Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Biographies des auteurs

Texte intégral

1Toby Anne Axelrod est correspondante en Europe pour la Jewish Telegraphic Agency et dirige le Leo Baeck Summer University au Center for Jewish Studies Berlin-Brandenburg.

2Chantal Bordes-Benayoun est directrice de recherches au CNRS au LISST-Centre d’Anthropologie sociale (UMR 5193) à Toulouse. Chargée d’enseignement à l’université Jean-Jaurès (Toulouse) et à l’EHESS, elle est également déléguée scientifique à l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur et coordinatrice du GDRI-CNRS « Socio-anthropologie des judaïsmes ». Ses recherches portent sur les juifs de France dans la cité à l’époque contemporaine, les juifs du Maghreb, les diasporas et les religions ainsi que les migrations et les relations interethniques en milieu urbain en Europe. Elle a notamment publié : Les Juifs et la politique (Paris, CNRS éditions, 1984) ; avec Dominique Schnapper, Diasporas et nations (Paris, Odile Jacob, 2006) ; avec Dominique Schnapper et Freddy Raphaël, La Condition juive en France. La tentation de l’entre-soi (Paris, PUF, 2009). Elle a récemment dirigé : Socio-anthropologie des judaïsmes (Paris, Honoré Champion, 2013) et le numéro d’Ethnologie française intitulé « Des mondes juifs contemporains », paru en octobre 2013.

3Ewelina Chwiejda est doctorante en culture visuelle et sciences sociales à l’EHESS. Diplômée d’une licence en histoire de l’art à l’université de Varsovie et du master en sciences sociales à l’EHESS, elle travaille actuellement, dans le cadre de sa thèse, sous la direction de Brigitte Derlon, sur la question de la représentation de l’étranger dans l’art contemporain et son influence sur les sociétés européennes. Elle a publié dans Postures et Theoretical Practice et s’occupe également de critique d’art.

4Martine Cohen, sociologue, chercheuse émérite au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL), a réalisé des travaux sur le renouveau charismatique catholique en France, puis sur la question des « sectes » (en collaboration avec Françoise Champion). Elle s’intéresse également à une sociologie des Juifs et du judaïsme, en France et en Europe, à partir d’une perspective de sociologie historique des religions. Ses travaux récents portent sur : les recompositions passées et présentes du « franco-judaïsme », les écoles juives en France, les transformations institutionnelles et idéologiques de la communauté juive française organisée.

5Yeshaya Dalsace est rabbin, journaliste, comédien et metteur en scène franco-israélien. Après des études de droit à Paris, puis de théâtre au Théâtre national de Chaillot avec Antoine Vitez, il fait son aliyah en 1990. Il est créateur et rédacteur du site francophone massorti.com et collaborateur régulier du site Akadem ainsi que conférencier pour différentes organisations communautaires.

6Marcelo Dimentstein est doctorant au Centre de recherches historiques de l’EHESS, sous la direction de Nancy L. Green. Sa thèse porte sur le rôle des organisations transnationales juives dans la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin en 1989. Originaire d’Argentine, il est diplômé de l’université de Buenos Aires en anthropologie sociale. Depuis janvier 2009, il est en charge de la coordination du Joint Distribution Committee International Centre for Community Development (JDC-ICCD), un centre de recherche sur le judaïsme contemporain, créé en 2005 par le bureau européen du JDC.

7Madeleine Dreyfus est psychanalyste à Zurich. Elle publie de manière indépendante des ouvrages sur les identités juives, l’antisémitisme et la politique vis-à-vis des réfugiés en Suisse. Elle est auteure de Ein ziemlich jüdisches Leben. Säkulare Identitäten im Spannungsfeld interreligiöser Beziehungen [Une vie assez juive. Identités séculaires au croisement des relations interreligieuses] (Cologne, Böhlau, 2016).

8Samuel Ghiles-Meilhac, docteur en sociologie de l’EHESS, est membre du Centre de recherche et de formation contre le racisme et l’antisémitisme (CERA) à l’Université Paris VIII - Institut d’histoire du temps présent. Il enseigne à Sciences Po Paris et est l’auteur de Le CRIF. De la Résistance juive à la tentation du lobby (Paris, Robert Laffont, 2011) et, avec Adrien Cipel, Des Français israélites (Paris, Michel de Maule, 2013).

9Alain Granat est directeur de la publication Jewpop sur Internet (www.jewpop.com).

10Yaël Hirsch est docteur en science politique, rattachée au Groupe Sociétés Religions, Laïcités (GSRL) et enseigne à Sciences-Po Paris. Ses recherches portent sur la conversion religieuse, les relations entre juifs et chrétiens, la question juive et les rapports entre littérature et politique. Sa thèse, qui interroge la conversion du judaïsme au christianisme en Europe occidentale au xxe siècle, est parue sous le titre Rester Juif ? (Paris, Perrin, 2015).

11Riki Kooyman est diplômée d’une licence en relations internationales et d’un master en études migratoires et éthiques du département de sociologie de l’université d’Amsterdam. Elle s’intéresse aux thématiques de l’immigration, des relations majorité/minorité dans la société et aux enjeux liés à l’assimilation, l’intégration et l’identité. Elle est auteure d’une étude qualitative portant sur les enfants juifs des couples mixtes aux Pays-Bas, réalisée pour le JDC-ICCD en 2014. Actuellement, elle travaille pour le Conseil hollandais pour les réfugiés.

