Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles)

 | 
Sylvie Humbert-Mougin
, 
Claire Lechevalier

Introduction. Le théâtre antique entre France et Allemagne aux xixe et xxe siècles : traductions, interprétations, rivalités et transferts

Sylvie Humbert-Mougin et Claire Lechevalier

Texte intégral

  • 1 Jules Girard, « L’hégélianisme dans la critique savante en Allemagne. L’interprétation de l’Antigo (...)
  • 2 J. Girard, art. cit., p. 106.

1En 1877, l’helléniste Jules Girard publiait dans la Revue des deux mondes un article intitulé « L’hégélianisme dans la critique savante en Allemagne » et consacré à l’influence de la pensée du philosophe allemand sur l’interprétation de l’Antigone de Sophocle1. Avec un tel sujet, « choisi dans les régions paisibles et lointaines de l’antiquité », Girard estimait pouvoir « se tenir à une distance prudente de toute querelle contemporaine2 ». En réalité, la germanophobie ambiante informe très profondément les analyses que le savant français consacre à l’interprétation hégélienne de la pièce de Sophocle – même si le ton de l’article, posé et prudent, ne cède jamais à la franche polémique. Le trop grand esprit de système du philosophe allemand, son goût excessif pour « les formules absolues », sa propension à l’abstraction seraient, selon Girard, à l’origine d’une série de graves contresens, tant sur les conceptions antiques relatives à la religion et à la famille que sur la pièce de Sophocle elle-même et sur son héroïne – contresens relayés après Hegel par August Böckh, puis repris par l’ensemble de l’université allemande. Au terme d’une critique en règle, Girard conclut :

  • 3 J. Girard, art. cit., p. 124.

On doit se garder d’élever les généralisations jusqu’à une métaphysique abstraite et de transformer en logicien un poète dramatique, quelles que soient chez lui la science de la composition et la valeur de la pensée morale. Les maîtres de notre jeunesse, MM. Patin et Saint-Marc Girardin ne nous égaraient donc pas lorsqu’ils nous expliquaient l’Antigone sans appareil logique et sans prétention à la profondeur. Pour en trouver le sens, ils se contentaient d’un seul moyen, la délicatesse de l’analyse morale développée par un commerce intime avec les chefs-d’œuvre de notre théâtre. À tout prendre cette manière si française d’apprécier les beautés dramatiques de premier ordre est aussi la meilleure3.

2Cette façon d’affirmer sans complexe la supériorité des hellénistes français sur leurs voisins allemands peut faire sourire aujourd’hui. On aurait tort cependant de n’y voir qu’un effet de l’époque et du contexte des relations particulièrement tendues, en 1877, entre les deux pays. Car l’article de Jules Girard synthétise en réalité, dans cette opposition caricaturale entre une « manière si française » de goûter les textes antiques fondée sur la sensibilité et l’empathie, et « l’esprit prussien » caractérisé par la logique et l’abstraction, le sentiment, bien ancré de part et d’autre de la frontière, d’une incompatibilité radicale entre deux manières de comprendre l’Antiquité, qui remonte aux années 1790 et reste vivace jusqu’au milieu du xxe siècle au moins.

3Cet antagonisme s’explique en partie par les profondes différences observables dans l’organisation institutionnelle du champ universitaire des deux pays. D’un côté, en Allemagne, une science de l’Antiquité (Altertumwissenschaft) unifiée depuis la fin du xviiie siècle, associant philologie et archéologie, et réalisant dans un même mouvement établissement, interprétation et traduction des textes ; de l’autre, une organisation atomisée, où l’approche des œuvres antiques continue pendant longtemps de relever d’une forme de critique littéraire soucieuse de se démarquer du champ scientifique. D’où tout au long du xixe siècle et pendant encore une bonne partie du siècle suivant, des malentendus persistants, une incompréhension mutuelle et des clichés qui eurent la vie dure. L’article de Jules Girard offre une sorte de condensé des stéréotypes en vigueur chez les hellénistes français, qui raillent volontiers la lourdeur toute germanique – voire « teutonne » – d’une philologie allemande excessivement austère et tatillonne, ainsi que la desséchante abstraction des commentaires hérités de Kant et de Hegel. Mais les critiques allemands ne sont pas en reste, qui reprochent à leurs voisins une lecture mondaine et intuitive des œuvres antiques, ainsi que leur approche ethnocentriste, aveuglée par les normes de l’esthétique classique. Dès 1803 August-Wilhelm Schlegel, qui fustigera plus tard les contresens de la critique française, incapable selon lui de penser le théâtre antique en dehors du modèle racinien, raillait dans son Histoire de la littérature classique la pratique des Belles Infidèles en matière de traduction :

