Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les récollets

 | 
Caroline Galland
, 
Fabien Guilloux
, 
Pierre Moracchini

4e partie. Inventer une identité spirituelle

La peinture chez les récollets au xviie siècle : premiers éléments d'enquête dans la province Saint-Denys

Francis Saint-Genez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La présence d’œuvres peintes dans les églises des récollets ne va pas de soi, elle est même a priori paradoxale. D’une part, elle se heurte aux exigences de simplicité des sanctuaires franciscains que rappellent les statuts des récollets1. D’autre part, comme ordre contemplatif, les récollets accordent une place importante à des pratiques spirituelles (oraison mentale, méditation, exercices de Bonne Mort, etc.) qui préconisent le recours médiatisé à l’image mentale et réifiée2. De fait, il n’est quasiment aucun couvent de récollets au xviie siècle qui ne comporte que quelques tableaux figurant les épisodes de la naissance ou de la Passion du Christ, de la vie du saint fondateur ou bien encore de la Vierge triomphant des attaques et de l’iconoclasme protestants. À cet égard, les ordres mendiants en général, les frères mineurs en particulier, n’échappent ni aux traditions, ni au goût du temps et au contexte fortement iconophile de l’Église tridentine.

Mis à part l’exemple très particul...

Auteur

Conservateur du Patrimoine. Directeur des musées Paul Dupuy et Georges Labit – Toulouse

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540