Version classiqueVersion mobile

Le théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles)

 | 
Sylvie Humbert-Mougin
, 
Claire Lechevalier

Partie I. Renaissance (autour de 1800)

La traduction « métrique » selon Wilhelm von Humboldt

Clémence Couturier-Heinrich

Texte intégral

  • 1 Cf. Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. Philip Mattson, Berlin, New York, d (...)

1Le savant et homme d’État Wilhelm von Humboldt (1767-1835) a été une figure originale dans le paysage intellectuel allemand de l’époque goethéenne. Destiné par ses parents à la haute fonction publique civile, il reçut une excellente formation primaire et secondaire, puis étudia le droit, les sciences politiques et l’histoire, mais aussi la philologie classique avec Christian Gottlob Heyne (1729-1812) à Göttingen. Avant d’entrer au service de l’État prussien, il s’accorda onze années de retraite érudite pendant lesquelles il entretint un intense commerce amical et intellectuel avec le philologue Friedrich August Wolf (1759-1824, auteur en 1795 des fameux Prolegomena ad Homerum)1 ainsi qu’avec Goethe et Schiller. Sa carrière ministérielle et diplomatique le conduisit notamment à fonder l’université de Berlin en 1809-1810 et à participer au congrès de Vienne en 1814-1815. Il se retira définitivement de la vie publique en 1819 et consacra les quinze dernières années de son existence à ses travaux de linguistique comparée et de philosophie du langage.

2En 1816, au terme d’une genèse laborieuse qui avait commencé près de vingt ans auparavant, il fit paraître à Leipzig sa traduction d’Agamemnon d’Eschyle. Élaborée avec le concours des deux plus éminents philologues allemands d’alors, Friedrich August Wolf et Gottfried Hermann, elle respecte scrupuleusement la versification de l’original grec. Humboldt a adopté la méthode d’analyse métrique développée par Hermann et utilisé notamment les travaux de Johann Heinrich Voß sur la prosodie de l’allemand. Loin d’être un cas isolé, cette traduction fait partie d’un important ensemble d’œuvres en vers antiquisants écrit en Allemagne vers 1800 et porteur de forts enjeux tant esthétiques qu’identitaires.

  • 2 Le Théâtre des Grecs, par le R. P. Brumoy, Paris, Rollin père, J. B. Coignard et Rollin fils, 1730 (...)
  • 3 Théâtre des Grecs, par le P. Brumoy. Nouvelle édition, enrichie de très-belles gravures et augment (...)
  • 4 Cf. W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 22.
  • 5 Ibid., p. 36.
  • 6 Johann Heinrich Voß, Zeitmessung der deutschen Sprache, Königsberg, Nicolovius, 1802. Sur J. H. Vo (...)

3C’est sans aucun doute Heyne qui a initié Humboldt au théâtre d’Eschyle. Pendant les trois semestres que Humboldt passa à l’université de Göttingen, Heyne consacra trois cours exégétiques à des tragédies d’Eschyle, à savoir Les Perses, Agamemnon et Les sept contre Thèbes. Lorsque Humboldt se lia d’amitié avec Wolf en août 1792, celui-ci caressait le projet de réaliser un équivalent allemand du Théâtre des Grecs, un recueil de traductions françaises dues au jésuite Pierre Brumoy (1688-1742), qui était paru pour la première fois à Paris en 17302. Une nouvelle édition de cette anthologie avait été publiée en 1785-1789 par une équipe de quatre savants et lettrés3. Humboldt offrit à Wolf sa collaboration à une entreprise analogue qui serait destinée au public de langue allemande4. Pendant l’hiver 1792-1793 il lut semble-t-il toutes les tragédies conservées d’Eschyle et son choix se porta sur Agamemnon5. Mais c’est seulement quatre ans plus tard, pendant l’hiver 1796-1797, passé à Iéna, que Humboldt commença son travail de traduction. À son départ d’Iéna au printemps 1797, il avait traduit la moitié de la pièce. Il n’acheva cette première version que durant l’été 1804 en Italie. S’ensuivit une longue révision, destinée à rendre la versification plus conforme à celle de l’original. Pour la mener à bien, Humboldt utilisa notamment le traité de prosodie allemande publié en 1802 par Johann Heinrich Voß (1751-1826)6.

  • 7 Lettre de Hermann à Wolf du 26 janvier 1809, dans Wilhelm von Humboldt. Sein Leben und Wirken, dar (...)

4À l’automne 1808, Humboldt rapporta d’Italie le manuscrit mis au net de cette deuxième version et le soumit en janvier de l’année suivante à Wolf, qui se déclara prêt à le publier dans la revue Musée de la science de l’Antiquité [Museum der Altertumswissenschaft] qu’il venait de créer. Wolf écrivit alors à son collègue leipzigeois Gottfried Hermann (1772-1848), qui travaillait à une édition complète des œuvres et fragments d’Eschyle, dont il avait publié Les Euménides en 1799, pour lui demander de lui communiquer, en vue d’une traduction réalisée par un tiers, les résultats de sa critique du texte d’Agamemnon. Hermann accéda à cette requête et joignit à sa réponse positive un éloge appuyé des qualités de traducteur de Humboldt7. Mais après un examen approfondi du manuscrit de Humboldt, Wolf parvint à la conclusion qu’une nouvelle révision était nécessaire. Humboldt, qui avait été nommé en janvier 1809 directeur de l’instruction publique et des cultes, ne put la mener à bien dans les délais prévus et la publication n’eut pas lieu. Il n’entama la deuxième révision de son travail qu’à l’automne 1812 et l’acheva durant l’été 1813, ayant modifié presque tous les vers.

  • 8 W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 419. Les citations de l’allemand sont toutes traduites par n (...)

