessé d'être perçus comme des noms doubles. Et c'est faute de connaître le moment précis de ce basculement que je me suis résigné, avec grande réticence, à les maintenir dans la catégorie des nomina patema.

38La variation des formes anthroponymiques en fonction de la place de l'individu dans l'acte a constitué une des hypothèses de travail prises en considération dans le dépouillement. Cette hypothèse ne s'est pas, globalement, avérée opératoire. Les témoins et les garants sont aussi fortement déterminés que les personnages principaux. Je cite simplement comme un exemple significatif l'acte 96 du CN, dans lequel 2 des 4 personnages principaux portent un nom unique, et les 2 autres un nomen paternum, tandis que les 6 témoins laïcs portent un nom double.

L'avènement des formes anthroponymiques à deux éléments

La situation à la fin du Xe siècle

  • 5 Le fait a solidement été établi par R. de SAINT-JOUAN dans sa thèse de l'Ecole des Chartes, Le nom (...)
  • 6 Moment hitorique bien campé par R. MUSSOT-GOULARD, op. rit., pp. 140-150. Cette liste de témoins, (...)

39La façon de désigner les individus se partage entre trois solutions d'importance comparable : le nom unique, le nomen patemum, et le nom complété d'un surnom (sobriquet ou lieu). Le recours au nom unique, le plus attendu, est le plus ancien. Mais le nomen patemum est loin d'être une nouveauté, puisque son usage est attesté en Gascogne depuis au moins le début du IXe siècle, et que notre enquête s'ouvre sur le siècle où il semble connaître son apogée5. Par contre, la troisième forme est un fait nouveau, et qui se trouve vraisemblablement fort surévalué ici. En effet, les 2/3 des formes comptabilisées dans la catégorie IIId figurent dans la seule liste des souscripteurs de l'acte 41 du CN, datée de l'extrême fin du Xe siècle. En admettant l'authenticité de cette charte, la présence de tels anthroponymes correspond moins à un phénomène général qu'à un fait précis, l'affirmation d'une strate nouvelle de l'aristocratie (les quelques grandes familles qui tentent de se faire reconnaître un territoire de puissance, en prenant parfois le titre de vicomtes)6. Il y a tout lieu de penser que, jusqu'à ses dernière années, le Xe siècle a généralement ignoré l'usage du surnom de lieu, et que l'indigence des données relatives aux années 900-960 ne permet pas de pondérer l'impact statistique d'une liste exceptionnelle, qui dévoile peut-être la source initiale d'une nouvelle ère anthroponymique (Cf tableaux récapitulatifs IV et V).

L'évolution vers le système nom + surnom

40La situation originelle est telle que les deux courbes noms uniques/nom + surnom ne se croisent pas, et qu'un tel graphique ne rend pas compte des bouleversements qui ont affecté l'anthroponymie gasconne passé l'an Mille. Les représentations adoptées permettent au contraire de les mettre en évidence. Les deux systèmes en place au Xe siècle ont été concurrencés, puis submergés par l'adoption du surnom complémentaire. Les nomina paterna ont été laminés en deux temps bien distincts. Dans le courant du XIe siècle, le recours au nomen patemum reste pratiquement aussi fréquent que par le passé, mais désormais, dans la majorité des cas, on lui adjoint un surnom de lieu. Ainsi s'explique le spectaculaire gonflement de la catégorie IVa, qui regroupe les noms du type "Guillelmus Garsias de Sancta-Christina". Dans un second temps, à partir du début du XIIe siècle, c'est l'usage même du nomen patemum qui fléchit, et le total cumulé des formes IIIa et IVa finit par se stabiliser aux alentours de 15 %. Les noms uniques ont reculé de façon continue et régulière à partir du début du XIIe siècle, jusqu'à un niveau plancher de l'ordre de 10 %. Une projection de la courbe à partir des points les plus assurés donne à penser que le fléchissement a largement été amorcé dès le début du XIe siècle. Quoi qu'il en soit, on aboutit au début du XIIIe siècle à une structure stabilisée, marquée par la prépondérance du système nom + surnom, qui a été adopté par 75 % des individus.

