Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 4. Judéité à l'épreuve des arts

La littérature contemporaine face à la judéité : les fictions identitaires de Marc Weitzmann

Elena Quaglia

Texte intégral

  • 1 À ce propos, voir par exemple Saskia S. Wiedner, « La nouvelle génération d’écrivains juifs. L’imag (...)
  • 2 Marc Weitzmann, Fraternité, Paris, Denoël, 2008 [2006].
  • 3 Voir, pour cette conception générationnelle, en premier lieu Alain Finkielkraut, Le Juif imaginaire (...)

1Marc Weitzmann est l’un des chefs de file de la nouvelle génération d’écrivains juifs qui commence à manifester sa présence vers la fin des années 1990 et s’affirme sur la scène littéraire française dans les années 20001. Né en 1959 dans une famille communiste, élevé dans une banlieue ouvrière, l’écrivain mûrit, à l’époque de la fin des grands métarécits, une forte désillusion idéologique, dont certains de ses romans, en premier lieu Fraternité2, témoignent de manière évidente. Héritier, comme beaucoup de Juifs de sa génération, d’un passé qui ne lui appartient pas, sans attaches avec les traditions religieuses et culturelles de ses ancêtres3, Marc Weitzmann se doit cependant de réfléchir sur les enjeux liés à sa judéité déficitaire. Fils de Juifs assimilés, il se rapproche ainsi de ses origines perdues, alors qu’il se détache du milieu dont il est effectivement issu.

2Ce rapport problématique à l’identité, une identité bâtie sur des éléments contradictoires et toujours en train de se définir, se retrouve dans l’œuvre de Weitzmann, dont la forme, la structure et les thèmes ne font que mettre en évidence cette dimension paradoxale. Le rapport à la réalité est lui-même troublé par cette incertitude identitaire : en effet, le « je » se cherche en même temps qu’il essaie de donner un sens à ce qui l’entoure.

  • 4 Voir, pour cette idée de transitivité de la littérature française contemporaine, Dominique Viart et (...)
  • 5 Voir Henri Rousso, Le Syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987.

3D’une part, Marc Weitzmann essaie, à travers toutes ses œuvres, tant journalistiques que romanesques, de jeter une lumière sur beaucoup de facettes de la judéité contemporaine, et en particulier sur le conflit israélo-palestinien, le terrorisme et le nouvel antisémitisme. Il y aurait donc dans son écriture une volonté de rendre compte, une transitivité propre à la littérature contemporaine, qui s’intéresse à nouveau, après les expériences formalistes des Trente Glorieuses, à l’individu et à l’Histoire4. Ce « retour au sujet » s’accompagne, surtout chez les écrivains juifs, de la prise de parole sur le génocide, après des années de silence sur ce thème, comme l’a bien montré l’historien Henri Rousso5.

  • 6 Jean-François Lyotard parle d’« incrédulité à l’égard des métarécits » comme du caractère propre du (...)
  • 7 Sur toutes ces questions, voir par exemple Dominique Viart, « Fictions en procès », dans Bruno Blan (...)

4Cependant, d’autre part, les écrivains contemporains héritent aussi du « soupçon » de ceux qui les avaient précédés et se confrontent à la fin des grands métarécits censés donner un sens au monde6 : il leur est donc impossible de représenter la réalité, la notion de mimésis ayant été longuement mise en question, et il leur est encore plus impossible d’adopter, face à cette réalité, une posture engagée au sens sartrien7.

5L’approche par Weitzmann de l’histoire juive, tant passée que bien plus récente, est donc conditionnée par cette double impossibilité. Il ne peut pas adopter un regard surplombant sur les événements : dans ses œuvres, il essaie d’interpréter la réalité à partir d’un point de vue strictement individuel. C’est sur ces questions que les essais politiques et les romans de Marc Weitzmann se rejoignent : mon propos serait donc de confronter ces deux types de textes, pour voir quelles stratégies narratives l’écrivain adopte afin de rendre compte des enjeux liés à la judéité contemporaine. Quête de sens et quête identitaire se mêlent, donnant souvent origine à des mécanismes textuels contradictoires et provocateurs, face auxquels le lecteur peine à trouver ses repères.