  • 4 August-Wilhelm Schlegel, Geschichte der klassischen Literatur [1803], Stuttgart W. Kolhammer Verla (...)

C’est exactement comme s’ils [les Français] désiraient que chaque étranger, chez eux, adopte leurs coutumes et s’habille comme eux ; si bien qu’ils ne connaissent à proprement parler jamais d’étranger4.

  • 5 Maurice Jacob, « Étude comparative des systèmes universitaires et place des études classiques au x (...)

4Depuis une vingtaine d’années, plusieurs travaux ont été consacrés à l’étude de cette rivalité franco-allemande dans le domaine de la philologie ainsi qu’à ses enjeux esthétiques, culturels et identitaires, notamment ceux de Pascale Hummel, de Pierre Judet de La Combe, de Michel Espagne, et, tout récemment, les études de Sandrine Maufroy5. Ces ouvrages ont mis en évidence le fossé qui s’est creusé, de part et d’autre du Rhin, dans la manière d’appréhender et d’interpréter l’Antiquité. Mais ils ont aussi montré combien le rapport des Français à l’Antiquité grecque s’est très souvent trouvé médiatisé par l’Allemagne, et réciproquement, dans une relation finalement triangulaire faite tout à la fois de défiance et de fascination, largement surdéterminée par les querelles esthétiques et les conflits politiques qui ont jalonné l’histoire de ces deux pays.

  • 6 Helmut Flashar, Inszenierung der Antike. Das griechische Drama auf der Bühne der Neuzeit, München, (...)

5Cet ouvrage collectif se propose de revenir sur cette question en l’abordant à travers le cas précis du théâtre antique qui semble bien représenter un point de fixation particulièrement sensible des débats – et il n’est pas indifférent que l’article de Girard ait précisément retenu l’exemple de l’Antigone de Sophocle pour illustrer l’opposition entre les hellénistes allemands et leurs concurrents français. Notre propos est d’abord de faire apparaître, par le biais d’une comparaison contrastive, les spécificités de chacune des deux traditions nationales dans l’approche de ce corpus théâtral en matière de traduction, de représentation et d’interprétation critique. Mais il s’agit aussi de réinterroger cette opposition désormais bien connue pour envisager la relation non plus seulement en termes de rivalité et de conflits, mais également d’échanges et de transferts, dans la perspective des travaux mentionnés ci-dessus, et sans négliger l’approche propre à l’analyse du fait théâtral. Car la frontière, loin d’être étanche, laisse apparaître une réelle porosité, à laquelle ont contribué différentes figures de passeurs, gens de théâtre ou philologues. Là encore, des recherches récentes, dans des perspectives diverses, ont ouvert la voie à l’étude de la place et du rôle majeur de ces échanges, notamment celles de Pierre Judet de La Combe, d’Anton Bierl et d’Hellmut Flashar6. Le présent ouvrage se veut une contribution à la connaissance de ce dialogue franco-allemand, depuis les premiers échanges, qui remontent à l’orée du xixe siècle, jusqu’à la fin des années 1980 ; aujourd’hui, cette relation privilégiée – et parfois passionnelle – entre France et Allemagne autour du théâtre antique semble bien perdre de son intensité, dans le contexte de l’internationalisation des mises en scène et des outils de communication, mais aussi de la fin de l’hégémonie patrimoniale du théâtre antique comme socle de la culture européenne.

  • 7 Sur ces débats, voir René Canat, L’Hellénisme des Romantiques, Paris, Marcel Didier, 1951-1955, 3 (...)
  • 8 À cet égard, la réédition très remaniée du Théâtre des Grecs de Brumoy par Raoul-Rochette en 1820 (...)

