Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

2e Partie. La bande dessinée en ligne : un ancrage dans la culture Web (1996-2009)

La bande dessinée sur le Web

Expansion et stabilisation des lieux de création de la bande dessinée numérique

Texte intégral

  • 1 Pour en savoir plus sur ce sujet, se reporter à la compilation d’articles de Valérie Schafer et Ale (...)

1Le développement du World Wide Web dans les années 1990 est un élément décisif pour l’arrivée de la bande dessinée sur le réseau Internet. En effet, jusqu’à cette période, l’Internet, issu de premiers projets de mise en réseau d’infrastructures informatiques à la fin des années 1960, est un réseau mondialisé principalement soutenu par des universitaires et des militaires1 ; il ne se destine donc pas, prioritairement, à l’échange d’œuvres artistiques. Retenons ici surtout que l’Internet est un réseau de réseaux, par essence décentralisé, et qu’il s’oppose en cela aux modèles centralisés des télécommunications dominant jusqu’à présent. Quant au Web, contraction de l’expression « World Wide Web », son principe est imaginé par Tim Berners-Lee à partir de 1991. Ses avancées rendent possibles l’accès au réseau par le grand public, dès les années 1994-1995. Il peut ainsi devenir un espace de publication. La libéralisation du marché de l’accès à l’Internet aux mêmes dates et l’arrivée des premiers fournisseurs d’accès contribuent également à cette évolution : avec le Web, le réseau Internet peut devenir un média de masse.

  • 2 T. Campbell, A History Of Webcomics, San Antonio, Antarctic Press, 2006, non paginé. Sur ce sujet, (...)

2Les principes du Web facilitent la diffusion de bandes dessinées sur le réseau. Dans son History of Webcomics, T. Campbell récapitule les trois caractéristiques du World Wide Web sur lequel vont s’appuyer la grande majorité des bandes dessinées en ligne : le système d’hyperliens normalisés qui permet les échanges de documents sur le réseau ; le potentiel d’interactivité qui accélère le dynamisme du nouveau média ; et l’affichage d’images qui se trouve facilité. Ce dernier point est bien entendu le plus important dans le cas qui nous occupe : pour reprendre les termes de Campbell, « c’est le World Wide Web qui a rendu l’Internet suffisamment visuel pour répondre aux attentes des dessinateurs de bande dessinée2 ». Le passage d’un réseau textuel à un réseau dominé par l’image (et capable d’afficher des images dans une bonne résolution) est la condition nécessaire au développement d’une bande dessinée numérique en ligne.

  • 3 Source : données publiques de la Banque mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/IT. (...)

3Les auteurs américains s’emparent très tôt des possibilités du Web et les premiers webcomics sont présents sur la toile dès 1993. Du côté français, l’appropriation du réseau par le grand public tarde davantage, mais ce retard est rattrapé durant la période3 : en 1996, seuls 2 % de la population française se déclarent usagers de l’Internet ; les 10 % sont atteints entre 1999 et 2000, les 25 % entre 2000 et 2001 et les 50 % entre 2006 et 2007. En 2009, c’est plus de 70 % des Français qui utilisent le réseau.

4Les deux phases de croissance des usages de l’Internet en France (d’abord de 1996 à 2005 pour atteindre la moitié de la population, ensuite de 2005 à 2009 pour en faire un média de masse incontournable) sont des jalons importants de l’évolution de la bande dessinée en ligne des années 2000. 2005 marque un véritable tournant en séparant d’un côté des œuvres peu médiatisées et diffusées sur un Web statique comprenant des pages personnelles et des forums, et de l’autre une création qui s’adapte aux outils du Web social et gagne en popularité. La bande dessinée numérique française suit, assez logiquement, les évolutions historiques du Web des années 2000. Ce sont elles qui, en premier lieu, restructurent la création et la diffusion de bande dessinée selon des principes nouveaux. Comment cette branche périphérique de la création graphique va-t-elle se positionner vis-à-vis de son aînée sur papier ?

L’influence américaine en France : précocité et diffusion du webcomic
La bande dessinée numérique nord-américaine devance largement les développements français en la matière. Deux raisons peuvent être invoquées. La première, externe à la bande dessinée, est la précocité des usages du réseau Internet aux États-Unis : dès l’année 2000, 44 % de la population états-unienne dispose d’un accès à Internet, contre 14 % en France. La bande dessinée numérique est donc d’emblée prise dans le flux de ce nouveau média et n’en passe pas, comme en France, par de longs tâtonnements. La seconde raison, interne à la bande dessinée, est la coïncidence entre l’émergence de ce nouveau support et la crise du comic book dans les années 1990 ; contrairement à la France à la même époque, le support matériel de l’album ne possède pas la même aura et le même dynamisme. Dès lors, la question de la rentabilisation et de la professionnalisation des créations numériques est posée très tôt, dès le début des années 2000, par des auteurs comme Scott McCloud, des plateformes payantes comme Modern Tales, ou des éditeurs comme Marvel qui propose dès 2007 une formule d’abonnement avec accès illimité à la version numérique de ses comic books.
La forme initiale que prend la bande dessinée numérique de création en Amérique du Nord est le webcomic. Comme son nom l’indique, ce terme désigne spécifiquement des bandes dessinées diffusées sur le Web, généralement à parution périodique. Les premiers webcomics apparaissent dès l’âge des premiers réseaux Usenet, CompuServe et Quantum Link (Witches and Stitches d’Eric Monster Millikin, 1985 ; T.H.E. Fox de Joe Ekaitis, 1986 ; Where the Buffalo roams de Hans Bjordhal, 1991), mais l’expansion quantitative du genre a lieu entre 1995 et 2005. Parmi les plus célèbres, on peut citer Argon Zark !, de Charley Parker (1995), Sluggy Freelance de Pete Abrams (1997), PvP de Scott Kurtz (1998), A Modest Destiny de Sean Howard (2003)… Le point culminant de cette période est, naturellement, la publication de Reinventing Comics par Scott McCloud en 2000 qui évoque frontalement la question de la mutation numérique, objet de débats passionnés entre détracteurs et admirateurs du théoricien.
Le décalage temporel entre les deux aires géographiques peut amener à s’interroger sur une potentielle influence des créations nord-américaines sur la bande dessinée numérique française. Dans le contexte d’un Web mondialisé aux contenus accessibles depuis n’importe où dans le monde, il est plus difficile de mesurer précisément les jeux interculturels. Quatre indices visibles suggèrent des processus d’échange. Le premier est l’influence des écrits de Scott McCloud : ses ouvrages sont traduits en France, dont Reinventing Comics sous le titre Réinventer la bande dessinée (Vertige Graphic, 2002) et il a pu marquer certains auteurs, dont Balak qui le cite (sans s’en réclamer directement toutefois). Le second est le rôle de passeur joué par le portail Lapin.org dans la traduction et la diffusion de webcomics auprès d’un public français à partir de 2005 (dont Saturday Morning Breakfast Cereal de Zach Weiner, BiggerThan Cheeses de Desmond Seah, Oglaf de Trudy Cooper and Doug Bayne, XKCD de Randall Munroe). Le portail Lapin.org est le principal acteur organisé d’une entreprise de traduction, qui est aussi une sauvegarde patrimoniale du passé de la bande dessinée numérique. Le modèle du webcomic nord-américain est bien celui qui domine sur ce portail, y compris pour des auteurs français. Le troisième est l’importance de plusieurs forums et sites aux dimensions internationales dans la diffusion de bandes dessinées numériques, comme la plateforme Deviantart et le forum francophone BDamateur où se retrouvent de nombreux Québecois. À cet égard des auteurs québecois connus en France (Djief, Frank Rideau, Sirkowski, Zviane), ont pu occuper une place centrale dans ces échanges intercontinentaux. Le quatrième indice est le succès outre-atlantique du format du Turbomédia, succès qui voit de jeunes auteurs français comme Balak, JL Mast et Geoffo, être engagée par des firmes américaines comme Marvel pour produire des bandes dessinées numériques.
Malgré ces indices, il est manifeste qu’à toutes les époques considérées la bande dessinée numérique française a suivi des voies qui lui sont propres et que l’influence américaine ne joue qu’à la marge, ou avec un trop grand décalage temporel pour ne pas subir de distorsions. Le discours radical de Scott McCloud vis-à-vis de la technologie a pu être regardé avec méfiance depuis la France où des formes spécifiques comme le blog bd sont apparues. Ce qui joue le plus dans cette différenciation est sans doute le poids de deux traditions historiques distinctes (place de l’album en France, mode de consommation périodique du comic, etc.), qui semble se maintenir dans la création numérique.

Les deux temps de la bande dessinée sur le Web français : du Web statique au Web social

  • 4 André Mondoux, Histoire sociale des technologies numériques, op. cit., p. 197.
  • 5 Quelques repères chronologiques : 1999 voit les débuts de Blogger, Wikipédia est lancé en 2001, 200 (...)

5L’histoire du Web des années 2000 est généralement divisée en deux phases : un premier Web voit la mise en place d’outils, de services, et d’usages de communication à une époque où le réseau Internet n’est pas encore un média de masse ; la seconde phase, parfois appelée « Web 2.0 » ou « Web social », accélère la tendance vers une automatisation des échanges, une massification des pratiques, et l’accroissement des capacités « sociales » des applications proposées par une plus grande souplesse d’utilisation4. La césure se situe entre 2000 et 2004, avec l’apparition de nouvelles applications comme les plateformes de blogs, les wikis, les réseaux socionumériques5. Le retard pris par la France en matière d’usage de l’Internet fait que les pratiques du Web social se développent surtout dans la deuxième moitié de la décennie, après que la moitié de la population soit devenue usager du réseau.

