Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles)

 | 
Sylvie Humbert-Mougin
, 
Claire Lechevalier

Partie II. Effervescence (1850-1890)

Traduire Aristophane en vers en France autour de 1860

Romain Piana

Texte intégral

  • 1 A. Fleury, Plutus ou L’Égale Répartition des richesses, comédie en vers traduite d’Aristophane, Par (...)

Il est encourageant, en un mot, pour nous autres champions du progrès lent et insensible, de voir venir se joindre à notre armée une recrue aussi importante que l’est Aristophane, et de pouvoir compter dans nos rangs, et comme à notre avant-garde, un génie de la trempe du divin comique grec.
Amédée Fleury1

  • 2 Eugène Fallex, Scènes d’Aristophane, traduites en vers français, Paris, Auguste Durand, 1859 ; Plut (...)
  • 3 [René-Gaspard-Ernest, dit] Saint-René Taillandier, « Une nouvelle traduction d’Aristophane », Revue (...)

1Le 1er décembre 1860, l’universitaire et critique de la Revue des deux mondes Saint-René Taillandier accueillait avec enthousiasme la parution de Scènes d’Aristophane traduites en vers français par Eugène Fallex, après un Plutus donné en 18492. Selon le critique, le traducteur aurait pleinement réussi le difficile pari de donner aux lecteurs contemporains « un Aristophane que chacun peut lire3 » :

  • 4 Ibid.

Réservé naguère aux gens du métier, condamné à une gloire de bibliothèque et d’académie, ce poète de la place publique, le plus hardi lutteur de son temps, essaie de rentrer aujourd’hui au sein de la littérature vivante ; les esprits les moins initiés à la connaissance de l’antiquité peuvent s’intéresser à des peintures vieilles de plus de deux mille ans, et dans cette satire de la démocratie athénienne ils retrouveront bien des traits de notre histoire4.

  • 5 [Amédée Fleury, dit] André Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, essai de traduction avec une table (...)
  • 6 Pierre-Paul Douhaire, « Revue critique », Le Correspondant, nouvelle série, t. XXXVI, 25 octobre 18 (...)
  • 7 Ibid., p. 499.
  • 8 Ibid., p. 498.

2Quelques années plus tard, c’est avec des arguments semblables que Pierre-Paul Douhaire, le critique du Correspondant, fait écho à une autre traduction en vers de l’auteur des Nuées, intégrale celle-là, qu’Amédée Fleury venait de rééditer5. Grâce à cette traduction, se félicite Douhaire, l’« Athénien d’il y a deux mille ans » sort enfin du « docte milieu dont il fait les délices6 », pour se présenter, dans un nouveau costume, « aux gens du monde », qui pourront désormais « se donner une idée de ce théâtre qui amusait tant Racine7 », s’y intéresser et y trouver matière à rire. Et Douhaire salue finalement ces deux traductions conjointes, qu’il présente comme deux tentatives réussies pour « naturaliser8 » l’auteur grec, à un moment où sa fortune littéraire s’élargit considérablement.

  • 9 Par neuf voix contre trois pour une admission sous réserve de corrections, lors de la séance du 21 (...)
  • 10 Théophile Gautier, « Feuilleton de La Presse. Théâtres », La Presse, 2 juillet 1849.
  • 11 A. Fleury n’est guère connu, en dehors de ses traductions d’Aristophane, que par une étude parue en (...)
  • 12 A. Fleury, Comédies d’Aristophane, essai de traduction, 3 vol., Paris, Garnier frères, 1862.
  • 13 En 1869, chez E. Thorin, toujours en trois volumes et sous le même pseudonyme.
  • 14 T. Gautier, « Revue des théâtres », Le Moniteur universel, 21 octobre 1867.
  • 15 L’ouvrage partage, avec L’Histoire de la comédie d’Édelestand du Méril, le prix Bordin 1865.
  • 16 En 1865 chez Durand, puis en 1873 et 1875 chez Delagrave. Nous citerons d’après cette dernière édit (...)

3Ce n’est sans doute pas un hasard, les deux traductions ont une genèse à peu près contemporaine. C’est autour de la révolution de 1848 que leurs auteurs travaillent tous deux à une version intégrale du Plutus. Fallex, jeune élève en fin de scolarité à l’École normale, cherche à être joué à la Comédie-Française, pour ce qui serait la première représentation intégrale d’Aristophane ; intitulée Plutus, imitation d’Aristophane, sa comédie en un acte est admise à la lecture, mais finalement rejetée par le comité en avril 18499. Le texte est alors publié sous le titre Plutus ou La Richesse et remarqué par Théophile Gautier10. Deux ans plus tard, c’est au tour de Fleury de livrer un Plutus, ou L’Égale Répartition des richesses en vers, qui se veut une contribution, accessible par sa forme même, au débat politique contemporain11. Entre 1859 et 1863, Fallex puis Fleury livrent chacun de leur côté une traduction en vers de l’ensemble de l’œuvre d’Aristophane. Celle de Fleury, intégrale, paraît en 186212, puis est rééditée deux ans plus tard sous le pseudonyme d’André Feuillemorte, avec une table explicative. Elle connaîtra encore une réédition13. Assez peu recensée, elle n’en est pas moins appréciée de quelques critiques, au nombre desquels, à nouveau, Théophile Gautier qui lui consacre un feuilleton élogieux14. Les Scènes d’Aristophane de Fallex, saluées comme la première version de l’auteur grec accessible au grand public, connaissent pour leur part un vif succès. En 1863, le traducteur donne, sous le titre cette fois de Théâtre d’Aristophane, une version très augmentée de son anthologie, encore plus célébrée que la première et couronnée par l’Académie française15, et qui connaîtra plusieurs rééditions16.

  • 17 À quelques exceptions près comme un Plutus traduit par J.-B. Bernot (Paris, Dezobry et Magdeleine, (...)

4Deux traductions en vers, les premières et à peu près les seules de tout le xixe siècle17, deux traductions écloses en même temps dans les tourments de la révolution de 1848, et qui semblent, pour les contemporains, répondre au besoin de rendre accessible un auteur dont la notoriété ne fait que croître : il paraît tentant d’interroger ces deux textes, ces deux pratiques à la fois datées et marquées, afin d’essayer de comprendre en quoi elles ont pu, pour leurs lecteurs, dépasser les versions en prose qui étaient à leur disposition et réussir une véritable naturalisation. En quoi, autrement dit, peuvent-elles contribuer à réduire, pour les lecteurs contemporains, la distance et l’étrangeté immanquablement attribuées au texte aristophanien, et que rendent particulièrement aiguës l’ancrage culturel de la comédie ancienne grecque – et au premier chef son obscénité inadmissible pour le xixe siècle –, la prégnance du contexte historique et des allusions référentielles, et, last but not least, l’hétérogénéité générique d’une forme unique et considérée comme inclassable ?

  • 18 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., « Avant-propos », p. 4.
  • 19 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., « Avertissement », p. 7.
  • 20 E. Fallex, Plutus ou La Richesse, op. cit., « Avant-propos », p. 13.
  • 21 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., « Avant-propos », p. 7.

