Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 4. Judéité à l'épreuve des arts

Juif, tu me manques !

La culture polonaise contemporaine face aux relations entre Juifs et non-Juifs dans la Pologne de l’après-guerre

Ewelina Chwiejda

Texte intégral

1La question des judéités contemporaines et de l’évolution du judaïsme européen aujourd’hui est un débat pertinent et nécessaire, mais il est important de le mener toujours en rapport avec le contexte culturel et géo-historique, qui change souvent considérablement d’un pays à l’autre. Ainsi, l’objet de notre contribution est la Pologne, et plus précisément la culture polonaise contemporaine qui, après des décennies de silence et de refoulement, réalise une grande avancée vers la clarification et la compréhension de l’histoire commune des Juifs et des non-Juifs dans la Pologne de l’après-guerre. Le but de ce texte est de présenter quelques exemples de grands projets socio-artistiques abordant cette question particulière et toujours très délicate pour la société polonaise. Leur contribution au débat public polonais quant aux relations entre la Pologne et Israël ainsi que la réception et la réponse du public polonais en tant que destinataire principal desdites initiatives seront également l’objet de notre analyse.

2Avant de passer à la présentation des œuvres et de leurs objectifs, il est nécessaire de dessiner brièvement le contexte de la situation actuelle de la communauté juive en Pologne, ainsi que l’état du débat historique et l’ambiance autour du passé commun des deux peuples.

3L’histoire des relations entre les Juifs et les non-Juifs en Pologne est assez singulière et très complexe, mais il semble que, malgré ses côtés clairs et obscurs, il existe toujours un lien très fort qui les unit, ce que Daniel Tollet affirme dans la préface de son livre Être Juif en Pologne :

  • 1 Daniel Tollet, « Avant-propos », dans Être Juif en Pologne. Mille ans d’histoire. Du Moyen Âge à 19 (...)

Parce que, pendant mille ans, les Juifs ont voulu et pu s’intégrer à la Pologne, leur histoire est indissociable de l’histoire du pays. Parce qu’ils ont été extrêmement nombreux à s’installer en Pologne, l’histoire du pays est indissociable de la leur.1

  • 2 Anna Bikont, Le Crime et le Silence, Jedwabne 1941, la mémoire dun pogrom dans la Pologne daujour (...)
  • 3 Marc Hillel, Le Massacre des survivants en Pologne 1945-1947, Paris, Plon, 1985 ; Jan Tomasz Gross,(...)

4Bien évidemment, les événements de la seconde guerre mondiale et de la période communiste ont représenté la plus grande épreuve pour les relations entre ces deux communautés, et leurs conséquences restent visibles même aujourd’hui, tant dans le domaine de la politique internationale qu’au niveau du dialogue et de l’échange social. Nous pouvons voir la cause de cette situation notamment dans les flambées de haine et de violence contre les Juifs qui ont eu lieu en Pologne et qui ont gagné en ampleur à l’époque. Parmi les plus connues et macabres d’entre elles, peuvent être mentionnés les pogroms de Jedwabne (1941)2 et de Kielce (1946)3, jugés comme les actions les plus honteuses dans lesquelles les Polonais sont devenus les cobourreaux de Juifs à côté des nazis. Le fait que, pendant très longtemps, ces pogroms n’ont pas été reconnus par la majorité de la société polonaise – qui tend souvent à se placer en position de victime, mais plus rarement dans la position d’un des exécuteurs de la Shoah – a beaucoup contribué à l’émergence de tensions entre les Juifs et les non-Juifs.

5En ce qui concerne les relations internationales entre la Pologne et Israël, où ont immigré de nombreux Juifs polonais après la guerre et durant la période communiste, on a pu observer, au cours des dernières décennies, des tentatives d’amélioration de ces relations au travers de quelques gestes politiques marquants. Ces initiatives venant des hautes autorités polonaises et israéliennes ont facilité la normalisation de la situation entre les deux pays et permis le rétablissement des relations diplomatiques en 1990. Néanmoins, pendant de longues années, l’ambiance de cette nouvelle collaboration est restée loin de l’entente cordiale, notamment à cause de l’ombre des événements précédemment mentionnés, inassumés par les Polonais. Il aura fallu attendre le nouveau millénaire pour que la Pologne et Israël retrouvent la voie d’un dialogue de plus en plus ouvert et constructif.