6Le développement de la bande dessinée numérique sur le Web suit cette évolution en deux temps. Les années 2004-2005 constituent une coupure pertinente en ce qu’elles voient le démarrage du phénomène des blogs bd qui marque un jalon dans les pratiques des lecteurs et des créateurs.

Le temps du Web statique : pages web et forums (1996-2004)

  • 6 Lapin de Phiip a initialement été diffusée sous cette forme, dès avant 2001 (témoignage de l’auteur (...)

7La diffusion de bandes dessinées via le réseau Internet prend initialement deux formes : la première, non-liée au Web, est l’échange d’œuvres adressées à une liste de correspondants par des services de courrier électronique. Cette forme ne peut être identifiée a posteriori que par des témoignages6, mais il est certain qu’elle a constitué une première modalité dont il est difficile de mesurer le dynamisme. La seconde modalité est plus facilement repérable et relève de la première forme de publication sur le Web : la page ou le site personnel. La possibilité pour tout utilisateur de créer une page personnelle est offerte par l’arrivée d’un certain nombre d’hébergeurs de pages web, payants ou non, qui assurent la mise en ligne des documents sur le réseau. Les premiers à fournir ce service en France sont Multimania (1998) et OVH (1999), mais des hébergeurs existent dans le monde anglo-saxon dès 1992 (Tripod).

  • 7 Citons, notamment, Stéphane Blanquet, David B., Lewis Trondheim, Frédéric Boilet, Loustal, Manu Lar (...)
  • 8 http://users.skynet.be/etilegra. Ce site web, encore accessible, permet de se faire une idée des to (...)

8La page web personnelle constitue donc un des premiers formats pour la bande dessinée en ligne mais il est souvent complexe de séparer ce qui relève du site personnel et promotionnel bio-bibliographique de l’espace de publication d’œuvres inédites. Joann Sfar est ainsi un auteur qui investit le Web relativement tôt, dès 1999 (sur le portail Pastis.org), mais le site Le petit monde de Joann propose à la fois des informations bibliographiques et des créations originales : carnets de croquis, mini jeux vidéo, etc. Remonter dans les archives du Web permet de se rendre compte que de nombreux auteurs professionnels créent leur site web avant 20007, mais ne l’investissent pas encore en masse comme espace de publication. Certains, toutefois, considèrent dès le départ cette possibilité, à l’image du dessinateur belge Étienne Legrand qui commence à diffuser des bandes dessinées sur sa page Skynet dès 19998. Toutefois, les plus prompts à utiliser le Web comme espace de publication régulier sont souvent des dessinateurs peu ou pas publiés par ailleurs. Nous verrons que ce facteur a son importance.

9Au-delà des pages personnelles, le développement de projets complexes de création graphique sur le Web est le fait de quelques individualités qui perçoivent très tôt les potentialités du média en termes de diffusion, et de création. Les deux cas les plus notables sont ceux des belges Benoît Peeters et François Schuiten d’un côté, et Yslaire de l’autre.

Fig. 6. Le site web Urbicande.be (ici en 2011) : un des premiers univers transmédia de la bande dessinée franco-belge.

  • 9 Pour la genèse de ce projet, se reporter à Benoît Peeters et François Schuiten, L’aventure des imag (...)

10Le « réseau » Internet fascine d’autant plus Peeters et Schuiten qu’il fait écho à leur propre tendance à la création réticulaire et multimédia, ainsi qu’au « réseau » fictionnel de leur ouvrage La Fièvre d’Urbicande. Dans cette aventure de la série des Cités obscures parue en 1985, un « réseau », sorte d’immense grille métallique, grandit au milieu de la ville d’Urbicande et bouleverse la vie des habitants. Cette métaphore par anticipation du Web explique l’intérêt précoce des auteurs pour la création en ligne. Leur site Urbicande.be9, créé en décembre 1995 par Alok Nandi, se veut à la fois un « site officiel » pour leur œuvre majeure et multiforme, Les Cités obscures, et un prolongement de cette série. Il héberge à la fois une encyclopédie et des créations inédites comme les premières pages de leur album en cours, L’Ombre d’un homme (qui sort en 1999 chez Casterman), ou encore le film en « fixorama » La Cité des ombres, dérivé de leur album L’Enfant penchée. C’est aussi un espace d’échanges avec leur public, invité à participer et donner son avis, par exemple en faisant parvenir des photos des « lieux de passage » vers les Cités obscures, un thème récurrent qui veut que certains lieux terrestres soient des portes vers le monde fictionnel des deux auteurs. Le site Urbicande.be ne peut être considéré comme une simple vitrine de la série : il est une création à part entière, intégrée à l’œuvre transmédiatique plus vaste que les deux auteurs tentent de construire au moyen de bandes dessinées, de films, de romans-photos, et d’expositions.

11Le dessinateur Yslaire pousse encore plus loin l’appropriation du Web et des outils numériques en lançant en 1997 le site web Mémoires du XXe ciel dans lequel il projette de dresser un portrait du siècle finissant, vu sous l’angle de la psychanalyse, à travers le personnage d’Eva Stern, psychanalyste née en 1900 :

Pour ce projet il adopte un mode de création intimement lié à son sujet, où l’informatique, la psychanalyse et le réseau Internet offrent mensuellement un champ d’expérimentation psycho-graphique, précédant la publication de l’expérience sous forme d’adaptation en bande dessinée10.

12De février 1997 à décembre 1999, il publie en ligne des dessins réalisés par ordinateur, intégrant parfois des photographies et des textes, qui forment une histoire aux ramifications complexes. Tout l’intérêt de Mémoires du XXe ciel est dans la mise en scène du virtuel. Le site est en réalité la représentation graphique de l’ordinateur d’Eva et l’internaute peut naviguer dans le système d’exploitation et ainsi comprendre pas à pas, sans aucune indication extérieure, l’histoire intime de cette femme.

13D’autres auteurs comme Boilet et Trondheim s’emparent eux aussi des outils informatiques pour créer des œuvres originales en lien avec leurs créations graphiques (jeux vidéo, « Manga digitale »), mais Peeters/Schuiten et Yslaire sont sans doute ceux qui approfondissent le plus les possibilités de la création en ligne.

14Pendant qu’un certain nombre d’auteurs professionnels s’intéressent au Web à titre individuel, plusieurs regroupements de créateurs ont lieu. Dès 1998-1999 apparaissent les premiers sites web collectifs qui, cette fois, s’affichent pleinement et uniquement comme des espaces de création et de publication. À cette date, cependant, les communautés professionnelles ou semi-professionnelles et les communautés amateurs sont encore distinctes. Je suivrai donc cette nomenclature dans ma description.

Fig. 7. Page d’accueil de Lakhorn Kou par les auteurs de Coconino World (Lisa Mandel, Sylvain Moizie, Tian, Lucie Albon) : de l’œuvre individuelle au projet collectif, graphisme Patrice Cablat (Pat Cab).

15Trois webzines d’auteurs professionnels occupent une place importante dans la structuration des premières publications en ligne : Coconino World lancé par les professeurs et étudiants de l’École de l’image d’Angoulême (1999), @Fluidz créé par une partie de l’équipe de la revue Fluide glacial (1999) et enfin Le Journal de l’employé du moi conçu par la maison d’édition L’Employé du moi (2001). Leur inscription dans un Web qui est espace d’une expression individuelle plus que collective se lit dans la structure de leurs sites : leurs webzines se divisent en différents lieux de publication individuels et personnalisés pour les auteurs du collectif. Ainsi « Le village des auteurs » de Coconino regroupe un ensemble d’espaces de créations originales qui, occasionnellement, prennent forme dans des projets collectifs. On peut citer par exemple la publication, en 2001, sous le titre Lakhorn Kou11, des carnets de voyage au Cambodge d’un groupe de jeunes auteurs (Lisa Mandel, Sylvain Moizie, Lucie Albon et Tian) qui sont comme autant d’œuvres individuelles regroupées au sein d’un même espace. Chacune des œuvres peut également se retrouver sur les espaces individuels de chaque auteur. Un même esprit d’aller-retour entre l’individuel et le collectif parcourt @Fluidz et Le Journal de l’employé du moi. Ce dernier est surtout un lieu où les auteurs « maison » (Gentiane Angeli, Max de Radiguès où encore David Scrima) peuvent développer un carnet ou un feuilleton personnel. Le second point commun entre ces projets est le choix de la périodicité et de mises à jour régulières au lieu d’un site web statique à mises à jour irrégulières. @Fluidz, par exemple, fonctionne en parallèle du mensuel « d’umour et bandessinées » et paraît selon une logique de numéros réguliers. C’est ici un héritage des modalités de publication traditionnelle de la bande dessinée. Les trois webzines sont actifs pendant plusieurs années : jusqu’en 2005 pour @Fluidz, 2007 pour Le Journal de l’employé du moi et Coconino World.

16Côté création amateur, plusieurs collectifs sont créés mais les webzines se font plus rares. Le cas le plus notable est La Fourmi12, fondé par Christian Proulx et Antoine Corriveau, qui paraît de mai 2001 à janvier 2004 et publie les œuvres de nombreux auteurs amateurs durant toute cette période. Plutôt que le webzine, l’espace de prédilection de la création graphique non professionnelle ou semi-professionnelle est le forum. Les principaux forums d’illustrations et bande dessinée des années 2000 (tous encore actifs de nos jours) sont créés avant 2004 : BDamateur dès 1998-1999, Catsuka en 2000 et CaféSalé13 en 2002. Les deux derniers sont d’abord des forums de graphistes, d’animateurs et d’illustrateurs, mais on y trouve également des auteurs de bandes dessinées14. BDamateur est un forum francophone international qui regroupe français, québecois, belges et suisses. Il devient, tout au long de la décennie, le principal lieu de rassemblement et de publication de la création amateur de bandes dessinées en langue française. Il donne lieu à de nombreuses dérivations, dont le webzine Kessé ? dès 2000.

