Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 5. Paroles d'acteurs

Des liens difficiles entre le judaïsme et le monde de la recherche

Yeshaya Dalsace

Texte intégral

1Un colloque ayant pour sujet un regard sur les « judéités contemporaines » et dont est issu cet ouvrage ne pouvait éviter une question sur les rapports complexes du judaïsme avec le monde de la recherche qui ont une influence prépondérante sur la réalité juive contemporaine dans sa vaste pluralité. Le sociologue et l’historien doivent avoir conscience des lignes de tensions et des changements qui façonnent et transforment le monde juif actuel du fait même de l’influence de la recherche scientifique et universitaire.

Quel judaïsme et quelle recherche ?

2La recherche se divise en deux grandes branches qui toutes deux ont des incidences sur le judaïsme : les sciences exactes et les sciences humaines.

  • 1 Les courants les plus radicaux ont un problème avec Internet par crainte de la circulation des idée (...)
  • 2 Il y aurait une passionnante étude à faire sur la place de diverses approches de l’évolution dans l (...)

3Les sciences exactes ont une incidence directe sur notre vie pratique, et le judaïsme ne peut les ignorer. Il se confronte forcément aux découvertes technologiques et médicales qu’aucun courant du judaïsme ne rejette, même les plus fondamentalistes1. Le judaïsme a intégré ces découvertes et a dû répondre aux questions techniques qui ne manquent pas de se poser. Par exemple : Shabbat et l’électricité, l’industrie agroalimentaire et la cashrout, les questions multiples d’éthique médicale… Depuis la révolution scientifique amorcée au xixe siècle, une riche littérature halachique concernant les découvertes technologiques et scientifiques a été publiée, et de nouvelles questions émergent sans cesse, appelant de nouvelles réponses. Les grandes découvertes dans le domaine de la biologie (l’évolution) ou de l’astrophysique (l’âge du monde) viennent bouleverser la vision classique du monde véhiculée par le judaïsme et sont donc une source de réflexions et de changements pour le judaïsme moderniste ou au contraire de résistances idéologiques et de crispations pour le judaïsme orthodoxe2. On peut donc trouver dans les nombreux écrits juifs contemporains des traces massives de ces découvertes scientifiques, notamment dans le domaine de la Halakha, la loi juive religieuse.

4Les sciences exactes ont aussi bouleversé la sociologie juive, notamment par les progrès des moyens de communication et de déplacement. Les diverses communautés juives du monde communiquent entre elles, reçoivent des visiteurs et même surgissent là où on ne les attendait pas, comme en Extrême-Orient, par exemple, où de nombreux Juifs sont amenés à séjourner pour des raisons professionnelles. Le phénomène est très ancien, les idées et les personnes ont toujours circulé ; mais les conditions de cette communication intracommunautaire se sont développées au point de créer un tissu très étroit et une caisse de résonance rapide à travers tout le « village global juif ». Ceux qui ont le mieux appréhendé ce changement sont les Loubavitch, petit mouvement confidentiel dans l’immédiat après-guerre, qui, en quelques décennies, a tissé un vaste maillage de la planète afin de fournir des services religieux partout où des Juifs sont amenés à se trouver. Internet est en train de changer également beaucoup de choses, et les Juifs, tous courants et sensibilités confondus, l’utilisent largement pour diffuser le judaïsme. Grâce à Internet, le judaïsme n’a jamais été aussi facile d’accès. On y trouve des cours de tous les styles, des conférences, des textes et des bibliothèques rares, des renseignements pratiques, des produits de culte, de la nourriture casher… On peut aujourd’hui grandir en judaïsme, étudier, partager, rien que par Internet ! C’est un changement sociologique majeur, car tout Juif, où qu’il soit, peut se lier à la vaste communauté juive virtuelle. Mais, dans le même temps, les facilités de communication n’éliminent pas les différences de mentalité forgées par les différences géographiques, linguistiques et idéologiques qui divisent le monde juif contemporain.

