Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

France moyenne

Évolution des formes anthroponymiques en Bourgogne (900-1280)

Patrice Beck

Texte intégral

Les sources

1En Bourgogne, pays de communautés religieuses s'il en est, cartulaires et chartriers sont nombreux à conserver des actes ou des copies d'actes des IX, X, XI, XII et XIIIe siècles. Ils constituent une source documentaire fort abondante et précieuse pour ces périodes du Moyen Age que les archives civiles, ducales ou privées, n'éclairent que très parcimonieusement. Ils mettent en scène un grand nombre d'individus, acteurs, témoins ou confronts, et fournissent donc un vaste répertoire anthroponymique.

2Ces recueils ont été pour la plupart édités entre 1850 et 1960, généralement avec soin : ils sont donc d'un accès facile et il était aisé d'étendre largement l'enquête.

3L'échantillon retenu couvre, plus que la Bourgogne, la région Centre-Est à l'Ouest de la Saône, du Lyonnais au Senonais, en suivant les "étapes" d'Ainay, Chalon-sur-Saône, Autun, Dijon, Molesmes, Sens et Auxerre.

4A. BERNARD, Cartulaire de l'abbaye de Savigny suivi du petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, Paris, 1853, 2 vol.

5P. CANAT DE CHIZY, Cartulaire du prieuré de Saint-Marcel de Chalon, Chalon-sur-Saône, 1894.

6A. DE CHARMASSE, Cartulaire de l'Eglise d'Autun, Autun/Paris, 1865/1900, 2 vol.

7G. CHEVRIER et M. CHAUME, Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, prieurés et dépendances. Des origines à 1300, Dijon, 1943.

8J. COURTOIS, Chartes de l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon (VIII-IX-X et XIe siècles). Paris/Dijon, 1908.

9A. BIEVRE-POULALIER, Chartes... 1098-1140, Dijon. 1912.

10M. BOURRIER, Chartes... 1140-1155, Dijon 1912.

11G. VALAT, Chartes... 1155-1200, Paris/Dijon, 1907.

12E. COLETTE, Chartes... 1200-1230, Paris/Dijon, 1908 A. RIDARD, Chartes... 1230-1250, Paris/Dijon, 1908.

13G. BLOCH, Chartes... 1250-1260, Paris/Dijon, 1910.

14L. BERTHOUMEAU, Chartes... 1260-1270, Dijon, 1914.

15J. LAURENT, Cartulaires de l'abbaye de Molesmes, ancien diocèse de Langres (916-1250), Paris, 1907, deux vol.

16M. QUANTIN, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre, 1854-1860, deux vol.

  • 1 A. BRUEL, Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny, Paris 1876-1904, 6 Vol.
  • 2 P. TOUSSAINT, Chartes de l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon, 1270-1276, Paris/Dijon, 1910 ; P. RIA (...)

17L'ensemble pourrait être complété, notamment pas l'immense fonds de Cluny1 mais il serait impossible d'éviter totalement les déséquilibres dans la distribution spatiale. Dijon est sur-représenté et l'aurait été davantage si l'on avait poursuivi le dépouillement des chartes de Saint-Etienne jusqu’en 12802. En regard, le Nord et le Sud sont désavantagés.

1. DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE

1. DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE

(*) Ces % se lisent horizontalement.
Dans la colonne Occurrences, les % se lisent verticalement.

18La comparaison de données aussi disproportionnées posait problème et l'analyse statistique, pour être pertinente, imposait de rassembler un nombre important d'occurrences, ce qu'aucun cartulaire ne permettait réellement. Mais l'homogénéité de forme et de contenu d'un recueil à l'autre a autorisé le traitement global des informations.

