Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome I

 | 
Monique Bourin

L'enquête : buts et méthodes

M. Bourin et B. Chevalier

Texte intégral

1L'anthroponymie est encore un domaine trop peu exploré. Et pourtant la manière dont un individu est identifié par le ou les noms qu'on lui donne est un excellent révélateur de la société où il s'insère. Car les noms de personne font toujours partie d'un système sur lequel la subjectivité n'a que très peu de prise et qui s'articule lui-même avec ceux qui caractérisent la parenté, la stratification sociale, les valeurs culturelles et le droit civil ou public.

2Or notre civilisation occidentale est liée aujourd'hui à un système anthroponymique à deux noms (l'un individuel ou prénom et l'autre patronymique ou nom de famille), qui est en passe de s'étendre au monde entier. Mais elle a aussi pour originalité, contrairement à d'autres systèmes culturels, de ne l'avoir adopté franchement qu'à partir du XIe siècle, après en avoir changé au moins trois fois : diffusion de l'anthroponymie romaine aux dépens des systèmes indigènes, son remplacement par une anthroponymie à un seul nom, enfin passage de ce système haut-médiéval à celui que l'on peut dire moderne, entre le Xe et le XIVe siècle. Le but de cette enquête est d'analyser la dernière phase de transformation, c'est-à-dire l'apparition du système à deux éléments, en place du système antérieur à nom unique. D'où le principe général de cette étude, de ne pas séparer l'étude de l'évolution de la prénomination de celle du système dans son ensemble.

3Les premiers résultats de l'enquête ont montré que le système de désignation des femmes était, quel que soit leur milieu, très différent de celui des hommes, à l'époque qui nous occupe. Sans doute, pour la population féminine, l'adoption du système moderne est-elle repoussée de plusieurs siècles, probablement au Bas-Moyen-Age.

4Quant à la désignation des clercs, elle est différente, également, de celle des laïcs et semble rester longtemps fidèle au système du nom unique. Il importe aussi de la traiter de manière spécifique.

5Ces différences méritent réflexion car elles renvoient à l'économie générale et au sens global du système anthroponymique qui naît à partir du XIe siècle. Ce sera l'objet d'une recherche ultérieure. Cette enquête se limite volontairement à l'étude de la population laïque de sexe masculin.

  • 1 I. G. DUBY, "Lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise. Une révision (...)

6Diverses études antérieures1 ont mis en lumière deux aspects de l'évolution de l'anthroponymie des XIe et XIIe siècles :

  1. Une modification du stock des noms, qui est à la fois une réduction du nombre des noms (ampleur restreinte du choix) et une innovation (de nouveaux noms apparaissent).

  2. Une transformation du système anthroponymique ajoutant un surnom au nom.

7L'objet de cette étude est en premier lieu de mesurer l'ampleur de ces phénomènes, leur rythme et surtout leurs liens, et de préciser par une chronologie fine leurs relations pour vérifier si l'apparition d'un surnom est partout la conséquence directe de la restriction du choix des noms et si le moteur de l'évolution de l'anthroponymie est à chercher d'abord dans une conception transformée (par exemple christianisée) du nom.

8Le second objet de l'étude est d'analyser les références que révèlent les choix des surnoms : l'individu est-il désigné, se désigne-t-il, par référence à sa fonction dans la société (fonction seigneuriale, militaire, professionnelle), par une caractéristique individuelle (sobriquet), par une mention topographique ou par un second nom complétant le premier ? Les références majoritaires sont-elles les mêmes d'une génération à l'autre ?

9Cette étude que la méthode d'approche choisie dans cette enquête permet de conduire facilement, débouche sur l'image que l'anthroponymie donne des structures familiales. Deux solutions et même trois sont en effet possibles :

  • un surnom purement individuel qui renvoie à une caractéristique personnelle de l'individu à désigner,

  • ou un surnom hérité ; hérité du père - c'est le cas du nomen paternum où le nom du père sert de surnom au fils, système qui renvoie à une segmentation de la famille par paire de générations ; ou bien hérité sur plusieurs générations, système qui correspond à une perception lignagère de la famille, qui est la conception contemporaine. D'autres systèmes sont naturellement concevables, mais s'ils ont été utilisés, c'est seulement de manière tout à fait exceptionnelle, sans jamais devenir "normaux", à l'époque qui nous occupe.

