Version classiqueVersion mobile

Juifs d'Europe

 | 
Ewa Tartakowsky
, 
Marcelo Dimentstein

Partie 2. Vies et constructions communautaires

Dynamique de la cohésion de groupe, de la promotion et du rejet de la judéité en Hongrie

Zsófia Kata Vincze
Traduction de Viviane Tourtet

Texte intégral

1Depuis la seconde moitié du xixe siècle, les juifs de la région hongroise de l’Empire austro-hongrois se sont considérés et ont été considérés soit comme étant intégrés à la nation hongroise, soit comme un groupe ethnoculturel à part, avec une religion distincte, soit encore comme un groupe qui, tout en n’étant pas identifié selon des critères ethniques ou culturels, pouvait être défini par une identité juive distincte.

2Nous examinerons s’il existe une corrélation entre, d’une part, le degré de prospérité économique et de stabilité sociétale et, d’autre part, le niveau d’intégration de la diversité au sein de la société. Cela permettra également d’illustrer une corrélation inverse entre, d’une part, les difficultés économiques et l’instabilité sociétale et, d’autre part, la formation de communautés ethniques et culturelles distinctes au sein d’une société multinationale. Sur la base de cette hypothèse, nous vérifierons que, dans des contextes nationalistes ou dans des États ethnonationaux, telle que la Hongrie, ainsi que durant les périodes d’instabilité sociétale et économique, les juifs se tournent plus souvent vers la communauté juive pour l’assistance (facteur attirant, pull factor). Ils sont aussi plus souvent désignés par les non-juifs comme un groupe à part (facteur répulsif, push factor). Les membres de la communauté juive réagissent souvent à ces facteurs d’attraction et de répulsion en manifestant une adhésion plus forte aux communautés juives spécifiques. À l’inverse, durant les périodes de prospérité économique et de stabilité sociétale, l’identité juive se caractérise par une plus grande intégration dans le régime pluriel hongrois. Corrélativement à cette dialectique rejet-intégration, un certain nombre de juifs qui choisissent de ne pas s’affilier – à savoir les juifs « manquants » en dépit de tous les efforts de sensibilisation envers la judéité – rejettent délibérément toutes les options identitaires juives.

  • 1 Voir notamment Zvi Gitelman, « Becoming Jewish in Russia and Ukraine », dans Zvi Gitelman, Barry Ko (...)
  • 2 András Kovács et Aletta Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary. Achievements, Challenges and Prioritie (...)

3L’enthousiasme euphorique, attesté par de nombreuses études, vis-à-vis de la « renaissance juive » européenne des années 19901, a considérablement chuté au début des années 2000. Une recherche d’András Kovács et d’Aletta Forrás-Biró indique que, dix ans après la « renaissance », guère plus de 10 % de la population juive n’est affiliée à une organisation juive2.

  • 3 Ibid., p. 7.

4Si nous comparons l’estimation du nombre de Hongrois juifs tirée de l’étude la plus récente d’András Kovács (100 000-160 000) et le nombre de ceux qui témoignent d’un engagement actif au sein de la communauté juive – ce dernier étant calculé sur la base de ceux qui : a) reversent 1 % de leur impôt sur le revenu à des institutions religieuses juives ; b) inscrivent leurs enfants dans des écoles juives ; c) participent à des manifestations juives (par exemple, à la commémoration de la Shoah ou au service de Yom Kippour) –, seuls 7 800 individus environ (soit 5,5 % à 10 % de la population globale de 100 000-160 000) sont des « juifs actifs », c’est-à-dire affiliés auprès d’une organisation ou témoignant d’un engagement à l’égard des communautés juives3.

  • 4 Sergio Pergola, « World Jewish Population, 2014 », dans Arnold Dashefsky et Ira M. Sheskin (dir.), (...)
  • 5 A. Kovács et A. Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary…, op. cit., p. 6.

5Dans le recensement hongrois de 2001, treize mille personnes s’identifient comme étant de religion juive. En 2010-2011, deux cent quinze membres de la communauté juive ont émigré en Israël. Ce fossé entre les 47 9004 ou 100 000 à 160 000 personnes qui peuvent peut-être être considérées comme juives par filiation et les 13 000 qui s’auto-identifient comme religieusement juives, dont les 7 à 8 000 juifs actifs, suscite tout à la fois l’inquiétude et les espoirs de ceux qui sont engagés dans la sensibilisation à la judéité et à son appropriation5. Comment donc expliquer le différentiel de ces juifs « manquants » ?

  • 6 Sur le contrat social d’assimilation en Hongrie, voir notamment Kati Vörös, « A Unique Contract. In (...)

6Dans la seconde moitié du xixe siècle, les juifs hongrois assimilés ont eu tendance à définir leur identité juive en termes religieux plutôt qu’ethniques6. L’application des lois antijuives en Hongrie, à commencer par le numerus clausus de 1920, a mis fin aux possibilités d’assimilation.

  • 7 Ferenc Erős, András Kovács et Katalin Lévai, « How did I find out I was a Jew », Soviet Jewish Affa (...)