6C’est au moment du Romantisme naissant qu’intervient une rupture radicale dans l’interprétation du théâtre grec antique et qu’apparaissent les premiers signes de cette rivalité franco-allemande. Les romantiques allemands affirment leur volonté de s’émanciper du modèle hégémonique français, et l’interprétation de la tragédie grecque devient l’une des pierres de touche de la querelle. Lancée par Lessing, décidé à fonder dans la Dramaturgie de Hambourg (1767-1768) une tradition de théâtre national affranchie des canons français, poursuivie par Schiller dans sa préface à la Fiancée de Messine (1803), la polémique trouve sa pleine dimension à travers l’écho que suscite en France la traduction publiée en 1813 par Madame Necker de Saussure du Cours de Littérature dramatique de Schlegel. Les lecteurs y découvrent une conception de la tragédie grecque radicalement neuve, qui prend en compte les aspects non textuels du répertoire (notamment le masque, le jeu des acteurs, le rôle du chœur), et qui surtout affirme l’originalité foncière de la dramaturgie antique, irréductible au classicisme français et à ses règles. En mettant l’accent sur les composantes spectaculaires du théâtre antique, ainsi que sur sa dimension religieuse et cérémonielle, Schlegel invalide toute l’interprétation critique française, aveuglée selon lui par une lecture exclusive et erronée de la Poétique d’Aristote. En même temps, il invite à relire les œuvres dans la perspective de la lutte de l’homme avec la Destinée, qui constitue pour Schlegel le véritable sens de la tragédie antique. En France, l’ouvrage suscite débats et polémiques, soit qu’il alimente les arguments des romantiques français, soit qu’il suscite à l’inverse un front de résistance de la critique, furieux d’y voir décrié l’art de Racine7, ou soucieux de réaffirmer l’autorité de la tradition française en matière d’interprétation du théâtre antique, des commentaires du Père Brumoy (Théâtre des Grecs, 1730) à ceux de l’abbé Barthélemy (Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 1788) ou de La Harpe (Le Lycée, 1799)8.

  • 9 Sur la vie, la carrière et le rôle de Karl-Benedikt Hase, voir S. Maufroy, « Pour une étude du phi (...)
  • 10 Denis Thouard, « Goethe, Humboldt : poétique et herméneutique de la traduction », dans J.-L. Chiss (...)
  • 11 Wilhelm von W. v. Humboldt, Journal parisien, traduit de l’allemand par Élisabeth Beyer, Actes Sud (...)

7Cette rupture critique s’accompagne cependant d’un essor important des contacts entre philologues allemands et français. Pour preuve, le rôle joué à Paris par Karl-Benedikt Hase, philologue né en Saxe en 1780, formé à l’université d’Iéna, qui s’installa à Paris où il fut membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres, conservateur au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, et enfin professeur de grammaire comparée à la Sorbonne à partir de 18529. Autre indice, l’helléniste allemand Johann Schweighauser, éditeur des traductions de l’Électre de Sophocle par Brunck, qui fut associé à la classe de langues anciennes de l’Institut national des sciences et des arts créé à Paris en 1795, aux côtés de Pierre-Henri Larcher (traducteur d’Hérodote et de l’Électre d’Euripide), de Paul-Jérémie Bitaubé (traducteur d’Homère, mais aussi de Goethe) et de La Porte du Theil, traducteur d’Eschyle. Les années 1790-1810 sont donc un moment particulièrement riche d’échanges entre philologues français et allemands, auxquels participe également Wilhelm von Humboldt, auteur d’une traduction de l’Agamemnon d’Eschyle (1816) dont la critique a récemment éclairé la portée10, et sur laquelle reviennent ici les contributions de Clémence Couturier-Heinrich et de Pierre Judet de La Combe. Humboldt séjourne à Paris de 1797 à 1801 ; il assiste à de nombreuses représentations théâtrales, et découvre notamment l’Agamemnon de Népomucène Lemercier, une adaptation qui contamine librement la tragédie d’Eschyle et celle de Sénèque, créée au Théâtre de la République en 1797. Les notes du journal de Humboldt se font l’écho de cette expérience de la scène française, tout comme son article « Über die gegenwärtige französische Bühne » publié en 1800 dans Propyläen11, où Humboldt développe un parallèle entre théâtre antique et français, que reprendra bientôt Schlegel dans une autre perspective et en lui donnant un tour très polémique dans sa Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (publiée en français à Paris en 1807).

