Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

2e Partie. La bande dessinée en ligne : un ancrage dans la culture Web (1996-2009)

Conclusion

Une bande dessinée en ligne (second paradigme)

Texte intégral

1La première et principale conséquence du déplacement de la bande dessinée multimédia vers la bande dessinée en ligne est l’évacuation de la question économique qui, précisément, imposait ses limites à une création numérique dans le cadre des industries culturelles. Dès lors le paradigme de la bande dessinée en ligne réside dans la conjonction entre des attentes et des usages venus du monde du fanzinat et les normes sociales de la culture Web de l’époque. En s’appropriant les mythes propres à la culture Web (création libre et gratuite, suppression des éditeurs, rapprochements entre professionnels/amateurs), la bande dessinée numérique trouve un espace de développement idéal.

2Ce développement a lieu selon deux phases bien distinctes : 1996-2004 et 2005-2009. D’un côté les formes du « premier Web », de l’autre l’inscription dans le Web social. D’un côté une discrétion notable, de l’autre un début de médiatisation. D’un côté une permanence de l’esprit d’expérimentation, de l’autre le retour à un « paradigme papier ». D’un côté une production hétéroclite, de l’autre un début de standardisation par le blog bd. Comment caractériser cette première bande dessinée en ligne dans la durée ? Quels principes s’installent durablement dans ce domaine de la création ? Trois marqueurs sont essentiels.

3Le premier est que la notion d’innovation technique est toute relative. Le paradigme de la bande dessinée multimédia posait pour acquis que la bande dessinée numérique devait être différente de la bande dessinée papier. Le paradigme de la bande dessinée en ligne infirme cette idée en démontrant que le succès d’une œuvre numérique n’est pas lié à son usage des spécificités techniques de la culture numérique. En réalité, l’innovation des œuvres de la période est davantage dans les nouvelles logiques de production et de diffusion. Les usages changent, mais les contenus évoluent peu.

4Le second est que la bande dessinée numérique demeure un objet multiple, difficilement définissable. Si un début de standardisation a lieu avec le phénomène des blogs bd, il est à nuancer : cela ne concerne qu’une partie de la production, et, finalement, le blog bd est un standard lui-même très fluctuant. L’absence de réel consensus terminologique est significative d’un objet culturel encore mal identifié.

5Le troisième est l’instauration d’un équilibre tacite entre création numérique et imprimée. Cet équilibre se construit comme une complémentarité entre deux systèmes de production trop différents pour pouvoir réellement se concurrencer.

6Malgré l’aspect confidentiel d’une partie de la production, la bande dessinée en ligne de cette période occupe une place au sein de l’histoire globale du média. Il y a une réelle continuité entre plusieurs phénomènes : la poursuite d’un intérêt pour les nouvelles images par des auteurs « multimédia », la recherche d’une « alternative » au système éditorial traditionnel, l’inscription dans des logiques de production qui sont celles du fanzinat papier. Mais, paradoxalement, et en raison d’une médiatisation finalement limitée, la bande dessinée numérique est encore, dans les années 2000, un phénomène largement souterrain qui suscite relativement peu d’intérêt de la part de la majorité des critiques, éditeurs et auteurs professionnels. L’enjeu est bien là : les critères qui font de la bande dessinée un secteur « professionnel » (l’inscription dans un marché identifiable, la rémunération des auteurs, une instance de « validation » telle que l’éditeur, une distinction nette entre auteurs et amateurs) sont absents. Sous cette perspective, vue depuis son aîné papier, la bande dessinée numérique apparaît au mieux comme un tremplin utile. En un sens, la situation d’équilibre concilie pour l’instant les intérêts des deux parties : elle permet aux éditeurs de temporiser avant de comprendre l’intérêt réel que peut leur apporter ce nouveau domaine, et de surveiller, peut-être plus efficacement que via le fanzinat, les tendances susceptibles de plaire au public ; elle permet aussi aux auteurs du Web de ne pas s’encombrer d’enjeux économiques résolus par la présence de l’édition papier comme espace potentiel de rémunération et de professionnalisation. La liberté de création du Web est garantie tandis que l’édition papier n’a pas à craindre une concurrence du numérique, comme c’est le cas pour d’autres industries culturelles. Mais l’équilibre n’est que provisoire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search