19Tous les cartulaires dépouillés renferment en effet les mêmes types de documents : des chartes de fondation et surtout des actes de la pratique courante, comme les ventes, les échanges, les dons, les accords et les franchises portant sur les biens et les personnes. Les premières ont été éliminées car faisant intervenir pape, roi et autres personnalités de premier plan souvent étrangères à la région. Des seconds furent écartés les actes aux dates incertaines ou couvrant deux tranches chronologiques, les faux avérés ainsi que les doubles et les confirmations ne mettant en scène que des individus déjà cités et retenus. D'un recueil à l'autre, les mêmes formes anthroponymiques ont été reconnues, tant pour les acteurs que pour les témoins et les confronts, si bien que la distinction, recherchée dans un premier tri, n'a pas été retenue. Partout femmes et clercs étaient peu représentés et l'analyse de leur anthroponymie a été réservée. Partout, avec peu ou prou la même intensité, les mêmes difficultés ont été rencontrées : les désignations douteuses, incomplètes et donc non comptabilisées ; les apparitions multiples d'un même individu que seul le contexte de citation permet, tant bien que mal, de réduire ; la distinction sociale malaisée entre "dominant/noble" et "dominé/roturier" qui a toujours laissé un grand nombre d'indéterminés ; le traitement délicat des références professionnelles qui, alors qu'elles suivent le nom seul, peuvent aussi bien désigner la fonction (forme IIb) qu'être cristallisées dans un surnom (forme IIIb).

20Enfin et surtout, les comptages réalisés cartulaire par cartulaire, une fois éliminées les incertitudes, ont montré des résultats identiques : du Nord au Sud, de Sens à Lyon, aucune différence notable n'est apparue, tant dans l'évolution du système anthroponymique que dans celle du stock des noms utilisés, tant chez les nobles que chez les roturiers.

La documentation

21La critique documentaire a permis de conserver 677 documents et de rassembler 3 618 occurrences anthroponymiques. La distribution chronologique de cet échantillon est déséquilibrée : pour les périodes courant de 1131 à 1250, les stocks utilisés sont deux à trois fois inférieurs aux stocks des périodes précédentes.

2. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE

2. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE

(*) Lecture horizontale des %.
Les % d'indéterminés, de Nobles et de Roturiers se lisent verticalement.

22Les calculs statistiques, nous le rappellerons chaque fois qu'il est nécessaire, sont en partie tributaires de cette variation. Les biaisements ainsi engendrés ne masquent cependant pas les tendances majeures, les principaux faits ; ils nous ont seulement obliges à rester à un niveau d'analyse général.

3. Distribution chronologique de l'échantillon

3. Distribution chronologique de l'échantillon

23D'autre part, le poids des occurrences socialement indéterminées reste considérable.

4. Distribution chronologique et sociologique de l'échantillon

4. Distribution chronologique et sociologique de l'échantillon

24Il s'allège toutefois sensiblement à partir de la seconde moitié du XIIe siècle : les individus sont alors toujours mieux identifiés socialement. Il reste qu'en fonction de l'importance de ce groupe des indéterminés, les calculs différenciés entre nobles et roturiers devaient être complétés par l'analyse globale, tous laïcs masculins confondus.

La condensation du stock des noms

25L'étude de l'évolution du stock des noms utilisés a été réalisée sur un échantillon quelque peu différent de celui retenu pour l'analyse des formes anthroponymiques. Inévitablement, il fallait supprimer les noms seulement donnés par leur initiale, fait rencontré surtout au Xe siècle et qui rend compte de l'érosion du stock pour cette période : il passe en effet de 573 formes anthroponymiques à 547 noms utilisables. Il était non moins essentiel d'injecter dans ce stock des noms utilisables les noms enregistrés dans les formes anthroponymiques incomplètes et donc éliminées par ailleurs. L'importance des stocks, à partir de l'an 1000, a donc été gonflée, assurant ainsi une meilleure représentation statistique.

26Certes le déséquilibre entre les périodes 1131-1250 et les autres persiste, induisant artificiellement une évolution en deux paliers axés sur la période 1131/1160. Le danger d'une corrélation trop forte entre le nombre d'individus utilisables et le nombre de noms différents enregistrés était cependant largement écarté : le coefficient de corrélation entre les deux variables, s'établissant à 0,609, est en effet suffisamment éloigné de 1.