  • 3 Pour prendre un exemple personnel : lorsque j’ai fait mon aliyah en Israël, au début des années 199 (...)

5Israël, enfin, est devenu beaucoup plus accessible du fait de l’amélioration des communications aériennes et des liens Internet faciles avec les médias israéliens. On peut vivre partout dans le monde et voir le journal télévisé en hébreu sur une tablette ou par télévision câblée, lire la presse, etc. On peut aller en Israël en vacances, y rendre visite à sa famille avec toujours plus de facilité… Cela aussi est un changement majeur pour l’identité juive et la culture juive par rapport à la situation qui prévalait encore jusqu’à la seconde guerre mondiale3.

  • 4 La position conservatrice de l’ex-grand rabbin de France, Gilles Bernheim, à l’occasion du débat su (...)

6Ces changements, dus aux grandes découvertes scientifiques et aux avancées technologiques, bouleversent en profondeur le mode de vie des Juifs de par le monde. Dans tous ces domaines, le monde juif est transformé par la recherche scientifique, avec des effets positifs ou négatifs selon les cas et les sensibilités. Par exemple, les progrès dans le domaine de la communication ou encore des déplacements sont bien vécus par quasiment tous les Juifs, mais certains ultra-orthodoxes voient les portables et Internet comme une menace sur leur mode de vie fermé sur eux-mêmes et cherchent donc à les censurer. Les progrès dans le domaine de la fécondation médicalement assistée ont été bien acceptés, y compris dans les milieux les plus conservateurs, mais ces mêmes techniques qui permettent la parenté homosexuelle soulèvent la réprobation de certains rabbins4 et bouleversent assurément la vision classique de la famille juive, ce qui ne va pas sans poser divers problèmes. Certaines découvertes scientifiques, darwinisme et astrophysique, par exemple, bouleversent la vision classique de l’homme et de l’histoire et obligent ceux qui en tiennent compte à réinventer un discours théologique, et ceux qui s’accrochent à la vision classique à rejeter ces découvertes et les censurer (par exemple, le mode d’éducation ultra-orthodoxe évite soigneusement d’enseigner ces sciences et barre toute possibilité à des études scientifiques supérieures). Mais ce type de recherche scientifique reste néanmoins d’une influence limitée sur le judaïsme en tant que système de pensée, et si de nombreux Juifs sont des participants actifs de la recherche en sciences exactes, le lien entre le judaïsme et l’objet de cette recherche est difficile à établir et n’a, à mon avis, qu’un rôle limité.

7Le deuxième domaine de la science, celui des sciences humaines, obéit à une tout autre dynamique, et son influence est énorme, non dans la vie quotidienne des Juifs, mais dans leur mode de pensée.

8La véritable révolution est aujourd’hui déjà ancienne, elle commence dans le courant du xixe siècle avec la Wissenschaftdes Judentums (Science du judaïsme) ou Hokhmat Israel en hébreu, fondée à Berlin en 1819, et qui avait pour objet de faire du judaïsme un sujet d’étude scientifique.

9Le mouvement de la Science du judaïsme est resté un mouvement élitiste et donc relativement confidentiel, n’intéressant qu’un nombre limité de chercheurs ou d’érudits. Mais les découvertes faites ont été vulgarisées, et leur influence sur les mentalités a été énorme.

  • 5 Il faut faire la différence entre les nombreuses personnes affiliées à une synagogue orthodoxe, don (...)
  • 6 Il faut ici bien faire la différence entre les orthodoxes modernes qui restent ouverts aux sciences (...)
  • 7 Le mouvement sioniste est né dans le sillage des nationalismes européens du xixe siècle et en réact (...)