8Ces débats franco-allemands sont fortement stimulés par les premières tentatives, menées autour de 1800, pour porter sur la scène les œuvres du répertoire antique, en Allemagne d’abord, puis en France. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, le théâtre grec et latin, considéré comme irreprésentable tel quel en raison notamment des parties lyriques, n’était pas joué, sinon en langue originale dans les collèges des jésuites, ou sous la forme de lointaines adaptations qui coulaient les pièces dans le moule dramaturgique moderne, à la manière des adaptations françaises de Shakespare par Ducis. Au xixe siècle interviennent les premiers essais pour faire découvrir au public les œuvres antiques en elles-mêmes, dans des traductions respectueuses des principales caractéristiques de la dramaturgie ancienne, y compris les plus déroutantes ; c’est une mutation décisive, la scène s’imposant désormais comme un nouveau mode d’appropriation par les modernes des œuvres antiques, concurrent de la lecture et de la glose savante.

9La mise en scène d’Antigone de Sophocle par Goethe au théâtre de Weimar en 1809 représente à cet égard un événement fondateur, analysé dans le présent volume par Anne Baillot. Cette tentative inaboutie n’eut guère de retentissement sur le moment ; l’examen des causes de son échec met en lumière les problèmes inédits que pose cette première expérience, notamment en matière de traduction. Ce sont des difficultés analogues que rencontreront, quelques années plus tard, les artisans de la célèbre création d’Antigone de Sophocle à la cour de Postdam en 1841, considérée par les historiens du théâtre comme l’acte de naissance de la mise en scène des tragiques grecs en Europe. Réunissant le compositeur Félix Mendelssohn, le metteur en scène Ludwig Tieck et le traducteur Johann Jakob Christian Donner, cette réalisation témoigne d’une volonté d’associer philologues, artistes et hommes de théâtre au service d’une forme de « spectacle total » avant la lettre. L’événement connaît un retentissement considérable, bien au-delà des frontières allemandes, et le spectacle s’exporte dans plusieurs capitales européennes, notamment à Londres et à Paris : Antigone est donnée à l’Odéon en 1844 dans une traduction de Paul Meurice et Auguste Vacquerie et une mise en scène « archéologique » qui reprend les principales composantes du spectacle de Postdam. Angeliki Giannouli s’intéresse ici au voyage franco-allemand de cette Antigone – premier cas avéré de transfert – et analyse le double processus d’adaptation et d’acclimatation à l’œuvre, entre la version allemande et la version française d’une part, entre la création française de 1844 à l’Odéon et sa reprise en 1893 à la Comédie-Française d’autre part.

10À ces différents facteurs de renouveau dans la réception franco-allemande du théâtre antique à l’orée du xixe siècle, s’ajoute la parution en 1804 des traductions de Sophocle par Hölderlin, Antigonä et König Ödipus, qui furent composées sur plusieurs années, au cours desquelles Hölderlin voyage en France. Totalement sous-estimées sur le moment – les contemporains y virent le produit d’un esprit égaré – ces traductions ont en réalité déterminé une rupture décisive. Aux antipodes de l’image de la Grèce classique véhiculée par Winckelmann et par Goethe, elles creusent la distance entre l’Athènes du ve siècle et l’Allemagne moderne, et font voler en éclats la chape néo-classique qui recouvrait la langue de Sophocle, pour en faire jaillir la couleur orientale et la radicale altérité. La remise en cause de l’esthétique classique, française aussi bien qu’allemande (Racine et Goethe), passe une fois de plus par un renouveau dans la traduction de la tragédie grecque. Il faudra attendre plus d’un siècle pour que se révèle dans toute son ampleur la portée fondatrice de ces traductions, redécouvertes, comme l’ensemble de l’œuvre de Hölderlin, à travers l’édition de Norbert von Hellingrath. Elles ne cesseront dès lors de féconder, de part et d’autre du Rhin, la lecture et l’interprétation de Sophocle. C’est à cette productivité de la traduction hölderlinienne, dont l’onde de choc est encore aujourd’hui perceptible, que l’on s’intéresse ici, à travers l’article de Bernard Banoun, qui retrace la circulation créatrice de l’Antigonä de Hölderlin (depuis C. Orffet B. Brecht jusqu’à sa traduction française par Philippe Lacoue-Labarthe en 1978), et celui de Philippe Marty, qui montre sur un échantillon précis d’Antigone comment la traduction de Hölderlin nous fournit encore des clés pour penser le tragique.

