Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

France moyenne

Vendômois : le système anthroponymique (xe - milieu xiiie siècles)

Dominique Barthélemy

Texte intégral

  • 1 Ch. Mêtais, Caartulaire de l'abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme (recueil factice), tomes I (...)

1On étudiera d'abord le système anthroponymique à partir d'un corpus limité : les actes datés, ou assez précisément datables, de la Trinité de Vendôme. Connaissant la société locale de manière assez précise (j'en ai entrepris la monographie détaillée) je répartis un nombre important d'individus dans les catégories "nobles" sûrs et "roturiers" avérés, en prenant toutefois quelques risques : le "noble" ici, c'est le miles, celui qui doit un "service libre", tandis que le "roturier", c'est le famulus, sur lequel pèse un statut servile, malgré une aisance parfois remarquable (cf. schéma et tableaux, pour la proportion de "roturiers"). La rédaction d'un Grand Cartulaire, entre 1075 et 1105 (perdu, mais en partie reconstitué par l'abbé Métais1) coïncide avec l'apogée de la notice à témoins multiples pour donner une très forte pointe dans la seconde moitié du XIe siècle - ce qui est une grande chance, puisqu'il s'agit là d'une période-charnière en anthroponymie.

1. La Trinité de Vendôme : données globales

1. La Trinité de Vendôme : données globales

48 : Pourcentage de « Nobles reconnus » par rapport à l’effectif

2Il convient, d'autre part, d'opposer les cinq tranches chronologiques "centrales" (1050-1220) aux deux tranches "extrêmes" (1000-1050 et 1220-1250). C'est vrai d'abord pour les groupes sociaux représentés : une quasi-exclusivité de "nobles" dans les deux tranches extrêmes, un rapport plus intéressant (de 2 à 1 environ) entre eux et les "roturiers" dans les tranches centrales. Et ceci n'est pas sans retentir sur l'évolution générale des anthroponymes : dans la tranche 1220-1250, par exemple, le gonflement du type IIId (surnom de lieu) à un niveau sans précédent tient seulement à une plus forte proportion de "nobles" dans l'échantillon. L'opposition entre tranches centrales et tranches extrêmes, d'autre part, correspond à trois états successifs de la documentation : l'âge de la notice à témoins (1050-1220) s'intercale entre la dernière génération des chartes-notices traditionnelles (1000-1050) et le triomphe des actes scellés à formules stéréotypées et savantes, excluant les listes de témoins (1220-1250), d'où disparition de la domesticité des églises. Une rédaction plus vivante, plus portée à reprendre les détails concrets et les usages sociaux authentiques (1050-1220) contraste donc avec, en amont comme en aval, des formulations plus abstraites, plus officielles : voilà une observation qui conduit à la critique liminaire de l'étude statistique.

Valeur et limites de l'étude statistique

3La critique doit porter successivement sur la valeur des indications contenues dans nos sources et sur celle de nos protocoles d'analyse.

  • 2 L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, p. 216 (ce livre (...)
  • 3 Marmoutier. Cartulaire blésois (recueil factice), éd. Ch. Métais, Tours, 1889-1891, no IV.

41. Les actes fournissent-ils la dénomination courante des hommes et des femmes (peu nombreuses, exclues à regret, ainsi que les clercs, de cette première esquisse) qui en sont les acteurs et les témoins ? J'en doute un peu pour ceux de la première tranche, au moins jusqu'à 1030 : dans les actes du Xe siècle, ils ne sont désignés que par leur simple nom (type I) ; tout souscripteur est réputé libre et noble, comme dans l'Auvergne de C. Lauranson-Rosaz2 et, même, tel acte de 986 environ recueilli par Marmoutier en Blésois3 ne distingue par aucune précision deux Helgaud homonymes. C'est poser là le problème de l'écart entre l'usage social (ou les usages sociaux) et l'usage officiel. S'agissant des porteurs de titres prestigieux ou courants, il semble qu'à tout moment, la mention du titre ou de la fonction (type Hb) dispense les rédacteurs d'actes de donner le nom complet : ils s'en tiennent au nom proprement dit, ainsi dans le cas de Gausfredus cornes (48 fois, dans les actes de la Trinité) que seules trois notices, postérieures à sa mort (1060) appellent Martellus, par son surnom ou cognomen (type IIIc) - on aura reconnu là le grand prince angevin fondateur du monastère...

