Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

Annexes

Quel nom pour la bande dessinée numérique ?

S’y retrouver dans une typologie variable

Texte intégral

1Le terme « bande dessinée numérique » ne s’est véritablement imposé qu’à la fin des années 2000 comme l’appellation générique d’œuvres graphiques numériques utilisant les codes de la bande dessinée. De nombreux autres termes ont été utilisés et le sont encore pour désigner tout ou partie de ces œuvres. La plupart désignent des sous-catégories de bandes dessinées numériques mettant l’accent sur un aspect spécifique. Certains, comme les webcomics, les blogs bd et le Turbomedia, peuvent être considérés comme des genres à part entière dans lesquels de nombreux auteurs se reconnaissent. Il faut bien sûr considérer ces appellations dans leur contexte d’émission ; elles se recouvrent assez largement, en tout ou partie. Enfin, la diversité des termes doit se comprendre dans un contexte de concurrence où l’enjeu est de se démarquer de l’existant ; certains termes ont d’abord une valeur marketing et sont là pour signifier une forme, réelle ou supposée, d’innovation.

2Je ne considère ici que les termes utilisés pour des œuvres francophones, même si le nom lui-même peut être anglais.

3Dans les premiers temps de la bande dessinée numérique domine le terme bande dessinée interactive qui insiste sur la présence de passages dans lesquels le lecteur est amené à intervenir pour faire avancer l’histoire (Opération Teddy Bear en 1996). Le succès de ce terme dans les années 1990 s’explique sans doute par l’analogie qu’il permet avec le jeu vidéo, média en plein essor à cette époque. L’expression tombe ensuite en désuétude dans les années 2000, même si elle continue d’être employée de façon ponctuelle, avec un retour en grâce dans les années 2010 (chez Tony notamment, mais voir aussi Anne Frank au pays du manga en 2013 et Les vestiaires en 2017).

4Durant la décennie 1990, d’autres termes sont utilisés mais ne survivent que le temps d’une œuvre : sound comics (Jack Palmer, un privé dans la nuit en 1995), digital comics (CD-Rom édités par les Humanoïdes Associés, 1996-1999) en sont deux exemples.

5L’ensemble de ces premiers termes mettent surtout en avant les caractéristiques formelles des œuvres qui constituent un écart par rapport à la bande dessinée traditionnelle (technologie numérique, interactivité, son…).

6Dans les années 2000, avec l’enracinement de la bande dessinée sur le réseau Internet, les termes qui dominent sont ceux qui insistent sur le mode de diffusion. Bande dessinée en ligne (ou BD en ligne) et Webcomics (mot directement emprunté à l’usage dans l’ère anglophone) sont régulièrement utilisés, par exemple sur les plateformes Grandpapier.org, Lapin.org, Webcomics.fr, Sos-webcomics.com. Thierry Smolderen utilisera dans un article le terme bd/i qui ne sera toutefois pas repris. Mais c’est surtout blog bd qui rentre dans l’usage courant à partir de 2005. Il ne désigne toutefois qu’un type bien particulier de bandes dessinées en ligne : celles qui répondent au format technique du blog. Plus récemment l’appellation webtoon, venue de Corée du Sud, a connu un petit succès grâce à la plateforme Delitoon pour désigner des œuvres diffusées sur le Web et construites selon le principe d’un défilement vertical.

7Cette décennie voit aussi l’apparition de quelques termes qui ne seront utilisés que de façon très ponctuelle, pour désigner une ou quelques œuvres : « Manga digitale » (pour quelques œuvres de Fred Boot entre 2002 et 2004) et BDVD (pour quelques dessins animés empruntant aux codes de la bande dessinée et distribués en DVD entre 2003 et 2006). Il faut aussi noter la présence ponctuelle de motion comics qui désigne plus couramment aux États-Unis des œuvres employant des effets d’animation parfois traduit en France en BD vidéo.

8À partir de la fin des années 2000, deux changements de taille interviennent dans la désignation de ces œuvres : bande dessinée numérique tend à s’imposer pour parler d’un ensemble générique d’œuvres numériques sans en préciser les caractéristiques. Ce terme est par ailleurs celui qui est choisi par les éditeurs pour parler des catalogues numérisés. Deux autres termes génériques existent, bien qu’employés moins couramment : e-bd (pour Je vous ai compris en 2013) et BDz. Ils s’appuient sur l’ajout de lettres habituellement utilisées pour les œuvres numériques : le préfixe « e » pour électronique (par analogie avec e-book), ou le suffixe « z » (par analogie avec « warez » employé pour désigner des contenus numériques diffusés illégalement). En ce sens, BDz désigne plutôt des œuvres associées à la culture libre et au partage de fichiers (BDZMag).

9Dans le même temps, la standardisation du format diaporama amène l’apparition de termes pour désigner spécifiquement ces œuvres composés d’écrans successifs : on note par exemple les termes flip bd (par analogie avec le flip book) et stripop. L’appellation la plus reconnue est Turbomedia. On considère généralement qu’elle ne désigne pas n’importe quel diaporama mais seulement ceux qui respectent une certaine grammaire dans la mise en écran des images.

10À côté du diaporama, le format du défilement vertical connaît lui aussi un succès croissant durant les années 2010 et le terme bande défilée est employé pour Phallaina (2016). S’il n’a pas été utilisé dans d’autre contexte, il garde une certaine efficacité par son analogie sonore avec la bande dessinée.

11Enfin, il est notable que, à l’instar du Turbomedia, des termes rompant volontairement avec le champ lexical de la bande dessinée font aussi leur apparition depuis quelques années pour signifier que la « bande dessinée numérique » est un horizon dépassable du récit graphique numérique. Récit numérique, utilisé par exemple sur Grandpapier.org, entérine l’idée que la bande dessinée numérique tend à se fondre dans une catégorie plus vaste de narrations numériques. Le théoricien Tony emploie depuis 2016 le terme récit-interface, assurément plus technique mais permettant de couvrir une grande variété d’œuvres, caractérisées par leur statut d’interface graphique.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search