5Le 20 octobre 1813, le lendemain du dernier jour de la bataille des Nations, Humboldt, arrivant à Leipzig dans l’escorte de l’empereur François d’Autriche, se présenta chez Hermann avec ce qui était désormais le troisième état de sa traduction. Les deux hommes se mirent d’accord sur un projet d’édition bilingue. Selon les termes de cet arrangement, Humboldt devait corriger à nouveau son texte pour le conformer aux leçons établies par Hermann. De son côté, Hermann s’engageait à publier chez son éditeur habituel, Fleischer, le texte grec de la pièce révisé par ses soins avec, en vis-à-vis, la traduction de Humboldt. Une anecdote diffusée par l’historien Heinrich von Treischke et abondamment reprise depuis montre Humboldt et Hermann arpentant le champ de bataille de Leipzig, le premier déclarant au second : « Vous voyez, mon cher ! Les empires s’effondrent, comme nous le voyons ici, mais un bon vers demeure éternellement8. » Humboldt en termina avec les corrections à l’automne 1815. Surgit alors une nouvelle difficulté : Fleischer refusait, pour des raisons commerciales, le principe d’une édition bilingue. La traduction de Humboldt fut donc finalement imprimée en 1816 sans le texte grec mais avec une courte liste des leçons nouvelles établies par Hermann.

  • 9 Voir sa lettre à Wolf du 17 janvier 1814 (W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 311).
  • 10 Humboldt possédait l’édition procurée par Christian Gottfried Schütz : Aeschyli tragoediae quae su (...)
  • 11 W. v. Humboldt, Übersetzungen, éd. Albert Leitzmann, Gesammelte Schriften, Académie royale des sci (...)
  • 12 Ibid., p. 229.

6La traduction d’Agamemnon par Humboldt est indubitablement une traduction de philologue. Humboldt disposait lui-même de compétences philologiques pointues et il s’est assuré le concours des deux plus grands philologues « professionnels » de l’époque, Friedrich August Wolf et Gottfried Hermann. Dans son dernier état, la traduction de Humboldt suit « aveuglément9 » le texte établi par Hermann, tant pour les leçons que pour la délimitation des vers10. Dans l’introduction, rédigée en janvier-février 1816, Humboldt justifie ce parti pris en condamnant l’éclectisme de certains traducteurs, qui se fient à leur prétendu « sens esthétique » pour « choisi[r] arbitrairement entre les centaines de variantes des manuscrits et les centaines de corrections des critiques11 ». Si l’on en croit Albert Leitzmann, qui a dépouillé les papiers de Humboldt liés à la traduction d’Agamemnon, Wolf désapprouva la confiance aveugle accordée par Humboldt à la critique textuelle hermannienne12. Mais l’apport de Hermann à la traduction d’Agamemnon ne s’est pas limité à l’établissement du texte. En effet, pour conserver en allemand la versification de l’original grec, Humboldt s’est appuyé sur la métrique hermannienne, qui repose sur une théorie du rythme originale inspirée de la philosophie kantienne.

  • 13 Voir C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 163 sq.

7Comme l’indique le titre de l’ouvrage, Aeschylos Agamemnon metrisch übersetzt von Wilhelm von Humboldt, la traduction de Humboldt se veut « métrique ». Cela signifie qu’elle reproduit en allemand les mètres du texte grec, et ce vers à vers. Ce scrupuleux report de la forme métrique s’accompagne, dans la mesure du possible, d’un maintien de la répartition du sens entre les différents vers. Dans la dernière phase du travail, ces contraintes s’imposaient à Humboldt avec d’autant plus de force que son texte allemand devait être imprimé en face du texte grec. La tâche de Humboldt a donc consisté, pour chaque vers de la tragédie d’Eschyle, premièrement à en identifier précisément le mètre, deuxièmement à élaborer en allemand un vers de même sens et de même mètre. Pour mener à bien l’analyse du texte grec, Humboldt s’est fondé sur la métrique hermannienne, dont il avait progressivement reconnu la validité dans la seconde moitié des années 179013.

  • 14 Gottfried Hermann, Handbuch der Metrik, Leipzig, 1799, introduction, p. ix.
  • 15 Ibid., p. x.
  • 16 Ibid., p. viii.
  • 17 Ibid., p. vi.

8Hermann était entré en contact avec la philosophie de Kant pendant ses études à Leipzig. En 1793-1794, il avait passé un semestre à l’université d’Iéna pour suivre les cours du philosophe kantien Karl Leonhard Reinhold (1757-1823). L’influence exercée par la pensée de Kant sur la méthode de Hermann se fait sentir notamment dans ses travaux de métrique. Le but épistémologique et didactique poursuivi par Hermann est de substituer à la métrique existante, purement empirique, une métrique rationnelle. Selon lui, la métrique consiste depuis sa naissance dans l’Antiquité en « l’énumération et l’explication » du plus grand nombre possible de types de vers, reconstitués à partir de l’observation des textes versifiés14. Il veut en faire « la science des lois générales du rythme15 » en la fondant sur une « théorie générale du rythme16 » elle-même développée à partir du « concept de rythme17 ». Ce projet est doté d’un enjeu pédagogique : la fondation de la métrique en raison doit dispenser les étudiants de mémoriser la structure des différents types de vers avec leurs variantes – ce qui peut s’avérer extrêmement fastidieux –, et leur permettre de n’avoir à retenir qu’un nombre restreint de lois qui soient en outre explicables et non arbitraires.

  • 18 G. Hermann, Handbuch der Metrik, op. cit., p. 4.

9Hermann s’attache à poser un concept a priori du rythme. Le rythme tel qu’il le conçoit, abstraction faite de toute expérience, c’est-à-dire de toute perception, est « la forme temporelle de la causalité, forme déterminée par action réciproque18 ». Hermann emprunte les concepts de causalité et d’action réciproque au passage de la Critique de la raison pure consacré aux analogies de l’expérience tel qu’il figure dans la deuxième édition (1787) de l’ouvrage de Kant. Selon Hermann, la causalité est déterminée par l’action réciproque. Or l’auteur de la Critique de la raison pure ne dit rien de tel, du moins dans le contexte des analogies de l’expérience. Il ne fait aucunement intervenir l’action réciproque dans l’analogie qui concerne la succession, mais l’associe à la simultanéité, qui fait l’objet de la troisième analogie.

  • 19 Ibid., p. 9. Dans sa lettre à Friedrich August Wolf du 6 juillet 1795, Wilhelm von Humboldt racont (...)
  • 20 G. Hermann, Handbuch…, op. cit., p. 9 sq.