6Malgré toutes les difficultés à apporter un regard critique et honnête sur les événements traumatisants du xxe siècle, cette page noire de l’histoire des Juifs polonais n’est plus un tabou dans la Pologne d’aujourd’hui. Depuis quelques années, on commence à en parler, et ce, en grande partie grâce aux projets socio-artistiques d’artistes contemporains qui n’ont plus peur d’aborder ces questions sensibles d’une grande importance historique. Il s’agit de projets ouvertement philosémites et invitant à la réconciliation entre Juifs et Polonais.

Exprimer sa peine et se réconcilier avec le passé

7Le premier d’entre eux est l’initiative d’un artiste-performeur polonais, Rafał Betlejewski, qui, en 2004, a entrepris une action artistique intitulée Juif, tu me manques ! (Tęsknię za Tobą, Żydzie). Le projet a rapidement évolué en une sorte de campagne nationale. L’idée principale a été de faire revivre le souvenir de la communauté juive, jadis très présente en Pologne, qui a laissé ses traces un peu partout et qui occupe encore une place importante dans la mémoire individuelle et collective des Polonais. L’initiative a consisté notamment en l’invitation aux Polonais à se prendre en photo dans les lieux autrefois associés aux Juifs ou à avouer leur sentiment de manque devant la caméra. Le « rituel » était toujours le même : des individus ou des groupes se rassemblaient autour d’une chaise vide avec une kippa au milieu – symbole de l’absence des Juifs – qui, dans ce contexte, était censée représenter une invitation, une volonté d’en faire de nouveau des membres du paysage culturel polonais. Ainsi rassemblés, les participants du projet prononçaient voire criaient la déclaration : « Juif, tu me manques ! »

8Ce qui est pertinent dans l’œuvre de Betlejewski, c’est sa tentative de normalisation du mot « Juif » (Żyd) qui, dans la Pologne contemporaine, est toujours chargé de nombreuses connotations négatives et de vieux stéréotypes, et qui n’apparaît sur les murs, dans les espaces publics des villes polonaises, que dans un contexte négatif, comme synonyme d’insulte. L’artiste a souvent commenté son projet en disant :

  • 4 Rafał Betlejewski, « Tęsknię za tobą, Żydzie » [Juif, tu me manques !], http://tesknie.com/index.ph (...)

Je veux récupérer le mot « Juif », l’arracher des mains des antisémites, qui dans ce pays sont les seuls à l’utiliser. Mon but est de construire une plateforme, qui servira à exprimer des émotions positives à l’égard des Juifs.4

9Ainsi, le slogan Juif, tu me manques ! a vite commencé à apparaître sur les murs des villes et villages comme une sorte de réponse, de remplacement des slogans antisémites. Ensuite, l’artiste, en constatant la popularité croissante de son projet, a créé un site Internet où chacun peut partager ses souvenirs de la communauté juive en Pologne, de ses amis et de ses voisins qui ne sont plus là, morts ou expatriés, et qui lui manquent. Ce site est devenu un véritable forum d’échange entre les Polonais voulant reconstruire l’image de l’ancienne cohabitation avec les Juifs dans leurs régions natales. Parallèlement, il a offert un espace pour les déclarations les plus intimes et les plus émotionnelles des gens évoquant leur enfance ou leur jeunesse, où la présence des Juifs était une évidence, ce qui montre que le projet a bien répondu à une demande sociale émergente en Pologne au cours des dernières années.