Écrire le réel : une tentative de repérage

6Le voyage en Israël, en septembre 2000, en pleine seconde Intifada, constitue un tournant significatif dans la production de l’écrivain, comme il l’explique en 2008 dans Notes sur la terreur :

  • 8 Marc Weitzmann, Notes sur la terreur, Paris, Flammarion, 2008, p. 44, italiques dans le texte.

Remettant à plus tard mes projets de fiction, je me mis à sillonner le pays et les Territoires palestiniens deux mois durant en tous sens […] et ramenai de ce périple un petit « livre de guerre », c’était son titre, censé m’expliquer, ainsi qu’à un éventuel lecteur, la complexité de la situation telle que je la comprenais.8

7Ce Livre de guerre publié en 2001 rapproche presque inconsciemment Marc Weitzmann d’un engagement politique auquel il se sentait jusqu’alors étranger, le menant à prendre position en faveur de la guerre en Iraq peu de temps après. Cependant, son intention n’était pas de donner son opinion sur le conflit en Israël, mais justement de s’expliquer une complexité, ou plutôt, de la mettre en scène telle quelle, dans tous ses aspects contradictoires.

  • 9 Voir, par exemple, ce qu’affirme Elie Wiesel concernant le débat talmudique : « Tout est permis dan (...)

8Toute la démarche de Livre de guerre le démontre : il s’agit d’un livre choral dont la voix de l’auteur se détache très rarement ; il se pose plutôt comme un être en quête d’une vérité qui ne saurait exister, sinon dans la multiplicité des points de vue. En cela, la structure même du texte serait redevable de la tradition littéraire juive, en particulier du débat talmudique, dans lequel des argumentations très sophistiquées permettent à plusieurs vérités de coexister9. Voici ce que dit Marc Weitzmann sur Israël, dans un passage du texte à valeur méta-narrative :

  • 10 Marc Weitzmann, Livre de guerre, Paris, Stock, 2001, p. 29.

Tout le monde a deux, voire trois avis contraires sur la même question, et chacun de ces avis est argumenté avec une logique aussi imparable que les autres. Discuter, telle est la passion par excellence ici […]. Les vérités, de ce fait, sont comme les cartes topographiques du pays : superposées, contradictoires, provisoires peut-être, mais toutes bien réelles.10

  • 11 Marc Weitzmann, Une place dans le monde, Paris, Stock, 2003, p. 369.

9Le récit romanesque d’Une place dans le monde reprend le récit du voyage en Israël fait dans Livre de guerre. Le protagoniste, Henri, suit donc le périple que Weitzmann lui-même avait accompli jusqu’à l’enfer sur terre qu’était Hébron au moment de la seconde Intifada. Si, dans le reportage, la narration ne s’arrête pas longtemps sur les mobiles intérieurs qui poussent un individu, jusque-là indifférent, ou presque, au conflit en Palestine vers un lieu si dangereux, dans le roman, ces aspects sont plus évidents. Dans un passage à la deuxième personne, qui pourrait être écrit dans un « tu » générique aussi bien qu’être un dialogue entre l’auteur et son personnage autobiographique, nous lisons : « Tu cours après ton enfance. Tu cours après l’époque où tu étais seul au monde. Quand l’histoire n’existait pas, quand les fondations étaient sûres et que nul n’était dépossédé de rien. Tu cours après quelque chose qui n’a jamais existé11 ». Une place dans le monde nous dévoile la dimension intime du voyage en Israël décrit dans Livre de guerre : il s’agit d’un voyage en quête d’une identité et d’une origine stable.