10Quoi qu’il en soit des libertés que Hermann prend avec la pensée de Kant, il conçoit les intervalles de temps que le rythme lie entre eux comme des causes et des effets. Il s’appuie sur cette définition pour poser la « loi fondamentale » du rythme, qui est selon lui l’égalité constante des intervalles de temps à l’exception du premier19. La loi fondamentale du rythme est déduite de sa définition a priori au moyen d’un raisonnement ardu mais rigoureux. Elle constitue néanmoins le point faible de la théorie hermannienne du rythme. En effet, en posant que tous les intervalles de temps d’une série rythmique sont égaux sauf le premier, Hermann fait de son propre aveu fi de ce qui s’observe effectivement dans les vers grecs et latins, à savoir une alternance de syllabes longues et brèves. Reconnaissant que sa loi fondamentale du rythme est contraire aux enseignements de l’expérience, il assume la contradiction et se fait fort de montrer que « l’inégalité des intervalles de temps découle de la loi principale du rythme20 ».

  • 21 Conrad Bursian, Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf et Ernst Günther Schmidt indiquent que Hermann s (...)
  • 22 Sur les termes arsis et thesis, voir. C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 78 sq.
  • 23 G. Hermann, Handbuch…, op. cit., p. 39.
  • 24 Ibid., p. 12 sq. Dans les développements consacrés par Hermann à la loi fondamentale du rythme, ri (...)
  • 25 Ibid., p. 13 sq.

11Pour énoncer les autres lois du rythme, Hermann forge les concepts de série, d’arsis, de thesis et d’anacrousis. Il emprunte les trois derniers termes aux théoriciens grecs de la musique et de la poésie21. Chez ces derniers, thesis (action de baisser) désignait le temps fort et arsis (action de lever) le temps faible. Hermann intervertit les significations respectives des deux termes car selon lui, le temps fort porte un accent de hauteur22. La série hermannienne est l’unité pertinente sur le plan du rythme en poésie. Elle ne correspond ni au pied ni au vers et se termine soit par une césure, soit par une fin de vers23. Elle comprend d’abord l’arsis, que Hermann définit comme une « cause autonome » et qui porte un accent de hauteur, l’ictus, manifestant précisément son caractère de cause autonome, puis la thesis, formée des syllabes « qui suivent la cause comme ses effets24 ». L’arsis peut être précédée d’une anacrousis, formée d’une ou plusieurs syllabes elles-mêmes précédées d’aucune arsis et faisant donc partie d’une série infinie antérieure25.

  • 26 Ibid., p. 18.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid., p. 19.
  • 29 Ibid. p. 27.
  • 30 Ibid.

12Les lois du rythme que l’on pourrait qualifier de secondaires ou de dérivées pour les opposer à sa « loi fondamentale » déterminent la durée, appelée par Hermann mesure, de l’arsis, de la thesis et de l’anacrousis. Selon Hermann, la durée de l’arsis constitue une exception à la loi de l’égalité de la durée car l’arsis, « en tant que cause autonome, n’est pas déterminée par l’action réciproque26 ». La durée de l’arsis ne peut pas être inférieure à celle de chacune des syllabes qui forment la thesis, car dans ce cas « l’effet serait supérieur à la cause, ce qui est impossible27 », mais elle peut en revanche parfaitement y être supérieure. La thesis étant déterminée uniquement par l’action réciproque, ses syllabes doivent selon Hermann être de durée égale28. Cependant, dans une thesis de deux syllabes ou plus la dernière peut être longue alors que la ou les précédentes sont brèves, car « la force du rythme diminue à la fin d’une série29 ». Comme l’anacrousis est une partie de la thesis d’une série infinie, ses syllabes doivent elles aussi avoir la même durée. Mais l’anacrousis ne peut pas être composée d’une ou plusieurs syllabes brèves suivies d’une syllabe longue parce qu’elle « exprime l’élan par lequel la force de l’arsis suivante doit être accrue » et que par conséquent « sa force ne peut en aucune façon diminuer30 ». Telles sont les lois qui selon Hermann découlent de l’essence du rythme déterminée a priori.

  • 31 Ibid., p. 28.

13Elles lui permettent de justifier une partie des règles métriques suivies par les poètes de l’Antiquité telles que l’étude empirique de leurs vers permet de les reconstituer. Il procède pour ce faire à l’analyse rythmique des mètres, c’est-à-dire à leur division en séries. Il regroupe dans une même catégorie les mètres dont la division en séries fait apparaître une même séquence et donne aux catégories ainsi distinguées des noms empruntés à la nomenclature des pieds de la métrique traditionnelle. Mais l’application des lois du rythme aux mètres analysés de cette manière n’explique rationnellement qu’une partie des règles métriques dégagées empiriquement. Pour rendre compte des autres, Hermann invoque le sens inné du beau dont étaient selon lui dotés les poètes de l’Antiquité, plus exactement les poètes grecs31.

  • 32 Ibid.

14L’insuffisance des lois du rythme pour expliquer les pratiques métriques des poètes de l’Antiquité voue le projet épistémologique et didactique de Hermann à l’échec. Si les lois du rythme ne permettent pas de justifier toutes les règles formulées par la métrique traditionnelle à partir de son analyse du corpus poétique gréco-latin, alors la refondation de la métrique sur une base rationnelle est avortée. La révolution pédagogique voulue par Hermann s’en trouve nécessairement compromise : les lois qu’il tire de la définition a priori du rythme ne constituent pas ce petit nombre de principes explicables rationnellement qui aurait dû épargner à l’étudiant la mémorisation de très nombreuses règles arbitraires. Hermann est contraint de l’avouer lui-même lorsqu’il écrit que les contraintes qui ont été dictées aux auteurs de l’Antiquité par leur sens instinctif du beau ne peuvent être apprises « qu’à partir des exemples des poètes et, quand ceux-ci font défaut, par un entraînement personnel de son intuition32 », c’est-à-dire par la voie empirique, la fréquentation assidue des textes antiques versifiés.

  • 33 Voir sa lettre à Wolf du 6 juillet 1795 : « le metricus Herrmann [sic] de Leipzig m’a bien amusé. (...)
  • 34 Ibid., p. 122.
  • 35 Lettre du 13 février 1797 à Carl August von Brinckmann, diplomate suédois poète à ses heures, ibid (...)
  • 36 Lettre à Wolf du 3 mars 1797, ibid., p. 179.

