Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

France septentrionale

Données anthroponymiques dans le cartulaire d'Hesdin

Robert Fossier

Texte intégral

1La base de la recherche est un cartulaire-chronique du XIIe siècle, celui du prieuré bénédictin de Saint-Georges du Vieil Hesdin, dépendant de l'abbaye d'Anchin près de Douai et conservé à Lille (I H 1747). La particularité de ce recueil et qui justifie son exploitation est que les scribes (une dizaine au moins) ont consigné dans un récit presque continu des données textuelles, quelquefois sous forme de fragments d'actes, plus souvent sous celui d'un titre et d'un résumé accompagnés de commentaires. L'édition de cet important document est en cours. On y trouvera 455 "actes", que j'ai isolés autant qu'il a été possible, et couvrant la période 1095 (fondation) - 1168 ; deux traits dont l'un au moins touche à notre propos : d'une part le cartulaire est précédé d'un gros cahier exclusivement consacré aux opérations de prêts sur gage autour de 1150, et dont le prieuré semble s'être fait une spécialité ; d'autre part la lumière descend assez profondément au travers des strates sociales touchant les artisans et quelques paysans, dépassant exceptionnellement le niveau du seigneur de village, ce qui donne une masse de données qui, pour une fois, n'est pas restreinte aux couches supérieures de la société.

2J'ai retenu 354 "actes", l'essentiel, inclus entre 1095 et 1135, la valeur de deux ou trois générations, permettant d'espérer un début d'estimation dynamique dans les usages anthroponymiques ; mais il ne faut pas se dissimuler que, dans son ensemble, cette documentation demeure statique. Elle permet de "clicher" à un moment important de l'encellullement dans cette région l'état des usages. Il faut ajouter que le travail a été effectué à partir de l'index automatique en voie de constitution, ce qui a pour effet d'apporter dans le comptage des doublets qui n'ont pas été éliminés ; les vérifications opérées sur un échantillonage montrent, au reste, que les résultats d'ensemble n'en sont pas affectés. Ainsi ont été relevés 2 959 noms, total sur lequel ont été opérées les ventilations qui suivent.

***

3Le type de formation des noms me retiendra d'abord. Sur le total de près de 3 000 obtenu, comme il a été dit plus haut, plus d'un tiers, 1 039, sont des prénoms seuls (j'userai de ce terme commode même s'il est susceptible de discussion) ; sur ce total 945 hommes et seulement 94 femmes, ce qui rend assez bien compte de la part laissée à ce dernier sexe dans la gestion des biens dans cette région. A cette première catégorie majoritaire il me semble logique d'associer les expressions "fis de x", ou les prénoms accompagnés d'expressions telles que "et sont fils x", et "sont frères x" ; ce sous-groupe rassemble 454 cas, à peu près par moitié sous la forme "x fils de y" (ou fille dans 15 exemples seulement), le reste selon la seconde formation. On notera cependant qu'il n'existe aucun cas où ce lien de parenté se traduise par l'emploi d'un génitif accompagnant le prénom, du type "Huo Geraldi" ; la mention "fils de" est toujours présente.

4L'utilisation d'un cognomen, déterminatif de description, sobriquet, terme de métier rassemble 695 noms ; la ventilation en est intéressante : 158 sont des surnoms (autre terme passe-partout commode) de fonction ou de métier, prévôt, sénéchal, boulanger, fèvre, charpentier, menuisier, forestier, etc. sans qu'il soit possible de déceler s'il s'agit d'un surnom acquis ou de la désignation d'une activité en cours, ce qui, naturellement dans ce dernier cas, obligerait à ranger dans le premier groupe cette masse d'hommes (jamais de femmes en effet). 454 autres cas concernent cette fois les sobriquets (4 femmes). Sur ce nombre très important, 104 apparaissent en latin et caractérisent généralement des traits extérieurs, blondus, juvenis, parvus, catus ; le reste, 354, apparaît en langue vernaculaire généralement intraduisible ou incompréhensible dans notre langue d'aujourd'hui, par exemple, Fritel, Petran, Boëlin, Gruel, Manrels, avec un petit contingent de noms écrits tantôt en latin, tantôt en français, Malsorriz, Malsus mus, Li cat, catus, etc. Dans 70 exemples de surnom n'est connu qu'au travers de l'expression "fils de un tel dit x" ; enfin à 13 reprises le sobriquet est isolé, sans prénom.