  • 12 M. Weitzmann, Notes sur la terreur, op. cit., p. 21.
  • 13 Ibid., p. 22, italiques dans le texte.

10Même dans son deuxième essai à thème politique, Marc Weitzmann choisit de se poser, en tant qu’auteur, en retrait du texte et de ne pas lui donner une structure très organisée. Il définit ainsi Notes sur la terreur comme un « labyrinthe où se mêlent tentatives de pédagogie objective, références littéraires, anecdotes personnelles et le malaise d’une solitude, d’un indicible déplacement12 ». À cet ensemble rhizomatique de notes, Philip Roth, ami de Weitzmann, donne le nom de « meshugene book13 », livre fou, avec une référence à la langue et à la culture yiddish. Les essais politiques eux-mêmes posent donc un problème de stratégie narrative, autant que les romans, malgré leurs différentes modalités expressives.

  • 14 Voir M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 83 : « que la vérité ne corresponde tout à fait à (...)

11Il est toujours question de narration en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, qui pourrait se résumer, comme l’affirme Weitzmann, à une « concurrence narrative14 » entre les deux camps opposés : aucune vérité n’existerait sur le conflit, mais seulement deux fictions qui, tout en s’opposant, demandent à subsister simultanément. Weitzmann met ainsi en scène la situation politique en Palestine à partir de son aporie constitutive, dont il représente les enjeux sans vraiment prendre position de manière claire, mais plutôt, justement, en faisant coexister deux différents discours sur le même sujet.

12C’est le même procédé qu’il a adopté dans son roman Chaos, de manière certes plus éclatante et provocatrice. Dans ce texte, le narrateur part à la recherche de son frère, qui s’appelle Marc Weitzmann et qui a publié plusieurs pamphlets antisémites et négationnistes. Ce mécanisme narratif donne lieu à un jeu de miroirs et de doubles très complexe : le lecteur peine à comprendre le positionnement éthique de l’auteur, ne pouvant saisir les liens existant entre les deux frères et entre les personnages et l’auteur réel. Il s’agit aussi d’un discours métalittéraire très complexe : le narrateur de Chaos semble porter une accusation contre l’autofiction, une forme de récit censée mêler fiction et autobiographie, ainsi baptisée en 1977 par Serge Doubrovsky, cousin de Weitzmann. Cette accusation pointe surtout l’exploitation de la vie privée pour promouvoir l’œuvre littéraire, ce que Doubrovsky aurait fait pour Le Livre brisé.

13Cependant, non seulement l’autofiction est, de façon contradictoire, l’une des formes utilisées par Weitzmann ; mais aussi, sa mise en question, en tant que moyen d’insertion de la réalité dans un cadre fictionnel, s’entremêle avec une remarque inverse, concernant la dimension fictionnelle, dans les récits de vérité. Par un discours très ambigu, le narrateur semblerait partiellement rejoindre les positions de son frère et du négationniste Rassinier : les témoignages des camps ne seraient pas fiables, parce que la subjectivité modifierait la réalité. Weitzmann convoque par-là la figure emblématique de Primo Levi, qui serait lui-même, d’une certaine façon, l’auteur d’une autofiction :

  • 15 Marc Weitzmann, Chaos, Paris, Gallimard, 1999, [1997], p. 222-224, italiques dans le texte.

Primo Levi, qui plus que tout autre s’était acharné à faire de la lumière sur Auschwitz, même lui avait laissé dans l’ombre de son écriture une part de l’expérience. […] c’était cela, l’autofiction. Ou plus précisément, c’était cela, la part de fiction dans l’auto : une structure mensongère construite pour donner un sens au chaos. Une entreprise de survie basée sur la mystification, qui n’altérait pas seulement les faits, mais l’identité de celui qui les énonçait. […] Au bout du compte, la honte était du côté des victimes, comme toujours. […] Mentir pour échapper au cauchemar de l’Histoire ! Rassinier n’était pas le seul à le leur reprocher. Il y avait eu moi !15

