Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

Espace normand

Le système anthroponymique en Normandie

D'après le cartulaire du chapitre de Bayeux xie-xiiie siècles

François Neveux

Texte intégral

  • 1 A.D. Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre de Bayeux Ms 193, publié par l'abbé V. BOURRIENNE (...)

1L'Antiquus cartularius Ecclesiae Biocensis, également nommé livre noir, fait partie de la bibliothèque du chapitre de Bayeux, longtemps entreposée dans la tour Sud de la cathédrale et installée depuis quelques années aux archives départementales du Calvados, à Caen. Il fut publié en 1902 par l'abbé Bourrienne1.

2(Cf. Tableau récapitulatif I)

  • 2 En effet, la présente étude s'appuie sur le dépouillement du cartulaire effectué dans le cadre de (...)

3Ce cartulaire comprend 595 actes, dont le plus ancien date de 1035, et le plus récent de 1294. Cependant, tous les anthroponymes y figurant n'ont pas été étudiés, mais seulement ceux qui concernaient la population urbaine et, plus particulièrement, celle de Bayeux2.

4Le nombre total de formes anthroponymiques utilisées s'élève à 778. Des variations importantes d'une période à l'autre s'expliquent en grande partie par les événements politiques qui ont agité le duché de Normandie du Xe au XIIIe siècles. La tranche 1050-1100 correspond, en gros, au règne de Guillaume-le-Conquérant, alors que son demi-frère, Odon de Conteville était évêque de Bayeux : on y compte 94 formes anthroponymiques (12 %). En revanche, la tranche 1130-1160 n'est représentée que par 2 noms (0,2 %) : elle correspond aux temps troublés des affrontements entre les fils du Conquérant ; la cathédrale est incendiée et le chapitre éprouve de grandes difficultés à rentrer dans la jouissance de ses biens. Les deux tranches suivantes (1130-1160 et 1160-1190) correspondent approximativement aux règnes des rois Plantagenêts ; c'est, dans l'ensemble, une époque assez heureuse pour la Normandie : on y compte 98 et 190 formes anthroponymiques (12 % et 24 % du total).

  • 3 Ce point particulier pourra être étudié par la suite. Pour le moment, je me suis conformé au cadre (...)

5La tranche 1190-1220 coïncide avec de nouveaux événements dramatiques : c'est le règne de Jean Sans Terre (à partir de 1199), puis la conquête de la Normandie par Philippe-Auguste. A cet égard, il est dommage que la date de 1204, fondamentale pour le duché, n'ait pas été prise en considération dans l'établissement des coupures chronologiques. En effet, il aurait été intéressant d'étudier si le rattachement de la Normandie au domaine royal français avait eu des conséquences sur le plan de l'anthroponymie3. Quoiqu'il en soit, cette tranche ne comprend que 65 formes (8,3 %). Mais les deux suivantes (1220-1250 et 1250-1280) en comptent 97 et 134 (12,4 % et 17,2 %). La Normandie est désormais bien intégrée au royaume capétien : c'est un nouveau temps de prospérité, dont témoigne le nombre d'actes conservés dans le cartulaire. Ajoutons, pour être complet, une dernière tranche de 15 ans (soit une demi-tranche) correspondant aux actes les plus tardifs. Nous l'avons écartée lors de la réalisation des tableaux.

6La population bayeusaine ainsi appréhendée est composée en grande partie de clercs : 386 sur 778 (49,6 %, presque la majorité abolue !). Les laïcs (hommes) sont 292 (37,5 %) dont 53 nobles (6,8 % de l'ensemble, 81,8 % des laïcs). Signalons encore 53 cas douteux (clercs ou laïcs ?) : nous les étudierons en même temps que les laïcs. Quant aux femmes (au nombre de 47, soit 6 %) elles n'entrent pas actuellement dans le cadre de notre étude.

7Le nom seul avec ou sans désignation complémentaire (I et II sur le tableau) l'emporte jusqu'en 1160. A partir de 1160 au contraire, les formes anthroponymiques à deux éléments (III sur le tableau) dominent sans conteste.

  • 4 A.J. HOLDEN (ed.), Le roman de Rou, Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol.
  • 5 Willelmus filius Hamonis (Livre noir du chapitre de Bayeux, no 453, 1213-1226), Johannes filius Ha (...)
  • 6 Johannes filius Bernardi, Johannes Bernadi et Johannes Bernard en 1180 (dans Rotuli Normanniae mem (...)