6. Les mutations du système anthroponymique dans les cartulaires d'Auch

6. Les mutations du système anthroponymique dans les cartulaires d'Auch

41Après une seconde moitié du Xe siècle, qui apparaît comme une période de gestation et d'équilibres fragiles, c'est bien dans le courant du XIe siècle que s'opère la mutation décisive de l'anthroponymie, la vogue du surnom faisant suite à la cristallisation des choix autour d'une demi-douzaine de noms dominants, qui semble un fait accompli aux environs de l'an Mille. Partant d'une situation assez singulière, l'anthroponymie gasconne s'est donc rapidement alignée sur la structure qui s'impose le plus généralement en Occident.

Les éléments de référence des individus

7. Eléments de désignation des individus dans les cartulaires d'Auch

7. Eléments de désignation des individus dans les cartulaires d'Auch

42Ces graphiques ont été construits à partir des informations données par les tableaux 4, en regroupant à la fois les tranches chronologiques, et les catégories de formes indicatrices d'un même type de référence (par exemple IIa, IIIa et IVa pour la parenté). Les anthroponymes complexes ont été utilisés deux fois : par exemple, j'ai considéré que la forme Petrus Lambertus de Insula contenait à la fois une référence de parenté et de lieu.

43Globalement, se trouve illustré le déclin de la référence familiale au profit d'une référence de type topographique ou géographique. Dans le détail, il convient d'apporter un certain nombre de précisions et de correctifs. Plusieurs personnages portant un surnom de lieu, sont également désignés comme "fils de", ou "pères de"... etc, référence qui a été seulement comptabilisée avec les noms uniques. Il en va de même pour la référence au métier ou à la fonction : la tendance qu'ont les domicelli et les milites à compléter leur désignation propre par la spécification de leur qualité, n'a pas été prise en compte. Une proportion non négligeable des noms uniques sont en fait des sobriquets (Camparol...), ou des nom géographiques (Begore...), et une bonne partie des "divers" sont des sobriquets dont le sens est aujourd'hui impossible à percer. A titre de curiosité, je signale le nom de ce personnage qui contient la quasi totalité des références possibles : "Nobilis vir dominus Guillelmus Raimundi de Pinibus, dictus Lo Gras" (CB 17, 1258).

L'évolution des surnoms

44Dans ce tableau récapitulatif V, la démultiplication des entrées risquait d'aboutir à collationner une série de "miettes statistiques" non significatives. J'ai donc cherché à renforcer au maximum les données de départ. D'abord, en prenant en compte la totalité des formes dépouillées (en effet, l'opposition clercs/laïcs ne joue guère, anthroponymiquement, que sur la ratio nom uniques/noms + surnoms). J'ai aussi comptabilisé l'ensemble des surnoms contenus dans les formes complexes. Par exemple, Guillelmus Amaldi de Brocariis = 1 surnom pris parmi les noms courants + 1 surnom végétal (brocar = lieu planté d'épines). Enfin, j'ai regroupé par 2 ou 3 les tranches chronologiques de base.

45Au XIe siècle s'amorce une franche évolution, qui se prolonge au siècle suivant, et s'accentue après 1200. Au bout du compte, le Xe et le XIIIe siècles apparaissent à bien des égards symétriquement inverses. Le Xe siècle se singularise par le recours majoritaire comme surnom à un autre nom (le plus souvent choisi parmi les noms rares) ; par une écrasante majorité des formes adjectives pour les surnoms topographiques ; enfin par la notable importance des sobriquets. A l'opposé, le XIIIe siècle voit le triomphe des surnoms topographiques introduits par la préposition de, et une première percée des surnoms empruntés au monde des métiers. Cette lecture globale étant faite, il convient de reprendre l'analyse des surnoms type par type.

46Tout d'abord, les nomina paterna. Dans un premier temps, le surnom semble avoir été préférentiellement choisi en dehors des noms dominants. Au Xe siècle, les noms dominants sont majoritaires comme noms de baptême, et minoritaires comme surnoms. Dès le XIe siècle, ce n'est déjà plus le cas. Certes, on peut observer que l'usage des noms "rares" est un peu plus usité pour les surnoms que pour les noms de baptême (d'à peine quelques points), et qu'un nom tel qu'Auriol, qui disparaît à partir du XIe siècle comme nom principal est plusieurs fois attesté comme surnom. Il reste que la société auscitaine a renoncé à exploiter à fond la possibilité d'utiliser comme surnoms des noms rares pour multiplier les possibilités d'identification, et a préféré recourir au surnom topographique.