5La présente contribution voudrait envisager la question sous deux angles complémentaires. Il s’agira d’abord d’interroger les procédés par lesquels la version en vers se distingue des traductions en prose en présentant un texte unifié dans lequel la versification opère comme un vecteur de littérarité. Là où celles-ci, fondamentalement tournées vers l’élucidation sémantique, jouent du bilinguisme et des notes pour gérer la spécificité contextuelle du texte d’Aristophane et en particulier son obscénité, la traduction en vers, intégrale ou par extraits, tente de donner à lire un texte unique, dont la dimension littéraire, et en particulier la vertu comique et satirique, se trouve accentuée par rapport à la traduction en prose. Elle se prévaut ainsi d’une recherche d’efficacité dans le système linguistique-cible, quand les versions en prose viseraient avant tout à l’exactitude par rapport au système-source. Ainsi Fallex se donne-t-il pour objectif premier de « faire rire un peu les lecteurs du xixe siècle » avec ces textes qui « ont fait rire les Athéniens du temps de Périclès18 », tandis que Fleury cherche principalement à « faciliter matériellement la lecture19 » de son auteur. Par ailleurs – et c’est sans doute ce qui fait la spécificité la plus nette de ce corpus –, cet effet de mise en présence visé par les traductions est inséparable d’une réactualisation. En cherchant l’un à faire accéder aux planches un texte qui agite une « question sociale20 » d’actualité, l’autre à faire entendre, dans une publication à but militant, la voix d’Aristophane aux côtés de la réaction antisocialiste, Fallex comme Fleury inscrivent la genèse de leur projet dans une lecture assimilatrice. Ce faisant, ils participent à une réception politique de l’auteur qui préexiste, en réalité, à leurs traductions, et qui voit fleurir, au théâtre, dans la presse, dans les illustrés satiriques, les « Aristophanes » modernes, dressés contre les progressistes utopistes. Leur pratique de la traduction en vers, qu’elle soit intégrale ou non, permettrait ainsi d’inscrire le texte d’Aristophane dans l’horizon d’attente qu’a imposé l’usage de la figure de l’auteur. Sous couvert d’une mise en évidence de l’universalité et du caractère « éternel21 » de son œuvre, c’est en réalité à une recontextualisation militante que l’une et l’autre se livrent, à un degré bien supérieur à celle des traductions en prose.

De la littéralité à la littérarité

  • 22 Nicolas-Louis-Marie Artaud, Comédies d’Aristophane, traduites du grec, 6 vol., Paris, Brissot-Thiva (...)
  • 23 Constant Poyard, Aristophane, traduction nouvelle, avec une introduction et des notes, Paris, L. Ha (...)
  • 24 L. Poinsinet de Sivry, Théâtre d’Aristophane, traduit en français…, op. cit. ; Pierre Brumoy, Le Th (...)
  • 25 N.-L.-M. Artaud, Comédies d’Aristophane, traduites du grec, 2e éd., Paris, Charpentier, 1841, « Avi (...)
  • 26 Sur ce point, voir notre thèse La Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez (1760-1962) (...)
  • 27 P.-P. Douhaire, « Revue critique », art. cit., p. 496.
  • 28 Gustave Vapereau, L’Année littéraire, 6e année, 1864, p. 48.
  • 29 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 265.
  • 30 F.-T. Perrens, « Bibliographie. Théâtre d’Aristophane, scènes traduites en vers français par Eugène (...)
  • 31 N.-L.-M. Artaud, Comédies d’Aristophane, op. cit., p. 514 (Aristophane, Ploutos, v. 83).
  • 32 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, p. 21.
  • 33 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 182.
  • 34 Ibid., p. 286.

6Les traductions en prose d’Aristophane, au xixe siècle, celles d’Artaud (1830)22 ou de Poyard (1860)23, présentent une double caractéristique : revendiquant une exactitude littérale que leurs devancières – celles de Poinsinet de Sivry ou d’André-Charles Brottier24 – n’auraient pas suffisamment visée, elles pratiquent également un « respect des bienséances25 » qui les amènent à exercer une censure maximale sur le texte grec. Elles proposent finalement un texte à deux entrées, dans lequel les notes, importantes, occupent une double fonction d’explicitation contextuelle et de révélation, à l’usage des initiés lisant le latin, du sens littéral des passages obscènes expurgés ou édulcorés dans la traduction française26. Elles supposent donc une lecture à double foyer qui les situent du côté de la littérature savante. Pierre-Paul Douhaire qualifie ainsi « les décalques polyglottes, qu’on nous donne pour des versions françaises d’Aristophane » de « macédoines assez étranges » : « [ces] traductions, fort savantes d’ailleurs, sont des œuvres de collège, bonnes pour ceux qui se sentent du goût pour le grec, mais ont besoin d’aide pour le bien entendre27 ». Le premier grand mérite d’Eugène Fallex, et surtout d’Amédée Fleury qui ose une version intégrale, est ainsi à ses yeux de proposer un véritable texte, quasiment autonome, libérant autant que faire se peut le lecteur de la contrainte exégétique. Cette unification du texte ne passe pas, tant s’en faut, par un relâchement de la censure. Les traductions en vers ne se mettent pas à traduire littéralement l’« ordure28 » dont regorge, pour la critique de l’époque, le texte d’Aristophane. Fleury édulcore, manie la périphrase ou coupe comme ses collègues prosateurs ; quant à Fallex, libre de choisir son texte grâce au principe anthologique, il ampute et expurge impitoyablement, exclut Lysistrata au motif que la pièce est « par trop aristophanesque29 », et mérite ainsi le brevet, décerné par le critique du Temps, d’« Aristophane des familles30 ». Tout aussi édulcorées que leurs concurrentes en prose, les deux versions s’en distinguent par la quasi-disparition des notes infrapaginales. C’est en fin de volume que Fallex propose son annotation, en forme de commentaire civilisationnel et littéraire ; Fleury donne, pour sa part, à la fin de son troisième tome, une « table explicative » sous forme d’index nominum et rerum commenté, faisant la synthèse des commentaires modernes et du texte des scholies. Parallèlement, une partie de l’élucidation contextuelle peut intégrer la traduction, qui inclut un certain nombre de gloses. C’est particulièrement le cas en ce qui concerne les jeux de mots ; même si l’exégèse aristophanienne est beaucoup moins focalisée sur le comique lexical qu’au xxe siècle, les traducteurs en vers cherchent, un peu plus souvent que les prosateurs, à le rendre dans le texte lui-même, au lieu de le signaler en note. Ainsi, l’hapax αὐτότατος par lequel le dieu Ploutos réaffirme, devant ses interlocuteurs médusés, son identité, est-il platement traduit par « lui-même en personne31 » dans la version d’Artaud. Fleury comme Fallex, pour leur part, cherchent à répondre à l’étrangeté morphologique de l’expression d’Aristophane, en tentant un « Plutus, Plutusissime32 » pour le premier, et le remarquable « très-lui33 » pour le second, qui s’y tient malgré les critiques que lui vaut cette incorrection34.

  • 35 Sur cette « métromanie » du xixe siècle français, cf. Romantisme, no 140, Modernité du vers, 2008 ; (...)
  • 36 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement », p. 7.
  • 37 E. Fallex, Extraits d’Aristophane, texte revu et corrigé, avec traduction en prose en regard, Paris (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 Le terme est introduit dans l’analyse de la structure de la comédie ancienne par Tadeusz Zielinski (...)