5Nous retrouvons un total de même ordre, enfin, pour la formation "x de tel endroit" ou "x + cognomen de tel endroits" (17 cas seulement pour cette dernière formation, sur un total de 771). Mais on notera tout de suite qu'il n'est généralement pas possible de déterminer si l'emploi du toponyme doit être interprété comme désignant une provenance ou une possession ; les actes montrent que les individus ainsi désignés sont installés dans le lieu dont ils portent le nom, comme d'ailleurs pouvait le laisser supposer la formation x + cognomen de tel lieu ; mais il n'est pas possible d'aller au-delà de cette remarque ; le fait qu'un même lieu apparaisse en formation pour plusieurs individus contemporains, dont il est probable qu'un seul est seigneur de l'endroit, milite également dans le sens d'une localisation et non d'une possession.

6En résumé, et compte tenu que les doublets ont de fortes chances d'être plus nombreux dans le cas des prénoms isolés (le scribe se bornant souvent à dire "le dit x"), nous nous trouvons en présence de quatre groupes de poids comparable avec une légère prépondérance pour le prénom seul, ensuite pour le déterminatif "x de y".

***

7Si nous examinons à présent l'éventail des possibilités onomastiques on peut faire deux constatations importantes. Tout d'abord la ventilation des prénoms fait apparaître un stock pauvre, 45 prénoms masculins, 6 féminins ; mais dans cette masse se distinguent de très fortes inégalités : c'est tout d'abord l'écrasante prédominance des Hugues, 601 occurrences, puis de trois autres prénoms, Gautier (320), Robert (307), Baudouin (280). Dans la liste que Ton peut dresser les écarts se creusent très rapidement entre cette tête et le reste ; en outre aucun prénom féminin n'apparaît vingt fois ou davantage. Un rapide examen de la nomenclature montre que les prénoms germaniques sont majoritaires, ce qui ne surprendra pas dans cette région, que n'y figurent aucuns prénoms royaux, Charles, Louis, mais de nombreux prénoms comtaux, Robert, Baudouin, Enguerran, Guillaume, etc. Les traditions anthroponymiques semblent très solides en France du nord. On peut ajouter qu'au vu des actes la transmission héréditaire des prénoms semble forte, on en donnera des exemples de détail tout à l'heure.

8La deuxième observation concerne les surnoms. Cette fois ils offrent une variété extrême : j'en ai relevé 105, compte tenu des désignations de métier ou de fonction, sur un ensemble de 695 occurrences rappelé tout à l'heure ; ceci signifie que certains surnoms, 42 d'entre eux, apparaissent plusieurs fois soit pour désigner le même individu, soit plusieurs individus ; on notera cependant que la transmission d'une génération à l'autre ne semble pas encore acquise : la formulation "x fils de y + cognomen" est la plus fréquente mais je n'ai pas rencontré la composition "x + cognomen père de y + autre cognomen". En résumé il me semble que l'usage du surnom demeure encore individuel dans la majorité des cas et en définitive accidentel.

9Une autre analyse, de caractère plus social, peut être tentée à partir de ces données : est-il possible d'observer une différenciation correspondant à un certain groupa de la société, notamment la couche dominante, la seule dont nous pouvons connaître avec une certitude suffisante la position dans la pyramide des états. J'ai établi deux ensembles sociaux reposant sur un nombre raisonnable d'actes. Tout d'abord ceux qui apparaissent, comme donateurs ou témoins, avec la désignation optimates, ministeriales, proceres et j'y ajouterai milites, dont apparaît évidemment à cette occasion le sort médiocre ; 5 portent un surnom ; 12 sont appelés "fils de x", 8 "x de y". Face à ce premier groupe on peut opposer un autre, 90 personnages, soit pourvus du titre de dominus, soit possesseurs d'un fief, soit, d'après le contexte, appartenant à l'aristocratie foncière : l'image est inversée : 5 prénoms seulement, 18 surnoms, 9 "x fils de y" et surtout 58 "x de y" ce qui témoigne d'une évolution prononcée en faveur de la détermination topographique. En résumé, contrairement à l'image souvent présentée, le surnom ne semble pas le propre de la classe ministériale ou chevaleresque, mais seulement l'usage du prénom accompagné ou non d'un rappel de parenté (les 3/4 des cas), tandis qu'au niveau de l'aristocratie surnom et surtout désignation par un lieu (fief ? alleu ?) l'emportent nettement (4/5).