  • 16 Marc Weitzmann, 28 raisons de se faire détester. Chroniques littéraires, Paris, Stock, 2002, p. 130

14Weitzmann fait ainsi coexister dans son texte plusieurs discours différents, souvent contradictoires et ambigus. Serait-il est train de nier la valeur de témoignage de l’œuvre de Primo Levi ? Certainement pas, mais il veut souligner, en s’appropriant partiellement le discours d’autrui, le problème de la dimension fictionnelle inhérente à tout témoignage, liée à la subjectivité de la réélaboration mémorielle. Cette dimension fictionnelle, tout en étant inévitable, est celle qui a permis au discours négationniste de s’ancrer au sein même des témoignages des camps, comme le démontre le cas de Rassinier : il y aurait chez lui, selon Weitzmann, une « dimension littéraire du négationnisme16 ».

  • 17 Marc Weitzmann, « Mythologies françaises, fictions romanesques », La Règle du jeu, le 24 janvier 20 (...)

15Plus généralement, Weitzmann se confronte aux difficultés liées à la représentation de la réalité et au concept de vraisemblance. Si, comme l’affirme l’auteur, « au xxe siècle, l’invraisemblable est devenu la catégorie dominante des choses17 », le défi lancé à la littérature, en particulier à la littérature concentrationnaire, serait celui d’essayer de raconter la réalité sans sonner faux. Tant dans les essais que dans les romans, la narration ne rend compte, en effet, que d’une chose : de la difficulté de connaître la réalité et de l’impuissance de l’individu dans ses tentatives de compréhension. Mais, en même temps, la narration se pose comme la seule forme de prise sur le monde : face à une réalité devenue presque invraisemblable, l’écrivain ne peut que choisir la voie de la fiction, dans son sens étymologique, non pas celui de fausseté, mais plutôt celui de création, de mise en forme narrative.

  • 18 Marc Weitzmann, « La France m’intéresse car elle devient plus brutale », entretien réalisé par Dami (...)

16Cependant, donner une forme à la réalité ne veut pas dire essayer d’aplanir les conflits. La littérature, remarque Weitzmann, se situe en cela à l’opposé de la psychanalyse : « C’est le contraire d’une psychanalyse, si vous voulez. Dans la psychanalyse, on tente de réduire les conflits pour rendre l’existence possible – dans la fiction on fait l’inverse18. » Il s’agit, dans l’entreprise littéraire, de faire émerger une complexité, souvent en superposant des discours contradictoires, en les faisant coexister à l’intérieur du texte, malgré leur caractère opposé, par des procédés aporétiques, paradoxaux, oxymoriques.

  • 19 Alain Veinstein, « Alain Veinstein reçoit Marc Weitzmann pour son roman Une matière inflammable », (...)

17Face à cette complexité, Weitzmann ne prend pas position de façon manifeste, même dans ses textes politiques. Comme il le dit lui-même dans un entretien, son écriture ne serait qu’une tentative de repérage de la réalité qui l’entoure : « si le terme de littérature politique a un sens, c’est pas dans mon esprit au sens d’engagement, c’est plutôt au sens […] de géographe […], c’est-à-dire se repérer, essayer de trouver les longitudes et les latitudes du pays dans lequel on vit19 ».

Se faire juif en réaction aux événements : entre une identité étouffante et l’autofiction salvatrice

  • 20 M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 17.
  • 21 Ibid., p. 109, italiques dans le texte.
  • 22 Shlomo Sand, Comment j’ai cessé d’être juif, Paris, Flammarion, 2013. Dans ce livre, il y a aussi u (...)

