Version classiqueVersion mobile

Apprendre à peindre

 | 
Alain Bonnet
, 
France Nerlich

3e partie. École et réseaux. Les ateliers de Paul Delaroche et Léon Cogniet

Le rôle de l’atelier de Léon Cogniet

Pour l’histoire de la peinture polonaise1

Beata Studziżba Kubalska

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1830-1870, aucun atelier français n’a joui d’une popularité plus grande, parmi les artistes polonais, que celui de Léon Cogniet. Sa force d’attraction était sans comparaison : plus de vingt peintres polonais ont suivi des leçons chez ce maître français. La liste en a été établie et présentée par Denise Wrotnowska en 19582. Jusqu’à nos jours, cette étude est la seule à avoir traité la question des liens des artistes polonais avec l’atelier de Cogniet comme un sujet spécifique de recherche. Pourtant ce sont les artistes polonais les plus éminents qui ont étudié chez Léon Cogniet, entre autres Teofil Kwiatkowski, Henryk Rodakowski, Wojciech Gerson, Józef Brandt3, mais aussi Franciszek Tepa, Florian Lunda, Cyprian Dylczyński, Zofia Fredro Szeptycka4.

Wrotnowska constatait dans son article l’importance de Léon Cogniet pour les émigrés polonais, mais aussi pour l’histoire de la peinture polonaise du xixe siècle5. La sympathie et la bienveillance de Cogniet envers la Pologne...

Auteur

Conservateur au Musée national de Cracovie. Ses travaux portent sur la peinture polonaise du xixe siècle, les rapports entre la peinture polonaise et la peinture française. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat sur les artistes polonais disciples de Léon Cogniet à l’université catholique de Lublin. Elle a été chercheuse invitée de l’Institut national d’histoire de l’art (Paris) en 2012.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search