Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

France moyenne

L'anthroponymie en limousin aux xie et xiie siècles

Bernadette Barrière

Texte intégral

1Pour le Limousin, le cartulaire retenu est celui du chapitre cathédral Saint-Etienne de LIMOGES (IXe-XIIe siècles). Ont été sélectionnées les notices intéressant le seul Limousin et appartenant au Xe, XIe et XIIe siècles jusqu'en 1130 ; ce qui représente une série de 4 tranches chronologiques en continu, chacune illustrée par un nombre de notices utiles convenable :

2Sur 122 notices retenues,

339 = 32 % appartiennent au Xe siècle

420 = 16,4 % appartiennent à la tranche 1000 - 1050

540 = 32,8 % appartiennent à la tranche 1050 - 1100

623 = 18,8 % appartiennent à la tranche 1100 - 1130

7En ce qui concerne le choix des individus, précisons dès l'abord qu'aucune distinction systématique n'a été faite entre acteurs et témoins. Dans la mesure où, dans ce cartulaire, ceux qui témoignent sont aussi souvent des acteurs, et où aucune différence dans la dénomination n'apparaît entre les deux catégories, tous ont été mis sur le même plan et comptabilisés chaque fois que cela a été possible.

8Les femmes ont été comptabilisées à part (total : 58 individus) et font l'objet d'un tableau spécial qui atteste de leur faible importance dans ce cartulaire, soit 8,6 % de l'effectif global (Hommes + Femmes = 678 individus).

9Seuls ont été traités les hommes, à l'exclusion des clercs. Toutefois, cette élimination des clercs a posé problème, et l'on a procédé de la manière suivante :

  • ont été éliminés les clercs désignés par leur rwmen suivi de leur titre/fonction, ainsi que les clercs désignés par leur nomen suivi du nom de leur communauté d'origine.
  • en revanche, ont été comptabilisés les personnages laïcs devenus clercs et que l'on voit exercer leurs fonctions cléricales tout en conservant leur dénomination antérieure.

10Les effectifs globaux ne concernent donc que les hommes, soit un effectif total de 620 individus. La répartition de ces individus à travers les 4 tranches chronologiques considérées fait apparaître une importante distorsion entre la période Xe siècle - 1050 et la période 1050 - 1130 : le nombre des notices conservées est sensiblement identique pour les deux périodes, respectivement 48,4 % et 51,6 % ; mais le nombre des individus concernés est passé d'une période à l'autre de 38,4 % à 61,6 % du total masculin retenu. Il y a donc eu inflation du nombre des individus présents dans les chartes à des titres divers à partir du milieu du XIe siècle, avec accélération, semble-t-il, du mouvement dans le premiers tiers du XIIe siècle, puisque pour un nombre de chartes moitié moindre par rapport à celui de la tranche 1050-1100, on a un effectif identique.

11En ce qui concerne la répartition des individus par catégories sociales, quelques ambiguïtés demeurent parfois entre roturiers et serfs, mais elles portent sur des effectifs insignifiants. En revanche, pour décider, entre "nobles" et "roturiers", l'on se heurte, ce n'est pas nouveau, à un problème majeur d'objectivité, et il est vrai que la seule porte de sortie scientifique est le recours à la catégorie des "doûteux/incertains". Toutefois, pour le Limousin et pour le cas précis du cartulaire de Saint-Etienne de Limoges, je crois pouvoir disposer de certitudes nombreuses en faveur de la classe aristocratique, dans la mesure où il s'agit là d'un ensemble de familles auxquelles je suis confrontée depuis des années et qui me sont quelque pou familières. C'est la fréquentation des familles et de leurs patrimoines onomastiques, tout autant que les indices fournis par les chartes elles-mêmes (grande propriété foncière, solennité des actes, liens de parenté, responsabilités, etc.) qui m'ont permis d'étoffer notablement l'effectif nobiliaire et de porter celui-ci à 58 % de l'effectif total.

12En outre, c'est au profit de cette catégorie nobiliaire que s'effectue l'inflation du nombre des individus précédemment constatée après 1050, puisque 67 % des individus comptabilisés entre 1050 et 1130 sont "nobles" (pour 43,7 % entre 900 et 1050).