11Le renouveau de ces années 1790-1810 particulièrement fécondes se mesure à l’aune de ses différents prolongements français et allemands, à travers deux siècles d’échanges, de relectures et de recréations, et c’est à l’histoire de cette postérité que nous souhaitons contribuer avec le présent ouvrage. Il s’est avéré indispensable d’abord de prendre en compte le poids des traditions nationales, et de resituer les œuvres étudiées (traductions et mises en scène) dans leur contexte historique et culturel qui souvent leur donne sens. Clémence Couturier-Heinrich analyse la « traduction métrique » d’Agamemnon par Wilhelm von Humboldt (1816) comme un exemple à la fois emblématique et original des « traductions antiquisantes » qui fleurissent en Allemagne autour de 1800, dont les enjeux sont autant esthétiques qu’identitaires. Le théâtre d’Aristophane fournit en raison de sa forte charge politique un point d’observation privilégié pour ce type d’analyse : comparant les traductions françaises d’Aristophane publiées dans les années 1860, Romain Piana fait apparaître une ligne de partage entre les traductions en prose et les traductions en vers, ces dernières s’efforçant, en ces temps de retour à l’ordre, de réactiver la charge politique et le potentiel subversif du comique athénien. D’autres contributions se livrent à une analyse comparée de ces pratiques de traductions françaises et allemandes : Marie-France David-de Palacio confronte diverses adaptations de Lysistrata réalisées autour de 1900 dans les deux pays, sous l’angle du traitement de la parole et du corps féminin. Jean-Louis Backès examine, à partir de l’exemple de l’Hélène d’Euripide, les problèmes spécifiques posés par la traduction des parties lyriques de la tragédie et les différentes solutions inventées pour les résoudre, en France comme en Allemagne. Pierre Judet de La Combe ressaisit à travers des traductions comparées de quelques vers de l’Agamemnon d’Eschyle deux siècles de réception franco-allemande de cette œuvre.

  • 12 Selon le témoignage de Boissonnade lui-même dans son journal : « À ma neuvième leçon, j’ai expliqu (...)
  • 13 Voir Hans-Thies Lehmann, Theater und Mythos. Die Konstitution des Subjekts im Diskurs der antiken (...)

12Mais ces particularités nationales n’ont pas empêché une série de rencontres et d’échanges entre les deux pays, qui sont moins le fruit du hasard que le résultat des efforts déployés avec obstination par des passeurs pour surmonter ces résistances et ces préjugés. Ainsi l’helléniste Jean-François Boissonade, essayant dans les années 1850 de sensibiliser ses étudiants français à une lecture d’Antigone inspirée des méthodes de la philologie allemande – sans y parvenir réellement12 –, Henri Weil important en France la méthode de son maître Gottfried Hermann, Paul Mazon relayant dans les années 1920 les travaux de Wilamowitz, ou, plus près de nous, l’École de Lille fondée par Jean Bollack, défendant une méthode d’interprétation du texte de théâtre antique nourrie de l’herméneutique allemande. Relativement rares dans l’institution universitaire, sans doute plus attachée à la défense de ses méthodes et de ses savoir-faire spécifiques, ces échanges sont plus fréquents dans le champ de la critique littéraire. Au xixe siècle, ils s’opèrent plutôt de l’Allemagne vers la France : le groupe de Coppet assure la diffusion des théories révolutionnaires de Schlegel, Édouard Schuré vulgarise dès 1875 dans son essai Le Drame musical les analyses de la Naissance de la Tragédie de Nietzsche (1872), bien avant la première traduction française de l’ouvrage publiée en 1901. Au siècle suivant, les trajets se font aussi en sens inverse, à la faveur notamment de la rupture critique provoquée par l’école anthropologique française : les travaux de Jean-Pierre Vernant et de Nicole Loraux trouvent un écho outre-Rhin, notamment auprès du critique Hans-Thies Lehmann et du dramaturge Peter Krumme – également traducteur de certains essais de Nicole Loraux13.