27Les tendances se lisent alors parfaitement. Après l'an 1000, le stock des noms utilisés se réduit très fortement et passe de 47 à 29 pour 100 individus. Le mouvement ainsi brutalement enclenché, se poursuit tout au long de la période : en 1250/1280, le stock est réduit à 18 noms pour 100 individus.

28Symétriquement, le nombre moyen d'individus par nom augmente, signe d'une concentration des choix due, bien sûr, au resserrement du stock : il passe de 2 à 3,3 au cours de la première moitié du XIe siècle et s'établit à 5,6 à la fin du XIIIe siècle. Mais cette concentration des choix s'effectue à un rythme plus accentué que ne peut expliquer le simple resserrement du stock. L'importance grandissante des noms "dominants" (concentrant 2 % et plus des choix dans chaque tranche chronologique) le montre clairement. La progression, qui paraît insensible à l'abaissement du nombre des individus utilisés entre 1131 et 1250, est quasi constante tant en nombre qu'en poids relatif : les noms dominants ne sont que deux au X* siècle, déjà huit en 1050 et 13 en 1280 ; ils ne rassemblent sur eux que 4 % des choix au X* siècle mais en l'espace d'un demi siècle, à peine deux générations, ils en concentrent cinq fois plus et en 1280, près des deux tiers des individus utilisent moins du sixième du stock.

5. Importance relative des noms dominants

5. Importance relative des noms dominants

29Inversement, les noms "rares" (portés une seule fois dans chaque tranche chronologique) voient leur importance diminuer sensiblement : même si leur nombre reste en gros stable, leur influence passe de 27,9 % à 12,7 % dans la première moitié du XIe siècle, à 7,4 % en 1280.

30Ainsi, toutes les manipulations statistiques réalisées marquent bien la double évolution : resserrement évident du stock, concentration plus accentuée encore des choix. Toutes révèlent la rupture fondamentale d'après l'an 1000 : dans la première moitié du XIe siècle, le phénomène est somme toute brutalement enclenché et témoigne d'une modification importante des comportements dans la manière de désigner les individus.

31L'analyse nominative du stock devait permettre sinon d'apporter quelques éléments d'explication, du moins d'éclairer des phénomènes d'accompagnement, d'apprécier notamment le rythme de renouvellement des noms.

Le renouvellement du stock des noms

32Le stock des noms a été en effet, au cours de la période considérée, constamment renouvelé, sans rupture certes avec le passé mais selon un régime accusant parfois des effervescences : si le poids respectif des traditions culturelles, germanique, latine et "chrétienne", n'a été que très progressivement modifié, chaque génération, je veux dire chaque tranche chronologique définie, a privilégié certains noms, a bouleversé parfois avec force la hiérarchie.

Noms germaniques, noms "antiques"

33Dans le stock des noms utilisés, la place des noms de tradition germanique est toujours dominante mais elle diminue progressivement (87 % au Xe, 66 % en 1280) car le stock est peu à peu gagné par les noms d'origine "antique" : terme sans doute forcé mais qui permet commodément d'associer, par opposition avec la "nouveauté" culturelle apportée par les invasions germaniques, les noms latins et bibliques dont est tiré l'essentiel du fonds onomastique chrétien.

6.1. IMPORTANCE DES NOMS DE TRADITION "ANTIQUE"

6.1. IMPORTANCE DES NOMS DE TRADITION "ANTIQUE"

34Le phénomène accompagne visiblement le mouvement de condensation du stock et de concentration des choix mais selon un rythme quelque peu retardé.

35Les noms de tradition antique, tous fonds culturels confondus, sont présents au Xe siècle : plus de 13 % du stock s'y réfèrent et 10 individus sur 100 sont concernés. La progression est légère jusqu'en 1160 et il faut attendre la seconde moitié du XIIe siècle pour voir s'envoler les courbes.