7Dans la tourmente qui suit la défaite de la seconde guerre mondiale en Hongrie en 1945, la population juive hongroise restante est prise entre, d’une part, l’antisémitisme préexistant et l’extrémisme nationaliste qui a identifié les Hongrois juifs à une ethnie à part et a légitimé leur destruction et, d’autre part, la nouvelle idéologie communiste qui nie tendances nationalistes et expressions religieuses. Cette communauté juive traumatisée, qui tente de reconstruire une vie normale avec et pour les survivants, est alors incapable d’exprimer son identité en termes ethnoculturels ou religieux alors que l’arrière-plan ethnique et religieux devient tabou. La profonde confusion qui en résulte quant à la signification de l’identité juive hongroise a été désignée par le terme de « crise identitaire » par certains psychologues sociaux. Il existe une abondante littérature sur les juifs hongrois rejetant ou dissimulant leur ascendance. Cette « stratégie du silence » a duré des décennies et abouti à ce que des générations ont grandi sans connaître leur histoire familiale ou leur héritage juif. La rupture de ce silence s’opère progressivement dans les années 1980, en commençant dans le monde de la littérature et de la recherche universitaire7.

La « renaissance juive »

  • 8 D. Pinto, « A Third Pillar ? Towards a European Jewish Identity », op. cit.
  • 9 Voir les travaux de Lars Dencik, Zvi Gitelman, Marius Gudonis, Claire A. Rosenson, Régine Azria et (...)

8La « renaissance juive » dans l’ex-Union soviétique et l’Europe centrale et de l’Est a été largement étudiée, comme indiqué précédemment. Au milieu des années 1990, Diana Pinto souligne que, après 1989, des juifs des anciens pays communistes « revenaient et étaient contraints à l’assimilation forcée ou volontaire8 ». Adopter des traditions juives était une pratique répandue dans les années 1990 en Suède, en Angleterre, en France, en Autriche, en Pologne et en Allemagne9. Toutefois, ni le « retour » religieux ni l’ethnoculturel ne correspondent à un « retour » au monde juif d’avant-guerre. Cette « renaissance juive » relève d’un projet des structures communautaires afin de former des groupes organisés par des organisations prosélytes américaines et israéliennes ayant adopté certaines interprétations du judaïsme ainsi qu’une reconstruction mémorielle d’un « âge d’or » de la vie juive en Hongrie.

  • 10 András Kovács, « Zsidó csoportok és identitásstratégiák a mai Magyarországon » [Groupes juifs et st (...)
  • 11 Ibid., p. 32.

9Les enquêtes d’András Kovács indiquent que, de 1999 à 2002, environ 20 % des juifs nés entre 1966 et 1979 faisaient partie d’un groupe de « revenants » dont seulement 10 % étaient pratiquants10. Kovács souligne qu’« une importante majorité des familles n’ont jamais dit un mot à leurs enfants de leur héritage juif ». Ces « revenants » ont formé des liens étroits avec des organisations juives israéliennes, européennes et nord-américaines et ont créé un vaste réseau de groupes juifs allant des ultra-orthodoxes aux non-religieux laïcs branchés (« hip-secular »), des sionistes aux non-nationalistes11.

10Après la chute du communisme, plus de deux cent vingt religions ont été reconnues par l’État. Néanmoins, depuis le passage de la loi sur l’Église en 2012, seules trois congrégations juives « traditionnelles » sont officiellement reconnues : le judaïsme néologue (Neológia ou Neológ irányzat), le judaïsme orthodoxe et le rite Status Quo, ce dernier équivalent à Chabad. Le mouvement hassidique Chabad a réussi à persuader le gouvernement hongrois, en 2004, qu’il constituait la continuation de la communauté juive hongroise traditionnelle Status Quo. Par conséquent, depuis 2012, seules les communautés Chabad, néologue et orthodoxe reçoivent un financement de l’État en tant que communautés religieuses reconnues (Églises) contrairement aux communautés réformées reconnues auparavant qui n’en bénéficient pas.

  • 12 A. Kovács et A. Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary…, op. cit.

11La communauté juive institutionnalisée en Hongrie finance un large système éducatif juif : plusieurs crèches, trois écoles secondaires et une université juive. Au total, environ mille enfants fréquentent des écoles juives12. Toutefois, par rapport à la taille estimée de la communauté, ce pourcentage est faible.

  • 13 János Kőbányai, A halott arcán növekvő szakáll. A magyar zsidó történet vége [Barbe poussant sur un (...)

12Dix ans après ce qui est apparu comme une « renaissance juive », les dirigeants juifs vont commencer à exprimer leur déception. János Kőbányai, l’éditeur d’un important magazine juif Múlt és Jővö, assimile ainsi la lutte pour la vie juive culturelle et religieuse en Hongrie à une « barbe poussant sur un mort ». Il déplore que les écoles juives comptent beaucoup moins d’étudiants, et que l’Association culturelle juive dépérisse « pour devenir un club du troisième âge pour les week-ends13 ».

