Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 5. Paroles d'acteurs

Les Juifs en Allemagne : du boom des années 1990 aux défis d’aujourd’hui

Toby Anne Axelrod
Traduction de Lucie Robin

Texte intégral

1La vie de la communauté juive en Allemagne immédiatement après la guerre n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été avant la Shoah. Dans les années 1990, une grande vague d’immigration de Juifs russophones changea profondément la communauté, apportant de nouvelles perspectives et de nouveaux défis. Aujourd’hui, plus de vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, la population juive en Allemagne est un mélange de l’ordre social d’après-guerre, de ressortissants de l’ancienne Union soviétique et d’Israéliens à double nationalité. Qu’adviendra-t-il d’elle dans les années à venir ?

2L’histoire des Juifs d’Allemagne remonte à au moins mille six cents ans. Ponctuée de périodes prospères et d’expulsions, de contributions à l’enseignement juif, de littérature laïque, d’art, de musique, de science et tout simplement d’art de vivre juif, elle fut brutalement interrompue par la Shoah.

3Aujourd’hui, la vie juive se déploie à nouveau en Allemagne, grâce en grande partie aux migrants de l’ancienne Union soviétique, venus ajouter leur propre identité culturelle à ce mélange. Cette importante vague apporta avec elle ses défis et ses avantages. Les communautés continuent de changer à mesure que la population émigrée vieillit, que les plus jeunes quittent les plus petites villes ou même l’Allemagne, pour étudier ou pour travailler.

  • 1 Selon le rapport de décembre 2015 de l’Office fédéral allemand de la Migration et des Réfugiés, 35, (...)
  • 2 Voir notamment : Claus Christian Malzahn, « Zentralrat der Juden warnt vor arabischem Antisemitismu (...)

4La question qui obsède les Juifs en Allemagne depuis la fin de la seconde guerre mondiale – faut-il rester ou partir ? – a pris des accents différents, les inquiétudes inspirées par le terrorisme sur le sol européen grandissant. Alors que les quelques derniers directeurs du Conseil central des Juifs en Allemagne – dont Charlotte Knobloch, Dieter Graumann et l’actuel président Josef Schuster – ont insisté sur le fait que l’Allemagne est aussi sûre que le serait un autre pays à l’heure actuelle, de nouvelles questions sont apparues avec l’arrivée en 2015 de plus d’un million de migrants, dont près de la moitié demandent l’asile, en provenance de pays musulmans majoritairement1. Les dirigeants juifs demandent à présent quelles mesures l’Allemagne prendra pour intégrer ce groupe de personnes qui pourraient avoir été convaincues d’antisémitisme dans leurs pays d’origine2.

  • 3 « Angela Merkel accepts German Reform movement’s top honor », le 3 décembre 2015, Jewish Telegraphi (...)
  • 4 « Report. Cologne-like New Year’s Eve attacks in 12 German states », Deutsche Welle, le 23 janvier (...)

5La chancelière Angela Merkel a promis d’exiger des demandeurs d’asile d’apprendre et d’adopter les valeurs de l’Allemagne moderne, dont le rejet de tout préjudice envers les femmes, les homosexuels et les Juifs3. Reste à savoir si cette intégration est possible, et comment. La vague de crimes sexuels à Cologne et dans d’autres villes d’Allemagne le soir de la Saint-Sylvestre en 2016, impliquant une foule d’hommes – dont des réfugiés récemment arrivés en Allemagne –, a enflammé le débat en Allemagne4. Et ce n’est que le début.

6Parmi les Juifs, qui savent que l’Allemagne moderne soutient à la fois Israël et sa propre communauté juive, il semblerait que l’on ne se demande plus si « l’Allemagne est digne de confiance », mais plutôt « où l’on sera à l’abri du terrorisme antisémite » exercé par des extrémistes nationaux de l’extrême gauche ou de l’extrême droite ou des musulmans extrémistes, nouveaux venus comme anciens résidents. La réponse, en tout cas celle apportée par les dirigeants juifs, est qu’aujourd’hui la sécurité n’est garantie nulle part.

  • 5 « Israeli envoy to Germany. Jews should come to Israel », Jewish Telegraphic Agency, le 22 janvier (...)

7Lorsque le Premier ministre d’Israël encouragea les Juifs d’Europe à faire l’aliyah après les attaques de janvier 2015 à Paris contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, Josef Schuster, le leader juif en Allemagne, déclara que les attaques contre les Juifs et les institutions juives étaient un « phénomène mondial » et que « la vie des Juifs en Israël n’était pas plus sûre5 ».

  • 6 « Israels Botschafter beklagt “Welle des Antisemitismus” », Der Tagesspiegel, le 21 février 2015, h (...)
  • 7 C. C. Malzahn, « Zentralrat der Juden… », art. cité.