15Humboldt n’eut pas à attendre la parution en 1796 du premier ouvrage de métrique de Hermann, De metris poetarum graecorum et romanorum, pour prendre connaissance de son contenu. Il rencontra Hermann pour la première fois au cours de l’été 1795. De passage à Leipzig, il rendit visite au déjà célèbre philologue. Lors de leur entretien, dont il fit un compte-rendu épistolaire à Wolf, Hermann exposa dans les grandes lignes à son visiteur le contenu de son traité de métrique à paraître. D’un côté, Humboldt trouva ridicule, voire franchement grotesque la théorie du rythme dont le philologue leipzigeois lui avait donné un aperçu33. Mais d’un autre côté, il constata que la doctrine hermannienne expliquait « de manière très satisfaisante » plusieurs règles métriques qui lui avaient jusqu’alors semblé arbitraires34. Au début de l’année 1797, Humboldt lut attentivement le De metris de Hermann. Il se déclara d’abord « en désaccord avec lui sur les points principaux35 » mais en vint rapidement à considérer l’ouvrage comme « un chef-d’œuvre à tout point de vue36 ».

  • 37 Voir Amy Marjorie Dale, The lyric metres of greek drama, Cambridge, University Press, 2e éd., 1968 (...)
  • 38 Voir G. Hermann, De metris poetarum graecorum et romanorum, Leipzig, Fleischer, 1796, p. 243.

16Dans l’introduction à sa traduction d’Agamemnon, Humboldt évoque le cas des vers composés de deux dochmies dans les parties chantées d’Agamemnon. La dochmie est un pied de forme canonique ∪ – – ∪ –. Elle peut constituer un vers à elle seule, mais on trouve plus souvent des vers formés de deux dochmies. Ces vers dits dochmiaques sont très courants dans la tragédie, où ils servent en particulier, selon la spécialiste anglaise Amy Marjorie Dale, à exprimer des sentiments forts tels que la douleur du deuil, la peur, le désespoir, l’horreur, l’exaltation ou, plus rarement, le triomphe et l’allégresse37. Le vers composé de deux dochmies est un mètre protéiforme. Ses nombreuses variantes tiennent notamment à ce que, pour chacun des pieds, une ou plusieurs des trois longues peuvent être décomposées en deux brèves et à ce que la première syllabe, dite « indéterminée » (anceps), peut être longue au lieu de brève. Tel que l’analyse Hermann, le vers dochmiaque d’un seul pied comporte deux séries complètes38 :

  • 39 Petit-fils de serf, J. H. Voß est surtout connu comme traducteur d’Homère et comme auteur d’une ép (...)

17Une fois établi le mètre du vers grec à traduire, il s’agissait pour Humboldt de forger un vers allemand conforme à ce schéma. Cette seconde phase du travail de « traduction métrique » suppose de maîtriser la prosodie de la langue-cible, c’est-à-dire de connaître les règles qui régissent la durée, ou « quantité », de ses syllabes. Dans ce domaine, Humboldt pouvait s’appuyer sur les recherches qu’avait suscitées la vogue de la versification antiquisante en Allemagne. De fait, il a utilisé l’ouvrage de prosodie allemande à la fois le plus récent et le plus précis dont il pouvait disposer, la Quantité de la langue allemande de Johann Heinrich Voß (1751-1826)39. Mais dès lors qu’il avait adopté la conception hermannienne du mètre, il devait respecter des contraintes d’accentuation en plus de celles portant sur la durée des syllabes. Il écrit ainsi dans l’introduction :

  • 40 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 143.

[…] dans la scène de Cassandre, ainsi que dans l’avant-dernière de la pièce, celle de Clytemnestre, dans lesquelles le rythme dochmiaque est prédominant, presque tous les antispastes sont totalement ou partiellement décomposés en brèves, ce qui est difficile à réaliser en allemand à cause de la nécessaire préservation du rythme, puisqu’il faut que la première des deux brèves résultant de la décomposition de la longue soit toujours accentuée. Dans ces scènes, il était néanmoins absolument nécessaire de conserver, dans la traduction aussi, autant de décompositions que possible, car ce sont justement ces décompositions qui renforcent le caractère de ces scènes, faites de plaintes et de lamentations40.

  • 41 L’état du texte d’Agamemnon ayant évolué depuis les travaux de Hermann, la numérotation des vers t (...)

18Les passages auxquels Humboldt se réfère ici se situent respectivement aux vers 1072-1177 et 1407-1576 de la tragédie41. Il s’agit pour le premier du dialogue chanté entre Cassandre et le chœur et pour le second du dialogue chanté entre Clytemnestre et le chœur juste après le meurtre d’Agamemnon. L’antispaste (∪ – – ∪) est un pied contenu dans la dochmie.

  • 42 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 143.
  • 43 L’utilisation de la nature grammaticale des monosyllabes pour déterminer leur importance sémantiqu (...)

19Certes, explique Humboldt, il existe bien en allemand des syllabes brèves accentuées, mais il est difficile de trouver dans cette langue des successions de deux syllabes brèves dont la première se distingue nettement par son élévation, c’est-à-dire par l’accent qu’elle porte, de celle qui la suit immédiatement42. Il indique en avoir trouvé de plus ou moins satisfaisantes. Selon lui, un pronom personnel monosyllabique puis une préposition elle aussi monosyllabique seront bien perçus à la lecture comme formant la combinaison recherchée (brève accentuée – brève inaccentuée)43. Cet enchaînement figure notamment dans sa traduction du vers 1150, composé de deux dochmies, dans lequel le chœur interroge Cassandre sur l’origine de ses prophéties terrifiantes :

∪ ∪ ∪ — ∪ —|∪∪ ∪ — ∪ —
Πóθεν ὲπισύτoυς θεoϕóρoυς τ ἔχειζ

  • 44 Eschyle, Agamemnon, traduit et commenté par Pierre Judet de La Combe, Paris, Bayard, 2004, p. 73.

