Version classiqueVersion mobile

La charpente de la cathédrale de Bourges

 | 
Frédéric Épaud

Chapitre IV. Les indices du chantier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

LA « FERME-ÉPURE »

Les structures de charpente sont traditionnellement conçues sur des aires d’épure, sur un vaste plancher provisoire où l’épure est tracée au noir de charbon ou bien représentée par des fils tendus. C’est par ce procédé qu’ont été réalisées les premières fermes des charpentes au xiiie siècle, comme le plan des premières travées avec les sablières, les blochets et les entraits, ainsi que les contreventements longitudinaux.

Le relevé de la charpente a permis de reconnaître l’utilisation d’un autre procédé pour les autres fermes, basé sur le principe de la ferme-épure. Plutôt que d’utiliser toujours le même tracé d’épure pour la conception de toutes les fermes, les charpentiers se sont servis d’une ferme principale déjà constituée pour concevoir les suivantes. Ils ont ainsi superposé sur celle-ci les bois de la nouvelle ferme en les calant précisément les uns sur les autres afin de tracer l’emplacement des assemblages (piquage). Une fois ceux-ci taillés, ils ont assembl...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search