  • 15 En termes d’audience, Lapin affiche la progression suivante : 52 000 visiteurs au 15 octobre 2002, (...)
  • 16 Le pixel art est une tendance des arts graphiques apparue dans les années 1980 et dont l’élément ce (...)

17Enfin, un dernier lieu de publication de bandes dessinées numériques avant 2004, dont l’importance va en grandissant au fil des années, est le portail Lapin.org. Le site est un exemple réussi d’expansion de la page personnelle au portail collectif. Après être passé par l’étape de la newsletter, le strip Lapin de Phiip, un roman-photo à l’humour absurde et régressif, devient en 2001 le site web Lapin.org. Il fédère une première communauté de lecteurs autour d’un forum. Puis, à partir de 2003, d’autres bandes dessinées que celles du fondateur font leur apparition : d’une part des traductions de webcomics anglo-saxons (Elftor d’Alex et White Ninja de Kent Earle et Scott Bevan), d’autre part des créations françaises dans l’esprit de Lapin (Koin de Puyo, Maximi le clown de Polito et Une vie de yaourt par Yourt). Un webzine est également créé, Le zine Lapin en 2003, mêlant textes humoristiques et images. Grâce à son forum, plutôt actif, le site se construit peu à peu comme un lieu de diffusion et d’échanges communautaires auprès d’un public fidèle qui dépasse largement son lectorat initial15. L’une des spécificités du portail Lapin.org tient à la cohérence thématique des œuvres qu’on y trouve. Si les techniques varient (roman-photo, dessins scannés, création numérique pure, textes), deux constantes essentielles demeurent : l’apparent minimalisme et la désinvolture des styles (beaucoup exploitent d’ailleurs avec habileté le pixel art16) et l’humour, systématiquement absurde et idiot, lorgnant parfois vers le trash.

  • 17 Gnomz.com (site web inaccessible, voir archives : https://web.archive.org/web/20170926115209/http:/ (...)

18Si ces sites sont les plus durables et quantitativement les plus importants, il existe à cette époque d’autres lieux collectifs de publication, dont des lieux mixtes, entre le site d’information et le site de publication (Digibulles en 1999 et Bulle d’air en 2001), ou encore des sites inclassables comme Gnomz.com (2004)17 qui est aussi un lieu de création de bandes dessinées, mais se rapproche davantage du réseau social. Dans la plupart des cas, l’enjeu est bien d’assurer la transition entre des espaces de création individuelle et des espaces de création collective. Cette transition se joue sur un équilibre garantissant une grande liberté d’expression aux auteurs individuels : la mise en commun permet de mutualiser les efforts techniques et financiers, d’accroître la visibilité sur un réseau de plus en plus peuplé, mais chaque site prend soin de préserver des « espaces personnels » pour les auteurs. L’existence de ces sites collectifs organisés pour permettre la création individuelle, avec des fondateurs et administrateurs pour la coordination, anticipe sur le développement des réseaux sociaux qui caractérise la seconde moitié de la décennie et apporte une solution au dilemme entre individuel et collectif.

Le temps du Web social : hébergeurs et réseaux sociaux (2004-2009)

  • 18 Voir sur ce sujet Alexandre Coutant et Thomas Stenger, dossier « Ces réseaux numériques dits sociau (...)
  • 19 André Mondoux, Histoire sociale des technologies numériques, op. cit., p. 186.

19Au milieu des années 2000, le modèle initial du site web personnel cesse d’être le seul moyen de publication sur le réseau alors qu’arrivent de nouveaux types de services et d’applications spécialisés. Ces services, parfois regroupés sous le terme de « réseaux socio-numériques » sont des espaces de libre expression utilisables par tout internaute, généralement sur inscription18. Ils rompent avec le modèle précédent de l’informatique distribuée19 et se veulent modulaires, plus conviviaux et ergonomiques, centrés sur le partage de données, de documents et d’informations entre utilisateurs. L’utilisateur n’a plus besoin de posséder ou solliciter des compétences techniques et d’être le propre administrateur de son site ; l’architecture du site est prise en charge par un prestataire. Parmi ces sites, on peut citer les plateformes de blogs (dès 1999), les sites de partages de vidéos (Youtube et DailyMotion en 2005, WatTv en 2006), les sites de partage de photos (Flickr en 2004, Picasa en 2006) ou de musique (Jamendo en 2006) ou encore les réseaux proprement sociaux (Myspace en 2003, Facebook en 2004, Twitter en 2006). D’abord marginaux, ces sites, en accès gratuit pour la plupart mais monétisant les contenus via la publicité ou la revente d’informations personnelles, montrent rapidement qu’ils peuvent générer une audience importante et faire connaître de jeunes créateurs. Ces nouveaux services et applications fondent un nouveau modèle de publication dont s’emparent les créateurs et les amateurs de bande dessinée numérique à l’heure où l’audience du Web en France franchit un palier décisif en France.

20En effet, une évolution importante a lieu entre 2005 et 2007, lorsque plusieurs acteurs de la phase précédente entreprennent de faire évoluer leur activité pour aller vers l’hébergement de bandes dessinées.

21Le portail Lapin.org incarne bien ce changement d’ensemble. En 2002 ne s’y trouve encore que la série Lapin ; en 2005 le portail héberge une dizaine de bandes dessinées d’auteurs différents ; en 2007 une quinzaine ; enfin plus de vingt en 2008 pour atteindre la trentaine en 2009-2010, en comptabilisant les séries arrêtées mais archivées sur le site. La page personnelle initiale est devenue un lieu d’édition à part entière. D’autres sites, moins connus, évoluent de la page personnelle au portail collectif, comme SOS Webcomics d’Antoine Latour en 2008. Toutefois, ces sites obéissent encore au modèle antérieur au sens où les dessinateurs et séries sont invités par le(s) fondateur(s) du portail.

  • 20 La plupart des informations présentes ici ont été relevées lors d’un entretien mené avec Julien Fal (...)

22La principale nouveauté des sites qui se développent dans la deuxième moitié de la décennie tient au statut d’hébergeur. Les responsables du site n’y publient pas (ou peu) eux-mêmes et la plateforme est d’emblée pensée pour accueillir plusieurs auteurs, avec une sélection préalable minimale, une liberté de création et l’absence d’unité éditoriale et thématique. Deux acteurs évoluent plus directement vers l’hébergement et donnent lieu aux deux principales plateformes d’auto-publication de bandes dessinées de la période : Julien Falgas avec Webcomics.fr et les éditions L’Employé du moi avec Grandpapier.org. Julien Falgas est présent au sein de la communauté virtuelle de la bande dessinée numérique dès 2001 avec son annuaire ABDEL-INN. Dès 2006, il s’associe à Pierre Matterne (Dr Folaweb) et Julien Portalier pour imaginer Webcomics.fr, site d’auto-édition de bandes dessinées numériques qui sera ouvert en 2007, et vise à proposer une alternative aux blogs bd en plein essor20. Cette même année l’éditeur L’Employé du moi poursuit son engagement sur le Web en créant Grandpapier.org, une plateforme de publication ouverte à tout auteur. Des concours et défis thématiques y sont régulièrement organisés pour animer la communauté.

  • 21 On peut aussi citer Webamag et Dijiko, apparus en 2008.

23Webcomics.fr et Grandpapier.org partagent de nombreux points communs qui montrent bien les spécificités de cette nouvelle génération d’hébergeurs spécialisés, dont ils constituent les exemples les plus durables21. Tout d’abord, la sélection des auteurs pour l’inscription est minime et ils disposent d’une grande liberté de création. Dans le cas de Webcomics.fr, l’auteur doit être coopté par un des auteurs hébergés, et dans le cas de Grandpapier.org, il doit présenter quelques extraits de son travail aux responsables de la plateforme ; mais une fois inscrit l’auteur peut y publier ce qu’il souhaite, sans contrainte de continuité et de régularité. Les critères d’entrée sont donc peu stricts, le panel des auteurs présents et des œuvres proposées est très large, d’amateurs débutants à des réalisations plus professionnelles. Ensuite, leur objectif est surtout d’offrir aux auteurs une interface de publication plus adaptée et adaptable que celles qui étaient alors disponibles, tout en les immergeant dans une communauté d’auteurs et de lecteurs. L’hébergeur est un fournisseur de services d’aide à la publication (l’auteur charge lui-même ses images sur le site) et à la socialisation, mais il ne remplit pas de fonction éditoriale. Enfin, il faut signaler que l’accès aux œuvres et l’accès aux outils de publication sont tous deux entièrement gratuits.

Fig. 8. Version initiale de la page d’accueil de Webcomics.fr (2007).

24Jusqu’ici, la bande dessinée en ligne était dominée par des sites personnels d’un côté et des sites communautaires de l’autre, dans les deux cas gérés par les auteurs eux-mêmes. Le modèle de l’hébergement introduit un changement important avec les modèles de diffusion ayant cours jusque-là dans la bande dessinée numérique en ce qu’il introduit un acteur supplémentaire. Désormais, le portail d’hébergement prend en charge l’infrastructure de publication dans une perspective réellement professionnelle. L’administrateur du site est un acteur distinct de la communauté de créateurs. L’hébergeur se propose comme un modèle nouveau d’équilibre entre l’individuel et le collectif où les fonctions de création et d’animation de communautés sont mieux distinguées.

Fig. 9. Le webzine Numo (2006) : quand la revue numérique devient un vaste vaisseau spatial.