18Comme nous l’avons anticipé, l’entreprise d’écriture de Weitzmann mêle souvent aux interrogations collectives une dimension individuelle, dans une vision de la judéité qui n’arrive au général qu’à partir du subjectif. Par conséquent, même les problématiques liées à l’existence de l’État d’Israël sont lues à la lumière d’une exigence identitaire. Le principal ciment de la société israélienne ne serait qu’une « quête de normalité20 », selon les mots d’Aharon Appelfeld cités par Weitzmann dans Livre de guerre. L’auteur de l’essai pousse sa réflexion à l’extrême, lorsqu’il souligne que l’un des problèmes principaux d’Israël serait : « comment cesser d’être juifs21 ? » Dans cette interrogation, on pourrait entendre l’écho du pamphlet de Shlomo Sand : Comment j’ai cessé d’être juif22.

  • 23 Voir M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 63 ; c’est Nathalie, une femme française ayant dém (...)
  • 24 Marc Weitzmann, Une matière inflammable, Paris, Stock, 2013, p. 263.

19Cependant, si, dans le cas de ce court livre de l’historien israélien, le but est celui de déconstruire le mythe national d’Israël dans une optique postsioniste, chez Weitzmann, il n’y a pas de discours historico-politique très développé, mais plutôt une compréhension de la volonté d’un peuple, ou mieux d’une partie de ce peuple, de se démarquer d’une identité souvent porteuse de difficultés et d’exclusion. C’est ainsi que, dans l’œuvre de l’écrivain, revient souvent le vœu de « vivre sans identité » prononcé tant par des personnes réelles dans les reportages23 que par des personnages de roman, telle Paula dans Une matière inflammable24.

  • 25 M. Weitzmann, Fraternité, op. cit., p. 162, italiques dans le texte.
  • 26 Ibid., p. 161 : « Les Juifs […] ont pratiquement inventé la catégorie du parvenu ».
  • 27 Ibid., p. 161-162 : « Les USA, au fond le seul vrai pays capitaliste, donc antibourgeois, sont auss (...)

20Il est tout de même vrai que Weitzmann frôle volontairement la provocation et se pose dans une dimension contradictoire permanente, comme nous l’avons déjà souligné. Dans Fraternité, par exemple, il revient sur ces discours concernant Israël et l’identité juive : le lecteur suit la pensée du protagoniste, qui définit Israël comme « cette poubelle de l’Europe, disons le mot, le seul endroit où les Juifs soient contraints au sérieux avec les conséquences que l’on sait25 ». Ce discours est mené par un individu troublé, dont la crise d’identité est assez évidente, mais, par le biais de son raisonnement, des propos potentiellement antisionistes se fraient un chemin dans le texte. Ces propos sont précédés par une longue réflexion sur la catégorie du parvenu, qui aurait été inventée par les Juifs26. C’est pour cela que les États-Unis, patrie du self-made-man, sont, au contraire d’Israël, la terre d’accueil idéale pour les Juifs, selon le protagoniste qui est parti de France pour s’y installer27.

  • 28 Voir le roman de M. Weitzmann, Une place dans le monde, op. cit.

21Nous voyons donc se déployer, dans l’œuvre de Weitzmann, un discours troublé et ambigu sur la judéité : ce serait une identité souvent étouffante, dont il est cependant impossible de se libérer, et cela d’autant plus en Israël, où les conflits intérieurs semblent se démultiplier. Cependant, l’œuvre de l’auteur véhicule aussi d’autres images du rapport à la judéité, vécue non pas comme un carcan dont on voudrait s’enfuir, mais comme un refuge que l’on s’efforce de bâtir pour pouvoir trouver sa « place dans le monde28 ».

  • 29 M. Weitzmann, Notes sur la terreur, op. cit., p. 80.

22Ce discours émerge par exemple quand Weitzmann aborde, tout au long de ses récits et de ses romans, le thème de la terreur. Ce qui intéresse l’auteur dans les actes terroristes, c’est surtout l’impact qu’ils ont sur la vie de l’homme, dont ils bouleversent tous les repères, le rendant un être anonyme, sous l’emprise des événements. La seule solution possible, face à la dimension aléatoire de la terreur, serait celle d’essayer de nommer et classer la réalité, de donner aux choses et aux individus un sens et une identité : « Toujours nommer, toujours donner à ce qui se passe forme et numéro de dossier, toujours mettre entre soi et le monde la rassurante et dérisoire frontière de l’identité29 ». L’identité ne serait donc autre chose qu’un barrage, certes fragile, contre le chaos du monde, une façon de donner un nom simple à des choses complexes.