36Cette évolution est essentiellement due à la montée en puissance, dans le stock, des noms inspirés de la Bible et des grandes figures de la Chrétienté : Jean, Pierre et Dominique mais aussi André, David, Jacob, Jacques, Jonas, Mathusalem et Thomas, Stéphane et Martin, augmentés de Philippe, Michel et Laurent, prennent alors le pas sur Alexandre, Adrien, Augustellus, Constant, Constantin, Favius et Poncius.

6.2 Importance relative des noms de tradition antique

6.2 Importance relative des noms de tradition antique

37Lente à démarrer, la tendance est cependant très affirmée : en 1280, chacun des noms de tradition antique rassemble en moyenne 6,6 individus ; soit un de plus par rapport au nombre moyen d'individus par nom évalué sur l'ensemble du stock ; les noms chrétiens s'élèvent dans la hiérarchie et, à partir de 1161/1190, Stéphane, Pierre, Jean, Nicolas, Martin, Barthélémy et Dominique s'imposent comme noms dominants.

38Les graphes permettent de comparer, du Xe au XIIIe siècle, la destinée des noms dominants, tant au niveau du rang qu'ils occupent dans la hiérarchie que de la proportion de choix qu'ils rassemblent. Il y a nécessité d'établir les deux calculs car les noms peuvent dominer le stock avec des proportions fort différentes : au Xe siècle par exemple, Rodolphe et Robert occupent la première place avec seulement 2 % des choix alors qu'en 1191/1220, Hugues est en tête avec 13,9 % des choix. L'étude conjointe des deux graphes permet de relativiser la place respective de chacun de ces noms : il faut notamment attendre la première génération du XIIe siècle pour voir apparaître un nom, Hugues, rassembler plus de 10 % des choix enregistrés.

39A quelques exceptions près - Otgerius disparaissant après 1050, Rinaldus n'apparaissant qu'à cette date, Nicolas et plus encore Barthélémy intervenant tardivement - ces noms sont, peu ou prou, utilisés pendant toute la période considérée.

40Certes chaque génération a privilégié tel ou tel ensemble de noms et l'image graphique, malgré un certain foisonnement, montre une distribution en diagonale assez nette, scandée par deux ruptures sensibles. C'est d'abord le XIe siècle qui voit, rappelons-le, les noms dominants se multiplier, de 2 à 8 puis 11, et Hugues, Aymon, Gui, Eudes, Durand, Rinald, Humbert, Thibaud, Gautier, Gislebert, Joffroid et Bernard prendre le pas sur Rodolphe et Robert dominant le stock au Xe siècle ; c'est aussi la fin du XIIe siècle qui voit l'émergence de Guillaume, Gérard, Pierre et Jean.

  • 3 P. BECK, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen Age", Bulle (...)

41Il reste que les césures ne sont pas nettes : du Xe siècle jusqu'en 1280, Robert reste toujours bien présent ; Hugues, Gui, Eudes, Rinald et Gautier, surgissant de la masse au XIe siècle, inspirent toujours fortement les choix deux siècles plus tard ; Guillaume, Pierre et Jean, qui s'imposent à la fin du XIIe siècle et pour longtemps3, sont déjà présents bien avant, le premier plus tôt que le second, celui-ci plus précocement que le troisième. Le renouvellement des noms dominants s'opère somme toute sans rupture avec les générations précédentes.

Les mutations du stock général des noms

42Ce "conservatisme", au reste, ne concerne pas seulement la tête de la hiérarchie mais caractérise l'ensemble du stock. Ainsi en 1251/1280, celui-ci est constitué à plus de 50 % par des noms connus au Xe siècle.

43La pointe enregistrée en 1191/1220 est sans doute due en partie à la faiblesse numérique de l'échantillon étudié (194 individus) et sur-estime peutêtre le phénomène. Il est cependant évident que le poids du passé est loin d'être négligeable dans l'évolution du stock des noms.