7Mais bien au-delà de l’unification du texte et du reflux du système de la traduction en partie double, c’est avant tout dans le recours au vers que réside le principe de la naturalisation recherchée par les deux traducteurs. La versification se voit attribuer une fonction médiatrice, en assurant le passage du texte d’Aristophane dans le système littéraire français. Cette vertu de l’alexandrin relève d’une sorte de préjugé culturel à une époque où le vers est au faîte de sa gloire littéraire et où la grande comédie se conçoit encore – de Ponsard à Théodore de Banville – comme comédie en vers35. Nos deux traducteurs invoquent l’un et l’autre cette vertu dynamisante, dans des termes assez proches : censé conférer, selon Fleury, « plus de vigueur à la pensée, et plus de trait à la vivacité de la répartie dans le dialogue36 », le vers apporte pour Fallex, « la vivacité, la concision, le rhythme [sic], la flamme » en regard de « la sévère exactitude de la prose37 ». Mais leur usage littéraire de la forme diffère : Fleury conçoit son travail comme une sorte de mise en vers dont l’intérêt revêt une espèce d’évidence mécanique, tandis que Fallex vise « à faire sentir », à « reproduire vraiment et le poëte et la poésie38 », en se fondant sur les grands exemples de la littérature et du théâtre français. Un exemple tiré des Grenouilles permet d’appréhender le degré d’écart de chacune des versions par rapport aux traductions contemporaines en prose, et de saisir les grands traits du travail de littérarisation auquel prétendent les versions en vers. Il s’agit d’un passage de ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’agôn39, où Euripide évoque la cure d’amaigrissement qu’il a imposée à l’art tragique après l’avoir reçue d’Eschyle toute boursouflée. En voici la traduction, dans la version intégrale, strictement contemporaine, de Constant Poyard :

ΑΙΣΧΥΛΟΣ

Σὺ δ’, ὦ θεοῖσιν ἐχθρὲ, ποά γ’ἐστìν, ἅττ’ ἐποίεις ;

ΕΥΡΙΠΙΔΗΣ

  • 40 Aristophane, Grenouilles, v. 936-945. Le texte grec que nous citons est celui de Jean-François Bois (...)

Οχ ππαλεκτρυόνας, μ Δί, οδτραγελάϕους, περ σ,
ν τοσι παραπετάσμασιν τος Μηδικος γράϕουσιν.
λλ ς παρέλαβον τν τέχνην παρ σο τò πρτον εθς
οδοσαν πò κομπασμάτων κα ημάτων παχθν,
σχνανα μν πρώτιστον ατν, κα τò βάρος ἀϕελον
πυλλίοις καì περιπάτοις, κα τευτλίοισι λευκος,
χυλòν διδος στωμυλμάτων, πò βιβλίων πηθν
ετ νέτρεϕον μονδίαί, Κηϕισοϕῶντα μιγνύς
ετ οκ λήρουν τι τύχοιμ, οδ μπεσν ἔϕυρον 40 […]

Eschyle

Mais toi, ennemi des dieux, qu’as-tu donc fait de si beau ?

Euripide

  • 41 C. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 420-421. L’astérisque et le texte en ita (...)

Oh ! je n’ai pas fait à ton exemple de chevaux à tête de coq, ni de boucs à bois de cerf, comme on en voit sur les tapisseries persanes ; mais en recevant de tes mains la tragédie qui était toute boursouflée d’énormes mots emphatiques, j’ai commencé par l’alléger de son pesant bagage, je l’ai traitée avec de petits vers, des discussions subtiles, du jus de betterave blanche, et des décoctions* de niaiseries philosophiques, le tout bien filtré ; puis je l’ai nourrie de monologues, en y mêlant du Céphisophon ; mais je ne radotais pas au hasard, je ne mêlais pas les premiers ingrédients venus41 […]

* La betterave et les décoctions indiquent la fadeur insignifiante du style d’Euripide.

8La version de Poyard, bien dans la ligne de la pratique habituelle du xixe siècle, émousse la concrétude des images et, par là, leur étrangeté. Quand le lexique le permet, elle privilégie le sens abstrait des termes : περιπάτoις, qui veut d’abord dire, dans le contexte d’un régime, promenade, exercice, est rendu par des « discussions subtiles » ; βιβλίων s’adjective et devient « philosophiques ». Ou alors, elle opte pour une traduction qui laisse toujours saisir le comparé abstrait du texte : « boursouflée », « traiter », « alléger », « pesant bagage », « nourrir », se disent couramment du style autant que d’un corps. Les seuls termes irréductiblement concrets (la « betterave » et les « décoctions ») appellent une explicitation en note. L’agrammaticalité de l’image est bannie : si ἀπηθῶν (filtré) est traduit, en revanche ἀπò βιβλίων (de livres) ne l’est pas à sa suite. L’efficacité métaphorique, et avec elle le comique grotesque du texte, sont donc largement sacrifiés au profit de l’élucidation dénotative, ainsi qu’il apparaît dans la traduction des noms d’animaux fantastiques du deuxième vers de la réplique d’Euripide.

9Le texte de Fleury, quoique la versification semble y induire des inflexions massives, n’est en réalité pas très éloigné :

Eschyle

Mais toi, fléau des Dieux, qu’as-tu fait

Euripide

  • 42 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. III, p. 323-324.

Ni museau
De capri-cerf, ni bec de coq-cheval, ces bêtes,
Dont les tapis de Perse et toi-même vous êtes
Si prodigues, du moins ne déparent pas chez moi
L’art dramatique. À peine ai-je reçu de toi
La tragédie enflée et mourant de pléthore
Sous le poids des grands mots au bagage sonore,
D’amaigrir aussitôt cet excès d’ embonpoint
Je me mis en devoir. Mais je n’y parvins point
Sans lui faire avaler tout d’abord en revanche
De petits vers mêlés de betterave blanche.
Aux livres empruntant leurs dissertations
J’en exprimai le suc ; puis en décoctions
Je lui fis boire aussi de graves soliloques
Où de Céphisophon s’agitaient quelques loques.
J’aurais craint d’appliquer mes drogues au hasard,
Et dans leur choix toujours le bon sens avait part42 […]

  • 43 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement », p. i.
  • 44 Ibid., p. 7.

10La version de Fleury – c’est l’évidence qui semble s’imposer d’emblée – comporte une série d’inflexions notables, que l’on remarque habituellement dans la pratique de la traduction en vers, et que l’on va retrouver également chez Fallex. Il s’agit de l’ajout et de la cheville, rendus plus ou moins inévitables par la contrainte de l’alexandrin et de la rime. Ainsi « du moins ne déparent pas chez moi / L’art dramatique », qui ne traduit guère qu’un ἐπoίoυν sous-entendu, ne constitue qu’une pure cheville, comme on en trouve en nombre dans le reste du passage et dans l’ensemble de la version intégrale. Autre exemple d’inflexion courante chez Fleury, la mise sur le même plan syntaxique des « tapis de Perse » et de « toi-même », assez caractéristique d’un remodelage grammatical qui, trop fréquemment, n’obéit qu’à des nécessités purement métriques. Ces ajouts, qu’on pourrait qualifier de techniques, ont en réalité des effets sensibles sur la signification du texte, qui se retrouve à la fois explicitée et amplifiée. Ainsi les deux additions « je me mis en devoir » et « mais je n’y parvins point sans », introduisent une sur-articulation chronologique des étapes du régime ; l’amplification d’oἰδoῦσαν (« enflée et mourant de pléthore »), l’explicitation d’ἀπò βιβλίων ἀπηθῶν (« Aux livres empruntant leurs dissertations / J’en exprimai le suc ») permettent de suivre, de façon plus marquée encore que chez Poyard, le fonctionnement de la comparaison. La versification, au bout du compte, ne fait semble-t-il qu’accentuer les tendances de la traduction en prose. Malgré quelques trouvailles efficaces (« Sous le poids des grands mots au bagage sonore »), la version de Fleury n’apparaît finalement pas très éloignée de celle de Poyard en ce qui concerne le travail de la littérarité. Par bien des aspects, elle s’apparente à une simple mise en vers, et le traducteur le reconnaît lui-même, qui présente son travail comme « une traduction en prose rythmée et rimée, qu’à la rigueur et sur un aperçu superficiel on pourrait prendre pour des vers43 ». Le vers a ainsi pour fonction de rendre la lecture « par ses côtés matériels plus attrayante, en coupant le style à l’aide du mètre et de la rime44 ».