23Cette réflexion sur l’identité est au centre du roman Mariage mixte, inspiré par l’affaire Turquin. Le protagoniste du texte, aux traits fortement autobiographiques, est un Juif assimilé qui, bouleversé par un fait divers à connotation antisémite, renoue confusément avec sa judéité, choisissant par exemple de se faire circoncire. Ce choix d’un retour aux origines ne le sort pas pour autant de sa confusion :

  • 30 Marc Weitzmann, Mariage mixte, Paris, Stock, 2002 [2000], p. 104, italiques dans le texte.

entre particularisme et universel, entre lyrisme et transparence, entre mémoire obsédante et amnésie non moins oppressante […] de quel côté de moi-même, en fin de compte, étais-je moi-même ? Dans ma vie […], manifestement, je ne savais très bien quoi faire de cet élément juif.30

  • 31 Ibid., p. 102, italiques dans le texte.

24Impossible de choisir entre des postures identitaires multiples : la seule voie à emprunter demeure celle de la création et de l’invention. Voici ce qu’affirme le narrateur de Mariage mixte : « L’identité, comme le savait déjà mon père du temps où il falsifiait la sienne pour survivre, l’identité avait-elle jamais été rien d’autre qu’une fiction ? […] tout cela était-il autre chose qu’une création de plus ?31 » L’identité ne serait autre qu’une fiction, une forme de (re)construction de soi.

  • 32 Pierre Nora, « Mémoire et identité juives dans la France contemporaine », Le Débat, no 131, 2004/4, (...)

25Dans ce discours identitaire, on entend l’écho de la Shoah : elle serait en effet, comme l’affirme Pierre Nora, l’« événement matriciel de la mémoire et de l’identité juive contemporaine32 ». Le génocide n’a pas été l’affaire d’une seule génération, mais a continué de se répercuter de plusieurs façons sur les générations suivantes. La réflexion de Weitzmann sur l’identité comme fiction est donc profondément liée à l’Histoire, en particulier à l’histoire de dépossession qui a touché le peuple juif. Face aux débris du passé, face à un héritage déficitaire, le sujet ne peut subsister qu’en créant son propre récit sur soi.

26Weitzmann, par ce discours, non seulement souligne l’importance de la Shoah dans la définition de la judéité contemporaine, mais en fait aussi le moteur d’un renouvellement littéraire. L’autofiction serait ainsi, selon Weitzmann, qui prolonge volens nolens les réflexions de son cousin Serge Doubrovsky, très liée à l’histoire du xxe siècle :

  • 33 Marc Weitzmann, « L’Hypothèse de soi », Page des libraires, juin-juillet-août 1998, p. 49.

c’est parce qu’il y a eu menace de dévastation radicale du sujet […] qu’il y a eu recours à cette monstruosité hybride qu’est l’autofiction, laquelle, loin d’être un repli sur soi, fut bel et bien un combat indissociable de l’histoire d’un siècle qui fut le premier à se donner pour but explicite […] l’abolition définitive de la liberté individuelle.33

  • 34 Pour cette belle formule, voir Maxime Decout, Albert Cohen. Les fictions de la judéité, Paris, Clas (...)

27Tout individu contemporain, et d’autant plus l’individu juif, ne peut que se donner une identité fictive, tantôt étouffante, tantôt rassurante, qui constituerait un rempart face aux complexités du présent. La judéité se poserait ainsi comme une fiction, dans le sens d’une notion ouverte à toute création et à tout changement. L’écrivain juif se confronte à cet ensemble de possibilités de soi-même et, en même temps, il essaie de trouver une forme de prise sur ce qui l’interpelle et le concerne. Tant les essais que les romans de Marc Weitzmann ne seraient ainsi que des « fictions de la judéité34 », qui permettent au sujet de s’appréhender en même temps qu’il observe le monde.