8Alors qu’il déclarait au Tagesspiegel de Berlin qu’Israël était légitime à encourager l’aliyah, il ne voyait aucune raison pour laquelle les Juifs devraient quitter l’Allemagne à ce moment précis6. Aujourd’hui, Schuster demande au gouvernement de rassurer davantage les Juifs7, mais n’encourage toujours pas ces derniers à plier bagage.

9En d’autres termes, les leaders juifs dont on parle ici croient en la diaspora, et pas uniquement parce qu’ils refusent d’accorder au nazisme une victoire posthume. C’est parce qu’ils aiment le mode de vie et les opportunités qu’offre l’Europe, parce qu’ils s’y sentent chez eux et qu’ils y trouvent un sentiment de continuité avec le passé des Juifs d’Allemagne, bien que le visage de la communauté d’aujourd’hui soit bien différent de celui de 1933.

  • 8 Voir Atina Grossman, Jews, Germans and Allies. Close Encounters in Occupied Germany, Princeton, Pri (...)

10Cette année-là, le recensement nazi avait comptabilisé cinq cent mille Juifs allemands (en incluant ceux qui s’étaient convertis à une autre religion). Plus de la moitié de la communauté juive en Allemagne a réussi à échapper au régime nazi, mais tous ne sont pas parvenus à rejoindre un lieu sûr. Entre cent soixante mille et cent quatre-vingt mille Juifs allemands ont été assassinés pendant la Shoah, d’après les chiffres du musée du Mémorial de l’Holocauste des États-Unis (United States Holocaust Memorial Museum). En Allemagne, on estime que quinze mille ont survécu cachés8.

11Les chiffres d’après-guerre gonflèrent avec la mise en place de camps de déplacés. Après la dissolution de ces camps, dans les années 1950, seuls quelque vingt-cinq mille Juifs sont restés, la plupart étant des survivants d’Europe de l’Est.

  • 9 « Karte der Landesverbände und jüdischen Gemeinden », Zentralrat der Juden in Deutschland, http://w (...)
  • 10 Benjamin Weinthal, « Anti-Israel reporter loses case at German Press Council », The Jerusalem Post,(...)
  • 11 Bundesministerium des Innern, Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, tableau 7-15 « Einbürgerunge (...)

12Aujourd’hui, plus de soixante-dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, la population juive en Allemagne correspond au tiers de ce qu’elle représentait au moment de l’accès au pouvoir des nazis. Ils sont en tout environ 240 000, 100 500 d’entre eux étant membres des 108 communautés juives en Allemagne9, les 140 000 autres n’étant rattachés à aucune communauté (certains ne répondent pas aux critères d’appartenance de la loi juive). La plupart d’entre eux viennent de l’ancienne Union soviétique. Il existe plusieurs estimations du nombre d’Israéliens vivant en Allemagne. Le Jerusalem Post a repris les chiffres de l’Office fédéral pour la migration et les réfugiés établissant « un total de 11 655 Israéliens vivant en Allemagne en 2013. En 2012, la République fédérale comptait 11 244 citoyens israéliens10 ». La même agence parlait de 31 840 naturalisations israéliennes entre 2000 et 201411. Mais cela ne veut pas dire que tous vivent en Israël.

13En tout, les chiffres ont augmenté depuis la chute du mur de Berlin, quand les anciennes Allemagnes de l’Est et de l’Ouest ont ouvert leurs portes aux réfugiés juifs de l’Union soviétique. Pour la plupart, les Juifs établis en Allemagne y restent. Ils n’ont pas oublié le passé de l’Allemagne, ils n’ignorent pas non plus l’instabilité actuelle en Europe, mais ils ne s’y arrêtent pas.

La prospérité de la vie juive d’après-guerre

  • 12 « Jews in East Germany », Zentralrat der Juden in Deutschland, le 10 août 2005, http://www.zentralr (...)
  • 13 « Gemeinden », Zentralrat der Juden in Deutschland, http://www.zentralratdjuden.de/de/topic/59.geme (...)

14Avant la chute du mur de Berlin en 1989, l’Allemagne de l’Ouest comptait une population juive d’environ vingt-cinq mille personnes, alors que l’Allemagne de l’Est ne comptait que quatre cents Juifs déclarés, d’après le Conseil central des Juifs en Allemagne12. Absolument toutes les communautés juives en Allemagne – cent huit en tout13 – sont encadrées par le Conseil central des Juifs en Allemagne (Zentralrat der Juden in Deutschland), fondé en 1950, et qui répartit les fonds fédéraux composés de subventions et de contributions fiscales (collectées par l’État et analogues sous la forme de cotisations progressives) de la part des membres.

15Les membres s’identifient à une grande variété de dénominations, de strictement orthodoxe à réformé, conservateur, progressiste ou du renouveau. Dans les plus grandes villes, on trouve des « communautés unies » pluriconfessionnelles et quelques synagogues indépendantes.

  • 14 Rapport annuel ZWST : Mitgliederstatistik der jüdischen Gemeinden und Landesverbände, ZWST, 2015, h (...)

