Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 5. Paroles d'acteurs

Jewpop ou de nouvelles formes d’appropriation du judaïsme

Alain Granat

Texte intégral

1C’est à travers l’expérience du site Internet Jewpop, webmagazine que j’ai fondé en 2011 et qui touche aujourd’hui (selon Google Analytics) une cible de plus de cent vingt mille lecteurs mensuels, dont 70 % de moins de quarante ans, que je vais présenter ces « nouvelles formes d’appropriation du judaïsme », développées par des individus et des groupes situés en marge du mainstream communautaire.

2En préambule, je souhaiterais souligner que, s’il est certes de moins en moins simple d’être juif en France aujourd’hui, ces « nouvelles formes d’appropriation du judaïsme », ou plutôt des judaïsmes, s’inscrivent explicitement dans un esprit d’ouverture et de légèreté : celui de rire de nous, de nous prendre un peu moins au sérieux et d’arrêter de « pleurnicher ». C’est ce qu’a notamment accompli la littérature nord-américaine depuis des années, de façon tout à fait décomplexée, à l’instar d’une certaine presse juive américaine.

3Dov Maimon, rabbin et directeur de recherche au Jewish People Policy Institute, un institut d’études stratégiques basé à Jérusalem1, compare le judaïsme français à une sclérose : un judaïsme qui a tendance à se réduire au culte, à la mémoire de la Shoah, au combat contre l’antisémitisme et au soutien à Israël. Son constat semble corroboré par ce qui s’exprime sur le site Jewpop et sur les réseaux sociaux : de très nombreux jeunes se désengagent des structures traditionnelles, notamment parce qu’ils ne se reconnaissent pas ou plus dans les institutions qui sont censées les représenter, encore moins dans certains médias communautaires.

4Je propose donc d’analyser ici combien ces nouvelles formes, via l’expérience du site français Jewpop, s’expriment d’abord sur le mode de la différence juive, souvent teintée d’humour et de dérision, et non sur le mode du « tout le monde nous déteste » qui semble aujourd’hui prévaloir parfois au sein des instances de la communauté juive organisée.

Un parcours personnel

5Tout d’abord, un bref retour sur le monde dont je suis issu et sur mon parcours précédant l’aventure Jewpop s’impose. Pour les Juifs tunisiens, le nom de Grana, qui désigne usuellement les Juifs livournais expulsés d’Espagne par l’Inquisition et ayant ensuite émigré à Tunis, peut paraître familier. Mais, au risque de les décevoir, je précise que mes deux parents sont ashkénazes, originaires de Pologne. Mon père est arrivé en France en 1947, rescapé des camps ; quant à ma mère, elle était âgée de moins d’un an lorsqu’elle a débarqué à Paris en 1929, et a traversé la guerre comme enfant cachée dans le Limousin.

6Malgré ces tragédies, l’humour a toujours fait partie intégrante de mon univers familial, un univers religieusement traditionaliste et foncièrement attaché à Israël (l’un de mes frères a fait son aliyah, il y a près de quarante ans), et c’est aussi en hommage à mes parents que j’ai choisi comme logo pour Jewpop les deux célèbres comiques yiddish Dzigan et Shumacher, déjà célèbres avant-guerre en Pologne, puis en Israël, où ils furent les premiers artistes à produire un show télévisé humoristique intégralement en yiddish, dans les années 1970. Leurs disques vinyles vingt-cinq centimètres, que mon père achetait à la librairie du Progrès, rue des Écouffes, dans le Pletzl, sont un peu ma « madeleine de Proust ». Et l’un des deux comiques étant chauve, comme moi, cela tombait pile-poil, sans faire de mauvais jeu de mots… On reproche souvent à Jewpop son humour que l’on qualifie parfois de mauvais goût, souvent d’iconoclaste. Je voudrais simplement relater une anecdote qui résume parfaitement mon héritage familial : mon père était un jour en cure avec ma mère à Quiberon. Ils se promenaient sur le bord de mer lorsqu’ils croisèrent un couple de leur âge. L’homme s’adressa à mon père en français, et mon père, identifiant immédiatement son accent allemand, lui répondit dans un allemand impeccable. L’homme lui demanda alors : « Où avez-vous appris un allemand aussi parfait ? » Mon père lui répondit, sous le regard effaré de ma mère : « Dans la meilleure université du monde, Auschwitz ». C’est de là, probablement, que vient le mauvais esprit qui anime Jewpop, que j’ai sans doute hérité de mon père. J’ajouterai qu’il est, à quatre-vingt-neuf ans, l’un de mes plus fidèles et attentifs lecteurs.