25Cela ne signifie pas pour autant que le modèle du webzine des années 1998-2004 cesse de se développer. Au contraire, de nombreux webzines se créent pendant cette période. On trouve d’un côté des revues se présentant sous la forme de fichiers PDF à télécharger : RAV fondée par Wayne, Will et Dub’s en 2005 et Puissance Maximum de Patrick Patrick et Bob Futal en 2008 ; et de l’autre côté, dans la continuité de Coconino ou @Fluidz, des webzines exploitant pleinement la diffusion numérique sous la forme d’un site Web régulièrement mis à jour : Numo en 2006 par le collectif Troglodyte et l’underground El Coyote de Cromwell en 2007. Le modèle du site web collectif perdure également, avec la création du blog du collectif Damned, entre 2005 et 2010.

  • 22 « De ce fait, les auteurs allaient faire un échange de lectorat, puisque le lecteur du dessinateur (...)

26Enfin, des solutions alternatives, à mi-chemin entre le webzine collectif et l’hébergeur, sont également imaginées par certains acteurs du Web graphique. Le site 30joursdebd.com est créé en janvier 2007 par Shuky et Karine qui souhaitent s’inscrire dans la mouvance des blogs bd. Leur ambition est, plutôt que de créer un énième magazine de publication, de mettre en place une plateforme qui publierait tous les jours une nouvelle planche par un nouvel auteur. Ils pensent ainsi attirer et mutualiser des lectorats dispersés22.

27L’arrivée de ces nouveaux acteurs a deux conséquences sur la bande dessinée numérique. D’une part, l’objectif fondamental est désormais d’accroître la visibilité de la bande dessinée sur le Web. En un sens l’impératif de diffusion auprès d’un large public prend le pas sur l’envie de création libre et d’expérimentation au sein d’une communauté réduite mais fidèle. Le numérique n’est plus outil de renouvellement esthétique mais outil de renouvellement éditorial et social. D’autre part, la distinction entre professionnels et amateurs est beaucoup moins nette dans la mesure où les « amateurs » ont désormais à leur disposition, sans connaissance préalable, des outils de publication « professionnels ». Mais c’est un autre phénomène, en marche dès 2004, qui contribue à amplifier ces deux évolutions.

Le phénomène des blogs bd : un tournant décisif (2003-2009)

28Le tournant majeur de cette seconde phase de la bande dessinée sur le Web est le développement du mouvement des blogs bd. Son importance est avant tout une question de visibilité : il s’agit du premier développement de masse pour la bande dessinée numérique, par opposition aux précédentes initiatives ponctuelles et singulières. Par ailleurs, le blog bd est important en tant que caractéristique propre à la création numérique française et francophone : il a peu d’équivalents aux États-Unis, où domine alors le webcomic, et en Asie, avec le webtoon. Comment se déploie-t-il sur le Web ?

Fig. 10. Une des notes d’ouverture du blog de Boulet (28 juillet 2004) : la fondation d’un des plus célèbres blogs bd.

  • 23 Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, 2016, p. 82.
  • 24 Olivier Trédan, « Chapitre 7. Les blogs de BD comme « monde social » amateur » dans Benjamin Ferron (...)
  • 25 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

29Les premières plateformes de blogs datent de 1999-2000 ; à travers elles, « la publication de soi est devenue un art de masse23 ». Le principe du blog est d’être un lieu d’expression personnelle où l’internaute publie ses propres réflexions et créations. Il est d’abord fait pour l’expression textuelle, et il faut attendre 2003-2004 pour que des auteurs de bande dessinée s’emparent activement de cet outil24. Les premiers à ouvrir leur blog durant cette phase sont généralement de futurs professionnels25 : jeunes auteurs, illustrateurs et graphistes. On trouve Boulet, qui travaille déjà pour la revue Tchô ! depuis 1998, Fafé, fondatrice des éditions Groinge en 1999, Turalo (Eric Dérian), déjà auteur d’une dizaine d’albums… C’est dès 2004, peu après l’ouverture de leurs blogs respectifs, que les trois dessinatrices, Laurel, Mélaka et Cha se voient proposer de tenir dans le journal Spirou la rubrique 33 rue Carambole. Il y a une véritable cohésion communautaire chez les premiers blogueurs bd (moins d’une cinquantaine de personnes avant 2005) dont certains sont des amis avant de fonder un blog. Ces premiers blogs bd sont destinés à être lus d’abord par d’autres blogueurs plus que par des lecteurs extérieurs. Ainsi de Gä qui, avant de créer son Apparteblog en 2003, « squatte » sur les blogs de ses collègues Ak, Capu et Libon, Kek, et Cali. Ainsi des premiers posts de Boulet qui sont surtout des anecdotes mettant en scène d’autres blogueurs comme Mélaka, Reno et Libon. Dans une de ses premières notes, pour expliquer la création de son blog, Boulet évoque « ceux qui ont assisté au truc via MSN, mail ou ICQ », s’adressant spécifiquement par cette phrase codée à une communauté limitée d’amis. Cette unité de la première « blogosphère bd » se voit dans les liens présents sur les espaces de chacun, qui renvoient les uns vers les autres.

30La seconde phase de l’histoire des blogs bd débute en 2005. L’année est décisive car elle combine trois phénomènes : l’accroissement considérable du nombre de blogueurs bd, l’accélération de la médiatisation du phénomène, et la prise de conscience d’un public extérieur.

  • 26 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

31Durant l’année 2005, une nouvelle génération de blogueurs émerge. Ils deviennent par la suite des modèles de longévité, des piliers de la blogosphère, et connaissent un important succès. Citons par exemple Paka, Ced, Lisa Mandel, Allan Barte, Tanxxx, Nicolas Wild, Monsieur le Chien, Erwann Surcouf, Raphaël B26. La médiatisation du phénomène commence dans la presse spécialisée, d’autant plus que beaucoup poursuivent ou commencent une carrière de dessinateur et sont donc aussi présents dans la presse par leurs albums.

32Mais l’événement déclencheur de l’année 2005 est la création du blog de Frantico27 attribué à Lewis Trondheim. Le premier janvier, est mis en ligne un blog supposément tenu par un certain Frantico, obsédé sexuel et dessinateur politiquement incorrect. Le succès de ce blog est grand, relayé par les autres blogs et la presse nationale (Libération, Le Monde et Télérama), mais il s’interrompt au bout de cinq mois sans que l’identité de son auteur ne soit dévoilée. Le blog de Frantico est un événement essentiel pour le mouvement des blogs bd pour deux raisons. Bien que très bref, il attire de nouveaux lecteurs par son ton qui, tout en reproduisant la tendance générale des blogs bd à l’expression de soi, la pousse dans une direction plus dérangeante, vers l’apitoiement destructeur et l’exhibitionnisme. Le blog de Frantico est un « faux » blog, puisque son auteur est fictif, et les anecdotes de vie complètement inventées. En proposant un exercice métadiscursif sur ce qu’est un blogueur bd en tant que personnage, il a permis aux « vrais » blogueurs de prendre conscience de leur audience et du fait qu’ils étaient en train de créer un nouveau modèle de publication en ligne. Avec Le blog de Frantico, les blogs bd cessent de s’adresser d’abord aux amis de l’auteur (qui, en l’occurrence, n’existe pas) et éventuellement à des lecteurs ponctuels : ils se concentrent d’emblée sur un plus large public.

  • 28 Romain Ronzeau, « Hommage à la blogosphère », Comme des guilis dans le bas du ventre, mai 2005, [en (...)
  • 29 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

33La troisième génération de blogueurs bd qui arrive à partir de 2006 n’est déjà plus dans une logique communautaire restreinte. Plus hétérogène, elle a conscience de la filiation dans laquelle elle se situe. Romain Ronzeau, qui crée son blog Comme des guilis dans le bas du ventre en 2007, publie ainsi en mai 2009 un « Hommage à la blogosphère28 » dans lequel il illustre bien le rapport qui se crée entre les blogueurs bd « historiques » et les nouveaux blogueurs bd. Qui sont-ils ? Ils sont de plus en plus nombreux, mais on peut en citer quelques-uns parmi les plus actifs, dans des styles différents : le blogueur Fabrice Tarrin et Margaux Motin restent fidèles à un modèle de récit de soi et d’anecdote quotidienne, Lommsek et Manu xyz se risquent davantage sur le terrain de la fiction. C’est à la même époque qu’apparaît l’un des blogs destinés au plus grand succès, Ma vie est tout à fait fascinante de Pénélope Jolicoeur29, pseudonyme de la dessinatrice Pénélope Bagieu, qui sera pendant longtemps un des blogs les plus lus, avec ses notes au format bref, proches du dessin d’humour.

34La blogosphère bd entre 2006 et 2009 devient alors « les » blogosphères bd. Il ne s’agit plus réellement d’une communauté cohérente d’amis dessinateurs mais d’une myriade de petits groupes se formant au gré des affinités. Parmi ces groupes, certains finissent par avoir une existence professionnelle concrète : le duo Margaux Motin/Pacco, dits les « evil twinz », naît sur Internet avant de collaborer dans Fluide G. à partir de 2010 ; Jibé, Jean-Paul Pognon, Antoine Kirsch et Pierrot se rassemblent informellement sous le nom de « Slip team » avant de monter un collectif éditorial, « les Quenelles graphiques ». Autour de 2009, un groupe solide se forme entre Manu xyz, Bambii, Romain Ronzeau et Mady. Le blog collectif Chicou-Chicou30, faux blog d’un groupe d’amis, sur le modèle de Frantico, est fondé en 2006 par Boulet, Domitille Collardey, Lisa Mandel, Aude Picault et Erwann Surcouf. Un site comme 30joursdebd essaie de s’inscrire dans le sillage de cet effort de regroupement et accueille de très nombreux blogueurs bd comme Ced, Allan Barte, Tim, Dromadaire bleu, Lommsek, Johan Troianowsky. Ainsi se forment sur le Web des espaces collectifs qui, tous ensemble, constituent la « blogosphère bd ».