16La plus grande communauté, qui comprend environ dix mille personnes, se trouve à Berlin. À titre d’anecdote, on notera que la ville pourrait bien compter trois fois plus de Juifs non affiliés, dont beaucoup d’Israéliens (il n’existe pas de chiffres exacts sur les Israéliens en Allemagne, puisque la plupart voyagent sous passeport européen). D’importantes communautés existent également dans d’autres villes comme Munich, Francfort, Düsseldorf, Cologne et Hambourg. L’ancienne Allemagne de l’Est a également connu une forte croissance : alors qu’il existait sept communautés rassemblant 400 membres en 1989 (sauf Berlin), il en existe aujourd’hui dix-sept qui rassemblent 15 922 membres (sauf Berlin), selon le rapport 2015 sur les statistiques des effectifs14 de la Zentrale Wohlfahrtsstelle (ZWST), l’organisation centrale d’aide juive, basée à Francfort.

17À la fin des années 1980, alors que les Juifs soviétiques célèbrent les changements politiques dans leurs pays d’origine, ils font pour la première fois l’expérience d’un antisémitisme grandissant. Beaucoup vont partir chercher un avenir différent en Allemagne qui, en 1991, a adopté ce que l’on appelle une loi de « quota de réfugiés » sur l’admission des Juifs venant d’URSS. L’émigration qui en a résulté a considérablement modifié les communautés juives qui existaient alors en Allemagne et a exercé de nouvelles pressions sur elles afin qu’elles aident les nouveaux venus à s’adapter et à s’intégrer.

  • 15 « Fire in immigrant home in Germany may be work of Neo-Nazis ADL provides background on Neo-Nazi sk (...)

18Les premières années de l’après réunification ont été marquées par une certaine instabilité sociale dans l’ex-Allemagne de l’Est. Au début des années 1990, on a assisté à plusieurs agressions xénophobes et antisémites dramatiques, parmi lesquelles l’attaque au cocktail Molotov de la synagogue de Lübeck en 199415. L’Allemagne tout juste réunifiée condamne publiquement ces crimes de haine et accélère ses efforts pour organiser une rencontre entre la nouvelle Allemagne et les dirigeants juifs en Israël, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

19La confrontation de l’Allemagne à sa culpabilité et à sa responsabilité dans la Shoah l’a menée à construire des liens forts avec la population juive, avec Israël et les organisations juives ailleurs, ainsi qu’à apporter des réparations aux survivants, son soutien à Israël et des subventions pour ses propres communautés juives. L’Allemagne présente une « culture du souvenir » complexe, avec des programmes éducatifs et un réseau de monuments commémoratifs et d’archives sur les sites authentiques de l’histoire de la Shoah. Sa confrontation avec cette histoire a été bien documentée, notamment au cours d’une exposition itinérante créée en 2014 par l’université de Leeds, en Angleterre : Germany’s confrontation with the Holocaust in a global context.

20On pourrait aussi soutenir que l’Allemagne arbore ses communautés juives grandissantes comme une médaille, en les utilisant pour améliorer sa réputation auprès des États-Unis. Mais, de manière assez ironique, l’immigration a également été un frein aux relations entre l’Allemagne et Israël, en quelque sorte : en 2004, davantage de Juifs de l’ex-URSS ont immigré en Allemagne qu’en Israël.

21En partie en réaction à cela, l’Allemagne a fait passer en 2007 une nouvelle loi sur l’immigration, avec un système à points, requérant un certain niveau d’études et d’expérience professionnelle et favorisant les candidats âgés de moins de quarante-cinq ans. Des exceptions ont été prévues pour les survivants des persécutions du national-socialisme. Cette loi a ralenti l’émigration des Juifs de l’ex-URSS vers l’Allemagne. Depuis, la population juive est restée globalement stable et a même un peu reculé au cours des dernières années, en raison d’un vieillissement de population.

22L’intégration fut un défi pour les communautés existantes, qui devaient absorber une nouvelle population plus importante qu’elles-mêmes. Certains membres des communautés établies après la guerre accusaient parfois les nouveaux immigrants de n’avoir que faire du judaïsme, d’user de tactiques antidémocratiques au sein des communautés, et enfin de ne faire qu’utiliser leur « ticket juif » pour quitter l’URSS et abuser de la générosité de l’Allemagne. De leur côté, les nouveaux migrants considéraient parfois que les anciens de l’après-guerre étaient souvent réticents à l’idée de partager les rôles de dirigeants et de manquer de respect envers la culture juive de Russie.

23L’immigration massive revenait à alourdir la charge fiscale des communautés existantes, qui comptaient à présent beaucoup de nouveaux membres, mais très peu de nouveaux revenus pour les aider à s’installer. Beaucoup de nouveaux immigrés étaient des personnes âgées actives qui ne trouvaient pas facilement de travail en Allemagne. Il fallait de nouvelles synagogues, de nouvelles écoles et de nouveaux centres communautaires. Finalement, et grâce à une aide financière du gouvernement allemand, de nouvelles structures ont pu être installées, et on a pu investir dans des programmes d’insertion.