13C’est dans le champ de la pratique théâtrale que cette circulation croisée est la plus intense. Outre l’Antigone de Postdam déjà évoquée, on peut retenir entre autres exemples le spectacle d’Œdipe Roi de Thèbes créé par Firmin Gémier à Paris en 1919, profondément influencé par la mise en scène de Max Reinhardt (König Ödipous, Berlin, Cirque Schumann, 1910), ou encore l’Orestie de Paul Claudel (musique de Darius Milhaud) qui, à défaut d’avoir pu être créée sur la scène du théâtre antique d’Orange comme l’avait espéré Claudel, sera finalement donnée pour la première fois dans son intégralité en Allemagne en 1963 au Deutsches Oper Berlin, dans une mise en scène de Gustav Rudolf Sellner. Depuis les années 1990, où la notion même de frontière entre les deux pays a perdu de sa pertinence et de son acuité, la nature de ces échanges a profondément évolué, comme le montre par exemple le travail scénique mené, alternativement en Allemagne et en France, par Matthias Langhoff(Œdipe Roi, 1988, Vienne ; Œdipe Roi, 1992, Chambéry ; Les Femmes de Troie, 1998, Théâtre national de Bretagne ; Les Trachiniennes, Berlin, 1999) ; les productions théâtrales non seulement s’exportent, mais se métissent les unes les autres, dans un espace de réception élargi dont les contours comme les enjeux sont à redéfinir : peut-on encore parler de tradition nationale ?

14Analyser la réception franco-allemande de l’Antiquité en termes exclusifs de rivalité et de conflits serait donc bien réducteur, tout au moins dans le cas des œuvres dramatiques. Faut-il invoquer ici une spécificité du théâtre, qui, fruit de la rencontre des hommes et des lieux, au croisement du texte et de la scène, offrirait tout naturellement un espace d’échanges et de dialogue ? Ce volume invite en tout cas à reconsidérer l’idée d’un irréductible antagonisme entre France et Allemagne dans leur rapport au théâtre antique. Il revient également sur un autre poncif durable, l’opposition entre art et philologie.

15Car si les collaborations entre savants et gens de théâtre sont devenues courantes en Allemagne depuis la fin des années 1960 – le philologue Wolfgang Schadewaldt conseillant le metteur en scène Hansgünther Heyme pour Œdipe créé en 1968 – et en France depuis les années 1980 – à travers par exemple le travail conjoint de Jean Bollack et d’Alain Milianti autour d’Œdipe Roi en 1985, celui de Jean Bollack, de Pierre Judet de La Combe et d’Ariane Mnouchkine pour Les Atrides en 1989 – elles restent relativement exceptionnelles tout au long du xixe siècle, où les deux modes d’approche du théâtre antique sont perçus comme foncièrement incompatibles. Et en dépit de son succès éclatant, l’expérience originale de l’Antigone de 1841-1844 (Postdam-Paris) ne fit guère d’émules sur le moment. Christophe Corbier s’intéresse ici à une autre expérience pionnière – beaucoup plus confidentielle –, Le Prométhée enchaîné de Fromental Halévy (1849), à laquelle contribuèrent le compositeur, son frère l’écrivain Léon Halévy et l’helléniste Alexandre Vincent, et qui apparaît avec le recul comme un véritable laboratoire où furent expérimentées plusieurs des grandes orientations à venir dans la mise en scène d’Eschyle. D’autres collaborations du même type sont mieux connues, telles celle de Wilamowitz et de Max Reinhardt pour la mise en scène déjà évoquée d’Œdipe Roi, ou encore celle de Paul Mazon et du Groupe de théâtre antique de la Sorbonne autour des Perses d’Eschyle (1936).