11Le positionnement de la traduction de Fallex est tout autre :

Eschyle

Et toi donc, vil impie, et toi, qu’as-tu donc fait ?

Euripide

  • 45 Fallex adopte ici (v. 942) la leçon µικρῖς au lieu de λευκoῖς (Extraits d’Aristophane, op. cit., p. (...)
  • 46 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 105.

Moi ? Coqs et capricerfs, et mainte gentillesse
Qu’on dessine en tapis persans, je te les laisse.
J’ai reçu de tes mains un affreux ramassis
De grands mots boursouflés, ventrus, enflés, bouffis.
La belle tragédie ! Elle était hydropique !
J’employai tout d’abord un remède héroïque :
Je fis la ponction. Plus légère d’un peu,
Je lui permis alors l’exercice et le jeu.
Grâce à de petits vers, décoctions bénignes45
De bettes, de bouleaux, plantes très-anodines,
Grâce à de certains sucs prudemment tamisés,
Et que je n’extrayais que d’écrivains prisés,
J’ai remis sur ses pieds cette pauvre malade.
Après quoi j’ordonnai, nourriture moins fade,
Un peu de monologue et de Céphisophon.
Je ne bavardais pas sans but et sans raison,
Je ne combinais pas mes drogues, mes remèdes,
Les yeux fermés, mon cher, ainsi que tu procèdes.
Je suivais un système, et parlais savamment46.

12L’évidence immédiate, davantage encore que chez Fleury, consiste dans l’importance des ajouts et des chevilles, sur lesquels il n’est guère besoin d’insister davantage, sinon peut-être pour signaler la considérable amplification des trois derniers mots de l’extrait, oδ’ ἐµπεσὼν ἔϕυρoν, qui deviennent deux vers (« Je ne combinais pas mes drogues, mes remèdes,/Les yeux fermés, mon cher, ainsi que tu procèdes »). Mais ce qui frappe surtout de prime abord chez Fallex, c’est la mise en avant spectaculaire de la métaphore médicale du régime, qui devient la colonne vertébrale de la réplique. Cette mise en avant va de pair avec une autre option, inverse de celle de Poyard : Fallex développe le ludisme verbal du texte, quitte à donner dans l’amplification, autre forme de glose, finalement, mais glose expressive celle-là. Le diagnostic d’enflure de la tragédie se développe sur deux vers, par une suradjectivation qui tente de recréer les sonorités pesantes du vers 940 d’Aristophane (« un affreux ramassis/De grands mots boursouflés, ventrus, enflés, bouffis »). Des allitérations (« bénignes », « bettes » et le curieux « bouleaux », pure addition) tentent de rendre les diminutifs du vers 945 (ἐπυλλίoις […] καί τευτλίoισι »). Les περιπάτoι ne sont plus traduits de façon abstraite et deviennent « l’exercice et le jeu ». Mais cette mise en avant d’une certaine littéralité concrète, celle du réseau d’images et du signifiant, est contrebalancée par un travail d’explicitation qui fonctionne comme une glose permanente, et qui affecte, plus radicalement que chez Fleury, l’intelligibilité globale de la réplique. L’élucidation du comparé à laquelle Poyard se livrait en note se retrouve incluse dans le texte, (« plantes très-anodines », « nourriture moins fade ») ; mais c’est surtout du côté du comparant que s’effectue cette glose. Deux lourdes additions martèlent les étapes du régime (« J’employai tout d’abord un remède héroïque », « J’ai remis sur ses pieds cette pauvre malade »), régime dont la réussite est marquée par la progression de la qualification axiologique (« affreux », « la belle tragédie », « prudemment tamisés »). Au bout du compte, l’effet est double. La virtuosité métaphorique du texte d’Aristophane est sursignifiée et transformée en processus allégorique : la réplique devient une sorte d’apologue. Elle est par ailleurs rationalisée et réorganisée selon les règles de la rhétorique théâtrale néo-classique, et devient, en miniature, une « mini-tirade » à rebondissements, qui se conclut par une sorte de péroraison.

  • 47 Edmond About, Causeries, première série, Paris, Hachette, 1865, p. 28.
  • 48 P.-P. Douhaire, « Revue critique », art. cit., p. 499.
  • 49 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Préface de la première édition », p. 11 ; p. 23 (...)

13La mise en avant presque caricaturale – et non exempte de bonheurs – de la fonction poétique chez Fallex explique sans doute la réputation littéraire qu’il réussit à gagner ; Edmond About, pour ne citer qu’un éloge parmi d’autres, lui décerne ainsi le brevet de « seul poète » à avoir « serré de près les textes d’Aristophane47 ». Paradoxalement, alors que les inflexions par rapport au texte grec semblent plus importantes chez lui, Pierre-Paul Douhaire accorde à Fallex une réussite poétique et une exactitude supérieures à celle de Fleury, dont le vers, d’après lui, « se moule de moins près sur le vers grec », et « marche d’une manière moins dégagée et moins preste que chez M. Fallex48 ». C’est que l’effet littéraire semble plus saisissant chez Fallex, à qui on reconnaît une parfaite maîtrise dans son projet de recourir à la langue comique française, dont il évoque les modèles dans ses avertissements et dans ses notes : Molière, le Racine des Plaideurs, Régnier, ou le Ponsard de L’Honneur et L’Argent49.

Traduction et réactualisation politique

  • 50 On trouvera l’expression la plus systématique de cette lecture dans l’étude de Jacques Denis sur La (...)

14Mais quel que soit leur degré de naturalisation littéraire, les deux versions se retrouvent, de manière significative, dans leur traduction du dernier vers. L’absence de « radotage approximatif » (oκ ἐλήρoυν ὅ τι τχoιµι) revendiquée par Euripide y devient, chez les deux traducteurs, une qualité positive, le « bon sens » pour Fleury (« Et dans leur choix toujours le bon sens avait part »), la mise en œuvre d’un « système » chez Fallex (« Je suivais un système, et parlais savamment »). Loin d’être anecdotiques, ces deux termes renvoient à la lecture dominante d’Aristophane depuis les années 1840, qui se perpétuera peu ou prou jusqu’à la Belle Époque. Fondamentalement idéologique et allégorique, cette lecture voit dans les personnages et les images aristophaniennes un ensemble de personnifications grotesques au service d’une démonstration abstraite. Sur le modèle du journalisme contemporain, Aristophane y apparaît comme un pamphlétaire aristocrate aux prises avec les déviations de son époque, qu’il incarne dans des figures représentatives50. En faisant intervenir un « système » dans la poétique d’Euripide, en revendiquant à l’inverse un « bon sens », les deux traducteurs perpétuent cette lecture allégorique, en mettant en avant une exemplarité des personnages. Mais ils se livrent également à une lecture assimilatrice. L’interprétation allégorique et conservatrice d’Aristophane est en effet inséparable d’une recontextualisation contemporaine des prétendues idées de l’auteur du Plutus et de L’Assemblée des femmes. Ses idées, les utopistes des années 1830 et 1840 les révolutionnaires de 1848 n’auraient fait, en quelque sorte, que les remettre au goût du jour. Il y a donc un usage politique et culturel de l’auteur grec dont le critique Édouard Fournier, en 1873, donne une formulation particulièrement précise :

  • 51 Édouard Fournier, « Feuilleton de La Patrie », La Patrie, 17 mars 1873.