10Cette action, au début très étonnante, voire choquante à cause de l’exotisme étrange de son titre-slogan, a pris avec le temps un essor impressionnant, surtout parmi les jeunes Polonais, qui se sont engagés dans l’organisation de grands happenings, où des dizaines ou des centaines de personnes se rassemblaient pour crier à voix haute, devant la caméra de Betlejewski : « Juif, tu me manques ! » Ainsi, la campagne philosémite de l’artiste a réussi à redonner à ce mot mythifié un peu de chaleur et a beaucoup contribué à la normalisation de l’image publique de la communauté juive visée par Betlejewski.

11La deuxième initiative du performeur polonais, toujours à la lisière de l’art et de la politique, est La grange en feu (Płonie stodoła), un happening réalisé le 11 juillet 2010, le lendemain du 69e anniversaire du pogrom de Jedwabne. Dans ce projet, plus controversé encore que le précédent, l’artiste a érigé une grange pour demander à des Polonais d’y placer des feuilles comportant toutes leurs « mauvaises pensées envers les Juifs », avant de la brûler. Bien évidemment, le choix de cette forme, une grange en feu, est une référence aux actions honteuses des villageois de Jedwabne qui, en 1941, ont brûlé vifs leurs voisins juifs et ont participé ainsi à l’extermination des Juifs par les nazis. En répétant ce geste, mais cette fois-ci en utilisant de « mauvaises pensées », Betlejewski – Polonais et catholique – a voulu permettre un regard direct sur le drame des Juifs de Jedwabne, le « montrer » en temps réel, dans une proximité immédiate.

  • 5 Piotr Pacewicz, « Płonie stodoła » [La grange brûle], Gazeta Wyborcza, le 22 mai 2010, http://wybor (...)

Leur destruction a duré, elle avait une température, un son, s’est étendue sur des minutes, quarts d’heure, heures. Quelqu’un était à côté de la grange avec des râteaux et a regardé, les a gardés. Qu’est-ce qu’il ressentait ? Par la mise en scène, je voudrais également révéler son secret.5

  • 6 R. Betlejewski, « Tęsknię za tobą, Żydzie » op. cit.
  • 7 « Performer spalił stodołę. “Nowy rozdział rozmów o antysemityzmie” » [L’artiste performeur a brûlé (...)

12Avec La grange en feu, l’artiste propose donc aux Polonais une sorte de purification symbolique et les invite à se libérer de leurs mauvais sentiments et émotions, restés enfouis trop longtemps. En plus, cet exercice difficile de « rejouer », de manière symbolique et transgressive, la scène macabre perpétrée par leurs ancêtres permet aux Polonais contemporains de se rapprocher de la vérité historique et de mieux réaliser, d’un côté, la souffrance des victimes, la cruauté de ceux qui ont commis ce crime, de l’autre. C’est une leçon d’histoire et d’humanité, certes très explicite et inhabituelle, mais en même temps plus efficace que tous les discours des historiens et des savants. L’artiste lui-même qualifie ce happening d’action confessionnelle et expiatoire6 qui va ouvrir « un nouveau chapitre du débat sur l’antisémitisme polonais7 ».

13Bien que beaucoup de commentateurs aient trouvé cette action de l’artiste trop explicite dans son mimétisme, pour Betlejewski, il ne fait aucun doute que les événements dramatiques du passé demandent des gestes aussi drastiques, même si finalement il ne s’agit que d’une grande métaphore, pour expier la faute. Presque soixante-dix ans après avoir brûlé des centaines de Juifs dans une grange à Jedwabne, les Polonais ont ainsi brûlé leur haine et leurs peurs antisémites dans une grange érigée par un artiste, comme signe du désir de se purifier et de se faire pardonner.

