Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

Galerie. 21 étapes d'une histoire esthétique : œuvres et auteurs marquants

Philippe Gerbaud et Toffe. Et Dieu naquit la femme

Le manifeste de la révolution informatique

Texte intégral

L’œuvre

1Et Dieu naquit la femme est la seule œuvre de notre liste à avoir été diffusée sur support papier. Elle est la première bande dessinée créée par ordinateur et constitue un témoignage indispensable des débuts de l’utilisation des outils informatiques par les auteurs de bande dessinée et les graphistes en général. Elle a été conçue à l’aide du logiciel d’infographie en images matricielles MacPaint, vendu avec le premier ordinateur Macintosh.

2Elle se présente sous la forme d’une bande dessinée de trois pages accompagnée d’un manifeste introductif signé « Marat ». Le dessin brut, géométrique, n’est pas sans rappeler l’art futuriste du début du xxe siècle. Dépourvues de bulles, les images sont accompagnées de dialogues et de commentaires. L’œuvre oscille entre une certaine grandiloquence démonstrative, rendue par le minimalisme textuel, et une incontestable dimension parodique.

3La même ambivalence se retrouve dans le texte qui accompagne la bande dessinée et fait office de manifeste, à la fois grandiloquent et risible dans ses résonances avec le thème des images. La métaphore filée oppose « les paradis de l’informatique, mondes parfaits, silencieux, hygiéniques » et la « genèse graphique » qui permet désormais de créer des images sur ordinateur.

4Que ce soit à travers le prologue humoristique, ou à travers l’image elle-même, presque sale et déformée, Et Dieu naquit la femme se présente comme la revendication ambiguë de la fin de l’ère du crayon et du début de l’ère de la souris. Il propose une vision ostentatoire de l’informatique qui doit se montrer pour ce qu’il est : une révolution visuelle en puissance.

Les auteurs

5Philippe Gerbaud et Toffe (Christophe Jacquet) sont deux graphistes travaillant à la frontière entre l’illustration et la bande dessinée. L’activité de ce binôme dans la bande dessinée se déroule dans l’effervescence du fanzinat et du graphzinat des années 1980. Ensemble, ils vont créer Au Sec ! Suprême d’images et participer à des revues plus professionnelles de la scène underground dans la mouvance d’Actuel comme Viper (créé en 1981) et Zoulou.

6Pour Gerbaud, l’utilisation de l’outil informatique est un tournant stylistique important : il commence à travailler sur ordinateur dès 1983 et modifie en conséquence son style graphique pour aller vers une esthétique abstraite et mécaniste, peuplée de robots et de machines, que l’on peut retrouver dans sa proposition pour le recueil Comix 2000. Chez lui l’outil informatique appelle la représentation d’objets futuristes. Or, ce même tournant le conduit à abandonner progressivement le milieu de la bande dessinée pour aller vers l’illustration.

Le contexte

7Le contexte de production dans lequel il faut replacer Et Dieu naquit la femme est celui d’une époque où l’outil informatique est encore chargé d’une imagerie futuriste. Comme dans Shatter de Mike Saenz aux États-Unis (1985) l’esthétique informatique est exhibée dans ce qu’elle a de différent du dessin traditionnel.

8S’ajoutent ici deux dimensions supplémentaires qui expliquent l’aspect de manifeste. Publié dans la mouvance des graphzines et de l’avant-garde graphique des années 1980, l’œuvre de Gerbaud et Toffe se veut provocatrice, mais s’intègre aussi à la démarche de commercialisation des nouveaux ordinateurs personnels. Les deux auteurs ont en effet livré plusieurs dessins dans le cadre du lancement du premier Macintosh d’Apple en France. Ils ont pu accéder, avec l’accord de la firme, au Lisa, prédécesseur du Macintosh, dès 1983.

Philippe Gerbaud et Toffe, « Et Dieu naquit la femme », Zoulou, 1984.

Bibliographie

Bibliographie

Site officiel de Philippe Gerbaud : http://www.philippegerbaud.com/.

Daniel Mallerin, « Les pionniers de la planète pixel », dans L’Écho des savanes, no 71, avril 1989.

Jean-Noël Lafargue, « Bande dessinée sur ordinateur (1984) », sur Le dernier des blogs, 11 décembre 2010, [en ligne] ; url : http://hyperbate.fr/dernier/?p=14156/.

« Entretien avec Gerbaud », dans Gorgonzola, no 20, décembre 2014, p. 92-115.

Trois pages diffusées dans la revue Zoulou (avril à novembre 1984). Œuvre matérielle payante.

Table des illustrations

Légende Philippe Gerbaud et Toffe, « Et Dieu naquit la femme », Zoulou, 1984.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/15747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search