Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

2e Partie. La bande dessinée en ligne : un ancrage dans la culture Web (1996-2009)

La bande dessinée en ligne : un ancrage dans la culture Web (1996-2009)

Texte intégral

  • 1 Benoît Peeters et François Schuiten, L’aventure des images…, op. cit., p. 172-173.
  • 2 Ibid., p. 179.

1En 1996, dans L’aventure des images, Benoît Peeters et François Schuiten analysent « la rupture introduite par le multimédia online » comme « plus décisive que celle du CD-Rom ». Le réseau Internet permettrait « une expérimentation grandeur nature » et posséderait une « souplesse proche de la bande dessinée » que n’aurait pas le CD-Rom1. À cette date, les deux auteurs, dont l’intérêt pour le multimédia dépasse largement une simple curiosité ponctuelle, se gardent bien de prophétiser l’avenir de la bande dessinée numérique qu’ils conçoivent encore dans une logique de complémentarité entre le CD-Rom et Internet. Le premier permet la gestion d’images lourdes, animées et sonores, tandis que le second offre une souplesse de production et la possibilité d’un dialogue direct avec les lecteurs2. La prudence des créateurs des Cités obscures est tout à fait louable : en 1996, la culture Web n’est pas encore répandue hors des utilisateurs pionniers, surtout en France. La mise en réseau des ordinateurs au niveau mondial est récente et ne laisse pas encore présager une généralisation rapide. Pourtant, petit à petit s’impose une évidence : malgré les expériences antérieures de bande dessinée sur CD-Rom, l’avenir de la bande dessinée numérique du xxie siècle sera sur le Web ; elle évolue du paradigme de la « bande dessinée multimédia » à celui de la « bande dessinée en ligne » qui la définit pour les années à venir. C’est cet ancrage durable, mais surtout ses conséquences, que je vais décrire dans le présent chapitre.

2Le nouveau paradigme de création, qui se prépare dès 1996 mais s’épanouit surtout dans les années 2000, est également tributaire des aléas de la phase précédente. L’éclatement de la bulle Internet et l’échec des premières commercialisations de bande dessinée numérique, en CD-Rom ou sur le Web, semblent signifier aux auteurs, lecteurs ou producteurs que la rentabilité directe de la bande dessinée numérique est une illusion. Cet échec initial marque durablement le secteur qui renonce pour longtemps à se construire dans le cadre des nouvelles industries culturelles. Mais si la bande dessinée numérique est délaissée par le monde économique, elle trouve auprès des acteurs de la culture du Web, marquée par un idéal de libre diffusion des documents et des créations, un nouveau terrain pour s’épanouir. Cette inscription au cœur de la culture Web est la marque de la bande dessinée numérique des années 2000.

  • 3 Patrice Flichy, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 9. Voir aussi, sur le même (...)

3Le changement qui intervient alors n’est pas seulement un changement technique, un simple transfert d’un mode de diffusion numérique à l’autre. En se développant sur le réseau autour de 2000, la bande dessinée numérique s’attache à une culture dont les principes sont déjà bien établis. Plusieurs historiens et sociologues des techniques se sont penchés sur les implications sociales des évolutions technologiques, à l’image de Patrice Flichy qui s’intéresse très tôt aux raisons de la mobilisation des individus autour de l’Internet et qui développe l’idée d’un « imaginaire d’Internet3 ». Pour lui les conditions de conception et de diffusion d’une technologie sont subordonnées aux principes de construction sociale de leurs inventeurs, ou des communautés qui s’en emparent. Cet imaginaire implicite conditionne ensuite les usages, excluant certaines pratiques, en favorisant d’autres.

4Ainsi, le nouveau paradigme de la « bande dessinée en ligne » ne diffère pas seulement des premiers essais en matière de bande dessinée numérique par son attachement à un média spécifique, le réseau Internet, et aux technologies du Web ; il en diffère surtout par son contexte de production et son environnement socio-culturel. La création répond alors prioritairement à des logiques sociales (besoins des auteurs et usages des lecteurs) plutôt qu’à des stratégies commerciales. Le but de ce chapitre est de comprendre comment la bande dessinée s’implante sur le Web et comment elle en intègre les principes de diffusion.

5Je dois toutefois dès maintenant apporter deux précisions méthodologiques, indispensables pour bien comprendre les mécanismes à l’œuvre. Malgré les échecs des éditeurs avant 2000 et le relatif désintérêt dont ils font preuve à la suite de ces échecs, il ne faut pas considérer la bande dessinée numérique comme un domaine clos sur lui-même et dépourvu de lien avec l’industrie culturelle de l’édition imprimée de bande dessinée. Méthodologiquement parlant, cet enjeu est essentiel : en quoi des œuvres graphiques produites et diffusées sur le réseau relèvent-elles de la même généalogie que la bande dessinée ? Il n’y a pas de solution de continuité et la bande dessinée en ligne ne part pas de zéro. La question des relations entre acteurs de la bande dessinée papier et acteurs de la bande dessinée numérique sera donc au centre de mes préoccupations.

6Enfin, il faut se garder de tout angélisme dans la description de l’écosystème bien particulier et inédit qui est celui du Web. S’il s’affirme par opposition à un système de production artistique contraint par des industries capitalistes et par une logique de profit, il ne signifie pas l’absence de tensions entre les acteurs, ni l’absence de règles dans une logique d’auto-gestion idéalisée et de diversité sans limites. Au contraire, en s’inscrivant dans la culture Web, la bande dessinée se nourrit de toute une idéologie qui influe nécessairement sur les œuvres créées et diffusées, mais qui génère aussi ses propres structures, ses propres normes et ses propres contradictions.

Notes

1 Benoît Peeters et François Schuiten, L’aventure des images…, op. cit., p. 172-173.

2 Ibid., p. 179.

3 Patrice Flichy, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 9. Voir aussi, sur le même thème, Christian Licoppe (dir.), L’évolution des cultures numériques. De la mutation du lien social à l’organisation du travail, Paris, FYP éditions, 2009.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search