47La ventilation entre surnoms de lieu et surnoms topographiques n'est pas exempte d'incertitudes. Les Pouy, Mont, Serra, Costa, Roca..., portés par une multitude de lieux-dits, quartiers ou villages ont naturellement été classés parmi les surnoms topographiques. Par contre Gabarret (lieu planté d'ajoncs) est à coup sûr le nom d'un village déterminé, et a été considéré comme localité. Au XIIe et surtout au XIIIe siècle, on assiste à une diversification accentuée du stock des noms à valeur topographique. Tout d'abord, ceux qui désignent des lieux bâtis. Aux Lacapera (Capella), Sacristania, Sacrario, Labadia, Castello, Portis, Mazeras, Laborda du XIe siècle, s'ajoutent les Molin, Forn, Lacasa, Solers, Bedestar, Casau, Lespitau, Carrera, Turre, Barrats. La référence à l'édifice religieux est devenue minoritaire. Beaucoup plus notable encore est la diversification des surnoms empruntés aux espèces et formations végétales (naturelles ou non). Le XIe siècle ne connaît guère que Labarta et Lartiga, auxquels s'ajoutent dans la tranche suivante Bosc, Albarig, Delpax et Lapalu. C'est au XIIIe siècle qu'on pointe les Brocars, Bozigas, Boyset, Faget, Bedod, Tilhet, Cassanea, Pomer, Prued, Pesquer, Pin, Oliver (de Olivero), Latrila, qui donnent l'image d'un milieu végétal mieux maîtrisé.

48Hormis ceux qui sont liés à la forge, les noms de métiers ne fournissent avant le XIIIe siècle qu'un appoint très marginal au stock des surnoms. La précocité des Ferrer, Fabrica, Faber, Faur, Lafaurga, n'est pas une surprise. La prolifération de personnages portant ce nom (issus d'une souche commune ?), l'accession de plusieurs d'entr'eux à la strate dominante du patriciat urbain illustrent un phénomène connu. Activités dominantes, l'agriculture et l'élevage ne permettaient pas de singulariser un individu ; elles n'ont donc logiquement donné naissance qu'à peu de surnoms (on relève seulement un Boer et un Paies). Par contre, l'anthroponymie témoigne de la diversification des activités urbaines au XIIIe siècle, corollaire d'une vigoureuse croissance démographique. Apparaissent alors les Sabaterius, Molinerus, (Molier), Teuler, Mazoer, Carpentarius, Arrodoer, Joglar, Escolan, Escrivan, Cossol.

49L'aristocratie princière du Xe et du premier XIe siècle a manifesté un goût prononcé pour les sobriquets. Certains restent mystérieux (Galafason, Tinea, Cupa) ; d'autres ont un sens nettement péjoratif (Sin Ferro, Falta), ou bien à l'inverse évoquent la valeur guerrière (Astanova, Trencaleo). A une charnière sociale et chronologique, on voit un seigneur châtelain des environs de l'an Mille tour à tour nommé, dans le même acte, Raimundus Paba ("quia cognoscerat litteras"), et Raimundus de Mota. Le sobriquet princier ne se prolonge guère que dans la seconde moitié du XIe siècle (Tumapaler, Astanova), tandis qu'apparaissent, dans les strates inférieures, les Beds, Vigoros, Mored, Pasted, Pedi Nudi, Penicon. Si la majorité des sobriquets, par la suite, trahissent une intention malicieuse (Curt, Petit, Nogran, Arufat, Baud, Picota (=variole), voire Baro..., quelques-uns ont une connotation positive (Amistad, Franx, Coral), tandis que plusieurs gardent un sens obscur (Cantiram, Eishia, Inferni, Chavare...). Se pose enfin le problème des noms d'animaux, classés dans la rubrique des noms issus du règne de la nature. La plupart de ceux qui apparaissent au XIIIe siècle, Cabald, Boc, Lebre, Cucud, Porquet, avaient une connotation morale péjorative évidente, et peuvent être assimilés à des sobriquets.