  • 14 Sur des commémorations nationales de la Shoah en 2004, voir les travaux de Mónika Kovács : « A múlt (...)
  • 15 L’attribution du prix Nobel à Imre Kertész en 2002 pour son roman Être sans destin, qui se déroule (...)

13Durant la période d’euphorie et d’instabilité politique, qui suit immédiatement le changement de régime, l’adhésion juive progresse. Toutefois, dès que la situation en Hongrie redevient plus stable, l’assimilation resurgit. Dans la période qui suit l’entrée de la Hongrie dans l’Union européenne et durant laquelle l’économie et l’infrastructure sociétale se sont stabilisées, la culture et l’éducation juives deviennent facilement accessibles et ne représentent plus une « nouveauté ». En 2004, le gouvernement donne plusieurs signes positifs, dont la reconnaissance de la responsabilité hongroise dans l’exécution de la Shoah14. On assiste alors à une tendance visant à inclure les contributions et les réussites des Hongrois juifs dans l’histoire nationale hongroise et le canon littéraire, en tant que composantes de la culture nationale diversifiée qui forme l’identité nationale15.

  • 16 Yiddishkeit désigne en yiddish judéité ou mode de vie juif. Au sens non religieux, il renvoie à la (...)

14Dans une approche anthropologique, et en nous basant sur des entretiens réalisés entre 2005 et 2008 et des observations participantes, nous estimons que la plupart des associations culturelles juives sont devenues inactives ou ont simplement assuré un peu de remémoration de la Shoah et de nostalgie du Yiddishkeit16. De même, presque tous les groupes sionistes et organisations étudiantes juives, comme UJS, ou sportives, comme Maccabi, sont devenus plus ou moins inactifs entre 2002 et 2008-2009. Parmi les communautés qui ont continué à être actives se trouvent Chabad et « Marom », une organisation jeune et branchée (« hip and cool ») affiliée au mouvement conservateur massorti, ainsi que la colonie de vacances « Szarvas », financée par le Joint Distribution Committee. Ces tendances sont par ailleurs confirmées par de nombreux chercheurs. Diana Pinto, Ruth Ellen Gruber et Zvi Gitelman, chercheurs qui ont travaillé sur le « renouveau juif » postcommuniste dans les années 1990, s’accordent, lors d’une conférence à Berlin en 2014, pour dire qu’une décennie après la chute du communisme, les communautés juives ne se sont pas développées et n’ont pas été aussi dynamiques qu’on pouvait l’espérer malgré l’immense effort venant d’organisations de sensibilisation.

  • 17 Le magazine juif hongrois Szombat décrit les programmes de Marom comme « multiculturels ». L’affich (...)
  • 18 Brigitta Eszter Gantner et Mátyás Kovács, « Altering alternatives », dans Julia Brauch, Anna Lippha (...)

15Dans la période de l’après 1989, la recherche de la tradition ethnique et la construction de l’identité religieuse consiste principalement dans l’auto-identification, dans le fait de révéler sa judéité, dans la confrontation avec le passé, dans la reconstruction de l’histoire et de la mémoire, dans la découverte et l’apprentissage des traditions juives, ce qui s’est soldé parfois par une pratique religieuse et la construction d’une identité juive. En revanche, dans la période de l’après-2005 la notion de communauté juive commence à être définie sur la base d’une ethnicité affirmée et d’une « différence culturelle ». La devise de cette période c’est : « c’est cool d’être juif ». Presque toutes les initiatives à la mode, prétendument organisées par un éventail de différents groupes, sont alors menées en fait par cinq à huit personnes extrêmement motivées. Marom, affiliée au mouvement conservateur massorti17, est perçue comme une organisation « clandestine » en vogue parce qu’elle n’est pas reconnue par la Fédération des communautés juives hongroises soutenue par l’État (MAZSIHISZ). Brigitta Gantner a qualifié ces groupes d’« alternatives en mouvement » (altering alternatives)18. Après ces « alternatives en mouvement », braver l’opinion dominante est devenu la posture majoritaire de la judéité. Sirály (Mouette), club emblématique de Marom, transforme ainsi son slogan « c’est cool d’être juif » en promouvant une plus grande acceptation et célébration de la diversité sociétale, en soutenant des projets LGBTQ (lesbiens, gays, bisexuels, transgenres et queer) et des Roms, ainsi qu’en soutenant la société civile en lutte pour la liberté d’expression et la préservation du quartier juif. Les projets de Marom ne concernent donc pas uniquement la communauté juive. Le groupe de musique hongrois Hagesher est devenu l’un des piliers de Marom, et ses concerts, bien qu’en hébreu et avec un contenu juif, attirent alors des milliers de jeunes gens, juifs ou non juifs. L’activité de Sirály sera l’objet de plusieurs tentatives d’interdiction de la part du conseil municipal de Budapest et en 2011, après un long combat, Sirály a dû fermer ses portes.