7D’un point de vue professionnel, j’ai exercé la profession de producteur de disques, en particulier dans le monde du jazz, avec parfois quelques incursions du côté des humoristes. Parmi mes titres de gloire dans ce domaine, ironie du sort, je traîne une jolie casserole : j’ai produit en 1995 l’unique disque enregistré par… Dieudonné ; c’était avant sa dérive, dois-je le préciser.

8Voilà pour le contexte précédant la création de Jewpop. J’ajouterai une passion pour le journalisme et l’écriture, qui m’a amené à imaginer ce projet.

Vers la création du site, l’équipe et la ligne éditoriale

9À la fin 2009, j’ai donc créé un blog, qui comportait déjà la baseline du site « qui voit des Juifs partout » ! J’y abordais de façon décalée les cultures juives, comme cela avait pu se faire aux États-Unis, en particulier au travers du magazine new-yorkais Heeb, qui a été ma principale source d’inspiration. Je me suis lancé dans cette aventure parce que je ne trouvais rien qui correspondît à ce que j’avais envie de lire en français en matière de presse juive ou sur Internet, et rien, surtout, qui s’adressât aux jeunes. J’ai donc essayé de proposer autre chose et d’aborder, à travers la culture d’abord et avec un ton nouveau, des questions sociétales, en particulier consacrées aux jeunes générations.

10Durant un peu plus d’un an, j’ai travaillé seul dans ma chambre, usant de multiples pseudonymes pour faire croire à l’existence d’une équipe. Au bout d’un an, j’ai pu constater, grâce aux outils statistiques permettant de mesurer les audiences d’un site, comme Google Analytics, qu’une dizaine de milliers de lecteurs me lisaient chaque mois, ce qui me semblait alors considérable pour ma petite entreprise subversive. J’ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure en octobre 2011, deux ans après la création du blog, très symboliquement au moment des fêtes de Rosh Hashana. J’étais motivé à la fois par l’envie de toucher un public plus large et par des propositions de collaboration venant de journalistes professionnels ou en herbe.

11Au même moment, j’ai eu la chance de recevoir deux subventions qui m’ont permis de développer Jewpop. La première de la Fondation du judaïsme français, et la seconde d’Erza Venture, une fondation regroupant de jeunes entrepreneurs juifs qui, outre leurs dotations financières et subventions, prodiguent leurs conseils aux projets qu’ils sélectionnent via des « mentors ». Ces financements m’ont permis de faire appel à une agence Web pour réaliser le site, qui existe donc maintenant depuis plus de trois ans et est alimenté régulièrement par une équipe d’une douzaine de chroniqueurs, ceux que j’appelle affectueusement ma « petite conspiration » et qui, pour la plupart, ne viennent pas du monde de la presse, à l’exception de trois d’entre eux qui vivent en Israël, entre Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa.

12L’une de mes grandes fiertés, à travers Jewpop, est d’avoir révélé de vrais talents, des « plumes », dont certains articles ont atteint des scores dépassant parfois ceux de médias généralistes comme Le Monde, Le Figaro ou Libération. Certains chroniqueurs sont tout juste sortis de l’université, d’autres sont étudiants, avocats, philosophes, auteurs, agents de sécurité, architectes… La plupart ont moins de quarante ans. Ils sont issus de milieux extrêmement divers, communautaires ou non, religieux ou laïques, ashkénazes et séfarades, quelques-uns sont non juifs, et tous sont pétris de culture juive, au sens le plus large possible du terme, allant de la Kabbale au hip-hop, de la poésie yiddish à la gastronomie juive, du Guide des égarés à l’univers des comics. Parmi les contributeurs occasionnels du site, on trouve aussi des intellectuels reconnus, enseignants, chercheurs : se voir sollicité pour des publications par des personnalités comme Gérard Rabinovitch, Tobie Nathan, ou adoubé par des journalistes que je lis régulièrement, comme Samuel Blumenfeld ou Joseph Macé-Scaron, voilà pour moi la plus belle des récompenses. Depuis le lancement de Jewpop, quelques jeunes journalistes ont aussi, grâce à leurs chroniques et articles publiés sur le site, été sollicités pour écrire dans des magazines aussi divers que Les Inrocks, Biba, Le Monde des livres.