10Les courants modernes du judaïsme – réformés, désignés en France comme libéraux, et massorti – en sont issus et ont dominé assez vite le monde juif (sauf en France), même si seuls 15 % environ des Juifs du monde se définissent comme orthodoxes5 et qu’une partie d’entre eux seulement sont en retrait de la mentalité moderne et se veulent imperméables à une recherche scientifique sur le judaïsme6. L’émergence des grands courants contemporains du judaïsme est donc la résultante directe de la recherche scientifique, imposant la nécessité de se définir par rapport à celle-ci. D’autre part, le mouvement sioniste séculier est également l’un des fruits du mouvement de la Wissenschaft sans lequel il n’aurait pas eu les instruments de sa réalisation et n’aurait pas même émergé comme idéologie7. L’État d’Israël n’aurait jamais été créé sans cela. L’influence de la recherche en sciences humaines sur les judaïsmes contemporains est donc gigantesque.

11Il faut préciser que ce monde de la recherche sur le judaïsme s’est considérablement développé depuis le xixe siècle. Il existe aujourd’hui plusieurs grands centres aux États-Unis et en Israël, moins en Europe après la Shoah, mais la recherche y subsiste également.

Les mondes juifs et la recherche

12Dans le monde d’avant la modernité, les seuls savants en matière juive étaient des rabbins. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, et de nombreux érudits en judaïsme ne sont pas pratiquants, ni même juifs, alors que des pans entiers du monde juif religieux ignorent totalement la recherche universitaire sur le judaïsme. On est donc arrivé à ce paradoxe extraordinaire : l’érudition juive contemporaine, liée aux diverses recherches universitaires dans le domaine du judaïsme, échappe à une partie des rabbins (du moins les plus orthodoxes, car les rabbins des courants modernistes ont tous une formation universitaire minimale en matières juives, et certains sont de grands chercheurs universitaires), et le monde de l’érudition juive classique, le monde de la yeshiva, est délibérément ignorant en matière de recherche scientifique juive. De ce fait, deux formes différentes d’érudition juive coexistent en se fréquentant peu.

13Cela amène à poser la question de la définition de ce qu’est l’érudition juive aujourd’hui. Un talmudiste doit-il se livrer à l’étude religieuse « classique » ou s’adonner à la recherche scientifique sur le Talmud ? Pourquoi s’est-il établi une barrière quasi étanche entre ces deux mondes des « études juives » : celui de la yeshiva et celui de la recherche ?

14Par exemple, le Congrès international des études juives, qui se tient régulièrement en Israël et qui réunit les grandes figures de la recherche contemporaine en matières juives, n’est fréquenté par quasiment aucune figure rabbinique orthodoxe. Les publications juives scientifiques sont ignorées par ces mêmes rabbins. Il existe une absence totale de livres de recherche sur le judaïsme dans les librairies et bibliothèques orthodoxes, et l’érudit orthodoxe qui voudrait y avoir accès doit chercher ailleurs et, de ce fait, franchir une ligne sociologique et idéologique bien marquée.

15En quoi la recherche bouleverse-t-elle le monde juif ? Les résistances orthodoxes à la recherche et, à l’inverse, l’engouement du judaïsme moderne pour celle-ci s’expliquent facilement par les bouleversements idéologiques, psychologiques et théologiques que la recherche implique obligatoirement.

16La question de l’historicité des divers récits bibliques ou talmudiques est fondamentale pour leur crédibilité ou non auprès de la plupart des gens. Or la recherche tend à relativiser cette historicité et la met même parfois totalement en cause, ce qui est un changement de paradigme très important pour le judaïsme contemporain.

17L’étude comparée des religions et des littératures met les écrits juifs dans une nouvelle perspective. Elle montre leur originalité, mais aussi les relativise et montre qu’ils ne sont pas imperméables à diverses influences. De même, la recherche va remettre les rites et les idées dans un contexte historique et sociologique, elle va les expliquer à la lumière des diverses connaissances que nous avons sur ces questions aujourd’hui.

