Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

Galerie. 21 étapes d'une histoire esthétique : œuvres et auteurs marquants

Marietta Ren. Phallaina

Le numérique augmenté par le réel et l’audiovisuel

Texte intégral

L’œuvre

1Phallaina est une bande dessinée sous forme de frise qui possède deux modalités de diffusion. D’un côté une œuvre numérique, à défilement horizontal, rehaussée par une bande-son ; de l’autre une fresque physique monumentale de plus de cent mètres de long accompagnée d’un dispositif de réalité augmentée permettant au spectateur d’écouter les sons. Le numérique est ici pensé comme un des éléments d’un environnement de diffusion plus global qui prend en compte conjointement les appréciations visuelle, matérielle et sonore de l’œuvre. Dans sa version numérique, Phallaina est une application à télécharger disponible gratuitement sur l’Appstore et Google Play. L’œuvre est surtout optimisée pour être lue sur tablette tactile, le doigt accomplissant le geste du défilement.

2L’histoire est celle d’Audrey, une jeune femme sujette à une forme étrange d’épilepsie faisant apparaître des baleines dans son champ de vision. Des examens médicaux révèlent progressivement que ses crises sont liées à un don pour l’apnée. Le récit suit la transformation progressive d’Audrey alors qu’elle apprivoise son anomalie, en apprenant aussi du passé, à la rencontre d’un peuple mythique d’hommes-baleines, les Phallainas.

3L’œuvre de Marietta Ren frappe par sa densité romanesque et sa capacité d’immersion. L’histoire est longue, avec des personnages à la psychologie travaillée, porteuse d’enjeux individuels et collectifs tournant autour de l’accomplissement de soi et des liens entre science et mythologie. Le visionnage de l’ensemble de l’œuvre numérique prend plus d’une heure, ce qui diffère grandement de la plupart des créations numériques, plutôt de forme brève. Pour faciliter cette lecture, les auteurs ont travaillé à une véritable immersion qui utilise des moyens sonores (bruitages, musique occasionnelle) et la sobriété graphique du noir et blanc. L’une des grandes qualités de l’œuvre tient à sa gestion de l’espace : dépourvue de cases, les séquences s’enchaînent en utilisant parfois des effets de parallaxe et de la 3D qui participent à l’aspect poétique de l’ensemble et font oublier les contraintes techniques du défilement.

L’auteur

4Marietta Ren ne vient pas initialement de la bande dessinée mais de l’illustration et de l’animation. Formée à l’école des Gobelins, elle travaille sur plusieurs films et séries d’animation pour des travaux de character design et de storyboard. Elle publie un premier album en 2010 chez Ankama, Je suis deux, avec Eugény Couture. Pour Phallaina, elle est accompagnée par les membres du Studio SmallBang, créé en 2012 et spécialisé dans les créations en réalité augmentée. Si la dessinatrice Marietta Ren est à l’origine de l’œuvre, il convient de souligner l’aspect profondément collectif d’un projet qui fait intervenir six autres personnes, dont un sound designer, un développeur informatique et un animateur montrant la complémentarité des différentes professions artistiques dans le contexte de la création numérique.

Le contexte

5Si Phallaina doit s’envisager au sein d’une période qui voit le retour en force de l’expérimentation numérique et de techniques abandonnées (ajouts de sons, animations, etc.), elle ajoute à cet arsenal des dispositifs de son temps comme la réalité augmentée et la lecture tactile. Elle marque le retour d’œuvres de grande ampleur, plus coûteuses et moins artisanales, par des équipes polyvalentes. Le projet dans son ensemble est une des meilleures illustrations de la façon dont l’audiovisuel prend une place de plus en plus importante dans la création originale de bande dessinée numérique dans les années 2010. Sur le plan économique, Phallaina est co-produite par le pôle Nouvelles Écritures de France Télévisions, dans le même mouvement que d’autres réalisations de grande ampleur. Elle est soutenue par le Centre national du cinéma et de l’image animée. Sur le plan esthétique, les apports du cinéma et de l’animation graphique sont incontestables dans une œuvre qui prend en compte la profondeur de champ, le rythme du défilement des images et l’ambiance sonore.

Marietta Ren, Phallaina, 2016. Marietta Ren, Phallaina. © Small Bang / Nouvelles Écritures de France Télévisions.

Bibliographie

Bibliographie

http://phallaina.nouvelles-ecritures.francetv.fr/

Hélène Crombet, « Phallaina, un voyage hallucinatoire à travers une bande défilée numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 12, 2018, [en ligne], mis url : http://journals.openedition.org/rfsic/3397 ; DOI : 10.4000/rfsic.3397.

Co-produit par Small Bang et les Nouvelles Écritures de France Télévisions avec le soutien du CNC. Application gratuite.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/15873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Marietta Ren, Phallaina, 2016. Marietta Ren, Phallaina. © Small Bang / Nouvelles Écritures de France Télévisions.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/15873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search