Aristophane est le poète qui toujours revient le mieux, le satirique dont la verve est toujours réveillée le plus utilement et le plus à propos chaque fois qu’il s’agit, en des temps comme le nôtre, de faire réagir le bon sens contre les faux systèmes et d’opposer aux folies de révolution les idées conservatrices51.

  • 52 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.
  • 53 Ibid., t. II, p. 280. La comparaison entre L’Assemblée des femmes (v. 608) et les théories de Proud (...)
  • 54 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., p. 294 ; cf. également Théâtre d’Aristophane, op. cit., (...)
  • 55 A. Fleury, Plutus, ou L’Égale Répartition des richesses, op. cit., « Avertissement », p. 6.

15« Bon sens », « faux systèmes », le vocabulaire politique de Fournier recouvre ici exactement les deux additions de Fleury et de Fallex. La revitalisation littéraire à laquelle contribue la traduction en vers a précisément pour fonction de « réveiller la verve » satirique de l’auteur athénien, et de faire entendre son actualité en rendant intelligible la correspondance entre les « systèmes » qu’il dénonce et les idéologies contemporaines. Si Fallex insiste à longueur de préfaces et de notes sur l’universalité de la satire aristophanienne, c’est en réalité un projet d’assimilation polémique qu’il vise, de façon presque ouverte. Le profit de sa lecture réside, selon lui, dans les « applications perpétuelles à la vie moderne, au temps présent » : « changez les noms, les choses restent52 ». C’est exactement ce que font ses notes : elles marquent la correspondance entre les théories de Praxagora et celles de Proudhon, reprenant une analogie courante en 184853 ; elles se lancent, à propos d’Euripide et de ses « histoires malsaines », dans une diatribe contre le mouvement réaliste contemporain, dont le texte d’Aristophane comporte, selon lui, la « réfutation54 ». Quant à Amédée Fleury, la publication de son Plutus, en 1851, se donnait pour objectif affiché de faire connaître un texte « dont l’application aux idées du jour n’est pas assez présente à l’esprit du grand nombre55 ».

  • 56 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.
  • 57 Pour reprendre la terminologie de Gérard Genette : une « substitution de valeurs » entre l’hypotext (...)

16Or, loin de se cantonner dans le paratexte, cette réactivation des « applications » contemporaines de l’auteur des Cavaliers est au cœur même de la poétique de la traduction versifiée. « Tel vers de cette traduction », dit Fallex, « ne plaira peut-être que parce qu’à travers le texte il court frapper tel événement, tel personnage, tel travers contemporain, disons éternel56. » La latitude d’adaptation que donne la versification permet ainsi, dans le jeu des additions et des amplifications, de procéder à une véritable transvalorisation57 du texte d’Aristophane, qui peut alors se modeler sur les cibles et les idéologies contemporaines. On en donnera deux exemples, tous deux dirigés contre les théories politiques socialistes.

17Le premier est tiré du Plutus d’Amédée Fleury. Il se situe dans la scène canonique – l’agôn – opposant Chrémyle et Blepsidème, à Pènia, l’allégorie de la Pauvreté. Chrémyle a décidé de rendre la vue au dieu de l’argent, Plutus, et argumenté en faveur d’une juste répartition des biens, qui amènerait la prospérité générale. La Pauvreté lui répond en démontrant l’absurdité d’un tel projet :

[ΧΟΡΟΣ]

Οκουν εναί ϕημ’, ἐι παύσει ταύτην βλέψας ποθ’ Πλοτος,
ὁδòν, ἥντιν’
ὼν τοῖς νθρώποις γάθ’ ἂν μείζω πορίσειεν

ΠΕΝΙΑ

  • 58 Aristophane, Ploutos, v. 505-516.

λλ’, πάντων ῥἇστ’ νθρώπων ναπεισθέντ’ οχ γιαίνειν
δύο πρεσβύτα, ξυνθιασώτα το ληρεν καì παραπαίειν,
ε τοτο γένοιθ’ ποθεθ’ μες, ο ϕημ’ ν λυσιτελεν σϕν.
Ε γρ Πλοτος βλέψειε πάλιν, διανείμειέν τ’ σον αυτόν,
οτε τέχνην ν τν νθρώπων, οτ’ ν σοϕίαν μελετη
οδείς.’ Αμϕον δ’ μν τούτοιν ἀϕανισθέντοιν, θελήσει
τίς χαλκεύειν, ναυπηγεν, άπτειν, τροχοποιεν,
σκυτοτομεν, πλινθουργεν, Ο πλύνειν, σκυλοδεψεν,
, γς ρότροις ήξας δάπεδον, καρπòν Δηος θερίσασθαι,
ν ξ ζν ργος μν τούτων πάντων μελοσι58.

Le chœur

Oui, si Plutus redevenu clairvoyant chasse la Pauvreté, ce sera le plus grand des bienfaits pour le genre humain.

La Pauvreté

  • 59 C. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 501.

Voilà deux vieillards dont il n’est pas difficile de troubler la cervelle, qui radotent de compagnie, et battent la campagne à l’envi. Mais, si vos vœux étaient réalisés, le beau profit pour tous ! Que Plutus recouvre la vue, et partage également ses faveurs entre tous, nul n’exercera plus ni métier ni art ; tout travail sera supprimé. Et qui voudra battre le fer, construire des navires, coudre, tourner, tailler le cuir, cuire la brique, blanchir le linge, tanner, ou fendre avec la charrue le sol de la terre, et moissonner les dons de Cérès, s’il peut vivre dans l’oisiveté, loin de tous ces travaux59.

18La traduction de Fleury systématise la proposition de Chrémyle, et en fait une théorie politique que la Pauvreté se charge de réfuter :

Le chœur, à la Pauvreté

Si Plutus y voit clair, toi, gare à la déroute !
Car d’un bel avenir il nous ouvre la route.

La Pauvreté

  • 60 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, p. 54-55 (le texte reprend exactement celu (...)

Vraiment, vous êtes nés, mes deux vieux radoteurs,
Pour croire aux songes creux, aux vains mots des rhéteurs.
Mais admettons qu’on puisse à vos vœux satisfaire,
Je vous le prédis, moi, vous n’y gagnerez guère :
Car si Plutus y voit, et si dans ses faveurs
Il est pour tous égal, désormais aux labeurs
D’un art ou d’un métier personne ne se plie.
Quand vous aurez ainsi tari toute industrie,
Qui forgera, coudra, bâtira, tournera,
Apprêtera le cuir, ou bien le taillera,
Fera durcir la brique, et brisera la terre
Pour en tirer le pain ? Du jour que ne rien faire
Sera loisible à tous, voyez ce qui s’ensuit60.

  • 61 Il est à noter que Poyard fait exactement de même. Au v. 509, il élargit le destinataire de l’illus (...)
  • 62 A. Fleury, Plutus, ou L’Égale Répartition des richesses, op. cit., « Avertissement », p. 6.
  • 63 La couverture et la page de titre portent toutes deux le texte suivant : « Mais admettons qu’on pui (...)