Imaginer l’avenir commun

14Un autre projet, débutant plus ou moins en même temps que Juif, tu me manques !, est : Et l’Europe sera étonnée… (And Europe will be stunned…), de l’artiste israélienne Yael Bartana. C’est un projet artistique avec des ambitions politiques, complexe et non moins controversé que les initiatives de Betlejewski. En 2007, Bartana proclame la création du Mouvement de la Renaissance juive en Pologne (MRJP), un mouvement politique fictif demandant le retour de trois millions de Juifs en Pologne, leur patrie ancestrale. Le mouvement a un manifeste et un drapeau, qui se compose de l’étoile de David et de l’aigle blanc polonais. En parlant de la genèse de son projet, Bartana, elle aussi, insiste sur le lien fort entre les Juifs et les non-Juifs et leur histoire, qu’elle a ressenti lors de son premier voyage en Pologne :

Ma première pensée était que la Pologne et Israël avaient beaucoup en commun. Nous, les Israéliens, nous devons constamment nous confronter avec notre présent et le passé, en Pologne, c’est pareil. Peut-être que c’est le cas dans de nombreux autres endroits du monde, mais ces questions sont tout à fait spécifiques à la Pologne. Tant de Juifs vivaient en Pologne depuis le xve siècle. Et je dois dire que, lorsque je suis allée en Pologne, j’ai senti une liaison très forte avec ce pays, à un certain niveau un peu étrange. C’était quelque chose que je n’avais jamais ressenti ailleurs.

  • 8 Yael Bartana, Galit Eilat and Charles Esche talk to Yael Bartana [mise en exergue par l’auteure], h (...)

[…] c’était un vrai et profond lien émotionnel. Je pouvais sentir ce lieu. […] Il y avait quelque chose qui m’attirait tellement que j’ai vraiment voulu ouvrir toutes les blessures.8

15La déclaration de l’artiste est très importante, parce que son projet constitue l’un des travaux pionniers visant à l’ouverture d’un débat public autour de la question de la contribution des Polonais à la Shoah. Bartana essaie de rompre le silence qui plane sur la société qui a refoulé sa faute, le silence qui empêche la renaissance de cette ancienne amitié entre les Juifs et les Polonais. Et pour cela, il faut, comme elle le dit, oser « ouvrir les blessures », cicatrisées uniquement en apparence. Dans le manifeste du MRJP, Bartana annonce :

Nos frères et sœurs polonais ! Nous n’envisageons pas une invasion. Nous allons plutôt arriver comme une procession de fantômes de vos anciens voisins […]. Et nous devrions parler de toutes les mauvaises choses qui se sont passées entre nous.

  • 9 « A Manifesto », dans : Sebastian Cichocki et Galit Eilat (dir.) A Cookbook for Political Imaginati (...)

Nous désirons écrire de nouvelles pages dans une histoire qui n’a jamais vraiment pris le cours que nous avons voulu.9

16Invitant à la réconciliation, Bartana est consciente que ce n’est pas un processus facile s’agissant des relations entre les Polonais et les Juifs. D’abord, il faut réviser le passé et faire face aux spectres qui habitent l’imaginaire national des Polonais, et notamment celui des Juifs, dont Bartana fait indirectement le sujet principal de son projet – cette étrange « procession de fantômes de vos anciens voisins ». Ce sont des spectres invisibles, bien cachés, mais toujours présents, morts, mais pas vraiment enterrés. On ne les croise plus dans les rues des villes polonaises, mais ils accompagnent encore leurs habitants, enfermés silencieusement dans leurs souvenirs personnels et dans la mémoire collective de la nation. Ils sont ancrés profondément dans la culture et l’histoire de la Pologne, où les images nostalgiques de cette longue amitié entre les Juifs et les non-Juifs se mêlent perpétuellement avec celles des drames de la Shoah et des événements de l’après-guerre. Ces traumatismes communs, en vérité, n’ont jamais été examinés, ni par les uns, ni par les autres.

  • 10 Sonja Strange, Louisiana Talk. Yael Bartana, Humlebæk, Louisiana Museum of Modern Art, mis en ligne (...)