16La haute visibilité de ces programmes à thème juif donnait l’impression que la culture juive en Hongrie était à l’aube d’un renouveau. Du journal israélien Haaretz au New York Times, les observateurs sont alors fascinés par la créativité innovante de Marom et la requalification urbaine du « nouveau » quartier juif avec son club Sirály19. Les médias populaires parlent d’un « renouveau juif », alors même qu’entre 2005 et 2009 la plupart des communautés et organisations juives en Hongrie, à l’exception de Marom et de Chabad, soient devenues inactives.

17La crise économique de 2008 et le développement de la rhétorique antisémite dans l’opinion publique ouvrent un nouveau chapitre. Le discours politique public antisémite atteint des sommets en 2010 quand Jobbik, parti extrémiste, nationaliste, ethnique et antisémite, voit légitimée sa rhétorique antisémite par son élection au parlement national hongrois.

2010 : établissement d’une « démocratie illibérale20, nationaliste et chrétienne »

18Avec l’élection, en 2010, de la coalition ethnonationaliste des partis Fidesz et KDMP, la rhétorique gouvernementale change radicalement sur la définition de la nation hongroise et sur celle des « divers autres » « respectueusement tolérés », mais tenus à l’écart. En modifiant l’ancienne constitution en 2012, la Hongrie promulgue une nouvelle loi fondamentale dont le préambule définit la Hongrie comme faisant partie de l’Europe chrétienne et « reconnaît le rôle de la chrétienté dans la préservation de la nation21 ».

  • 22 Ibid.

19La rhétorique sur l’identité ethnonationale hongroise, le lien du sang et la chrétienté22, combinée à une conception de séparation de la culture juive du reste de la culture nationale hongroise, conduit à la séparation symbolique des juifs hongrois de la nation. Dans ce cadre, les juifs constituent les « divers autres » reconnus. Entre 2010 et 2015, plusieurs instituts de recherche, musées, universités publiques à caractère « national » et « chrétien » ont été construits, des centaines de nouveaux monuments érigés, et le programme scolaire national a été considérablement centralisé et modifié. « Nationaux » et « chrétiens » sont souvent simplement synonymes de non-juifs, non-Roms, « non-autres ». L’année 2010 marque un jalon dans le changement du contenu de l’enseignement et de la mémoire collective, passant d’une reconnaissance de la diversité ethnique, religieuse et culturelle de la nation hongroise à une narration ethnonationale monolithique allant jusqu’à englober, commémorer, soutenir et préserver la culture des minorités hongroises ethniques dans les pays voisins. Tout cela en considérant les patrimoines culturels différents – dont celui des juifs – comme séparés ou exclus de la nation hongroise.

  • 23 La loi sur les minorités nationales et ethniques, promulguée pour la première fois en 1993, stipule (...)

20Cette conception de la nation dessine culturellement et sociétalement des frontières ethniques entre les groupes de citoyens et exclut les « autres ». Ceux qui ne sont pas « ethniquement » hongrois sont exclus du corps national. Treize groupes minoritaires nationaux bénéficient toutefois et de droits nationaux collectifs distincts des minorités, et de représentants politiques23.

21Ce type de nationalisme exclusif et ethnique est au cœur de l’antisémitisme européen de la fin du xixe siècle et culmine avec les théories de suprématie raciale et culturelle des années 1930 et 1940. Depuis les années 1960, les études sur le nationalisme ont abondamment mis l’accent sur les conséquences du nationalisme ethnique, particulièrement lorsqu’il se combine avec des propos ethniques expansionnistes et révisionnistes. Les chercheurs et les experts qui combattent les modèles de démocratie nationale ethnique affirment que maintenir un concept de nation et de culture nationale basé sur la cohérence territoriale, tribale et culturelle conduit à la fiction selon laquelle il serait possible de fonder un État moderne sur le concept exclusif d’une nation ethniquement pure24. La fiction d’une nation ethniquement pure dotée d’une identité culturelle collective permet aux dirigeants de tirer parti des sentiments populaires et de proclamer la nécessité de protéger et de défendre la pureté ethnique de la nation ainsi que la culture, les traditions, la langue et la moralité d’origine. Pendant les périodes de rhétorique nationaliste, de difficultés économiques et d’instabilité politique, ces « nations ethniques » sont enclines à considérer d’autres « nations ethniques » au sein des frontières de leur État comme concurrentes et rivalisant pour les mêmes ressources. Une société nationaliste cherche à se défendre contre ses concurrents et finit par présenter ces « autres » comme responsables des difficultés économiques. L’énoncé général du programme scolaire national quant aux buts de l’éducation publique, tout en encourageant les professeurs à faire naître des sentiments patriotiques chez les étudiants, emploie le terme « défense » cent sept fois, généralement lorsqu’il est proposé que l’éducation défende les valeurs, la culture, la langue, la moralité nationale, etc.25 Au même titre, l’État se dépeint lui-même comme le principal défenseur de ces « diverses » autres cultures minoritaires et considère comme concurrentes les organisations indépendantes de la société civile qui prétendent jouer un rôle similaire.

  • 26 Ironiquement mais non paradoxalement, les Hongrois juifs sont généralement opposés au nationalisme (...)