10Dans quelques cas assez rares la présence de deux générations, exceptionnellement de trois sur la tranche chronologique couverte, permet de toucher quelques cas de détail, étant entendu que les personnages de ce groupe sont à peu près inévitablement des hommes occupant le haut de la pyramide sociale ce qui leur vaut d'apparaître à plusieurs reprises dans le cartulaire.

11Aleaume Sénéchal de Breilly figure 86 fois dans notre recueil, c'est le record. Le terme de Sénéchal est certainement un cognomen, car il est dit à plusieurs reprises castellanus d'Hesdin ; mais on le trouve également souvent désigné seulement par Aleaume de Breilly, comme si le surnom n'était pas ancré dans l'usage. Son fils aîné (primogenitus) porte le surnom, et même la titulature complète Aleaume Sénéchal de Breilly ; en revanche ses frères Robert et Baudouin ne sont dits que "de Breilly". Nous aurions ici un exemple de transmission du surnom par l'aînesse exclusivement, les autres cognati qui sont dits de Breilly ne portent pas le cognomen Sénéchal. En revanche la détermination topographique semble héréditaire et concerner tout le lignage.

12Dans les lignages Petran (69 occurrences) et Fritel (23 occurrences) cette transmission semble établie pour le surnom, mais en revanche il n'apparaît pas de déterminatif topographique. On notera que les femmes ne portent pas le surnom et sont seulement dites "fille ou épouse de un tel Petran". Ce qui frappe dans ces cas c'est le changement rapide des prénoms dans le groupe et qui sont absorbés sous le cognomen : ainsi pour les Fritel l'introduction de Barthélémy et d'Yves inconnus à la première génération : des cas identiques pour les lignages de Noeux et d'Axincourt permettent de voir qu'il s'agit de prénoms portés par la branche féminine et qui sont introduits sous l'influence d'un oncle ou d'un cousin, phénomène d'ailleurs observé ailleurs.

13La famille d'Herly (20 occurrences) offre cette particularité que Gui, sire d'Herly étant mort sans héritier, ses neveux, ses cognati ne se font pas appeler d'Herly et que dans le reste du cartulaire après la mort de Gui aucun personnage de ce lignage ne relève le nom. Des cas semblables peuvent être observés chez les Vacquerie et les Bonnières avec cette correction que d'autres individus qui ne sont pas membres de la famille seigneuriale arborent le toponyme : ce sont des hommes de l'endroit, sans plus.

14On aura observé que ces cas sont tous différents ; ils ne sont présentés que pour montrer que la période considérée est en réalité trop brève pour permettre une étude dynamique satisfaisante.

***

15Cet exposé n'avait d'autre prétention que de dresser un bilan sans en tirer de conclusions nettes. L'impression qui me semble se dégager de l'ensemble est que la formation anthroponymique à deux noms est ici loin d'être obtenue vers 1 100 ; les cas relevés sont de nature marginale encore. En revanche résiste très bien la détermination par le prénom ou la forme "fils de x", d'origine certainement plus ancienne. Quant à la formation "x de y" elle occupe une place considérable, sans que l'on puisse noter si elle progresse. Encore une fois ceci ne se veut qu'un apport localisé à tous égards.

DONNÉES NUMÉRIQUES : CARTULAIRE D'HESDIN

DONNÉES NUMÉRIQUES : CARTULAIRE D'HESDIN

Table des illustrations

Titre DONNÉES NUMÉRIQUES : CARTULAIRE D'HESDIN
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search