19Les nombreuses inflexions du passage obéissent à plusieurs fonctions complémentaires. En minimisant l’accusation de « délire » collectif des deux vieux (oὐχ ὑγιαίνειν, ξυνθιασώτα), et en supprimant le ὑµῖν (vous) final, Fleury généralise leur projet, qui prend du coup la dimension d’une thèse politique61. L’addition des « songes creux » et des « rhéteurs », totalement absents du texte d’Aristophane, sert précisément à désigner la source de cette thèse, en reprenant une phraséologie fréquemment dirigée contre les utopistes socialistes. La traduction réalise du coup parfaitement la déclaration de l’« Avertissement » de 1851, selon laquelle « le vieil Aristophane avait aussi pour contemporains des Louis Blanc, des Proudhon, des Pierre Leroux62 ». Contre ces prophètes qui prêchent un « bel avenir », se dressent la Pauvreté et ses prédictions ; l’addition de « je vous le prédis » va en effet de pair avec la transformation de l’hypothèse, entre potentiel et futur chez Aristophane, en un véritable futur apocalyptique (« Quand vous aurez ainsi tari toute industrie », « Du jour que ne rien faire / Sera loisible à tous, voyez ce qui s’ensuit »). Ainsi la Pauvreté n’argumente plus, elle avertit et détourne la catastrophe imminente qui s’annonce. Significativement, c’est cet avertissement que, dans sa première édition de 1851, Fleury choisissait de mettre en épigraphe63. Manière directe d’enrôler Aristophane dans le combat réactionnaire.

  • 64 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 581, trad. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit (...)
  • 65 E. Fallex, op. cit., t. II, p. 145. Notons que Poyard – dont la traduction paraît un an après les S (...)

20Fallex, pour sa part, n’est pas en reste dans sa traduction d’extraits de L’Assemblée des Femmes. La séquence dans laquelle Praxagora expose son plan après la remise du pouvoir aux femmes, et qui met en place une communauté des biens et des corps, est ainsi traitée comme l’annonce d’un programme révolutionnaire socialiste humanitaire systématique. Les annonces de Praxagora s’ouvrent par un encouragement du chœur qui l’invite à « réaliser ses plans64 » et à les faire partager au public. Ce qui devient, chez Fallex : « Parle, expose enfin ton système65 ». Symétriquement, à la fin de l’exposé, le terme de « système » réapparaît pour boucler la séquence, non plus dans une traduction, mais dans une addition. La suppression complète des prostituées, traduite – comme chez Poyard du reste – dans le vocabulaire révolutionnaire de l’abolition, est précédée d’une cheville récapitulative :

ΒΛΕΠΥΡΟΣ

  • 66 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 718-719 : « Blepyrus. – Nous allons banqueter ? / Praxagora. (...)

δη γρ εωχησόμεθ πραχαγορ
Φμ γώ.
πειτα τζ πόρναζ καταπασαι βούλομαι παχαπάσ66.

Praxagora

[…]
Au dîner que je dois servir aujourd’hui même.

Blepyre

Aujourd’hui ?

Praxagora

  • 67 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 153.

J’inaugure aujourd’hui mon système.
– Je fais, pour commencer, une suppression
Urgente, et qui chez nous fera sensation.
Je chasse, j’abolis la courtisane impure67.

21L’abolition de la prostitution apparaît ainsi comme partie prenante – la pure succession (ἔπειτα) aristophanienne devenant gradation (« pour commencer ») – d’un programme systématique et global ; elle intervient comme une sorte de première mesure symbolique de la « réforme » que l’héroïne a entreprise, et dont la mise en œuvre, un peu plus tard, fait l’objet d’une annonce officielle :

ΚΗΡΥΧ

  • 68 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 834-835.

πάντεζ στοί, νν γρ οτω τατ χει,
χωρετ, πείγεσθ εθ τς στρατηγίδος […]68

Le Héraut

  • 69 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 164.

Citoyens, accourez. La réforme commence,
Vers votre nouveau chef venez en diligence69.

  • 70 « Nῦν γὰρ oὕτω ταῦτ’ ἔχει. » Poyard traduit par « c’est la loi nouvelle » (Aristophane, traduction (...)

22De réforme, il n’est bien sûr pas question dans le texte grec, qui évoque seulement un « nouvel état des choses70 ». L’addition de Fallex conclut une séquence surdéterminée par un vocabulaire politique contemporain, et qui voit succéder à la présentation d’un système sa mise en œuvre concrète, la réforme. C’est précisément dans l’exposé lui-même du cœur de cette réforme que la traduction vire le plus à l’appropriation. La version en prose de Fallex, publiée après la version en vers et avec le texte grec en regard, et présentée comme littérale et non marquée, fournit ici, mieux encore que celle de Poyard, une sorte de « degré zéro » de l’interprétation :

ΠΡΑΧΑΓΟΡΑ

  • 71 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 590-594.

Κοινωνεν γρ πάντας ϕήσω χρναι, πάντων μετέχοντας,
κκ τατο ζν, κα μ τòν μν πλουτεν, τòν δ’ἄθλιον εναι,
μηδ γεωργεν τòν μν πολλήν, τ δ εναι μηδ ταϕῆναι,
μηδ νδραπόδοις τòν μν χρσθαι πολλος, τòν δ οδκολούθ
λλ να ποι κοινòν πσιν βίοτον, κα τοτον μοιον71.

Praxagora

  • 72 E. Fallex, Extraits d’Aristophane, op. cit., p. 291-293.

[…] Oui, je le déclare, tous doivent tout partager, participer à tout, doivent vivre en commun : l’un ne doit pas être riche, et l’autre pauvre ; l’un, moissonner d’immenses plaines, et l’autre, n’avoir pas un coin pour se faire enterrer ; celui-ci, posséder des centaines d’esclaves, et celui-là, n’avoir pas un seul serviteur ; donc, j’institue une vie unique et commune, une et semblable pour tous72.

23La traduction en vers présente une série d’inflexions caractéristiques :

Praxagora

  • 73 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 146.

[…]
Je dis que tous les biens doivent être en commun.
Que tout doit être à tous, par le droit de chacun.
Car n’est-ce point pitié qu’en quelque lieu qu’on aille,
L’un regorge d’argent, quand l’autre est sur la paille ?
Que l’un ait plus de biens qu’il n’en peut déclarer,
Quand l’autre est sans un trou pour se faire enterrer ?
Que d’esclaves oisifs l’un engraisse une troupe
Quand l’autre n’en a pas pour préparer sa soupe ?
J’abolis un état flagrant d’iniquité,
Et j’établis partout la pleine égalité.
J’anéantis du coup et misère et fortune.
On n’aura qu’une table, une, égale, et commune73 !…

  • 74 Louis-Napoléon Bonaparte, L’Extinction du paupérisme, Paris, Pagnerre, 1844.
  • 75 Eugène Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 141.
  • 76 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., p. 109, 188, 202, 235.