  • 4 Cartulaire (...) de la Trinité, I, no II.

5Toutefois, l'apparition des surnoms, au deuxième tiers du XIe siècle, n'est pas seulement liée aux sources ; une notice rétrospective proche de 10404 attribue à la génération vivante des surnoms ou désignations complémentaires tandis que la précédente, celle de l'an mil, ne porte que des noms simples ; d'autre part, des surnoms se glissent dans les dernières chartes-notices, à l'approche de 1060. La percée des noms à deux éléments a donc bien existé dans l'usage social, même si l'évolution (quasiment, la disparition) de l'usage officiel nous la fait paraître plus spectaculaire.

62. Notre grille de questionnement, par la force des choses, comporte çà et là quelques ambiguïtés. Le nom seul (type I), s'il est toujours le nomen dans les tableaux sur le XIe siècle peut être au XIIe siècle aussi bien le cognomen, seul retenu alors que le même personnage est plus couramment désigné par deux éléments (nomen + cognomen) : "Grisegonelle" pour "Geoffroi Grisegonelle", comte de Vendôme, "Burgot" pour "Geoffroi Burgot", famulus de la Trinité (le trait est fréquent dans ce milieu). Ceci seul explique l'étrange remontée du type I dans les tranches 1130-1160 et 1160-1190.

7C'est en outre une difficulté constante que de distinguer entre la désignation (ensemble complexe d'indications données sur un homme afin de le distinguer et de le caractériser, notamment - mais pas seulement - s'il est acteur principal d'une affaire) et la dénomination (le nom, simple ou double, ou les noms, comme le précisent certaines notices, et qui peuvent ne constituer qu'une partie de la désignation). La catégorie II, du point de vue de la dénomination, ne s'identifie-t-elle pas à la catégorie I, les éléments fournis en sus du nom appartenant seulement à la désignation ? Mais cette dernière permet parfois de faire l'économie de la dénomination complète (type IIb, illustré par Geoffroi Martel, et qu'il faudrait donc neutraliser) et, quant au type IIa, (filius + génitif), il représente au XIe siècle une véritable dénomination : Thibaud fils Liétry, Gautier fils Hamelin rappellent ici les "fitz Osbern" et "fils Géré" de la Normandie proche.

8Il faut saisir la chance qu'offrent certaines notices de la Trinité, lorsqu'elles périphrasent un peu la dénomination de l'acteur principal (Hilgaldus Securis, dit aussi Cuneata devient Hilgaldus, pronomine vocatus Securis) : on apprend ainsi ce que les rédacteurs considèrent comme nomen, comme cognomen et comme simple désignation. Trois périodes, à cet égard :

  1. jusqu'en 1092, toutes les notices opposent le nomen, ou nomen proprium, introduit parfois par dictus (soit Hugue, Geoffroi, etc.) au cognomen (le sobriquet intelligible, type IIIc, ou le surnom peu clair, type IIIe) et laissent les autres éléments (surnom de lieu, titre, métier) en-dehors du système de dénomination.
  2. Les choses changent en une génération : en 1092, un surnom de lieu (IIId) est appelé cognomen, ce qui intègre le type IIId au système de dénomination, et en 1110, pour la première fois, c'est l'ensemble constitué par deux éléments (en l'espèce, un nomen paternum au nominatif) qui est appelé nomen : "quidam miles qui Frotmundus Turpinus dicebatur"5 ; ainsi passe-t-on des deux noms au nom double, ce qui n'est pas la même chose. En fait, c'est une période de relatif brouillage, durant laquelle nomen et dictus s'appliquent indifféremment à l'un ou à l'autre des deux noms tandis que se rencontrent, pour un même homme, deux ou trois dénominations ou désignations différentes : ainsi du comte de Vendôme (1085-1101) "Geoffroi Jourdain" alias "Geoffroi de Preuilly", ou encore "Gosfridus cornes, cognomine Jordanus, qui dicebatur de Prulliaco"6. C'est dans la seule période 1075-1100 (12 cas) sur lesquels on observe une prolifération de la catégorie IV (noms complexes), s'agissant toujours d'hommes, que l'on rencontre aussi sous des dénominations plus simples (deux éléments, au lieu de trois).
  3. Dans la plus grande partie du XIIe siècle et jusqu'aux dernières notices (1220), les deux conceptions coexistent encore : les deux noms (nomine x, cognomine y) et le nom double (nomine xy) ; mais la seconde prédomine (7 cas contre 4).