17Une autre partie importante du projet de Bartana est sa trilogie vidéo où l’artiste raconte l’histoire de son mouvement fictif et sa vision de la réalisation de son programme. La vidéaste elle-même déclare que l’on peut « lire cette trilogie comme une psychothérapie collective10 ». Sa force réside principalement dans la plasticité et la suggestivité des images mouvantes, mais aussi dans leur capacité d’attaquer le problème frontalement. Si on peut la considérer vraiment dans des catégories psychanalytiques, il devient immédiatement certain qu’il s’agit d’une thérapie de choc.

18La première vidéo, Cauchemars (Mary Koszmary, 2007), est ici particulièrement significative : on observe un jeune dirigeant du mouvement prononçant un discours passionné en plein milieu d’un stade abandonné, ce qui est aussi très symbolique et représente l’absence de ceux qui sont l’objet de son appel : les Juifs qui manquent à la Pologne. Le dirigeant, joué par Sławomir Sierakowski, un jeune activiste et publiciste, représente ici cette génération de Polonais qui ressent un véritable besoin d’avouer ce profond sentiment de perte et de vide qui est resté dans le paysage social et culturel polonais après la disparition des Juifs (« Nous avons besoin de l’autre et il n’y a pas d’autre plus proche de nous que vous ! Venez ! »). Il souligne dans chacune de ses phrases que la Pologne d’aujourd’hui est enfin prête à assumer sa faute et consciente que, sans travailler sur son passé difficile, elle ne pourra pas avancer ; le dialogue sincère est nécessaire pour que les Polonais et les Juifs puissent retrouver leur place dans le monde contemporain. D’où l’insistance sur l’importance de la mémoire et de la réconciliation, et des déclarations aussi fortes : « Sans vous, nous ne pouvons même pas nous souvenir. Sans vous, nous sommes enfermés dans le passé ; avec vous, un avenir s’ouvrira pour nous ».

19Ces mots sont la continuité de l’appel lancé au début de son exposé, où il souligne que les Juifs peuvent faire fuir les cauchemars des Polonais non juifs submergés par un sentiment de culpabilité et de remords incessants, et que les deux ont plus que jamais besoin l’un de l’autre. « Guérissez nos blessures et vous guérirez les vôtres » – ce retour que demande le dirigeant est nécessaire pour pouvoir surmonter le traumatisme commun et reconstruire la mémoire à partir des souvenirs douloureux des événements passés, car, plus qu’un manque matériel, il s’agit ici d’un manque interne, qui est en nous et qui immobilise en empêchant toute action. Les Polonais, enfermés dans le passé, ne peuvent pas avancer ni devenir transformer la Pologne en une nation véritablement moderne, comme l’ont fait les Européens de l’Ouest. Toutefois, les Juifs se trouvent dans la même situation, parce que le pardon une fois donné, et surtout entre des populations jadis très proches, libère d’un fardeau non seulement celui qui est à blâmer et qui en fait la demande, mais aussi celui qui le donne.

20Même si la trilogie de Bartana ne trouve pas une fin positive parce que le jeune dirigeant est finalement assassiné par un inconnu, le message définitif est que l’« on doit être fort dans notre faiblesse » et que les deux nations doivent poursuivre la mission difficile de cicatrisation des blessures communes.

  • 11 Yael Bartana, And Europe Will Be Stunned…, 2009, http://yaelbartana.com/project/sirens-song-2005#in (...)
  • 12 Nous faisons ici référence aux critiques les plus récurrentes de ce projet faites par une partie du (...)