35Finalement, au-delà du succès évident et de la massification de la publication de bandes dessinées en ligne, quel est l’apport du phénomène des blogs bd à la bande dessinée numérique en général ? Il résout assurément l’enjeu « individuel contre collectif » qui avait marqué la phase précédente. Le format du blog met fin à l’alternative antérieure : faut-il créer un site personnel, qui nécessite compétences techniques et investissements financiers, ou intégrer un cercle de création collective pour partager les efforts, ce qui suppose de nouer des liens avec d’autres créateurs ? Le blog est un objet personnel qui induit un rapport plus souple à la communauté : certes, on appartient bien à une communauté (celle des utilisateurs de la plateforme de blogs), mais il n’y a aucune obligation de faire valider sa production (comme lorsqu’on publie dans un webzine) ni de participer activement à la vie de la communauté (comme sur un forum). Le blog bd est d’abord un espace individuel, personnalisable presque à volonté, et seulement ensuite un portail vers le collectif et le groupe, par l’intermédiaire des liens et des échanges qu’il suscite.

Fig. 11. Romain Ronzeau, « Hommage à la blogosphère », mai 2009 : la conscience d’une histoire partagée.

Trois générations de blogueurs bd
La « blogosphère » bd des années 2000 n’est pas uniforme : elle peut se décomposer en trois générations, dont nous proposons ci-dessous une sélection indicative, non exhaustive (je donne les adresses actuelles de ces blogs lorsque les pages originales ne sont plus accessibles ; en l’absence de précisions l’adresse donnée est celle du blog d’origine, toujours actif).

Génération 1 (avant 2005) : les débuts

Boulet

Bouletcorp

http://www.bouletcorp.com/​

Fafé

Etant donné

http://fafeee.tumblr.com/​

(le blog d’origine n’est plus accessible)

Turalo

Le blog à Turalo

http://turalo.over-blog.com/​

(le blog d’origine n’est plus accessible)

Laurel

Un crayon dans le coeur

http://bloglaurel.com/​

Mélaka

Les mélakarnets

http://www.melakarnets.com/​

Cha

Ma vie est une bande dessinée

http://blog.chabd.com/​ (le blog d’origine n’est plus accessible)

L’apparteblog

www.appartelier.com/blog/

(url inactive, pas de nouveau blog ni d’archives)

Génération 2 (2005-2006) : l’âge classique

Paka

Le Paka Blog

http://www.paka-blog.com/​

Ced

Le blog de Ced,

http://ceduniverse.blogspot.fr/​

Lisa Mandel

Libre comme un poney sauvage

http://lisamandel.net/​poney-sauvage/​

(le blog original est inaccessible)

Allan Barte

Le blog d’Allan Barte

http://www.allanbarte.com/​blog

Monsieur le Chien

Le blo de Monsieur le Chien

http://www.monsieur-lechien.fr/​

Tanxxx

Des croûtes au coin des yeux

http://tanx.free-h.fr/​bloug/​

Nicolas Wild

From Kaboul with blog

http://nicolaswild.blog.lemonde.fr/​

Erwann Surcouf

Doubleplusbon

http://erwann.surcouf.free.fr/​blog/​dotclear/​

(blog original non mis à jour, mais toujours accessible)

Raphaël B

Raphaël B

http://raphaelb.canalblog.com/​

Génération 3 (2006-2009) : diversification et massification

Romain Ronzeau

Comme des guilis dans le bas du ventre

http://commedesguilis.blogspot.fr/​

Fabrice Tarrin

Le Tarrin blog

http://www.fabricetarrin.com/​blog/​

Margaux Motin

Margaux Motin

http://margauxmotin.typepad.fr/​

Lommsek

Shaïzeuh

http://lommsek.blogspot.fr/​

(blog actuellement inaccessible)

Manu xyz

Coins de carnets

http://manu-xyz.blogspot.fr

(blog actuellement inaccessible)

Pénélope Jolicoeur

Ma vie est tout à fait fascinante

http://www.penelope-jolicoeur.com/​

Médiatisation de la bande dessinée en ligne

  • 31 Pour un panorama plus complet de ce phénomène, voir Jean-Noël Lafargue, « Bande dessinée et Interne (...)

36Le changement principal induit par la bande dessinée en ligne est la médiatisation nouvelle de la création graphique numérique, jusqu’ici relativement marginale. Ce phénomène prend de l’ampleur à partir de 2005 mais trouve ses racines dès le début de la période. Une communauté d’amateurs de bande dessinée est présente sur le Web très tôt, sur des forums (le forum Usenet fr. rec. arts. bd en 1996, BDParadisio en 1998), des bases de données (Lambiek. net en 1994, Bedetheque.com en 1998) ou des webzines d’actualités et de critiques (UniversBD et Actuabd en 1996, Du9 en 1997)31. Ce public ne se confond toutefois pas complètement avec celui de la bande dessinée en ligne. Il vient simplement montrer qu’une culture Web existe précocement chez des lecteurs de bandes dessinées. Certaines des créations purement numériques font tout de même l’objet de discussions sur les forums et sont recensées dans l’annuaire EuroBD, vaste liste de sites web francophones sur la bande dessinée, créée en 1997.

37Il demeure difficile de mesurer l’audience réelle des sites web de publication antérieurs à 2005. Les systèmes de décompte parfois présents donnent des indications complexes à interpréter. Le portail Lapin.org annonce au 17 octobre 2004 les chiffres impressionnants de 908 000 visiteurs et 4 600 000 pages vues depuis le début en 2001. En mars 2005, le compteur du site web de Joann Sfar donne plus de 200 000 visiteurs. Il n’existe cependant pas pour le moment d’études complètes sur l’évolution de l’audience de la bande dessinée en ligne et des blogs bd. Cependant la création en avril 2000 par Julien Falgas de l’annuaire bd-en-ligne, qui prendra le nom d’AB-DEL-INN et entend rassembler les différentes tentatives de récits numériques graphiques, a permis de donner une certaine visibilité et une cohérence à des initiatives dispersées. L’annuaire parvient par exemple à attirer le regard de la presse spécialisée (recensement dans Neuvième art en janvier 2003, interview donnée à Bédéka en octobre 2004, mention dans Le Monde des livres en janvier 2005).

  • 32 Julien Falgas, Raconter à l’ère numérique…, op. cit., p. 85.

38La médiatisation de la bande dessinée en ligne connaît un premier essor à partir de 2004-2005. Dans une étude statistique réalisée en 2009, Julien Falgas s’est intéressé aux terminologies employées pour parler de bande dessinée numérique dans la presse francophone, entre 1995 et 200932. 2005 y apparaît comme un palier significatif à la fois quantitativement et par la variété des termes employés par la presse. La terminologie est encore floue, entre l’archaïque « bande dessinée interactive », l’anglo-saxon « webcomics », le générique « bande dessinée en ligne » et l’actuel « blog bd ».

  • 33 Toutes ces observations doivent être relativisées compte tenu de la sous-médiatisation globale de l (...)
  • 34 Ce prix sera complété en 2015 par le concours « Challenge Digital », toujours organisé par le Pavil (...)

39À compter de cette date la presse spécialisée, voire généraliste, commence à évoquer régulièrement l’existence d’une bande dessinée numérique : le mensuel Bédéka consacre un dossier au sujet en octobre 2004, Libération s’intéresse aux blogs bd en mai 2005, le site Actuabd commence son dossier sur le sujet par un article du 8 septembre 2005 ; en septembre 2008, peu avant son transfert sur le Web, Bodoï y va lui aussi de son dossier. Enfin, c’est aussi en 2008 que le rapport de l’Association des critiques de bande dessinée, rédigé annuellement par Gilles Ratier, évoque pour la première fois la question de la bande dessinée numérique. C’est bien durant cette phase que, à défaut de trouver une terminologie, la bande dessinée numérique trouve une visibilité hors du Web33. Un autre jalon important est la place accordée à la bande dessinée numérique au festival d’Angoulême. Un stand numérique existe dès 1998. Mais il faut attendre 2008 pour que le festival remette, en tant que partenaire du prix « Révélation blog » et dans le cadre du pavillon Jeunes talents, l’équivalent d’un « prix de la bande dessinée numérique34 ».

  • 1 Lire à ce propos ce fil de discussion sur Twitter : @ohmmarion [Mirion Malle], J’ai l’impression qu (...)