Système anthroponymique et milieu social

Limites et précautions

50L'analyse sociale des systèmes anthroponymiques est impossible à mener pour le Xe siècle, où on pointe exclusivement des personnages appartenant à la haute aristocratie et au haut clergé. Le lot d'incertains qui résulte de la ventilation est uniquement nourri de ces deux groupes étroits. A partir de 1050, les "roturiers" commencent à poindre ; mais la plupart ne sont pas assez nettement définis pour être classés à coup sûr en tant que tels, et les autres restent en nombre très insuffisant pour servir de support à un traitement statistique. Pour les tranches 1050-1129 et 1130-1219, je me suis donc résigné à regrouper "roturiers" et "indéterminés". La dernière tranche, où les classes urbaines laïques sont plus explicitement distinguées du clergé et de l'aristocratie rurale, permet de vérifier la fiabilité convenable de cet agrégat pour représenter l'anthroponymie roturière. En effet, on observe que les figures 6 et 7 du graphique ont une structure identique, à ceci près que la sur-représentation des noms uniques trahit la présence d'un contingent de clercs parmi les "incertains".

Parallélisme et différences

51Les différences entre les groupes sociaux ne portent pas sur l'existence exclusive de telle ou telle forme, mais sur l'importance relative des différents systèmes. Pour l'essentiel, l'anthroponymie des "nobles" et des "roturiers" évolue dans le même sens. Après les bouleversements du XIe siècle, on aboutit en effet dans les deux cas à une structure stabilisée, marquée par la prépondérance du système nom + surnom de lieu, au détriment des noms uniques et des nomina paterna.

52L'indigence des données pour la période antérieure à 1050 ne permet pas de vérifier l'hypothèse de l'antériorité du recours au surnom de lieu par l'aristocratie. Disons seulement que cette antériorité paraît très probable. Par contre, il apparaît que l'hégémonie du surnom de lieu est plus prononcée dans la "noblesse", où, en corollaire, le recul du nom unique et du nomen paternum "simple" (IIIa) est plus précoce et plus accentué. En effet, à la catégorie IIId, il faut ajouter les noms de lieu ajoutés au nomina paterna, qui fournissent l'essentiel de la catégorie IV. En totalisant ces deux types de désignation on arrive, pour l'aristocratie, à une proportion de surnoms de lieu de 54 % (1050-1129), 88 % (1130-1219), et 94 % (1220-1280), contre respectivement 44 %, 52 %, 65 % pour les "incertains" (et 68 % pour les roturiers de la dernière tranche).

8. Système anthroponymique et milieu social

8. Système anthroponymique et milieu social

53Une autre différence se fait jour si on pousse davantage l'analyse des surnoms de lieu. Car si le surnom des roturiers peut être un nom topographique ou un nom de localité, celui des "nobles" est presque exclusivement le nom de la localité, qui sert de base à leur puissance. Enfin, deux particularités, symétriquement inverses, achèvent de cerner les contours de la spécificité anthroponymique des deux groupes sociaux considérés. D'un côté, jusqu'à la fin du XIIIe siècle, 20 % environ des "nobles" continuent d'être désignés par sytème complexe nomen paternum + surnom, qui reste marginal chez les roturiers (5 %). A l'opposé, si passé le XIe siècle l'aristocratie répugne à adopter des surnoms autres que topographiques, 20 % des "roturiers" ont pour surnom un nom de métier ou un sobriquet.

La langue des anthroponymes

54Ce tableau récapitulatif VI tente de rendre compte de la complexité linguistique des formes anthroponymiques. Le résultat, sans surprise, fait apparaître le déclin des formes latinisées et la montée des formes en langue vulgaire. On peut d'ailleurs pousser plus avant l'analyse, pour observer que les scribes restent plus longtemps fidèles au latin pour transcrire les noms de baptême. La césure essentielle intervient dans la seconde moitié du XIe siècle. Elle est suivie d'un palier en pente douce marqué par l'érosion progressive des formes latines. Le XIIIe siècle, enfin, voit une accélération du processus d'occitanisation de l'anthroponymie.