8Le nom accompagné d'une désignation complémentaire paraît avoir une importance particulière à Bayeux au Xe et XIIe siècles. La forme nom + filius représente 36 % du total entre 1050 et 1100 (et monte à 52 % si l'on y ajoute les autres indications de relation familiale). Cette particularité semble caractéristique de l'anthroponymie normande. Cependant, elle disparaît progressivement à partir du XIIe siècle. Les noms accompagnés de filius ne représentent déjà plus que 15 % des formes en 1130-1160 et 8 % en 1160-1190. Il faut rapprocher cette évolution de ce que nous connaissons par d'autres sources. Ainsi dans le Roman de Rou, composé entre 1160 et 1174 par Wace, chanoine de Bayeux, on ne compte que 6 formes nom + filz ; encore faut-il noter que cet auteur évoque une période antérieure4. Il est possible de formuler une hypothèse à cet égard : n'y aurait-il pas passage du nom + filius au nomen paternum. Quelques exemples de ce glissement sont attestés par des textes : de filius Hamonis entre 1213 et 1259 à Hamonis en 1266, puis à Hamon en 13195 ; ou bien filius Bernardi, Bernardi et Bernart utilisés concurremment en 1180 comme en 12596. Evidemment, il ne s'agit que de cas isolés concernant des familles aristocratiques aux pratiques sans doute conservatrices. De toute façon, la forme nom + filius ne passe jamais du latin à la langue vulgaire. Quant à Wace lui-même, ne s'inspire-t-il pas directement de sources latines ? En revanche, ce passage du filius au filz (ou fitz) untel semble bien attestée outre-Manche. Une fois intégrés au royaume de France, les Normands du continent auraient-ils répudié leurs particularités onomastiques ? La question mérite à coup sûr d'être posée.

9Autre désignation complémentaire, celle de la fonction (IIb sur le tableau). Elle est en nette progression à Bayeux à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, passant de 28 % entre 1160 et 1190 à 37 % entre 1190 et 1220. Cependant, ces fortes proportions sont essentiellement le fait des clercs.

10En ce qui concerne les formes anthroponymiques à deux éléments, le sobriquet (IIIc du tableau) prend de l'importance à partir de la tranche 1160-1190 (13,9 %) et progresse ensuite pour atteindre 35,5 en 1250-1280. A vrai dire, il s'agit cette fois-ci surtout de la population laïque de lieu (IIId du tableau) qui sont, eux aussi, en progression constante : ils passent de 13,8 % entre 1050 et 1100 à près de 43 % entre 1250 et 1220. Avec 34,3 % du total, ils l'emportent donc nettement sur les sobriquets (17,2 % et aussi sur chaque catégorie de nom seul avec désignation complémentaire, qu'il s'agisse d'une indication de relation familiale (15,5 %) ou d'une indication de fonction (22,4 %).

11L'étude spécifique de l'anthroponymie des laïcs pose de nombreux problèmes. D'abord, l'échantillon fourni par le cartulaire du chapitre de Bayeux est moins important que pour les clercs. Ensuite, il est très difficile de distinguer précisément les catégories sociales. J'ai donc choisi, nous l'avons vu, de subdiviser le stock de noms en trois groupes : en premier lieu, les nobles à peu près sûrs, puis les roturiers et incertains, enfin les laïcs supposés (laïcs ou clercs ?). Dans ces conditions, les résultats auxquels je suis parvenu ne sont pas très probants et doivent être maniés avec précaution. Il est cependant possible d'affirmer qu'il y a peu de différences, en matière anthroponymique, entre nobles et roturiers.

12En ce qui concerne les noms seuls avec désignation complémentaire, ce sont évidemment les laïcs qui fournissent le gros du contingent des indications de relation familiale (IIa) : près du quart de l'ensemble, dont 19 % pour les filius (IIa1). Ce dernier anthroponyme (nom + filius) culmine à 28 % en 1130-1160 puis à nouveau en 1190-1220, mais il est vrai qu'il s'agit alors d'un échantillon restreint (14 cas seulement). Ce système ne paraît pas caractéristique de l'anthroponymie aristocratique : on le trouve souvent chez les roturiers, ou présumés tels. En revanche, les quelques noms avec indication de fonction (IIb) se trouvent plutôt chez les nobles, mais ils ne représentent que 3,7 % de l'ensemble.