16Malgré la rareté de ces échanges entre hellénistes et gens de théâtre jusque dans les années 1960, la pratique de la traduction contient en elle-même, dès le début de la période envisagée ici, les questions relatives à la mise en scène et à la réception, à travers l’appréhension de la dimension musicale du texte notamment ; et même lorsque la traduction n’est pas conçue en vue d’une production théâtrale, il semble impossible pour le traducteur de dissocier les aspects textuels et les questions de représentation scénique. Ariane Ferry le montre ici à partir d’une étude des didascalies dans les traductions françaises de Plaute au xixe siècle, qui met en évidence la progressive accession du comique latin au statut d’auteur de théâtre à part entière, à jouer et non plus seulement à lire. Ariane Eissen et Myrto Gondicas s’intéressent quant à elles à la relation au spectateur induite par les choix du traducteur, qu’elles examinent à travers trois traductions françaises récentes de l’Antigone de Sophocle. Plus généralement, nombre de contributions réunies ici rappellent combien la traduction théâtrale est aussi affaire de rencontres humaines.

17Prise en compte et analyse de l’ancrage historique, du caractère indissociable des préoccupations des différents acteurs de la réception, perspective interdisciplinaire pour l’étude de la traduction elle-même : c’est dans ce décloisonnement et dans cette pluralité d’approches que nous souhaiterions désormais voir abordée l’histoire du théâtre antique et de sa réception. Ainsi seulement, observé par-delà les frontières, comme point de rencontre de la science et des arts, des hommes de théâtre et du public, le théâtre antique peut apparaître vivant.

Notes

1 Jules Girard, « L’hégélianisme dans la critique savante en Allemagne. L’interprétation de l’Antigone de Sophocle », Revue des deux mondes, janvier-février 1877, vol. XIX, p. 105-124.

2 J. Girard, art. cit., p. 106.

3 J. Girard, art. cit., p. 124.

4 August-Wilhelm Schlegel, Geschichte der klassischen Literatur [1803], Stuttgart W. Kolhammer Verlag, 1964, p. 17 : « Es ist gerade so, wie sie verlangen, daß jeder Fremde bei ihnen sich gleich nach Landessitte kleiden und betragen soll, wodurch es denn kommt, daß sie eigentlich nie einen Ausländer kennenlernen » (nous traduisons).

5 Maurice Jacob, « Étude comparative des systèmes universitaires et place des études classiques au xixe siècle en Allemagne, en Belgique, et en France », dans M. Bollack et H. Wismann (éd.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert II, Göttingen, 1983, p. 108-153 ; Pierre Judet de La Combe, « Philologie classique et légitimité. Quelques questions sur un “modèle” », dans M. Espagne et M. Werner (éd.), Philologiques I. Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au xixe siecle, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. 23-42 ; Michel Espagne, « La référence allemande dans la fondation d’une philologie française », ibid., p. 135-158 ; Pascale Hummel, Histoire de l’histoire de la philologie : étude d’un genre épistémologique et bibliographique, Genève, Droz, « Histoire des idées et critique littéraire » no 385, 2000, 504 p. ; M. Espagne, « Le philhellénisme entre philologie et politique. Un transfert franco-allemand », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2, 2005 ; Sandrine Maufroy, « Pour une étude du philhellénisme franco-allemand. Une approche de la question à partir des cas de Karl-Benedikt Hase et de Friedrich Thiersch », The Historical Review/La Revue historique, VI, 2009, p. 99-127 ; S. Maufroy, Le Philhellénisme franco-allemand (1815-1848), Paris, Belin, 2011.

6 Helmut Flashar, Inszenierung der Antike. Das griechische Drama auf der Bühne der Neuzeit, München, C-H. Beck, (première édition 1991), 2009 ; Anton Bierl, Die Orestie des Aischylos auf der modernen Bühne, Stuttgart, Weimar, J.-B. Metzler Verlag, 1999 ; Pierre Judet de La Combe, Les Tragédies grecques sont-elles tragiques ?, Bayard, 2010.

