Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à peindre

 | 
Alain Bonnet
, 
France Nerlich

3e partie. École et réseaux. Les ateliers de Paul Delaroche et Léon Cogniet

Les ateliers de Léon Cogniet

Michaël Vottero

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’intéresser aux ateliers d’élèves de Léon Cogniet, c’est aborder un véritable phénomène de société. Le nombre des lieux d’enseignement encadrés par le peintre, ainsi que le nombre de ses élèves, font de Cogniet l’un des maîtres d’atelier les plus importants du xixe siècle : ce ne sont en effet pas moins d’un millier d’élèves qui sont passés par ses ateliers entre 1822 et 1876. Être élève de Léon Cogniet devient même un lieu commun dans la littérature ou le théâtre du milieu du siècle. Dans le roman Brin d’amour, Henry de Kock fait ainsi dire à son personnage Franz Moser :

Je suis un musicien, bon musicien même, Auber a été mon professeur. Je ne peins pas trop mal non plus. J’ai cinq ans d’atelier chez Léon Cogniet. Enfin, je ne sais si je m’abuse, mais j’aurais aussi, je crois, des dispositions comme écrivain.1

Les deux protagonistes des Pirates de la savane, pièce de théâtre publiée en 1859, ont également été élèves de l’atelier Cogniet, « le plus drôle des corps », comme ils le déc...

Auteur

Michaël Vottero est depuis 2011 conservateur des monuments historiques de Bourgogne. Après un cursus de lettres classiques et d’histoire de l’art, il s’est Spécialisé dans l’art du Second Empire, consacrant notamment un mémoire de DEA au peintre Hugues Merle (1822-1881) dont il poursuit actuellement le catalogue raisonné. Sa thèse de doctorat, soutenue à l’université Paris-Sorbonne en 2009, a été publiée sous le titre La peinture de genre en France après 1850, préface de Barthélémy Jobert, Rennes, PUR, 2012.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.