13Nombreux au Xe siècle, les roturiers, libres ou serfs, attachés aux terres que leur personne identifie et caractérise, n'apparaissent plus, passé l'an mil, que de manière très occasionnelle : représentant 54 % de l'effectif global du Xe siècle, ils ne constituent plus que 4 % des individus recensés pour le premier tiers du XIIe siècle.

Les noms de baptême

14Classiquement, le stock des noms est beaucoup plus important au Xe siècle que par la suite où il diminue progressivement : si, pour 100 individus, l'on dispose au Xe siècle d'un stock de 60 noms, au début du XIIe siècle, l'on ne dispose même plus de 30 noms (27). De ce fait, au Xe siècle, plus de 60 % des noms n'apparaissent qu'une fois, alors que ce pourcentage s'abaisse à 46 % au début du XIIe siècle (N.B. : cinq parmi ces noms "rares" ont toute chance de n'avoir été que des sobriquets).

15Les noms qui ont été retenus comme dominants sont ceux qui rassemblent 3 % et plus de l'effectif des individus dans chacune des quatre tranches chronologiques. Pour le Xe siècle, on ne peut guère envisager ce phénomène, à l'exception toutefois de :

16CONSTABILIS et STABILIS ; d'un usage strictement roturier et serf, à eux seuls ces deux noms intéressent 9,4 % des individus recensés et 17,3 % du groupe roturiers-serfs (N.B. : Si par la suite ils disparaissent du répertoire, c'est parce que le groupe roturiers-serfs est sous-représenté dans le cartulaire).

17A partir de l'an mil, le phénomène des noms-leaders commence à se développer, et les observations le concernant ne sont réellement valables que pour le milieu aristocratique.

18De l'an mil à 1130 :

19– s'affirment et se maintiennent à un taux de fréquence modéré :

ademarus

caufredus

huco

rotcerius

amelius

cuido

rainaldus

bernadus

cuillelmus

ramnulfus

20– s'affirment progressivement jusqu'à détenir un taux de fréquence de 6 à 12 % au début du XIIe siècle :

21AIMERICUS (6,8 %) dont la meilleure époque demeure la première moitié du XIe siècle (12 %).

22BERNADUS (6,8 %) qui semble brusquement s'affirmer au début du XIIe siècle.

23GERALDUS (8,3 %) déjà bien représenté au Xe siècle (3,6 %) aussi bien chez les nobles que chez les roturiers.

24PETRUS (12 %) qui progresse vite (8 % dans la première moitié du XIe siècle) et n'est pas absent de l'onomastique roturière.

25STEPHANUS (6,8 %) présent dans l'onomastique roturière.

26Treize noms sur les trente retenus comme "dominants" sont couramment portés dans les familles comtales et vicomtales de l'espace concerné par le cartulaire. Mais rien, en dehors des effets de leurs alliances matrimoniales avec l'aristocratie locale, ne permet pour l'instant de mesurer l'influence onomastique de ces grandes familles.

27Le stock des noms véhiculés par la tradition latine et de caractère chrétien ou profane reste modeste par rapport au stock germanique tout au long de la période : du Xe siècle au début du XIIe siècle, il oscille en effet entre 15 et 18 % du stock global. En revanche, le nombre des porteurs de noms chrétiens augmente notablement : il passe progressivement de 5 % des individus recensés pour le Xe siècle à 26,6 % pour le début du XIIe siècle.

28Trois noms-leaders s'affirment dès le XIe siècle, qui n'appartiennent pas au répertoire des grandes familles : PETRUS, STEPHANUS et GERALDUS. Pour PETRUS et STEPHANUS, peut-être s'agit-il d'une référence (consciente ou inconsciente ?) aux deux vocables qui patronnent les lieux de culte les plus importants du diocèse (cathédrale, grandes églises monastiques) ? Pour GERALDUS, la référence au seul vicomte de Limoges porteur de ce nom n'est pas suffisante. En revanche, il est bien possible que le prestige de saint Géraud d'Aurillac, personnage très connu et hautement estimé en Limousin à l'époque, soit à l'origine du succès de ce nom ?