24Le manque d’éducateurs religieux et de rabbins a provoqué la création de deux séminaires rabbiniques : libéral (Abraham Geiger Kolleg, en 1999) et orthodoxe (Rabbiner Seminar, en 2000). En novembre 2013, c’est un séminaire conservateur (Zacharias Frankel College) qui a été fondé. Des rabbins, souvent bilingues (russe et allemand) ont de nouveau été formés et ordonnés.

25En 2003 et en 2005 respectivement, deux organisations rabbiniques parapluie (umbrella organization), ou conférences régulières, ont été fondées en Allemagne, l’une orthodoxe, l’autre plus générale. Les deux relèvent de l’autorité du Conseil central.

26Avec un plus grand effectif et les institutions qu’il nécessite, la communauté a vu accroître sa stabilité, et sa vie s’est en quelque sorte normalisée. Il existe bien d’autres écoles et clubs, et quelques restaurants et supermarchés casher de plus, bien que toujours peu nombreux en comparaison avec d’autres pays européens à forte population juive. Les Juifs ont tendance à ne pas trop afficher leurs symboles en raison des récentes attaques terroristes dans d’autres pays et d’une recrudescence de crimes antisémites en Allemagne durant la crise de Gaza en 2014.

27Le souvenir de la Shoah demeure extrêmement important, bien que la plupart des dirigeants juifs d’aujourd’hui n’en soient pas des survivants eux-mêmes, mais plutôt des enfants des survivants ou des enfants des vétérans de l’Armée rouge. Ils entretiennent cette flamme, de peur que la mémoire des victimes ou que les leçons de la Shoah soient oubliées. De son côté, le gouvernement réagit très vite à toute tentative de relativisation ou de négation de la Shoah.

28Cependant, la protection des libertés religieuses demeure une priorité pour beaucoup de Juifs aujourd’hui. Par exemple, en 2012, des Juifs de tous courants se sont rassemblés pour protester contre les tentatives de rendre le rituel de la circoncision illégal. Plus tard, la même année, le Parlement allemand faisait passer une loi protégeant le droit des parents juifs et musulmans d’appliquer le rituel de la circoncision pour leurs fils, après des mois de houleux débats sur les tentatives d’interdiction de cette pratique.

29La nouvelle loi, qui introduit pour la première fois des restrictions à cette pratique, exige que l’acte soit effectué par un praticien certifié (mohel) de formation médicale ou par un membre du corps médical, et que l’on use d’anesthésiant si nécessaire. L’acte doit être effectué en hôpital pour tous les enfants de plus de six mois.

  • 16 Toby Axelrod, « German parliament guarantees legality of ritual circumcision », Jewish Telegraphic (...)

30Dieter Graumann, alors président du Conseil central, déclarait que cette nouvelle loi fournissait un sentiment de sécurité garantissant aux Juifs et musulmans de pouvoir pratiquer leur foi en Allemagne. « À mon sens, le débat récent [sur le sujet] était aussi une épreuve de tolérance pour notre société. Et je suis très heureux que nous l’ayons surmontée », a-t-il déclaré16.

31Le débat montrait également que les dirigeants juifs en Allemagne, aussi bien laïques que religieux, disposent d’un accès aux dirigeants politiques et sont en mesure de plaider leur cause avec succès.

32Reste à savoir combien de temps cette relation si particulière de l’Allemagne avec sa population juive restera forte, dans la mesure où le lien vivant que constituent les survivants s’affaiblit au rythme de leur disparition.

Structures et finances communautaires

  • 17 À l’heure actuelle, les communautés musulmanes ne disposent pas d’un contrat semblable, en partie c (...)

33Le Conseil central et ses communautés sont financés par des taxes et des subventions gouvernementales. Depuis 2003, le gouvernement entretient une relation contractuelle avec le Conseil central qui le place au même niveau que les églises protestante et catholique. Le montant des subventions est régulièrement renégocié17.

34Il existe également au sein de la société juive une forme de philanthropie privée et institutionnelle. Des donateurs juifs locaux et des organisations internationales – dont le Joint (American Jewish Joint Distribution Committee), la Fondation Rotschild, la Charles and Lynn Schusterman Family Foundation et le Genesis Philanthropy Group – ont également financé de nombreux projets, en faveur des familles et des enfants, principalement. En ce qui concerne les secteurs orthodoxes, les donateurs les plus influents des vingt dernières années furent les fondations américaines Ronald S. Lauder et Habad-Loubavitch.

35En dépit d’une certaine méfiance envers les organisations marginales, les programmes de Habad, Lauder et Limmud (le festival bénévole d’apprentissage juif fondé sur le modèle britannique) connaissent tous un franc succès en Allemagne.