22La transition de 2010 au sein du gouvernement vers un nationalisme populiste et ethnique excluait pratiquement les citoyens juifs du corps national, avec une double dimension : d’une part, permettre aux membres de la communauté juive de conserver leur statut légal de citoyens, mais d’autre part, les délégitimer en tant que membres de la nation caractérisée comme chrétienne dans la Loi fondamentale de 2012. Soutenir l’idée que le gouvernement d’Israël représente les intérêts de la communauté juive de Hongrie (idée fréquemment exposée par l’ambassade d’Israël en Hongrie ainsi que par le gouvernement d’Israël) permet d’accréditer la théorie que la communauté juive a une identité nationale séparée de l’identité nationale hongroise26.

23La séparation des « juifs » des « Hongrois » s’est rapidement manifestée par un conflit ouvert : la politique gouvernementale nationaliste ethnique (le changement de la Constitution, le programme scolaire national, le musée de la Shoah, la relativisation de la terreur nazie et communiste, le détournement de la responsabilité hongroise dans l’antisémitisme et le génocide des juifs, la glorification et la disculpation de l’ère Horthy, l’extension de la citoyenneté – qui inclut le droit de vote – aux Hongrois ethniquement « purs » qui vivent à l’étranger) a engendré un vif débat. Les inquiétudes de grandes organisations juives sur ces politiques les ont conduits à « boycotter » la commémoration du 70e anniversaire de la Shoah en Hongrie. Plusieurs associations juives ont annoncé qu’elles ne participeraient pas aux événements financés par le gouvernement dans le cadre de la commémoration de la Shoah.

  • 27 « Friendly government » est l’un des intertitres de l’article « Fighting for Jewish Identity in Bud (...)

24De manière prévisible, la période durant laquelle l’intégration de la communauté juive au sein de la majorité hongroise semble être menacée coïncide avec une autre vague de cohésion du groupe juif, que certains désignent de manière optimiste comme une autre « renaissance ». Plutôt qu’une réponse à l’insécurité grandissante, la « renaissance » est souvent caractérisée comme l’indicateur positif d’une forte communauté juive au sein d’un environnement favorable. Un article paru dans Haaretz en février 2015 mentionnait un « gouvernement amical » et une « renaissance juive27 ».

25Ceux qui cherchent les signes d’un renouveau communautaire juif, après la période d’inactivité qui va de 2005 à 2009, pourraient se référer à la période d’après 2009-2010, qui voit une augmentation importante du nombre d’organisations juives établies, à un niveau jamais atteint. Le Centre culturel israélien, la maison Moishe (Moishe House), Dor Hadash, Lativ Kollel, Tikva Hungary, Minyanim, Hillel et des dizaines d’autres communautés proposent quotidiennement une variété de programmes juifs.

  • 28 Des rapports contradictoires existent sur le niveau de l’antisémitisme, certains insistant sur sa c (...)
  • 29 Site Internet de Tett és Védelem Alapítvány, http://tev.hu/en [consulté le 2 octobre 2015].

26Les nombreuses créations de nouvelles organisations coïncident avec le fait que, dans le monde entier, la presse titre sur la montée de l’antisémitisme28 qui, à son tour, motive des donateurs à soutenir ces organisations juives, des projets éducatifs ainsi que plusieurs initiatives qui tentent de lutter contre l’antisémitisme, comme Tett és Védelem Alapítvány (Fondation action et protection)29. Certaines tentatives pour combattre l’antisémitisme se concentrent sur l’éducation publique et insistent sur le fait que les communautés juives et hongroises ont coexisté pacifiquement et avantageusement pendant des siècles. Mais ce type de tentative visant à donner une vision positive du multiculturalisme peut également laisser penser que la communauté juive est, de fait, séparée de la collectivité globale.

27Comme nous l’avons indiqué dans l’introduction, durant les crises économiques et sociopolitiques, on assiste à une augmentation de la rhétorique nationaliste. Des organisations se forment pour soutenir des groupes ethniques séparés, dessinant des frontières ethniques et créant de la cohésion ethnique. Plus la rhétorique nationaliste ethnique est forte, plus l’environnement devient instable et menaçant pour les juifs en Hongrie, plus les organisations juives existantes (allant des organisations religieuses ou sionistes aux organisations branchées et laïques) tendent à se dissimuler et se séparer de la « majorité nationale ». Toutefois, si de nombreuses nouvelles institutions et organisations existent (principalement soutenues par des fondations israéliennes et nord-américaines), elles ne suscitent pas nécessairement d’engagement actif.

28Les discussions et débats ont donné lieu à un conflit ethnoculturel ouvert qui s’est exprimé dans des milliers d’articles universitaires, de publications sur des blogs, d’éditoriaux, de lettres ouvertes, de commentaires, de déclarations, de tweets, à la fois en ligne et hors ligne.