21Malheureusement, ce qui brouille le message et se trouve souvent à l’origine de l’incompréhension du projet Et l’Europe sera étonnée… est le caractère problématique du mouvement créé par Bartana (est-il simplement une provocation artistique ou a-t-il des ambitions politiques réelles ?) et l’esthétique controversée de sa trilogie vidéo, qui rappelle la propagande nazie, soviétique et sioniste11. Un tel degré d’ambiguïté dans une œuvre qui aborde la question délicate de la relation entre deux communautés éprouvées par l’histoire entraîne parfois une lecture erronée des intentions de l’artiste par le public, voire des accusations de vouloir déformer la réalité et, finalement, de nuire encore plus à l’image de la Pologne12. En fin de compte, l’approche critique et l’audace esthétique et formelle de Yael Bartana, dont le but était d’attirer l’attention des médias et du public polonais et européen, ont trouvé leur aboutissement, dans de nombreux cas, dans le rejet de l’idée d’une renaissance juive en Pologne. Néanmoins, une grande partie de la société polonaise a jugé Et l’Europe sera étonnée… comme une étape importante dans l’ouverture du processus de réconciliation avec les Juifs, même si ce que l’artiste propose ressemble beaucoup plus à cette thérapie de choc déjà évoquée qu’à un dialogue tranquille.

Ne jamais oublier

  • 13 Jan Tomasz Gross, Moisson d’or. Le pillage des biens juifs, avec la collaboration de Irena Grudzińs (...)
  • 14 J. T. Gross, Les voisins…, op. cit., trad. de l’américain par P.-E. Dauzat, Paris, Fayard, 2002.
  • 15 Alexandre Boussageon, « Pokłosie. Le film qui fait polémique en Pologne », Le Nouvel Observateur, l (...)

22Le dernier des projets philosémites ayant récemment émergé dans la culture polonaise est un film de Władysław Pasikowski, un réalisateur polonais reconnu pour ses longs-métrages qui abordent des problèmes sociaux importants. Le film, intitulé Pokłosie (ce qui a été traduit par Aftermath en anglais et La glanure en français), a été réalisé en 2012, et, même s’il parle d’événements fictifs, rappelle encore une fois le drame de la communauté juive de Jedwabne. Le titre est une référence directe à un livre d’un historien américain d’origine polonaise, Jan Tomasz Gross, Moisson d’or13, publié en Pologne en 2011. Le réalisateur a reconnu que cette publication – où Gross décrit comment des Polonais catholiques dénonçaient des Juifs à l’occupant nazi puis volaient leurs biens, ou dépouillaient les tombes de victimes de la Shoah – ainsi que le deuxième livre de cet auteur sur le pogrom de Jedwabne, Les Voisins. Un massacre de Juifs en Pologne, 10 juillet 194114, paru en 2001, ont été sa source principale d’inspiration pour le scénario du film15.

23L’action de La glanure se déroule dans la Pologne des années 1990, peu après la chute du communisme et avant la révélation du massacre de Jedwabne. Les événements de la seconde guerre mondiale y servent de trame pour montrer les résultats désastreux d’une vérité trop longtemps occultée. Le film raconte l’histoire de la communauté d’un petit village fictif où un pogrom fut commis pendant la guerre. Les habitants de ce village mettent tout en œuvre pour empêcher un voisin de préserver les tombes juives qu’ils ont profanées et de découvrir la terrifiante vérité quant au passé du village. La colère des gens qui ne veulent pas assumer leur faute trouve son aboutissement dans le lynchage dudit voisin. Pasikowski n’hésite pas à utiliser des images très fortes qui mettent souvent à l’épreuve la sensibilité du spectateur, parce qu’il est conscient que seuls la véracité et le caractère immédiat de son film sont capables de donner forme à ces événements dramatiques.

24La différence principale entre les précédents projets cités et celui-ci est bien évidemment le médium. Même si les trois artistes abordent la question très sensible des responsabilités polonaises dans la Shoah, le film de Pasikowski semble aller droit au but, qui est de provoquer et de « réveiller » la société polonaise, et ce, notamment, grâce à son accessibilité, parce que le film attire toujours un public plus nombreux que l’art contemporain. De plus, la possibilité de créer une narration plus complexe, de dépeindre en détail l’histoire et les comportements des personnages qu’offre ce médium a permis au réalisateur de mieux dépeindre les nuances concernant les circonstances historiques et sociales des actions commises par les Polonais et leurs motivations personnelles. Le héros principal devient ici l’emblème d’un Polonais contemporain moyen qui recherche à expier symboliquement les fautes de ses confrères envers les Juifs assassinés, guidé non pas par le calcul intellectuel ou le politiquement correct, mais par son simple besoin intérieur. Pasikowski montre très bien, et sans émotivité exagérée, le raisonnement de ce personnage qui fait ce qu’il trouve juste et nécessaire malgré les conséquences tragiques qui en découlent pour lui.