36Pour le soutien moral, sinon financier, l’American Jewish Committee est un excellent exemple : il est impliqué depuis des décennies dans les questions politiques et sociales en Allemagne, dont l’antisémitisme, l’enseignement de la Shoah, les réparations et les relations avec Israël. Il organise également des programmes œcuméniques et d’enseignement.

37Diverses fondations privées allemandes encouragent également les programmes de dialogue œcuménique et d’enseignement ou encore des programmes d’échanges de journalistes avec Israël. Mais le principal soutien financier reste, et de loin, le gouvernement fédéral. Le Conseil central sera-t-il en mesure d’argumenter pour le maintien de financements élevés une fois que le contrat en cours expirera, maintenant que la plupart des Juifs de l’ancienne Union soviétique sont intégrés, leurs enfants et petits-enfants mêmes étant nés en Allemagne ? Les questions de sécurité prendront-elles la place des questions d’intégration dans le budget du Conseil ?

Éducation, jeunesse et identité juives

38La construction de nouvelles institutions d’éducation juives a été l’un des plus importants défis auxquels les communautés ont été confrontées depuis 1990. En 2012, le Conseil central a créé un nouveau département de l’enseignement afin d’encourager et de coordonner les programmes d’enseignement juifs.

  • 18 Eliezer Ben-Rafael, Olaf Glöckner et Yitzhak Sternberg, Jews and Jewish Education in Germany Today,(...)

39Mais il faut d’abord mener une première campagne : alors que le choix est aujourd’hui plus vaste qu’en 1990, trop peu de Juifs sont intéressés par l’enseignement juif, d’après une étude menée en 2008-2009 sur « Les Juifs et l’enseignement juif dans l’Allemagne d’aujourd’hui18 »..

40L’enseignement précoce est crucial et, d’après le Conseil central, dix-huit villes allemandes disposent de jardins d’enfants juifs. À Berlin, il en existe même plusieurs, dont le jardin d’enfants Bambinim et le « club familial », où se retrouvent les parents israéliens, fondés par le Joint.

41On craint, au sein du Conseil central et du ZWST, que la tendance positive d’une population en plein essor des années 1990 ne se perde si les jeunes générations perdent leur intérêt. Apparemment, beaucoup partent pour Israël, les États-Unis ou le Canada, ou au moins déménagent à Berlin, privant les villes plus petites d’une population juive jeune.

42Le ZWST et le Conseil central financent un congrès annuel de la jeunesse et d’autres événements où l’on repère les futurs dirigeants potentiels, les forme et les assiste.

43Mais une question demeure : celle de l’intégration aux communautés juives des individus dont la mère n’est pas juive. C’est le cas de beaucoup de familles venues de l’ancienne Union soviétique. Le Conseil central n’admet pas les Juifs non halachiques en tant que membres des communautés juives, mais propose en revanche un programme ouvert à tous.

44En parallèle, la jeunesse juive crée parfois son propre réseau alternatif aux officiels.

Les relations avec Israël et les Israéliens en Allemagne

45L’année 2015 marquait le cinquantième anniversaire des relations diplomatiques entre l’Allemagne de l’Ouest et Israël. Les deux ambassades organisèrent des événements dans leur pays de résidence respectif. De manière générale, on mit l’accent sur la continuité des bonnes relations entre les deux pays. Mais l’incertitude de ce que réserve l’avenir fait apparaître un malaise grandissant, tandis que le grand public perd patience face aux trébuchements du processus de paix au Moyen-Orient et que les élans anti-Israël franchissent régulièrement la frontière de l’antisémitisme.

46Les relations de l’Allemagne réunifiée avec Israël sont fondées sur des décennies de politiques séparées entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest. Cette dernière avait établi des relations diplomatiques avec Israël en 1965 (ce que l’Allemagne de l’Est ne fit jamais). L’Allemagne de l’Ouest – et aujourd’hui l’Allemagne réunifiée – est aujourd’hui le plus important soutien d’Israël en Europe.

47L’Allemagne verse des réparations aux survivants en Israël et à l’État juif ; elle subventionne les dépenses pour les sous-marins qui transportent des missiles et a établi depuis 2008 un échange annuel de niveau ministériel entre les pays.

  • 19 Ibid.

48Selon l’étude de L. A. Pincus de 2010, la plupart des Juifs en Allemagne (en particulier les plus âgés et ceux qui se décriraient comme orthodoxes) se sentent loyaux envers Israël et l’ancienne Union soviétique19. La centralité d’Israël diminuerait apparemment pour les jeunes générations, bien que les écoles juives d’Allemagne enseignent l’hébreu et l’histoire de l’État juif.

  • 20 Birthright Israel fut fondé en 1999 afin d’offrir un voyage en Israël aux jeunes Juifs du monde ent (...)