Importance relative de 30 noms dominants

Importance relative de 30 noms dominants

Source : Cartulaire St. Etienne, Limoges

29L'étude du renouvellement des noms rares est peu rentable dans le cadre de ce seul cartulaire. Les noms qui, à partir de l'an mil, peuvent apparaître comme des noms nouveaux n'en sont pas forcément. En revanche, on retiendra que 18 des noms anciens (i.e. en usage au Xe siècle), sont demeurés en usage sur toute la période considérée ; tous appartiennent à la liste des noms dominants : 21,7 % du stock du Xe siècle s'est transmis à travers les générations ; au début du XIIe siècle, il représente 34,6 % du stock alors en usage.

30En ce qui concerne l'appartenance sociale des noms, 30 noms peuvent être retenus comme marqueurs sociaux certains : 26 sont très nettement aristocratiques ; 2 sont exclusivement roturiers (CONSTABILIS et STABILIS) ; 5 semblent s'être développés avec faveur dans les deux catégories sociales, même si l'information est plus favorable à l'aristocratie : BERNARDUS, GERALDUS, HUGO, PETRUS, STEPHANUS ; 5 semblent, après un usage indifférencié, avoir basculé dans l'aristocratie : AMELIUS, ARCHAMBALDUS, GERALDUS, HUGO, RAMNULFUS.

Le système anthroponymique masculin

31L'examen des courbes figurant, l'une l'utilisation du nom seul (formes I et II), l'autre l'utilisation des formes à deux éléments (formes III et IV), fait apparaître le moment du basculement d'un système dans l'autre, soit vers 1070-1075. L'on notera en outre que le développement des formes à deux éléments est très fort dès la première moitié du XIe siècle, même si la période antérieure n'offre qu'un seul exemple (d'ailleurs très précoce : v. 930) de ce type.

Passage d'une anthroponymie à 1 élément à une anthroponymie à 2 éléments

Passage d'une anthroponymie à 1 élément à une anthroponymie à 2 éléments

Source : Cartulaire St. Etienne, Limoges

32Quant à la diminution du stock des noms, elle suit une courbe descendante presque parallèle à celle de l'usage du nom seul jusque vers 1100, époque à laquelle le stock des noms atteint un palier, alors que l'usage du nom seul poursuit sa chute.

33Les formes à deux éléments privilègient, dès le départ, la référence à un lieu (forme III d), et cet usage se maintient tout au long de la période. Les 182 cas recensés comportant une référence à un lieu concernent essentiellement l'aristocratie et représentent 58 % de l'ensemble des formes III et IV.

341000 - 1050 :22 cas = 22 % des individus = 59,4 % des formes III et IV

351050 - 1100 :65 cas = 34,2 % des individus = 55 % des formes III et IV

361100 - 1130 : 95 cas = 49,5 % des individus = 59,4 % des formes III et IV

37Total 1000-1130 :182 cas = 38 % des individus = 58 % des formes III et IV.

38L'usage des nomina paterna (forme III a) est beaucoup plus modeste et semble ne se pratiquer qu'à partir de la seconde moitié du XIe siècle (39 cas entre 1050 et 1130).

391050 - 1100 :16 cas = 8,4 % des individus = 13,5 % des formes III et IV

401100 - 1130 : 23 cas = 12 % des individus = 14,4 % des formes III et IV

41Total 1050 - 1130 :39 cas = 10,2 % des individus = 14 % des formes III et IV

42Les formes III b (réf. prof.), III c (sobriquet), et IIIe (divers) nécessitent une recherche complémentaire. Elles regroupent 94 cas entre 1000 et 1130, et concernent toutes les catégories sociales.

Cartulaire de Saint-Etienne de Limoges

43Durée d'utilisation des noms :

44Sur un stock total de noms atteignant le chiffre de 147, 18 d'entres eux apparaissent dès le Xe siècle et se maintiennent jusqu'à la fin de la période envisagée : 10 apparaissent dans la tranche 1000-1050 et se maintiennent jusqu'à la fin de la période ;'5 apparaissent dans la tranche 1050-1100 et se maintiennent de même ; 2 apparaissent dans la tranche 1100-1130.