9. Langue des anthroponymes dans les cartulaires d'Auch

9. Langue des anthroponymes dans les cartulaires d'Auch

55Dans le dépouillement, j'ai vérifié dans quelle mesure les scribes respectaient la forme génitive pour les nomina paterna. Il s'est avéré que dans ce domaine régnait une assez grande fantaisie, et que, dès la seconde moitié du XIe siècle, l'usage du génitif était nettement minoritaire (10 surnoms nominatifs contre 4 génitifs dans la tranche 1050-1099 ; respectivement 15 et 2 pour la tranche 1250-1280). Il est à noter que c'est dans le cadre des formes complexes IVa que l'emploi du génitif pour le surnom a été le plus longtemps et fidèlement respecté (par ex. Guillelmus Raimundi de Pinibus, en 1258). Ce type de désignation étant, on l'a vu, surtout en usage dans le milieu aristocratique, on peut penser que, sorti de ce milieu social, le rumen paternum a été de bonne heure vidé de sa référence parentale.

ÉLÉMENTS DE CONCLUSION

56Trois faits essentiels paraissent se dégager des analyses qui précèdent : une structure originale, et deux moments de rupture. Leur interprétation suscite des hypothèses et appelle de nouvelles recherches.

  1. La remarquable fréquence des nomina paterna au Xe siècle correspond à une particularité ethnique dont il conviendra de chercher l'exacte mesure dans l'espace (en explorant notamment l'aire navarro-euskarienne), et dans le temps (en prolongeant la recherche en l'anthroponymie corpus des inscriptions antiques). Passé 1050, lorsque la documentation devient enfin plus substantielle, il s'agit déjà, majoritairement, de "pseudo nomina paterna" ; en effet, l'étude des dévolutions anthroponymiques, laissée de côté ici, montre que l'emploi des noms alternés entre générations n'a été respecté que de façon partielle et discontinue.
  2. Une rupture majeure intervient dans le courant du XIe siècle. Plus que la cristallisation des choix autour de quelques noms "leaders", peu spectaculaire ici, le fait majeur est sans conteste le recours croissant (et rapidement dominant) au nom de lieu, qui s'ajoute à la fois au nom unique et au nomen paternum. Ce phénomène accompagne et signale (avec sans doute un temps de retard), la recomposition de la société qui intervient alors. C'est le temps où l'aristocratie s'enracine sur des territoires de puissance, dans lequels l'archéologie atteste le bourgeonnement des châteaux sur motte (cf. l'exemple de Raimondus Paba, alias Raimundus de Motta). Pour les humiliores, c'est le temps de la mobilité, des déracinements, mais aussi, dialectiquement, de l'encellulement dans le cadre seigneurial. Le triomphe de la référence au lieu semble correspondre à un faisceau de facteurs qui ont joué de façon complexe : éclatement des groupes familiaux, volonté d'encadrement des seigneurs, généralisation de la censive héréditaire, le casai. Dans ce contexte, le milieu urbain, seul considéré ici, révèle sa spécificité.
  3. En effet, aux XIe et XIIe siècles, l'anthroponymie de la population auscitaine est loin d'avoir eu l'homogénéité qu'on trouve dans les censiers du prieuré rural de Saint-Mont, proche de la métropole, où dans la seconde moitié du XIe siècle l'emprise seigneuriale se traduit par une nette volonté de normalisation anthroponymique des dépendants. Le milieu "roturier" urbain, plus libre, plus flottant, a longtemps hésité entre plusieurs systèmes de désignation concurrents ; ce qu'illustre la généalogie des Lacapera (CN 108), qui fera ultérieurement l'objet d'une analyse détaillée. Par contre, le XIIIe siècle correspond à la maturation d'une société nouvelle. Dans le cadre d'une cité en expansion, où s'affirme l'institution consulaire, on voit émerger avec force une anthroponymie plus spécifiquement roturière, avec notamment la percée des noms de baptême scripturaires, et le recours aux surnoms évoquant la diversification des activités urbaines.