49Depuis 2001, les jeunes Juifs entre dix-huit et vingt-six ans en Allemagne ont reçu des subventions pour participer au Birthright Trip ou voyage de droit de naissance20 en Israël.

  • 21 BDS (mouvement de boycott, désinvestissement et sanction) est une campagne anti-Israël que des grou (...)

50Il existe de nombreux autres programmes d’échanges d’enseignement et professionnels avec Israël, et les mouvements antisionistes tels que BDS21 ne trouvent pas ici la résonnance qu’ils rencontrent dans d’autres pays européens, malgré le coup de pouce qu’ils ont reçu en 2015 avec la législation du Conseil européen sur l’étiquetage des produits des territoires.

51La Makkabi Association Germany contribue également à l’identification de la jeunesse juive à Israël par le sport. En 2015, elle a organisé les historiques Maccabiades dans le parc olympique de Berlin, qui avait été construit pour les Jeux olympiques de 1936 en Allemagne nazie.

  • 22 « Aliyah Hits Ten-Year High : Approximately 26,500 New Immigrants Arrived in Israel in 2014 », Jewi (...)

52Malgré un soutien appuyé d’Israël, très peu de Juifs vivant en Allemagne font leur aliyah (environ cent vingt par an jusqu’en 201422, bien que ces chiffres soient susceptibles de changer à la suite des récentes attaques terroristes contre les Juifs et d’autres cibles en Europe).

  • 23 Par exemple, dans un article paru dans le Zeit en mars 2015, l’auteur décrit une conversation avec (...)

53En réalité, il semblerait qu’il y ait plus d’Israéliens migrant vers l’Allemagne que l’inverse, bien que l’on ne dispose pas de chiffres exacts. De manière assez anecdotique, il semble que les immigrants soient jeunes, politiquement de gauche23, et qu’ils aient tendance à ne pas s’investir dans les structures communautaires juives locales, malgré quelques exceptions.

  • 24 Rapport de Sima Salzberg publié dans Eretz Acheret, cité d’après Tzvika Brot, « German passport pop (...)

54L’Allemagne plaît apparemment aux jeunes Israéliens, en partie parce qu’elle est plus abordable que Tel Aviv, mais ils viennent aussi parce qu’ils le peuvent. La sociologue israélienne Sima Zalcberg rapportait en 2011 que près de cent mille Israéliens détenaient un passeport allemand, auquel ils sont éligibles si un de leurs parents ou grands-parents était un Juif allemand persécuté par les nazis24. Bien entendu, tout passeport européen permet à son porteur de s’installer en Europe.

55Bien que l’Allemagne d’aujourd’hui soit tout à fait accueillante envers les Juifs, l’antisémitisme reste un problème. Les études répétées montrent qu’environ 20 % de la population d’Allemagne gardent des convictions profondément antisémites, tout comme la plupart des pays européens. En Allemagne, parmi les manifestations les plus typiques d’antisémitisme figurent la critique unilatérale ou la diffamation d’Israël, de la part de l’extrême droite, de l’extrême gauche ou des extrémistes musulmans, les attaques contre les traditions juives comme l’abattage casher ou la circoncision (généralement un débordement du sentiment antimusulman), la négation de la Shoah, les dégradations de la propriété des communautés juives comme les cimetières et les synagogues, le report de la responsabilité de la Shoah sur les Juifs, etc.

56L’Allemagne juge actuellement les membres d’une organisation néo-nazie violente connue sous l’acronyme « NSU » qui aurait mené une série de meurtres racistes et xénophobes sur une période de dix ans.

  • 25 « Resist Anti-Semitism, hate speech, urges Merkel », Deutsche Welle, le 24 janvier 2016, http://www (...)

57Comme mentionné précédemment, certains dirigeants juifs allemands ont exprimé leur inquiétude quant à l’arrivée aujourd’hui de réfugiés de pays arabes, dont certains pourraient propager des opinions antisémites diffusées dans leur pays d’origine. Le défi de la « rééducation » de ces réfugiés fait partie des engagements de la chancelière Angela Merkel, comme elle l’a rappelé dans son podcast hebdomadaire du 23 janvier 2016 (avant la journée de commémoration de la Shoah)25.

58La plupart des 4,3 millions de musulmans d’Allemagne sont d’ascendance turque, et leurs opinions politiques sont modérées, mais les nouveaux migrants qui fuyaient les pays arabes déchirés par la guerre viennent grossir de manière significative la population musulmane. Pendant de nombreuses années, les autorités allemandes se sont inquiétées de certaines mosquées que l’on savait depuis longtemps diffuser le radicalisme – comme la mosquée de l’imam Ali, financée par l’Iran, à Hambourg26 –, mais le problème est plus grave dans certains autres pays d’Europe (tels que le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, la Belgique et la Suède). Cependant, cette question est à considérer indépendamment de tout antisémitisme potentiel parmi les nouveaux réfugiés.

  • 27 Mitgliederstatistik der jüdischen Gemeinden und Landesverbände, op. cit.