10Pour apprécier dans l'ensemble de la désignation anthroponymique la part de l'individualisme et celle de la tradition familiale et de l'héritage, il faut étudier le mode de dévolution du nom et du surnom. Il faut par conséquent, quand la documentation le rend possible, reconstituer patiemment les généalogies de familles appartenant à toutes strates sociales. A ce stade de l'enquête, nous ne pouvons que verser certains éléments au dossier, renvoyant à une étape ultérieure les conclusions majeures dans ce domaine.

11Comprendre le mécanisme qui conduit à l'adoption d'un système à deux éléments, implique d'en suivre le cheminement à travers la société. Deux pistes principales s'offraient à notre enquête :

  1. Le lieu de résidence : le système à deux éléments s'est-il répandu plus vite en milieu urbain qu'en milieu rural ? Cette hypothèse reposait sur l'idée que la nécessité d'une désignation double devait être ressentie avec d'autant plus d'urgence que les homonymies étaient nombreuses et que, si la restriction du choix des noms se manifestait partout à l'identique, les homonymies devaient être plus fréquentes en ville, dans un système de désignation à nom unique. Nous avons dû abandonner cette piste pour deux raisons principales. Dans la plupart des régions étudiées, la documentation ne permettait pas de localiser avec assez de certitude la résidence des individus. Dans d'autres, où la différenciation était possible, elle ne montrait aucune différence sensible dans le rythme de la diffusion du nouveau système. On ne peut écarter, a priori, l'idée d'un lien entre la transformation des modules d'habitat - c'est-à-dire la concentration de l'habitat - et la généralisation du système anthroponymique à deux éléments, mais il ne faut pas la chercher dans une opposition entre milieu urbain et milieu rural ; plutôt entre des régions d'inégale concentration de l'habitat.

  2. L'autre voie d'approche concerne la différence d'évolution entre les diverses strates sociales de la population. Tout au long de l'enquête, nous avons distingué entre nobles et non-nobles ; parfois même entre trois catégories différentes, nobles, non-nobles, et individus à la place sociale incertaine. Sans doute le terme de noble est-il mal adapté à la réalité du XIe siècle. Il a pour lui sa concision et renvoie à l'évidence à l'idée de groupe social dominant. Les critères de différenciation retenus entre les diverses strates sociales sont explicités par chacun d'entre nous, dans l'étude régionale.

***

12Le principe de l'enquête est une étude multicentrique, fondée sur un questionnaire unique, afin que d'un dépouillement homogène des sources puisse naître une étude comparative faisant apparaître le caractère universel ou au contraire le caractère régional des systèmes de dénomination. Chacun des participants a apporté à cette recherche sa connaissance de la région, indispensable notamment pour repérer l'appartenance sociale des individus à telle ou telle strate sociale.

13Une telle enquête à travers les documents des XIe, XIIe et XIIIe siècles pose un certain nombre de problèmes méthodologiques. Bien des choix ne sont pas évidents, mais il est essentiel qu'ils soient les mêmes pour tous les participants.

141. Nous avons d'abord cherché à appuyer l'enquête sur une documentation aussi homogène que possible. D'où le choix de cartulaires comme module de dépouillement. Si les habitudes des scribes sont identiques, dans le cadre d'une même région, d'un cartulaire à l'autre, le travail statistique regroupe dans des données uniques les chiffres fournis par les divers cartulaires. Sinon, l'étude est conduite cartulaire par cartulaire.

152. Nous avons éliminé tous les documents d'un type particulier, tels que bulles pontificales et autres édits princiers, afin de ne conserver que les actes de la pratique courante mettant en scène les individus constitutifs du tissu social régional.

163. Nous avons également éliminé tous les actes aux dates imprécises, pour ne conserver que ceux que l'on pouvait clairement attribuer à l'une ou l'autre des tranches chronologiques.

174. A l'origine de l'enquête, nous avons systématiquement distingué la dénomination des parties principales (acteurs de la charte et destinataire) des autres occurrences anthroponymiques (témoins, confronts etc.) afin d'apercevoir éventuellement la différence entre l'anthroponymie au sens strict et une désignation plus complexe introduisant une relation familiale qui n'a d'autre fonction que de justifier le droit de l'individu sur un bien-fonds. Lorsque cette distinction a été jugée inutilement lourde et d'un faible intérêt, elle a été éliminée de la présentation des résultats.

