Version classiqueVersion mobile

Cases-pixels

 | 
Julien Baudry

1re Partie. La bande dessinée, une industrie dans la fièvre multimédia (1984-2001)

Conclusion

Une bande dessinée multimédia (premier paradigme)

Texte intégral

1Avant 2002, la réalisation de bandes dessinées commercialisées dans le cadre des premières industries numériques connaît un essor notable avant de s’interrompre brutalement. Les mécanismes d’évolution de ces premières œuvres suivent une même courbe en cloche, que l’on s’intéresse à leur évolution en tant qu’objet culturel inscrit dans une économie de marché ou en tant qu’œuvre artistique : à partir de propositions minimales (produits dérivés, gestion de licences, adaptations…), elles évoluent vers des mises en relation plus complexes des différents médias qui structurent un paradigme de création autonome, celui de la « bande dessinée multimédia ». Puis l’évolution s’arrête et ce paradigme échoue à donner naissance à un véritable genre constitué.

  • 1 Julien Falgas, Raconter à l’ère numérique…, op. cit., p. 48-56.

2Pour comprendre au mieux le contexte de création de ces années 1990, on peut utiliser la métaphore de la « zone hybride spéculative » élaborée par Julien Falgas1. Selon lui, le réseau Internet dans les années 1990 se présente comme une zone hybride médiatique, c’est-à-dire un terrain de création où les différents médias peuvent se croiser et, éventuellement, donner naissance à des formes nouvelles. C’est ce qui se passe avec l’apparition de la « bande dessinée multimédia » qui mêle des principes d’écriture et d’usage liés au dessin animé ou au jeu vidéo. Or, ce premier Internet est aussi une zone « spéculative » au sens où l’ensemble des créations sont des paris pour la création d’œuvres dont on ne sait si elles sauront rencontrer leur public. L’aspect « spéculatif » a donc un double avantage : encourager une forme d’innovation technique et amener des investisseurs à financer des productions nécessitant des budgets importants. Il a aussi un revers : si les résultats économiques ne sont pas au rendez-vous et que les œuvres ne parviennent pas à capter l’attention d’un large public, elles ne pourront s’inscrire dans la durée. L’ancrage dans une économie capitaliste a permis d’innover, mais a aussi interrompu des créations qui, par définition, oscillaient entre plusieurs publics et plusieurs usages, anciens et nouveaux. Ainsi, pour Falgas, les premières bandes dessinées numériques étaient trop éloignées des « cadres de référence » de la bande dessinée papier pour prendre vraiment pied, que ce soit auprès des auteurs, des éditeurs, et du public. L’éclatement de la bulle Internet marquant la fin du financement de ces œuvres, l’ajustement entre les innovations des auteurs et les attentes du public n’a pas eu lieu.

3À partir de cette notion de « zone hybride spéculative », on peut ajouter deux remarques sur cette période. D’une part, la « zone hybride » ne concerne pas uniquement le réseau Internet : la notion peut s’étendre à l’ensemble des industries numériques de l’époque, même si c’est effectivement la spéculation (au sens financier) autour des entreprises de services Web qui s’avère être le véritable tournant de l’économie numérique. D’autre part, le pari crucial qu’ont tenté les créateurs et éditeurs des premières œuvres est de sortir du cadre exclusif de la bande dessinée. C’est précisément ce pari qui a échoué, mais il ne signifie pas l’échec de la bande dessinée numérique dans son ensemble. Il signifie seulement l’échec d’un type de bande dessinée numérique fondé sur une logique d’hybridation des images, de polyvalence des acteurs, de création de passerelles entre industries numériques et édition de bande dessinée, et, fondamentalement, sur une forme de professionnalisme mixte qui suppose aussi des investissements financiers importants. Il signifie seulement l’échec du paradigme de la « bande dessinée multimédia ». Ce n’est pas à travers une alliance commerciale et professionnelle entre deux industries culturelles que la bande dessinée numérique va réellement se développer, mais dans un tout autre écosystème.

Notes

1 Julien Falgas, Raconter à l’ère numérique…, op. cit., p. 48-56.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search