59En dépit des pressions exercées actuellement sur la communauté juive, parmi lesquelles on compte la diminution de la population (le taux de mortalité est largement supérieur au taux de natalité27,) il est certain que la présence juive dans les principaux centres de population d’Allemagne aujourd’hui est bien plus vivante qu’en 1989.

  • 28 Charlotte Kahn, Resurgence of Jewish Life in Germany, Connecticut, Praeger, 2004.

60Les optimistes préfèrent voir le verre à moitié plein : les migrations des Juifs vers les grandes villes ou d’autres pays sont inévitables, mais ceux qui resteront constitueront un noyau identitaire d’autant plus dur. En outre, une nouvelle génération de dirigeants juifs apparaît, grâce à certains activistes juifs locaux visionnaires et quelques organisations juives philanthropiques internationales. La communauté juive historique d’Allemagne ne pourra pas renaître, et la communauté actuelle refuse toujours de s’appeler « communauté des Juifs d’Allemagne », comme l’a remarqué l’intellectuel juif allemand Rafael Seligmann lorsqu’il a tenté de faire revivre le terme en 200228. Apparemment, le moment n’est toujours pas venu. Néanmoins, ses membres se donnent pour nom « Juifs en Allemagne », et l’on voit clairement une pointe de fierté apparaître dans cette identité.

Notes

1 Selon le rapport de décembre 2015 de l’Office fédéral allemand de la Migration et des Réfugiés, 35,9 % des demandeurs d’asile en 2015 venaient de Syrie (près de 160 000 personnes) ; 12,2 % venaient d’Albanie ; 7,6 % du Kosovo ; 7,1 % d’Afghanistan ; 6,7 % d’Iraq ; les autres viennent de Serbie, d’Érythrée, de Macédoine, du Pakistan et d’autres pays non identifiés. Voir : Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, Aktuelle Zahlen zu Asyl, mai 2015, p. 8, http://www.bamf.de/SharedDocs/Anlagen/DE/Downloads/Infothek/Statistik/Asyl/statistik-anlage-teil-4-aktuelle-zahlen-zuasyl.pdf?__blob=publicationFile [consulté le 23 janvier 2016].

2 Voir notamment : Claus Christian Malzahn, « Zentralrat der Juden warnt vor arabischem Antisemitismus », Die Welt, le 3 octobre 2015, http://www.welt.de/politik/deutschland/article147173550/Zentralrat-der-Juden-warnt-vor-arabischem-Antisemitismus.html ; « German officials. Muslim leaders must help fight anti-Semitism », Jewish Telegraphic Agency, le 28 octobre 2015, http://www.jta.org/2015/10/28/news-opinion/world/german-officials-muslim-leaders-must-help-fight-anti-semitism [consulté le 23 janvier 2016].

3 « Angela Merkel accepts German Reform movement’s top honor », le 3 décembre 2015, Jewish Telegraphic Agency, http://www.jta.org/2015/12/03/news-opinion/world/angela-merkel-accepts-german-reform-movements-top-honor [consulté le 23 janvier 2016].

4 « Report. Cologne-like New Year’s Eve attacks in 12 German states », Deutsche Welle, le 23 janvier 2016, http://www.dw.com/en/report-cologne-like-new-years-eve-attacks-in-12-german-states/a-18999994 ; « Lessons From the Cologne Assaults », New York Times, le 13 janvier 2016, http://www.nytimes.com/2016/01/14/opinion/lessonsfrom-the-cologne-assaults.html?_r=0 [consulté le 24 janvier 2016].

5 « Israeli envoy to Germany. Jews should come to Israel », Jewish Telegraphic Agency, le 22 janvier 2015, http://www.jta.org/2015/02/22/news-opinion/world/israeli-envoyto-germany-jews-should-come-to-israel-2 [consulté le 23 janvier 2016].

6 « Israels Botschafter beklagt “Welle des Antisemitismus” », Der Tagesspiegel, le 21 février 2015, http://www.tagesspiegel.de/politik/juden-in-europa-israels-botschafter-beklagt-welle-des-antisemitismus/11402638.html [consulté le 23 janvier 2016].

7 C. C. Malzahn, « Zentralrat der Juden… », art. cité.

8 Voir Atina Grossman, Jews, Germans and Allies. Close Encounters in Occupied Germany, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 3, 303.

9 « Karte der Landesverbände und jüdischen Gemeinden », Zentralrat der Juden in Deutschland, http://www.zentralratdjuden.de/de/topic/5.mitglieder.html [consulté le 23 janvier 2016].

10 Benjamin Weinthal, « Anti-Israel reporter loses case at German Press Council », The Jerusalem Post, le 16 janvier 2016, http://www.jpost.com/Diaspora/German-NGOprevails-in-dispute-against-anti-Israel-reporter-441713 [consulté le 23 janvier 2016].

