Version classiqueVersion mobile

Le théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles)

 | 
Sylvie Humbert-Mougin
, 
Claire Lechevalier

Table des auteurs

Texte intégral

Jean-Louis Backès est professeur émérite de littérature comparée à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV). Il a publié de nombreux essais sur la littérature européenne (La Littérature européenne, Belin, 1996 ; Oreste, Bayard, 2005 ; Le Mythe dans les littératures d’Europe, Cerf Littérature, 2010) et a coordonné le chapitre « Poésie » dans le collectif Histoire de la traduction en langue française au xixe siècle (à paraître chez Verdier).

Anne Baillot, ancienne élève de l’ENS, docteur en études germaniques, est rattachée au département de littérature allemande de l’Université Humboldt de Berlin, où elle dirige un projet de recherche sur les réseaux intellectuels berlinois entre 1800 et 1830. Spécialiste de l’histoire de l’université allemande et de la traduction en Allemagne autour de 1800, elle a publié notamment une traduction des œuvres esthétiques de Karl Solger (2004), une édition bilingue des œuvres philosophiques de Frédéric II (2007) ; elle a édité le collectif Formes de la philosophie (2007, avec Charlotte Coulombeau), ainsi que Netzwerke des Wissens. Das intellektuelle Berlin um 1800 (Berlin, 2011).

Bernard Banoun, professeur de littérature de langue allemande des xxe et xxie siècles à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) et traducteur littéraire. Ses domaines de recherche sont l’histoire de la traduction dans les espaces francophone et germanophone, l’histoire de l’opéra dans l’espace germanophone et centre-européen, la littérature contemporaine de langue allemande.

Christophe Corbier, agrégé de lettres classiques, docteur en littérature comparée, chargé de recherches au CNRS. Il étudie la réception de la musique grecque à l’époque moderne (philosophie, littérature, musicologie). Ses travaux portent en particulier sur l’œuvre de Maurice Emmanuel, helléniste et compositeur (Maurice Emmanuel, Bleu nuit, 2007 ; Poésie, musique et danse : Maurice Emmanuel et l’hellénisme, Classiques Garnier, 2011) ; il prépare actuellement une édition de la correspondance de Maurice Emmanuel.

Clémence Couturier-Heinrich, ancienne élève de l’ENS, est agrégée d’allemand et docteur en études germaniques. Elle est l’auteur d’une monographie sur les théories du rythme en Allemagne autour de 1800 (Aux origines de la poésie allemande. Les théories du rythme des Lumières au romantisme, Paris, 2004). Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Picardie Jules-Verne (Amiens). Ses recherches portent sur la théorie littéraire et l’esthétique allemandes autour de 1800 dans leur contexte européen. Elle a publié un ouvrage collectif sur la traduction chez Johann Gottfried Herder (1744-1803) (Übersetzen bei J. G. Herder, Heidelberg 2012).

Marie-France David-De Palacio, professeur de littérature comparée à l’Université de Bretagne occidentale, consacre ses recherches à la littérature de la fin du xixe siècle et aux interactions entre histoire et littérature à cette époque. Spécialiste de la réception de l’Antiquité en France et en Allemagne entre 1850 et 1920, elle a publié plusieurs ouvrages sur ces questions, dont Antiquité latine et Décadence (2001), Ecce Tiberius (2006), Tragédies de fins d’empires. Actualité de la fiction antiquisante romaine en Allemagne autour de 1900 (2008).