29À partir d’une analyse des discours d’une sélection de quatre cents articles, il a été possible d’identifier un groupe de personnes participant aux débats qui revendiquent d’avoir « des origines juives » ou des « ancêtres juifs », mais ne se considèrent pas comme juifs et ne se reconnaissent pas dans la conception nationale d’identité juive séparée. Le débat met en relief la plus grande préoccupation des organisations de sensibilisation et de rapprochement : si seulement 5 à 10 % du nombre estimé de juifs hongrois sont actifs, alors où se trouvent les juifs inactifs ? Quand un grand nombre de personnes ne connaissent rien de leur héritage, d’autres ne veulent tout simplement pas être juifs, exprimant des opinions critiques bien articulées sur l’identité juive « séparatiste » qui promeut « la fierté juive », la « particularité juive » ou encore une manière décontractée d’être juif. Nous pouvons donc postuler que, d’une part, les juifs « invisibles » « inaccessibles » (du moins une proportion d’entre eux) sont trop libéraux pour être juifs en Hongrie, d’autre part, que même s’il y a des centaines d’organisations juives dont nombre d’entre elles sont actives occasionnellement, elles attirent des « consommateurs », mais pas des militants. À titre de comparaison, examinons une communauté bien plus petite, l’Association pour la conscience de Krishna, au regard du 1 % des impôts attribué à une organisation religieuse. Alors que moins de 9 000 personnes choisissent de donner 1 % de leurs impôts à des institutions religieuses juives, 23 257 personnes choisissent de donner 1 % de leurs impôts à l’église pour la conscience de Krishna.

30Au cours des périodes de stabilité et de prospérité, les gens ont davantage tendance à se considérer comme des individus intégrés à une société plurielle et à vivre en tant qu’individus tout en étant fidèles à leurs appartenances ethniques ou religieuses dans la sphère privée. Durant ces périodes d’instabilité sociétale et de difficultés économiques, la recherche accrue de boucs émissaires et la xénophobie conduisent à une rhétorique d’exclusion nationaliste écartant des communautés hétérogènes pour en faire des groupes séparés en apparence plus homogènes. En réaction, en Hongrie, de nombreuses organisations d’Israël et d’Amérique du Nord ont établi des réseaux d’institutions ethniques et culturelles pouvant jouer un rôle pour sauvegarder le bien-être des communautés juives. Néanmoins, le recours aux services de ces organisations n’implique pas que les participants se montrent pour autant plus impliqués.

31En Hongrie, atteindre le chiffre magique de cent mille juifs reste un objectif. Mais malgré les quelques initiatives à court terme enregistrées, la plupart des organisations comptent un nombre négligeable de membres et les communautés restent « maintenues en vie » par des aides israéliennes, américaines ou des subventions locales de l’État. Néanmoins, même si des chercheurs étrangers, des journalistes, des organisations de sensibilisation et des donateurs potentiels ont rencontré le même petit nombre de « juifs professionnels », la plupart d’entre eux continuent à faire des rapports optimistes sur une « vie juive » dynamique et une « renaissance juive », alors même qu’ils n’ont vu qu’une façade d’un « village Potemkine ».

Notes

1 Voir notamment Zvi Gitelman, « Becoming Jewish in Russia and Ukraine », dans Zvi Gitelman, Barry Kosmin, András Kovács (dir.), New Jewish Identities. Contemporary Europe and Beyond, Budapest, Central European University Press, 2003, p. 105-137 ; Leonard Mars, « Anthropological Reflections on Jewish Identity in Contemporary Hungary », dans András Kovács (dir.), Central European University Jewish Studies Yearbook 1, Budapest, Central European University Press, 1996-1999, p. 157-169 ; Ruth Gruber, Virtually Jewish. Reinventing Jewish Culture in Europe, Berkeley, University of California Press, 2000 ; Diana Pinto, « A Third Pillar ? Toward a European Jewish Identity », dans András Kovács (dir.), Jewish Studies at the Central European University. Public Lectures 1996-1999, Budapest, Central European University Press, 2000, p. 177-201 ; Diana Pinto, « Towards a European Jewish Identity », Golem. Europaïsch-Jüdisches Magazin, le 25 février 2010, http://www.hagalil.com/bet-debora/golem/europa.htm [consulté le 13 novembre 2015].

2 András Kovács et Aletta Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary. Achievements, Challenges and Priorities since the Collapse of Communism, Londres, Institute for Jewish Policy Research, 2011.

3 Ibid., p. 7.

4 Sergio Pergola, « World Jewish Population, 2014 », dans Arnold Dashefsky et Ira M. Sheskin (dir.), The American Jewish Year Book, vol. 114, Dordrecht, Springer, 2014, p. 301-393.

5 A. Kovács et A. Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary…, op. cit., p. 6.

6 Sur le contrat social d’assimilation en Hongrie, voir notamment Kati Vörös, « A Unique Contract. Interpretations of Modern Hungarian Jewish History », Central European University Jewish Studies Yearbook, no 3, Budapest, Central European University Press, 2002-2003, p. 229-255 ; Viktor Karady, « Asszimiláció és társadalmi krízis. A magyar– zsidó társadalomtörténet konjunkturális vizsgálata » [Assimilation et crise sociale. L’examen cyclique de l’histoire sociale juive en Hongrie], Világosság, no 3, 1993, p. 33-60 ; Guy Miron, « Between “Center” and “East”. The Special Way of Jewish Emancipation in Hungary », Central European University Jewish Studies Yearbook, no 4, Budapest, Central European University Press, 2004-2005, p. 111-138.