Notes

1 À ce propos, voir par exemple Saskia S. Wiedner, « La nouvelle génération d’écrivains juifs. L’image d’Israël dans les romans de Marc Weitzmann », dans Till R. Kuhnle, Carmen Oszi et Saskia S. Wiedner (dir.), Orient lointain – proche Orient. La présence d’Israël dans la littérature francophone, Tübingen, Narr, 2011, p. 113-125.

2 Marc Weitzmann, Fraternité, Paris, Denoël, 2008 [2006].

3 Voir, pour cette conception générationnelle, en premier lieu Alain Finkielkraut, Le Juif imaginaire, Paris, Seuil, 1983 [1980], p. 169, qui, au tournant des années 1980, après la fin de toute illusion politique post-soixante-huitarde, affirme : « Notre génération est devenue anxieuse de l’histoire juive et candidate à son passé, depuis que s’est dissipée l’illusion grisante de vivre un tournant de l’histoire universelle. […] Cette impression nous a quittés, nous laissant pauvres, incertains et transformant notre rapport au judaïsme. Nulle richesse en nous, mais un manque insatiable, un héritage presque inexistant et une curiosité infinie, amoureuse, inquiète du détail le plus chétif de la vie juive qui n’aura plus jamais lieu ».

4 Voir, pour cette idée de transitivité de la littérature française contemporaine, Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008, p. 269 : « Elle [la littérature française contemporaine] se caractérise par la reconquête d’objets délaissés au cours des décennies précédentes : l’expression du sujet, la représentation du réel, la prise en compte de l’Histoire, de la mémoire ou du lien social. Il ne s’agit en effet plus d’écrire – au sens absolu du terme – mais bien d’écrire quelque chose, c’est pourquoi j’ai proposé d’appeler cette littérature : transitive ».

5 Voir Henri Rousso, Le Syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987.

6 Jean-François Lyotard parle d’« incrédulité à l’égard des métarécits » comme du caractère propre du savoir postmoderne, qui serait celui de l’âge contemporain. Voir id., La Condition postmoderne, Paris, Minuit, 2010 [1979], p. 7.

7 Sur toutes ces questions, voir par exemple Dominique Viart, « Fictions en procès », dans Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), Le Roman français au tournant du xxie siècle, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 289-303.

8 Marc Weitzmann, Notes sur la terreur, Paris, Flammarion, 2008, p. 44, italiques dans le texte.

9 Voir, par exemple, ce qu’affirme Elie Wiesel concernant le débat talmudique : « Tout est permis dans le Talmud. Le dialogue est roi, et l’opinion de la minorité est préservée au même titre que celle de la majorité ». Voir Elie Wiesel, « J’étudie le Talmud tous les jours », Le Point, hors-série, no 16, janvier-février 2009, p. 12-13.

10 Marc Weitzmann, Livre de guerre, Paris, Stock, 2001, p. 29.

11 Marc Weitzmann, Une place dans le monde, Paris, Stock, 2003, p. 369.

12 M. Weitzmann, Notes sur la terreur, op. cit., p. 21.

13 Ibid., p. 22, italiques dans le texte.

14 Voir M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 83 : « que la vérité ne corresponde tout à fait à aucune de ces versions n’est évidemment pas le problème – nous sommes là dans le récit, l’indispensable fiction fondatrice ».

15 Marc Weitzmann, Chaos, Paris, Gallimard, 1999, [1997], p. 222-224, italiques dans le texte.

16 Marc Weitzmann, 28 raisons de se faire détester. Chroniques littéraires, Paris, Stock, 2002, p. 130.

17 Marc Weitzmann, « Mythologies françaises, fictions romanesques », La Règle du jeu, le 24 janvier 2014, http://www.marcweitzmann.fr/articles/mythologies-fran%C3%A7aises-fictions-romanesques [consulté le 15 avril 2015].