9L'évolution conduit donc bien des deux noms (assortis de désignations) au nom double intégrant non seulement le sobriquet, mais aussi des éléments comme le lieu ou la filiation qui n'appartenaient pas, originellement, à la dénomination : telle est du moins l'idée des rédacteurs d'actes. Mais dans ces conditions, si l'on voulait coller de plus près aux conceptions de chaque époque, il faudrait saisir les données du XIe et du XIIe siècles dans des tableaux différents - sans parler de la phase critique, dont il faudrait suggérer le désordre (1090-1110) ! Mieux vaut y renoncer, tout en gardant présentes à l'esprit ces observations liminaires. Au moins, elles montrent qu'il y a deux problèmes distincts : celui de l'apparition des surnoms (vers 1030) et celui de la crise anthroponymique des abords de 1100 (qui est marquée aussi, on le verra, par un changement du stock des noms).

"Nobles" et "Roturiers"

10Même bien représentés, les "roturiers" ne sont pas ici aussi nombreux que les "nobles" et, de toute manière, leurs rangs comptent plus de ministériaux et de bourgeois (après 1097) que d'authentiques paysans. La comparaison entre deux grands groupes sociaux ne manque pourtant pas d'intérêt.

11Le surnom de lieu (type IIId, la future "particule") se rencontre en roture : il n'appartient donc pas aux seuls nobles ; et tous d'ailleurs ne le portent pas, même s'il est chez eux, en fin de période, nettement majoritaire (61,5 % en 1220-1250) et souvent lié à la seigneurie. Au total, la particule est 4 fois plus portée en noblesse qu'en roture ; elle semble avoir d'abord connu un essor simultané dans les deux catégories (quoiqu'à un niveau inégal) en 1100-1130, avant de poursuivre son expansion (1160-1190) chez les nobles seuls - ce qui se relie sans doute au renforcement de la " seigneurie de village".

2a. Anthroponymie noble en Vendômois

2a. Anthroponymie noble en Vendômois

12Dominent, en revanche, chez les roturiers le métier (IIIb) et le surnom (IIIc et IIIe, sobriquet et parfois peut-être nomen paternum fossilisé) : 54 % dans la tranche 1190-1220 pour ces trois types réunis. Mais le métier (dont j'ai exclu miles) est évidemment une exclusivité "roturière", tandis que le surnom, comme d'ailleurs le nom paternel avéré (IIIa) se portent à peu près dans les mêmes proportions que dans la noblesse. Quant à la résistance du nom simple (type I) chez les roturiers, elle est moins un trait d'archaïsme que l'effet - comme on l'a dit plus haut - de notre comptabilisation du cognormen seul en même temps que le nom simple.

2b. Anthroponymie roturière en Vendômois

2b. Anthroponymie roturière en Vendômois

3. Les noms de lieu en Vendômois (IIID)

3. Les noms de lieu en Vendômois (IIID)

13Les différences entre classes sociales apparaissent donc bien dans la grille des "seconds éléments" (ancêtres des noms de famille). Par contre, les mutations structurelles du système anthroponymique (passages du nom simple aux deux noms et de ceux-ci au nom double) s'observent en même temps dans les deux groupes.