18Grâce à la recherche, on sait que les textes ont une histoire. La recherche critique textuelle tend forcément à désacraliser les textes et relativise leur autorité. La recherche implique donc une relativisation des textes, des idées, des rites… donc de l’autorité religieuse elle-même, celle du texte comme celle des rabbins.

19C’est bien cette possibilité de relativisation que le monde orthodoxe rejette ou que, au contraire, les mouvements modernistes acceptent. C’est cette relativisation qui a permis à un judaïsme séculier d’émerger et au sionisme d’exister. La question devient dès lors : que fait le judaïsme des fruits de la recherche historique ? Les repousse-t-il (option de l’ultra-orthodoxie), les ignore-t-il (option de l’orthodoxie plus modérée), les intègre-t-il (option des courants modernistes, y compris l’orthodoxie moderne) ? L’intégration ou pas de l’existence de cette recherche influence le positionnement religieux de la plupart des Juifs contemporains.

Recherche et judaïsme en France

20La France est dans une situation particulière. D’un côté, c’est un des hauts lieux de la recherche universitaire et de l’esprit des Lumières, mais, de l’autre, une certaine vision de la laïcité empêche l’émergence d’une véritable dynamique universitaire de recherche dans le domaine du judaïsme, sauf à le réduire à un fait d’histoire et éventuellement à un champ de la philosophie. La structure universitaire française n’a que très peu les religions pour sujet d’étude, et aucun pôle universitaire n’est consacré au judaïsme en tant que tel, sachant que certaines écoles ou universités possèdent des départements dédiés aux « études juives », comme l’EPHE, créée en 1868, ou encore l’université Paris IV. Mais, bien souvent, les chercheurs qui travaillent sur des sujets juifs sont éparpillés dans divers départements (histoire, philosophie, linguistique, sociologie, etc.), dans divers centres de recherches (EHESS, CNRS, INALCO, EPHE…) ou dans certains départements universitaires (notamment à Aix-en-Provence). Les structures favorisant une véritable émulation existent, comme, par exemple, l’Institut Levinas, mais restent très imitées.

21On est loin, en France, de la dynamique universitaire des États-Unis qui possèdent plusieurs grands centres d’étude et de recherche entièrement consacrés au judaïsme (Jewish Theological Seminary, Yeshiva University, Hebrew College, University of Judaism…) et de nombreux départements consacrés aux études juives dans les diverses grandes universités (recherche talmudique à l’université Columbia, par exemple). La qualité et le nombre de publications sur les sujets juifs en langue anglaise sont remarquables. En France, la recherche sur le judaïsme reste relativement confidentielle et est consacrée surtout à des domaines historiques et sociologiques (domaines dans lesquels l’université française tient une place honorable). Mais la recherche sur les grands textes eux-mêmes (Bible, Talmud, littérature rabbinique) est quasi inexistante, il n’y a ni postes ni budget.

22Du fait d’un judaïsme moderniste dominant, les rabbins américains sont quasiment tous des universitaires, parfois même de grands chercheurs, ce qui est loin d’être le cas en France où l’on peut aujourd’hui, contrairement au passé, sortir du Séminaire israélite de France non seulement sans diplôme universitaire, mais sans s’être penché sérieusement sur la recherche universitaire juive et même en l’ignorant parfaitement.

  • 8 Georges Vajda (1908-1981) s’est formé au Séminaire rabbinique néologue de Budapest et a enseigné en (...)
  • 9 Charles Mopsik (1956-2003), philosophe et philologue, a renouvelé les études portant sur la mystiqu (...)
  • 10 Le rabbin Charles Touati (1925-2003) a été directeur d’études à l’EHESS où il a occupé la chaire de (...)

23Les conditions de la recherche en judaïsme sont donc particulièrement peu favorables. Il y eut néanmoins certaines figures importantes dans le domaine des textes, comme Georges Vajda8, Charles Mopsik9 ou encore le rabbin Charles Touati (élève de Georges Vajda)10. Il faut signaler également le rôle positif de la Fondation du judaïsme français, créée en 1974, dans son soutien à certains projets de recherche.