13Si l’humour reste la colonne vertébrale du site et a bien sûr contribué à son succès, il me semble que c’est la première fois, dans un média juif, que de jeunes auteurs usent d’un humour que je qualifierai d’« ashképharade », jouant à la fois des clichés du film La Vérité si je mens, sur le mode outrancier « champions du monde », tout en s’appropriant les subtilités de l’humour juif new-yorkais, sur des sujets propres à l’univers des Juifs français.

14Cette spécificité, cette adaptation au langage et à l’univers des jeunes Juifs français d’aujourd’hui, est l’un des éléments essentiels du site, et m’a permis très vite d’organiser des rendez-vous éditoriaux autour de ces signatures. La plus emblématique, qui écrit sous le pseudonyme The SefWoman, narre ainsi, chaque semaine, les aventures d’une jeune mère divorcée qui assume un certain décalage avec le milieu traditionaliste dont elle est issue. Son auteure, sortie de l’anonymat depuis la publication de ses chroniques aux Éditions Jungle, en janvier 2015, sous le titre Je suis juive mais je me soigne, est une journaliste de trente-huit ans, Virginie Guedj-Bellaïche, issue d’un milieu traditionaliste séfarade, qui a fait ses études secondaires en école juive puis a travaillé au sein de plusieurs médias communautaires, présentant les journaux d’informations sur Radio Shalom, écrivant pour Actualités juives, entre autres, avant de collaborer avec des médias généralistes.

15Ses chroniques sont parmi les plus lues du site et déchaînent les passions des internautes parce que, derrière le ton un peu désinvolte du récit de vie intime, et avec un humour ravageur, elles mettent le doigt sur des questions sociétales plutôt épineuses : comment résister à la tentation de fêter Noël ? Comment être juif et homosexuel ? Est-on d’abord Juif ou d’abord Français ? Pourquoi le rabbinat ne considère-t-il pas comme Juifs ceux qui l’auraient été par les nazis ? Pourquoi voir de l’antisémitisme partout ? Pourquoi la séfarade veut-elle absolument épouser un ashkénaze ? Sur tous ces sujets, les esprits s’enflamment et les réactions pleuvent, dans un sens ou dans l’autre, provoquant des débats et des réactions parfois totalement disproportionnées.

16La ligne éditoriale de Jewpop repose donc sur des articles souvent mordants, qui interrogent avec un humour insolent le rapport des Juifs français à leur identité. Une journaliste a parlé à propos du site de « poil à gratter de la communauté », une communauté qui se révèle ainsi profondément multiforme, débordant de loin ses institutions dites représentatives. Les sujets culturels, politiques et sociétaux y sont traités avec un esprit farouchement indépendant, ce qui nous vaut des inimitiés de tous bords, même si le site est fréquemment affublé du qualificatif de « bobo gauchiste » par certains de ses détracteurs, ce que je récuse totalement. « Bobo » peut-être, gauchiste certainement pas. Nous « tapons » sur tout le monde, des aficionados du Bétar, groupuscule politique marqué à droite, aux caciques de l’UEJF, la plupart proches du parti socialiste, des Loubavitch orthodoxes aux Juifs libéraux, ce qui nous a même valu des menaces de procès et des demandes de droit de réponse, sans parler des messages d’insultes que nous recevons régulièrement, rançon de notre petite notoriété.

17Mais, paradoxalement, ce n’est pas l’humour qui nous a fait connaître des médias et du public non juif. La recette du succès est finalement assez simple : proposer des contenus exclusifs, d’une belle qualité éditoriale et, si possible, cerise sur le gâteau, quelques scoops.

18Le premier des scoops qui nous a permis d’être cité par l’AFP, puis par l’ensemble de la presse française et plusieurs médias internationaux, était un article publié le 14 octobre 2012 et relatif à l’antisémitisme de certains jeunes sur le réseau Twitter ; j’avais alors qualifié ces jeunes de « génération Dieudonné ». Cela n’avait rien de drôle. J’ai observé ce phénomène durant plusieurs mois, et il a atteint son apogée lors de ce week-end du 13 octobre 2012 avec le mot-clé « un bon Juif », ce qui a conduit l’UEJF, également en veille sur ce phénomène, à entamer une procédure judiciaire contre Twitter. Cet article a été lu par plus de cinquante mille personnes en quelques jours, et a mené vers le site un certain nombre de lecteurs non juifs qui, visiblement, lui sont restés fidèles, si l’on en juge par les messages que nous recevons régulièrement de leur part.