13En ce qui concerne les formes anthroponymiques à deux éléments, le surnom de métier est, comme prévu, totalement absent chez les nobles. Chez les autres laïcs, il est peu employé (3 % de l'ensemble). Autre résultat attendu, ceux du sobriquet : il vient en tête de toutes les rubriques (avec près de 29 % du total), mais il est utilisé uniquement chez les roturiers, surtout au XIIIe siècle. L'anthroponyme le plus caractéristique de la noblesse est le surnom de lieu : il est en progression constante dans cette catégorie sociale (33 % en 1050-1100, 57 % en 1130-1160, 63 % en 1220-1250 et 80 % en 1250-1280). Les nobles rejoignent donc les clercs à cet égard, nous le savons. Quoi qu'il en soit, cette hausse remarquable s'explique sans doute par la prise en compte de plus en plus fréquente de la terre patrimoniale comme élément fondamental de détermination, des hommes appartenant à la noblesse, au détriment des autres types de désignation. Ainsi se met en place un système spécifique qui se perpétuera au cours des siècles suivants.

14Deux éléments semblent caractéristiques dans l'anthroponymie de la population laïque bayeusaine, telle qu'elle ressort du cartulaire étudié.

  1. Le nom seul avec indication d'une relation familiale (IIa), et surtout le nom accompagné de filius (IIa1), l'emportent au XIe siècle sur les autres formes anthroponymiques, puis régressent peu à peu au cours du XIIe siècle et du XIIIe siècle.
  2. Le surnom de lieu (IIId) est en progression constante du Xe au XIIIe siècle. La courbe est surtout saisissante chez les laïcs nobles.

15Reste à savoir si le cas de Bayeux est représentatif du système anthroponymique de la Normandie. Certains indices permettent de le supposer, mais seules de nouvelles recherches fondées sur des sources plus nombreuses et plus diverses pourraient le confirmer.

I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Bayeux)

I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Bayeux)

N.B. : Les pourcentages se lisent verticalement.

III - SYSTEME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTEME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
(**) État laïc supposé.
(***) Roturiers et appartenance sociale incertaine.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Bayeux)

* Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCUÜN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCUÜN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)

* Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

Notes

1 A.D. Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre de Bayeux Ms 193, publié par l'abbé V. BOURRIENNE, Antiquus cartularius Ecclesiae Baiocensis, 1902-1903, 2 vol. (Société de l'Histoire de Normandie).

2 En effet, la présente étude s'appuie sur le dépouillement du cartulaire effectué dans le cadre de ma thèse de troisième cycle intitulée Recherches sur l'histoire sociale de Bayeux du XIe au milieu du XVe  siècle, Caen, 1979,3 volumes dactylographiés, XXIX-584 p. et XLVIII planches.

3 Ce point particulier pourra être étudié par la suite. Pour le moment, je me suis conformé au cadre d'ensemble élaboré au cours des deux colloques d'Azay-le-Ferron (1986 et 1987).

4 A.J. HOLDEN (ed.), Le roman de Rou, Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol.

5 Willelmus filius Hamonis (Livre noir du chapitre de Bayeux, no 453, 1213-1226), Johannes filius Hamonis (Livre noir..., no 405, 412 et 413, 1248, 1249 et 1259). Willelmus Hamonis (A.D. Calvados, G, chapitre de Bayeux, Ms 162, cartulaire de l'abbaye de Cordillon, no 41, 1266). Guillermus Hamon (B.M. Bayeux, Ms 1, cartulaire du prieuré Saint-Nicolas-de-la-Chesnaie, no 19, 1319).

6 Johannes filius Bernardi, Johannes Bernadi et Johannes Bernard en 1180 (dans Rotuli Normanniae membrane 1 r°, publiés par A L. LECHAUDE D'ANISY, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, tomes XV et XVI, 1852). Johannes Bemardi et Johannes Bernart en 1259 (Livre noir du chapitre de Bayeux, no 459 et 460).

Table des illustrations

Titre I - DONNÉES GLOBALES DE LA DOCUMENTATION (Bayeux)
Légende N.B. : Les pourcentages se lisent verticalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre III - SYSTEME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.(**) État laïc supposé.(***) Roturiers et appartenance sociale incertaine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1250) (Bayeux)
Légende * Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCUÜN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Bayeux)
Légende * Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search