8.1 Pourcentage, dans chaque tranche chronologique, de noms portés dès le Xe siècle

8.1 Pourcentage, dans chaque tranche chronologique, de noms portés dès le Xe siècle

8.2 Pourcentage de noms nouvellement apparus dans chaque tranche chronologique

8.2 Pourcentage de noms nouvellement apparus dans chaque tranche chronologique

8.3 Mise en place du stock des noms utilisés entre 1050 et 1280 ( % cumulés)

8.3 Mise en place du stock des noms utilisés entre 1050 et 1280 ( % cumulés)

44Bien sûr le stock se renouvelle : l'étude de l'évolution de l'importance relative des noms nouveaux dans chaque tranche chronologique, comme celle de la formation du stock utilisé entre 1251/1280, le montrent aisément.

45Le renouvellement est important dans la première moitié du XIe siècle : il concerne alors 35,1 % des noms enregistrés. En 1161/1190, alors qu'en tête de la hiérarchie l'ordre des noms est bouleversé, les apparitions de noms nouveaux enregistrent un léger accroissement ; une troisième phase d'accélération du renouvellement paraît s'effectuer en 1250/1280.

Choix des noms et société

46Sans doute eût-il été souhaitable de poursuivre l'enquête, d'étudier l'évolution du stock des noms en séparant nobles et roturiers, tenter d'apprécier si le resserrement du stock et la concentration des choix notés pour l'ensemble n'accusaient pas quelques différences de régime en fonction des statuts sociaux. Mais l'analyse quantitative ne pouvait être menée sérieusement : que dire en effet d'un échantillon de population roturière ou noble s'effondrant souvent sous le seuil critique des 30 individus ?

47Nous nous sommes bornés à relever les noms ignorés des roturiers pendant toute la période. Ils sont au nombre de 46 mais seuls 18 sont exclusivement portés par des nobles, les autres apparaissant aussi pour des individus socialement indéterminés.

48A deux ou trois exceptions près, ce sont tous des noms rares, n'apparaissant qu'une seule fois et ils ne regroupent au total que 74 individus.

49Ainsi, le nombre moyen d'individus par nom n'est que de 1,6 et, à 78,2 %, ces noms ne sont portés qu'une fois. Seul Milon est bien présent : il apparaît 13 fois, réparties dans six des neufs tranches chronologiques ; c'est le seul nom dominant de cette liste mais était-il exclusivement noble ? Il nomme aussi de nombreux indéterminés.

  • 4 Même chose plus tard, au XVe siècle : P. BECK. "Les noms de baptême en Bourgogne...", op. cit.

50Aucune tendance à la "prolétarisation" ou, au contraire, à l'"ennoblissement" d'un nom n'a pu être décelée. N'insistons pas : l'anthroponymie nobiliaire ne se distingue pas vraiment : seul Milon et encore non sans incertitude, peut-être aussi Arnulfus et Ottonus, présents cinq et quatre fois, et des noms rares tels Dalmacius, Manasses, Morellus, Rollandus, puisés clairement dans la mythologie guerrière, semblent être quelque peu réservés aux nobles. Peu nombreux ces noms privilégiés sont en outre marginalement portés. La classe dominante, loin d'imposer un modèle, subit celui du tout venant4.

9. Noms ignorés chez les roturiers du Xe au XIIIe siècle

9. Noms ignorés chez les roturiers du Xe au XIIIe siècle

51Ainsi après l'an mil, le stock des noms se resserre brutalement, les choix se concentrent et ces tendances, aux siècles suivants, se renforcent toujours plus. Les noms sont renouvelés assez fortement dans la première moitié du XIe siècle, progressivement ensuite avec toutefois deux accélérations : en 1161/1190 et 1251/1280, alors que les noms de tradition chrétienne s'installent massivement parmi les noms dominants.

52Cette mutation du stock des noms accompagne un changement profond de la manière de désigner les individus dans les actes écrits, le développement de la double dénomination NOM + SURNOM.