20soit, dans la traduction publiée par Pierre Judet de La Combe en 2004 : « D’où te viennent ces tortures vides, à l’assaut de toi [ ?]44 ». La traduction de Humboldt respecte ici non seulement le mètre (deux dochmies), mais encore sa réalisation particulière, à savoir la décomposition de la première longue dans chaque pied :

  • 45 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 184, commenté dans l’introduction p. 145. Le signe ׀ i (...)

∪ ∪ ∪ — ∪ — ׀ ∪ ∪ ∪ — ∪ —
Und wo entstammend rauschten dir, von Gott gesandt45

21Selon Humboldt, le groupe dir von (pronom personnel de la deuxième personne du singulier au datif – préposition) est une suite de deux brèves dont la première est accentuée, de même du reste que wo ent-dans la première dochmie.

  • 46 Ibid., p. 145.

22De telles suites se retrouvent d’après lui également à la fin d’adjectifs qualificatifs polysyllabiques déclinés (par exemple verführerischer, väterlicher, trinkbares) : le suffixe adjectival est une brève accentuée, la désinence une brève inaccentuée. Mais cette combinaison n’est pas pleinement satisfaisante, car l’accentuation de l’avant-dernière syllabe n’est pas nette. Humboldt écrit : « cette catégorie de brèves accentuées est la plus douteuse, et celle où l’oreille peut se tromper le plus facilement46 ». Il y a néanmoins recours plusieurs fois faute de mieux, entre autres pour traduire le vers 1154, dans lequel le chœur reformule sa question adressée à Cassandre :

∪ — ∪∪— ׀ — ∪ — ∪ ∪ ∪—
Πóθεν ὅρoυς ἔχεις θεσπεσίας ὁδoῦ

  • 47 Eschyle, Agamemnon, op. cit., 2004, p. 73.

23(« D’où tiens-tu les bornes maldisantes de ton chemin [d’oracles ?]47 »). Là encore, Humboldt conserve exactement la scansion du vers original : la première longue de chaque dochmie est décomposée, et la première syllabe de la seconde est allongée :

  • 48 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 185, commenté dans l’introduction p. 145.

∪ — ∪ ∪ — —׀∪ — ∪ ∪ ∪—
Wo nur entspringt der Pfad göttlicher Kunde dir48

24La brève accentuée douteuse en avant-dernière position d’un adjectif décliné (göttlicher) se trouve dans la seconde dochmie.

  • 49 A. W. Schlegel était le frère aîné de Friedrich Schlegel, plus célèbre que lui comme co-fondateur (...)

25Humboldt a apporté un soin extrêmement méticuleux à la reproduction de la versification originale dans sa traduction. Mais les présupposés prosodiques sur lesquels se fondaient ses patients efforts étaient erronés. Humboldt considérait l’allemand comme présentant une quantité syllabique et un accent de hauteur. Or l’allemand comme matériau poétique est structuré par un accent d’intensité et par lui seul. Comme ses contemporains Johann Heinrich Voß et August Wilhelm Schlegel (1767-1845)49, eux aussi adeptes d’une versification antiquisante rigoriste, Humboldt projetait sur l’allemand ce que l’on pensait alors, sur la foi des grammairiens de l’Antiquité tardive, avoir été la réalité sonore du grec de l’époque classique. La perception qu’il avait de sa propre langue maternelle était déformée par sa connaissance livresque d’une langue ancienne qui représentait pour lui l’absolue perfection.

  • 50 La publication par Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803) de ses premières odes en 1747 et des p (...)

26De fait, la traduction métrique d’Agamemnon par Humboldt n’a pas été l’exercice original et isolé d’un philologue dilettante au perfectionnisme maniaque. Au contraire, elle fait partie des nombreuses œuvres qui témoignent de l’engouement dont la versification antiquisante a fait l’objet en Allemagne autour de 1800. L’imitation plus ou moins rigoureuse des mètres gréco-latins en allemand a été en vogue de 1750 à 1830 environ50. Cette mode, qui a touché à la fois les traductions d’œuvres antiques et les créations poétiques originales, a atteint son sommet dans les années 1790 et 1800. La parution en 1793 des deux épopées homériques traduites par J. H. Voß en hexamètres dactyliques est une date importante de l’histoire littéraire allemande. Voß s’était forgé une technique propre qui associait l’élargissement des possibilités lexicales et syntaxiques de l’allemand et la reproduction scrupuleuse des mètres originaux. De nombreux poèmes de Goethe et Schiller en vers antiquisants sont parus en 1795-1796 dans deux périodiques édités par Schiller, la revue mensuelle Les Heures et le florilège annuel l’Almanach des Muses. Parmi eux figurent notamment le cycle de Goethe intitulé ultérieurement Élégies romaines et des épigrammes écrites conjointement par Goethe et Schiller, qui ne dédaignent pas, dans ces pièces très brèves en distiques, la veine satirique, voire l’attaque ad hominem. Dans un tout autre registre, Hölderlin écrivit ses premières odes en 1798, presque exclusivement en strophes alcaïques et asclépiades. Il en remania certaines dans le sens d’un développement plus ample au cours de l’été 1800, puis élabora durant sa dernière période d’activité trois odes à partir de poèmes écrits en 1801.

27Dans le détail technique, les pratiques des adeptes de la versification antiquisante en allemand étaient très variables, tant en matière de métrique que de prosodie. Ainsi, tandis que certains ajoutaient des variantes à l’hexamètre dactylique ou inventaient des strophes lyriques à partir de types connus, d’autres s’efforçaient au contraire de suivre scrupuleusement les schémas tels que les établissait la recherche philologique contemporaine. De même, l’éventail des approches prosodiques s’ouvrait entre deux extrêmes dont l’un consistait à considérer intuitivement comme longues les syllabes accentuées dans la prononciation courante et l’autre à élaborer à la fois spéculativement et empiriquement un système déterminant de manière fiable la quantité de toute syllabe.

  • 51 Cf. C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 183 sq.
  • 52 Schillers Briefe 1.7.1795 – 31.10.1796, éd. Norbert Oellers, Schillers Werke. Nationalausgabe, vol (...)