45Ces observations, toutefois, ne sont pas absolument signifiantes ; la seule véritable certitude que l'on puisse avoir, c'est qu'un grand nombre de noms (germaniques) tombent en désuétude après le Xe siècle. Passé l'an mil, les noms qui peuvent apparaître comme des nouveautés n'en sont pas forcément : ainsi pour PETRUS ou GOLFERIUS qui sont attestés bien avant l'an mil ; le caractère de "nouveauté" n'est donc qu'apparent dans bien des cas.

Cartulaire de Saint-Etienne de Limoges. Appartenance sociale des noms les mieux représentés :

Répertoire
des noms

Milieux
aristocratiques

Milieux
roturiers

ADEMARUS

**

x

AIMERICUS

**

x

AIMOINUS

*

ALDEBERTUS

**

ALDEGARIUS

*

AMELIUS

* Usage se dév.

x Usage disp.

ARCHAMBALDUS

* Usage se dév.

x Usage disp.

BERNARDUS

**

x Usage se disp.

BERTRANDUS

*

BOSO

*

CONSTABILIS

**

CONSTANCIUS

*

ELIAS

**

FULCHERIUS

*

GAUBERTUS

*

GAUCELMUS

*

GAUFREDUS

**

GERALDUS

** Usage se dév.

x Usage disp.

GUIDO

**

GUILLELMUS

**

HICTERIUS

*

HUGO

** Usage se dév.

x Usage disp.

JORDANUS

*

PETRUS

**

*

RAINALDUS

*

*

RAMNULFUS

* Usage se dév.

x Usage disp.

ROTBERTUS

x

*

STABILIS

**

STEPHANUS

**

*

UMBERTUS

X

x

Légende :
** = fortement représenté
* = bien représenté
x = représentation réelle mais en déclin

Commentaire

46Sur 30 noms susceptibles de fournir des informations utiles, 26 sont très nettement d'usage aristocratique ; 2 sont très nettement d'usage roturier : CONSTABILIS et STABILIS ; 5, qui semblent avoir eu tout d'abord un usage indifférencié, ont ensuite basculé totalement dans le répertoire aristocratique : AMELIUS, ARCHAMBALDUS, GERALDUS, HUGO, RAMNULFUS (alors que l'inverse ne semble pas s'être produit) ; 5, enfin, semblent s'être développés avec faveur dans les deux catégories, même si l'information est plus abondante pour l'aristocratie que pour les milieux roturiers : BERNARDUS, GERALDUS, HUGO, PETRUS et STEPHANUS.

Cartulaire de Saint-Etienne de Limoges - Les noms chrétiens

Xe siècle

1000-1050

1050-1100

1100-1130

Nbre d'individus

138

100

190

192

Nbre de noms utilisés

83

44

54

52

Nbre de noms chrétiens

5

2

6

6

Individus porteurs
de noms chrétiens

7 = 5 %

11 = 11 %

37 = 19,5 %

51 = 26,6 %

Répertoire des noms chrétiens utilisés

ANDREAS

1

1

BENEDICTUS

2

DAVID

2

ELIAS

1

5

5

JOHANNES

1

JORDANUS

3

2

MARTINUS

1

1

PETRUS

8

19

23

SIMON

3

STEPHANUS

3

8

13

Total

7

11

37

51

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

(*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)

(*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.

Table des illustrations

Titre Importance relative de 30 noms dominants
Légende Source : Cartulaire St. Etienne, Limoges
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Passage d'une anthroponymie à 1 élément à une anthroponymie à 2 éléments
Légende Source : Cartulaire St. Etienne, Limoges
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)
Légende (*) Les pourcentages marqués d’une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre III - SYSTÈME ANTHROPONYMIQUE MASCULIN (Xe-1280) (Saint-Etienne de Limoges)
Légende (*) Les pourcentages marqués d'une étoile se lisent horizontalement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search