25La glanure et sa diffusion dans toutes les salles de cinéma en Pologne ont franchi encore une étape importante dans l’effort des artistes et des intellectuels pour relancer le débat historique et révéler la seule vraie image des événements passés, qui est loin de celle que l’on a voulu promouvoir pendant trop longtemps. Dans cette histoire très parlante, Pasikowski confronte les Polonais avec ce moment le plus honteux de leur histoire du xxe siècle en signalant que les milieux culturels polonais ont déjà reconnu l’existence de cette page noire avec des projets comme le sien ou celui de Betlejewski. Maintenant, c’est à la société qu’il convient de le faire :

  • 16 Ibidem.

Je voulais raconter une histoire qui devrait intéresser de très nombreux Polonais, car il s’agit d’une des pages les plus douloureuses pour notre pays. Nous avons fait énormément de films sur les horreurs commises par les Soviétiques et les Allemands. Il est temps de dire ce que nous avons fait de mauvais chez nous.16

  • 17 Ibidem.

26Il est certainement toujours difficile pour une bonne partie des Polonais d’accepter cette critique, d’autant plus touchante qu’elle vient majoritairement de leurs compatriotes, ce que le réalisateur souligne aussi : « J’ai fait ce film en tant que goy et Polonais, car c’est uniquement à ce titre que j’ai le droit de faire un tel film sur les Polonais17 ». Il est également difficile d’accepter que les Polonais n’aient pas seulement été les covictimes d’Hitler, mais aussi ses collaborateurs, et d’effectuer ce geste de contrition. Dès lors, certains d’entre eux préfèrent juger ce type de projets comme antipolonais et dangereux pour l’identité nationale. Toujours est-il que, grâce aux initiatives d’artistes comme Rafał Betlejewski, Yael Bartana et Władysław Pasikowski, une partie de la société semble bien réfléchir à cette partie de l’histoire commune et qu’elle est de plus en plus capable d’exprimer ouvertement son sentiment de manque envers la communauté juive, si palpable dans la Pologne d’aujourd’hui.

Notes

1 Daniel Tollet, « Avant-propos », dans Être Juif en Pologne. Mille ans d’histoire. Du Moyen Âge à 1939, Paris, Albin Michel, 2010, p. 9. Pour approfondir la connaissance de l’histoire des relations entre les Juifs et les non-Juifs, il est préférable de consulter aussi une autre publication de cet auteur : Daniel Tollet, Histoire des Juifs en Pologne du xvie siècle à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1992.

2 Anna Bikont, Le Crime et le Silence, Jedwabne 1941, la mémoire dun pogrom dans la Pologne daujourd’hui, trad. du polonais par A. Hurwic, Paris, Denoël, 2011 ; Marek Jan Chodakiewicz, The Massacre in Jedwabne, July 10, 1941. Before, During, After, New York, East European Monographs, 2005.

3 Marc Hillel, Le Massacre des survivants en Pologne 1945-1947, Paris, Plon, 1985 ; Jan Tomasz Gross, Les Voisins. Un massacre de Juifs en Pologne, 10 juillet 1941, trad. de l’américain par P.-E. Dauzat, Paris, Fayard, 2002.

4 Rafał Betlejewski, « Tęsknię za tobą, Żydzie » [Juif, tu me manques !], http://tesknie.com/index.php?id=50 [consulté le 15 novembre 2014].

5 Piotr Pacewicz, « Płonie stodoła » [La grange brûle], Gazeta Wyborcza, le 22 mai 2010, http://wyborcza.pl/duzyformat/1,127291,7899683,Plonie_stodola.html [consulté le 15 novembre 2014].