28L’implication de Humboldt dans le courant formel qu’a constitué la versification antiquisante en Allemagne vers 1800 ne se limite pas à la traduction d’Agamemnon. Avec A. W. Schlegel et J. H. Voß, Humboldt a été un des conseillers de Goethe et Schiller durant la période où les deux représentants du classicisme weimarien ont voulu plier leurs poèmes aux exigences du rigorisme métrique et prosodique51. Des trois, il est celui avec lequel ils ont eu les rapports les plus chaleureux et les moins grevés d’arrière-pensées, grâce, sans doute, à sa relative stérilité poétique. Outre la traduction d’Agamemnon, Humboldt a certes écrit tout au long de sa vie un nombre important de poèmes originaux, mais un seul, une longue élégie en stances consacrée à la ville de Rome, a été publié de son vivant, en 1806. Dans une lettre à Humboldt du 29 novembre 1795, Schiller évoque l’improductivité littéraire de son correspondant sur un mode imagé : « Puisque vous êtes si timoré et prude pour faire vous-même des enfants à la Muse, vous adoptez ou plutôt élevez les miens avec moi. Je veux donc qu’en contrepartie vous partagiez aussi avec moi les joies de la paternité.52 »

  • 53 Ibid., p. 116 sq.
  • 54 Ibid., p. 42 et 116.
  • 55 Cf. Goethes Briefwechsel mit Wilhelm und Alexander von Humboldt, éd. Ludwig Geiger, Berlin, Bondy, (...)
  • 56 Ibid., p. 29.
  • 57 Cf. la lettre de Goethe à Schiller du 8 avril 1797 dans Briefe an Schiller 1.4.1797 – 31.10.1798, (...)

29En 1795, Schiller a semble-t-il soumis à l’appréciation métrique et prosodique de Humboldt tous les poèmes qu’il projetait de publier dans l’Almanach des Muses. S’il a défendu certains de ses vers contre les reproches de Humboldt53, il a modifié la plupart des passages critiqués par son censeur, sollicitant ses enseignements et les accueillant avec gratitude54. Humboldt a également corrigé certains vers antiquisants de Goethe, dans l’idylle « Alexis et Dora » en juin 179655, et surtout dans l’« épopée bourgeoise » Hermann et Dorothée au cours du premier semestre 1797. Dans un premier temps, Humboldt rédigea pour Goethe un abrégé du chapitre du De metris de Hermann consacré à l’hexamètre dit « héroïque56 ». Puis, en avril, il revit avec Goethe les derniers chants de l’épopée57, commencée en septembre 1796. À la fin du mois d’avril 1797, Humboldt quitta Iéna pour Berlin. Pendant son séjour dans la capitale prussienne, qui dura jusqu’à la mi-juin, il révisa la plus grande partie du manuscrit au fur et à mesure qu’il parvenait à l’éditeur et en surveilla l’impression.

  • 58 Élisabeth Décultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Pari (...)
  • 59 Johann Joachim Winckelmann, Kleine Schriften. Vorreden. Entwürfe, éd. W. Rehm, Berlin, de Gruyter, (...)

30L’engouement dont la versification antiquisante a fait l’objet en Allemagne dans les décennies voisines de 1800 est une des manifestations de la « grécomanie » que les écrits de Johann Joachim Winckelmann (1717-1768) avaient suscitée. Comme l’écrit Élisabeth Décultot, les Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture de Winckelmann, parues pour la première fois en 1755, « ont instillé en Allemagne une véritable fièvre grecque58 ». Dans une célèbre phrase paradoxale de cet ouvrage, Winckelmann prône l’imitation de l’art antique : « La seule voie que nous pouvons suivre pour être grands, voire, si cela est possible, inimitables, est l’imitation des Anciens59 ». En pratiquant la versification antiquisante, les poètes allemands ont obéi à cette exhortation, qui s’adressait pourtant aux peintres et aux sculpteurs. Et plus d’un parmi eux a hérité de Winckelmann l’idéalisation de l’art grec, considéré comme la réalisation effective de l’essence de l’art, comme le beau absolu.

  • 60 Über die neuere deutsche Literatur. Erste Sammlung von Fragmenten, Riga, Hartknoch, 1766, dans Joh (...)

31Plus largement, la transposition de mètres antiques en allemand apparaît comme une des démarches mises en œuvre à partir du milieu du xviiie siècle pour faire advenir une littérature allemande capable d’une part de soutenir la comparaison avec les littératures grecque et latine de l’Antiquité et d’autre part de rivaliser avec les littératures nationales européennes contemporaines. Initialement, il s’était surtout agi de mettre un terme à l’hégémonie des modèles français telle qu’elle avait notamment prévalu au théâtre. Puis le débat s’était élargi et la république des lettres se demandait, pour reprendre le terme employé en 1766 par Johann Gottfried Herder60, comment « former » la langue allemande. Les tenants de la versification antiquisante entendaient s’appuyer sur la parenté supposée entre le grec ancien et l’allemand, qu’ils considéraient l’un et l’autre comme des langues à quantité, pour poétiser l’allemand, en multipliant les audaces de construction et les néologismes. La proximité avec le grec, démontrée à la fois par des traductions et des œuvres originales, devait aussi conférer à l’allemand le statut de langue littéraire noble. La « traduction métrique » d’Agamemnon par Humboldt est une contribution à cette entreprise d’auto-affirmation culturelle.

  • 61 Pour Rudolf Haym, auteur au milieu du xixe siècle d’une ample monographie sur Humboldt, la traduct (...)
  • 62 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 136. Humboldt renvoie à une remarque de Voß au début d (...)
  • 63 Wilamowitz constate sans appel que « ce n’est pas de l’allemand » (Griechische Tragödien, op. cit. (...)
  • 64 Humboldt établit une intraduisible différence de degré entre das Fremde, qui doit être ressenti pa (...)
  • 65 Ibid., p. 130.

