Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

3e Partie. Tensions et débats : comment inventer un professionnalisme numérique ? (2009-2017)

Tensions et débats : comment inventer un professionnalisme numérique ? (2009-2017)

Texte intégral

1Lorsqu’elle est créée en 2009, la maison d’édition Manolosanctis apparaît comme la concrétisation d’un équilibre trouvé entre bande dessinée numérique et bande dessinée papier. Elle combine une plateforme en ligne de libre publication et une maison d’édition dédiée à la vente d’albums tirés des récits les plus populaires du site, dans une logique « d’édition communautaire » caractéristique du Web social. Les premières années sont positives et semblent annoncer le triomphe d’un modèle idéal pour les rapports à venir entre édition imprimée et diffusion numérique. Mais, en 2012, alors que l’éditeur veut faire évoluer son modèle vers l’accompagnement à l’auto-édition, il est finalement placé en liquidation judiciaire. Alors que Manolosanctis défendait le principe d’une professionnalisation des auteurs issus du numérique via l’édition papier, son échec montre les limites du système d’équilibre ayant émergé à la fin des années 2000. Les relations entretenues avec l’édition imprimée sont ambiguës ; elles donnent à la création numérique une forme de liberté mais la maintiennent aussi dans une marge. Les projets durables sont ceux qui s’appuient sur une communauté pré-existante (le portail Lapin.org, Grandpapier.org), mais il s’avère difficile de recréer ex nihilo les conditions d’une réussite combinant diffusion numérique et diffusion papier. Depuis 2009, la question centrale que ne cessent de se poser les différents acteurs est de savoir si la professionnalisation et l’autonomie de la bande dessinée numérique dessinent un modèle économiquement viable et esthétiquement pertinent.

  • 1 Hervé Le Crosnier, « Cours de culture numérique 2016-2017 », cours vidéo sur canal-u.tv, Centre d’e (...)

2Si la question devient si pressante, c’est que cette marge qu’est la culture numérique prend une part de plus en plus importante dans les usages culturels. Suivant les travaux d’Hervé Le Crosnier, j’entends par « culture numérique » la constitution de l’ensemble des attitudes et comportements des usagers des technologies numériques en un nouveau rapport de l’homme au monde qui l’entoure, en une « culture » au sens anthropologique1. En se situant sur le simple plan des usages, le rapport d’Olivier Donnat sur les pratiques culturelles des Français sur la période 1997-2008 évoque l’essor d’une « culture d’écran » au sens large :

  • 2 Olivier Donnat, « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique… », op. cit., p. 2.

Avec le numérique et la polyvalence des terminaux aujourd’hui disponible la plupart des pratiques culturelles convergent désormais vers les écrans […]. Tout est désormais potentiellement visualisable sur un écran et accessible par l’intermédiaire de l’internet2.

3Le pourcentage d’utilisateurs déclarés du réseau Internet en France grimpe de 71 % à 81 % entre 2009 et 2013. La réalité de cette culture numérique et son importance croissante au sein des pratiques culturelles sont l’une des évolutions majeures du xxie siècle.

  • 3 Julien Falgas, « 2010 année de la bd numérique dans la presse francophone », Marre de la TV, 31 jan (...)

4La visibilité nouvelle de la culture numérique touche naturellement la bande dessinée. Cette évolution est saisissante si l’on se place, comme l’a fait Julien Falgas, du côté de la médiatisation de la bande dessinée numérique dans la presse francophone. Son étude, réalisée à l’aide d’une base de données des principaux titres de presse français, est éloquente : le nombre d’articles comportant une des expressions définissant la bande dessinée numérique (webcomic, blog bd, bd numérique, bd en ligne) augmente déjà considérablement en 2009, doublant presque par rapport à 2008. En 2010, le nombre d’articles évoquant la bande dessinée numérique dans la même base de journaux fait cette fois plus que doubler, passant d’une cinquantaine d’articles à plus de 1203. C’est moins le détail des chiffres, qui reste assez réduit et dépend largement des titres analysés, que la tendance qui m’intéresse ici : la bande dessinée numérique est devenue un champ culturel identifié par les journalistes, majoritairement sous ce terme générique, ce qui ne préjuge naturellement pas de son imprégnation dans la société mais prouve sa visibilité croissante. Elle sort des cercles restreints des amateurs de bande dessinée. La médiatisation est un symptôme de l’importance progressive acquise par une branche jusqu’ici marginale. Dans tous les domaines de l’art, l’avenir de la culture et de la création se passe sur le réseau, et la bande dessinée numérique se retrouve en première ligne.

5L’évolution de Manolosanctis marque la mise en question d’un modèle idéal ; elle montre que l’équilibre des années 2000 est un état temporaire plutôt que le fondement d’un système durable. Pour le dire autrement, la bande dessinée numérique doit évoluer, et cette évolution commence autour de 2009. Elle était attendue : par rapport aux autres champs culturels, la bande dessinée avait pu jouir d’une longue période où la mutation numérique du média n’était pas pensée de façon conflictuelle et antagoniste, en partie parce que la branche numérique n’en était qu’une excroissance marginale, qui ne concurrençait en rien l’édition classique. Mais cette période est révolue. Comme les autres domaines de la création, elle va devoir affronter une mutation professionnelle, économique, et esthétique. Ce qui ne va pas sans résistances, débats et clivages.

Notes

1 Hervé Le Crosnier, « Cours de culture numérique 2016-2017 », cours vidéo sur canal-u.tv, Centre d’enseignement multimédia universitaire université de Caen Normandie, 2016, [en ligne], url : https://www.canal-u.tv/producteurs/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/culture_numerique/cours_de_culture_numerique_2016_2017.

2 Olivier Donnat, « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique… », op. cit., p. 2.

3 Julien Falgas, « 2010 année de la bd numérique dans la presse francophone », Marre de la TV, 31 janvier 2011, [en ligne], url : http://julien.falgas.fr/201101312010-annee-de-la-bd-numerique-dans-la-presse-francophone-2/.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search