24Dans le texte grec, la série des injonctions, qu’elles soient positives – mise en commun – ou négatives – suppression des inégalités de possession matérielles ou en esclaves – est introduite par une simple locution verbale (ϕήσω χρῆναι, « j’affirme qu’il faut ») et se présente comme une énumération. Fallex substitue à cette construction simple un schéma plus complexe : l’annonce d’une décision est motivée par une argumentation à la fois juridique (« par le droit de chacun ») et pathétique. La mise en commun des biens est justifiée par un constat d’indignation, à base d’oppositions et de questions rhétoriques, d’amplifications et d’ajouts. Ce discours se clôt par une mini-péroraison, presque entièrement ajoutée, où le vocabulaire révolutionnaire le dispute à celui de l’humanitarisme : à l’« iniquité » flagrante doit succéder, dans un geste d’abolition – on note le retour du lexique révolutionnaire –, une « pleine égalité », qui sera effectivement un « anéantissement » de la misère, c’est-à-dire en quelque sorte, pour reprendre le titre d’un ouvrage et d’une locution célèbre, une « extinction du paupérisme74 ». La « scène » de Fallex justifie du coup le titre que lui a donné le traducteur : « Le communisme en théorie75 ». Sur le modèle de cette séquence de L’Assemblée des femmes, la pratique anthologique de Fallex revient finalement à organiser une suite de saynètes satiriques aux enjeux idéologiques accessibles, et dont les cibles se laissent facilement réactualiser. Du « Communisme en théorie » au « Communisme en pratique », du « Congrès » de La Paix au « Plaidoyer de la Pauvreté76 », certains titres indiquent même au lecteur en quoi leur universalité présumée n’est que le masque d’une appropriation.

  • 77 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.
  • 78 Ibid., p. 9-10.

25Fondées sur la même croyance dans la vitalité poétique du vers français, dont la forme est conçue comme le moule naturel d’une naturalisation littéraire, les traductions de Fleury et de Fallex n’en font pas moins, sur le plan stylistique, un usage distinct. Chez Fleury, la versification – plus encore que le vers – a essentiellement une fonction de repère métrique et de segmentation sémantique, dans une conception du traduire où l’exactitude reste revendiquée. L’objectif ultime reste la tentative de faire lire Aristophane en entier, avec plus d’agrément que dans une version en prose hérissée de notes en latin ; c’est somme toute une conception ornementale du vers qui préside à l’entreprise. Fallex, à l’inverse, déploie toutes les ressources d’une versification dont le professeur qu’il est a appris les bons modèles, et dont la théâtralité n’est jamais absente. En naturalisant la « comédie allégorique77 » d’Aristophane, il vise au bout du compte – ainsi se conclut l’« Avertissement » liminaire de son édition augmentée –, à suppléer une comédie politique et satirique malheureusement absente de la scène française78. Fallex retrouve ainsi le projet initial de Fleury d’une réactivation militante du comique grec. Enfants de 1848, les Aristophane en vers du Second Empire, s’ils posent d’abord le traducteur en passeur d’un monument éternel, en font ainsi également le réénonciateur d’une parole considérée comme politiquement toujours efficace. Ils concrétisent ainsi pleinement, dans une forme littéraire d’accès immédiat, une lecture critique que les traductions en prose ne laissent que plus discrètement saisir.

Notes

1 A. Fleury, Plutus ou L’Égale Répartition des richesses, comédie en vers traduite d’Aristophane, Paris, Ledoyen, 1851, « Avertissement », p. 8-9.

2 Eugène Fallex, Scènes d’Aristophane, traduites en vers français, Paris, Auguste Durand, 1859 ; Plutus ou La Richesse, comédie d’Aristophane traduite du grec en vers français, Paris, Furne et Perrotin, 1849.

3 [René-Gaspard-Ernest, dit] Saint-René Taillandier, « Une nouvelle traduction d’Aristophane », Revue des deux mondes, 1er décembre 1860, p. 784.

4 Ibid.

5 [Amédée Fleury, dit] André Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, essai de traduction avec une table explicative rédigée sur le texte des scholies, 3 vol., Paris, Garnier frères, 1864.

6 Pierre-Paul Douhaire, « Revue critique », Le Correspondant, nouvelle série, t. XXXVI, 25 octobre 1867, p. 496.

7 Ibid., p. 499.

8 Ibid., p. 498.

9 Par neuf voix contre trois pour une admission sous réserve de corrections, lors de la séance du 21 avril (Registre du comité de lecture, 1849, Bibliothèque-Musée de la Comédie-Française, p. 8). Lors de la réédition de sa traduction, Fallex attribuera cet échec aux « tristes événements de la rue », qui auraient « [coupé] court à toute envie de rire sur les questions sociales » (Théâtre d’Aristophane, scènes traduites en vers français, deuxième édition considérablement augmentée et suivie de la traduction complète du Plutus, Paris, Auguste Durand, 1863, t. II, p. 293). Né en 1824, Fallex intègre l’École normale en 1843 ; agrégé de grammaire en 1847, il est encore élève quand il traduit Plutus, dont il donne lecture à ses camarades. Il poursuivra ensuite une carrière de professeur qui le mènera de Montpellier au lycée Napoléon, et qu’il achèvera comme censeur du lycée Charlemagne.

10 Théophile Gautier, « Feuilleton de La Presse. Théâtres », La Presse, 2 juillet 1849.

11 A. Fleury n’est guère connu, en dehors de ses traductions d’Aristophane, que par une étude parue en 1853, Saint Paul et Sénèque. Recherches sur les rapports du philosophe avec l’apôtre et sur l’infiltration du christianisme naissant à travers le paganisme, Paris, Ladrange, 2 vol.

12 A. Fleury, Comédies d’Aristophane, essai de traduction, 3 vol., Paris, Garnier frères, 1862.

13 En 1869, chez E. Thorin, toujours en trois volumes et sous le même pseudonyme.

14 T. Gautier, « Revue des théâtres », Le Moniteur universel, 21 octobre 1867.

15 L’ouvrage partage, avec L’Histoire de la comédie d’Édelestand du Méril, le prix Bordin 1865.

16 En 1865 chez Durand, puis en 1873 et 1875 chez Delagrave. Nous citerons d’après cette dernière édition.

17 À quelques exceptions près comme un Plutus traduit par J.-B. Bernot (Paris, Dezobry et Magdeleine, 1859) ou, plus tard, une traduction scénique de Lysistratè par Robert de la Villehervé (Paris, Ollendorff, 1896), sans compter quelques versions théâtrales qui relèvent de l’adaptation lointaine. Pour une traduction en vers, il faut remonter au xviiie siècle, et en particulier à Louis Poinsinet de Sivry, auteur d’une version mêlant – à des degrés divers selon les textes – vers et prose (Théâtre d’Aristophane, traduit en français, partie en vers, partie en prose, avec les fragments de Ménandre et de Philémon, 4 vol., Paris, Didot jeune, Barrois aîné, 1784).

18 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., « Avant-propos », p. 4.

19 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., « Avertissement », p. 7.

20 E. Fallex, Plutus ou La Richesse, op. cit., « Avant-propos », p. 13.

21 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., « Avant-propos », p. 7.

22 Nicolas-Louis-Marie Artaud, Comédies d’Aristophane, traduites du grec, 6 vol., Paris, Brissot-Thivars.

23 Constant Poyard, Aristophane, traduction nouvelle, avec une introduction et des notes, Paris, L. Hachette.

24 L. Poinsinet de Sivry, Théâtre d’Aristophane, traduit en français…, op. cit. ; Pierre Brumoy, Le Théâtre des Grecs, nouvelle édition […] enrichie de très-belles gravures, et augmentée de la traduction entière des pièces grecques dont il n’existe que des extraits dans toutes les éditions précédentes, et de comparaisons, d’observations et de remarques nouvelles, par MM. de Rochefort et Du Theil… et par M *** [Pierre Prévost et André-Charles Brotier], 13 vol., Paris, Cussac, 1785-1788, t. X-XIII, 1787-1788. L’attribution, habituelle, de la traduction d’Aristophane à Brottier demeure conjecturale.

