Version classiqueVersion mobile

La charpente de la cathédrale de Bourges

 | 
Frédéric Épaud

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la cathédrale saint-étienne de bourges a déjà fait l’objet de nombreuses études et publications sur son architecture, ses sculptures ou ses vitraux, sa charpente a jusqu’à présent moins retenu l’attention des chercheurs. Seule une étude succincte publiée en 20021, basée sur un relevé de 1928 d’une travée, permettait de se faire une idée du gigantesque ouvrage de bois qui coiffe le vaisseau central sur plus de 100 m de long. La datation dendrochronologique de ses bois, et par là même celle de l’achèvement de la cathédrale, a également peu suscité d’intérêt puisqu’elle a été faite tardivement en 1998 avec un faible échantillonnage.

Entre 2010 et 2014, la charpente du vaisseau central a fait l’objet d’une vaste campagne de restauration commanditée par la Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH). Ce chantier, dirigé par l’architecte en chef Patrick Ponsot, fut donc l’occasion de relever et d’analyser exhaustivement cette grande charpente en profitant de sa découverture ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search