Enjeux juridiques et techniques de l’hébergement de bandes dessinées en ligne
Le problème de l’hébergement soulève quelques questions juridiques et techniques qui peuvent permettre de clarifier les définitions des termes que j’emploie dans cette partie. Sur le plan juridique, la loi française (en application de directives européennes) définit les hébergeurs de contenus comme « les personnes physiques ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour mise à disposition du public par des services de communication au public en ligne, le stockage de signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de messages de toute nature » (loi pour la confiance en l’économie numérique, 2004). Elle englobe donc une large catégorie de prestataires de service, dont certains sont présents dès les débuts du Web. Ils se caractérisent par une responsabilité légale allégée vis-à-vis des contenus qu’ils contribuent à diffuser : l’hébergeur doit signaler et supprimer un contenu illégal a posteriori, mais n’est pas responsable du contenu a priori. Il s’oppose en cela à l’éditeur d’un document, entièrement responsable de son contenu et passible de poursuites si le contenu s’avère illégal.
La place des hébergeurs est centrale dans la diffusion de la bande dessinée en ligne dans les années 2000, et encore de nos jours. Sur le plan technique, il faut distinguer les hébergeurs spécialisés, les plateformes de blogs et enfin les réseaux sociaux. Les hébergeurs spécialisés sont des sites web qui diffusent spécifiquement des bandes dessinées (Webcomics.fr, Grandpapier.org, Manolosanctis, EspritBD, Delitoon, ProjetsBD, Les auteurs numériques), ou des illustrations en général (Deviantart, CaféSalé). Ils constituent des aides à l’auto-édition en proposant une interface de publication prête à l’emploi. L’auteur doit simplement charger ses images sans se soucier des problèmes liés à l’intégration de l’œuvre dans la page Web, ni aux éléments techniques liés à l’ergonomie de lecture. Chaque hébergeur possède son propre standard de lecture mais trois stratégies existent : le diaporama chez Webcomics.fr, Grandpapier.org et Les auteurs numériques, la planche avec possibilité de zoom sur Manolosanctis, le scrolling vertical sur Delitoon et ProjetsBD. Sur EspritBD, ces trois modalités se mêlent.
Les plateformes de blogs sont des applications qui, dans le cas de leur application à la bande dessinée, possèdent deux caractéristiques essentielles. D’une part il n’existe pas de plateforme spécialisée : les plateformes privilégiées pour les premiers blogs bd sont 20six, Blogger, Blogspot, Overblog et Wordpress. D’autre part, les caractéristiques techniques de l’ergonomie de lecture du blog (notes composées de fichiers image, affichage antéchronologique, rubriques latérales par widgets, etc.) sont devenues des normes formelles. De fait, de nombreux blogs bd, dont les plus connus (Bouletcorp, Le blog de Frantico) sont en réalité des sites web qui imitent les interfaces de blogs tout en offrant à l’auteur davantage de libertés. Le blog bd suit là une tendance générale des sites web personnels actuels. Toutefois, à partir des années 2010, le format technique du blog bd subit la concurrence d’autres réseaux sociaux plus généralistes : Facebook et Tumblr, ou encore Instagram et Twitter. Plusieurs auteurs historiques du Web, comme Marc Lataste, se mettent à utiliser, dès 2010, la fonction diaporama de Facebook pour publier des œuvres qui sortent du cadre du blog. Moon Armstrong, avec ses Facebook’s strips, joue sur les possibilités d’affichage variées offertes par le réseau social. Tumblr est une plateforme de microblogging qui rencontre un grand succès chez les graphistes, et qui propose un affichage en mosaïque, avec très peu de texte. Plusieurs blogueurs bd, comme James (Hipster than ever, 2014), ont migré sur cette plateforme. Sur les trente finalistes du concours Révélation Blog pour l’année 2015, sept diffusaient leur production sur Tumblr, contre quinze sur une plateforme de blog et huit sur un site web dédié.
Facebook, comme Tumblr ou Instagram, ne permettent pas l’accès aux archives et la structuration des notes mais elles privilégient la rapidité et l’efficacité de la diffusion. Elles élaborent aussi un lien plus direct avec les lecteurs via les systèmes de « like » ou de commentaires. Dans le même temps, ces réseaux sociaux rendent les auteurs plus dépendants aux algorithmes et aux règles très contraintes de ces plateformes privées (pas de liens extérieurs, forte fréquence de publication, diversité de format très limitée) et garantissent finalement moins une visibilité au-delà du cercle des followers1. Elles peuvent ainsi traduire une certaine victoire de l’immédiateté et la fidélisation sur la liberté de publication et l’ouverture sur le Web qui avaient fait le succès des blogs bd.
Ces contraintes n’ont pas découragé le projet Été, financé par Arte, qui propose, en juillet 2017, un feuilleton à suivre sur Instagram. Dans les entretiens donnés avant son lancement, Thomas Cadène, un des auteurs du projet, propose une vision de la diffusion de bande dessinée numérique qui, à rebours de la logique antérieure de la plateforme d’hébergement, doit s’adapter aux outils génériques utilisés par les internautes.

40Le phénomène des blogs bd tient un rôle important dans la médiatisation globale de la bande dessinée en ligne. C’est en son sein que vont s’organiser un certain nombre d’évènements fédérateurs dont le plus marquant est le Festiblog, fondé en 2005 par Yannick Lejeune et Mike Cesneau. Ce festival parisien en accès libre se conçoit comme une rencontre « IRL35 » géante entre les blogueurs bd et leur public. La première édition rassemble une quarantaine d’auteurs et 3 000 visiteurs ; Boulet et Mélaka, blogueurs bd historiques, en sont intronisés « parrains ». La croissance de l’événement traduit aussi la croissance de la blogosphère : 180 auteurs en 2009 pour 5 000 visiteurs, sur deux jours36. La blogosphère génère aussi ses propres outils de communication et de visibilité, le plus remarquable étant la blogroll Blogsbd.fr de Matt, créée en 2006. Blogsbd.fr devient une porte d’entrée incontournable vers la blogosphère permettant de suivre en direct les mises à jour de plus d’une centaine de blogs. Son influence est telle que certains blogueurs affirment avoir vu leur lectorat décupler à compter de leur sélection dans Blogsbd.fr37. Par ailleurs, les chiffres d’audience annoncés par certains blogueurs dépassent quantitativement ceux des sites publiés avant 2004 : Boulet, dont le blog est un des plus visités, annonce ainsi, en 2006, autour de 20 000 visiteurs uniques par jour et 40 000 en 200838. Enfin, la parution du Blog de Frantico en version papier permet aux blogs bd d’entrer dans le champ de vision de médias pour lesquels la bande dessinée est d’abord imprimée.

41La médiatisation accrue de la bande dessinée en ligne est le résultat d’une conjonction entre d’un côté l’essor global de l’audience du réseau Internet en France et de l’autre le développement d’une forme, le blog bd, profondément liée à la nouvelle génération d’auteurs et médiatiquement plus identifiable que les formes précédentes. Dans tous les cas, cette médiatisation, qui accompagne un regain d’audience certain pour la bande dessinée en ligne, pose finalement la question de la concurrence entre numérique et papier.

La mise en place d’un équilibre tacite avec l’industrie papier

42Le terme de concurrence n’est pas le plus pertinent pour décrire les relations qui s’instaurent entre les deux branches, papier et numérique, de la création graphique. Il n’y a pas de réelle concurrence à cette époque dans la mesure où d’une part la bande dessinée numérique n’est pas encore commercialisée, et où d’autre part sa visibilité dans l’espace médiatique, quoique croissante, est faible par rapport à celui de la bande dessinée papier. Dans ce cas comment décrire et comprendre le type de relations qui s’installent au fil des années ?

  • 39 Comme l’explique Véronique Danac en 2002 : « Internet prend partie prenante de la communication des (...)
  • 40 Xavier Mouton-Bosc, « La FNAC pirate malgré elle De Cape et de crocs », Actuabd, 6 mai 2004, [en li (...)

43Une première réponse vient en analysant l’attitude des éditeurs face au Web durant la période. L’arrêt soudain de la « bande dessinée multimédia » des années 1996-2002 a marqué un abandon de l’investissement des éditeurs traditionnels dans la création numérique. Il ne signifie pas pour autant leur disparition du réseau Internet. Entre 1998 et 2002 la plupart des grands et moyens éditeurs lancent un site web. Exception faite de l’Employé du moi, il s’agit uniquement de sites d’informations, et non de sites de publication. Cette part du Web comme outil de communication est parfaitement comprise par les éditeurs39. C’est dans cet objectif de communication qu’ils l’investissent comme espace de pré-publication de quelques bandes dessinées papier, et ce relativement tôt. C’est le cas pour Dargaud avec Les formidables aventures de Lapinot et XIII, ou encore Dupuis avec Jérôme K Jérôme Bloche ; dès le début des années 2000, les premières pages de ces albums sont pré-publiées sur le Web. Il s’agit d’une diffusion soit sur le site de l’éditeur, soit sur le site de partenaires : des fournisseurs de services Web (L’Épervier sur skynet.be en 2001 par Dupuis), des sites de presse (From Hell sur le site de Télérama en 2000 par Delcourt), des sites de libraires (De Cape et de crocs sur Fnac.com par Delcourt), ou des sites spécialisés (L’Horloge sur BDParadisio par Paquet). Toutefois ces tentatives sont éparses, et il s’agit de mises en ligne gratuites, temporaires, et qui ne concernent pas toujours l’album entier. De plus, la pratique est parfois maladroite et mal comprise : en 2004, lorsque Delcourt et la Fnac s’associent pour une prépublication sur le site web du libraire des premières pages de De Cape et de Crocs, tout l’album se retrouve en ligne à la suite d’une erreur de manipulation informatique40. Mais ce que révèle avant tout la récurrence de cette pratique, qui concerne surtout des éditeurs de taille importante, c’est que leur vision du Web à cette date est celle d’un espace complémentaire pour une diffusion libre et gratuite, mais pas encore d’un nouvel espace de publication.

44La vision stratégique des éditeurs peut finalement être étendue à l’ensemble des acteurs. Elle traduit la réalité du moment et démontre la mise en place d’un équilibre, ou plus précisément d’un statu quo, entre papier et numérique qui domine la période 1996-2009 et caractérise ce paradigme de la « bande dessinée en ligne ». Plus qu’à une confrontation concurrentielle entre deux mondes de la bande dessinée, on assiste à l’organisation d’une complémentarité entre le « petit frère » numérique et le « grand frère » papier. Cette complémentarité caractérise les expériences antérieures à 2004 : celle de Benoît Peeters et François Schuiten, bien sûr, puisque Les Cités obscures est d’abord une création papier ; celle de Yslaire, ensuite, dans la mesure où le site web fait l’objet d’une adaptation en album dès 1997 ; celle de l’équipe d’@Fluidz ou de l’Employé du moi, enfin, puisque leurs webzines respectifs servent d’espace de résonances pour des auteurs publiés sous forme papier. Dans tous ces cas les relations entre les deux secteurs s’organisent selon une stricte répartition des tâches. D’un côté la publication numérique est libre d’accès pour des contenus en ligne inédits, et de l’autre l’édition papier payante donne lieu à un « bel objet », l’album, et fournit l’appui financier nécessaire à ces expérimentations numériques non directement rémunérées. La situation à laquelle la bande dessinée aboutit en 2009 semble le résultat d’un accord tacite aux termes duquel les éditeurs papier ne se mêlent pas de la création en ligne et de son idéal de gratuité et d’expérimentation, tandis qu’en échange les acteurs du Web ne cherchent pas à monter un marché parallèle purement numérique. Cela ne signifie pas que la création numérique soit dépendante de la création papier : au contraire les sites web amateurs sont des créations autonomes ; cela signifie simplement que, lorsque des relations s’ouvrent entre les deux domaines, elles obéissent systématiquement à cette complémentarité qui fait du Web une excroissance gratuite et expérimentale de la bande dessinée papier, payante et professionnelle.