185. Lorsqu'un individu franchit les limites d'une strate chronologique, nous l'avons comptabilisé dans chacune des strates où il apparaît. Cette solution a été retenue après discussion pour deux raisons. D'abord, il s'agit de fournir un cliché global de chaque tranche chronologique, en y incluant ensemble jeunes et vieux. D'autre part, afin de vérifier le bien-fondé de ce parti-pris, certains dépouillements ont été menés suivant les deux méthodes : les résultats ne présentent pas de différence significative, malgré la brutalité de certaines évolutions.

196. Un individu qui paraît à plusieurs reprises dans les documents est comptabilisé de la manière suivante :

  • s'il apparaît sous la même forme anthroponymique, on ne le compte qu'une fois ;

  • s'il apparaît sous plusieurs formes anthroponymiques, il est compté pour chacune des formes.

20Pour ne pas sacrifier l'une ou l'autre de ces formes, nous avons décidé de prendre en compte, non pas les individus, mais les formes anthroponymiques. Il était important de ne pas accorder un poids excessif aux individus "importants" qui apparaissent à plusieurs reprises dans chaque cartulaire : donc de compter, non les occurrences, mais bien les formes anthroponymiques. Le choix s'est révélé parfois difficile devant une même forme, entre l'homonymie ou l'identité des deux personnes, mais ces cas litigieux ne sont pas si fréquents qu'ils mettent en péril les résultats de l'enquête. Une fiche de dépouillement, établie par individu, rappelle les diverses mentions, les diverses formes et les choix difficiles qui ont été faits.

217. Les parties principales des actes (vendeurs, acheteurs, donateurs etc.) sont souvent composées de plusieurs personnes. Lorsque l'énumération de ces diverses personnes ne désigne de manière complète que le premier individu (ex. : P. de Ampeils et filli sui Willelmus, Raimundus et Ursinus), nous n'avons pris en compte que le premier individu, pour l'étude du système anthroponymique (mais nous les avons tous pris en compte pour l'étude des noms). Lorsque l'énumération répète pour chacun d'entre eux le surnom ou le met en facteur, nous avons décompté tous les individus énumérés. D'une manière générale, la plus grande attention a été prêtée à ces énumérations.

228. La fourchette chronologique la plus adaptée à l'étude de ces problèmes d'anthroponymie nous est apparue être : Xe-XIIe siècles. Mais elle pose un problème particulier : celui du passage d'une documentation strictement latine à une documentation au moins pour partie en langue vulgaire. Lorsque cette évolution linguistique touche spécifiquement l'anthroponymie, elle est particulièrement importante pour notre propos. D'où la nécessité de relever toutes les notations qui, dans certains documents, semblent particulièrement proches de la dénomination "vulgaire". L'introduction des formes vulgaires est-elle un indice important d'une stabilisation et d'une utilisation générale, de la pratique anthroponymique ?

***

23Au cours de l'enquête, par tâtonnements et approximations successives, nous avons élaboré la typologie suivante du système anthroponymique masculin :

  1. Système à nom unique.

  2. Un nom + une désignation complémentaire :

  • IIa : la désignation complémentaire est d'ordre familial.

    • IIa1 : fils de

    • IIa2 : autre relation familiale

  • IIb : la désignation complémentaire est d'ordre professionnel ou social (on regroupe dans cette catégorie les indications de fonction et titre : Dominus Petrus, etc.)

  1. Forme anthroponymique à deux éléments :

  • IIIa : le surnom est un nom ;

  • IIIb : le surnom est une caractéristique professionnelle ;

  • IIIc : le surnom est un sobriquet ;

  • IIId : le surnom comporte une indication de lieu ;

  • IIIe : divers.

  1. Forme anthroponymique complexe :

  • IVa : surnom en forme de nom et indication de lieu (soit IIIa + IIId ; ex. : R. Petri de Saissaco) ;

  • IVb : surnom en forme de caractéristique professionnelle et indication de lieu (soit IIIb + IIId ; ex. : R. Textoris de Saissaco) ;

  • IVc : sobriquet et indication de lieu (soit IIIc +IIId) ;

  • IVd : autres solutions.

Notes

1 I. G. DUBY, "Lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise. Une révision." in Hommes et structures du Moyen-Age, Mouton, Paris La-Haye, 1973, pp. 395-421.
J.L BIGET, "L'évolution des noms de baptêmes en Languedoc au Moyen-Age (IXe-XIVe siècle)", in Liturgie et musique, Cahiers de Fanjeaux no 17, Toulouse 1982, pp. 297-341.
Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire. Ed. du C.N.R.S., Paris 1984.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search