Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à peindre

 | 
Alain Bonnet
, 
France Nerlich

4e partie. Mission et subversion. Les ateliers privés comme Foyers d’une pensée alternative

L’atelier privé de Thomas Couture

Margot Renard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une « école de peinture nationale »

À la fois publicité et programme, l’annonce de l’ouverture de l’atelier de Thomas Couture (fig. 42 du cahier couleurs et ill. 34 dans le texte, retranscription en annexe) révèle les objectifs ambitieux d’un jeune peintre de 32 ans. Fort de son succès au Salon de 1847 avec Les Romains de la décadence1, grande toile critique à l’encontre de son temps et du régime en place, Thomas Couture profite de sa réputation naissante pour ouvrir un atelier dont le caractère privé l’autorise à formuler un programme singulier, révélateur d’une idéologie indépendante et d’un esprit missionnaire. Il ne s’agit pas seulement d’enseigner la peinture mais bien plus de « faire école » afin de rénover l’art de son pays, un art qui ne se plierait ni aux modes contemporaines ni aux compromissions esthétiques, mais se présenterait comme une issue à l’affrontement jugé stérile entre romantisme, classicisme et réalisme2.

Image 1000000000000254000002C230323D7C.jpg

III. 34. « École de M. Couture », Compiègne, musée du Châ...

Auteur

Margot Renard a étudié l’histoire de l’art à l’université François-Rabelais, Tours. Dans le cadre de son master, elle a collaboré au projet de répertoire des ateliers privés à Paris 1793-1863 dirigé par France Nerlich et approfondi la question des ateliers dans son mémoire de M1 L’atelier privé d’enseignement de Thomas Couture (1815-1879) en 2011, et de M2 Idéologie nationaliste et construction de la notion d’« école française » dans la peinture et l’histoire de l’art de 1848 à 1855 (université François-Rabelais de Tours).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.