Evolution globale du système et des types

14Le grand fait est évidemment le déclin du "nom seul" par rapport au "nom à deux éléments". Dès la première tranche (1000-1050) le second devance le premier, quoique très légèrement (51 %) et à cause de la surreprésentation de la décennie postérieure à 1040 (date de la fondation du monastère, qui a seulement recueilli dans ses archives quelques actes antérieurs) ; pour mémoire, deux actes d'avant l'an mil fournissent 16 noms seuls, tous nobles. Après 1050, le déclin du nomen isolé est rapide (25 % dès 1050-1100) et se prolonge pour rejoindre les 8 % dans la dernière tranche. On en est réduit à s'interroger sur ces quelques noms qui demeurent seuls : noms rares (Jérémie, Vulgrin), noms d'hommes de premier plan (Barthélemy, Frodon, du reste peu portés), simples cognomina (Grisegonelle, Burgot). Les porteurs de noms seuls se présentent ailleurs avec un nom à deux éléments, qui est la norme du XIIe siècle dans l'usage social, à n'en pas douter.

4. Evolution vers les formes anthroponymiques à deux éléments

4. Evolution vers les formes anthroponymiques à deux éléments

15Parmi les "élément secondaires" (cognomina, les futurs "noms de famille"), quatre types font jeu égal au second XIe siècle : le métier (associé à la "fonction"), le sobriquet (et autres "surnoms"), le nom paternel, le surnom de lieu. Au XIIe siècle, les positions se différencient davantage : essor du nom de lieu grâce aux nobles surtout, bonne tenue du sobriquet à condition de rester en compagnie du "surnom divers" de nos tableaux, maintien proprement roturier du métier, déclin du nom paternel (seules la fécondité des Roupenon et des Lancelin et leur relation étroite avec la Trinité le sauvent en 1220-1250).

16Des mutations caractéristiques, certainement liées à une marche vers l'hérédité, affectent pourtant deux de ces quatre grands types.

171. Le type IIa, (x filius y) connaît une certaine vogue entre 1030 et 1100 ; il monte au-dessus de 15 %, puis s'effondre. Il est parfois relayé par le type IIIa ("Geoffroi Lancelin" coexiste vers 1125 en Vendômois, pour le même homme, avec "Geoffroi fils Lancelin") qui ne récupère en fait que la moitié du terrain : 7 % en 1190-1220, la tranche suivante étant à la fois peu documentée et faussée par les Lancelin et Roupenon. De part et d'autre de 1100, on passe d'un système de noms alternés entre pères et fils (un Gautier fils Hamelin, suivi d'un Hamelin fils Gautier) à la fixation du nomen paternum, plutôt au nominatif qu'au génitif, et à sa transmission héréditaire. Ma prosopographie des seigneurs vendômois ne laisse aucun doute : la génération 1075-1100 est bien celle des éponymes ; leurs noms assez rares, et jamais scripturaires, se démodent rapidement et ne demeurent donc présents qu'au prix d'une transformation en cognomen.

5. Fossilisation du "Nonem paternum" en Vendômois

5. Fossilisation du "Nonem paternum" en Vendômois

6. Evolution des formes anthroponymiques à plusieurs éléments en Vendômois

6. Evolution des formes anthroponymiques à plusieurs éléments en Vendômois

182. Le type IIIe regroupe des résidus divers : sobriquets issus de la langue vulgaire dont le sens m'échappe (mais échappait-il aux contemporains ?), sobriquets ou rumina paterma fossilisés et déformés progressivement (preuve qu'on ne les comprenait plus), surnoms géographiques (le Breton, le Sarrasin) évoquant une origine ou un voyage armé - peu nombreux, au demeurant. Il n'est pourtant pas illicite de le regrouper parfois avec le type IIIc (sobriquets clairs, explicables grâce aux dictionnaires de latin et d'ancien français) et de relever que la part des surnoms inintelligibles et déformables s'accroît régulièrement, en même temps que celle des surnoms, clairs ou non, portés par plusieurs individus dont on aperçoit ou devine l'apparentement. De part et d'autre de 1100 par conséquent, on tendrait à passer, du sobriquet expressif et individuel, au cognomen familial et opaque.

19Une sorte de contre-épreuve est fournie par la belle série de surnoms d'activité d'entre 1030 et 1080 essentiellement : avec Aleaume Boutefeu (qui chauffe à Vendôme le fer de justice), Hugue Brise-Lance, Hugue Eveille-Chien (sans autre lien apparent avec le comte du Maine Herbert Eveille-Chien qu'un goût commun pour les coups nocturnes), Gaubert Passe-Epée, c'est l'écho des chevauchées qui nous parvient ! Sans compter les exactions (Torquat villanum)... De ces suggestifs cognomina, déjà en reflux vers 1100, peu subsistent sous forme de "noms de famille" (Sauvegrain, Poinvillain).