7 Ferenc Erős, András Kovács et Katalin Lévai, « How did I find out I was a Jew », Soviet Jewish Affairs, no 17.3, 1987, p. 55-66.

8 D. Pinto, « A Third Pillar ? Towards a European Jewish Identity », op. cit.

9 Voir les travaux de Lars Dencik, Zvi Gitelman, Marius Gudonis, Claire A. Rosenson, Régine Azria et John D. Klier, dans Z. Gitelman, B. Kosmin et A Kovács (dir.), New Jewish Identitities. Contemporary Europe and Beyond, op. cit.

10 András Kovács, « Zsidó csoportok és identitásstratégiák a mai Magyarországon » [Groupes juifs et stratégies identitaires en Hongrie d’aujourd’hui], dans András Kovács (dir.), Zsidók a mai Magyarországon [Les Juifs en Hongrie aujourd’hui], Budapest, Múlt és Jövö, 2002, p. 9-40.

11 Ibid., p. 32.

12 A. Kovács et A. Forrás-Biró, Jewish Life in Hungary…, op. cit.

13 János Kőbányai, A halott arcán növekvő szakáll. A magyar zsidó történet vége [Barbe poussant sur un mort. La fin de l’histoire juive hongroise], Budapest, Múlt és Jövö, 2001, p. 5-42.

14 Sur des commémorations nationales de la Shoah en 2004, voir les travaux de Mónika Kovács : « A múlt kollektív reprezentációi a jelen homályos tükrében » [Représentations collectives dans cette faible lumière], dans Márta Fülöp et Éva Szabó (dir.), A pszichológia mint társadalomtudomány [La psychologie est une science sociale], Budapest, Elte Eötvös Kiadó, 2012, p. 305-320.

15 L’attribution du prix Nobel à Imre Kertész en 2002 pour son roman Être sans destin, qui se déroule en Hongrie durant la Shoah, a suscité de nombreux débats autour du statut de son œuvre comme composante de la littérature nationale hongroise ou d’une littérature à part, juive ou de la Shoah. Peu à peu, l’écrivain a toutefois bénéficié d’une légitimité en tant qu’auteur hongrois, et il a semblé évident que son œuvre ainsi que les œuvres d’autres auteurs ou poètes juifs faisaient partie de la littérature hongroise et devaient être inscrites au programme scolaire national.

16 Yiddishkeit désigne en yiddish judéité ou mode de vie juif. Au sens non religieux, il renvoie à la culture populaire du monde yiddishophone.

17 Le magazine juif hongrois Szombat décrit les programmes de Marom comme « multiculturels ». L’affiche que l’association utilise pour promouvoir un festival mentionne : « C’est sexy d’être juif », http://www.szombat.org/politika/4222-alterzsido-fesztival [consulté le 2 octobre 2015].

18 Brigitta Eszter Gantner et Mátyás Kovács, « Altering alternatives », dans Julia Brauch, Anna Lipphardt et Alexandra Nocke (dir.), Jewish Topographies. Visions of Space, Traditions of Place, Aldershot, Hampshire et Burlington, VR : Ashgate, 2008, p. 139-158.

19 Voir le rapport du New York Times de 2009, http://www.nytimes.com/2009/12/09/arts/09iht-GRUBER.html?_r=3& [consulté le 19 mars 2015] ; et un rapport vidéo Jewish Telegraphic Agency, http://marom.masortiolami.org/siraly-jewish-hangout-budapest-jta-dieo-article/[consulté le 19 mars 2015].

20 Cette expression a été utilisée par Viktor Orbán. Elle renvoie à une conception d’un État basé sur des axiomes nationaux qui s’opposerait à une conception « libérale démocratique » des États européens occidentaux.

21 Loi fondamentale de la Hongrie, le 25 avril 2011, https://www.kormany.hu/download/e/02/00000/The%20New%20Fundamental%20Law%20of%20Hungary.pdf [consulté le 19 mars 2015].

22 Ibid.

23 La loi sur les minorités nationales et ethniques, promulguée pour la première fois en 1993, stipule qu’un groupe défini par la loi comme une minorité dispose de certains droits de représentation et culturels collectifs. Ces droits s’exercent pour le compte de la minorité par son corps représentatif élu. La MASZIHISZ et plusieurs personnes publiques de la communauté juive ont rejeté la proposition selon laquelle la communauté juive est également définie comme une minorité nationale. Cette loi a été changée et étendue en 2012, mais la communauté juive hongroise, sauf exception au sein de la Communauté israélite unie de Hongrie (Egységes Magyarországi Izraelita Hitközség, EMIH), ne considère toujours pas être un groupe de nationalité séparé.