La "Révolution Anthroponymique"

53Les formes de dénomination I (nom seul) et II (nom + référence familiale ou professionnelle), forment la totalité ou presque des dénominations d'avant l'an mil. La forme nom + surnom, simple (III) ou complexe (IV), n'est pas inconnue mais elle est alors exceptionnelle. Le démarrage est timide dans la première moitié du XIe siècle, l'envolée est foudroyante après 1050.

10.1 EVOLUTION DU MODE DE DENOMINATION

10.1 EVOLUTION DU MODE DE DENOMINATION

54Malgré quelques irrégularités - régression de la montée en puissance des formes III et IV entre 1191/1220 pour les nobles, entre 1101/1130 pour les roturiers - la tendance est fort nette. Tous laïcs masculins confondus (indéterminés, nobles et roturiers), le renversement des proportions se réalise entre 1101 et 1130.

10.2 Forme III et IV

10.2 Forme III et IV

11. La révolution anthroponymique

11. La révolution anthroponymique

55Mais nobles et roturiers se dissocient clairement : la forme anthroponymique à deux termes est présente avant l'an mil pour les nobles, après pour les roturiers ; surtout, la révolution anthroponymique se réalise pour les premiers entre 1101/1130 alors que pour les seconds la courbe rampe encore pendant près d'un siècle et ce n'est qu'après 1190, voire 1200, qu'elle décole mais plus vertigineusement encore que pour les nobles. Pour les roturiers, l'effet est plus massif semble-t-il : en 1280, 18 % des nobles enregistrés ne portent toujours pas de surnom contre seulement 10 % de roturiers.

56En différenciant le type I et les types II, le net retard de l'anthroponymie roturière se mesure mieux encore.

12. IMPORTANCE DES FORMES ANTHROPONYMIQUESI ET II (Bourgogne)

12. IMPORTANCE DES FORMES ANTHROPONYMIQUESI ET II (Bourgogne)

57Dès le Xe siècle, moins d'un tiers des nobles sont nommés par le seul nom et cette forme disparaît pour eux après 1160. Plus de 90 % des roturiers, en revanche, sont ainsi identifiés au Xe siècle et la forme est encore présente au milieu du XIIIe siècle. Ainsi, la désignation à l'aide du nom seul n'a jamais été majoritaire chez les nobles, même au Xe siècle où elle est surpassée par la forme anthroponymique ajoutant au nom une référence familiale ou professionnelle. Et c'est cette dernière qui, chez les nobles plus que chez les roturiers, maintient un fort taux de désignation "ancienne" au XIIIe siècle, alors que les formes III et IV, "modernes", sont majoritaires pour tous.

13. FORME II : DESIGNATION COMPLEMENTAIRE DU NOM (Bourgogne)

13. FORME II : DESIGNATION COMPLEMENTAIRE DU NOM (Bourgogne)

58Nobles et roturiers se ressemblent cependant sur un point : ni les uns ni les autres en Bourgogne n'ont volontiers fait appel, pour compléter le nom, à une désignation d'ordre familial. Cette forme IIa est souvent inexistante.

59Ce n'est que dans la seconde moitié du XIIIe siècle que cette forme prend quelque ampleur, alors même que le surnom est largement majoritaire ; mais la désignation complémentaire du nom est surtout d'ordre professionnel (IIb).

60En somme, cette forme de désignation, bâtarde, établit la transition entre les formes I et III/IV. Quand la forme I est dominante, elle existe déjà et peut apparaître comme une "nouveauté" : à cet égard, il est important de noter qu'elle sert à identifier plus tôt et plus fortement les nobles qui sont précocement gagnés par la "révolution anthroponymique".

61Quand la forme III s'est imposée majoritairement, la forme II subsiste : c'est un "archaïsme" qui touche davantage les nobles. Pour ceux-là, le nom accompagné de la simple mention du statut ou de la fonction (comes, miles), ou, à partir du XIe siècle, d'un titre (dominus), suffit encore au XIIIe siècle, dans un nombre non négligeable de cas, à identifier.

62Dans la formation du surnom, on retrouve peu les référents familiaux ou professionnels. Pour les nobles comme pour les roturiers, dans une moindre mesure il est vrai pour les seconds, le nom évoque avant tout l'espace, lieu d'origine, d'enracinement ou de contacts privilégiés.