6 R. Betlejewski, « Tęsknię za tobą, Żydzie » op. cit.

7 « Performer spalił stodołę. “Nowy rozdział rozmów o antysemityzmie” » [L’artiste performeur a brûlé la grange. « Nouveau chapitre du dialogue sur l’antisémitisme »], Gazeta Wyborcza, 11 juillet 2010, http://wiadomosci.gazeta.pl/wiadomosci/1,114873,8126687,Performer_spalil_stodoleNowy_rozdzial_rozmow_o.html [consulté le 15 novembre 2014].

8 Yael Bartana, Galit Eilat and Charles Esche talk to Yael Bartana [mise en exergue par l’auteure], http://labiennale.art.pl/_archiwum/2011/en/texts/ item/135-rozmowa-charlesa-esche-i-galit-eilatbrz-yael-bartana/135-rozmowa-charlesa-esche-i-galit-eilatbrz-yael-bartana [consulté le 15 novembre 2014].

9 « A Manifesto », dans : Sebastian Cichocki et Galit Eilat (dir.) A Cookbook for Political Imagination, Varsovie, Zachęta Narodowa Galeria Sztuki/Sternberg Press, 2011, p. 120-121. Fragment traduit en français et surligné par Ewelina Chwiejda.

10 Sonja Strange, Louisiana Talk. Yael Bartana, Humlebæk, Louisiana Museum of Modern Art, mis en ligne en janvier 2011, https://www.louisiana.dk/uk/Menu/Exhibitions/Past+exhibitions/Yael+Bartana/Louisiana+Talk%3A+Yael+Bartana [consulté le 15 novembre 2014].

11 Yael Bartana, And Europe Will Be Stunned…, 2009, http://yaelbartana.com/project/sirens-song-2005#info [consulté le 15 novembre 2015]. Ce projet, très complexe et multidimensionnel, demande une analyse approfondie de chacun de ses éléments, ce qui est impossible par manque de place dans un chapitre présentant une tendance qui se manifeste dans la culture polonaise depuis ces dernières années. Pour une étude de ce projet de Bartana, en particulier, voir notre texte : Ewelina Chwiejda, « Et l’Europe sera étonnée… de Yael Bartana – entre manifeste esthétique et esthétique du manifeste », Marges, no 21, 3 décembre 2015, p. 47-60.

12 Nous faisons ici référence aux critiques les plus récurrentes de ce projet faites par une partie du public, qui l’a trouvé ouvertement antipolonais et grossier au niveau de l’esthétique mais aussi du contenu – l’histoire racontée a été souvent perçue comme ironique ou même purement grotesque et visant, paradoxalement, à ridiculiser à la fois les Polonais et les Juifs.

13 Jan Tomasz Gross, Moisson d’or. Le pillage des biens juifs, avec la collaboration de Irena Grudzińska-Gross, trad. de l’américain par P.-E. Dauzat, Paris, Mémorial de la Shoah/Calmann-Lévy, 2014.

14 J. T. Gross, Les voisins…, op. cit., trad. de l’américain par P.-E. Dauzat, Paris, Fayard, 2002.

15 Alexandre Boussageon, « Pokłosie. Le film qui fait polémique en Pologne », Le Nouvel Observateur, le 12 novembre 2012, http://tempsreel.nouvelobs.com/cinema/20121112.CIN6430/poklosie-le-film-qui-fait-polemique-en-pologne.html [consulté le 15 novembre 2014].

16 Ibidem.

17 Ibidem.

Auteur

Doctorante en culture visuelle et sciences sociales à l’EHESS. Diplômée d’une licence en histoire de l’art à l’université de Varsovie et du master en sciences sociales à l’EHESS, elle travaille actuellement, dans le cadre de sa thèse, sous la direction de Brigitte Derlon, sur la question de la représentation de l’étranger dans l’art contemporain et son influence sur les sociétés européennes. Elle a publié dans Postures et Theoretical Practice et s’occupe également de critique d’art.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search