24 Voir, entre autres, une bibliographie d’Oxford sur ce sujet : Douglas Braburn, Nation, Nationhood and Nationalism, Oxford, Oxford Bibliographies, 2011, http://www.oxfordbibliographies.com/view/document/obo-9780199730414/obo-9780199730414-0070.xml?rskey=67QzMh&result=2&q=douglas+bradburn#firstMatch [consulté le 2 octobre 2015].

25 Décret 110/2012 (VI. 4.), https://www.google.hu/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCAQFjAA&url=https%3A%2F%2Fwww.nive.hu%2FDownloads%2Fjogszabalyok%2Frendeletek%2FDL.php%3F3Ff%3D110-2012_VI_4_Korm_rendelet.docx&ei=ZygpVcOZI8b6Urn5gIAL&usg=AFQjCNEjyUKd96R5txupa2H5FWGDl0M2VA&sig2=zIQF13zB7VCTOuRle7B-CaA&bvm=bv.90491159,d.d24&cad=rjt [consulté le 2 octobre 2015].

26 Ironiquement mais non paradoxalement, les Hongrois juifs sont généralement opposés au nationalisme ethnique et reconnaissent le danger de se définir en tant que « nation » séparée, du fait de la situation précaire de leur statut en tant que membre de la nation hongroise. C’est pourquoi la communauté juive a rejeté une proposition de 2005 faite au gouvernement par un groupe appelé Társaság a Magyarországi Zsidó Kisebbségért (Société pour les Juifs hongrois en tant que minorité) pour que la communauté juive soit définie comme une « minorité nationale ». Voir : http://www.zsidokisebbseg.com/2005/09/29/beadvany-az-ovb-hez/ [consulté le 2 octobre 2015]. Les dirigeants de Chabad ont jugé positivement cette proposition mais ont fait remarquer que le judaïsme était bien plus qu’une simple nationalité, appartenance ethnique ou religion. Voir : http://regi.sofar.hu/hu/node/100547 [consulté le 2 octobre 2015]. Cette question est également portée par l’idéologie sioniste qui considère Israël comme foyer national ethnique des juifs et par des appels à l’aliyah du gouvernement d’Israël, appels qui fonctionnent de fait à double tranchant, alimentant l’idée que la Hongrie n’est pas le foyer de la communauté hongroise juive.

27 « Friendly government » est l’un des intertitres de l’article « Fighting for Jewish Identity in Budapest ». L’article souligne que : « Budapest connaît une renaissance juive de toute sorte avec festivals, clubs et synagogues réouvertes dans les rues de l’ancien quartier juif, dans le septième arrondissement. Cela résulte partiellement de la renaissance de la culture juive au sein de la jeune génération, mais aussi en raison du fait que le gouvernement hongrois tente de projeter une image plus conviviale pour équilibrer les critiques occidentales adressées au gouvernement du Premier ministre conservateur Viktor Orbán et les peurs quant au parti d’extrême droite et antisémites Jobbik ». Voir : http://www.haaretz.com/jewish-world/jewish-world-features/1.642103 [consulté le 2 octobre 2015].

28 Des rapports contradictoires existent sur le niveau de l’antisémitisme, certains insistant sur sa croissance, d’autres considérant qu’il s’agit d’une perception de croissance liée à l’augmentation de sa légitimité. La communauté juive considère que l’antisémitisme augmente, perception exacerbée par le sentiment d’insécurité. Selon un rapport de 2014 de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), les juifs en Hongrie sont extrêmement inquiets sur ce qu’ils perçoivent comme une montée de l’antisémitisme. En Hongrie, trois quarts des enquêtés ont déclaré qu’ils entendaient fréquemment dire que les juifs avaient trop de pouvoir dans le pays, et plus de la moitié des enquêtés (59 %) ont entendu des juifs être blâmés pour l’actuelle crise économique ou encore que les juifs ont exploité leur statut de victimes de la Shoah pour leurs propres intérêts (57 %). Voir : « Expériences de la discrimination et des crimes de haine vécues par des personnes juives dans les États membres de l’Union européenne », FRA, Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, Vienne, novembre 2013, http://fra.europa.eu/fr/publication/2013/ expriences-de-la-discrimination-et-des-crimes-de-haine-vcues-par-des-personnes [consulté le 2 octobre 2015].

29 Site Internet de Tett és Védelem Alapítvány, http://tev.hu/en [consulté le 2 octobre 2015].

Auteur

Diplômée d’ethnologie et de littérature comparée à l’université Babeș-Bolyai de Cluj. Elle obtient son doctorat en études juives contemporaines en 2006 au département d’ethnologie à l’université Eötvös Loránd à Budapest. Elle est auteure de nombreux articles, de l’ouvrage Visszatérők a tradícióhoz [Retour à la tradition] (Budapest, L’Harmattan, 2009) et coauteure de Beszélgetőkönyv a megértő irodalomoktatásról [Dialogues sur l’éducation littéraire] (Sepsiszentgyörgy, T3 Kiadó, 2004). Actuellement, elle enseigne l’ethnologie, les études culturelles et l’histoire contemporaine d’Israël à l’université Eötvös Loránd.

Viviane Tourtet (Traducteur)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search