Ariane Eissen, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Poitiers, s’intéresse à la réception et à la réécriture des mythes grecs (Les Mythes grecs, Belin, 1993, Belin poche, 2010), à La Dimension mythique de la littérature contemporaine (La Licorne, 2000) et plus largement aux imaginaires collectifs (La Figure d’Hercule dans les littératures anglaise et française à la fin du xixe et au début du xxe siècle, 1997). Un autre axe de ses recherches est la fiction contemporaine (France, Italie, Grande-Bretagne), notamment lorsque celle-ci noue dialogue avec les figures et les textes du passé. Ses travaux prennent alors l’allure d’études génériques (Vies imaginaires, Otrante no 16, 2004 ; Dialogue des morts, Otrante no 22, 2007) ou portent sur des auteurs comme Ismail Kadaré (parution prochaine des actes du colloque Lectures d’Ismail Kadaré, aux Presses Universitaires de Paris-Ouest, en collaboration avec Véronique Gély), ou Antonio Tabucchi, Antonia S. Byatt, etc.

Ariane Ferry est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Rouen. Elle étudie les processus de réécriture des mythes, de l’Antiquité à la période contemporaine, au théâtre et dans le genre romanesque. Elle a publié notamment Amphitryon, un mythe théâtral, Grenoble, Ellug, coll. « Ateliers de l’imaginaire », 2011. Elle travaille également sur l’histoire des traductions théâtrales et certaines questions de réception.

Angeliki Giannouli est docteur de l’Université Paris-VIII en esthétique, sciences et technologies des arts. Auteur d’une thèse intitulée La Grèce antique sur la scène française dans la première moitié du xixe siècle (à paraître aux Éditions Champion), elle est membre de l’Institut International du Théâtre en Grèce et participe à l’équipe de recherche de l’Université Paris-Nord qui travaille à l’élaboration d’un répertoire des mises en scène du théâtre antique en France. Ses travaux sont consacrés au théâtre français du xixe siècle, dans une perspective historique et littéraire.

Myrto Gondicas, ancienne élève de l’ENS, helléniste, traductrice, a longtemps travaillé auprès de Jean Bollack et du groupe du Centre de recherches philologiques de Lille. Elle collabore régulièrement avec des metteurs en scène s’intéressant à une approche du théâtre grec ancien à la fois libre et soucieuse d’une proximité avec la langue des auteurs (Eschyle, Euripide…).

Sylvie Humbert-Mougin, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature comparée à l’Université François-Rabelais de Tours. Auteur d’un essai sur la réception des tragiques grecs en France au tournant des xixe-xxe siècles (Les Tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel, Belin, 2003), elle s’intéresse aux questions de réception théâtrale (traduction, interprétation, mise en scène), ainsi qu’aux liens entre théâtre et archéologie au xixe siècle.

Pierre Judet de La Combe est helléniste, directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherches au CNRS. Il a traduit et commenté de nombreux textes de la poésie et du théâtre grecs, et participé comme traducteur et conseiller à plusieurs productions théâtrales, à commencer par les Atrides d’Ariane Mnouchkine. Il a publié récemment Les Tragédies grecques sont-elles tragiques ? Théâtre et théorie (Bayard, 2010).

Claire Lechevalier est agrégée de lettres classiques et maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Caen Basse-Normandie. Elle poursuit ses recherches sur l’histoire de la réception du théâtre antique en Europe du xviiie siècle à nos jours, et a notamment publié L’Invention d’une origine. Traduire Eschyle en France de Lefranc de Pompignan à Mazon : le Prométhée enchaîné (Champion, 2007).

Philippe Marty, agrégé d’allemand, professeur de littérature générale et comparée à l’Université Paul-Valéry Montpellier-III, a écrit sur la traduction, l’intraduisible, le nom propre (Le Poème et le phénomène. Lecture de noms propres, Éditions Le Manuscrit, 2007). Il est également traducteur (Hölderlin, Friedrich Schlegel, Eichendorff, Georg Simmel).

Romain Piana est maître de conférences à l’Institut d’études théâtrales de l’Université de la Sorbonne nouvelle (Paris-III). Auteur d’une thèse sur la Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez, il a consacré plusieurs articles à la réception et la mise en scène françaises du répertoire antique. Il a également publié des études sur le théâtre français du xixe siècle, la presse, la critique et l’illustration théâtrales.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search