7 Sur ces débats, voir René Canat, L’Hellénisme des Romantiques, Paris, Marcel Didier, 1951-1955, 3 vol., t. I, p. 247-269 ; Bernard Franco, Le Despotisme du goût : débats sur le modèle tragique allemand en France, 1797-1814, Göttingen, Wallstein-Verlag, 2004 ; Claire Lechevalier, L’Invention d’une origine : traduire Eschyle en France de Lefranc de Pompignan à Mazon : le Prométhée enchaîné, Paris, Champion, « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2007, p. 210-225.

8 À cet égard, la réédition très remaniée du Théâtre des Grecs de Brumoy par Raoul-Rochette en 1820 est très révélatrice : dans ses notes, Raoul-Rochette semble ignorer délibérément les apports de Schlegel, et multiplie au contraire les références aux critiques français. Voir aussi les cinq articles publiés en 1824 à l’occasion de cette réédition par François-Guillaume-Jean-Stanislas Andrieux dans la Revue encyclopédique.

9 Sur la vie, la carrière et le rôle de Karl-Benedikt Hase, voir S. Maufroy, « Pour une étude du philhellénisme… », art. cit., p. 65-112, et Pierre Petitmengin, « Deux têtes de pont de la philologie allemande en France : le Thesaurus Linguae Graecae et la « Bibliothèque des auteurs grecs » (1830-1867) », dans M. Bollack et H. Wismann (éd.), op. cit., p. 76-98.

10 Denis Thouard, « Goethe, Humboldt : poétique et herméneutique de la traduction », dans J.-L. Chiss et G. Dessons (éd.), La Force du langage. Rythme, discours, traduction. Autour de l’œuvre d’Henri Meschonnic, Paris, Champion, 2000, p. 193-210, et « Humboldt et la France au miroir de la traduction », Kodikas/Code, 27, 2004, p. 81-102.

11 Wilhelm von W. v. Humboldt, Journal parisien, traduit de l’allemand par Élisabeth Beyer, Actes Sud, 2001 ; « Über die gegenwärtige französische Bühne », Propyläen, 3, 1800, p. 66-109.

12 Selon le témoignage de Boissonnade lui-même dans son journal : « À ma neuvième leçon, j’ai expliqué de l’Antigone dix-huit vers. Les élèves de l’École normale n’ont pas paru et ne viendront probablement plus. Ils ne m’auront pas trouvé assez fleuri, assez orateur. […] On veut des cours esthétiques, littéraires, éloquents ! » (Éphémérides, janvier 1852, cité par M. Naudet, Notice historique sur la vie et les travaux de M. Boissonade, dans J. F. Boissonnade, Critique littéraire sous le Premier Empire, publié par F. Colincamp, Didier, 1863, t. I, p. lxxxviii, n. 2).

13 Voir Hans-Thies Lehmann, Theater und Mythos. Die Konstitution des Subjekts im Diskurs der antiken Tragödien, Stuttgart, J.-B. Metzler Verlag, 1991 ; Peter Krumme, « Nachwort », dans Loraux Nicole, Tragische Weisen, eine Frau zu töten, aus dem Französischen von Eva Moldenhauer ; mit einem Nachwort von Peter Krumme, Frankfurt/Main, Campus-Verlag, 1993.

Auteurs

Agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature comparée à l’Université François-Rabelais de Tours. Auteur d’un essai sur la réception des tragiques grecs en France au tournant des xixe-xxe siècles (Les Tragiques grecs en France de Leconte de Lisle à Claudel, Belin, 2003), elle s’intéresse aux questions de réception théâtrale (traduction, interprétation, mise en scène), ainsi qu’aux liens entre théâtre et archéologie au xixe siècle.

Agrégée de lettres classiques et maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Caen Basse-Normandie. Elle poursuit ses recherches sur l’histoire de la réception du théâtre antique en Europe du xviiie siècle à nos jours, et a notamment publié L’Invention d’une origine. Traduire Eschyle en France de Lefranc de Pompignan à Mazon : le Prométhée enchaîné (Champion, 2007).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540