20Mais en fait, ce n'est qu'une petite part de la riche et foisonnante anthroponymie du XIe siècle qui passe à l'époque postérieure. Le stock des surnoms s'appauvrit, en même temps que celui des noms "propres".

Le stock des noms "propres" (prénoms)

  • 7 Etabli dans une recherche sur Le Vendômois féodal (fin Xe-début XIVe siècles), thèse d'Etat en cou (...)

21J'utilise à présent un corpus plus large : mon fichier prosopographique du Vendômois tout entier7, soit 2 900 noms récoltés à ce jour entre 1000 et 1300 (au lieu des 782 "formes anthroponymiques" des actes datables de la Trinité). A titre de comparaison, s'ajoute un échantillon postérieur : 290 individus cités dans une liste de 1 355 (feudataires nobles et roturiers du comte de Vendôme, et voisins). Mais les résultats, présentés par siècles, ne se mettent pas si aisément en regard des tranches chronologiques des paragraphes précédents - ce qui sera amélioré dans des publications ultérieures ; le plus gênant est de comptabiliser d'un bloc tout le XIIe siècle, qui paraît partagé en deux moitiés assez différentes.

7. Etudes de noms Pourcentage de personnes portant des noms répandus

7. Etudes de noms Pourcentage de personnes portant des noms répandus

8. Etudes des noms en Vendômois

8. Etudes des noms en Vendômois
  • 8 Cf. K.F. Werner, "Liens de parenté et noms de personnes", dans Famille et parenté dans l'Occident (...)

22Comme en d'autres régions, le stock ne se réduit pas tant qu'il ne se modifie : la concentration sur quelques noms dominants est beaucoup plus spectaculaire que la condensation de l'ensemble. Le score du nom le plus porté s'élève régulièrement : en tête au XIe siècle avec 5,4 %, Hugue ne fait que s'élever en nombre de cas... et perdre des places au hit-parade, cédant déjà à Guillaume (7,6 %) au XIIe siècle et se retrouvant 4e au XIIIe siècle, loin derrière Jean (12,5 %). Jean atteint en 1355 le score de 27,5 % en faisant reculer tous les autres grands. Le score des six noms dominants, de son côté, s'améliore aussi nettement du XIe au XIIIe siècle : 22 à 54 %. Cette concentration est à la fois un phénomène général (Hugue et Geoffroi, les stars du XIe siècle, ne cessent de progresser, quoique lentement) et un phénomène lié à la vigoureuse percée des noms scripturaires : tandis qu'aucun d'entre eux n'atteignait au XIe siècle la barre des 1 % et le peloton des 25 premiers, Jean monte en flèche au second XIe siècle pour venir régner après 1200 (tandis que Jeanne, sa parèdre, envahit l'onomastique féminine) et derrière lui, le trio Pierre-Philippe-Mathieu gagne des positions solides. Comme si deux tendances au départ distinctes l'une de l'autre avaient interféré : celle, proprement sociologique, qui fait se répandre les prénoms prestigieux et ancestraux8 et celle, liée à l'histoire religieuse, qui a découlé des efforts de l'Eglise grégorienne pour encadrer les Chrétiens du berceau à la tombe avec plus d'efficacité, en promouvant par exemple les saints apostoliques. J'invoquerais volontiers l'une puis l'autre de ces tendances, aux deux grands tournants de l'histoire de l'anthroponymie :