25 N.-L.-M. Artaud, Comédies d’Aristophane, traduites du grec, 2e éd., Paris, Charpentier, 1841, « Avis sur cette seconde édition », p. v.

26 Sur ce point, voir notre thèse La Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez (1760-1962), université Paris 8, 2005, chap. II.

27 P.-P. Douhaire, « Revue critique », art. cit., p. 496.

28 Gustave Vapereau, L’Année littéraire, 6e année, 1864, p. 48.

29 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 265.

30 F.-T. Perrens, « Bibliographie. Théâtre d’Aristophane, scènes traduites en vers français par Eugène Fallex, professeur au lycée Napoléon […] », Le Temps, 3 octobre 1863.

31 N.-L.-M. Artaud, Comédies d’Aristophane, op. cit., p. 514 (Aristophane, Ploutos, v. 83).

32 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, p. 21.

33 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 182.

34 Ibid., p. 286.

35 Sur cette « métromanie » du xixe siècle français, cf. Romantisme, no 140, Modernité du vers, 2008 ; sur la persistance du théâtre en vers à l’époque, cf. Revue d’histoire du théâtre, no 178-179, Les Derniers feux du théâtre en vers, de Hugo à Cocteau (1800-1950), 2e et 3e trimestre 1993.

36 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement », p. 7.

37 E. Fallex, Extraits d’Aristophane, texte revu et corrigé, avec traduction en prose en regard, Paris, A. Durand, 1865, « Préface », p. 2.

38 Ibid.

39 Le terme est introduit dans l’analyse de la structure de la comédie ancienne par Tadeusz Zielinski en 1885 (Die Gliederung der altattischen Komoedie, Leipzig, Teubner).

40 Aristophane, Grenouilles, v. 936-945. Le texte grec que nous citons est celui de Jean-François Boissonade (1826), base principale de toutes les traductions françaises jusqu’en 1870 au moins (Aristophanes, curante Jo. Fr. Boissonade, 4 vol., Paris, Lefevre). Nous conservons en revanche la numérotation usuelle des vers et modernisons la graphie (Boissonade généralise l’usage des capitales non accentuées en début de vers).

41 C. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 420-421. L’astérisque et le texte en italiques indiquent une note dans le texte de Poyard.

42 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. III, p. 323-324.

43 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement », p. i.

44 Ibid., p. 7.

45 Fallex adopte ici (v. 942) la leçon µικρῖς au lieu de λευκoῖς (Extraits d’Aristophane, op. cit., p. 266).

46 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 105.

47 Edmond About, Causeries, première série, Paris, Hachette, 1865, p. 28.

48 P.-P. Douhaire, « Revue critique », art. cit., p. 499.

49 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Préface de la première édition », p. 11 ; p. 236. À ce travail sur la langue comique s’ajoutent, dans l’édition de 1863, des tentatives plutôt réussies du côté du lyrisme, avec les traductions de la parabase des Oiseaux ou de tel chœur de La Paix dans des mètres variés qui tentent de se rapprocher de la rythmique grecque (cf. par ex. t. I, p. 203-204, t. II, p. 19-22). Fleury, de son côté, abandonne toute velléité de transposition métrique des chœurs grecs et s’en tient à l’alexandrin.

50 On trouvera l’expression la plus systématique de cette lecture dans l’étude de Jacques Denis sur La Comédie grecque (2 vol., Paris, Hachette, 1886), en particulier le chap. V du premier tome (« Esprit et constitution de la comédie aristophanesque »).

51 Édouard Fournier, « Feuilleton de La Patrie », La Patrie, 17 mars 1873.

52 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.

53 Ibid., t. II, p. 280. La comparaison entre L’Assemblée des femmes (v. 608) et les théories de Proudhon sur la propriété apparaît dès août 1848 (« M. Proudhon plagiaire », Le Charivari, 29 août 1848) ; les mouvements féministes de la période font également fréquemment l’objet, dans la rhétorique réactionnaire et chez les républicains modérés, de rapprochements avec la pièce d’Aristophane.

54 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., p. 294 ; cf. également Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 270-271.

55 A. Fleury, Plutus, ou L’Égale Répartition des richesses, op. cit., « Avertissement », p. 6.

56 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.

57 Pour reprendre la terminologie de Gérard Genette : une « substitution de valeurs » entre l’hypotexte et l’hypertexte (Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. « Points », 1992, p. 483 ; 514 sq.).

58 Aristophane, Ploutos, v. 505-516.

59 C. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 501.

60 A. Feuillemorte, Comédies d’Aristophane, op. cit., t. I, p. 54-55 (le texte reprend exactement celui de l’édition de 1851, même pagination).

61 Il est à noter que Poyard fait exactement de même. Au v. 509, il élargit le destinataire de l’illusoire « profit » à la collectivité (« tous »), quand le texte d’Aristophane désigne les deux vieillards (σϕῷν) ; au v. 512, il omet, dans le génitif absolu, le complément d’agent ὑµῖν, cause de la disparition du « métier » et de « l’art » – termes qu’il regroupe, à la place du simple anaphorique ἀµϕῖν τoύτoιν, sous le concept de « travail ».

62 A. Fleury, Plutus, ou L’Égale Répartition des richesses, op. cit., « Avertissement », p. 6.

63 La couverture et la page de titre portent toutes deux le texte suivant : « Mais admettons qu’on puisse à vos vœux satisfaire, / Je vous le prédis, moi, vous n’y gagnerez guère. » (Plutus, IIe partie, scène IV).

64 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 581, trad. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 460 (« ἀλλ’ ἀπτεσθαι κα δὴ χρῆν ταῖς διανoίαις »).

65 E. Fallex, op. cit., t. II, p. 145. Notons que Poyard – dont la traduction paraît un an après les Scènes de Fallex, qui comportent cette séquence de L’Assemblée des femmes – recourt lui aussi, à plusieurs reprises, au terme de « système », pour traduire par exemple les « inventions » (ἐζευρήµατoς v. 577) ou les « plans » (ἐπίνoιαν, v. 589) de Praxagora (Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 460).

66 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 718-719 : « Blepyrus. – Nous allons banqueter ? / Praxagora. – Sans doute. Puis, je prétends abolir les courtisanes. » (trad. Poyard, Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 464-465).

67 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 153.

68 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 834-835.

69 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 164.

70 « Nῦν γὰρ oὕτω ταῦτ’ ἔχει. » Poyard traduit par « c’est la loi nouvelle » (Aristophane, traduction nouvelle…, op. cit., p. 469).

71 Aristophane, Assemblée des femmes, v. 590-594.

72 E. Fallex, Extraits d’Aristophane, op. cit., p. 291-293.

73 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 146.

74 Louis-Napoléon Bonaparte, L’Extinction du paupérisme, Paris, Pagnerre, 1844.

75 Eugène Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. II, p. 141.

76 E. Fallex, Scènes d’Aristophane, op. cit., p. 109, 188, 202, 235.

77 E. Fallex, Théâtre d’Aristophane, op. cit., t. I, « Avertissement de cette seconde édition », p. 9.

78 Ibid., p. 9-10.

Auteur

Maître de conférences à l’Institut d’études théâtrales de l’Université de la Sorbonne nouvelle (Paris-III). Auteur d’une thèse sur la Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez, il a consacré plusieurs articles à la réception et la mise en scène françaises du répertoire antique. Il a également publié des études sur le théâtre français du xixe siècle, la presse, la critique et l’illustration théâtrales.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540