45L’une des preuves les plus manifestes de l’importance de cet équilibre entre le papier et le numérique est, à partir de 2005, l’édition en livres imprimés de bandes dessinées nées sur le Web. Cette évolution, caractéristique de la seconde moitié de la période, comporte deux mouvements bien distincts.

46Un premier mouvement est lié au virage pris par certains acteurs purement numériques vers l’édition papier. En 2005, Phiip, du portail Lapin.org, auto-édite son premier album papier, tiré du strip Lapin, sous le titre Je suis un lapin. Tiré à 1 000 exemplaires dans une imprimerie locale de la de la région Nord-Pas-de-Calais, il constitue le premier pas des « éditions Lapin » qui se constituent en maison d’édition professionnelle et publient régulièrement des albums comme Ultimex de Gad (2008) ou encore En une image de Puyo (2008) et Le Pipoloft de Wayne (2009). Cette évolution du portail en ligne vers l’édition papier est d’autant plus significative que certains des auteurs publiés ne sont pas, à l’origine, des auteurs du portail, dont Gad, l’auteur de la série Ultimex qui sera (et est encore) une des ventes principales de l’éditeur. À cette date la publication papier est bien devenue un horizon d’attente de la diffusion numérique. En 2007, l’année même de sa création, 30joursdebd.com évolue en une maison d’édition, Makaka éditions ; d’après les fondateurs, cette étape avait été envisagée dès la fondation du site comme un nécessaire pendant papier. Même Webcomics.fr s’intéresse à la publication papier, à sa façon, en proposant à ses auteurs un partenariat avec The Book Editions, un service d’impression à la demande, pour les aider à auto-éditer leurs albums.

47Le second mouvement est l’édition papier des blogs bd. Il commence avec la publication chez Albin Michel, en 2005, du Blog de Frantico. Alors qu’en 2005 aucun lecteur ne connaît l’identité de Frantico, cette parution donne l’illusion qu’il est possible de se faire publier en ayant un blog à succès. Pour les éditeurs, c’est aussi le signe que les blogs bd, avec leur public déjà constitué, peuvent s’avérer être un investissement fructueux. « L’adaptation de blog bd » devient un genre éditorial à part entière. Entre 2005 et 2009, environ trente-cinq blogs sont adaptés en album, et la croissance est continue : seulement deux en 2005, au moins quinze en 2009. Pourtant, si on le ramène à la masse des blogueurs bd (180 participants au Festiblog 2009), ce chiffre n’est pas si important. C’est avant tout un phénomène symbolique qui indique que, désormais, les éditeurs s’intéressent aux créations qui ont lieu sur le Web.

  • 41 Chez Warum/Vraoum est d’abord publié Seul comme les pierres, la série de Wandrille lui-même, puis U (...)

48Qui sont les éditeurs qui se lancent dans l’édition papier de blogs bd ? Le phénomène demeure assez concentré. L’un des principaux éditeurs à s’engager dans cette voie est Delcourt, mais il faut considérer ici le rôle de relais joué par Lewis Trondheim, directeur de la collection Shampoing, au sein de laquelle vont être publiés les premiers blogs bd, à partir de 2006, dont Le journal du lutin d’Allan Barte et Libre comme un poney sauvage de Lisa Mandel. Certains éditeurs ont déjà un lien avec la blogosphère et la création numérique : c’est le cas des éditions Lapin déjà citées, de Warum/Vraoum, dont le co-fondateur, Wandrille Leroy, tient plusieurs blogs influents, et d’Ankama, filiale éditoriale de l’éditeur de jeux vidéo roubaisien41. Plus ponctuellement, la tendance attire d’autres éditeurs de bande dessinée comme La boîte à bulles, Bamboo et Paquet, ainsi que des éditeurs initialement extérieurs au domaine de la bande dessinée comme Jean-Claude Gawsewitch, Michel Lafon, et Marabout.

  • 42 On aurait tort de considérer avec dédain l’adaptation de blogs bd au format papier. Il constitue un (...)

49L’édition papier des blogs bd42 n’est que la partie la plus visible d’un bien plus large et bien plus important mouvement qui voit l’édition papier s’intéresser de plus en plus à ce qui est publié en ligne. En d’autres termes, et c’est une nouveauté par rapport à la situation d’avant 2005, la publication numérique n’est plus un espace autonome du marché papier, mais elle multiplie les relations directes avec l’édition commerciale. Un certain nombre de blogueurs bd sont publiés pour la première fois pour des albums qui ne sont pas l’adaptation de leur blog. Il est bien sûr difficile de faire la part des choses et de savoir si le succès du blog est la raison principale dans leur entrée dans l’édition papier. Si certains cas sont discutables, pour d’autres le lien est direct. En 2006-2007, les éditions Danger Public lancent une éphémère collection « miniblog », qui combine œuvre numérique et œuvre papier, ouverte à plusieurs blogueurs bd et dirigée par Miss Gally. Cette dernière gagne justement lors de l’édition 2009 du festival d’Angoulême le prix Essentiel FNAC-SNCF, prix décerné par un vote du public, avec son album Mon Gras et moi, publié chez Diantre ! ; c’est le premier album tiré d’un blog bd à être récompensé lors d’un festival. De même, le premier prix du concours Révélation blog de ce même festival est la publication d’un album, le premier étant Abigail d’Aseyn aux éditions Vraoum.

  • 43 Cité par Julia Chiron, Le neuvième art sur Internet : l’exemple des blogs de bande dessinée, mémoir (...)

50Autour de 2007-2009, l’équilibre existant se confirme mais prend un sens un peu différent : il se renforce, et l’idée d’une forme de dépendance de la bande dessinée papier envers le numérique commence à se dessiner. L’éditeur Guy Delcourt explique en 2007 que « la blogosphère a donné aux auteurs l’espace de stimulation qui leur manquait depuis la presse de BD43 ». En disant cela, il assigne clairement à la création numérique un double rôle : tremplin pour des auteurs et éditeurs capables de se faire un nom sur le Web pour assurer ensuite une notoriété professionnelle, mais aussi lieu de « recherche et développement » à peu de frais pour les éditeurs en quête d’auteurs capables de toucher une large audience.

  • 44 Manolosanctis reçoit notamment une aide du Centre national du livre dès les premiers mois au titre (...)

51Une entreprise née à la toute fin de la période incarne à elle seule cet équilibre au point de le dresser en principe éditorial : Manolosanctis, dont les trois fondateurs sont Arnaud Bauer, Maxime Marion et Mathieu Weber. Le site web Manolosanctis ouvre à l’automne 2009 et se présente d’abord comme un hébergeur traditionnel et libre d’accès, à la façon de Webcomics.fr et Grandpapier.org. Il offre à de jeunes auteurs des outils de publication en ligne, une interface de diffusion, et compte développer une communauté d’auteurs et de lecteurs actifs. Très vite l’entreprise se transforme en éditeur papier pour un premier album collectif dès janvier 2010, Phantasmes, monté à la suite d’un concours de création organisé sur la plateforme. Les fondateurs de Manolosanctis énoncent alors les principes moteurs de leur maison d’édition : les lecteurs et autres auteurs de la communauté sont les seuls maîtres de la politique éditoriale puisque les récits édités sont ceux que les lecteurs auront plébiscités sur le site par un système de notes. Ce principe d’édition « communautaire » s’inspire en partie du mouvement de financement participatif lancé par MyMajorCompany (2007), et surtout Sandawe (2009) pour la bande dessinée, mais s’en distingue dans la mesure où les internautes ne financent pas directement la création : c’est la popularité seule qui met sur le devant de la scène tel ou tel album, charge à l’éditeur d’en assurer la publication. Manolosanctis suit d’abord une logique de croissance rapide, sur le modèle entrepreneurial de la start-up : passant de 6 albums la première année à 26 la deuxième, Manolosanctis trouve un soutien institutionnel44, s’ouvre à la distribution en librairie, développe une version anglophone du site… En 2010-2011, Manolosanctis est la concrétisation en une seule entreprise de l’équilibre trouvé entre papier et numérique : gratuité et liberté d’expression du numérique financé par une édition papier à la recherche de nouveaux auteurs.

52La vision de la bande dessinée numérique qui est celle de Guy Delcourt, et indirectement celle des fondateurs de Manolosanctis, leur est bien sûr propre : la bande dessinée numérique ne saurait se limiter aux relations qu’elle entretient avec l’édition papier. Sa seule visée n’est pas la professionnalisation et la commercialisation dans l’industrie culturelle dominante ; elle dispose d’une existence individuelle et de caractéristiques spécifiques. C’est aussi pour cette raison que l’équilibre alors en place n’est que provisoire.

Notes

1 Pour en savoir plus sur ce sujet, se reporter à la compilation d’articles de Valérie Schafer et Alexandre Serres (dir.), Histoires de l’Internet et du Web, Living books about History, 2017, [en ligne], doi : 10.13098/infoclio.ch-lb-0006, url : http://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/histories-of-the-internet-and-the-web.