12Julia Martínez-Ariño, post-doctorante au Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity à Göttingen depuis 2014, s’intéresse au judaïsme et aux communautés juives contemporaines, à la gouvernance de la diversité religieuse dans les institutions publiques et à la participation des groupes religieux dans la gouvernance locale. Associée du centre de recherche ISOR, dirigé par Maria M. Griera à l’université autonome de Barcelone, elle est également membre des réseaux scientifiques EUREL et Religion and Public Institutions et participe au projet Religion and Diversity Projet, coordonné par Lori G. Beaman à l’université d’Ottawa. Sa thèse de doctorat en sociologie à l’université autonome de Barcelone, soutenue en 2012, portait sur les communautés juives contemporaines de la Catalogne.

13Jean-Sébastien Noël est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de La Rochelle, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA). Ses travaux portent sur une histoire culturelle et politique de la musique ainsi que sur les circulations culturelles transnationales (Europe/Amérique du Nord/Amérique latine). Sa thèse, « Le Silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes. Europe centrale et orientale-États-Unis. 1880-1980, a été publiée aux PUN-Éditions de l’université de Lorraine (Nancy, 2016). Codirecteur de l’ouvrage Folklores et politique. Approches comparées et réflexions critiques. Europes/Amériques (Paris, Le Manuscrit, 2014), il a notamment contribué au Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, sous la direction de Pascal Ory et de Marie-Claude Blanc-Chaléard (Paris, Robert Laffont, 2013), et coécrit avec Anaïs Fléchet le chapitre « Musiques de guerre, musiques de la guerre », dans la Guerre Monde. 1937-1947, dirigée par Alya Aglan et Robert Frank (Paris, Gallimard, 2015).

14Jean-Claude Poizat est professeur agrégé de philosophie du secondaire (Paris IV-Sorbonne, 1996) et docteur en science politique (IEP de Paris, 2011). Il a notamment publié : Hannah Arendt, une introduction (Paris, Pocket-La Découverte, 2003, réédition en 2013), La Métamorphose de Kafka, leçon littéraire (Paris, Presses universitaires de France, 2004) et Intellectuels et juifs en France aujourd’hui (Paris, Le Bord de l’eau, 2014).

15Elena Quaglia est docteure de l’Université de Vérone et de l’Université Paris Nanterre. Ses recherches sur l’œuvre de trois écrivains juifs français (Irène Némirovsky, Patrick Modiano et Marc Weitzmann) ont été soutenues par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle a participé à de nombreux colloques et publications scientifiques, avec des contributions portant plus particulièrement sur les écritures de la judéité. Elle est lauréate 2017 du Prix Jeunes Chercheurs de la Fondation des Treilles.

16Noga Raviv est doctorante à l’EHESS en sociologie et anthropologie, sous la direction de Chantal Bordes-Benayoun. Sa thèse porte sur les rapports des juifs de France à Israël depuis la seconde Intifada, en termes de voyages, de représentations, de migrations et d’intégrations.

17Barbara Tanenbaum est diplômée en études interculturelles en sciences sociales et en études américaines de l’université d’Utrecht. Son mémoire de master, soutenu en 2004, portait sur les jeunes issus des couples mixtes judéo-chrétiens à New York. Elle est rédactrice pour le Digital Jewish Monument, un mémorial numérique pour les victimes hollandaises de la Shoah. Elle a réalisé des études sur l’intégration des enfants israéliens et hollandais et leurs parents dans des écoles juives à Amsterdam pour le JMW (Services sociaux juifs), en 2010, ainsi que sur les enfants des couples mixtes aux Pays-Bas pour le JDC-ICCD, en 2014. Actuellement, elle est chargée de communication et responsable communautaire auprès de JMW à Amsterdam.

18Ewa Tartakowsky, docteure en sociologie, est chercheuse associée au Centre Max Weber (UMR 5283), chercheuse post-doctorante au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie et boursière post-doctorante de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle enseigne actuellement à Sciences Po Paris et à la Faculté de sciences sociales et économiques de l’Institut catholique de Paris. Ses recherches portent sur les judéités contemporaines, les migrations et les usages publics du passé. Elle est l’auteure de l’ouvrage Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil (Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016) et a dirigé, avec Viviane Tourtet, Inde des mille et une pages. Petite somme et bibliographie (Bruxelles, Peter Lang, 2017).

19Lisa Vapné est docteure en science politique de Sciences Po Paris où elle a soutenu, en 2013, une thèse intitulée Les Remplaçants. Migration juive de l’Union soviétique à l’Allemagne. Ancienne Ater de langue et civilisation russe de l’université Paris-Sorbonne, elle est actuellement post-doctorante dans le laboratoire Sophiapol de l’université Paris-Nanterre. En 2015, elle a publié un article sur la politique d’accueil des migrants juifs pour la revue Politique européenne.

20Zsófia Kata Vincze est diplômée d’ethnologie et de littérature comparée à l’université Babeș-Bolyai de Cluj. Elle obtient son doctorat en études juives contemporaines en 2006 au département d’ethnologie à l’université Eötvös Loránd à Budapest. Elle est auteure de nombreux articles, de l’ouvrage Visszatérők a tradícióhoz [Retour à la tradition] (Budapest, L’Harmattan, 2009) et coauteure de Beszélgetőkönyv a megértő irodalomoktatásról [Dialogues sur l’éducation littéraire] (Sepsiszentgyörgy, T3 Kiadó, 2004). Actuellement, elle enseigne l’ethnologie, les études culturelles et l’histoire contemporaine d’Israël à l’université Eötvös Loránd.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search