  • 11 On peut cependant citer les ouvrages : Frank Alvarez-Pereyre et Jean Baumgarten (dir.), Les Études (...)

24Il existe des publications, des revues d’histoire juive (la France a d’excellents chercheurs dans ce domaine), la prestigieuse Revue des études juives (dont Georges Vajda fut longtemps le directeur), qui émane de la toujours active Société des études juives, ou encore la revue de pensée juive plus grand public Pardès. Un certain nombre d’ouvrages sont publiés, mais la plupart sont des traductions de l’hébreu et de l’anglais, rares sont ceux qui émanent de la recherche française11.

25La dynamique française existe, mais elle reste faible, si on la compare à celle du monde anglo-saxon, même en proportion de la population juive de France.

  • 12 Encore faut-il rappeler les personnes comme Salomon Munk, Sylvain Lévi, Georges Vajda, Charles Toua (...)

26Cette relative pauvreté de la recherche française, en particulier dans le domaine de l’étude scientifique des textes, liée à un rabbinat devenu peu sensible à la recherche universitaire, a, me semble-t-il, une influence négative sur le niveau intellectuel des structures communautaires12. Cela se traduit par la rareté des conférences critiques, des débats et symposiums dans les cadres communautaires et par leur relative confidentialité lorsqu’ils ont lieu. Cela transparaît sur le niveau de l’enseignement du judaïsme dans les écoles juives et la médiocre formation des enseignants de matières juives. Le Centre communautaire de Paris fait exception à ce titre et cherche à créer une dynamique de bon niveau s’adressant au grand public. Du côté des médias communautaires (journaux, radios juives), le monde de la recherche n’a pas vraiment de place. Le site Akadem, créé en 2006 et fonctionnant sous l’égide du Fonds social juif unifié, en relayant plusieurs colloques et en ouvrant largement ses portes à des courants modernes du judaïsme, tend à inverser cette tendance.

27L’impression générale est que le judaïsme français est dans une situation paradoxale. D’un côté, il semble assez ghettoïsé intellectuellement, de l’autre, il est l’héritier d’une ouverture intellectuelle bien française. Il existerait alors une coupure entre un judaïsme tournant le dos à la recherche et un judaïsme plus ouvert et curieux qui, du coup, ne peut que prendre certaines distances avec le secteur le plus fermé. On a là une situation assez différente de celle du judaïsme anglo-saxon.

28Les interactions entre la recherche scientifique – qu’il s’agisse des sciences exactes comme des sciences humaines – et le judaïsme ont été très importantes pour l’émergence des courants religieux modernes et d’un champ pluriel des études juives. Le judaïsme contemporain, dans sa diversité et son dynamisme, ne serait pas le même sans l’influence de la recherche scientifique. Même s’il est en retard, le judaïsme français ne saurait échapper au phénomène et se trouve transformé à son tour.

Notes

1 Les courants les plus radicaux ont un problème avec Internet par crainte de la circulation des idées ou de la pornographie, et donc de la corruption possible de leur jeunesse, mais non par refus de la technologie.

2 Il y aurait une passionnante étude à faire sur la place de diverses approches de l’évolution dans l’enseignement des diverses écoles juives en France et de par le monde.

3 Pour prendre un exemple personnel : lorsque j’ai fait mon aliyah en Israël, au début des années 1990, les communications avec mes parents en France étaient épisodiques du fait de la lenteur du courrier et du coût du téléphone. Aujourd’hui, ma fille qui fait ses études au Technion de Haïfa nous téléphone sans cesse de son portable. Le lien familial et la distance psychologique sont donc différents dans les deux cas et, de fait, l’expérience de l’aliyah également.