18 Marc Weitzmann, « La France m’intéresse car elle devient plus brutale », entretien réalisé par Damien Aubel, Transfuge, septembre 2010, http://www.marcweitzmann.fr/articles/la-france-mint%C3%A9resse-car-elle-devient-plus-brutale [consulté le 15 avril 2015].

19 Alain Veinstein, « Alain Veinstein reçoit Marc Weitzmann pour son roman Une matière inflammable », émission Du jour au lendemain, France Culture, le 10 octobre 2013, http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-marcweitzmann-2013-10-10 [consulté le 15 avril 2015].

20 M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 17.

21 Ibid., p. 109, italiques dans le texte.

22 Shlomo Sand, Comment j’ai cessé d’être juif, Paris, Flammarion, 2013. Dans ce livre, il y a aussi une volonté de mettre fin à une vision victimaire de l’histoire juive, dans la lignée de l’étude d’Esther Benbassa (La Souffrance comme identité, Paris, Fayard, 2007). Cependant, souvent la polémique prend le dessus par rapport à l’analyse, surtout quand il s’agit de la politique israélienne. Voir, par exemple, p. 134 : « Supportant mal que les lois israéliennes m’imposent l’appartenance à une ethnie fictive, supportant encore plus mal d’apparaître auprès du reste du monde comme membre d’un club d’élus, je souhaite démissionner et cesser de me considérer comme juif ».

23 Voir M. Weitzmann, Livre de guerre, op. cit., p. 63 ; c’est Nathalie, une femme française ayant déménagé dans une colonie israélienne en Cisjordanie, qui parle : « Parfois […] je rentre pour les vacances, je retrouve la campagne française si loin de Beit-El. Juste moi, sans identité. Je me dis que j’aurais pu vivre autrement. Est-ce que j’aurais pu ? Mais il n’y a pas de retour possible, ajoute-t-elle, on ne revient pas en arrière ».

24 Marc Weitzmann, Une matière inflammable, Paris, Stock, 2013, p. 263.

25 M. Weitzmann, Fraternité, op. cit., p. 162, italiques dans le texte.

26 Ibid., p. 161 : « Les Juifs […] ont pratiquement inventé la catégorie du parvenu ».

27 Ibid., p. 161-162 : « Les USA, au fond le seul vrai pays capitaliste, donc antibourgeois, sont aussi le seul pays à faire du parvenu une figure enviable, bénigne, et c’est pourquoi tant de Juifs y ont trouvé refuge ».

28 Voir le roman de M. Weitzmann, Une place dans le monde, op. cit.

29 M. Weitzmann, Notes sur la terreur, op. cit., p. 80.

30 Marc Weitzmann, Mariage mixte, Paris, Stock, 2002 [2000], p. 104, italiques dans le texte.

31 Ibid., p. 102, italiques dans le texte.

32 Pierre Nora, « Mémoire et identité juives dans la France contemporaine », Le Débat, no 131, 2004/4, p. 29.

33 Marc Weitzmann, « L’Hypothèse de soi », Page des libraires, juin-juillet-août 1998, p. 49.

34 Pour cette belle formule, voir Maxime Decout, Albert Cohen. Les fictions de la judéité, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Auteur

Docteure de l’Université de Vérone et de l’Université Paris Nanterre. Ses recherches sur l’œuvre de trois écrivains juifs français (Irène Némirovsky, Patrick Modiano et Marc Weitzmann) ont été soutenues par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle a participé à de nombreux colloques et publications scientifiques, avec des contributions portant plus particulièrement sur les écritures de la judéité. Elle est lauréate 2017 du Prix Jeunes Chercheurs de la Fondation des Treilles.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search