32Les inlassables efforts déployés par Humboldt pour reproduire le plus exactement possible en allemand la versification du texte d’Eschyle n’ont pas satisfait les critiques, pour qui la version définitive manque de naturel et d’idiomatisme61. Mais Humboldt ne recherchait pas le naturel. Comme Voß, auquel il se réfère explicitement dans l’introduction, il lui préférait l’art, voire l’artifice, comme voie pour atteindre une « beauté supérieure du rythme62 ». Les positions théoriques de Humboldt sur la traduction invalident également le second reproche qui lui est fait, celui d’avoir écrit un allemand qui n’en serait pas63. Pour Humboldt, une traduction réussie doit être ressentie – à un certain degré – comme quelque chose d’étranger64. C’est seulement à cette condition qu’elle peut contribuer à « étendre la capacité de signification et d’expression » de la langue-cible, ce qui est pour Humboldt le but premier de la traduction en général65.

Notes

1 Cf. Wilhelm von Humboldt, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. Philip Mattson, Berlin, New York, de Gruyter, 1990, p. 1-9.

2 Le Théâtre des Grecs, par le R. P. Brumoy, Paris, Rollin père, J. B. Coignard et Rollin fils, 1730, 3 vol. in-4o.

3 Théâtre des Grecs, par le P. Brumoy. Nouvelle édition, enrichie de très-belles gravures et augmentée de la traduction entière des pièces grecques dont il n’existe que des extraits dans toutes les éditons précédentes, et de comparaisons, d’observations et de remarques nouvelles [par André-Charles Brotier (1751-1798), Guillaume Dubois de Rochefort (1731-1788), Gabriel de La Porte du Theil (1742-1815) et Pierre Prévost (1751-1839)], Paris, Cussac, 1785-1789, 13 vol. in-8°. La même édition existe également sous la forme de 10 vol. in-4°.

4 Cf. W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 22.

5 Ibid., p. 36.

6 Johann Heinrich Voß, Zeitmessung der deutschen Sprache, Königsberg, Nicolovius, 1802. Sur J. H. Voß, voir Clémence Couturier-Heinrich, Aux origines de la poésie allemande. Les théories du rythme des Lumières au Romantisme, Paris, CNRS-Éditions, 2004, notamment p. 187 sq.

7 Lettre de Hermann à Wolf du 26 janvier 1809, dans Wilhelm von Humboldt. Sein Leben und Wirken, dargestellt in Briefen, Tagebüchern und Dokumenten seiner Zeit, éd. Rudolf Freese, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1986, p. 469.

8 W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 419. Les citations de l’allemand sont toutes traduites par nos soins (C. C.-H.). Philip Mattson rapproche ce propos d’un passage d’une lettre de Humboldt à son épouse. Il reconstitue également la transmission de l’anecdote de Hermann à Treischke.

9 Voir sa lettre à Wolf du 17 janvier 1814 (W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 311).

10 Humboldt possédait l’édition procurée par Christian Gottfried Schütz : Aeschyli tragoediae quae supersunt ac deperditarum fragmenta, recensuit varietate lectionis et commentario perpetuo illustravit scholia graeca, apparatum historicum et lexicon Aeschyleum adjecit Christianus Godofr. Schütz, 5 vol., Halle, 1782-1821, cf. W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 22, 381 et 384.

11 W. v. Humboldt, Übersetzungen, éd. Albert Leitzmann, Gesammelte Schriften, Académie royale des sciences de Prusse, vol. viii, Berlin, Berhr, 1909, p. 134 sq.

12 Ibid., p. 229.

13 Voir C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 163 sq.

14 Gottfried Hermann, Handbuch der Metrik, Leipzig, 1799, introduction, p. ix.

15 Ibid., p. x.

16 Ibid., p. viii.

17 Ibid., p. vi.

18 G. Hermann, Handbuch der Metrik, op. cit., p. 4.

19 Ibid., p. 9. Dans sa lettre à Friedrich August Wolf du 6 juillet 1795, Wilhelm von Humboldt raconte un entretien qu’il a eu avec Hermann. D’après ce témoignage, les « intervalles de temps » sur lesquels porte la loi fondamentale du rythme sont les syllabes (cf. W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 123).

20 G. Hermann, Handbuch…, op. cit., p. 9 sq.

21 Conrad Bursian, Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf et Ernst Günther Schmidt indiquent que Hermann s’est en particulier référé aux textes d’Héphaistion, un grammairien d’Alexandrie actif au iie siècle après J. C. (C. Bursian, Geschichte der classischen Philologie in Deutschland, München, Oldenburg, 1883, vol. ii, p. 672 ; U. v. Wilamowitz-Moellendorf, Griechische Verskunst [1re éd. 1921], 2e tirage inchangé, Bad Homburg vor der Höhe, Gentner, 1962, p. 81 ; E. G. Schmidt, « Gottfried Hermann », dans W. W. Briggs, W. M. Calder III (éd.), Classical Scholarship. A biographical Encyclopedia, New York, Londres, Garland Publishing, 1990, p. 165).

22 Sur les termes arsis et thesis, voir. C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 78 sq.

23 G. Hermann, Handbuch…, op. cit., p. 39.

24 Ibid., p. 12 sq. Dans les développements consacrés par Hermann à la loi fondamentale du rythme, rien n’indique que Zeitabtheilung (intervalle de temps) signifie « syllabe » comme le suggère le témoignage de Humboldt déjà évoqué. Ici, en revanche, c’est de toute évidence le cas.

25 Ibid., p. 13 sq.

26 Ibid., p. 18.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 19.

29 Ibid. p. 27.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 28.

32 Ibid.

33 Voir sa lettre à Wolf du 6 juillet 1795 : « le metricus Herrmann [sic] de Leipzig m’a bien amusé. […] Dieu sait ce qui lui a retourné la tête. Car figurez-vous seulement qu’il explique les mètres par les catégories kantiennes de la causalité et de l’action réciproque, et tombe dès lors dans des difficultés comme les suivantes : puisque toute syllabe doit nécessairement être née de la précédente, aucune ne peut en fait être la… première, et encore : puisque toutes les syllabes sont en action réciproque, toutes doivent en fait nécessairement être également longues ou brèves, etc. » (W. v. Humboldt, Briefe…, op. cit., p. 122 sq.).