  1. La situation du XIe siècle (époque de la percée des surnoms) n'est pas un simple pullulement de noms variés. Il y a déjà une certaine concentration sur des noms "en vogue" : 25 font plus de 1 % de l'échantillon (donc au moins 17 porteurs chacun, en trois générations entre 1030 et 1100, dans un milieu local tout de même assez restreint). C'est évidemment une concentration à un niveau moins élévé que celui du XIIIe siècle (où quelques "grands" dépassent 7 %, mais font un peu le vide en-dessous d'eux : 15 noms seulement au-dessus de 1 %). Mais, au XIe siècle, entre 1 et 3 %, est-ce encore un niveau d'homonymie tolérable ? J'en doute, vu que ces homonymies concernent justement des hommes assez proches les uns des autres ; solidaires et concurrents tout à la fois, ils se réfèrent au même ancêtre ou parent, au même seigneur, et on a sûrement besoin de les distinguer entre eux9. En ce cas, l'apparition du surnom chevaleresque pourrait être une conséquence du resserrement des liens au sein des lignages et des compagnies castrales. Dans le même sens, iraient mes constatations sur la réservation de certain noms "propres" à l'aristocratie, et d'autres aux famuli (à publier ultérieurement).
  2. La percée des noms scripturaires, elle, s'avère à peu près contemporaine de la stabilisation du nouveau système des noms doubles (début du XIIe siècle). 1095, c'est la première croisade, et surtout les grands débuts de la justice ecclésiastique, bientôt étayée par le renforcement des pouvoirs laïcs : en d'autres termes, les sociétés locales subissent le premier assaut de la part des pouvoirs englobants... et je suis convaincu que cela se répercute d'une manière ou d'une autre sur l'anthroponymie. Noms scripturaires, noms de baptême ? C'est-à-dire donnés lors d'un baptême que l'Eglise grégorienne solennise et encadre davantage, l'imposant plus précoce ? A l'appui de cette hypothèse, il n'y a qu'un indice en négatif : l'histoire du nom de "Payen".

9. NOMBRE D’INDIVIDUS REPRÉSENTÉS PAR DES NOMS DE PLUS DE : (Vendômois)

%

XI e

XII e

XIII e

1355

1

37,5

64

73,5

86

3

14

39

63,5

73

9

35

27,5

9

(3 noms)

(Jean, seul)

  • 10 Chez les clercs, jeu égal entre les Payen (3) et les Chrétien (3). Les plus pieuses sont les femme (...)
  • 11 BN latin 5441, I, fol. 392.

23Il appartient à la génération des ambigus, à la fois nomen et cognomen. Sept fois, à partir de 1058 et jusque fin XIe siècle, c'est un surnom ; plus souvent (42 cas, à partir de 1060) et plus longtemps, un nomen. Sa grande époque se termine en 1160 : au-delà, on ne le trouve plus que 5 fois, chez des nobles héritiers (Payen II de Mondoubleau, Payen de Poncé), dont les ancêtres l'ont déjà porté. Au total, il se rencontre davantage que Christianus, toujours nomen et porté par 7 laïcs seulement10. A travers l'opposition de ces deux noms contemporains, c'est bien de christianisation de l'anthroponymie qu'il s'agit, puisque dans un acte d'avant 1047, l'évêque Hubert d'Angers (originaire de Vendôme) évoque son neveu, appelé Payen, en ces termes : "Paganus sic enim, quia grandisculus nondum baptizatus erat, vocabatur"11. L'apparition de ce nom signifie, soit un recul passager de l'ascendant des évêques (crise "féodale"), soit le début d'un combat proprement grégorien (on souligne comme anormal un baptême tardif) ; sa disparition, ou du moins son recul, signifie que le combat est gagné. Et c'est le combat d'une Chrétienté large, apostolique, puisque ces noms scripturaires ne sont pas ceux des saints locaux ou protecteurs de moines : aucun Lubin, aucun Bié (ou Bienheuré), et très peu de Martin à Vendôme, alors que ces saints patronnent les trois paroisses de la ville.

24Peu à peu, tandis que le nouveau système des noms doubles se stabilise, les noms "propres" de l'ancien stock s'effacent (à l'exception de Geoffroi). Nobles, les Hugue et les Bouchard du XIIIe siècle portent des prénoms démodés, ceux de leurs ancêtres du XIe siècle ; ce qui atteste leur rang, et la continuité particulière du lignage chevaleresque.