19Le second article, également cité par l’AFP, et qui nous a fait connaître encore plus largement, est loin d’être drôle lui aussi. C’est l’article le plus lu sur le site depuis deux ans, avec plus de quatre-vingt mille vues. Il propose une série de photos bouleversantes, en couleurs, réalisées par l’un des photographes favoris de Hitler, Hugo Jaeger, dans le ghetto de Kutno en Pologne, entre la fin 1939 et le début de l’année 1940.

20Je ne cacherai pas que la rubrique « charme » du site est également très consultée, mais elle ne comporte (à ce jour) que quarante parutions, face à plus de mille deux cents articles publiés depuis quatre ans. Ce qui n’empêche pas la réputation de « Playboy juif » de nous coller à la peau.

Jewpop et les institutions juives

21Le rapport de Jewpop avec les institutions juives est ambigu. Considéré parfois comme un genre de Canard enchaîné de la communauté juive, le site est à la fois l’objet de critiques, mais aussi courtisé pour son audience et sa supposée influence, en particulier au moment des quelques élections qui touchent la communauté (élection du Consistoire, élection du grand rabbin de France, élection législative pour la 8e circonscription des Français de l’étranger…), où nous sommes sollicités pour relayer les paroles des uns et des autres. Ce que nous nous refusons de faire – ce n’est pas notre rôle – sinon sur un mode humoristique, par exemple en « détournant » des clips officiels de campagne.

22Par ailleurs, la publication d’articles polémiques sur des sujets tels que le « guèt » (acte de divorce), mettant en cause la politique du Consistoire sur la question du divorce religieux, ou encore des tribunes virulentes (mais toujours teintées d’humour) sur l’aliyah des Juifs de France ou sur certaines actions du président du CRIF sont diversement appréciées par ces institutions. Un personnage éminent de la communauté, souvent brocardé sur le site et sur nos réseaux sociaux, nous a un jour avoué être parfois furieux du « traitement » que nous lui infligions, mais le plus souvent ravi, un peu comme s’il avait, selon ses propos, « sa marionnette dans l’émission de télévision Les Guignols de l’info ».

23Pour la plupart des grandes institutions juives (CRIF, FSJU, Consistoire, Fondation pour la mémoire de la Shoah…), Jewpop reste une sorte de mystère, regardé avec amusement et parfois intérêt pour son audience auprès des jeunes… Un genre d’Ovni, capable de fédérer virtuellement une partie des jeunes Juifs de France, dont certains sont certes actifs au sein de ces institutions ou d’associations, mais dont un grand nombre reste en marge de toute structure communautaire.

24Les nouvelles initiatives dédiées à la jeunesse juive française sont rares. Les associations Jewsalsa et Nevatim sont à ma connaissance les deux seules très actives à Paris, l’une côté culturel, l’autre dédiée aux jeunes entrepreneurs juifs, et qui parviennent toutes deux à regrouper plusieurs centaines de membres (on doit désormais compter aussi avec la récente création à Paris d’une « Moishe House »). Ces initiatives, qui peinent à exister financièrement faute de subventions pérennes, se tournent parfois vers des modèles de financement participatif, et leurs créateurs font part de la difficulté à trouver leur place au sein des institutions traditionnelles, pour qui la jeunesse « en marge » ne semble pas constituer – d’un point de vue investissement financier – une priorité absolue, au regard des besoins liés aux personnes en difficultés sociales et à l’éducation.

25C’est un constat, un regret, mais c’est peut-être aussi le lot de tout mouvement alternatif, qui ne doit son existence qu’aux moyens apportés par ses créateurs et doit rester hors de toute structure officielle, parfois sous peine de « récupération ».

26Jewpop n’a pas encore trouvé son modèle économique – peut-être n’existe-t-il pas – et poursuit son activité tant qu’il me reste les moyens de le financer. Mais, avec ce projet, j’ai le sentiment d’apporter un véritable outil de communication, j’irai jusqu’à dire de propagande, à une communauté émergente qui véhicule une vraie problématique : comment bien vivre son judaïsme quand on est un jeune Juif en France aujourd’hui ? La réponse est complexe, mais ce qui est certain, c’est que cette communauté alternative et diverse se passe aujourd’hui des institutions pour tenter d’y répondre.

Notes

1 Voir : http://jppi.org.il/ [consulté le 31 janvier 2017].

Auteur

Directeur de la publication Jewpop sur Internet (www.jewpop.com).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search