14. Evolution des formes anthroponymiques, nobles et roturières

14. Evolution des formes anthroponymiques, nobles et roturières

Le Surnom : se situer dans l'espace

15. LA FORMATION DES SURNOMS : REFERENTS (Bourgogne)

15. LA FORMATION DES SURNOMS : REFERENTS (Bourgogne)

63Les référents familiaux (a), plus exactement les surnoms fondés sur des noms, sont très rares en Bourgogne. Ils sont de surcroît fort ambigüs car, pour la plupart, ils ne prennent pas la forme génitive du nomen paternum et utilisent des noms rares.

64De même, les référents professionnels (b), essentiellement des offices et des charges (dapifer, cocus, forestarius), rarement des activités métallurgiques (marescallus), jamais des professions agricoles, sont ici quantité négligeable. Les sobriquets (c) qui rappellent les traits physiques ou moraux, sont plus usités chez les roturiers que parmi les nobles. Mais partout dominent les référents géographiques (d), sous la forme quasi exclusive faisant précédé le surnom de la préposition de.

16. Surnoms (formes III et IV) Importance elative des référents (900-1280)

16. Surnoms (formes III et IV) Importance elative des référents (900-1280)

65Le phénomène est particulièrement visible chez les nobles et l'enquête, qui devrait ultérieurement s'attacher à reconnaître les familles et les lignages, à préciser le caractère individuel, familial ou lignager du surnom, devrait pouvoir confirmer la corrélation entre le phénomène anthroponymique et la mise en place des seigneuries foncières, corrélation que la chronologie suggère déjà avec force.

66Chez les roturiers le partage des occurrences entre les divers référents est plus équilibré : sobriquets et divers (e) concurrencent les référents géographiques.

67Les surnoms classés divers (e), sont des indéterminés dont le sens, s'ils en ont eu un, n'est pas ou plus apparent. Leur importance augmente au cours de la période, plus chez les roturiers que chez les nobles. On y verrait volontiers le signe d'un apprivoisement, d'une banalisation progressive du surnom. L'apparition et le développement des formes IV (complexes), l'émergence aussi des formes en langue vulgaire, dans les actes rédigés en latin, paraissent aller dans le même sens.

Le surnom banalisé

68La forme dénominative associant au nom deux surnoms, séparés généralement par le terme dictus, apparaît dans la seconde moitié du XIe siècle pour laquelle quatre cas socialement indéterminés ont été enregistrés. Son importance reste faible : guère plus de 7 % en 1280. Elle paraît toucher d'abord les nobles et seulement un siècle environ plus tard les roturiers. Mais les chiffres sont trop faibles pour avancer plus loin dans l'analyse. Ces formes complexes renforcent en tous cas la prédominance des référents géographiques sur les autres : dans tous les cas en effet, l'un des surnoms est du type d, parfois même les deux surnoms renvoient à une réalité géographique.

17. IMPORTANCE DE LA FORME IV (Bourgogne)

17. IMPORTANCE DE LA FORME IV (Bourgogne)

69Le surnom en langue vulgaire apparaît dès la première moitié du XIe siècle et se multiplie par la suite : il n'est plus exceptionnel en 1100, rassemble environ le cinquième des effectifs dans la seconde moitié du XIIe siècle : le développement de cette forme précède alors de peu l'apparition des textes en vieux français, le premier rencontré datant de 1208. En 1250/1280, le tiers des nobles, la moitié des roturiers sont affublés d'un surnom en langue vulgaire alors que le nom, pour tous, reste écrit en langue latine.

18. IMPORTANCE DU SURNOM EN LANGUE VULGAIRE (Bourgogne)

18. IMPORTANCE DU SURNOM EN LANGUE VULGAIRE (Bourgogne)

***

  • 5 C'est ce décalage et notre vision du monde médiéval limité aux XIII-XVe siècles et à la société pa (...)