4 La position conservatrice de l’ex-grand rabbin de France, Gilles Bernheim, à l’occasion du débat sur « le mariage pour tous » est un exemple. Il affirme que « les arguments invoqués d’égalité, d’amour, de protection ou de droit à l’enfant se démontent et ne peuvent, à eux seuls, justifier une loi ». Voir Gilles Bernheim, Mariage homosexuel, homoparentalité, adoption. Ce que l’on oublie souvent de dire, [s.l.], 2012, https://fr.scribd.com/document/110325519/Mariage-homosexuel-homoparentalite-et-adoption-Ce-que-l-on-oublie-souvent-de-dire-Essai-de-Gilles-Bernheim-Grand-Rabbin-de-France [consulté le 28 janvier 2017].

5 Il faut faire la différence entre les nombreuses personnes affiliées à une synagogue orthodoxe, dont beaucoup ne sont que traditionalistes, et les orthodoxes de conviction. On peut ajouter à cette précision la différence entre un orthodoxe de pratique mais totalement ouvert sur le monde et un orthodoxe idéologique qui cherche à se protéger du monde extérieur… En France, par exemple, l’immense majorité des Juifs fréquente un judaïsme orthodoxe – celui du Consistoire –, mais très peu se définissent comme véritablement orthodoxes. Voir les travaux de Sergio Della Pergola, grand spécialiste de la démographie juive mondiale, et, en ce qui concerne la France, les travaux du regretté Erik Cohen.

6 Il faut ici bien faire la différence entre les orthodoxes modernes qui restent ouverts aux sciences humaines et les ultra-orthodoxes qui s’en tiennent le plus éloignés possible.

7 Le mouvement sioniste est né dans le sillage des nationalismes européens du xixe siècle et en réaction aux violentes manifestations d’antisémitisme. Le mouvement sioniste est l’affirmation de la possibilité d’une autonomie politique moderne pour les Juifs vus comme peuple en rupture avec l’ordre social et religieux du monde d’avant les Lumières. Sans un travail en profondeur des idées de la Wissenschaftsur l’élite juive et leur pénétration minimale dans une grande partie de la jeunesse de l’époque, le mouvement sioniste n’aurait pu émerger et encore moins acquérir les instruments modernes de sa réalisation et de son succès.

8 Georges Vajda (1908-1981) s’est formé au Séminaire rabbinique néologue de Budapest et a enseigné en France à l’École rabbinique et la philosophie juive médiévale à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

9 Charles Mopsik (1956-2003), philosophe et philologue, a renouvelé les études portant sur la mystique juive.

10 Le rabbin Charles Touati (1925-2003) a été directeur d’études à l’EHESS où il a occupé la chaire de judaïsme talmudique et rabbinique de 1972 à 1994 à la suite de Georges Vajda.

11 On peut cependant citer les ouvrages : Frank Alvarez-Pereyre et Jean Baumgarten (dir.), Les Études juives en France. Situation et perspectives, Paris, CNRS éditions, 1990 ; Jean Baumgarten, Rachel Ertel, Itzhok Niborski et Annette Wieviorka (dir.), Mille ans de cultures ashkénazes, Paris, Liana Levi, 1994 ; Patrick Cabanel et Chantal Bordes-Benayoun (dir.), Un modèle d’intégration. Juifs et israélites en France et en Europe (xixe-xxe siècles), Paris, Berg International, 2004.

12 Encore faut-il rappeler les personnes comme Salomon Munk, Sylvain Lévi, Georges Vajda, Charles Touati, Simon Schwarzfuchs et quelques autres qui ont, du fait de leurs trajectoires, œuvré objectivement au rapprochement des structures communautaires et du monde de la recherche scientifique.

Auteur

Rabbin, journaliste, comédien et metteur en scène franco-israélien. Après des études de droit à Paris, puis de théâtre au Théâtre national de Chaillot avec Antoine Vitez, il fait son aliyah en 1990. Il est créateur et rédacteur du site francophone massorti.com et collaborateur régulier du site Akadem ainsi que conférencier pour différentes organisations communautaires.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search