10. PALMARÈS DES NOMS (Vendômois)

XI e

XII e

XIII e

1355

Hugue
(5,4 %)

Guillaume
(7,5 %)

Jean
(12,5 %)

Jean
(27,6 %)

Geoffroi
(4,7 %)

Hugue
(6,9 %)

Guillaume
(11,6 %)

Guillaume
(7,6 %)

Renaud
(4 %)

Geoffroi
(6,4 %)

Geoffroi
(11 %)

Pierre
(7,2 %)

Robert
(2,8 %)

Renaud
(5,2 %)

Hugue
(7,5 %)

Mathieu
(6,9 %)

Gautier
(2,6 %)

Robert
(3,4 %)

Philippe
(7 %)

Geoffroi
(5,9 %)

Lude
(2,5 %)

Jean
(3,3 %)

Pierre
(4,5 %)

Robert
(5,2 %)

Guillaume
(2,4 %)

e.a. : Payen
et Pierre
(3 %)

e.a. : Robert
et Mathieu
(3,5 %)

Colin
(3,4 %)

Hubert
(2,2 %)

e.a : Etienne, Gui et Philippe
(3,1 %)

Joscelin
(1,7 %)

Lude
(2,5 %)

Hervé
(3 %)

e.a. : Gouin
Thierry : 1,6 % 25
noms
au-dessus de
1 %

e.a. : Bonchard
Mathieu : 2,4 %
24 noms
au-dessus de
1 %

e.a : Renaud
Simon : 2,1 %
15 noms
au-dessus de
1 %

18 noms
au-dessus
de 1 %

25Remettons à plus tard le commentaire détaillé des prénoms du Vendômois. Fécondée par le travail collectif du groupe d'Azay-le-Ferron, la recherche ne fait que commencer et les hypothèses présentées ici sont provisoires. Elles devront être mises à l'épreuve tant du débat scientifique que de la collecte d'informations plus amples.

***

Il- ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Vendômois)

Il- ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III- SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III- SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Vendômois)

IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Vendômois)

Notes

1 Ch. Mêtais, Caartulaire de l'abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme (recueil factice), tomes I et II, Paris, 1893 et 1894.

2 L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, p. 216 (ce livre récent analyse de manière intéressante l'anthroponymie noble du haut Moyen Age).

3 Marmoutier. Cartulaire blésois (recueil factice), éd. Ch. Métais, Tours, 1889-1891, no IV.

4 Cartulaire (...) de la Trinité, I, no II.

5 Ibidem, II, no CCCCXXVI.

6 Ibidem, II, no CCCXXVII (concerne la même affaire que la notice no CCCCXXVI de 1110, mais porte "quidam miles, Frotmundus nomine, cognomine Turpinus, genere nobilis, filius scilicet Salomonis filii").

7 Etabli dans une recherche sur Le Vendômois féodal (fin Xe-début XIVe siècles), thèse d'Etat en cours, dir. P. Toubert.

8 Cf. K.F. Werner, "Liens de parenté et noms de personnes", dans Famille et parenté dans l'Occident médiéval, Paris-Rome, 1978, pp. 14-40.

9 Encore que deux cousins portent le même nom et le même surnom : Roger Poivrière : cf. Cartulaire de Marmoutier pour le Vendômois, éd. de Trémault, Paris-Vendôme, s.d., no LXXI (il s'agit d'un surnom déjà lignager).

10 Chez les clercs, jeu égal entre les Payen (3) et les Chrétien (3). Les plus pieuses sont les femmes : 3 Chrétienne et 1 Payenne, toutes de la même génération (dernier quart du XIe siècle).

11 BN latin 5441, I, fol. 392.

Table des illustrations

Titre 1. La Trinité de Vendôme : données globales
Légende 48 : Pourcentage de « Nobles reconnus » par rapport à l’effectif
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre 2a. Anthroponymie noble en Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre 2b. Anthroponymie roturière en Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 3. Les noms de lieu en Vendômois (IIID)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre 4. Evolution vers les formes anthroponymiques à deux éléments
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre 5. Fossilisation du "Nonem paternum" en Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 6. Evolution des formes anthroponymiques à plusieurs éléments en Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 7. Etudes de noms Pourcentage de personnes portant des noms répandus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre 8. Etudes des noms en Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Il- ÉVOLUTION DU STOCK DES NOMS MASCULINS (Vendômois)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre III- SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Vendômois)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre IV - ÉVOLUTION DES FORMES ANTHROPONYMIQUES A PLUSIEURS ÉLÉMENTS (Vendômois)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16270/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search