70En Bourgogne, la mutation anthroponymique est enclenchée au XIe siècle : timidement jusqu'en 1050, avec force après. Le décalage chronologique entre nobles et roturiers est important : pour les premiers, la forme "moderne" à deux éléments devient majoritaire avec la génération ouvrant le XIIe siècle, pour les seconds, il faut attendre pratiquement un siècle5.

71A l'évidence, le phénomène est lié à une triple évolution touchant le stock des noms : resserrement du stock et concentration des choix d'abord, repérables dès la première moitié du XIe siècle ; effacement ensuite des noms de tradition germanique et romaine au profit des noms d'inspiration chrétienne, surtout sensible à partir de la fin du XIIe siècle.

72L'apparition des dénominations à deux surnoms, le développement des surnoms en langue vulgaire et de ceux dont le sens n'est pas repérable, au début du XIIIe siècle, permettent d'affirmer que le surnom est dès lors bien intégré à la pratique.

II - EVOLUTION DU STOCK DES NOMS

II - EVOLUTION DU STOCK DES NOMS

Notes

1 A. BRUEL, Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny, Paris 1876-1904, 6 Vol.

2 P. TOUSSAINT, Chartes de l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon, 1270-1276, Paris/Dijon, 1910 ; P. RIANDEY, Chartes... 1280-1288, Paris/Dijon, 1908.

3 P. BECK, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen Age", Bulletin philologique et historique, 1980, pp. 253-266 ; "Les noms de baptême en Bourgogne à la fin du Moyen Age. Choix roturier, choix aristocratique", Le Prénom, mode et histoire, Paris, 1984, pp. 161-167.

4 Même chose plus tard, au XVe siècle : P. BECK. "Les noms de baptême en Bourgogne...", op. cit.

5 C'est ce décalage et notre vision du monde médiéval limité aux XIII-XVe siècles et à la société paysanne qui nous faisait écrire, il y a peu encore, que les surnoms, "les noms de famille... apparaissent... entre le XIIIe et le XVe siècle" : P.BECK, "Onomastique", dans Dictionnaire des Sciences historiques (sous la direction d'A. Burguière), Paris, 1986, p. 494.

Table des illustrations

Titre 1. DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE
Légende (*) Ces % se lisent horizontalement.Dans la colonne Occurrences, les % se lisent verticalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre 2. DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE
Légende (*) Lecture horizontale des %.Les % d'indéterminés, de Nobles et de Roturiers se lisent verticalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 3. Distribution chronologique de l'échantillon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre 4. Distribution chronologique et sociologique de l'échantillon
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre 5. Importance relative des noms dominants
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 6.1. IMPORTANCE DES NOMS DE TRADITION "ANTIQUE"
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 7. NOMS
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre DOMINANTS
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre 6.2 Importance relative des noms de tradition antique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 8.1 Pourcentage, dans chaque tranche chronologique, de noms portés dès le Xe siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre 8.2 Pourcentage de noms nouvellement apparus dans chaque tranche chronologique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre 8.3 Mise en place du stock des noms utilisés entre 1050 et 1280 ( % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre 9. Noms ignorés chez les roturiers du Xe au XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre 10.1 EVOLUTION DU MODE DE DENOMINATION
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 10.2 Forme III et IV
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre 11. La révolution anthroponymique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre 12. IMPORTANCE DES FORMES ANTHROPONYMIQUESI ET II (Bourgogne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre 13. FORME II : DESIGNATION COMPLEMENTAIRE DU NOM (Bourgogne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre 14. Evolution des formes anthroponymiques, nobles et roturières
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 15. LA FORMATION DES SURNOMS : REFERENTS (Bourgogne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 16. Surnoms (formes III et IV) Importance elative des référents (900-1280)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 17. IMPORTANCE DE LA FORME IV (Bourgogne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre 18. IMPORTANCE DU SURNOM EN LANGUE VULGAIRE (Bourgogne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre II - EVOLUTION DU STOCK DES NOMS
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16276/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search