2 T. Campbell, A History Of Webcomics, San Antonio, Antarctic Press, 2006, non paginé. Sur ce sujet, voir le chapitre 1, « It is the World Wide Web that made the Internet visual enough to match cartoonists’ ambitions » (je traduis). Dans ce même chapitre, Campbell évoque les premières bandes dessinées numériques diffusées sur les services Internet pré-Web, en particulier Usenet (Hans Bjordhal, Where the Buffalo Roams, 1992). On ne peut donc dire que la bande dessinée en ligne n’existait pas avant le Web.

3 Source : données publiques de la Banque mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/IT.NET.USER.ZS).

4 André Mondoux, Histoire sociale des technologies numériques, op. cit., p. 197.

5 Quelques repères chronologiques : 1999 voit les débuts de Blogger, Wikipédia est lancé en 2001, 2003 est l’année de Myspace et 2004 de Facebook. Le terme même de « Web 2.0 » est forgé par Tim O’Reilly en 2004.

6 Lapin de Phiip a initialement été diffusée sous cette forme, dès avant 2001 (témoignage de l’auteur recueilli le 28 février 2012).

7 Citons, notamment, Stéphane Blanquet, David B., Lewis Trondheim, Frédéric Boilet, Loustal, Manu Larcenet.

8 http://users.skynet.be/etilegra. Ce site web, encore accessible, permet de se faire une idée des toutes premières modalités de diffusion de bandes dessinées sur les pages personnelles et de leur ergonomie.

9 Pour la genèse de ce projet, se reporter à Benoît Peeters et François Schuiten, L’aventure des images…, op. cit., p. 178-179. Le site Urbicande.be est actuellement hors ligne mais les archives et l’historique sont toujours regroupés à l’adresse www.altaplana.be.

10 Ce texte, diffusé à l’adresse https://web.archive.org/web/20160315191030/http://www.yslaire.be/?level=12&obj=151&startDate=536454000000 (archive), n’est plus accessible. On peut se reporter à la présentation actuelle : https://www.yslaire.be/yslairebe-1997-2012.

11 http://www.old-coconino.com/sites_auteurs/lakhorn_kou/lak_home.htm.

12 http://fourmimag.free.fr/.

13 http://cfsl.net.

14 C’est par exemple sur Catsuka que Bastien Vivès, sous le pseudonyme de Bastien Chanmax, diffuse ses premiers dessins. Quant à CaféSalé, à partir de 2007 et de son association avec Ankama, il devient momentanément éditeur de bandes dessinées.

15 En termes d’audience, Lapin affiche la progression suivante : 52 000 visiteurs au 15 octobre 2002, 68 000 visiteurs au 30 mai 2003, 510 000 visiteurs au 24 février 2004. S’il ne s’agit que d’éléments quantitatifs et déclaratifs difficilement interprétables en eux-mêmes, ils permettent au moins de noter que la hausse de l’audience du site a lieu entre l’année 2003 et 2004.

16 Le pixel art est une tendance des arts graphiques apparue dans les années 1980 et dont l’élément central est le pixel, unité de base d’une image numérique, rendu volontairement visible dans la composition de l’image. D’abord lié aux limitations techniques des machines, le pixel art est désormais une esthétique à part entière, s’affirmant comme un art du placement optimal du pixel, et sur une forme de minimalisme et de stylisation de l’image numérique.

17 Gnomz.com (site web inaccessible, voir archives : https://web.archive.org/web/20170926115209/http://gnomz.com/) mêle jeu de rôle interactif et réalisation de petites bandes dessinées à partir de personnages et de décors prédéfinis en pixel art. Chaque utilisateur se crée un avatar qu’il fait interagir avec d’autres personnages dans des bandes généralement courtes, en pixel art. Le site connaît un bon succès, mais son trafic finit par décroître et il ferme définitivement en mai 2011.

18 Voir sur ce sujet Alexandre Coutant et Thomas Stenger, dossier « Ces réseaux numériques dits sociaux » dans la revue Hermès, no 59, avril 2011.

19 André Mondoux, Histoire sociale des technologies numériques, op. cit., p. 186.

20 La plupart des informations présentes ici ont été relevées lors d’un entretien mené avec Julien Falgas, à Metz, le 18 novembre 2011.

21 On peut aussi citer Webamag et Dijiko, apparus en 2008.

22 « De ce fait, les auteurs allaient faire un échange de lectorat, puisque le lecteur du dessinateur X viendrait sur 30joursdebd.com pour voir son auteur fétiche, mais il en profiterait aussi pour découvrir le dessinateur Y, ses planches et son site (puisque évidemment, il y a une fiche auteur avec le lien vers son site). Visiblement la formule a bien marché puisqu’on a commencé dès le lancement à 6 000 lecteurs par jour… », Shuky et Karine, « 30joursdebd », url : https://web.archive.org/web/20130701065419/http://30joursdebd.com:80/2010/08/27/30joursdebd-par-shuky-et-karine/ (archive – page web inaccessible).

23 Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, 2016, p. 82.

24 Olivier Trédan, « Chapitre 7. Les blogs de BD comme « monde social » amateur » dans Benjamin Ferron, Nicolas Harvey et Olivier Trédan (dir.), Des amateurs dans les médias : Légitimités, autonomie, attachements, Paris, Presses des Mines, 2015.

25 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

26 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

27 Frantico, Le blog de Frantico, url : http://www.zanorg.com/frantico/.

28 Romain Ronzeau, « Hommage à la blogosphère », Comme des guilis dans le bas du ventre, mai 2005, [en ligne], url : https://web.archive.org/web/20101102214837/http://commedesguilis.blogspot.com/2009/05/hommage-la-blogosphere.html (archive – plus de visuel sur la page Web d’origine).

29 Voir encadré « Trois générations de blogueurs bd ».

30 https://www.chicou-chicou.com/.

31 Pour un panorama plus complet de ce phénomène, voir Jean-Noël Lafargue, « Bande dessinée et Internet », Jade, no 108u, 2011, p. 2-5.

32 Julien Falgas, Raconter à l’ère numérique…, op. cit., p. 85.

33 Toutes ces observations doivent être relativisées compte tenu de la sous-médiatisation globale de la bande dessinée en général.

34 Ce prix sera complété en 2015 par le concours « Challenge Digital », toujours organisé par le Pavillon Jeunes Talents.

35 Le sigle « IRL », pour « in real life » est une expression du lexique de l’Internet qui désigne les activités réalisées par les internautes en dehors du réseau.

36 Source : http://www.festival-blogs-bd.com/festival-blogs-bd.html.

37 Manu xyz, « Ho Putain », Coins de carnets, 16 avril 2009, [en ligne], url : http://manu-xyz.blogspot.com/2009/04/ho-putain.html (page web inaccessible et non archivée).

38 Chiffres donnés sur le site lui-même : Boulet, « Let’s Celebrate », Bouletcorp, 24 juillet 2006, [en ligne], url : http://www.bouletcorp.com/blog/2008/07/24/lets-celebrate/ et Boulet, « Let’s Celebrate 2 », Bouletcorp, 24 juillet 2008, [en ligne], url : http://www.bouletcorp.com/blog/2006/07/24/lets-celebrate-2/.

39 Comme l’explique Véronique Danac en 2002 : « Internet prend partie prenante de la communication des grands éditeurs et les objectifs de chacun se regroupent sur certains points, à savoir créer une vitrine online et augmenter la notoriété de l’éditeur et des séries publiées » (Véronique Danac, Le marketing Internet de la BD, mémoire de fin d’étude, Institut de préparation à l’administration et à la gestion, juin 2002, p. 46). Elle souligne l’augmentation de la part du budget consacré à la communication Web : pour Casterman, durant l’année 2001, on passe de 5 % à 10 % du budget marketing global.

40 Xavier Mouton-Bosc, « La FNAC pirate malgré elle De Cape et de crocs », Actuabd, 6 mai 2004, [en ligne], url : http://www.Actuabd.com/La-Fnac-pirate-malgre-elle-De-Cape-et-De-Crocs.

41 Chez Warum/Vraoum est d’abord publié Seul comme les pierres, la série de Wandrille lui-même, puis Un crayon dans le cœur, le blog de Laurel (2009), Ultimex de Gad (2009-), Chef Magik de Guerrive (2008) et La bande pas dessinée de Navo (2010). Ankama publie Maliki de Souillon dès 2007 sous la forme d’une série durable puisqu’elle arrive, en 2013, à son sixième volume.

42 On aurait tort de considérer avec dédain l’adaptation de blogs bd au format papier. Il constitue un véritable travail d’éditeur, comme l’explique Wandrille Leroy dans son article « Album papier bien, publication Internet pas bien », blog Seuls comme les pierres, 31 août 2008, [en ligne], url : http://wandrille.leroy.free.fr/blog/index.php?2009/08/. À ce titre, le passage des blogs bd à l’album mériterait une étude approfondie en tant que phénomène transmédiatique important pour la bande dessinée de la période post-2005 – et plus généralement comme démonstration du blocage des moyens d’entrée traditionnels dans la profession.

43 Cité par Julia Chiron, Le neuvième art sur Internet : l’exemple des blogs de bande dessinée, mémoire de master, Université Paris 7, 2008, p. 75.

44 Manolosanctis reçoit notamment une aide du Centre national du livre dès les premiers mois au titre des « projets numériques innovants ».

Notes de fin

1 Lire à ce propos ce fil de discussion sur Twitter : @ohmmarion [Mirion Malle], J’ai l’impression que les réseaux sociaux…, sur Twitter, 27 mars 2018, [en ligne], url : https://twitter.com/ohhmarion/status/978643561561362433.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search