11 Bundesministerium des Innern, Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, tableau 7-15 « Einbürgerungen nach ausgewählten Herkunftsstaaten von 2000 bis 2014 », dans Migrationsbericht des Bundesamtes für Migration und Flüchtlinge im Auftrag der Bundesregierung (Migrationsbericht 2014), 2015, http://www.bamf.de/SharedDocs/Anlagen/EN/Publikationen/Migrationsberichte/migrationsbericht-2014.pdf?__blob=publicationFile [consulté le 23 janvier 2016], p. 296.

12 « Jews in East Germany », Zentralrat der Juden in Deutschland, le 10 août 2005, http://www.zentralratdjuden.de/en/topic/134.jews-in-east-germany.html [consulté le 23 janvier 2016].

13 « Gemeinden », Zentralrat der Juden in Deutschland, http://www.zentralratdjuden.de/de/topic/59.gemeinden.html [consulté le 23 janvier 2016].

14 Rapport annuel ZWST : Mitgliederstatistik der jüdischen Gemeinden und Landesverbände, ZWST, 2015, http://zwst.org/cms/documents/178/de_DE/Mitgliederstatistik-2015-Auszug.pdf [consulté le 24 janvier 2016].

15 « Fire in immigrant home in Germany may be work of Neo-Nazis ADL provides background on Neo-Nazi skinheads in Germany », Anti-Defamation League, [s.d.], http://archive.adl.org/presrele/neosk_82/2645_82.html [consulté le 23 janvier 2016].

16 Toby Axelrod, « German parliament guarantees legality of ritual circumcision », Jewish Telegraphic Agency, le 12 décembre 2012, http://www.jta.org/2012/12/12/news-opinion/world/german-parliament-guarantees-legality-of-ritual-circumcision [consulté le 23 janvier 2016].

17 À l’heure actuelle, les communautés musulmanes ne disposent pas d’un contrat semblable, en partie car il n’existe pas d’organisation musulmane parapluie représentative (avec le statut de corporation publique) dont feraient partie toutes les congrégations/mosquées, ce qui rend impossible leur subventionnement par le gouvernement fédéral.

18 Eliezer Ben-Rafael, Olaf Glöckner et Yitzhak Sternberg, Jews and Jewish Education in Germany Today, Leyde, Brill, coll. « Jewish Identities in a Changing World », 2011, initialement publié comme Jews and Jewish Education in Germany Today, vol. 1, The LA Pincus Fund for Jewish Education in the Diaspora, étude réalisée sous l’égide de l’Université de Potsdam et The Potsdam Moses Mendelssohn Zentrum, Jérusalem, 2010.

19 Ibid.

20 Birthright Israel fut fondé en 1999 afin d’offrir un voyage en Israël aux jeunes Juifs du monde entier pour développer la solidarité avec Israël et entre Juifs de toutes nationalités.

21 BDS (mouvement de boycott, désinvestissement et sanction) est une campagne anti-Israël que des groupes de solidarité avec la Palestine ont lancé en 2005.

22 « Aliyah Hits Ten-Year High : Approximately 26,500 New Immigrants Arrived in Israel in 2014 », Jewish Agency for Israel, le 2 janvier 2015, http://www.jewishagency.org/blog/1/article/31301 [consulté le 23 janvier 2016].

23 Par exemple, dans un article paru dans le Zeit en mars 2015, l’auteur décrit une conversation avec des Israéliens à Berlin qui « s’accordent tous à dire que la plupart des arrivants sont de jeunes Israéliens éduqués. De gauche ou libéraux, ils critiquent l’État d’Israël et son discours sioniste ». Voir : Robert Pausch, « Die Stadt macht einen zum Juden », Zeit, le 24 mars 2015, http://www.zeit.de/politik/deutschland/2015-03/israelis-in-berlin [consulté le 24 janvier 2016].

24 Rapport de Sima Salzberg publié dans Eretz Acheret, cité d’après Tzvika Brot, « German passport popular in Israel », Y-net, le 31 mai 2011, http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4076384,00.html [consulté le 24 janvier 2016].

25 « Resist Anti-Semitism, hate speech, urges Merkel », Deutsche Welle, le 24 janvier 2016, http://www.dw.com/en/resist-anti-semitism-hate-speech-urges-merkel/a-19000912 [consulté le 24 janvier 2016].

26 Bundesministerium des Innern, Verfassungsschutzbericht, 2014, p. 209,https://www.verfassungsschutz.de/embed/vsbericht-2014.pdf [consulté le 24 janvier 2016].

27 Mitgliederstatistik der jüdischen Gemeinden und Landesverbände, op. cit.

28 Charlotte Kahn, Resurgence of Jewish Life in Germany, Connecticut, Praeger, 2004.

Auteur

Correspondante en Europe pour la Jewish Telegraphic Agency et dirige le Leo Baeck Summer University au Center for Jewish Studies Berlin-Brandenburg.

Lucie Robin (Traducteur)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search