34 Ibid., p. 122.

35 Lettre du 13 février 1797 à Carl August von Brinckmann, diplomate suédois poète à ses heures, ibid., p. 481.

36 Lettre à Wolf du 3 mars 1797, ibid., p. 179.

37 Voir Amy Marjorie Dale, The lyric metres of greek drama, Cambridge, University Press, 2e éd., 1968, p. 110.

38 Voir G. Hermann, De metris poetarum graecorum et romanorum, Leipzig, Fleischer, 1796, p. 243.

39 Petit-fils de serf, J. H. Voß est surtout connu comme traducteur d’Homère et comme auteur d’une épopée bourgeoise en trois idylles, Louise, écrite en hexamètres.

40 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 143.

41 L’état du texte d’Agamemnon ayant évolué depuis les travaux de Hermann, la numérotation des vers telle qu’elle se présente dans la traduction de Humboldt ne correspond pas à celle des vers d’Eschyle dans les éditions actuelles.

42 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 143.

43 L’utilisation de la nature grammaticale des monosyllabes pour déterminer leur importance sémantique respective, et, partant, leur quantité, remonte à Karl Philipp Moritz, auteur d’un Essai de prosodie allemande [Versuch einer deutschen Prosodie] paru en 1786.

44 Eschyle, Agamemnon, traduit et commenté par Pierre Judet de La Combe, Paris, Bayard, 2004, p. 73.

45 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 184, commenté dans l’introduction p. 145. Le signe ׀ indique ici non pas la césure du vers mais la séparation entre les deux pieds.

46 Ibid., p. 145.

47 Eschyle, Agamemnon, op. cit., 2004, p. 73.

48 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 185, commenté dans l’introduction p. 145.

49 A. W. Schlegel était le frère aîné de Friedrich Schlegel, plus célèbre que lui comme co-fondateur du premier romantisme allemand.

50 La publication par Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803) de ses premières odes en 1747 et des premiers chants de son épopée chrétienne la Messiade en 1748 marque le véritable début de la versification antiquisante en langue allemande. Cette pratique devient épigonale au plus tard à la mort du poète August von Platen (1796-1835).

51 Cf. C. Couturier-Heinrich, Aux origines…, op. cit., p. 183 sq.

52 Schillers Briefe 1.7.1795 – 31.10.1796, éd. Norbert Oellers, Schillers Werke. Nationalausgabe, vol. XXVIII, Weimar, Böhlaus Nachfolger, 1969, p. 118.

53 Ibid., p. 116 sq.

54 Ibid., p. 42 et 116.

55 Cf. Goethes Briefwechsel mit Wilhelm und Alexander von Humboldt, éd. Ludwig Geiger, Berlin, Bondy, 1909, p. 21 sq.

56 Ibid., p. 29.

57 Cf. la lettre de Goethe à Schiller du 8 avril 1797 dans Briefe an Schiller 1.4.1797 – 31.10.1798, éd. Norbert Oellers et Frithjof Stock, Schillers Werke. Nationalausgabe, vol. XXXVII, I, Weimar, Böhlaus Nachfolger, 1981, p. 3.

58 Élisabeth Décultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000, p. 112.

59 Johann Joachim Winckelmann, Kleine Schriften. Vorreden. Entwürfe, éd. W. Rehm, Berlin, de Gruyter, 1968, p. 29.

60 Über die neuere deutsche Literatur. Erste Sammlung von Fragmenten, Riga, Hartknoch, 1766, dans Johann Gottfried Herder, Frühe Schriften, éd. Ulrich Gaier, Frankfurt/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1985.

61 Pour Rudolf Haym, auteur au milieu du xixe siècle d’une ample monographie sur Humboldt, la traduction d’Agamemnon est « raide et incompréhensible », elle porte les traces du pédantisme de Humboldt et du labeur qu’elle lui a coûté (R. Haym, Wilhelm von Humboldt : Lebensbild und Charakteristik, Berlin, Gaertner, 1856, p. 238). Dans la préface à sa traduction de l’Orestie, le philologue Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf juge la traduction de Humboldt « complètement ratée » (U. v. Wilamowitz-Moellendorf, Griechische Tragödien, vol. ii, 8e tirage, Berlin, Weidmann, 1919, p. 4). Albert Leitzmann, éditeur des œuvres de Humboldt au début du xxe siècle, trouve la traduction définitive « forcée par pédantisme » et constate avec regret que ce « caractère » a été introduit délibérément par Humboldt « dans le drapé plus libre de la version antérieure » (W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 222). Horst Rüdiger constate pour sa part que Humboldt a « échoué » à « créer un Agamemnon allemand » et impute cet échec aux « difficultés métriques » rencontrées par le traducteur (H. Rüdiger, « Wilhelm von Humboldt als Übersetzer », Imprimatur. Ein Jahrbuch für Bücherfreunde, vol. VII, 1937, p. 90).

62 W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 136. Humboldt renvoie à une remarque de Voß au début de son traité de prosodie allemande. Plus loin dans le même ouvrage, Voß tente, à l’aide d’exemples en allemand et en latin, de faire sentir à son lecteur la supériorité de la « nature anoblie par l’art » sur le « naturel dépourvu d’art » (Zeitmessung…, op. cit., p. 248).

63 Wilamowitz constate sans appel que « ce n’est pas de l’allemand » (Griechische Tragödien, op. cit., vol. II, p. 4), tandis que Rüdiger évoque « l’allemand grécisant » de Humboldt (« Wilhelm von Humboldt als Übersetzer », art. cit., p. 90).

64 Humboldt établit une intraduisible différence de degré entre das Fremde, qui doit être ressenti par le lecteur d’une traduction, et die Fremdheit, qui ne doit pas « apparaître en elle-même » (W. v. Humboldt, Übersetzungen, op. cit., p. 132).

65 Ibid., p. 130.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/15593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

Ancienne élève de l’ENS, est agrégée d’allemand et docteur en études germaniques. Elle est l’auteur d’une monographie sur les théories du rythme en Allemagne autour de 1800 (Aux origines de la poésie allemande. Les théories du rythme des Lumières au romantisme, Paris, 2004). Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Picardie Jules-Verne (Amiens). Ses recherches portent sur la théorie littéraire et l’esthétique allemandes autour de 1800 dans leur contexte européen. Elle a publié un ouvrage collectif sur la traduction chez Johann Gottfried Herder (1744-1803) (Übersetzen bei J. G. Herder, Heidelberg 2012).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search