Version classiqueVersion mobile

La charpente de la cathédrale de Bourges

 | 
Frédéric Épaud

Chapitre I. Mise en perspective

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une partie de ce travail, consacré à la charpente de la nef, a déjà fait l’objet d’une publication1. Nous en reprenons certaines parties afin de garder la cohérence de cette étude.

LES CAMPAGNES DE CONSTRUCTION DE LA CATHÉDRALE GOTHIQUE

Au xiie siècle, le pouvoir de l’archevêque de Bourges, vassal de la Couronne et primat des Aquitaines, s’étendait aux évêchés de Limoges, Clermont, Cahors, Le Puy, Mende, Albi et Rodez. L’archevêque Pierre de la Châtre (1144-1171) entreprit le renouvellement architectural du chœur de la cathédrale romane et du palais. Il réforma aussi profondément l’administration du diocèse et accrut, en 1159, les revenus du chapitre2. Ses successeurs n’eurent que peu d’influence sur la politique ou l’administration du diocèse jusqu’à l’élection de Henry de Sully en 1183 qui occupa le siège archiépiscopal jusqu’en 1199. Celui-ci augmenta le nombre des prébendes capitulaires de 30 à 40, renforça les biens fonciers du chapitre et entreprit la reconstruction du chevet de...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search