I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Sainte Marie d'Auch)

I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Sainte Marie d'Auch)

N.B. : Les pourcentages se lisent verticalement dans les trois premières colonnes et horizontalement dans les suivantes (femmes, clercs, nobles, roturiers, douteux, serfs).

II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)

II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)

(*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)

* Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - ÉVOLUTION DU SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Sainte Marie d'Auch)

III - ÉVOLUTION DU SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Sainte Marie d'Auch)

(*) Les chiffres entre parenthèses donnent le taux calculé sur la tranche 950-1049.

IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Sainte Marie d’Auch)

IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Sainte Marie d’Auch)

V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Sainte Marie d'Auch)

V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Sainte Marie d'Auch)

VI - LA LANGUE DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)

VI - LA LANGUE DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)

Notes

1 Le fait est justement souligné par R. MUSSOT-GOULARD, dans les princes de Gascogne (768-1070), Marsolan, 1982, p.128, n. 18.

2 Je renvoie simplement aux analyses et aux datations divergentes de R. MUSSOTGOULARD, op. cit., et de J. CLEMENS, "La Gascogne est née à Auch au XIIe siècle", dans Annales du Midi, t. 98, avr.-juin 1986, pp. 165-184.

3 Ont été notamment exclus les personnages cités dans les bulles pontificales et dans les actes relatifs aux possessions du chapitre dans la ville espagnole de Tudèle.

4 Il est à noter que je n'ai recensé qu'un faible nombre de formes hypocoristiques (Raimundet, Arnaudet, Johanninus), et dérivées (Dodo), qui prennent au bas Moyen Age une place fondamentale dans le sud de la Gascogne (cf. M.-F. BERGANTON, Le dérivé du nom individuel au Moyen Age en Béarn et en Bigorre, Paris, 1977).

5 Le fait a solidement été établi par R. de SAINT-JOUAN dans sa thèse de l'Ecole des Chartes, Le nom de famille en Béarn et ses origines, publ. dans la Rev. Int. d'Onomastique à partir de 1950, et rééd. en un volume, Paris (D'Artrey), 1966. Je renvoie particulièrement au tableau I, p. 9 de la nouvelle édition.

6 Moment hitorique bien campé par R. MUSSOT-GOULARD, op. rit., pp. 140-150. Cette liste de témoins, qualifiés de prmcipum et ducum est la suivante :
"...Bernardus frater ejus, Raimundus frater ejus, Garsia frater ejus, Agganricus et cognatus ejus Atus, Tholosane episcopus, Leudovicus Savanense, Enardus Montaltense, Arnaldus Ouranense, Arnaldus Maienacense, Bemardus Mauracense, Amaldus Lomaniacense, Fortus Ballicavense, Guillelmus Gabisanense, Raimundus de Fure Sacco...", La forme ablative qui domine ici ne sera quasiment plus usitée par la suite.

Table des illustrations

Titre 1. Nombre de formes anthroponymiques par tranche chronologique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 2. Les noms dominants dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre 3. Origine des noms de baptême dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 4. LE RENOUVELLEMENT DES NOMS RARES (Sainte Marie d’auch)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre 5. Choix des noms et société dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre 6. Les mutations du système anthroponymique dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre 7. Eléments de désignation des individus dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre 8. Système anthroponymique et milieu social
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre 9. Langue des anthroponymes dans les cartulaires d'Auch
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Sainte Marie d'Auch)
Légende N.B. : Les pourcentages se lisent verticalement dans les trois premières colonnes et horizontalement dans les suivantes (femmes, clercs, nobles, roturiers, douteux, serfs).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre II - ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d’Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Sainte Marie d'Auch)
Légende * Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre III - ÉVOLUTION DU SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Sainte Marie d'Auch)
Légende (*) Les chiffres entre parenthèses donnent le taux calculé sur la tranche 950-1049.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Sainte Marie d’Auch)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre V - ÉVOLUTION DES "SURNOMS" (Sainte Marie d'Auch)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre VI - LA LANGUE DES NOMS (Sainte Marie d'Auch)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16306/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search